Conseil national de la transition : 90 membres, mais combien de compétences ?

lundi 1er décembre 2014 à 01h36min

L’organe législatif de la transition est en marche. C’est du moins, ce que l’on peut penser. Et ce, depuis le 27 novembre dernier où le président de l’institution a été élu, au cours d’une cérémonie empreinte de solennité. A l’occasion, on a vu des Conseillers visiblement très heureux d’être membres de cet organe. Mais invités à s’exprimer par avance sur les missions du CNT et sur les tâches qui les attendent, l’on réalise que tous ne seront véritablement pas utiles à l’institution qui n’a que quelques 12 petits mois devant elle. Combien sont-ils, ceux qui ont conscience de leurs responsabilités au sein du CNT ? Combien sont-ils, ceux d’entre eux qui sont compétents dans leurs domaines respectifs ? Combien sont-ils, ceux-là qui pourront rapidement appréhender l’œuvre législative et s’y accommoder ? Seront-ils combien à s’investir comme il se doit, dans les missions assignées au CNT ? Les jours et mois à venir, nous permettront sans doute d’être situés. Mais avant…

Conseil national de la transition : 90 membres, mais combien de compétences ?

Jeudi 27 novembre 2014, courant après-midi, on est à l’hôtel du député à Ouagadougou. Au cours d’une pause accordée à l’issue de la cérémonie d’ouverture de la première plénière du CNT, et avant l’élection du président de l’institution, les Conseillers étaient en récréation. Ça se rafraîchissait, ça se félicitait, le tout dans un climat détendu. Entre ceux qui évitent de croiser, même le regard, d’un journaliste et ceux qui, approchés, lancent, ‘’je n’ai rien à dire’’, il y’en a eu qui ont accordé quelques mots. C’est ainsi qu’avec Safiétou Congo, on a pu retenir ceci : « Quand on m’a proposé, je ne voulais pas ; mais ils m’ont poussé à… Au fait, je représente le parti de mon papa qui est le MPB (Mouvement patriotique du Burkina, un parti membre de l’ex-CFOP, ndlr) ; je suis la trésorière. Je pense que c’est une bonne initiative pour moi ». A chacun son commentaire…

Adama Zagré du PUND (Parti pour l’unité nationale et le développement) quant à lui, confie : « la mission qui attend les membres du CNT est énorme ; mais je pressens qu’elle sera exaltante ». Et de préciser, « Nous devons passer en revue certains textes de loi pouvant régir la vie normale durant cette transition ». « La tâche qui nous incombe, dira Boubacar Balima de la société civile, c’est de travailler à préserver la paix sociale, défendre les intérêts de tous les Burkinabè ».
Il est question, précise Casimir Sawadogo, également désigné sous la bannière société civile, « de prendre en compte les réclamations du peuple et les traduire sous forme de loi, dans le cadre des réformes à opérer ».

Dans le cadre de ces réformes, Aziz Sana de la société civile lui aussi, dit estimer « qu’il faut unifier l’Armée, il faut verrouiller l’article 37 de la Constitution et revoir les pouvoirs dévolus au chef de l’Etat. Il faudra également améliorer le Code électoral, se pencher sur la question des candidatures indépendantes pour faire en sorte qu’elles soient permises, parce que ce n’est pas seulement en tant que politicien qu’on peut défendre les intérêts du peuple ».

Mais comment comptent-ils s’y prendre ? Pour l’instant, de bonnes intentions s’affichent. « Je vais m’investir pour la mission qui nous a été confiée au niveau du CNT », a laissé entendre Honorine Ouédraogo du PAREN (Parti de la renaissance nationale). Et à en croire Joséphine Drabo de l’ADF/RDA (Alliance pour la démocratie et la fédération/ Rassemblement démocratique africain), « Il y aura cinq commissions au sein desquelles chaque Conseiller va donner le meilleur de lui-même ».

Au nom d’un Burkina nouveau…

Au bout du compte, présage Aziz Sana, le CNT permettra d’avoir des institutions fortes ; ou à tout le moins, de poser les bases d’institutions fortes qui feront en sorte « que le Burkina Faso ne puisse jamais revenir à la situation que nous avons combattue ». « Il nous faut, de l’avis de M. Zagré, arriver à restaurer l’intégrité du Burkinabè ».

Faut-il le rappeler ? Le CNT est l’organe central dans l’architecture institutionnelle de cette transition. Son rôle devra permettra de savoir si le Burkina Faso – à la fin de la transition – est sur la bonne voie de la véritable démocratie, en tournant définitivement la page des disputes relatives aux mandats présidentiels, la page de l’impunité, la page de priorisation de la corruption.

Gageons que le CNT réussira à relever le défi d’un Burkina démocratique. L’espoir est permis, tant des personnalités déjà rompues à la tâche en matière législative font parties de ses membres, même si celles-ci ne sont pas nombreuses. Il est aussi permis d’espérer que des novices compétents dans leurs domaines, sauront développer rapidement le bon réflexe. Vivement, que le nombre de membres utilement disponibles et compétents prenne le dessus dès les trois premiers mois de son fonctionnement ! Et que tous ensemble, ils s’investissent à fond, au nom d’un ‘’Burkina nouveau’’ dans la réalité de tous les jours, l’horizon de toutes les aspirations.

Fulbert Paré
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 1er décembre 2014 à 02:02, par philly En réponse à : Conseil national de la transition : 90 membres, mais combien de compétences ?

    Plus de première dame, plus de salaire pr les femmes de deputés sinon il y aura salaire pour les femmes infirmiers, policiers, enseignants etc...la RTB doit être pour le peuple et non le parti au pouvoir( on ne veut plus voir coupe du deputé sur la rtb). Revoir toutes les privatisations sous le regime Blaise( deal entre copains). Le CNT même doit donner l’exemple( pas de salaire mais perdiems pour amener les deputés a baisser leur salaire). Plus rien ne sera comme avant.

    Répondre à ce message

  • Le 1er décembre 2014 à 08:08, par SIDZABDA En réponse à : Conseil national de la transition : 90 membres, mais combien de compétences ?

    "Beaucoup d’appelés mais peu d’élus’" comme disent les saintes écritures.
    Nos partis politiques ne tirent pas de leçons ; Il y a eu au Burkina un gouvernement de large rassemblement et Girard kango (paix à son âme) avait placé en son temps son fils GNO (futur brûleur du pays), Hermann avait fait venir son petit frère de la Côte d’ivoire, tous pour etre dans le gouvernement, ignorant les autres militants du parti. Et voilà que le MPB (Mouvement patriotique du Burkina) se fait représenter par la fille du patron du parti comme s’il n’ y a pas autre cadre au sein du parti. Imaginer si ce parti arrive au pouvoir, c’est un perpétuel recommencement car la famille d’abord et voilà. Si son parti n’a plus de cadre dans son bureau il faut le dissoudre simplement.
    Ce genre de représentativité est sûrement plus d’un dans ce CNT et on se demande si à la fin de 2015 on aura un résultat surtout que les crânes vides qui s’y retrouvent gêneront le travail des autres par leurs plaintes dues au fait qu’ils n’ont pas le niveau des débats. De la manière dont certains ont fait la bagarre pour y être présagent des difficultés qu’il y aura dans cette grande messe dite de la démocratie.
    ’’QUI SE SENT MORVEUX SE MOUCHE’’

    Répondre à ce message

  • Le 1er décembre 2014 à 08:27, par tinto En réponse à : Conseil national de la transition : 90 membres, mais combien de compétences ?

    Je crois qu’il n’est jamais trop tard pour mieux faire. S’il est avéré qu’une personne ne pourra pas ajouter de la valeur au CNT ou autre institution de la transition, il faut avoir de la lucidité et la remercier. La jeune dame par exemple, Safiétou Congo est de cela. Elle a 22 ans et ne sait même pas ce qui l’attend. C’est une vraie honte pour son géniteur qui se dit chef de parti. Au regard de cela, je souhaite que la transition pose aussi les bases de la création et de la compétition des partis politiques. Quelqu’un qui fait de sa fille la trésorier de son parti et qui la pousse dans une institution nationale comme le CNT, parce que tout simplement il y a de l’argent dedans ! J’interpelle vivement ZIDA : si on a pu revenir sans problème sur le cas SAGNON, il n’y a pas de raison qu’on ne puisse pas reviennir sur tous les autres cas, dans le souci de mieux faire. Nous attendons un travail de 90 personnes. Si on nous présente un travail de 40 personnes , le compte est faut.

    Répondre à ce message

  • Le 1er décembre 2014 à 09:10, par SIDZABDA En réponse à : Conseil national de la transition : 90 membres, mais combien de compétences ?

    Le 3 a raison. Beaucoup de partis au Burkina sont à l’image des associations càd familiales du chef de parti aux personnels d’appui. Réglons vraiment cette situation car 40 personnes ne doivent pas faire le travail de 3 jours.

    Répondre à ce message

  • Le 1er décembre 2014 à 09:38, par gnine En réponse à : Conseil national de la transition : 90 membres, mais combien de compétences ?

    pourquoi vous n’identifiez pas les personnes dont on voit les photos ? hors-mis cela, j’apprecie l’article.

    Répondre à ce message

  • Le 1er décembre 2014 à 09:57, par wendinmi En réponse à : Conseil national de la transition : 90 membres, mais combien de compétences ?

    Essayons de rester le plus prêt possible de la vérité. Les femmes des députés n’ont jamais été payées à ce titre (en tant femmes de députés) ni à un autre que ce soit, sauf celles qui sont fonctionnaires et qui par voie de conséquence méritent leur salaire comme tout autre burkinabè. C’est une chose facile à vérifier, ne serait-ce que par les Roch et autres qui y sont passés, et encore plus par Roch qui a été l’ordonnateur du budget de l’assemblée. On peut aussi avoir recours au Boussouma qui a siégé sans discontinuer depuis la première législature jusqu’au 30 octobre, soit plus de 20 ans ! Ce naaba n’est -il pas encore et toujours assis dans le CNT ? Quant on sait qu’il faisait partie des absentéistes notoires aux travaux des commissions, on se demande bien qu’est ce qu’il vient y faire à nouveau. L’on rétorquera certainement que c’est parce qu’il n’aimait pas le pouvoir qu’il ne travaillait pas dans les commissions. Mais dans ce cas toutes les lois défaillantes et anti-peuple l’ont été de leur fait. Dans ce domaine opposition et majorité portent la même responsabilité Les uns pour s’être absentés volontairement ( l’argument selon lequel on ne les écoutait pas ne saurait prévaloir car les minutes de l’assemblée pourraient être consultées pour savoir qui a dit quoi pour la postérité), les autres pour avoir usé trop mécaniquement de leur majorité pour des lois en leur seule et unique faveur.
    A partir du moment que des députés qui ont siégé plus de 20 ans à l’assemblée se retrouvent dans le CNT encore et toujours, à quelque titre que ce soit, c’est la dictature du peuple qui s’est imposée aux autres par la dissolution de l’institution.
    Si les femmes des députés, y compris de ceux là qui sont au CNT, ont touché de l’argent à ce titre alors qu’elles le rendent au peuple comme tout spoliateur de deniers publics.
    Les organes de la transition auraient dû concerner des personnes neutres, tel que défini par la charte. Si non on fait la part belle à certains partis pour prendre de l’avance sur les autres pour les campagnes futures.

    Répondre à ce message

  • Le 1er décembre 2014 à 10:42 En réponse à : Conseil national de la transition : 90 membres, mais combien de compétences ?

    Nous finirons par avoir le cv de chaque membre du gouvernement et de CNT ? J’espère. En plus, nous attendons les vrais.

    Répondre à ce message

  • Le 1er décembre 2014 à 10:47, par Le Patriote En réponse à : Conseil national de la transition : 90 membres, mais combien de compétences ?

    Je suis entièrement d’accord avec ce titre : 90 membres, mais combien de compétences ? En effet si 30 sur 90 doivent réfléchir pour arrêter quelque chose de sérieux afin d’éviter ce qui est arrivé le 30 31 octobre, j’en doute. Malgré les mises en question de certains membres de ce CNT, je ne comprend pas pourquoi Zida ne regarde pas sur les Différents CV de ses membres ?
    Les preuves sont là, loin de moi des scènes de jalousie ou autre. Je veux seulement les gens compétents pour diriger " cette transition" tant attendue.

    Répondre à ce message

  • Le 1er décembre 2014 à 10:53, par YZ En réponse à : Conseil national de la transition : 90 membres, mais combien de compétences ?

    Quelqu’un a t il la liste de ces hommes et femmes du CNT avec leur qualification ?
    Ca permettra de se faire une idée !

    Merci

    Répondre à ce message

  • Le 1er décembre 2014 à 10:56, par marcel En réponse à : Conseil national de la transition : 90 membres, mais combien de compétences ?

    Je pense personnellement que l’organe qui était chargé de mettre le CNT en place a céder a la pression.Etre la fille du patron du patron,être désigner par consensus au sein du parti c’est acceptable ,on peut comprendre que cest le choix du parti.
    Mais que le CNT accepte une fillle de douze ans ce n’est pas normal ; faisons attention a ce genre de pratique qui peut sémer le doute sur le changement de comportement voulu par tous.
    Il faut éviter que le citoyens interviennent toujour pour corriger ce genre d’erreur.

    Répondre à ce message

  • Le 1er décembre 2014 à 11:29, par YZ En réponse à : Conseil national de la transition : 90 membres, mais combien de compétences ?

    Wendinmi, ça va se savoir ! On change difficilement les choses lorsque le peuple lui même n’a pas changé !!
    Wait and see !

    Répondre à ce message

  • Le 1er décembre 2014 à 12:43, par TAIRE En réponse à : Conseil national de la transition : 90 membres, mais combien de compétences ?

    On n’a pas besoin de la figuration dans le CNT, que l’on se le dise franchement. Il faut arrêter dès maintenant d’introduire des analphabètes dans le processus pour permettre aux partis de refléchir afin de mettre les gens qu’il faut à la place où il faut. C’est vrai qu’il faut avoir un certain niveau d’étude pour pouvoir comprendre, discerner et décider en toute objectivité. Veuiller rectifier cela en nous epargnant du n’importe quoi d’abord en attendant la fin de la transition. Nous voulons des gens capables et non des garnements. Pendant qu’on y est, Mr ZIDA soyez riguoureux dans les textes pour permettre aux bonnes graines d’être aux devants des choses.

    Répondre à ce message

  • Le 1er décembre 2014 à 14:10, par Burkina2015 En réponse à : Conseil national de la transition : 90 membres, mais combien de compétences ?

    C’est vraiment déplorable, même le PDC paraît-il à envoyer un ignorant au CNT au mépris des jeunes cadres membres. On a tous combattus cela pourquoi ces mêmes leaders reviennent sur ces pratiques qui affaiblissent nos institutions. Quel niveau de débat aurons-nous au CNT ?

    Répondre à ce message

  • Le 1er décembre 2014 à 14:30, par somet En réponse à : Conseil national de la transition : 90 membres, mais combien de compétences ?

    c’est vraiment deplorable que dans ce CNT tant attendu qu’on y voit de fils ou de fille de papa, de gamin qui tête encore leur papa et pire encore d’ancien deputé dans cet organe. que Dieu protege le burkina. il est imperatif qu’on ait la liste des 90 membre du CNT et qu’on examine les CV de tous les membres du CNT si l’on veut que le CNT ait le vraie pouvoir d’une Assemblé Nationale digne de nom. Mr le president du CNT il faut faire ton travail.

    Répondre à ce message

  • Le 1er décembre 2014 à 14:56, par Somlare En réponse à : Conseil national de la transition : 90 membres, mais combien de compétences ?

    De toutes façons on les a à l’oeil. Mon père m’a toujours dit : "mon fils en toute circonstances nouvelles prends le temps d’observer, car ceux qui peuvent apporter le plus sont très discrèts. Ils se prononceront mais méfie toi surtout des intervenants ho combien bruyants des premiers moments.

    Répondre à ce message

  • Le 1er décembre 2014 à 15:00, par Le bon citoyen En réponse à : Conseil national de la transition : 90 membres, mais combien de compétences ?

    C’est déplorable de voir des pratiques de de tel père tel fils toujours en vigueur. Il aurait été plus acceptable qu’une autre personne remplace cette fille qui n’a que 22 ans et est la fille de l’autre.

    Pour la validation des noms, cela n’est pas le travail de ZIDA mais de la cours constitutionnelle qui vérifiera les CV en tandem avec la gendarmerie.
    En plus il y a des fonctionnaires qui sont à l’assemblée pour aider à la rédaction des lois.

    Dans tous les cas, ce n’est pas les membres du CNT qui rédigeront la constitution mais c’est une commission composée de personnalités reconnues par leur compétences.

    Répondre à ce message

  • Le 1er décembre 2014 à 15:00, par Zombra adama En réponse à : Conseil national de la transition : 90 membres, mais combien de compétences ?

    Vivement que l’on revoit la présence de certains membre si ce que nous avons lu dans cet article est avéré. le CNT a été créé pour faire un travail de réflexion et chaque membre devrait pouvoir apporter sa contribution. Il n y a pas de raison qu’on désigne 90 personnes pour un travail et que c’est une minorité qui aura à faire le travail.

    Répondre à ce message

  • Le 1er décembre 2014 à 17:28, par dao En réponse à : Conseil national de la transition : 90 membres, mais combien de compétences ?

    j’ai bien peur que le CNT ne soit le tandon d’achile de la transition ! par délà même la compétence d’une bonne partie de ses membres qui viendront faire uniquement de la figuration, je pense que la structure même, en tant que telle n’etait pas utile à la transition ! en effet pour une durée d’un an (moins d’un an maintenant) a-t-on vraiment besoin d’un organe législatif ? pour legiferer sur quoi ? nous sommes quoiqu’on dise, dans une période exceptionnelle, puisque même si de fait la constitution n’est pas suspendue, les autorités et organes en place ne trouvent pas leur légitimité juridique dans la constitution mais ont plutôt une legitimité historique. Dès lors il etait parfaitement, possible et fondé de légiferer par voie d’ordonnances et gouverner par voie de décrets. cela aurait été plus simple pour gerer tous les problèmes qui attendent le Prsident du Faso et son Gouvernement.
    ce qui va se passer avec le CNT ce sont d’interminables palabres des conseillers, dont certains n’ont aucune idée de la mission et surtout oublient que nous n’avons qu’une année pour redresser les choses. c’est mon point de vue ! VIVE LE BURKINA FASO

    Répondre à ce message

  • Le 1er décembre 2014 à 20:35, par Dèdègueba SANON En réponse à : Conseil national de la transition : 90 membres, mais combien de compétences ?

    Le CNT doit être notre organe de régulation de l’action des militaires. De Sangoulé à Blaise cela fait près de 50 ans que les militaires nous dirigent, qu’est-ce qui légitime cet état de fait ? Parce qu’ils ont la force ? De qui détiennent-ils cette force même ?
    Que ceux qui ont le niveau des débats expliquent en français facile aux autres pour qu’on avance.De toute façon la défunte législature était "remplie" de députés pseudo analphabètes.Moi ça ne me pose aucun problème que le CNT regorge d’individus qui n’ont pas le "niveau", on a voulu que tout le peuple qui a fait l’insurection soit représenté au CNT. Ne pas être instruit ne signifie pas qu’on est forcément idiot...J’ai connu des universitaires vraiment idiots pourtant.
    Par contre si on doit "purger" le CNT, qu’on vire les délégués qui ne sont là-bas, que pour leurs ventres. Nous avons besion de gens qui mouillent le maillot.

    Répondre à ce message

  • Le 2 décembre 2014 à 03:58, par ons’en En réponse à : Conseil national de la transition : 90 membres, mais combien de compétences ?

    Que voulez vous ? Ce pays la a toujours fait les choses de maniere tronquee. Le minimum c’etait d’instaurer des criteres objectifs de choix des membres du CNT. Mon papa m’a choisi ou l’age ou le sexe est un critere inutile et dangeureux si on n’a pas la qualification intellectuelle et l’experience. Le minimum aurait ete la licence ou la maitrise. Nous aimons la médiocrité et les actions incomplètes. Regardez bien....

    Répondre à ce message

  • Le 15 décembre 2014 à 19:28, par Abdoul En réponse à : Conseil national de la transition : 90 membres, mais combien de compétences ?

    Il est clair que les representants de l’ancienne mouvance presidentielle ne doivent plus sieger au CNT. 1) Ills sont impopulaires en raison de leur complicite avec le regime de Blaise Compaore.2) Certains ont vu leurs partis dissouts, que representent-ils encore ? J’ en appelle a le premier ministre Zida a prendre toutes les responsabilites pour se mefier de toute negligence avec ces gents-la et de prendre entierement le camp du peuple, celui des opprimes,celui des gents qui ont rate leur existence a cause de Blaise et de la mouvance,celui...et j’en passe mon colonel ! Mettons l’interet superieur de la nation au-dessus de toutes autre consideration s’il vous plait.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés