Rentrée politique du Front Progressiste Sankariste : Sous le signe de la continuité de l’idéal Sankarariste

dimanche 21 décembre 2014 à 23h37min

21 décembre 2014 à Ouagadougou, date marquant le 65e anniversaire du président feu Thomas Sankara, le Front Progressiste Sankariste (FPS) tient sa première rentrée politique sous le thème « Le rôle historique du sankarisme dans l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014 et la chute du régime Compaoré ». Présidée par Me Bénéwendé Sankara, c’est un panel qui a marqué le début des activités de cet événement.

Rentrée politique du Front Progressiste Sankariste : Sous le signe de la continuité de l’idéal Sankarariste

«  L’impérialisme à bas ! …. Pour des élections libres et transparentes : détermination et action !.... La patrie ou la mort, nous vaincrons !  ». Ce sont autant de slogans révolutionnaires qui ont rythmé la première rentrée politique du Front Progressiste Sankariste (FPS) ce dimanche 21 décembre 2014, dans une salle archicomble du Conseil burkinabè des chargeurs (CBC). Actualité faisant, un panel sur « Le rôle historique du sankarisme dans l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014 et la chute du régime Compaoré  » a été animé par Me Bénéwendé Sankara, président du FPS, Norbert Michel Tiendrébéogo, 1er vice-président chargé de l’orientation politique et idéologique, et Germaine Pitroipa, représentante du Front en France.

Sankara, un héritage à perpétuer

«  L’esclave qui n’assume pas sa révolte ne mérite pas qu’on s’apitoie sur son sort », disait le président Thomas Sankara assassiné, il y a de cela 27 ans. Et les 30 et 31 octobre 2014, le peuple s’est approprié cet héritage révolutionnaire. Les sankaristes réunis au sein du FPS veulent, selon Me Sankara, « prouver qu’ils ont tenu haut l’étendard de l’idéal du président ». Et même si la lutte était autrefois menée dans la clandestinité, les Sankaristes ont toujours été « sur tous les fronts ». En rappel, le 21 décembre 2013 tout comme le 27 octobre 2014, les Sankaristes, au sein de l’opposition politique, avaient appelé la population burkinabè à la désobéissance civile contre toute idée de modification de l’article 37 de la Constitution.

Aujourd’hui, même si le régime Compaoré a été déchu, les Sankaristes restent convaincus que le système demeure. D’où la nécessité de poursuivre le travail de longue haleine pour un Burkina radieux. L’année 2015, s’annonce donc comme l’année de tous les enjeux politiques, et le FPS souhaite que la transition « pose les fondements d’une ère nouvelle » et que des élections libres et transparentes soient organisées. En attendant, le FPS compte d’ici peu, décliner sa feuille de route ; toute chose qui lui permettra sans doute, de mieux articuler ses actions futures.
Et par action, les Sankaristes ont opté de rejoindre le mouvement ‘’Balai citoyen’’ au cimetière de Dagnoën pour, disent-ils, rendre hommage au président Thomas Sankara.

BASSOLE Herman Frédéric (Stagiaire)
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés