INERA et culture du Coton génétiquement modifié (CGM) : Le Roundup ready flex (RPF) est pour 2017

jeudi 18 décembre 2014 à 20h20min

Du 12 au 14 décembre 2014, l’Institut national de l’environnement et de la recherche agricole (INERA), en collaboration avec ses partenaires techniques et financiers a organisé un atelier de restitution des recherches dans le domaine du coton à Bobo-Dioulasso. Entre autres exposés, Monsanto a présenté sa future vedette : Le Roundup ready flex (RPF), une semence génétiquement modifiée qui résiste aux herbicides et aux insecticides. Jean Noël Pooda, le ministre burkinabè de la recherche scientifique a présidé cet atelier.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
INERA et culture du Coton génétiquement modifié (CGM) : Le Roundup ready flex (RPF) est pour 2017

Jean Noël Pooda, le ministre de la Recherche scientifique et de l’Innovation a présidé la cérémonie d’ouverture de l’Atelier de restitution des résultats de recherche dans le domaine cotonnier. Le ministre avait à ses côtés, Hippolyte Dah, le ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat et François Lompo, le ministre de l’Agriculture, des Ressources halieutiques, de l’Assainissement et de la Sécurité alimentaire. Initié par l’Institut national de l’environnement et de la recherche agricole (INERA), cet atelier a été animé par différentes communications suivies de débats. Se voulant inclusif, il a regroupé autour de l’INERA des partenaires techniques et financiers dont la firme américaine Monsanto, leader mondial de la Culture génétiquement modifié, la SOFITEX, l’UNPCB, SOCOMA…

Pour le ministre Jean Nöel Pooda, le développement de la culture du coton passe forcément par la recherche "La recherche dans son ensemble est le levier du développement. A travers les résultats de la recherche on peut travailler à la valorisation du coton et des autres cultures de notre pays. Les résultats qui seront montrés dans cet atelier montreront que nous voulons partager les produits de recherche avec les producteurs et aussi avec les sociétés d’exploitation ».
En appui au ministre de la Recherche scientifique, le ministre de l’Agriculture, François Lompo a laissé entendre que la bonne marche de son secteur est tributaire de la recherche : « Si nous voulons améliorer les performances de notre agriculture, il nous faut forcement utilisé les prouesses de la recherche. Que ce soit les technologies ou les approches, l’agriculture burkinabè doit passer forcement par l’utilisation des nouvelles technologies. Si vous prenez le cas particulier du coton, j’allais dire que notre rang de premier producteur de coton en Afrique de l’ouest est certainement lié à l’exploitation des semences de très bonne qualité, issue des résultats de la recherche.

Juste après l’ouverture officielle de l’atelier, les communications ont commencé. Entre autres, on avait : « Présentation des technologies de la recherche sur le Bt conventionnel ; Présentation des résultats Projet C4 du Brésil ; Echange autour de la présentation des acquis du Projet C4 du Brésil ; Attentes des partenaires (contraintes et proposition d’axe de recherche… ».

Suite aux communications, les participants à cet atelier ont fait le déplacement de Niangoloko. Dans cette station d’expérimentation, ils ont visité quatre variantes de coton cultivé dont le RPF et le Bt. Les acteurs du coton qui en doutaient encore ont pu constater les capacités de résistances du Bt II. Thiery Bernes, le directeur de Monsanto Burkina a promis la vulgarisation du RPF pour 2017. Hamidou Traoré, le directeur de l’INERA a profité de cette visite pour lancer un appel aux renforcements de sa structure qui manque de moyen financier. Au cœur de la recherche dans le domaine agricole burkinabè, l’INERA plaide pour un renforcement de ses capacités humaines et financières.

INERA-Monsanto : Après Bollgard II on aura le Roundup ready flex (RPF)

Partenaire stratégique de l’INERA, l’atelier de restitution des résultats de recherche dans le secteur du coton a permis à la firme Monsanto de communiquer directement avec les autres acteurs de la filière coton. Implanté au Burkina depuis 2003, Monsanto et l’INERA compte entre autres la technologie Bollgard II dans leur arc.

Pour le Dr Doulaye Traoré, responsable Afrique de Monsanto, la technologie Bollgard II veut dire simplement gardiens des capsules « Il y a deux gènes dans cette variété de Coton génétiquement modifié. Ces deux gènes sont des gènes d’intérêts que nous avons pris sur une bactérie dans le sol (Baceris Cynélis) et c’est pour cela on dit coton Bt. Ces gènes permettent à la plante d’être vaccinée contre un certain type d’insectes. Ces deux gènes contrôlent les chenilles qui se nourrissent sur les capsules et les chenilles qui se nourrissent sur les feuilles. Les deux gènes protègent le cotonnier contre des insectes ciblés. C’est pour cela qu’il est demandé de faire d’autres traitements pour être sûr que le cotonnier va être bien contrôlé ».

Après le succès de Bollgard II, Monsanto et l’INERA se planchent actuellement sur une autre technologie, tout aussi révolutionnaire. Et si tout va bien, le Roundup ready flex (RPF), une autre variante de coton génétiquement modifié sera cultivée à grand échelle à partir de 2017, au Burkina Faso. Le RPF à l’avantage d’être résistants aux herbicides et aux insecticides. Un processus rigoureux d’expérimentations et de sélection à mener par l’ensemble de la filière coton devront conduire à sa vulgarisation, attendue pour 2014.

Ousséni BANCE
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 18 décembre 2014 à 20:31, par Le Croyant
    En réponse à : INERA et culture du Coton génétiquement modifié (CGM) : Le Roundup ready flex (RPF) est pour 2017

    Vive l’INERA, vive le Ministere de l’Agriculture, pour l’atteinte de l’autosuffisance alimentaire et nutritionnelle au Burkina !

    Répondre à ce message

  • Le 18 décembre 2014 à 22:36, par un peu moins d’esprit individualiste !
    En réponse à : INERA et culture du Coton génétiquement modifié (CGM) : Le Roundup ready flex (RPF) est pour 2017

    Il faudrait profiter de la transition pour bouter hors du Burkina les OGM de Monsanto ! Balai citoyen, réveillez vous si demain vous ne voulez pas manger des OGM comme cobaye et, en bafouant le principe élémentaire de précaution. On nous empoisonne à petit feu, les paysans continuent à vivre dans sa misère, indigne du 21ème siècle, tandis que Monsanto et ses sbires se font du fric sur leur dos. OGM = recolonisation de notre agriculture et de notre sécurité/souveraineté alimentaire. Pas de quoi se réjouir en regardant la photo ! On comprend mieux pourquoi les paysans ont fait leur grève contre le coton BT.

    Répondre à ce message

  • Le 18 décembre 2014 à 23:44, par le watt
    En réponse à : INERA et culture du Coton génétiquement modifié (CGM) : Le Roundup ready flex (RPF) est pour 2017

    INERA c’est INstitut de l’Environnement et de Recherches Agricoles et non Institut national de l’environnement et de la recherche agricole.

    Répondre à ce message

  • Le 19 décembre 2014 à 06:40
    En réponse à : INERA et culture du Coton génétiquement modifié (CGM) : Le Roundup ready flex (RPF) est pour 2017

    En attendant, l’UNPC-B avec à sa tête KARIM TRAORE pro-François COMPAORE a injecté 40 000 000 FCFA pour des Tee-shirts CDP( au moment oû certains meurent de faim). Sa campagne électorale se faisait dans les Zones cotonnières. Que les hommes de droit nous éclaircissent sur la légalité ou pas de tels actes DE LA PART DES FINANCIERS CDPistes usant de leurs titres pour influencer le milieu paysan.
    KARIM TRAORE appelle tous ses bureaux départementaux à venir le soutenir ce Vendredi ici à BOBO contre l’ultimatum des anti-Karim car si lui il tombe, c’est tous ses bureaux départementaux et provinciaux qui vont tomber.
    L’adepte CDPiste appelle à un genre contre marche. Espérons qu’on n’assistera pas à un affrontement dans notre ville de SYA ce Vendredi 19 Décembre.
    Pourquoi ne pas écarter tous les 02 cerveaux qui veulent utiliser les paysans et s’accaparer de leurs biens ? Nos nouvelles autorités doivent prendre ce problème au sérieux.

    Répondre à ce message

  • Le 19 décembre 2014 à 07:55
    En réponse à : INERA et culture du Coton génétiquement modifié (CGM) : Le Roundup ready flex (RPF) est pour 2017

    Je crois que les préoccupations des producteurs de coton sont ailleurs. Cette nouvelle semence n’apportera rien qu’une augmentation de charges d’exploitation pour les producteurs qui déjà s’en tirent difficilement avec le coton Bt. Pire, les sociétés cotonnières font des pertes énormes avec ces fibres courtes liées au coton Bt (pertes financières, pertes de clients et d’image de label du coton du Burkina). Donc il faut solutionner les problèmes actuels plutôt que de vouloir aller de l’avant alors que l’arrière n’est pas bien baliser. Les prix du coton sont au plus bas, les intrants (engrais surtout) coutent chers. Il y a d’autres préoccupations que de vouloir enrichir ces multinationales comme Monsanto. Alors, chers chercheurs, c’est bon de chercher, mais soyons réalistes. En plus de cela, est-ce que c’est bien de montrer un champ minable comme ca à des visiteurs ? Ca fait honte à la recherche.

    Répondre à ce message

  • Le 19 décembre 2014 à 11:46, par un peu moins d’esprit individualiste !
    En réponse à : INERA et culture du Coton génétiquement modifié (CGM) : Le Roundup ready flex (RPF) est pour 2017

    Nous avons chasser Blaise considéré Ebolaise fin octobre. Quand allons nous chasser les OGM, un véritable Ebola sur nos semences locales et paysannes ? si nous n’y prenons garde, nous perdrons toutes nos semences locales d’ici 5 à 10 ans et seront à la merci de cette multinationale. La sécurité/souveraineté alimentaire passe d’abord par la préservation de la diversité de nos semences locales. Or, les OGM vont finir par tout contaminer faute de pouvoir avoir des filières séparées faute de moyens adéquats pour le faire aussi bien dans nos champs, sur les marchés locaux, au niveau de la transformation....

    Répondre à ce message

  • Le 19 décembre 2014 à 13:44, par Lenanti
    En réponse à : INERA et culture du Coton génétiquement modifié (CGM) : Le Roundup ready flex (RPF) est pour 2017

    Il y a des moments ou je conclus que nous sommes perdu... Perdu parce que nous sommes entrain de graisser la machine qui est programmé pour nous écraser. Perdu parce que personne ne semble s’en préoccuper, la preuve, une seule réaction sur ce sujet très sensible.
    Mr le Ministre de la Recherche scientifique et de l’Innovation, sachez qu’on ne peut commander la nature qu’en lui obéissant. Sachez que les actes que vous posez en ce moment auront de fortes conséquences sur la vie de vos petit enfants. Je vous invite vivement à vous renseigner sérieusement sur le compte de Monsanto, ses objectifs et plan qu’il s’est doté pour y parvenir.
    Merci

    Répondre à ce message

  • Le 19 décembre 2014 à 14:47, par Jorlan
    En réponse à : INERA et culture du Coton génétiquement modifié (CGM) : Le Roundup ready flex (RPF) est pour 2017

    Les présidents de la République changent, mais MONSANTO reste ! Espérons qu’Ousmane Tiendrébéogo, membre du conseil national de la transition, réussira à faire changer les choses.

    Répondre à ce message

  • Le 20 décembre 2014 à 06:01, par zabré
    En réponse à : INERA et culture du Coton génétiquement modifié (CGM) : Le Roundup ready flex (RPF) est pour 2017

    J’ai peur que nos braves paysans ne soient plus maître des semences et soient obligés de les acheter auprès des multinationales.
    Aussi quelle est l’impact de ces OGM sur l’équipe de la bio diversité
    Voici un article que j’ai lu sur WIKIPEDIA et aimerais partager avec les lectures "
    En 2010, la revue Science révèle les conséquences indésirables très importantes causées par la culture de coton Bt en Chine du Nord. La culture sur trois millions d’hectares d’un coton Bt, manipulé pour produire un insecticide contre un papillon ravageur, a abouti à la prolifération de la punaise des champs, Adelphocoris lineolatusqui a ravagé 26 millions d’hectares de cultures maraîchères et fruitières, touchant 10 millions de petits exploitants du Hebei et du Shandong. De ce fait, ils ont du fortement augmenter l’usage des pesticides chimiques pour sauver les récoltes[2],[3].

    Répondre à ce message

  • Le 22 décembre 2014 à 06:59
    En réponse à : INERA et culture du Coton génétiquement modifié (CGM) : Le Roundup ready flex (RPF) est pour 2017

    C’est vraiment triste que nos chercheurs se donnent en ridicule comme ça. Est ce que ça fait bien d’inviter des gens et leur montrer un champ minable comme ça. Ça fait vraiment honte. Pire, ils tapent le tam-tam de Monsanto qui est venu pour se faire de l’argent au Burkina et en Afrique. Sinon, pourquoi vouloir introduire une nouvelle technologie alors que la première donne des résultats mitigés ? Le coton Bt actuellement cultivé a entraîné des problèmes pour la filiere coton (avec des fibres très courtes, toute chose qui a engendré des pertes financières pour le Burkina, une perte de clients et d’image pour notre coton. Au lieu de chercher à résoudre cette problématique, nos fameux chercheurs veulent faire vendre à Monsanto une autre technologie. Est-ce que gérer les mauvaises herbes posent autant de problème à nos braves cotonculteurs ? Tout ça parce qu’on est complice d’une multinationale. Nous, citoyens du Burkina, demandons au Premier Ministre de jeter un coup d’œil vigilant au sein de la filiere coton (Sofitex, Socoma, Faso Coton, Unpcb surtout elle, secrétariat permanent suivi filiere coton, Inera programme coton) pour apporter le nettoyage nécessaire afin que nos braves producteurs bénéficient du fruit de leur labeur.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés