Manifestation à la Filature du Sahel : Travailleurs et émissaires du Premier ministre discutent

mercredi 24 décembre 2014 à 12h17min

Profitant de la présence du Premier ministre à Bobo-Dioulasso, les travailleurs de la Filature du Sahel (Filsah) ont relancé l’Etat burkinabè sur leur dossier. En manifestation depuis le 3 décembre 2014, ils ont eu pour interlocuteur deux émissaires du chef du gouvernement Isaac Yacouba Zida. Entamés le lundi 22 décembre 2014, les échanges se poursuivent.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Manifestation à la Filature du Sahel : Travailleurs et émissaires du Premier ministre discutent

Venus pour se faire entendre bruyamment depuis l’aéroport international de Bobo-Dioulasso, les travailleurs de la Filsah ont fini par avoir une audience soft avec Isaac Yacouba Zida, le Premier ministre burkinabè.
Pour sortir la Filsah de l’ornière, ce dernier a instruit deux émissaires pour piloter les négociations après sa rencontre avec les travailleurs. Entamées autour de cinq points, ces négociations pourront aboutir rapidement à la reprise des activités de la Filature du Sahel.

Selon une source bien introduite, les travailleurs seraient prêts à reprendre le service incessamment. Toujours selon la même source, la condition sine qua non pour la reprise des travaux à la Filsah serait la satisfaction de deux des cinq points sur lesquels travailleurs et émissaires discutent. A savoir, la réintégration des délégués du personnel licenciés en novembre 2013 et le paiement du salaire du mois de décembre.

Ousséni BANCE
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 25 décembre 2014 à 02:13, par Dougoutigui
    En réponse à : Manifestation à la Filature du Sahel : Travailleurs et émissaires du Premier ministre discutent

    On ne comprend plus rien dans cette affaire Filsah. Que vient chercher ces 2 émissaires dans cette affaire là ? Et la direction régionale du travail de bobo dans tout ça ? Quelqu’un peut il nous éclairer ?

    Répondre à ce message

  • Le 25 décembre 2014 à 18:54, par Shalom
    En réponse à : Manifestation à la Filature du Sahel : Travailleurs et émissaires du Premier ministre discutent

    quelque soit le problème qui est posé il faut faire attention dans les revendications pour ne pas céder au chantage, au libertinage. la justice, nous pouvons toujours compter sur elle dans des certaines situation. je demande au gouvernement de faire attention pour ne pas qu’on sombre dans une vague de protestation pour protester.

    Répondre à ce message

  • Le 26 décembre 2014 à 01:58, par le proff
    En réponse à : Manifestation à la Filature du Sahel : Travailleurs et émissaires du Premier ministre discutent

    Vous ne travaillez pas et vous voulez salaire. On est ou la

    Répondre à ce message

  • Le 26 décembre 2014 à 14:13
    En réponse à : Manifestation à la Filature du Sahel : Travailleurs et émissaires du Premier ministre discutent

    Mr le journaliste, tu es même mieux informé que nous travailleurs de la Filsah qui étions au tour de cette table de négociation. Mais nous sommes au regret de vous dire que ce vous avancez est tout à fait faux et archi-faux d’ailleurs. Toi qui n’étais pas sur les lieux comment tu as fait pour avoir ces informations ? Votre proximité avec le DAF, de la Filsah, ses pots de vains vous poussent toujours à écrire des contre-vérités. Ces informations de qui tu les détiens ? D’ailleurs ce n’est ni la première fois et ce ne sera surement pas la dernière, car c’est ton habitude de tous les jours. Arrêtez de vous faire manipuler par un camp au détriment de l’autre. Informez l’opinion juste et vrai s’il vous plait. N’oubliez pas que c’est à cause des mensonges que le président Compaoré ait connu ce sort que personne ne pouvait imaginer. Nous sommes bien au courant de tous tes rendez-vous nocturnes avec Mr Konaté (DAF de Filsah). Vous avancez même un argument selon lequel, le délégué de Filsah vous a manqué de respect tout en sachant que c’est faux. N’oubliez pas qu’il y avait des témoins oculaires, des journalistes intègres qui ne son même pas de ta trempe. Fêtes comme vos confrères qui partent toujours à la source et qui cherchent à équilibrer leurs infos.
    Prochainement ce sera avec des détails à la seconde prêt que nous allons vous démasquer. A bon entendeur salut ! La lutte conte l’impunité et les crimes économiques continent à la Filsah !

    Répondre à ce message

  • Le 26 décembre 2014 à 15:05, par La Verda
    En réponse à : Crime économique à la Filsah

    Chers amis ce que vous semblez ignorer dans cette affaire Filsah est qu’en principe ça devrait être une société d’Etat. C’est étrange, mais je m’explique.
    La Filsah, juste quelques années après sa création, avait été déclarée par ses premiers responsables comme étant au bord de la faillite. Et pour la sauver de sa "zone de turbulence", l’Etat y avait injecté des milliards de francs CFA. Mais le véritable problème est que cette soit disant faillite n’était qu’un plan pour pouvoir bénéficier de l’appui de l’Etat. En effet, derrière cette entreprise, il y’ avait et il y’ a toujours François Compaoré, le sanguinaire frère cadet de Blaise Compaoré qui, de mince avec l’actuel DG, a plus de 60% des actions tout en utilisant bien sûr le nom de Abdoulaye Nabolé. Crime économique ou pas ? C’est à vous de juger !

    Répondre à ce message

  • Le 26 décembre 2014 à 17:42, par maxi maxi
    En réponse à : Manifestation à la Filature du Sahel : Travailleurs et émissaires du Premier ministre discutent

    Camarade ! le problème de Filsah n’est ni la faute des travailleurs, ni la faute du patronnat ou de l’inspection du travail.
    Vous m’excuserez de vous dire juste une vérité qui va vous blesser.
    Notre code du travail n’est pas loin d’un chiffon de papier.
    Ce sont les même gourous du système qui l’ont édité ou fait éditer à leur propre faveur afin de mieux spolier les vaillants travailleurs burkinabé.
    Puisque ces gourous avaient ou ont presque toujours tous les unités industrielles du pays, il leurs faut une loi qui soit souple notamment sur les licenciements, le paiement des dommages et intérêts (de 18 mois maximum devant le tribunal du travail).
    "Nous sommes des moutons" pour paraphraser Laurent Bado il y aura dans un avenir proche des entreprises qui connaitrons exactement le même problème que les travailleurs de la Filsah si toutefois ce code du travail n’est pas revu.
    Plusieurs syndicalistes commencent à prendre goût du champagne et autre vins mousseux que la relecture et la mise à jour de ce code s’avère être le dernier de leur soucis.
    Le gouvernement de transition n’aura certainement pas tout le temps nécessaire pour pallier ce problème. Espérons cependant que tous les futurs gouvernements en tiendrons compte. Dans tous les cas ils n’auront pas le choix car la réduction des troubles sociaux doit passer par sa révision.

    Répondre à ce message

  • Le 26 décembre 2014 à 17:59, par bond
    En réponse à : Manifestation à la Filature du Sahel : Travailleurs et émissaires du Premier ministre discutent

    Bsr les gars vous voyez k tout ces commentaires et ragots sont infondées de tout états d’esprit de mal. Moi je penses que c’est pas forcé de travailler à filsah. Ceux qui veulent pas travailler m’ont qu’a rendrent leus démissions et laisser ceux qui veulent travailler seul le travail paie. En revendiquant de la sorte c’est vraiment contraire a la réalité du burkina. Ne vous laisser pas manipuler comme de vulgaires idiots et bêtes. Pourquoi ceux qui sont parti et licenciés veulent revenir ? Cela devait vous donner a refflechir un temps soit peu ? Et aussi vous aviez quel qualification ( diplomes technique)en matière de filature ? Moi je pense qu il faut avoir les pieds sur terre. Bonne réflexion a nous tous.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés