Affaire Norbert Zongo, 16 ans après : A bâtons rompus avec la mère du journaliste assassiné

mercredi 14 janvier 2015 à 09h49min

Augustine Zongo née Nana est la génitrice de Norbert Zongo ; celui-là même dont la presse burkinabè pleure la disparition tragique, il y a de cela plus de 16 ans. Jusqu’à ce jour, Augustine Zongo, 88 ans, dit être en deuil. Un deuil qui ne l’empêche pas de développer et de partager son point de vue sur ces évènements de fin octobre 2014 ayant conduit à la démission forcée du Président Compaoré. Rencontre…

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Affaire Norbert Zongo, 16 ans après : A bâtons rompus avec la mère du journaliste assassiné

Samedi 10 janvier 2015. Il est 12h45 mn à Yissouka, au secteur 6 de Koudougou. Et nous voilà à l’entrée de la grande cour familiale de feu Norbert Zongo. A l’intérieur, sont érigées quatre maisons dont une mini-villa en finition, que le cadet de la famille a fait bâtir pour sa mère Augustine Zongo. « C’est un peu plus spacieux que là où elle dort actuellement », précise fièrement Robert Zongo qui nous a accueillis dans la grande famille Zongo.

Assise sur un banc déposé sous la véranda, la vieille Augustine Zongo/Nana est en causette avec sa fille et une visiteuse. Une causerie qu’elle a dû interrompre pour répondre à nos questions en nous rassurant d’abord qu’elle se porte bien malgré son âge, même si elle reconnaît que ses forces physiques s’amenuisent chaque jour. « Je suis quelque fois malade », avoue-t-elle. Avant de nous rassurer qu’elle bénéficie d’un bon suivi médical grâce à ses enfants qui, d’après elle, sont toujours à ses petits soins.

16 ans après la mort tragique de son fils aîné, Norbert Zongo, Augustine Zongo/Nana ne peut s’empêcher de penser à son défunt fils : « Très souvent je demande des messes pour le repos de son âme ainsi que celles des autres défunts de la famille », nous confie-telle. Robert Zongo, précise que chaque 12 décembre, la famille organise une veillée de prière pour le repos de l’âme de Norbert.

« Je n’ai jamais accepté un soutien quelconque »

Après le procès sur l’affaire David Ouédraogo, la famille de cette autre victime a été indemnisée. Mais la mère de Norbert Zongo, elle, reconnaît fièrement avoir décliné toutes les propositions d’argent ou de quelques biens matériels en compensation à ce qui est arrivé le 13 décembre 1998. « Ils sont venus me voir avec une enveloppe d’argent », se souvient-elle encore. Mais, poursuit-elle, « Je ne prendrai jamais de l’argent de qui que ce soit en compensation de la mort de mon fils Norbert. Jamais ! ».

Augustine, la mère du journaliste assassiné reconnaît avoir reçu des professions de repentance de la part de dignitaires du régime de Blaise Compaoré. « A quoi bon demander pardon pour un acte que l’on ne reconnaît pas avoir commis ? », questionne-t-elle. « Je mourrai sans pardonner tant que les coupables n’auront pas avoué leur forfait », prévient-elle.

Une messe pour les évènements des 30 et 31 octobre

Dame Augustine dit avoir suivi de près les évènements qui ont entrainé la chute du régime Compaoré. « J’ai prié Dieu afin qu’il protège ceux qui luttent pour la libération du Burkina. J’ai appris plus tard qu’il y a eu des victimes. J’ai une pensée pieuse à leur endroit. Que Dieu les reçoive dans son royaume », souhaite-t-elle. Sa joie, elle ne la cache pas par rapport aux évolutions que connaît depuis novembre le dossier Norbert Zongo. Ses relations avec le Collectif qui défend le dossier sont toujours au beau fixe à l’en croire. Elle dit recevoir permanemment la visite du président de la Confédération générale des travailleurs du Burkina/section Boulkiemdé.

Une seule visite de la tombe de Norbert !

La génitrice de Norbert Zongo souligne n’avoir visité la tombe du défunt journaliste qu’une seule fois, en 2006. Ce jour, se rappelle Robert, elle a été vraiment courageuse. Du cimetière de Gounghin, on l’a amenée au Centre de presse Norbert Zongo pour lui expliquer le sens de la lampe allumée. Et juste après, elle a repris la direction de Koudougou après avoir refusé de mettre les pieds au domicile de Norbert. Elle se console aujourd’hui de la survie du journal l’Indépendant et du ranch de Norbert dont les revenus font vivre la famille.

La grand-mère de 15 petits fils n’exclut pas toute idée de pardon suite à l’assassinat de son fils, il y a plus de 16, pour peu que les auteurs du crime se repentent. Car, « le mal est déjà fait. Et ce n’est pas le pardon qui ressuscitera Norbert », philosophe-t-elle.

Bassératou KINDO
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 14 janvier 2015 à 10:19, par Wendpanga
    En réponse à : Affaire Norbert Zongo, 16 ans après : A bâtons rompus avec la mère du journaliste assassiné

    Grand mère, salut
    A mon humble avis je vous dirai de pardonner pour ne pas trainer avec vous une charge devant DIEU. Pardonner ne signifie pas oublier. DIEU est fidèle et il a commencé à faire payer depuis un certain temps ce crime. Courage à tous et que DIEU nous garde. MERCI

    Répondre à ce message

  • Le 14 janvier 2015 à 10:24
    En réponse à : Affaire Norbert Zongo, 16 ans après : A bâtons rompus avec la mère du journaliste assassiné

    on dit que le temps est l’autre nom de Dieu on dit également de laisser le temps au temps..Que Dieu le père de la veuve et de l’orphelin vous donne longue vie yaaba pour connaitre toute la vérité concernant l’assassinat de votre fils et que son âme repose en paix

    Répondre à ce message

  • Le 14 janvier 2015 à 10:54, par Filsdupays
    En réponse à : Affaire Norbert Zongo, 16 ans après : A bâtons rompus avec la mère du journaliste assassiné

    Merci Maman de tenir bon. La lueur du jour est proche. Dieu saura récompenser chacun de ses actes en bien ou en mal. On prie pour tous ces martyrs de notre libertés d’aujourd’hui.

    Répondre à ce message

  • Le 14 janvier 2015 à 11:08
    En réponse à : Affaire Norbert Zongo, 16 ans après : A bâtons rompus avec la mère du journaliste assassiné

    courage Grande Mère, la vérité triomphera dans peu de temps.

    Répondre à ce message

  • Le 14 janvier 2015 à 11:15, par Bouldiadu GULMOU
    En réponse à : Affaire Norbert Zongo, 16 ans après : A bâtons rompus avec la mère du journaliste assassiné

    NOUS SOMMES TOUJOURS NORBERT ZONGO. NOUS N’OUBLIONS PAS. Même si l’avenir ne dit rien de bon. Rock, Salif Diallo, Simon ont tous utilisé leur intelligence à LE voir disparaître. Aujourd’hui ils veulent maquiller la vérité. Je revois encore Simon Compaoré prenant le mur pour échapper aux manifestants qui exigeaient la lumière sur l’assassinat de NORBERT ZONGO. Je revois Rock dans sa grosse voiture pleine d’argent en tournée dans les provinces pour "en finir avec les responsables du collectif". NAN LARA NAN SARA. IL FAUT QUE LE PEUPLE BARRE LA ROUTE A CES GENS LA. ILS ONT FAIT LEURS PREUVES : CLIENTELISME, ASSASINATS, MAGOUILLE. ILs ont utilisé leurs savoirs pour nuire le pays. SOYONS VIGILANTS. LES CHEFS COUTUMIERS DOIVENT LE SAVOIR. EUX QUI SONT MIS EN AVANT PAR LE MPP.

    Répondre à ce message

  • Le 14 janvier 2015 à 11:24, par somed
    En réponse à : Affaire Norbert Zongo, 16 ans après : A bâtons rompus avec la mère du journaliste assassiné

    ils vont tous souffrir avant de mourir comme ces criminels du RSP qu’on a identifié et qui ont souffert atrocement avant de perir. Les commanditaires, les officiers qui ont organisé et surtout ceux qui ont defendu ce regime à coup de lacrymogènes même dans les églises, regardez les ils sont tous en train de partir douloureusement eeux qui jouent au propre

    Répondre à ce message

  • Le 14 janvier 2015 à 11:28, par Bakus
    En réponse à : Affaire Norbert Zongo, 16 ans après : A bâtons rompus avec la mère du journaliste assassiné

    Émotionnel cet article ! !!!!
    Courage à la famille. Dieu existe et il veillera. Inch Allah.

    Répondre à ce message

  • Le 14 janvier 2015 à 11:57, par Ma Patrie
    En réponse à : Affaire Norbert Zongo, 16 ans après : A bâtons rompus avec la mère du journaliste assassiné

    Comme Norbert ZONGO, plusieurs autres figures emblématiques de ce pays ont disparu et nous demandons que lumière soit faite avant que le juge suprême qu’est DIEU donne son verdict. De plus, frère GULMOU, sans vous couper, moi je pense que Dieu sait pourquoi il a rassemblé ces collaborateur dans un même parti chacun aura sa part.

    Répondre à ce message

  • Le 14 janvier 2015 à 11:57, par Le humble
    En réponse à : Affaire Norbert Zongo, 16 ans après : A bâtons rompus avec la mère du journaliste assassiné

    Laissez la veille en paix ! ca devient trop vous derangez la maman

    Répondre à ce message

  • Le 14 janvier 2015 à 12:33, par nous
    En réponse à : Affaire Norbert Zongo, 16 ans après : A bâtons rompus avec la mère du journaliste assassiné

    votre réaction ne va pas dans le bon sens : vous compter faire des parents de Norbert, un argument politique. Erreur ! Envoyez plutôt d’autres arguments et laissez les RSS tranquilles.

    Répondre à ce message

  • Le 14 janvier 2015 à 12:36, par Sugri-soab ya wende zoa
    En réponse à : Affaire Norbert Zongo, 16 ans après : A bâtons rompus avec la mère du journaliste assassiné

    Pardonnez et l’on vous pardonnera. A quoi bon garder rancœur ? Si j’étais proche de la maman je lui conseillerais de pardonner à ceux qui ont tué son Fils. Le Seigneur Jésus en a fait de même "Père, pardonne-les car ils ne savent ce qu’ils font" Maman, laisse tout entre les mains de Dieu. Voici que les choses commencent bien pour que la vérité triomphe pour ce crime crapuleux et satanique. Maman, que tu vives longtemps aussi longtemps que possible pour voir l’aboutissement du dossier de ton défunt Fils Norbert !

    Répondre à ce message

  • Le 14 janvier 2015 à 13:23, par Lamby
    En réponse à : Affaire Norbert Zongo, 16 ans après : A bâtons rompus avec la mère du journaliste assassiné

    Qui parle de vos rss.Laissez lire notre grand mere et priez pr notre frere Zongo.

    Répondre à ce message

  • Le 14 janvier 2015 à 13:25, par Assassins-Torsionnaires
    En réponse à : Affaire Norbert Zongo, 16 ans après : A bâtons rompus avec la mère du journaliste assassiné

    Les assassins-torsionnaires se reconnaissent, ils viennent d’une même boite de la place. C’est leur sport favori. Ils sont specialisés dans les crimes, les tortures, les enlévements. Il y en a qui n’ont pas pu supporter ce lourd fardeau sur la conscience au point d’aller se confier aux charlatants ou marabouts, surtout cet officier superieur qui doit sa survie grâce à ce charlatant d’un village de la province du Sanguié. Tout se sait ici au Faso. C’est vraiment cruel de torturer son semblable, de surcroit son frère d’arme au point qu’en 13 mois de détention, il n’ait pu voir le soleil que 2 fois ; il aurait pu devenir aveugle. Ils vont tous mal mourir les yeux ouverts. Tout se paie ici bas !

    Répondre à ce message

  • Le 14 janvier 2015 à 14:37, par Bouldiadu GULMOU
    En réponse à : Affaire Norbert Zongo, 16 ans après : A bâtons rompus avec la mère du journaliste assassiné

    Je suis vraiment désolé quand les gens crient à la récupération politique devant l’évidence. Rock Salif Simon ETAIENT CDP ET ONT TOUT FAIT POUR ETOUFFER L’AFFAIRE QUAND LES GENS MANIFESTAIENT POUR RECLAMER JUSTICE . SOUVENT TROP ( ON SE RAPELLE LA GIFLE QUE SIMON A EU DU BLAISO POUR AVOIR TROP FAIT) ON LES A VUS A L’OEUVRE MAIS LE PEUPLE BURKINABE PEUT OUBLIER ET LES ELIRE EN NOVEMBRE 2015. L’ESCLAVE MERITE SES CHAINES S’IL NE FAIT RIEN.

    Répondre à ce message

  • Le 14 janvier 2015 à 15:08, par RISTO
    En réponse à : Affaire Norbert Zongo, 16 ans après : A bâtons rompus avec la mère du journaliste assassiné

    Je m’en prend à l’internaute n°10. Donc c’est les RSS qui ont tué Norbert ou bien votre réaction concerne un autre écrit du journal ? Sinon, l’article que j’ai lu n’a rien de rapport avec tes RSS et si c’est cette phrase du journaliste « Augustine, la mère du journaliste assassiné reconnaît avoir reçu des professions de repentance de la part de dignitaires du régime de Blaise Compaoré » que tu penses qu’elle fait allusion, saches que tes RSS ne sont pas les seuls dignitaires du régime de Blaise Compaoré. Peut être que toi même tu as été un des dignitaires du régime de Blaise Compaoré.

    Répondre à ce message

  • Le 14 janvier 2015 à 15:28, par BASSAN JUSTE
    En réponse à : Affaire Norbert Zongo, 16 ans après : A bâtons rompus avec la mère du journaliste assassiné

    Brave maman, du courage, vous n’allez pas mourir sans que la vérité de ton ne triomphe. Tout ces tueurs professionnels seront démasqués et jugés devant tout le monde. Maman mille et mille fois courage.

    Répondre à ce message

  • Le 14 janvier 2015 à 15:49, par kazal
    En réponse à : Affaire Norbert Zongo, 16 ans après : A bâtons rompus avec la mère du journaliste assassiné

    Et si vous laissiez la vielle tranquille ? Au lieu d’aller l’emmerder chaque jour comme vous le faites, vous ferriez mieux de l’aider à retrouver les assassins de son fils en vous attelant à l’investigation. Sans le savoir peut-être, vous l’a tuez à petit feu en allant chaque fois la faire parler de cet événement tragique. Que voulez-vous qu’elle vous dise même ? Qu’elle a pardonné les bourreaux inconnus X ou Y de son fils ? Non ! jamais elle ne le ferra et quiconque, pour peu qu’il soit raisonnable la comprendra.

    Répondre à ce message

  • Le 14 janvier 2015 à 16:38, par Yamkaye"
    En réponse à : Affaire Norbert Zongo, 16 ans après : A bâtons rompus avec la mère du journaliste assassiné

    Maman Augustine, Il faut les pardonner car ils ne savent pas ce qu’ils font. SI pendant 16 ans tous les Burkinabè intègres se sont mobilisés pour la cause de votre fils c’est-à-dire notre sauveur, notre éclaireur NORBERT ZONGO, lâchement calciné par des barbares qui à leur tour ont été aussi assassinés par les mêmes commanditaires, il faut vous ressaisir et laisser la justice de la conscience et cette de dieu faire le reste. Réjouissez-vous car c’est dieu qui vous a choisi parmi la multitude de femmes pour vous donner un fils digne qui a une aura de portée nationale voire internationale. La mort ne supprime pas l’existence, NORBERT ZONGO restera vivant dans les bonne conscience ,dans l’histoire du pays des hommes intègres pour toujours pour servir d’exemple aux nouvelles générations.

    Répondre à ce message

  • Le 14 janvier 2015 à 19:07, par Passaké
    En réponse à : Affaire Norbert Zongo, 16 ans après : A bâtons rompus avec la mère du journaliste assassiné

    Pardonner pour aller où ??? Il faut être un Ange ou Christ pour pouvoir pardonner certaines choses. Il y a des degrés quand même, voyons ! Griller/ braiser un homme ce n’est pas dans le même niveau de péchés que nos petits larcins de chaque jour ! De plus ils ont poussé l’outrecuidance jusqu’à allez organiser cette mascarade de journée du pardon sans dire ce qu’ils ont fait et sans avoir le consentement des certains ayants-droits. Quand je regarde la vidéo de cette journée de pardon, ce qui me vient en tête c’est "Tu fais on te fais et il n’y a rien" et de plus "on t’imposera le pardon" en lançant des colombes ou pigeons blancs en RIANT. En tout cas, moi je comprends la maman du journaliste qui n’arrive pas à pardonner. je trouve qu’il y a certaines choses pour lesquelles il est humainement difficile de pardonner, laissons ça à DIEU.
    Foutaises et mascarade. Pardonner qui, parce qu’il a fait quoi ??? Tu l’as tué, ok, mais laisse on va prendre pour enterrer, tu brûles en plus pour brouiller les recherches ! Yaaba (la maman de NZ) a porté ce poids pendant SEIZE (16) ans et elle n’en est pas morte. De grâce laissez-là tranquille dans sa décision. ça SE VIT, ça se raconte , ça ne se pardonne pas facilement. MOI, en tant qu’humain, je comprend.
    Webmaster sois gentil, c’est sans rancune, c’est juste la VERITE

    Répondre à ce message

  • Le 14 janvier 2015 à 19:25, par Koulanswon
    En réponse à : Affaire Norbert Zongo, 16 ans après : A bâtons rompus avec la mère du journaliste assassiné

    Vous tous qui demandez à la mère de Norbert Zongo de "pardonner" ! Savez-vous ce que c’est que le pardon et dans quelles conditions elle s’applique ? Dites moi :
    - A qui elle doit pardonner ?
    - Qui lui a qu’il lui a fait quoi et elle ne lui a pas pardonné ?
    - Plus précisément,jusque-là, qui lui a dit qu’il se reproche quelque chose dans l’assassinat de son fils et il a refusé de lui pardonner ?
    Franchement.................

    Répondre à ce message

  • Le 15 janvier 2015 à 00:15, par philly
    En réponse à : Affaire Norbert Zongo, 16 ans après : A bâtons rompus avec la mère du journaliste assassiné

    On pardonne a un coupable,comme Jesus a pardonné à ces assassins. Notre grand mère ne peut pardonner au vide. Car il n’ya pas de coupables. Wait and see

    Répondre à ce message

  • Le 15 janvier 2015 à 02:50
    En réponse à : Affaire Norbert Zongo, 16 ans après : A bâtons rompus avec la mère du journaliste assassiné

    Wendpanga, elle va pardonner a qui ?Puisque apparemment, personne n’a tue Norbert. C’est meme comme si Norbert n’ etait pas mort. Donc elle va pardonner comment ? Ne soyons pas hypocrites. Il faut respecter la douleur de cette brave femme qui a su bien elever un fils qu’ elle a donne en cadeau au peuple burkinabe.

    Répondre à ce message

  • Le 15 janvier 2015 à 06:50, par Ka
    En réponse à : Affaire Norbert Zongo, 16 ans après : A bâtons rompus avec la mère du journaliste assassiné

    Augustine a chaque fois que je suis de passage dans ta modeste maison, je ne manque jamais de te dire que la haine a la haine, la violence a la violence, on applique une philosophie qui ne donne pas des bons résultats. En ce début d’année que Dieu tout puissant capable de faire ce qui est impossible te protège avec ta famille.

    Répondre à ce message

  • Le 15 janvier 2015 à 07:46, par Houma
    En réponse à : Affaire Norbert Zongo, 16 ans après : A bâtons rompus avec la mère du journaliste assassiné

    Nous souhaitons encore longue vie a notre grande-mère pour qu’elle puisse voir le denouement de l’affaire de l’assassinat barbare et ignoble de ce celebre journaliste Norbert.
    Sur le plan des responsabilités, loin de faire aucune recuperation politique, les RSS sont comptables au même titre que Blaise des assassinats dont quelques uns sont : Norbert zongo, Guillaume sessouma, Oumarou clement ouedraogo, Henri Zongo, jean-baptiste Boukary Lingani, Some Yorian gabriel etc.....
    Ces gens bien que partis de ce parti qu’il defendait becs et ongles après 26 ans de beurre, de nepotisme, d’enrichissement illicite, de trafics de toutes sortes, de crimes economiques et de sang ne pourront pas tromper le peuple sous pretexte qu’ils s’étaient trompés ou qu’ils viennent de se convertir pour chercher a briguer la magistrature suprême ici. Que le peuple dès maintenant ne se laisse paas duper. Qui va croire a la sagesse du chat face à la souris même après plusieurs passages de pelerinage à la mecque, a Lourdes ou a Rome. il ya plus de 17 ans que Salif a fêté ses milliards au mépris de la situation de pauvreté des populations. Ces gens n’hesitaient pas à traiter le peuple digne du pays reel d’aigri et qu’en attendant ce sont eux et ils font ce qu’ils veulent et que chacun attendent son tour. Je ne defend pas blaise du tout qui est le premier responsable pour avoir laissé faire mais si ces gens surtout ce trio arrivent a justifier les richesses immenses, nous serons prêt à dire que seul Blaise et sa famille ont ruiné le pays et mieux nous les voteront pour qu’il relève ce pays. A l’origine, salif particulièrement relève de quel ministère ?. Aucun. Il fête allègrement des milliards et sans crainte et aujourd’hui il fustige Blaise. soyons serieux. Au vu des candidatures annoncées, Natama, Maitre Sankara, ma samogo Saran, barry tahirou,Zephirin, Djibril Bassolé peuvent etre declarants partants pour le moment. sans rancune ni haine, en toute objectivité les RSS sont à disqualifier par l’électorat aux urnes si nous voulons que cette revolution soit le tremplin de l’émergence du pays.

    Répondre à ce message

  • Le 15 janvier 2015 à 09:55, par GRACE HEMA
    En réponse à : Affaire Norbert Zongo, 16 ans après : A bâtons rompus avec la mère du journaliste assassiné

    Maman avec tout votre respect j,allais vous demandé de les pardonnés au nom du tout puissant, oui maman c,est pas du tout facile mais il faut les pardonnés et laissé dans les mains de Dieu.Ce qui est sur tout se paie sur terre. Encore maman très longue vie a vous, k Dieu vous protège et beaucoup de courage a vous maman ! par la grace

    Répondre à ce message

  • Le 15 janvier 2015 à 10:17
    En réponse à : Affaire Norbert Zongo, 16 ans après : A bâtons rompus avec la mère du journaliste assassiné

    moi je suis d’accord qu’elle pardonne mais en entendant il faut qu’on nous dise qui l’a tué, qu’est ce qu’il a fait pour qu’on le tue.

    Répondre à ce message

  • Le 15 janvier 2015 à 10:54, par SOME
    En réponse à : Affaire Norbert Zongo, 16 ans après : A bâtons rompus avec la mère du journaliste assassiné

    A quoi bon demander pardon pour un acte que l’on ne reconnaît pas avoir commis ? », questionne-t-elle. « Je mourrai sans pardonner tant que les coupables n’auront pas avoué leur forfait », prévient-elle. Que dire de plus ? Elle a tout compris et elle a une morale.
    n°19 passake et 24 houma vous avez si bien raison
    SOME

    Répondre à ce message

  • Le 15 janvier 2015 à 11:04, par kunakitu
    En réponse à : Affaire Norbert Zongo, 16 ans après : A bâtons rompus avec la mère du journaliste assassiné

    Bonjour M. Ka. Depuis le temps que je vous lis, j’ai du mal à cerner vos messages, mais cette fois, c’est la confusion totale. Que voulez-vous que Mamie Augustine fasse ? elle ne devrait selon vous ajouter de la haine à la haine, de la violence à la violence !!! Vous lui avez dit ça ou vous comptez le lui dire ? Pourriez-vous dire la même chose à MMe Sessouma Guillaune et à ses enfants ? la même chose aux parents de Dabo Boukary, aux enfants de Salif Nébié ? M. Ka, vous dites souvent que vous êtes un sage et vous profitez pour blesser la douleur des gens dont la seule force réside dans leur capacité de vivre dans le souvenir de leurs proches assassinés. Comprenez que pour survivre à l’assassinat d’un fils, d’un frère, d’un époux, d’un père, tous ceux qui ont perdu un être cher du fait des princes qui nous gouvernent, Dieu même refuse de ne jamais leur donner ni le pouvoir, ni la force de pardonner. Non, ils ne doivent jamais oublier le mal qu’on leur a fait, ils ne doivent jamais pardonner, ils ne doivent pas aimer les assassins de leurs proches, jamais, ce serait donner raison, à ceux qui ont tué et à ceux auxquels le sang versé a profité. Si l’autre monde existe vraiment, on s’y retrouvera tous un jour. Ils en répondront devant Dieu. On dit que le pardon est divin. Souffrez que Mamie et tous les autres restent humains et puissent survivre à la haine et à la violence en y opposant le seul bouclier qui puisse les protéger : la possibilité de dire "je ne pardonne pas".

    Répondre à ce message

  • Le 15 janvier 2015 à 11:51, par Wendwaoga
    En réponse à : Affaire Norbert Zongo, 16 ans après : A bâtons rompus avec la mère du journaliste assassiné

    Beaucoup de courage à notre chère maman. Que c’est difficile de vivre sa situation ! Je pense qu’elle ne peut pas encore pardonner. Il faut d’abord que l’on sache pourquoi et qui a tué M.Zongo et ses compagnons.Il faut d’abord satisfaire à ce préalable.

    Répondre à ce message

  • Le 15 janvier 2015 à 19:16, par Ka
    En réponse à : Affaire Norbert Zongo, 16 ans après : A bâtons rompus avec la mère du journaliste assassiné

    Mr.Kunakitu, mon message a été écrit dans la douleur, et ce message s’adresse aux internautes et au peuple Burkinabé meurtri par les crimes gratuits. La famille Norbert Zongo dont je me considère parmi, connait ma colère contre les assassins cruels de Norbert depuis ce 13 Décembre 1998. Mais au fil des années je dis à toutes et tous qui ont la même douleur et la même colère comme moi, de continuer de vivre comme Augustine, et mettons nos haines et nos violences de côté, car tôt ou tard le passé de ces assassins les rattraperont. A.Ka n’est pas un étranger pour la famille Zongo Norbert, et croyez-moi, moi qui est contre ceux qui ôtent la vie de leurs compatriotes pour le pouvoir, ce 13 Décembre si j’étais sur la route de Léo- Sapouy, et voyait ces dits assassins je donnerai ma vie pour les exterminer. Si ce n’est pas aujourd’hui, demain ces assassins répondront de leur crime, car il y aura une vraie justice dans le pays que nous aimons tous. Encore une fois je demande au peuple Burkinabé de se retrouvé après les crimes crapuleux du régime Blaise Compaoré derrière ce dicton de la sagesse Africaine qui dit ‘’’ qu’en opposant la haine a la haine, la violence a la violence, on applique une vielle philosophie qui ne donne pas des bons résultats.’’’’’ J’ai plusieurs fois dans ces dernières années fait cette citation de tolérance auprès de la famille Zongo. Mr. Kunakitu merci de votre intervention qui m’a permis de revoir mon message mal interpréter. Tout le Boulkiemdé et le peuple du pays des hommes intègre ont pleuré avec Augustine, et continu a versé des larmes en pensant à notre valeureux Norbert Zongo.

    Répondre à ce message

  • Le 22 janvier 2015 à 09:45, par sokeyere
    En réponse à : Affaire Norbert Zongo, 16 ans après : A bâtons rompus avec la mère du journaliste assassiné

    Vous êtes trop intelligent hein vous qui ne voulez pas qu’elle pardonne. vous voulez l’achever avant son temps ? ne saviez vous pas que la rancune est comme un cancer qui gangrène ? qu’elle pardonne à qui ? bien sur à ceux qui ont tués sont fils même si elle ne les connait pas. Dans son cœur elle doit les pardonnés pour survivre et vivre heureux . bien que c’est dur tout le monde reconnait. Si elle veut vivre heureuse sur la terre et dans l’au-delà il faut bien qu’elle pardonne . Même si elle doit voir des psychologues ou des gens qui vont l’aider afin qu’elle prenne la décision de pardonner. Ceux qui gardent rancune ne rentreront pas au ciel. Vous, vous ne saviez pas ça ?

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés