Affaire Norbert Zongo : vivement une priorité de la commission nationale de la réconciliation et des réformes !

samedi 13 décembre 2014 à 02h15min

Le 13 décembre 1998, succombait, dans les conditions les plus atroces, le célèbre journaliste d’investigation, Norbert ZONGO. Non content de le tuer, les mains assassines vont transformer ce corps en cendre, preuve de leur trop grande cruauté, animosité. Mais depuis lors, le feu n’a cessé de s’allumer, d’où la nécessité de murir une profonde réflexion sur ce crime odieux et situer les responsabilités individuelles et collectives afin que l’âme de Norbert repose en paix.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Affaire Norbert Zongo : vivement une priorité de la commission nationale de la réconciliation et des réformes !

Grand défenseur de la cause de l’opprimé, vaillant combattant contre l’injustice, Norbert Zongo aura consacré toute son existence à critiquer et à dénoncer les inégalités sociales et les tares du régime COMPAORE. Son parcours scolaire, universitaire et même professionnel abonde d’exemples de ce combat inlassable.
Tentatives de corruption, intimidations, menaces, rien n’a pu stopper ce journaliste d’investigations dans son combat de tous les jours. Au prix de sa vie, il a tenu à faire la lumière sur des dossiers aussi brûlants que celui de David OUEDRAOGO qui serait d’ailleurs la cause de son assassinat. Loin de nous l’idée de revenir sur ce parcours exemplaire, il est tout simplement question, à travers cet écrit, de s’interroger sur la suite à donner au dossier Norbert ZONGO afin que le sacrifice consenti par ce grand homme servent de leçon.

Norbert ZONGO n’a accepté de consentir le sacrifice ultime que pour permettre l’émergence d’une démocratie et d’une justice véritables. Sans doute aucun, l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre serait en partie l’écho de ce combat mené il y a plus d’une décennie. Et l’histoire lui aura donné raison ; à en croire certains documents retrouvés lors des casses (même si l’authenticité reste à prouver par l’autorité compétente). Il suffit par ailleurs de parcourir ses nombreuses conférences et publications pour s’en convaincre.

Il est donc clair que ZONGO ne s’est pas battu pour des intérêts égoïstes et c’est d’ailleurs pour cette raison que tous, à l’instar du Collectif et en commençant par les autorités de la transition, devraient, à quelque niveau que ce soit, tout mettre en œuvre afin que la lumière jaillisse le plus tôt possible sur cette affaire. Ce combat ne devrait pas être l’œuvre de quelques individus ou groupes ; mais la préoccupation de tout Burkinabè à quelque niveau qu’il se situe. Avons-nous déjà songé à une journée sans la presse ? Que serait notre monde si aucun bout de doigt ne se levait pour dénoncer les injustices ? Avons-nous, une seule fois, fait nôtre la douleur et à la souffrance des proches de Norbert ZONGO ? Norbert est mort en défendant une cause qui aurait pu être celle de chacun de nous. Il est mort comme un soldat sur un champ de bataille, défendant sa patrie contre une agression extérieure. Par conséquent, il mérite mieux que quiconque les reconnaissances de la nation. Et le contexte actuel sied pour marquer une ferme volonté de faire aboutir ce dossier et de rendre enfin un vibrant hommage à ce justicier sans pareil.

Etant donné qu’il n’est jamais trop tard pour bien faire et que les autorités de la transition étaient animées d’une volonté de joindre Norbert ZONGO aux martyrs de l’insurrection pour la journée d’hommages, il serait de bon ton que celles-ci posent un acte mémorable ce 13 décembre, jour anniversaire de l’assassinat ignoble du journaliste. Que ce premier anniversaire après la chute du régime que Norbert a combattu toute sa vie en raison de la mal gouvernance, marque un tournant dans le sort jusque-là réservé à cette affaire. C’est l’occasion ou jamais pour ZIDA et son équipe de montrer leur bonne foi dans la gestion de ce dossier, dans la satisfaction de l’aspiration profonde du peuple burkinabè. Et cela pourrait contribuer à redorer leur blason après la polémique autour de la journée d’hommages. Le premier ministre de la transition, Yacouba Isaac ZIDA, pourrait par exemple, à l’occasion, sans démagogie aucune, inscrire le dossier Norbert ZONGO parmi les priorités de la commission de la réconciliation nationale et des réformes ; car ne l’oublions pas, ce sont les manifestations consécutives à l’assassinat de Norbert ZONGO qui ont abouti à la limitation des mandats présidentiels..

Ousmane B. PARE
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 12 décembre 2014 à 17:11
    En réponse à : Affaire Norbert Zongo : vivement une priorité de la commission nationale de la réconciliation et des réformes !

    C’est une priorité parmi d’autres de la commission nationale de la réconciliation et des réformes mais cela doit être UNE DES PRIORITES ABSOLUES DE LA JUSTICE qui doit réouvrir le dossier de manière volontariste pour investiguer et faire un nouveau procès dans les 6 mois qui viennent. C’est à ce prix que l’on pourra commencer à dérouler le processus vérité, justice, pardon pour tous les autres dossiers pendants et entamer la réconciliation.

  • Le 12 décembre 2014 à 17:47, par la voix du peuple
    En réponse à : Affaire Norbert Zongo : vivement une priorité de la commission nationale de la réconciliation et des réformes !

    je me demande comment le rédacteur a pu faire une faute pareille sur l’année de la mort de Norbert ZONGO !!!

  • Le 12 décembre 2014 à 19:04, par Le Silencieux
    En réponse à : Affaire Norbert Zongo : vivement une priorité de la commission nationale de la réconciliation et des réformes !

    Il serait bon que les autorités invitent tous ceux qui peuvent donner de la lumière sur cette affaire de le faire en se confiant à la commission de la réconciliation nationale. Même ceux qui ont reçu des ordres pour faire Norbert, doivent se confier. Cela pourrait pardonner leurs peines à moitié. Au lieu de laisser découvrir ça par des enquêtes. Les militaires de RSP, ayez le courage de vous dénoncer sur cette affaire Norbert pour avoir la conscience tranquille. Attendons demain pour voir ce que le Président KAFANDO et le 1er Ministre vont arrêter. Que vous le voulez ou pas cette affaire trouvera une bonne fin. Je disais il y a de cela plus de 4 ans de faire construire un PALAIS DE JUSTICE à SAPOUY pour JUGER UNIQUEMENT TOUS LES CRIMES DE SANG ET ECONOMIQUES.

  • Le 12 décembre 2014 à 21:13, par Bahiya
    En réponse à : Affaire Norbert Zongo : vivement une priorité de la commission nationale de la réconciliation et des réformes !

    Hommage aux martyrs du 30 octobre qui se sont donnés pour que la démocratie soit respectée au Burkina à travers le respect de l’article 37. Norbert ZONGO avait prévenu que l’article 37 causera la chute du régime Compaoré. et le constatons après 16 ans. Norbert avait fortement critiqué la non limitation de mandat. Après sa mort le régime, pour apaiser la situation, a consenti à la limitation de mandat. N’ayant pas pris au sérieux les conseils de Norbert Z. Le fameux article 37 l’a emporté !!!!! ZONGO restera l’un des fondateurs du modèle démocratique ’’made in Burkin’’.

  • Le 12 décembre 2014 à 21:54, par LY
    En réponse à : Affaire Norbert Zongo : vivement une priorité de la commission nationale de la réconciliation et des réformes !

    Norbert à travers son journal l’Indépendant, a contribué à l’éveil des consciences. Tout le monde attendait la sortie du journal le mardi. Je dis bien tout le monde (ses admirateurs, comme ses opposants). Lors de sa dernière conférence tenue au centre culturel français, il disait : certains pensent que je travaille avec le régime si non il n’aurait pas permis ce que j’écris. Certains du régime pense que je suis immunisé contre les balles. Le 13 décembre est venu montrer que Norbert ne travaillait pas avec le régime, bien au contraire. La cruauté de son assassinat (balles + feu) montrent en effet que les exécuteurs voulaient être sûrs à 100% d’éliminer Norbert, certainement ils croyaient à son immunité contre les balles et donc ils ont rajouté le feu pour se rassurer. Cet horrible et ce odieux crime a éveillé encore plus les masses et créer la mobilisation générale depuis ce jour jusqu’au 30 et 31 octobre, avec la fin de la peur et le sacrifice des jeunes dont certains l’on à peine connu.
    C’est pourquoi ce gouvernement de transition, comme dit dans l’écrit que nous commentons, doit se mettre en avant garde de la célébration de cette journée en communiant avec le peuple. Ce sera déjà les prémisses de la Justice pour Norbert Zongo !

  • Le 12 décembre 2014 à 22:05, par pare
    En réponse à : Affaire Norbert Zongo : vivement une priorité de la commission nationale de la réconciliation et des réformes !

    demain 13/12/2014 a21h sur la rtb, diffusion du film ’bori bana’ sur le dossier norbert zongo. qui l’aurait cru ? jai foi en ce nvo vent qi souffle sur le pays. cpdt rrstons vigilents

  • Le 12 décembre 2014 à 23:27, par Yempabou
    En réponse à : Affaire Norbert Zongo : vivement une priorité de la commission nationale de la réconciliation et des réformes !

    C est en effet l’une des figures majeures de l’histoire de notre pays. Mais il faut le dire, pour une bonne justice justement il faut se soumettre au temps de la justice...

    Et nous pouvons avoir confiance dans ce gouvernement avec une telle Ministre.

    En attendant ; nous avons besoin de faire une véritable introspection nous mêmes le peuple, afin d’incarner ces valeurs qu’il portait, de sorte que nos dirigeants désormais soient des hommes de cette trempe.

    Paix à l’âme de ce valeureux fils intègre, et puisse t-il se réjouir de voir qu’il n’est pas mort en vain.

  • Le 13 décembre 2014 à 07:52, par somed
    En réponse à : Affaire Norbert Zongo : vivement une priorité de la commission nationale de la réconciliation et des réformes !

    On pourrait remettre le dossier au ministre de 59 heures adama sagnon

  • Le 13 décembre 2014 à 10:15, par pagara
    En réponse à : Affaire Norbert Zongo : vivement une priorité de la commission nationale de la réconciliation et des réformes !

    Salif Diallo pourra éclairer la justice car il était au cœur du dispositif Compaore au moment de l’assassinat de Norbert

  • Le 13 décembre 2014 à 23:32, par YIRMOAGA
    En réponse à : Affaire Norbert Zongo : vivement une priorité de la commission nationale de la réconciliation et des réformes !

    SOMEd a un peu raison. Je suis d’avis qu’on remette le dossier à Adama Sagnon et on saura jusqu’où va son honneur et sa dignité, lui qui s’en pressait d’être Ministre de la transition. Il aura l’occasion de se rattraper et bénéficier du pardon du peuple. Bonne suggestion.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés