Concours d’agrégation du CAMES : Le Burkina rend hommage à ses 22 « champions d’Afrique du savoir »

mardi 30 décembre 2014 à 20h49min

Les 22 nouveaux agrégés Burkinabè du 17e concours d’agrégation du CAMES étaient à l’honneur dans la soirée du 29 décembre. Conjointement organisée par le ministère des enseignements secondaire et supérieur et celui de la santé, cette soirée d’hommage aux impétrants qui ont fait 100% au concours, était aussi l’occasion de célébrer l’excellence dans l’enseignement supérieur et la santé. Le Burkina Faso s’est classé 1er à ce concours.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Concours d’agrégation du CAMES : Le Burkina rend hommage à ses 22 « champions d’Afrique du savoir »

Ils étaient 22 Burkinabè à candidater au concours d’agrégation du conseil africain et malgache de l’enseignement supérieur(CAMES) tenu du 3 au 11 novembre 2014 à Yaoundé au Cameroun. Tous ont réussi. 100% de taux de succès. Certains ont même été majors de leurs jurys (7 au moins). C’était au total 191 candidats issus de 19 universités qui concouraient et à l’arrivée, le Burkina Faso s’est classé 1er de ce 17è concours. Cela n’arrive pas tous les jours et les deux ministères à travers cette soirée, voulaient rendre hommage aux lauréats. C’est un succès historique, dira le Pr. Vincent Ouédraogo, représentant des lauréats. Il n’a pas manqué de témoigner sa reconnaissance à tous les acteurs qui ont œuvré à leur sacre.

Même satisfecit pour le préparateur des candidats, Pr. Macaire Ouédraogo, pour qui, « le Burkina est revenu avec la coupe d’Afrique du savoir avec ce taux de 100% ». Il a souhaité que ce score puisse être pérennisé aussi longtemps que le CAMES tiendra son concours d’agrégation.

Pour que cela puisse être possible, il faudra que ceux qui ont franchi cette étape accompagnent les futurs candidats. Occasion donc pour le ministre de la santé de les appeler à donner à leurs cadets, ce qu’ils ont reçu des encadreurs pour réussir. Il y a de nombreuses attentes, et le Dr. Amédée Prosper Guigemdé d’espérer que cette nouvelle cuvée de professeurs contribuera à développer le système de santé au Burkina. Pour maintenir le cap de ce taux de succès, il a, d’ores et déjà, réaffirmé que son département jouera sa partition.

Des valeurs ajoutées pour l’enseignement supérieur au Burkina

Tout en félicitant les lauréats, le Pr. Filiga Michel Sawadogo, a affirmé que leur réussite augure de lendemains meilleurs pour la santé des Burkinabè et pour l’amélioration de la qualité des formations dans les universités du Burkina. Il n’a pas manqué de prodiguer de conseils aux lauréats. Faire preuve de qualités scientifiques, pédagogiques et humaines, ne pas être partisans du service minimum, être accessibles aux étudiants et collègues, ce sont entre autres mots lancés par le ministre à l’endroit des impétrants.

Pour le ministre des enseignements secondaire et supérieur, les nouveaux agrégés avec l’accompagnement de différents acteurs, devraient permettre de résorber le retard à l’UFR/SDS. Il faut, selon lui, un « traitement de choc(…) comment parler de qualité et de pertinence avec un tel retard qui fait désordre, imprévision… ? Avec de la bonne volonté, de l’abnégation, de l’organisation et de la méthode, il doit être résolu » a martelé le ministre.

Les 22 lauréats sont issus de l’UFR /SDS (Unité de formation et de recherche en sciences de la santé) de l’université de Ouagadougou(12) et de l’institut supérieur des sciences de la santé (INSSA) de l’université polytechnique de Bobo Dioulasso. Ils sont répartis dans les domaines de la Médecine humaine, pharmacie, odontostomatologie, médecine vétérinaire et productions animales.

Tiga Cheick Sawadogo
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 30 décembre 2014 à 22:14
    En réponse à : Concours d’agrégation du CAMES : Le Burkina rend hommage à ses 22 « champions d’Afrique du savoir »

    Bravo à Michel Filiga SAWADOGO pour son discours d’espérance. Dans les autres secteurs, il faut également un traitement de choc, notamment à l’UFR/Sciences Juridiques. Le Citoyen.

    Répondre à ce message

  • Le 31 décembre 2014 à 01:24, par Kanzim
    En réponse à : Concours d’agrégation du CAMES : Le Burkina rend hommage à ses 22 « champions d’Afrique du savoir »

    Je félicite toutes ces sommités, même si l’Etat fait montre d’une négligence à protéger ce que nous avons de plus précieux parmi les éléments les plus précieux de notre capital humain. Comment peut-on courir le risque de mettre dans le même avion toutes ces qualités et qualifications ? Un accident, et le Burkina rentrera dans la préhistoire des questions médicales et sanitaires.
    Suivez plutôt :
    Lundi 3 novembre 2014. 10H, Aéroport de Ouagadougou. Dans la salle d’embarquement j’attendais de prendre le vol pour Nairobi, avec une escale à Addis Abeba, dans l’appareil d’Ethiopian Airlines. Je vois venir d’abord Djneneba Sanou/ Ouédraogo, alors Directrice générale de la santé, aujourd’hui SG du ministère. J’ai collaboré avec elle lorsqu’elle était MCD à Tenkodogo, dans des relations professionnelles à haute teneur de qualité. Puis vint le Pr Guissou. Je ne parle pas du Pr Basile Guissou, ni du Pr Henri Guissou, mais de Pierre Guissou, chef de département de l’IRSS et précurseur du FACA si efficace contre la drépano, mais méconnu ou négligé à cause de cette maladive tendance des burkinabè à sous valoriser ce qui est produit par un Burkinabè. Pierre Guissou a été un collègue lors de mon furtif passage à l’UO, et il a une très bonne compétence dans le raisonnement dialectique. Ensuite arriva le Pr Sawadogo, de la FAC de médecine aussi qui, alors que je débutais dans une pharmacie de la place, se retrouvait lui et Mariétou son amie ; et tous deux étudiants en médecine à l’Université C A Diop de Dakar, ils étaient une source de formation pour nous. Après lui, vint le Pr Martial Ouédraogo. Il me souvient que ce dernier m’a grondé quand il eut appris que j’ai travaillé plus de 2 décennies sans congés, et il m’ a vertement admonesté en me disant que « les indispensables se trouvent au cimetière et que je ne suis pas le seul homme sur la terre ». C’est après que j’appris qu’il est pneumologue, et je n’oublierai jamais son approche pédagogique par laquelle il m’a fait découvrir les délices et les bienfaits du repos sur ma santé. Puis suivit le Pr Adama Traoré. Quand j’étais au lycée, je cultivais dans les champs que mon grand-père avait créés dans son village. Je l’ai rencontré juste 2 jours avant le 31 octobre pour discuter de lois relatives à la santé. Il y eut d’autres Professeurs en médecine dont je ne connais pas les noms, mais toujours est-il qu’ils embarquaient tous pour l’agrégation à Yaoundé, avec escale à Addis Abeba, dans le même avion. On ne doit pas mettre tous ses œufs dans une même sacoche, au risque de les perdre tous à la fois, en même temps. Ces Professeurs auraient pu voyager en groupes de 3, pour parer à toute éventualité. Dieu merci tout se passa bien, nonobstant quelques légères difficultés de visa rencontrées par le Pr Pierre Guissou, à l’embarquement à Ouaga. Félicitations, chers agrégés. Vous êtes la fierté de tous les africains, de tous les burkinabè, même parmi les anonymes comme moi.

    Répondre à ce message

  • Le 31 décembre 2014 à 04:31, par PUISSANCE 21
    En réponse à : Concours d’agrégation du CAMES : Le Burkina rend hommage à ses 22 « champions d’Afrique du savoir »

    Monsieur le journaliste, dorenavant pour une information plus complete, fournissez la liste des laureats ainsi que leur discipline d’etude s’il vous plait. Merci.

    Répondre à ce message

  • Le 31 décembre 2014 à 10:00, par guel ki recoit
    En réponse à : Concours d’agrégation du CAMES : Le Burkina rend hommage à ses 22 « champions d’Afrique du savoir »

    Ce sont ces gens la qu’il faut decorer, pas les tenanciers de boites de nuit !

    Répondre à ce message

  • Le 31 décembre 2014 à 10:53, par YZ
    En réponse à : Concours d’agrégation du CAMES : Le Burkina rend hommage à ses 22 « champions d’Afrique du savoir »

    Guel a raison. Il falait au moins donner les noms et les spécilités.
    Félicitations à eux !

    Répondre à ce message

  • Le 31 décembre 2014 à 14:00, par vrmmm
    En réponse à : Concours d’agrégation du CAMES : Le Burkina rend hommage à ses 22 « champions d’Afrique du savoir »

    Félicitation félicitation, Félicitation
    Pendant que les gens ne parlent que affaire de rue, les grands bossent. La rue ça peut être un moment au besoin. Mais il faut bosser après
    Voila que par le Savoir le Burkina Faso à ramenez "la Coupe d’Afrique du Savoir" pas bal au pied mais savoir en tête.

    Eviter l’abrutissement par l’internet : au lieu de travailler, des gens sont là à facebooker, à facebooker jusqu’à la longue s’ils ne deviennent pas des book (bouc) il devienne des moutons. Le temps passer sur facebook soit ça te book (cultiver) ou tu deviens bouc (rien que pour séduire par tes profils) ou tu deviens un mutant en passant de bouc à mouton avec un abrutissement total. Le pays n’en veut pas de ça. Voici des modèles qui faites leur réussite à leur propre honneur et à l’honneur de tout un pays. Soyez des leurs un jour jeunesse burkinabé.

    Répondre à ce message

  • Le 2 janvier 2015 à 10:17, par Djinatiè
    En réponse à : Concours d’agrégation du CAMES : Le Burkina rend hommage à ses 22 « champions d’Afrique du savoir »

    j’espère que Filiga Michel Sawadogo se sentira interpellé, lui qui semble avoir une certaine fierté à dire qu’il est le seul agrégé dans son domaine. C’est dommage !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés