Vœux des diplomates au Président du Faso : le succès de la transition dans le viseur

samedi 10 janvier 2015 à 01h34min

Le corps diplomatique a présenté, dans la journée du vendredi 9 janvier 2015 à Kosyam, ses vœux de nouvel an au Président du Faso, Michel Kafando. Une cérémonie au cours de laquelle la communauté internationale a réitéré sa volonté d’accompagner du Burkina.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Vœux des diplomates au Président du Faso : le succès de la transition dans le viseur

Les représentants des corps et missions diplomatiques, des organisations internationales et interafricaines ont sacrifié à la traditionnelle cérémonie de présentation de vœux au Président du Faso et, partant, à l’ensemble du peuple burkinabè. Occasion pour les responsables des organisations susmentionnées pour jeter un regard rétrospectif sur les actions de coopération et dessiner les perspectives. Quatre interventions ont marqué cette cérémonie. Il s’agit du discours du coordonnateur-résident du système des Nations-Unies, représentant l’ensemble des organisations internationales ; de l’intervention du représentant de la Banque Ouest africaine de développement (BOAD), doyen des organisations interafricaines ; de celle du Nonce apostolique au nom des missions diplomatiques et enfin, de la réponse du Président du Faso aux différents messages.
C’est le représentant des organisations internationales, Pascal Karorero, qui a ouvert la série des interventions en souhaitant au peuple burkinabè, les vœux de santé, de paix, de prospérité, de sérénité et de cohésion sociale pour une transition réussie qui permettra de consolider la démocratie et les bases pour accélérer la marche du Burkina sur la voie du développement humain. Pour M. Karero, ces moments offrent l’occasion d’examiner le récent vécu, tant au plan international et national et dégager des perspectives qui guideront les actions collectives. Au plan international, l’année 2015 est, selon lui, celle de transition qui sera marquée par la poursuite de la préparation et l’adoption du nouvel agenda de développement pour la période après 2015. « Ce processus a été inclusif avec la participation de toutes les différentes couches sociales sur le plan mondial et au niveau des pays. Le Burkina a pris part à ce processus, notamment à travers la préparation du rapport national qui a mis en exergue la priorité que la population accorde à l’emploi aux côtés des domaines déjà retenus dans les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) », a-t-il développé.

Un hommage au peuple burkinabè

Le représentant de la Banque Ouest africaine de développement (BOAD), Edorh Messan, après avoir ausculté l’environnement mondial, africain et sous-régional, est, comme les autres intervenants, revenu sur les évènements qui ont marqué le dernier trimestre de l’année 2014 au Burkina, aboutissant aujourd’hui à la transition en cours. Pour M. Messan, il faut tourner la page et aller de l’avant. C’est pourquoi a-t-il salué la mise en place effective des organes de la transition avant de rappeler ses principales missions de la transition dont l’organisation d’élection libre, transparente et juste.
Toujours dans ce chapitre, le Nonce apostolique, Monseigneur Vito Rallo, a, quant à lui, rendu un hommage au peuple burkinabè pour « son sursaut patriotique ». Il a également fait une « mention spéciale » à l’Armée burkinabè pour sa gestion des évènements. Pour M. Karorero, grâce au patriotisme du peuple burkinabè, à la maturité de ses forces vives et à l’appui précieux de la communauté internationale et des institutions sous-régionales, le Burkina a pu se doter en un temps record des Institutions de la transition. Ce qui lui a permis de garder sa place dans les pays dotés d’institutions démocratiques et de continuer à offrir les biens et services publics auxquels la population a droit et de sauvegarder les bases du développement économique et social. « La bonne conduite de la transition ne pourra se faire que dans un climat social apaisé marqué par la réconciliation et le pardon », a-t-il rappelé avant d’affirmer qu’avec l’héritage culturel et le comportement observé à la suite de l’insurrection population, il n’y a aucun doute que ce défi sera relevé par les autorités et le peuple burkinabè.

Le virus Ebola et le terrorisme, des préoccupations communes

Tous les intervenants ont déploré le « ravage » fait par la maladie à virus Ebola au niveau régional. Relevant que cette épidémie a affecté des pays qui étaient en train d’émerger après de longues périodes de conflit et de transition politique. Ce qui porte un coup à leurs efforts de reconstruction et de relèvement entrepris. Toutefois, la note d’espoir réside dans l’engagement, la solidarité et les efforts conjugués de la communauté internationale pour faire régresser l’épidémie dans la sous-région ; efforts qui, selon eux, commencent à porter ses fruits. C’est dans la même verve qu’ils ont fustigé les actes terroristes qui continuent de faire de nombreuses victimes dans plusieurs pays. Tout en marquant un arrêt sur Boko Haram au Nigeria, l’attentat de Charlie Hebdo, a également retenu les attentions des intervenants. Ils ont donc appelé à une conjugaison des efforts dans la lutte contre le terrorisme, tout en saluant les nombreuses initiatives entreprises de part et d’autre dans le cadre de cette lutte.

Le Président du Faso rassure …

En réaction aux interventions précédentes, le Président du Faso s’est d’abord réjouit de l’excellence des relations entre son pays et les différents pays et institutions. Au plan sous-régional, il a salué la coopération bilatérale avec la Côte d’Ivoire qui se traduit entre autres par la réalisation de grandes infrastructures de développement. Même dynamisme de coopération avec l’Union Européenne, les Etats-Unis, l’Asie, l’Amérique Latine et l’Océanie, etc. Pour chacune des institutions, le Président du Faso, Michel Kafando, a souligné les domaines de coopération avant d’affirmer que de nombreuses perspectives existent dans plusieurs autres domaines. Au plan multilatéral, Michel Kafando a noté que plus de 2000 burkinabè sont engagés au sein des missions des Nations-Unies pour le maintien de la paix. Il a également réitéré le soutien du Burkina au Mali et au Niger dans la lutte contre le terrorisme. Sur l’actualité nationale, le Président du Faso a laissé entendre que le Burkina Faso revient de loin, après les évènements des 30 et 31 octobre avant de souligner que « La contribution des différents pays ont permis au peuple burkinabè de surmonter cette épreuve. Aujourd’hui, la transition est en marche ; les défis sont énormes au plan politique et socio-économique et nous avons besoin du soutien de la communauté internationale pour relever ces défis. L’objectif final étant de réussir des élections libres, transparentes et crédibles ». Il a rassuré les partenaires du Burkina de sa volonté de conduire, avec son équipe, le processus de transition pour le bonheur de l’ensemble des Burkinabè.

Oumar L. OUEDRAOGO
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 10 janvier 2015 à 06:07, par NAWALAGUIMBA
    En réponse à : Vœux des diplomates au Président du Faso : le succès de la transition dans le viseur

    Merci mon Président . Je voudrais que vous et votre gouvernement, vous ne perdiez surtout pas de vue que l’objectif final de votre mission est de réussir des élections libres, transparentes et crédibles comme vous l’avez souligné et que le corps diplomatique vous l’a rappelé. Ne permettez à personne de vous en détourner par aucun divertissement.

    Répondre à ce message

  • Le 10 janvier 2015 à 08:49, par Attention aux règles du droit
    En réponse à : Vœux des diplomates au Président du Faso : le succès de la transition dans le viseur

    Si le gouvernement de transition ne fait pas attention, certaines de ses décisions hâtives risquent de se retourner contre lui en matière de droit. Si le gouvernement veut s’arroger le droit de faire des nominations et des limogeages selon ses humeurs et intérêts masqués, des citoyens qui seraient arbitrairement limogés pourraient ester en justice pour que le droit soit dit et bien dit. Par exemple, un DG nommé par suite d’appels à candidatures pour un mandat à durée déterminée, s’il est arbitrairement limogé pourrait revendiquer ses droits en termes de dommages et intérêts à coups de millions et ce serait la faute du gouvernement de transition si la justice doit exiger du trésor public des frais pour dédommager des citoyens brimés. Me.Sankara a fait savoir que la sanction de suspension des partis politiques était maladroite après le rétablissement de la constitution. L’expérience du CNT prouve déjà que les prétendus acteurs de la société civile qui jouaient aux donneurs de leçon en matière de bonne gouvernance sont loin de la réalité aujourd’hui où ils se transforment en affairistes prêts à s’enrichir très vite et bien avant la fin de la transition. Pour y parvenir, ils veulent installer leurs hommes de complicité dans l’administration publique et aux postes juteux. A ce rythme, les prochains rapports de l’ASCE risquent de comporter des noms des membres du CNT et du gouvernement de transition. Ils auraient alors prôné le changement du pays pour leurs propres intérêts et non au nom du peuple en général.

    Répondre à ce message

  • Le 10 janvier 2015 à 08:55, par Décret illégal
    En réponse à : Vœux des diplomates au Président du Faso : le succès de la transition dans le viseur

    Le décret du ministre de la fonction publique, du travail et de la sécurité sociale sur les nominations des DG de sociétés d’Etat est illégal. Cela ne relève pas de ses prérogatives car il ne s’agit pas de la gestion pure et simple de la carrière des fonctionnaires. C’est la commission interministérielle chargée des appels à candidatures pour le choix des DG qui est habilitée à faire ce travail. Cette commission relève de la tutelle administrative du Premier ministère et de la tutelle économique du ministère des finances. La commission est composée de technocrates en marge des ingérences politiques pour choisir des DG sur la base de leurs compétences assorties d’enquêtes de moralité d’au moins 3 mois. Le ministre de la fonction publique a outrepassé ses attributions pour s’immiscer dans un domaine qui a commencé à faire ses preuves de qualité et qu’il va compromettre par des nominations de copinage et de népotisme par la simple volonté des ministres qui pourront nommer et révoquer des DG selon leurs humeurs et intérêts. Les Conseils d’administration évaluent annuellement les DG nommés suite à des appels à candidatures. Le Premier ministre ZIDA et le Président Kafando devront être vigilants pour ne pas se laisser induire en erreur par des ministres et personnes qui cherchent plutôt leurs propres intérêts qu’une gestion rationnelle de la chose publique.

    Répondre à ce message

  • Le 10 janvier 2015 à 11:12, par Invincible
    En réponse à : Vœux des diplomates au Président du Faso : le succès de la transition dans le viseur

    J’espere que cela s’est fait sans collation. Si non on veut voir la facture. Autre chose, il faut que le President regarde serieusement du cote de la Cote d’Ivoire. On peut pas continuer de laisser Michel Koutaba en poste comme ambassadeur alors que Blaise qui l’a nomme est aussi en fuite dans ce pays. Il suffit d’observer les evenements de ces derniers jours pour s’en convaincre. Loin de renier le droit de vote des Burkinabe de l’etranger, j’insiste sur la necessite de mettre en place des strategies de controle fiables de ces votes pour eviter que ces votes s’ils doivent avoir lieu dans les annees a venir ne soient un facteur de division entre les fils du pays. On a vu des maires transporter des urnes en plein midi dans Ouagadougou rien qu’en 2013 a cote sous nos yeux. Malheureusement la fraude electorale n’est pas un delit. On annule juste les resultats et on reprend au frais du contribuable qui ne sait meme pas qu’on le pille. Bref. Il faut que Michel Koutaba saute de son poste. on veut un ambassadeur capable de maintenir la cohesion entre les freres et soeurs de cote d’ivoire. Pas un ambassadeur au service de cux qui l’ont nomme et qui le teleguide depuis leur cachette secrete d’ou ils demandent a leurs militant d’occuper sainement le terrain alors qu’ils sont incapable eux-memes de mettre le nez dehors. Il faut etre idiot pour croire que Koutaba roule pour la Transition.

    Répondre à ce message

  • Le 10 janvier 2015 à 15:10, par legourou
    En réponse à : Vœux des diplomates au Président du Faso : le succès de la transition dans le viseur

    nous avons le plaisir de vous inviter à rejoindre nos rangs dans ce marketing de reseau qui a coup sur vous fera gagner assez d’argent :
    www.teamworkproject.org?ref=moussa1

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés