Région des Cascades : des chefs de cantons mécontents du mode de désignation de leurs représentants dans les délégations spéciales

samedi 20 décembre 2014 à 04h34min

Depuis la dissolution des conseils des collectivités, les autorités administratives, surtout le Gouverneur de la Région des Cascades, sont confrontés à de nombreuses protestations relatives à la manière dont les représentants de certaines structures sont désignés dans les délégations spéciales.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Région des Cascades : des chefs de cantons mécontents du mode de désignation de leurs représentants dans les délégations spéciales

C’est d’abord les partis politiques membres de l’ex-CFOP et des Organisations de la Société Civile qui sont montés au créneau pour dénoncer le risque d’une prise en otage des délégations spéciales par le CDP, à travers les représentants des femmes, des jeunes, de la Chambre Régionale d’Agriculture, de la Chambre de Commerce et des Organisations de la Société Civile qui seraient tous du Congrès pour la Démocratie et le Progrès (CDP), quand on sait comment ces structures ont été mises en place sous le régime de Blaise Compaoré. Le mercredi 17 décembre 2014, ce fut le tour des Chefs de Cantons de Tengrela, Bérégadougou, Sindou et de Karaborola d’exprimer leur désapprobation du choix de leurs représentants.

Leurs Majestés Siaka KONE de Tengrela, Jean-Jacques KONE de Bérégadougou, Kalifou TRAORE de Sindou et Maouran SAGNON (le General Tolé de la CGTB) ont au cours de leur réunion à la maison de la femme de Banfora, ont formellement remis en cause la désignation de leurs représentants dans les délégations spéciales de la Commune de Banfora et celle régionale« sans concertation préalable ». Et ils l’ont fait savoir au Gouverneur. Les têtes couronnées de la région des Cascades ont échangé autour des points suivants :
- la désignation concertée des représentants des autorités coutumières au sein de la délégation spéciale de la Commune de Banfora et au sein de la délégation spéciale régionale ;
- les échanges autour de la question d’un conseil régional fonctionnel des chefs de cantons de la Région des Cascades.
Après leurs travaux, les chefs ont souhaité réserver la primeur de leurs choix au Gouverneur. Toutefois, Sa Majesté Maouran SAGNON a été désigné pour s’entretenir avec la presse.

« Je me nomme Maouran SAGNON , je suis le Chef de Canton de Karaborola. Nous avons demandé cette concertation au niveau des Chefs de Cantons suite à la désignation des représentants au sein des délégations spéciales régionale et de la Commune de Banfora. Cette rencontre, nous avons souhaité qu’elle soit présidée par le doyen TRAORE Kalifou qui est là, et qui m’a demandé de la présider et je l’en remercie. Les conclusions de notre concertation sont simples. Notre constat à nous tous Chefs de Cantons ici présents, c’est que des personnes ont été désignées pour nous représenter dans ces délégations spéciales-là sans que nous ayons été consultés. Elles doivent siéger au nom de la chefferie coutumière. Il est clair que nous ne pouvons pas adhérer à cette démarche, c’est la raison pour laquelle des correspondances ont été adressées au président du conseil régional des chefs de Cantons pour souhaiter que l’ensemble des Chefs des Cantons se retrouvent pour arrêter une liste consensuelle. Notre constat est que nous ne sommes que quatre (4) chefs de cantons. Nous avons appelé le chef de canton de Banfora, celui de Soubakaniédougou, celui de Bounouna. Les chefs de cantons de Soubakanièdougou et de Bounouna se sont excusés. Le chef de Soubakanièdougou parce qu’il a une autre réunion chez lui aujourd’hui même, celui de Bounouna parce qu’il a des problèmes de santé et était même au CSPS au moment où nous l’avons appelé. Mais celui de Banfora nous a dit que la rencontre n’a pas été convoquée par le président du conseil régional des chefs de cantons (donc lui-même), il ne pouvait pas venir dans ce cas. J’avoue que nous avons été surpris par cette réaction parce que c’est une correspondance qui lui a été adressée depuis plusieurs jours et il aurait pu nous le signifier dès cet instant.

Mais il faut quand même souligner que pour nous, on aurait préféré traiter de cette question en même temps. Le Conseil Régional des Chefs de Cantons a été mis en place sous forme associative en 2004, et en 2005 une procédure de renouvellement a été entreprise. Mais pour des impératifs liés au décès de certains chefs de cantons, le renouvellement n’a pas pu se faire dans les délais. Cette procédure est en cours depuis longtemps et nous avons souhaité que très rapidement il puisse y avoir ce renouvellement. Aucune rencontre n’a été initiée dans ce sens. Malheureusement, la structure ne fonctionnant pas, nous avons constaté que des décisions se prennent, des représentations au nom de l’ensemble des chefs de cantons de la région se font sans que nous ne soyions consultés. Et ça, ça ne peut pas continuer comme ça. On rappelle au passage que chaque canton est véritablement autonome. Nous avons voulu cette association pour faciliter nos rapports avec l’Administration. Comme il n’y a plus de concertation, certains d’entre nous ont rappelé à l’Administration que les cantons sont autonomes et qu’il faut adresser les correspondances à chaque chef de canton. Comme la présente a été adressée au chef de canton de Banfora qui n’a pas jugé utile de nous consulter, nous avons voulu protester pour dire que ceux qui ont été désignés dans les délégations spéciales ne nous représentent pas. Et c’est pourquoi, le Chef de Canton de Sindou a rappelé que lui-même il a protesté aussi bien auprès du Chef de Canton de Banfora que du Gouverneur pour dire que les personnes qui ont été désignées ne représentaient pas les coutumiers. C’est pour ça que nous avons voulu cette rencontre. Mais ils ne sont pas tous venus, voilà ce que nous avons décidé.

- Premièrement, nous avons décidé d’écrire au Gouverneur pour lui faire un compte rendu de cette rencontre et profiter lui dire que le Chef de Canton de Banfora qui semble parler au nom de l’ensemble des Chefs de Cantons, pour nous les activités-là sont suspendues ;
- Deuxièmement, nous allons transmettre au Gouverneur la liste de nos représentants dans ces délégations spéciales-là ;
- Troisièmement, nous allons écrire au Chef de Canton de Banfora pour lui signifier que depuis 2009, il y a une procédure de renouvellement, et dans ce sens, cette procédure est engagée et il n’est plus question qu’il parle en notre nom surtout sans nous consulter.

Les participants à cette réunion vont demander une audience auprès du Gouverneur pour lui expliquer la situation. Nous avons voulu seulement en temps que Chefs de Cantons, autorités morales, que nous agissions auprès des populations en rappelant que chaque canton est autonome. Nous devons rendre compte aux populations. Si nous désignons quelqu’un, le Chef de Canton lui-même n’est pas au courant, les populations ne savent pas qui parle en leur nom, c’est un problème. Nous devons vraiment travailler dans une moralité qui soit au-dessus de toute critique ».

Golleau Isidore TRAORE
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés