Promotion des droits humains : Les agents veulent un statut spécifique

samedi 17 janvier 2015 à 00h41min

L’heure est à l’alternance au niveau du Syndicat national des agents du ministère de la promotion des droits humains (SYNAPDH). Paul Kabré, secrétaire général sortant a passé le témoin à Salifou Romba, le 15 janvier 2015 à Ouagadougou. La conférence de presse qui a suivi a permis de revenir sur la plateforme revendicative dudit syndicat ainsi que les mesures et actions envisagées dans les jours et mois à venir. A noter que le personnel en charge des droits humains n’entend plus jouer les seconds rôles dans ce département.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Promotion des droits humains : Les agents veulent un statut spécifique

En prenant les rênes du Syndicat national des agents du ministère de la promotion des droits humains (SYNAPDH), Salifou Romba hérite aussi de la plateforme revendicative en cours. Elle comprend, entre autres :
- l’adoption du statut spécifique du personnel spécifique de l’ex ministère des droits humains et de la promotion civique ;
- la nomination du personnel spécifique dans les instances de décision et la responsabilisation des agents spécifiques dans les directions techniques ;
- la présence des spécialistes des droits humains au sein des missions diplomatiques du Burkina Faso et au sein des missions permanentes du Burkina Faso auprès des Nations unies et de l’Union africaine.

Des acquis à consolider

Le bureau sortant avait engrangé entre autres acquis : le début de la responsabilisation des agents spécifiques au sein des directions techniques, la hausse de 100% du nombre à pourvoir au niveau des concours professionnels, la révision des sujets (qui était d’ordre général) des concours pour permettre d’évaluer réellement le travail spécifique des agents. Paul Kabré s’en va donc, après une mission bien accomplie. En remettant symboliquement les documents du syndicat à son successeur, il s’est dit disponible et disposé à accompagner le nouveau bureau. Son expérience ne sera certainement pas de trop.
Salifou Romba, le secrétaire général entrant du SYNAPDH, a précisé que son équipe ne dormira pas sur les lauriers du bureau sortant. « Une bataille sera engagée très prochainement sur la plateforme revendicative », a-t-ilsouligné.
Indépendamment de la plateforme revendicative, Salifou Romba et ses camarades entendent organiser des sessions de formation au profit des militants et sympathisants ; travailler à mettre fin aux injustices, à l’exclusion et autres pratiques contraires à l’éthique des droits humains au sein du ministère par des propositions concrètes ; et poursuivre l’installation des coordinations du syndicat dans toutes les directions régionales du ministère. A cela, s’ajoute la relecture des statuts et eu règlement intérieur du syndicat pour mieux les adapter au contexte actuel.

Les directions techniques aux agents spécifiques

Dans l’organigramme actuel, il y a six directions techniques, trois directions générales techniques et 13 directions régionales. Le personnel spécifique veut désormais occuper les postes de responsabilités pour lesquels ils ont été formés. « Nous n’attendons plus que des magistrats continuent de diriger les structures techniques du ministère que sont la Direction générale de la défense des droits humains, la direction de la promotion des droits humains ainsi que toutes les directions de services et les directions régionales. Nous nous battrons avec la dernière énergie pour que cette exigence combien légitime soit prise en compte dans le cadre de la fusion de l’ex-ministère des droits humains avec celui de la justice », martèle Salifou Romba, le secrétaire général entrant.
Le secrétaire général sortant embouche la même trompette. Mieux, il invite ses camarades à ne plus se laisser faire. « Nous voulons qu’il y ait les personnes qu’il faut à la place qu’il faut.Nous voulons rien que des agents spécifiques à ces différents postes. Toute autre décision serait une incitation au syndicat à prendre ses responsabilités. Dès que vous voyez quelqu’un d’un autre corps à la tête de ces services techniques, vous devez vous considérer comme étant en légitime défense », lance Paul Kabré.
Par ailleurs, ils précisent ne pas remettre en cause les compétences de qui que ce soit, mais, ces compétences s’affirmeront mieux ailleurs, notamment dans les tribunaux.

De la nécessité d’un statut spécifique

La loi 013 portant régime applicable aux agents de la fonction publique dans laquelle sont logés les agents de l’ex-ministère de la promotion des droits humains, ne leur permettrait pas d’accomplir efficacement leur mission. C’est pourquoi, ils souhaitent l’adoption d’une loi spécifique. « Si on est d’accord que la question des droits humains est un domaine spécifique, normalement on doit accorder un traitement spécifique à ce personnel. Aujourd’hui, on a l’impression que les agents de ce ministère sont là, à la solde d’un gouvernement, alors que non. Le statut spécifique doit permettre de résoudre cette situation », explique Salifou Romba.
Dans tous les cas, les militants du SYNAPDH n’entendent plus être « le griot d’un gouvernement » quelconque. C’est pourquoi, ils veulent plus de responsabilité dans leur domaine spécifique. Car, « nous pensons qu’il est temps qu’on arrête de coudre le chapeau du phacochère à son absence », s’insurge le SG du SYNAPDH.

Moussa Diallo
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 17 janvier 2015 à 03:56
    En réponse à : Promotion des droits humains : Les agents veulent un statut spécifique

    Courage mes amis seule la lutte libère ! Chacun n’a qu’à aller labourer son champ !

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier 2015 à 06:17
    En réponse à : Promotion des droits humains : Les agents veulent un statut spécifique

    De grace arrêter cette histoire de statut specifique.nous somme en transion,vous avez quoi de specifique dans votre travail ?.ne mettez pas la transition en mal.

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier 2015 à 10:46, par Raogo
    En réponse à : Promotion des droits humains : Les agents veulent un statut spécifique

    "La présence des spécialistes des droits humains au sein des missions diplomatiques du Burkina Faso et au sein des missions permanentes du Burkina Faso auprès des Nations unies et de l’Union africaine."
    "N’importe quoi !"
    Commencer Messieurs et Mesdames a rendre "Effectif" ses droits Humains que vous etez denses défendre, promouvoir et faire respecter, par les forces de l’ordre, les tenants du pouvoir, au pays avant ,de prétendre vous la coulez douce a l’extérieur !

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier 2015 à 10:49, par Raogo
    En réponse à : Promotion des droits humains : Les agents veulent un statut spécifique

    "La présence des spécialistes des droits humains au sein des missions diplomatiques du Burkina Faso et au sein des missions permanentes du Burkina Faso auprès des Nations unies et de l’Union africaine."
    "N’importe quoi !"
    Commencer Messieurs et Mesdames a rendre "Effectif" ses droits Humains que vous etez sensés défendre, promouvoir et faire respecter, par les forces de l’ordre, les tenants du pouvoir, au pays avant ,de prétendre vous la coulez douce a l’extérieur !

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier 2015 à 13:13
    En réponse à : Promotion des droits humains : Les agents veulent un statut spécifique

    Plus rien ne sera comme avant. Beaucoup de courage aux combattants pour la justice et la vraie démocratie au Burkina Faso. Mieux, les gens s’expriment ; il appartient maintenant au gouvernement transitoire d’écouter et de prendre les mesures nécessaires pour tracer les sillons d’une société démocratique, juste et équitable au Burkina Faso

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier 2015 à 14:13, par Dit Vrai
    En réponse à : Promotion des droits humains : Les agents veulent un statut spécifique

    battez vous !

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier 2015 à 18:34, par Pitt
    En réponse à : Promotion des droits humains : Les agents veulent un statut spécifique

    Haayi, toujours les bagarres entre corps... A quand la fin de l’égoïsme et de l’égocentrisme dans l’administration burkinabé ? Le magistrat est - il homme de Droit ou non ? Travaillez à mériter vos postes les gars et non revendiquer.

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier 2015 à 11:58
    En réponse à : Promotion des droits humains : Les agents veulent un statut spécifique

    Vous ne voulez pas qu’on nomme un agent d’un autre corps chez vous et vous prétendez des nomminations de vos agents dans les ambassades qui relèvent des affaires etrangères si je ne me trompe pas. quelle paradoxe ?

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier 2015 à 14:51, par Achille
    En réponse à : Promotion des droits humains : Les agents veulent un statut spécifique

    Je ne suis pas du ministère. Mais je pense que les magistrats gagneront à être humbles et à respecter tous les citoyens burkinabé.

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier 2015 à 23:09, par Tonyum
    En réponse à : Promotion des droits humains : Les agents veulent un statut spécifique

    statut particulier par rapport a qui ?vous faites quoi de particulier par rapport a un fonctionnaire burkinabè ?vous descendez a 18h ?vous travaillez samedi ?vous amenez du boulot a la maison ?

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier 2015 à 09:38, par kirikou
    En réponse à : Promotion des droits humains : Les agents veulent un statut spécifique

    Mes amis, boutez les magistrats hors de vos directions techniques. Je ne suis pas de votre corps mais ça me révolte de voir toujours les magistrats occuper les postes les plus stratégiques (SG, DG, SP etc.) vous laissant avec les postes de DR.
    Au début, l’autorité invoquait l’absence de personnel spécifique, problème résolu avec la formation des Conseillers en droits humains à l’Enam dont les plus anciens ont environs 10 ans de services.
    S’il ya un domaine ou l’esprit de corps est excessif, c’est bien celui de la magistrature. Cependant les magistrats ne lésinent pas sur les moyens quand il s’agit d’accaparer les postes des autres ministères.
    Amis des droits humains, faites-vous entendre à chaque nomination de magistrat dans un poste technique stratégique qui vous revient de droit. S’ils aiment bien les droits humains, ils pourront mieux les faire respecter au prétoire.
    Bon courage à vous.

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier 2015 à 14:51, par Sansfaçon
    En réponse à : Promotion des droits humains : Les agents veulent un statut spécifique

    On dit que les tribunaux manquent de magistrats !ces gens sont recrutés pour rendre la justice et au moment où on parle d’accélérer la procédure judiciaire, de lutter contre l’impunité, je ne vois pas ce qu’ils foutent dans d’autres ministères.
    De toute façon la lutte des agents des droits humains est normale parce qu’on n’acquière jamais quelque chose sans lutte.Si vous ne luttez pas, on vous piétine.
    Effectivement dans chaque secteur spécifique on nomme un agent du domaine.c’est pourquoi dans la plupart des ministères, les directions des ressources humaines sont coiffées par des gestionnaires des ressources humaines, les directions des finances par des financiers.mais les directions techniques restent généralement aux mains des agents spécifiques.dans les ambassades s’il y a des questions de droits humains c’est logique que des spécialistes y soient tout comme y a des journalistes, des comptables. bonne chance à vous.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés