Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Aucune cause juste ne peut être servie par la terreur. Kofi Annan» 

Martyrs de l’Insurrection populaire : « Nous attendons qu’on nous dise qui a ordonné de tirer et qui a tiré sur ces jeunes » Chrysogone Zougmoré, président du collectif

Accueil > Actualités > Politique • • samedi 13 décembre 2014 à 22h17min
Martyrs de l’Insurrection populaire : « Nous attendons qu’on nous dise qui a ordonné de tirer et qui a tiré sur ces jeunes » Chrysogone Zougmoré, président du collectif

Après s’être inclinés sur les tombes de Norbert Zongo et de ses 3 compagnons, les militants du collectif et de la Coalition contre la vie chère (CCVC) ont fait de même sur les tombes des martyrs de l’insurrection populaire. Aux anciens dossiers pour lesquels ils demandaient vérité et justice sont venus s’ajouter celui des martyrs. Pour Chrysogone Zougmoré président du collectif, il faut commencer par le tout récent, celui des martyrs de l’insurrection. Pour sa part, l’avocat dans l’affaire Norbert Zongo, Me Bénéwendé Stanislas Sankara, espère que les magistrats seront intègres, afin que le dossier Norbert Zongo soit rouvert et que justice soit enfin rendue. Propos recueillis au cimetière de Gounghin…

Chrysogone Zougmoré :

« Malgré l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre, nous avons décidé d’organiser cet anniversaire sous le signe de l’engagement renouvelé à nous battre pour la vérité et la justice sur le dossier Norbert Zongo et sur tous les dossiers de crimes impunis. Blaise Compaoré est parti, mais nous sommes vigilants, parce que tout l’appareil administratif, politique, judiciaire, bien qu’il ait été sérieusement ébranlé, reste intact. Concernant le dossier Norbert Zongo nous lançons cet appel aux autorités de la transition. C’est vrai, des déclarations ont été faites, des professions de foi aussi, mais nous pensons que le mieux, c’est de passer des paroles aux actes. C’est ce que nous attendons.

Le collectif des organisations de masse et des partis politiques a élaboré une plateforme en 20 points que nous allons incessamment adresser aux autorités de la transition. Nous ne disons pas de régler tout au bout de ces 11 mois de transition, mais nous pensons qu’il y a des actes forts qu’il faudrait poser pour faire en sorte que ce que nous avons subi depuis les 27 ans de dictature de Blaise Compaoré, puisse être évacué. Il y a des dossiers comme ceux de Norbert Zongo, Thomas Sankara qui devraient être rouverts pour ramener la paix dans ce pays. Par le biais du collectif des avocats que nous avons constitué, nous allons incessamment demander au procureur du Faso d’ouvrir le dossier Norbert Zongo.

Des documents ont été découverts à la faveur de l’insurrection notamment chez François Compaoré. Nous avons pu avoir un certain nombre de ces documents sur la base desquels nous pensons qu’on peut rouvrir ce dossier, de notre analyse, nous pensons que ce sont des éléments nouveaux qui interviennent. Ce sont des actions que nous entrevoyons pour les semaines à venir ».

De la justice pour les martyrs de l’insurrection populaire…

« Naturellement, il faudrait commencer par là. C’est encore tout récent. Ce que nous avons demandé et ce que nous continuer de demander, c’est qu’on nous dise tout simplement celui qui a ordonné de tirer. Nous disons que dans une armée qui se respecte, surtout au niveau d’un corps d’élite comme le régiment de sécurité présidentielle, il est facile à établir, à situer les responsabilités. Nous attendons donc qu’on nous dise qui a ordonné de tirer et qui tiré sur ces jeunes. Là-dessus également, nous n’allons pas transiger, nous allons demander aux autorités de faire tout ce qu’il y a lieu de faire, avant même les états généraux de la justice qui sont annoncés ».

Maitre Bénéwendé Stanislas Sankara, avocat du dossier Norbert Zongo : « Le non-lieu était en lui-même un non-lieu »

« Nous n’avons jamais douté que le dossier Norbert Zongo ne sera pas rouvert. Je dois rappeler qu’à Arusha, la cours africaine des droits de l’homme et des peuples, a déjà condamné l’Etat du Burkina Faso a ouvrir ce dossier. Le non-lieu qui avait été évoqué est en lui-même un non-lieu. Maintenant qu’à la suite de l’insurrection populaire les autorités de la transition emboitent le pas et embouchent la même trompette, nous ne pouvons que nous en féliciter et espérer qu’au plus vite sera le mieux. Parce que cela fait 16 ans que notre peuple attend, que nous marchons pour exiger vérité et justice. Si en 16 ans cette mobilisation est restée constante, dans la détermination et dans la conviction ; si, et nous sommes d’accord, que l’insurrection a été la résultante du refus de l’injustice, il n’y a pas de raison que le dossier de Norbert Zongo ne soit pas rouvert, ainsi que tous les dossiers.

J’ose espérer que nous aurons des magistrats intègres, une magistrature indépendante pour dire le droit et que les assassins et coupables soient appréhendés et punis à la hauteur de leur forfait ».

Propos recueillis par Tiga Cheick sawadogo
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Les députés frondeurs ont cessé l’utilisation du sigle "UPC"
Députée Elise Foniyama Ilboudo/Thiombiano : « Les gens pensent que la politique, ce sont des intrigues »
Appel de citoyens à la candidature de Kadré Désiré Ouédraogo : « Une vieille stratégie politique démodée », selon Adama Yasser Ouédraogo du CDP
Nouveau règlement de l’Assemblée nationale : Le format du discours du Premier ministre devant le parlement sera réduit
58è anniversaire de l’indépendance : Le Burkina a revisité son histoire à Manga
Message à la nation du président du Faso : Les Burkinabè sont-ils réellement disposés à l’unité et à la cohésion nationale ?
Sondage d’opinion « Présimètre » : Roch Kaboré obtient 4,91 sur 10 pour sa 3e année de gouvernance
Demande d’extradition de François Compaoré : Les commentaires du gouvernement burkinabè sur la décision de la Cour d’appel de Paris
Crise au conseil municipal de Gourcy : « Nous serons désormais obligés de nous défendre contre nos agresseurs » (Responsable provincial des jeunes du MPP)
Loi sur le vote des Burkinabè de l’étranger : Les Burkinabè d’Espagne s’insurgent contre les missions d’explication
Politique : Le PDS/Metba se prépare pour les élections de 2020
Réseau des femmes Leaders : Projecteurs sur la participation politique de la jeunesse féminine burkinabè
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés