Vœu de Siaka Sanon, Imam de la grande mosquée de Dioulasso-Ba, pour 2015 : « Que Dieu nous épargne des divisions, des malentendus, des conflits et de la haine »

dimanche 4 janvier 2015 à 21h09min

Vœu de Siaka Sanon, Imam de la grande mosquée de Dioulasso-Ba, pour 2015 : « Que Dieu nous épargne des divisions, des malentendus, des conflits et de la haine »

(Versets en arabe)…On loue Dieu. Il a tout notre respect. Tout homme doit être reconnaissant à Dieu à chaque fois qu’il a l’opportunité de vivre une nouvelle année. Que Dieu nous en donne davantage. Pour l’année 2015, nous confions notre pays à Dieu. Qu’il protège le Burkina Faso et qu’il en fait un ilot de paix. Que Dieu nous épargne des divisions, des malentendus, des conflits et de la haine. Que l’année 2015 soit celle du bonheur, de la prospérité, des réalisations et des consolidations des acquis. Que le Dieu Tout Puissant nous éloigne des maladies. On a besoin de la bénédiction, qu’il nous en donne…

Propos recueillis par Ousséni BANCE
Lefaso.net

Messages

  • Que Dieu nous donne une vraie laïcité !
    Que Dieu nous donne la place qui nous revient à nous musulmans

  • Ce qui caractérise un repentant sincère, c’est le sens de la décence, la honte, l’humilité.
    Or rien de cela ne se trouve dans le comportement des repentants en question. Nous sommes dans cette situation ubuesque où c’est celui qui a fauté qui veut, exige même et tout de suite d’être pardonné et parle de réconciliation. Un peu de décence.
    La dignité exige qu’il reconnaisse sa faute, qu’il la confesse publiquement en disant en quoi elle a consisté et pourquoi il n’a pas pu l’éviter.
    Il laisse après cela, par respect de la victime, le temps à celle-ci de faire son deuil, ainsi que, éventuellement, l’initiative du pardon et de la réconciliation.
    Et là c’est le bourreau qui nous donne une morale du pardon et se dépêche de décréter la réconciliation. C’est insultant pour la victime. Le mot de réconciliation ne peut pas venir décemment des bourreaux mais des victimes.
    Et leur comportement est d’autant plus insultant que, dans ce pays, l’histoire du pardon et de la réconciliation a déjà un précédent.
    Les mossis disent qu’on ne piétine pas deux fois les couilles d’un aveugle. Et les gens du CDP et du RDA veulent piétiner vingt sept fois les couilles du peuple burkinabè. A ce niveau, le pardon ça ne serait plus de la tolérance, du patiotisme, mais carrément de la naïveté, de la sottise. Pas de pardon pour les ennemis du pardon et pour les intolérants invétérés. Que n’ont-ils pas pardonné à Sankara, Lingani, Henry Zongo, Norbert Zongo et aux autres, surtout aux martyrs du 30 et 31 octobre 2014 ? Notre trop grande gentillesse est leur force. Ne nous laissons pas manipuler et attendrir. Rappelons-nous qu’ils sont sans pitié.
    Une seule leçon à tirer : il n’y a pas d’incohérence chez ces gens-là : leur arrogance et leurs excès dans le crime quand ils se sentent tout puissants et leur sans-gêne à se dépêcher de parler de pardon et de réconciliation quand ils sont faibles sont les deux faces d’une même médaille : le cynisme des gens mauvais.

  • Thank you ! God will implement your wish and your dream will come true.
    Plutonium

  • Que les chenilles du karité communément appelé "chitumu" sortent abondamment.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés