Le pardon OUI ! Mais, attention à l’euphémisme de la lettre et de l’esprit de la repentance

dimanche 4 janvier 2015 à 21h13min

Depuis les événements du 28 octobre au 2 novembre et leurs conséquences malheureuses et douloureuses pour beaucoup de familles et pour la nation entière, des repentances et appels au pardon ont été publiés. Nous avons vu les déclarations du Président de l’AUTRE Burkina/Parti pour le socialisme et la refondation, la déclaration des représentants du Congrès pour la Démocratie et le Progrès (CDP ex parti au pouvoir), enfin la conférence de presse des représentants de L’Alliance pour la Démocratie et la Fédération/Rassemblement Démocratique Africain (ADF/RDA).

Le pardon OUI ! Mais, attention à l’euphémisme de la lettre et de l’esprit de la repentance

Il est important de noter avant tout développement que le parti l’AUTRE Burkina se disait être contre la modification de l’article 37 mais pour le Référendum qui servirait à départager les différentes positions. Il n’y a aucun doute, il faut saluer la promptitude des demandes diverses et l’opportunité du pardon, non sans se poser la question sur l’opportunité de la promptitude des demandes venant des repentants. Nul ne peut et ne doit empêcher une demande de pardon car même quand elle n’est pas sincère, elle révèle tout de même un état d’esprit. L’espoir est que les repentants demandent le pardon sincèrement, pour le bien du peuple d’abord et pour leur propre bien ensuite. C’est aussi dans cet ordre des faits qu’il faut espérer qu’ils seront pardonnés pour le bien du peuple et pour leur propre bien. Cependant, il est important de s’interroger sur les termes choisis pour annoncer la repentance. Il est à notre sens nécessaire d’aller au delà des mots qui nous sont donnés pour déceler les confusions qui nous égarent. Il importe pour ce faire d’explorer les connotations profondes des contenus et permettre à chacun de se faire une idée sur la valeur et la profondeur du pardon qui est demandé et donc qui sera donné.

La confusion dans la compréhension des enjeux qui constituaient la crise

Il y a vraisemblablement une confusion entre les enjeux moraux sociétaux et les stratégies politiques dans l’émergence et l’exacerbation des positions dans la crise. Les propos des notes de repentance font ressortir les erreurs faites dans le choix des positionnements politiques. Tout le monde n’a pas la même compréhension de ce qui s’est passé. S’il ne s’agissait que de jeux politiques entre initiés du débat partisan et de « divergences politiques » comme le caractérise la lettre du CDP, nous pensons que l’ensemble de la société et la société civile en tête ne s’en seraient pas préoccupés autant. Les différences de compréhension se situent justement à ce niveau. Pour le représentant de l’AUTRE Burkina, la situation pourrait s’expliquer par « l’aiguisement profond et constant des contradictions entre les citoyens et aussi entre les forces sociopolitiques » mais il ne semble pas vraiment comprendre de quelles contradictions il s’agit. A la différence de ceux qui se sont emmurés dans l’intension de modifier l’article 37 de la constitution, tout le monde savait que les choix qu’il y avait à faire étaient des choix sociaux et moraux fondamentaux. Les choix à faire ne se rapportaient pas seulement à des schémas politiques et des intérêts et positionnements politiques. Tout le monde savait que les enjeux se rapportaient aux valeurs éducatives et morales qui se dérivent en divers référents plus ou moins sacrés. Les enjeux impliquaient la valeur de la parole donnée, le respect à réserver aux anciens, aux sages et coutumiers et religieux, la place des préférences familiales et claniques face à l’intérêt national, l’éducation de nos enfants et surtout notre vivre ensemble, les principes humanistes et universels, l’humilité des puissants. La valeur sacrée de la vie humaine, l’entrave à la liberté d’expression ou d’opinion qui pouvait prendre la forme de l’atteinte à la vie, la justice, l’équité sociale et la prise en considération des besoins des pauvres ont souvent aussi été présentées comme des éléments d’opposition des idées. En essayant de codifier au forceps un nouvel ordre permettant l’inamovibilité à la tête de l’État malgré toutes les mises en garde, les repentants d’aujourd’hui ont pris les sentiers de l’incertitude. À l’analyse, il apparaît clairement qu’ils ont voulu renverser les codes moraux locaux et les mettre en conflit avec des valeurs universelles auxquelles tous avaient, de façon consensuelle dans un précédent élan de pardon, manifesté un fort attachement. C’est l’ensemble de ces éléments qui sont à prendre en compte pour mieux comprendre la crise et de situer la demande et l’offre de pardon. Au regard donc de ces enjeux, les demandes de pardon qui ont été publiées ces derniers temps présentent les choses de façon trop simple pour espérer contribuer à la construction d’un travail de pardon véritable.

La confusion entre l’erreur, la faute et le crime

La constance qui ressort des propos de ceux qui ont, au mépris des considérations, de tous les avertissements et au mépris de la parole donnée aux sages, cherché à faire modifier la constitution est qu’ils ont fait une simple erreur. « Nous reconnaissons, avec lucidité et humilité, avoir commis une erreur d’appréciation… » ont indiqué les responsables du CDP. C’est la même perception qu’a son allié l’ADF/RDA. “En décidant finalement de soutenir le projet de modification de l’article 37 de notre Constitution, l’ADF-RDA a commis une erreur politique. » selon le parti. L’AUTRE Burkina aussi parle d’avoir commis une erreur en pensant que le Référendum pourrait servir à départager ceux qui étaient pour et ceux qui étaient contre la modification de l’article 37 de la constitution. Ce qui transparaît de cette caractérisation montre que jusqu’à présent ils ne réalisent pas ou ne comprennent pas qu’une insistance qui a conduit à la mort de plusieurs personnes et à des traumas indicibles peut être vue autrement. Cela peut être aussi considéré comme une faute et dans certaines circonstances être présenté comme un crime. Certains propos venant des rues n’ont aucun doute qu’il s’agit là à tout le moins d’une complicité de crime. Ils doivent certainement l’avoir appris ; ce que eux considèrent comme des erreurs, des acteurs sociaux ont suggéré que certains de ces comportements soient frappés du sceau de l’indignité nationale. Certains comportements seraient donc dans leur esprit d’une telle honteuse moralité qu’ils s’apparentent à une atteinte à l’essence et à l’existence même de notre reconstitution comme nation ; ils se classeraient – c’est selon - au rang des crimes contre la république.

Selon donc la position que l’on occupe dans la confrontation et de ce qui est vécu, on n’a pas la même appréciation de ce qu’est la faute. Comment est-il possible de se comprendre dans une perspective de construction du pardon ? Si je demande pardon pour une erreur et que la personne d’en face dit m’avoir pardonné pour un crime, il est évident que nous ne partons pas des mêmes référents pour l’estimation des redus. Je pourrais ce faisant penser que je ne lui dois que quelques mots d’excuse quand lui pense que je lui dois en compensation ma liberté ou même ma vie. De la caractérisation des offenses, de leur objectivation ou à tout le moins, de leur reconsidération du point de vue des intersubjectivités peut vraiment se construire une œuvre de pardon, pas d’un seul point de vue. C’est seulement revu sous cet angle que l’on peut comprendre la valeur de la demande du pardon et surtout la valeur du pardon qui sera donné. La mise en place d’un cadre ou d’une commission de réconciliation servira justement et certainement à une telle reconstruction. C’est à cette seule condition que nous prendrons toute la mesure de la valeur du pardon. Il est évident qu’il sera plus facile de pardonner certains faits que d’autres. Les tentatives d’endoctrinement voulant enraciner l’idée que l’ancien Président était irremplaçable ont causé des dommages à tous y compris le premier concerné. Cependant, le plus difficile est d’apprendre que certains repentants d’aujourd’hui se préparaient à une répression dure de toutes les personnes qui étaient contre la modification de l’article 37, après les travaux du 30 octobre des députés.

La confusion des positions dans le processus de demande de pardon

L’esprit des adresses de repentance est d’ailleurs assez clair ; c’est bien l’ADF/RDA qui en donne la meilleure lecture. Dans une lettre supposée être de demande de pardon, l’objectif final est la préparation des élections à venir. Alors, il faut faire une demande de pardon fut-elle lapidaire avant d’entrer dans les débats des élections qui sont en vérité très proches. Le peuple est certainement miséricordieux se disent-ils, assurément il accordera l’absolution. Si la question de l’opportunité de la promptitude des demandes de pardon se pose, c’est bien parce que certains conférenciers, dans la précipitation, se trompent de position. Le CDP dans sa lettre de repentance « souhaite adresser un message d’apaisement et de réconciliation à l’ensemble du peuple burkinabé. » L’ADF/RDA fera encore mieux dans la condescendance, le parti dit qu’il tend la main au peuple Burkinabé. Non, c’est au peuple martyrisé de dire, qu’il faut aller à la réconciliation ou qu’il tend la main du pardon, et aux repentants de la prendre. Pour comparaison prenons, l’exemple d’une personne qui a tenté de jeter des adversaires dans une fosse et qui finalement est tombée dans la fosse. Si cette personne tombée dans la fosse tend la main la première, c’est pour se faire sortir de la fosse. Les propos montrent qu’ils sont trop pressés de « rebondir » comme ils l’indiquent au point qu’ils perdent les notions de positionnement. Cette façon de demander le pardon nous ramène à des attitudes déjà vues donc connues. Il s’agit là de l’art de demander le pardon, de prendre le pardon qu’il soit accordé ou pas et d’en faire ce que l’on veut pour préparer le prochain crime/erreur. Ce faisant, il convient de demander à ceux qui demandent pardon d’être patients et surtout de savoir bien choisir les mots de leurs propos qui dévoilent ou peut-être déplacent de façon trop effrayante leur intention réelle. Cela ne signifie pas qu’ils doivent croiser les bras que l’on leur tende la main, il faut travailler avec moins de déclarations.

Pourquoi le pardon sera accordé ?

Nul n’a besoin de s’éterniser sur ses blessures et de ressasser les souvenirs de ses douleurs à perpétuité. Les individus comme les peuples ont le désir d’évoluer malgré toutes les adversités. Le pardon qui sera offert est, sans aucun doute, celui qui permettra au peuple de résorber les traumas causés mais surtout de recouvrer sa lucidité, et ce faisant, d’étendre les acquis aux requérants et à leur sécurité ; c’est à dire d’évoluer. Nous pensons que le pardon sera accordé aux différents demandeurs pour ce qu’ils ont été, pour ce qu’ils font mais surtout pour ce que les autres veulent faire du compromis dans lequel ils s’engagent avec eux. D’autre part, rien ne peut renier les fraternités qui lient les enfants d’une même nation du fait de désaccord sur des questions sociales ou de morales nationales, pas même la caractérisation de l’indignité nationale. Ici, les mesures d’excommunication et de bannissement ont rarement une portée nationale et éternelle. Dans l’effort de consolidation d’une unité et d’une identité nationales, mêmes les fautes faites du point de vue de la loi peuvent trouver grâce. Cependant toutes les absolutions espérées ne peuvent surgir des démarches spontanées et aussi rapides que les récentes demandes de pardon le laissent entrevoir. Dans certains cas le pardon nécessitera un ou plusieurs changements générationnels, car demander à une mère qui a perdu son enfant d’oublier ce fait nécessite de la patience.

De toutes les façons si les repentants n’obtenaient pas ce pardon/absolution, ils pourraient sans aucun doute avoir le pardon que l’on accorde aux inconscients (pas au sens péjoratif du terme). Dans ce cas là, tout le monde s’accordera à dire qu’ils n’avaient pas plus connaissance des dangers que des enfants qui jouent avec du feu. Autrement dit, ils n’étaient pas conscients ou ne savaient pas ce qu’ils faisaient. Du reste, étonnamment, c’est bien ce qu’ils demandent au peuple à lire les repentances. Alors que le Président de l’AUTRE Burkina avoue que son parti n’a pas « tiré les conséquences immédiates des nombreuses réactions de rejet » de sa position en faveur du referendum, les responsables du CDP disent que le parti n’était pas parvenu à « mesurer l’ampleur de l’hostilité que soulevait cette initiative au sein d’une partie importante de la population. l’ADF/RDA dira tout simplement dans une généralisation stupéfiante : « Nul ne savait que l’on pouvait en arriver là ». C’est à vraiment croire qu’ils n’entendaient pas toutes les implorations et que leurs appels au dialogue n’étaient pas francs. Après les évènements des marches de la faim, après les mouvements d’humeur de l’armée, après les appels des premiers responsables du CDP de répondre à la violence par la violence, il devait plutôt être dit que nul n’ignorait que la situation était vraiment dangereuse. Toute personne qui aimait ce pays et qui pensait y vivre savait que l’explosion était imminente. Le grand nombre d’initiatives en vue de motiver le repli sur l’intention de modification et les mises en garde dans la presse, par les débats, les discussions sur le net et à travers les réseaux sociaux étaient tous clairs : le pays court vers la catastrophe.

En vérité nous pensons plutôt que l’ensemble du pays a montré une maturité d’esprit au delà des attentes. Cela n’est pas une surprise en soi car il y a une vérité qui a toujours été cachée au peuple burkinabé avec la complicité des diplomaties et instances internationales. Cette vérité, c’est que s’il y a eu la paix pendant une longue période au Burkina Faso, c’est du fait de l’opposition politique de ce pays qui n’a jamais succombé à la tentation d’une confrontation armée ou de guérilla urbaine avec le pouvoir déchu. À entendre les débats, ce ne sont pas les raisons ni les éléments d’une telle option d’opposition armée qui manquaient. C’est dire que l’opposition d’alors, il faut la saluer, n’a jamais voulu mettre la vie des populations dans la balance de la confrontation.

Il va sans dire que la population digèrera moins, à l’avenir, les stratégies et les options machiavéliques, pour certains l’équilibrisme cupide et mercantiliste et pour tous les politiques cannibales. Il est évident qu’on ne peut pas jouer à la roulette russe pour décider de l’avenir d’un peuple. Une faute avouée est à moitié pardonnée nous dit-on. Il est alors évident que le pardon nécessite la vérité. Beaucoup demanderont que soient fournies des explications claires sur les raisons morales et matérielles de tant de compromissions. Des réponses aux rumeurs de corruption et d’achat de conscience sont aussi nécessaires avant toute forme de pardon. Il sera difficile d’aller à des élections auxquelles certains viendraient à continuer les approches répugnantes de corruption de l’électorat avec des ressources issues d’indignes compromissions ou tout simplement de vol ; cela s’applique à toute la classe politique.

Les prochaines adresses à la nation devront éviter la présentation subjective et tendancieuse des faits. Le courage de considérer ses propres choix comme immoraux et criminels et de reconnaître les intérêts égoïstes partisans pour lesquels on a fait ces choix, si c’est le cas, sont importants. Condamner et assumer les conséquences de ces choix s’ils s’avèrent par la suite déviants semblent être à notre sens les ferments personnels et les éléments nécessaires aux autres pour le pardon. En d’autres termes, le pardon n’aidera personne sans aveu sur l’erreur, la faute, le crime, l’indignité ; sans la vérité. À l’évidence, c’est le pardon fabriqué sans vérité sans aucune connaissance sur qui demandait pardon, à qui et pourquoi qui a mené à cette situation. Le plus éprouvant c’est que des personnes, en qualité, en quantité et en toute honnêteté, se sont investies et ont cru à ce pardon avant de comprendre qu’elles ont été abusées. Il faut aller au pardon en comprenant les vraies causes, en identifiant les vrais offenses, en utilisant les vrais mots et en situant les vraies responsabilités ; c’est seulement dans cette condition que les uns et les autres éviteront d’y revenir.

SANOU Aboubakary
saboubakary@yahoo.co.uk

Vos commentaires

  • Le 4 janvier 2015 à 22:20, par Tamou En réponse à : Le pardon OUI ! Mais, attention à l’euphémisme de la lettre et de l’esprit de la repentance

    Ce qui caractérise un repentant sincère, c’est le sens de la décence, la honte, l’humilité.
    Or rien de cela ne se trouve dans le comportement des repentants en question. Nous sommes dans cette situation ubuesque où c’est celui qui a fauté qui veut, exige même et tout de suite d’être pardonné et parle de réconciliation. Un peu de décence.
    La dignité exige qu’il reconnaisse sa faute, qu’il la confesse publiquement en disant en quoi elle a consisté et pourquoi il n’a pas pu l’éviter.
    Il laisse après cela, par respect de la victime, le temps à celle-ci de faire son deuil, ainsi que, éventuellement, l’initiative du pardon et de la réconciliation.
    Et là c’est le bourreau qui nous donne une morale du pardon et se dépêche de décréter la réconciliation. C’est insultant pour la victime. Le mot de réconciliation ne peut pas venir décemment des bourreaux mais des victimes.
    Et leur comportement est d’autant plus insultant que, dans ce pays, l’histoire du pardon et de la réconciliation a déjà un précédent.
    Les mossis disent qu’on ne piétine pas deux fois les couilles d’un aveugle. Et les gens du CDP et du RDA veulent piétiner vingt sept fois les couilles du peuple burkinabè. A ce niveau, le pardon ça ne serait plus de la tolérance, du patiotisme, mais carrément de la naïveté, de la sottise. Pas de pardon pour les ennemis du pardon et pour les intolérants invétérés. Que n’ont-ils pas pardonné à Sankara, Lingani, Henry Zongo, Norbert Zongo et aux autres, surtout aux martyrs du 30 et 31 octobre 2014 ? Notre trop grande gentillesse est leur force. Ne nous laissons pas manipuler et attendrir. Rappelons-nous qu’ils sont sans pitié.
    Une seule leçon à tirer : il n’y a pas d’incohérence chez ces gens-là : leur arrogance et leurs excès dans le crime quand ils se sentent tout puissants et leur sans-gêne à se dépêcher de parler de pardon et de réconciliation quand ils sont faibles sont les deux faces d’une même médaille : le cynisme des gens mauvais.

    N’an lara an sara !
    Ça devrait être la devise du Burkina-Faso. Je lance une souscription en ce sens.

    Répondre à ce message

  • Le 4 janvier 2015 à 23:23, par Le Burkina d’Abord En réponse à : Le pardon OUI ! Mais, attention à l’euphémisme de la lettre et de l’esprit de la repentance

    Laissez ces gens se morfondre et se confondre en pardons et autres excuses !! J’espère qu’ils ont conscience vraiment de leurs errements et se repentent sincèrement !
    Je suppose que certains d’entre eux se sont trompés de bonne foi ! Laissez les revenir ! Les plus malins devront agir en dehors de l’arène politique pour un temps afin que nos plaies se cicatrisent ! Dans tous les cas nous n’allons pas nous suffire de pardons flasques, ridicules, et saugrenus !

    Répondre à ce message

  • Le 5 janvier 2015 à 06:46, par LAMER En réponse à : Le pardon OUI ! Mais, attention à l’euphémisme de la lettre et de l’esprit de la repentance

    Excellente Analyse Mr SANOU, je pense que votre texte doit être versé comme référentiel à la Commission Nationale de Pardon et de Réconciliation. Cet écrit est une consultation gratuite pour les partis de l’Ex majorité et la Transition qui doit être exploitée comme une mine d’or. MERCI

    Répondre à ce message

  • Le 5 janvier 2015 à 07:50, par Karambiri En réponse à : Le pardon OUI ! Mais, attention à l’euphémisme de la lettre et de l’esprit de la repentance

    Catastrophe ! Dr. Sanou ressort ses flingues contre l’ancien pouvoir, on se souviendra qu"il avait eu a flinguer la FEDAPBC lors d"une sortie hasardeuse de ses responsables. cet texte donne une autre lecture des differentes declarations. Visiblement il y a des gens qui en ont gros sur le Coeur. Souhaitons tout de meme que chacun ira sincerement dans le pardon et la reconciliation.

    Répondre à ce message

  • Le 5 janvier 2015 à 08:42 En réponse à : Le pardon OUI ! Mais, attention à l’euphémisme de la lettre et de l’esprit de la repentance

    Le pardon ne s’arrête pas à une simple demande mais il faut au moins que chacun fasse son auto-critique et explique ensuite pourquoi ils demandent le pardon pour que cela ne se reproduise plus. Or, tel n’est pas le cas pour les différentes demandes de pardon. Il faut d’abord le principe de la vérité... éventuellement, la justice car il y a des responsables liées aux évènements de fin octobre avant le pardon. Le processus ne doit pas être comme la fameuse journée du pardon de Blaise en 2001 qui nous a amené dans le décor car on s’est pardonné sans savoir pourquoi, qui a fait quoi et pour quelles raisons ? la démarche doit être la même dans les partis politiques. Les partis comme ADF se doivent de faire un congrès extra pour se dire les 4 vérités et tous les anciens responsables doivent démissionner et se mettre de côté au profit de nouveaux plus intègres et plus jeunes.

    Répondre à ce message

  • Le 5 janvier 2015 à 10:21, par Le DEMOCRATE indulgent En réponse à : Le pardon OUI ! Mais, attention à l’euphémisme de la lettre et de l’esprit de la repentance

    C’est bizarre, mon pseudo habituel,c’est L’Indulgent adopté depuis belle lurette, comme si je le savais d’avance !
    Ces gens là sont arrogants ! quand tu voyais les Maximes, Hermann, Ram et autres on avait l’impression qu’avec leurs parti qui contient à peine une cabine téléphonique qu’ils se croyaient les seuls capables de faire la politique. Ils passaient leur temps à vouloir embrouiller le peuple avec des concepts sombres qu’eux-mêmes ne comprenaient pas.
    Ram Ouédraogo dans sa longue lettre dit que lui à chercher à voir Blaise qui ne l’a pas écouté, qui ne l’a pas reçu malgré sa tentative, et il nous plonge dans un passé lointain, pour expliquer ses hauts faits de bravoure, pour dit-il, permettre à la jeunesse de comprendre. Pour tout gâter, au lieu de rconnaître ses fautes graves, il confond tout le monde dans un autre concept fourre-tout, flou, comme à ses habitudes, en accusant la CLASSE POLITIQUE ! Si c’est la classe politique Monsieur Ram Ouédraogo, laissez donc la classe politique elle simplement s’expliquer ou bien.Pourquoi c’est toi qui parle à la place de la classe politique ? Sais-tu de quoi tu parles derrière ce concept ? pourquoi veut répandre ta farine sur nous tous ? Pourquoi un Monsieur comme ZEPHIRIN DIABRE, ou SALIF DIALLO ou BARRY T. ne se sentent-ils pas dans l’obligation de s’expliquer sur leur position. Cet acte en lui montre que RAM est conscient aujourd’hui qu’il doit une demande de pardon au peuple, pour pouvoir rebondir encore, mais il n’a pas l’humilité pour reconnaitre son tort ! Si tu savais que c’était contre cette fuite de responsabilité que le peuple est, tu n’allais pas parler de la sorte. Vous pensez vraiment être plus malins et intelligents que ces millions de burkinabè qui vous regardent ! il ne faut surtout pas confondre la tolérance des gens à leur ignorance ! beaucoup de burkinabè cachés dans leurs coins, sans forcément être des praticiens, peuvent vous enseigner la POLITIQUE ET TOUS CES ENJEUX ! vous allez certainement sourir mais en réalité, si vous connaissiez les vrai enjeux, si vous saviez analyser avec lucidité les vraies tournures du récent enjeux, si vous aviez anticiper sur le départ précipité de Blaise Compaoré, en tant que politicien et vrai opportuniste, Toi Ram Ouédraogo en particulier tu n’allais pas rester dans ta posture de soutien à Blaise qui n’avait pas été déniée jusqu’à la chute du régime !
    Quand un Monsieur Ram Ouédraogo dit que Blaise ne l’a pas écouté, il pense que nous sommes amnésique ? C’est parce que les journalistes sont compréhensif, sinon il n’allait même pas publier se demande évasive de "non-pardon" gratuitement, développée sur 6 pages manuscrites ! il allait payer très cher pour cela ! Parce qu’on se souvient comme si c’était hier ! hé oui, dans la vie publique sachez qu’il y a aussi des historiens qui vous observent !
    RAM OUEDRAOGO a dit devant un parterre de journalistes qu’il traînerait devant la justice devant tout journaliste qui les qualifierait d’OPPOSANTS MOUTONS ! vrai ou faux ! c’était en janvier passé à peine il y a un an, au moment du douloureux accouchement de leur fameux Front dit républicain ; Pour enfoncer le clou, RAM OUEDRAOGO a poussé l’outrecuidance jusqu’à aller dire que s’il était Blaise, il allait imposer sa force, donc la dictature, sans autres forme de procès. ça au moins, RAM ne va pas aller dire que les jeunes de 12 à 15 ans ne savent pas cette histoire récente de moins d’un an ! Les RAM ont dans le passé été traumatisé par Blaise compaoré et ont voulu conduire notre jeunesse dans cette même frousse ! Mais la jeunesse consciente a pris ses responsabilités ! Après ça, vous pouvez encore venir donner des leçon politique ou de syndicalisme à quelqu’un ici ? Cette question s’adresse aussi à SOUMANE TOURE, le Vieux politicien, qui présente une tribune tonitruente irréaliste d’une cinquantaine de pages pour détruire tout ce qui a été construit sur son passage, sans lui, juste pour se faire voir. Aujourd’hui, ls gens sont eveillés, les gens sont bien formé en politique, entre autres, les jeunes ! personne, soit-il vieux syndicaliste, ne viendra nous apprendre la politique ici ! parce que la transition suit son court sans eux, il faut revenir devant la scène pour se faire voir ! n’est-ce pas de l’enfantillage ça ! voyez vous, on peut être vieux dans la pratique politique sans vraiment apprendre certaines sagesses hein ! c’est d’ailleurs ce qui peut expliquer que certains, malgré l’immersion de toute leur vie dans la politique, n’auront véritablement pas brillé !
    Comment SOUMANE peut-il demander à une assemblée dont l’illégitimité a été devoilée au grand jour par l’incendie de l’AN et sa dissolution peut elle revenir encore, juste parce qu’on tient singer sans discernement, les formes européennes ! Avec de telles propostions, nul besoin de connaître toute la carrière politique de Soumane TOURE ! à l’évidence, il étale ses limites personnelles graves !
    Vous avez vécu votre temps et vous avez été incapables de vous affirmer devant Blaise jusqu’à ce qu’une génération est est passée sans alternance ! Maintenant, votre temps réel de soleil est passé ! laissez la la jeunesse faire aussi son temps séreinement ! A defaut de pouvoir donner de bons conseils sages, il vaut mieux ne pas verser le lait de la calebasse qu’on a dejà pu traire, juste pour votre égo. L’Intérêt supérieur de la nation prime sur vous !
    POLITIQUE LA, CE N’EST PAS FORCE DEH !

    Répondre à ce message

  • Le 5 janvier 2015 à 11:04, par Bob GNOUMOU En réponse à : Le pardon OUI ! Mais, attention à l’euphémisme de la lettre et de l’esprit de la repentance

    Tout à fait d ’accord avec vous M.Sanou ,ils nous prennent toujours pour des cons mais nous ,nous resteront vigilants faces aux hyènes qui ne renoncent jamais .

    Répondre à ce message

  • Le 5 janvier 2015 à 17:58, par Mechtilde Guirma En réponse à : Le pardon OUI ! Mais, attention à l’euphémisme de la lettre et de l’esprit de la repentance

    Mon très cher fils Sanou Aboubakary,

    J’aime beaucoup votre logos en or dans un environnement féérique : Sug-roogho c’est la case en moré, Sugri c’est le toit de chaume, mais aussi : LE PARDON. Mais le vrai. C’est pourquoi votre case est en or. C’est la demeure, le royaume, le burkindi du dirigeant, mais à l’image de Dieu, une case royale, mais une royauté qui se bouffe avec le peuple, les sujets dans nos traditions burkinabé (Na-yir bé ribo) :

    Donc Sug-Roogho c’est la case de notre Nation en construction, dans un encadrement environnemental d’un vert d’espérance et d’espoir et enjolivée de diamants de paix tels que symbolisent les colombes.

    Sug-Roogho : C’est encore la construction de notre démocratie, c’est la réforme de la Constitution à la mesure de notre culture en refusant les chemins battus des démocraties classiques de nos mimétismes.

    Votre êtes comme on dirait chez nous en moré, un fils de vieux, si vous n’êtes pas le vieux lui-même.

    C’est ce que je dégage du début jusqu’à la fin de votre écrit. Aussi je vous fais donc grâce d’autres commentaires et de blablabla.

    Répondre à ce message

  • Le 6 janvier 2015 à 17:55 En réponse à : Le pardon OUI ! Mais, attention à l’euphémisme de la lettre et de l’esprit de la repentance

    sanou est un grand ! merci pour tout

    Répondre à ce message

  • Le 9 janvier 2015 à 19:22, par Bernard Luther King En réponse à : Le pardon OUI ! Mais, attention à l’euphémisme de la lettre et de l’esprit de la repentance

    Merci pour votre soutien. Ce vous dites, nous n’avons cessé de le crier. Mais Helas ! Qu’à cela ne tienne, l’Histoire nous entend !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés