Présidence du Faso : Fin de fonction de Sanné Mohamed Topan comme directeur de cabinet

vendredi 28 novembre 2014 à 22h52min

Le président Michel Kafando poursuit le renouvellement du personnel de la présidence du Faso. Après le chef d’Etat-major particulier, le Gal Gilbert Diendéré, le conseiller spécial Damo Justin Baro, le secrétaire permanent du Conseil présidentiel de l’investissement, Djibrina Barry, c’est autour de M. Sanné Mohamed Topan de voir la fin de sa fonction comme directeur de cabinet par décret en date du 28 novembre 2014. En rappel, M. Topan avait été nommé à ce poste le 22 janvier 2014 en remplacement de M. Assimi Kouanda.

Présidence du Faso : Fin de fonction de Sanné Mohamed Topan comme directeur de cabinet

Vos commentaires

  • Le 28 novembre 2014 à 21:08, par nabayouga En réponse à : Présidence du Faso : Fin de fonction de Sanné Mohamed Topan comme directeur de cabinet

    Je trouve qu’on en fait un peu trop sur les différents limogeages des anciens collaborateurs de BC . Car en effet ce sont des fonctions qui étaient liées à la personne de ce dernier ; donc il est logique que ces fonctions disparaissent avec la fin du pouvoir de BC . Ce ne sont que des mises en scène pour faire croire que le pouvoir a changé . Le vrai changement serait que Diendere soit arrêté et traduit en justice pour sa complicité d’ assassinats politiques .Qu’il dise ou se trouve le corps de Thomas , Sigué , les Zongo , Lingani et tous les autres que Blaise à fait tuer . En dehors de ces actes , tout autre n’est que gesticulation pour masquer la présence de BC

    Répondre à ce message

  • Le 28 novembre 2014 à 22:36, par Ka En réponse à : Présidence du Faso : Fin de fonction de Sanné Mohamed Topan comme directeur de cabinet

    Merci Mr. le présidence M. Kafando, car Topan est reconduit à ce poste comme en 1998 pour manipuler le président Blaise Compaoré a modifier l’article 37 et s’éterniser au pouvoir : c’est ce même individu qui était l’intermédiaire des ventes d’armes en commission entre Blaise Compaoré et Carles Taylor dont il a amasser beaucoup d’argent : ambassadeur au Mali il était le pignon de Blaise et les rebelles, surtout les échanges d’otages avec des doubles commissions. Topan Sanné , Achille Tapsoba, Alain Yoda, Assimi Kouanda, Pooda, doivent être arrêtés pour des crimes commis entre le 30 et le 31 Octobre 2014,et expédiés a la CPI en attendant le retour de Blaise Compaoré. A présent je suis dans la confiance que le duo Zida-Kafando veut une alternance propre avec la jeunesse au volant en 2015. Je suis plus près de Kossyam, et j’observe, peuple Burkina j’ai dit dans tous les sites des réseaux sociaux en ligne en 2011 que GBAGBO ira à la CPI, je redis que Blaise Compaoré et ses complices auront aussi leurs cellules a la CPI.

    Répondre à ce message

  • Le 28 novembre 2014 à 22:41, par Tapsoba® (de H) En réponse à : Présidence du Faso : Fin de fonction de Sanné Mohamed Topan comme directeur de cabinet

    Foutez la paix à Diendéré si vous n avez rien contre lui.Nous sommes dans un Etat de droit et non dans une jungle cher yabayouga.Et dans un Etat de droit tout acte judiciaire obéit à une procédure qui commence par une plainte à la police ou auprès du procureur avant qu on parle d arrestation si l instruction aboutit à ce sens.Que reprochez vous à Diendéré ? Commencez par le commencement.

    Répondre à ce message

  • Le 28 novembre 2014 à 23:07, par Alaska En réponse à : Présidence du Faso : Fin de fonction de Sanné Mohamed Topan comme directeur de cabinet

    C’est bien monsieur le président. je suggère qu’on dissolve carrément tous les postes occupés par nomination sous Compaore une bonne fois et qu’on procède par vote dans les services pour designer les futurs responsables au lieu de limoger individuellement.
    Le temps imparti à la transition est si court et si on doit préparer des élections, ce sera pas évident.

    Répondre à ce message

  • Le 28 novembre 2014 à 23:09 En réponse à : Présidence du Faso : Fin de fonction de Sanné Mohamed Topan comme directeur de cabinet

    Pour une foiś je suis d’accord avec Tabsoba de Hollande. Qu’est-ce que Diendéré vous a fait ? Houste !!!!

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2014 à 00:31, par l homme integre fache En réponse à : Présidence du Faso : Fin de fonction de Sanné Mohamed Topan comme directeur de cabinet

    Ce commentaire de tapsoba deHollande me surprend

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2014 à 02:04, par NABONSWENDE En réponse à : Présidence du Faso : Fin de fonction de Sanné Mohamed Topan comme directeur de cabinet

    Nous, nous attendons impatiemment le limogeage de tous ces DG vereux de nos societes d’Etat. Car a l’allure ou vont les choses, nous avons bien peur qu’ils n’aient le tout le temps necessaire de se préparer en se remplissant impunément encore plus les poches sachant bien qu’ils n’en nont plus pour longtemps(ils ont vus comment ont été limoger en plein midi leurs collegues DG de la Sonabel et de la Sonabhy) !
    Ils vont tenter de jouer sur les sensibilites de nos dignes autorités actuels pour rester a leurs postes.
    nous interpelons alors vivement nos autorites déterminés a rester extrêmement vigilant et a s’occuper urgenment de ces DG avant qu’il ne soit deja trop tard.
    VIVE LE CHANGEMENT AU BURKINA FASO !

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2014 à 02:39 En réponse à : Présidence du Faso : Fin de fonction de Sanné Mohamed Topan comme directeur de cabinet

    Tapsoba, Norbert Zongo a ete tue avec des armes que seul avait le RSP. Diendere etait et vient d’ etre le chef du RSP. Diendere etait aussi le premier a arriver vers l’ Hotel Independance quand Oumarou a ete boucane a la grenade et c’ est le meme Diendere qui a fait le cordon militaire et attendre que le pauvre se vide e son sang avant de l’ amener a l’ Hop[ital Yalgado. Diendere n’ est pas un saint. Tu veux d’ autres signes ? Lingani et Henri Zongo ont etye bousilles pour un coup d’ etat non avere. Diendere est aussi au centre de ce koulin-koulin bara. Si on fait les vraies investigations, ce gars aura des glas- glas comme son maitre, le peureux mais sanguinaire Compaore. Tapsoba, tu me decois. Je croyais que tu etais un gars serieux.

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2014 à 03:42, par l’observateur En réponse à : Présidence du Faso : Fin de fonction de Sanné Mohamed Topan comme directeur de cabinet

    Je pense qu’Il suffit seulement de nommer quelqu’un à sa place et tout le monde sait qu’il a ete remercié ou affecté à hier et evitez ces actions populistes:mettre fin à la fonction de x et y comme si la fonction n’existera plus ou si vous n’allez plus nommer quelqu’un à ces postes.

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2014 à 04:32 En réponse à : Présidence du Faso : Fin de fonction de Sanné Mohamed Topan comme directeur de cabinet

    Mr. Nabayouga ! Méconnaissance des choses ou ignorance, je vous rassure que, l’écartement d’un collaborateur (ancien ou nouveau) n’est pas toujours tenu au fait de vouloir éloigner l’ami ou le camarade de celui qu’on a remplacé, ni un manque de confiance. Loin s’en faut. Le bon fonctionnement d’un "groupe de travail" tient plutôt et surtout de "l’affinité entre des personnes pour une meilleure compréhension nécessaire pour une bonne coordination des choses". Un peu comme on le dit dans la composition de l’actionnariat d’une Société : "l’Affectio societatis". Donc le P.F., soucieux des enjeux de ses devoirs et surtout dans l’envie d’atteindre ses objectifs, et ce dans les temps à lui commandés par les choses a intérêt à composer avec des personnes avec lesquelles il est à même de partager les "choses" (vision, détermination, compréhension des choses, idéologie, puis compétence ensuite) pour les atteindre. Autrement dit, des quatre personnes qu’il remplace, il n’est pas dit qu’elles sont incompétentes. Bien au contraire. Je puis atteste par devant vous que ces personnes sont et restent compétentes chacune, dans sa spécialité. Mais s’il n’est pas évident que le P.F. puisse partager avec elles ces choses-là (voir plus haut), il est en devoir de les remplacer par des personnes aussi compétentes avec qui il pourra travailler pour l’atteinte des objectifs à lui fixés. Ce n’est pas plus que çà e pas difficile à comprendre.

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2014 à 04:33, par Cami En réponse à : Présidence du Faso : Fin de fonction de Sanné Mohamed Topan comme directeur de cabinet

    Ici Cami qui vous parle après un retour au Faso de 2 semaines. A tous ceux qui me reconnaitrons, je vous rassure que moi et mes proches allons tres bien....
    Pour revenir au débat, je pense que beaucoup tiennent des discours de cabaret depuis la chute de notre Président.Vous ne l’aimiez pas , pas de problèmes. Vous l’avez chassé.Ses collaborateurs, vous les limogez ; pas de probleme. Juque là c’est normal.
    Maintenant à ceux qui parlent de CPI pour Blaise et autres,ayez un petit grain d’inteligence pour cliquer sur internet et voir les statuts de la CPI sur la categorie de crimes pour lesquels elle es compétente. N’oubliez pas non plus qu’il y’a une loi d’amnistie qui couvre le PF.Ensuite, il va falloir arretez vos ragots et autres calomnie visant par exemple le General Dienderé. Ce général est un homme fidèle, loyal et qui a accompli la mission qui était la sienne jusqu’au bout. Son depart es normal car sa fonction était tres liée à la personne du président. Et même cela, citez moi un vrai nom d’une personne politique actuelles qui n’a pas d’une maniere ou d’une autre profité du systeme.je vais juste vous raffraichir votre petite memoire : Zida(n° 3 du RSP), zephirin, roch, salif diallo, simon, sara sereme, laurent bado et emile paré(avec l’histoire des millions de Blaise),...sans compter toutes ces personnes tapies dans l’ombre qui ont profité du systeme et qui se sont mis à le détruire.
    Bref, sachez seulement que les prochaines élections vont vous reserver une surprise. Pour beaucoup d’entre vous, le depart de Blaise ne va servir à rien.
    Pour nous autres, nous assumons entierement la responsabilité de ce qui nous arrivent. Nous avons joué et nous avons perdu. Mais ce n’est qu’une bataille....
    Nous reviendrons.
    Vive le vrai peuple du Burkina,
    Vive tous ceux qui ont fait confiance à l’ancienne majorité présidentielle.
    Vive le CDP, vive l’ADF, vive le FR. Restons mobilisé pour la reconquete des urnes.
    Merci camarades.
    On a en marre des debats de rood wooko et de vos fantasme. Je met au difi, quiconque a des preuves des accusation qu’on porte sur ce General de lever le petit doigt. On ne vous demande d’aimer cette personne. Mais de grace, apportez à la justice vos preuves ou fermez là.
    Y’a aussi une chose que vous devriez savoir. S’il doit avoir justice, alors ce sera justice pour tous. Des dizaines de personnes civiles et militaires ont été portée disparu sous la revolution de Sankara. Des personnes ont été exécutées en dehors de tout encadrement judiciaires. Des millers de personnes ont été brimées à jamais. Tout cela vous n’en parlez pas. Alors justice pour ces gens là aussi.

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2014 à 05:26, par Zadané En réponse à : Présidence du Faso : Fin de fonction de Sanné Mohamed Topan comme directeur de cabinet

    C’est dommage que les internautes dictent la gouvernance au pouvoir de transition. De quelle autorité sont ils investis ??? Le Burkina Faso que vous revendiquez tant, c’est ainsi que vous le voyez : sans droit, sans participation des différents pouvoirs (législatif, judiciaire, exécutif) mais uniquement populiste. Il nous faut un Etat de droit où tous les pouvoirs s’expriment, c’est ainsi qu’on pourra dire qu’on vit dans un pays. Monsieur le PF, Monsieur le PM transition, gouverner c’est certes écouter son peuple (tout le peuple et non ceux qui ont accès à internet), être à son service, mais aussi c’est exercer dans la légalité du droit.

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2014 à 06:04, par Kaboré En réponse à : Présidence du Faso : Fin de fonction de Sanné Mohamed Topan comme directeur de cabinet

    Continuez le nettoyage afin d’assainir votre cadre de travail Monsieur le Président. Maintenant, regardez du côté de votre direction de la communication car voyez-vous, le DIRCOM-PF actuel ne peut objectivement et efficacement continuer à faire une bonne communication pour vous puisqu’il était le cerveau d’un cercle dénommé ’CERLCLE P’ qui regroupait beaucoup d’intellectuels et patrons de presses africaines et européennes afin de communiquer favorablement sur la modification de l’art 37 et le maintien de Blaise au pouvoir. Il est aussi le père fondateur du ’groupe de mercenaires du net’, un groupe d’activistes qui opéraient dans les réseaux sociaux afin de combattre avec arguments tout internaute réticent à la modification de l’art 37. Ces mercenaires devaient aussi soutenir, à travers des publications sur les réseaux, le Blaise et les dignitaires du régime à chacune de leur sorties médiatiques. Lisez plutôt !

    Projet de soutien à la communication du Président du Faso et de la majorité présidentielle …

    INTRODUCTION

    L’un des faits qui caractérisent la majorité présidentielle au Burkina Faso, c’est parfois le silence ou le manque de réactivité des partisans du Président du Faso, Blaise Compaoré, en cas de crises ou de grands débats portant sur les préoccupations du moment. En de pareilles circonstances, il apparaît qu’un problème de communication, voire de communication politique, se pose au sein de la majorité présidentielle. La plupart du temps, le débat est monopolisé par l’opposition et ses « satellites ». Et même quand un partisan du Président du Faso s’exprime dans les médias, il est très vite pris à partie et noyé, à travers les interventions des internautes et autres animateurs des réseaux de communication. « C’est la preuve que l’opposition ne semble pas agir au hasard, ni à moitié. »

    Cette réalité impose de communiquer autrement pour occuper le terrain et ne pas se laisser devancer par ceux d’en face. Cela nécessite de mettre en place un système de communication capable de promouvoir l’image, les idées, du Président du Faso,du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), du Front républicain et des amis et sympathisants de Blaise COMPAORE, de façon souterraine et efficace.

    L’idée est de mettre l’accent sur un groupe de jeunes, acquis aux pratiques des jeunes, essentiellement dans le domaine de la communication, avec une méthode qui permet de contrôler l’impact de l’information qui est livrée aux Burkinabè, de façon discrète.
    Pour des résultats efficients, des personnes ont été identifiées, de part leur activisme, à travers les réseaux sociaux (Facebook, twitter), les médias en ligne, les médias burkinabè tels Sidwaya (Ouagadougou, Bobo Dioulasso, Koudougou, Tenkodogo), la Télévision nationale du Burkina, la Radiodiffusion nationale du Burkina, Lefaso.net...

    Les personnes identifiées sont :
    **********************

    Superviseur général :
    Ibrahiman SAKANDE DIRCOM-PF

    Motivation de ce choix
    Le point commun entre les personnes ci-dessus identifiées est, en grande partie, leur jeunesse, loin du fonctionnariat contemplatif des CV et de l’immobilisme. Nombre d’entre eux sont des inconnus. Leur qualité d’inconnus leur permettra d’influencer, plus aisément, les débats politiques car n’étant pas publiquement et politiquement étiquetés. Nous seront donc moins confrontés au « balayage »,de facto, de nos arguments car émanant uniquement de nos partisans officiels.
    En outre, avec le rajeunissement du monde des médias, il paraît visionnaire de compter avec cette jeunesse qui est active sur le terrain et qui s’est familiarisée avec les TIC et autres nouvelles formes de communication plus alertes. Ce sont des jeunes en phase avec leur temps, loin des phraséologies et des vieilles considérations, ô fort dépassées, dans les médias (…).
    Aux méthodes bolchevisantes actuelles, nous devons opposer les actions intellectuelles et novatrices de jeunes gens en phase avec les réalités du moment(…), dans la discrétion absolue… Et c’est pour nous, l’occasion de constituer et de formater un pool en sus, d’action futures (…). Car, comme dit Napoléon, les forces des renseignements n’exclues pas les valeurs cardinales de la cavalerie (…).

    Méthodes d’action

    Il s’agira d’organiser ce groupe de cyber activistes et activistes-média, de façon discrète et secrète sans que les différents membres puissent se connaitre. Ainsi, le désistement futur d’un membre ne pourra aucunement impacter négativement la poursuite des actions. Le superviseur général sera en charge de l’orientation de la collecte et de l’analyse des propositions, d’actions de communication à mener pour soutenir le Président du Faso et la majorité présidentielle. Il aura la responsabilité de l’édiction et de la transmission des directives aux différents membres sans cadres formels de rencontres groupées. De ce fait, au regard des nécessités et des enjeux de communication politique en cours, il sera question d’asseoir un canal pour communiquer, de façon alerte, 24h/24, autour des idées que l’on veut faire passer dans l’opinion nationale et internationale. Il ne s’agira pas de faire de l’agitation, mais de mettre en place une cellule forte de « soldats » de défense du système.
    Par exemple, si un membre de la majorité présidentielle doit s’exprimer sur un sujet de l’heure, à travers une interview ou une déclaration, faire en sorte que les membres du réseau soutiennent, avec perspicacité, son point de vue, hic et nunc, sur les différents forums et autres réseaux où l’intervention sera publiée, par des propositions, des recherches et par la production de textes de grande qualité.Et ce, sans oublier la suggestion d’idées de commentaires et autres réflexions qui pourraient être discrètement suscités dans les différents médias.
    A cet effet, les réseaux sociaux comme Facebook, Twitter, les forums des internautes, etc., seront mis à contribution, le moment venu, selon l’organisation et les tâches qui seront attribuées aux différents membres de la cellule.

    Comment motiver le réseau ?
    C’est une lapalissade de dire qu’on ne mobilise quelqu’un que sur la base de ses intérêts. Il est encore plus difficile de faire travailler quelqu’un quand on lui parle de la majorité présidentielle ou du Président du Faso, sans qu’il ne pense à de « gros sous ». Ce qui fait qu’il y a lieu d’être franc sur la nature de la collaboration qui existera entre ceux qui piloteront la cellule et ses membres.
    Nonobstant ces préalables, il y a lieu de trancher avec la tradition, ou avec ce qui lui ressemble, en travaillant dans la transparence avec les uns et les autres pour que l’on ne vienne à penser que certains travaillent pour promouvoir ou pour enrichir d’autres (…)

    Comme propositions à même de motiver les membres de la cellule, si possible, penser à doter chacun de :

    - un ordinateur portable pour permettre à chacun de travailler en tout lieu et en tout temps, en toute discrétion ;
    - des packs modem WIFI 3G pour éviter que l’adresse IP des connexions venant des postes de services publics soit repérée ;

    - des appareils wifi 3G 50 Go en abonnement annuel pour permettre les recherches et la réaction discontinue sur les réseaux sociaux et les médias en ligne ;

    - 15 000 F CFA d’unité par mois en vue de faciliter la communication et la transmission de directives ;

    - 15 000 F CFA de carburant par mois dans l’optique d’une participation aux conférences et autres assises publiques de portée politique qu’elles soient initiées par la majorité présidentielle , la société civile ou l’opposition politique ;

    - 150 000 FCFA chaque deux mois comme frais d’encouragement ;

    - Favoriser discrètement la participation aux manifestations d’intérêt national, les envois en stages et octrois de bourses pour les membres de la cellule engagés à soutenir le Président et la majorité.

    Conclusion
    Si nous parvenons à bien organiser cette cellule, avec enthousiasme, nul doute que la majorité présidentielle et le Président du Faso prendront de l’avance sur ceux d’en face, dans la diffusion des idées. L’on aura su anticiper, en occupant le terrain de la communication, les espaces des réseaux sociaux, et en pariant sur une jeunesse qui espère et qui cherche à ce qu’on la valorise, valorise ses capacités à accompagner les actions et visions inhérentes au « Bâtir, ensemble, un Burkina émergent », en lui montrant le chemin...
    Tout compte fait, la cellule a besoin d’être bien accompagnéepour être efficace.

    NB
    Certes, les missions classiques de la Direction de la communication de la présidence du Faso, les Conseillers de SEM le Président du Faso, les « amis », tant au niveau national qu’international du Président COMPAORE conçoivent et agissent pour le compte de la communication politique de Son Excellence.
    Partant de cette pensée africaine qui dit que « trop de viande ne gâtent pas la sauce »,le présent document, une contribution stricto sensu de certains éléments de la Direction de la communication de la présidence du Faso, élargi à des partenaires extérieurs du monde des médias, du droit et de l’intelligentsia, est un plus utile.
    Il trouve tout son intérêt à travers cette sagesse des politistes qui affirment qu’un homme d’Etat, de grande envergure, ne met pas tous ses œufs dans le même panier…

    ANNEXE : COUT DE L’OPERATION

    N°  DESIGNATION QUANTI-TE PRIX UNITAIRE PRIX TOTAL
    01 Ordinateur portable 31 350 000 10 850 000
    02 Abonnement annuel d’appareils wifi 3G 50 Go 31 84 000 2 604 000
    03 Pack modem WIFI 3G 31 135 500 4 200 500
    04 Unité de communication téléphonique 31 15 000 465 000
    05 Carburant 31 15 000 465 000
    06 Frais d’encouragement bimensuel 31*6 150 000 27 900 000
    07 Caisse de « gestion psychologique et managériale » : imprévus, recherche d’intervention, encouragement de mercenaires de la plume, motivation des sources d’informations, enquêtes… 01 10 000 000 10 000 000
    TOTAL GENERAL : 56 484 500 FCFA

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2014 à 07:29, par nabayouga En réponse à : Présidence du Faso : Fin de fonction de Sanné Mohamed Topan comme directeur de cabinet

    Cher Tapsoba (3), on ne peut pas être chef d’état major particulier de quelqu’un qui a commis des crimes sans en avoir été éclaboussé . Je comprends votre situation mais le peuple voit et sais que sans Dienderé , blaise n’aurait pas tenu 27 années durant . Que Dienderé s’explique sur les différents morts ou qu’il dise simplement qui a tué parce lui sait comment thomas est mort , comment Henri zongo , lingani , dabo boukary , Bewindé Christophe , oumarou clément du passoré comme dienderé , ; voulez-vous que je continue la liste ? Watamou Lamien, G.Sessouma ,tous les morts anonymes . La patrimonialisation du pouvoir de BC n’a été possible que grâce a Diendere qui les mains salles jusqu’aux coudes . Tous les burkinabe le savent

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2014 à 16:11, par Tapsoba® (de H) En réponse à : Présidence du Faso : Fin de fonction de Sanné Mohamed Topan comme directeur de cabinet

    Loin de moi l idée d être un défenseur de Diendéré.J estime qu il y a une procédure ,au minimum,à suivre .Car à ce que je sache,jusqu à la chute de Blaise Compaoré,personne ne réclamait sa tête alors que tout ce passif que tout le monde cite aujourd hui et lui attribue était connu de tous( y compris moi meme).Par ailleurs ce sont ces mêmes gens qui réclament sa tête aujourd hui ,qui l encensaient il n y a même pas très longtemps pour sa bonne gestion du catastrophe aérien ayant coûté la vie à une vaingtaine de burkinabè.D où vient ce réveil soudain à son encontre au point de vouloir que le président piétine les règles élémentaires du droit dans un Etat de droit ? Au nom de quoi le président devrait-il arrêter Diendéré sans que lui même ne sache de quoi est-il reproché ? Le dossier Sankara pour commencer ,jusqu au recents évènements du 30 et 31 octobre 2014 en passant par celui de Norbert Zongo seront rouverts et examiner si les nouvelles autorités tiennent promesse.Et s il se trouve que Diendéré ,parmi tant d autres,y est cité ,vous n aurez pas besoin de demander son arrestation,celle-ci coulera de source.Mais en attendant ce n est à vous et à moi de dicter nos désidérata à qui que ce soit.Si nous voulons des actions d éclat digne d un Etat d exception,qu on dissolve la constitution purement et simplement et qu on ne parle plus de retour à l ordre constitutionnel.Soyons sérieux quand même.

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2014 à 16:19, par abzi En réponse à : Présidence du Faso : Fin de fonction de Sanné Mohamed Topan comme directeur de cabinet

    Il faut également enlever le DG du trésor !

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2014 à 16:55 En réponse à : Présidence du Faso : Fin de fonction de Sanné Mohamed Topan comme directeur de cabinet

    Cami, merci de nous prevenir que les "elections vont reserver des surprises" et que pour beaucoup, la revolution n’ aura servi a rien. On aime etre prevenu de cette facon. Pour npus preparer nous aussi. Merci aussi de nous dire que Blaise a commis des crimes mais que ces crimes ne rentrent pas dans l’ envergure de la CPI. Mais au moins il aura comis des crimes et il doit d’ abord revenir au pays, cet nullisime qui a bousille l’ avenir de la jeunesse pendant 27 ans. Touisse Ali l’ avait dit au soir du 15 octobre que ce gars n’ avait ;as p’ etoffe d’ un chef d’ etat. A cause de ca, le pauvre a ete torture pendant 9 mois dans les geoles de ton frere. Une famile maudite, sanguinaire, buveuses de sang, moyenageuse. pratiquant la sorcellerie, la magie noire finit toujours par rendre compte au diable. Et un seul jour, Dieu vous fait laisse - guidon et expose toutes vos vaudouseries au dehors. Google un peu internet et tu verras vos fetiches exposes a tout va. Meme vos fetiches n’ ont pu vous sauver debvant le peuple. Especes d’ especes maudites. Diendere est un militaire hai dans l’ armee. Il n’ est pas un officier digne pour srrvir une famille si maudite et sorciere. Il a eu a amasser beaucoup d’ argent pour etre le chien de garde d’ une famille malheureuse sans coeur. Il ne vivra plus jamais en paix. Tu verras bientot. Le crime ne paie jamais a al afin. Bande criminels sorciers.

    Webmaster, laisse passer. Ce Cami n’ esyt rien d’ autre que le Petit- President qui a pris son frere en otge jusqu’ a le balancer dans le feu. Norbert Zongo avait bien dit que quand la famile se mele de la gestion du pouvoir, le regime tombe touours. Cami, Norbert Zonmgo, c’est l’ homme que tu as cru taire alors qu’ il continue de hanter tes jours et surtout tes nuits noires. Il est plus fort que tes wack beninois, egyptiens, indiens, etc. Est-ce que tu as deja passe une journmee sans penser a ce bravetchieh ? Maudit comme ca !

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2014 à 17:08 En réponse à : Présidence du Faso : Fin de fonction de Sanné Mohamed Topan comme directeur de cabinet

    @ 06:04, par Kaboré, mais dis, vous avez fait tout ca mais c’est que c’est le pueple lui- meme qui s’ est leve et s’ est soulve comme un seul homme. Vous ne pouviez rien, encore que le camp presidentiel n’ etait motive que par les glinglins. En plus, aucune motivation et surotut aucune intelligence ni predisposition a bosser. Alors que le camp du peuple, lui, etaiyt gonfle a bloc come ca. Y avait pas match. C’est pas maintenant meme qu’ il y aura match., surtout que le robinet est coupe et ien coupe. Si c’est pas le scenario que vous aviez applique avec l’ argent du peuple, pourquoi perdriez - vous le temps a pondre un papier si inutile et si elabore ? Merci de vous confesser mais on savait deja que des tablettes avaient ete distribuees avec des sous comme logistique, comme motivants. Mais malheureusement, vos bloggeurs n’ avaient aucune intelligence pour soutenir le debat. meme votre Assimi, naguere docteur, n’ avait plus rien a dire, sauf parler comme un faux musulman qui s’ est cahche boire se souler. Donc il parlait comme un soulard. On a pas eu peur de vous hier quand vous etiez encore debout. c’est pas aujourd’ hui que vous etes au fond du lac que vous pouvez peur a l’ homme.

    Kittez zieux- l’ Homme, bande de couilles molles. La bagarre n’ a meme pas pris 48 heures alors que nous on s’ est preparer pour 3 mois, djaa on avait des attacheurs de pagnes en face qui s’ egosilaient avec leurs bleubleux qu’ ils avalaient.

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2014 à 17:10 En réponse à : Présidence du Faso : Fin de fonction de Sanné Mohamed Topan comme directeur de cabinet

    TAPSOBA, AM I MISSING SOMETHING ? Dis-moi que ton nom a ete pirate. Sinon, non sequitur.

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2014 à 17:10, par vérité no1 En réponse à : Présidence du Faso : Fin de fonction de Sanné Mohamed Topan comme directeur de cabinet

    @Cami, comme d’habitude, tu ne recules jamais ! Tu es terrible quand même ! De toutes les façons, même si la CPI rate Blaise, la justice burkinabe ne le ratera pas, soit convaincu ! Je t’informe que c’est Blaise qui était l’auteur des crimes sous Sankara et très souvent, on exécutait des gens sans que Sankara ne sache ! Renseigne-toi mon ami ! Tu le sais d’ailleurs, tu ne fais qu’une masturbation intellectuelle. En fait, où est passé ton plan K-17 ? Je t’ai toujours dit que la force appartient au peuple et tu l’as appris à tes dépens. J’étais même sur le point de t’envoyer des hameçons et des filets pour la pêche à Cotonou car Dieu a dit de vivre à la sueur de nos fronts et non à la sueur du front de l’autre !!!!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2014 à 17:16, par Blaise LeBlase En réponse à : Présidence du Faso : Fin de fonction de Sanné Mohamed Topan comme directeur de cabinet

    Zadane, un peu de respect pour ce peuple que tu meprises. C’est lui qui a fait sa revolution et 24 d’ entre eux sont tombes a jamais. Les parents, amis et connaissances ne les reverront plus jamais. Penses- tu qu’ ils aient accepte le sacrifice supreme pour qu’ on fasse du n’ importe quoi ? Ils ne se sont pas battus pour qu’ on continue les memes Blaiseries, bon sang !
    Donc la populace a droit de regard sur ce qui se passe. Je felicite le Balai Citoyen qui a montre qu’ il n’ etait pas -la pour le glitz du pouvoir mais qu’ il n’avait pas encore depose le balai balayeur. Atention, nouvelles autorites. C’est le peuple qui a donne sa poitrine pour avoir le depart de Blaise. Tout pouvoir qui oublierait le peuple sera balaye. Je viens d’ envoyer un email a Kam Herve pour les feliciter et les encourager a persister dans leur voie malgre les mauvaises langues. Les jeunes font du bon bouleau.

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2014 à 17:31, par Burkinbi En réponse à : Présidence du Faso : Fin de fonction de Sanné Mohamed Topan comme directeur de cabinet

    Merci PF KAFANDO pour le nettoyage !
    Il faut vous entourer des hommes et des femmes propres.
    Le DIRCOM SANKANDE doit être dans la suite des démis.
    Merci vous avez le soutien du peuple.
    Nan lara an sara.
    La patrie ou la mort, nous vaincrons !

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2014 à 18:53, par Awa En réponse à : Présidence du Faso : Fin de fonction de Sanné Mohamed Topan comme directeur de cabinet

    M. ou mme ou mlle Cami, vous êtes de retour parmi nous, soyez le bienvenu. Tout ce que vous dites est vrai et vous y croyez parce que vous pensez que vous et vos collaborateurs avez tout nettoyé, tout fait disparaître. Ainsi, aucune preuve contre vous. Mais vous oubliez la puissance divine : il y a un mois, pensez-vous que votre mentor pouvait quitter son pays ?
    Je vous demande tout simplement, de lui dire de revenir dans son pays pour assumer ses actes ; c’est ça être burkindi au lieu d’être "bourlinqué" de pays en pays. C’est dommage, triste pour un si "grand homme" de se voir chassé de pays en pays.

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2014 à 19:17, par vérité no1 En réponse à : Présidence du Faso : Fin de fonction de Sanné Mohamed Topan comme directeur de cabinet

    @Cami, je ne sais pas si tu as eu un traumatisme crânien lors de ta fuite, mais j’aimerai te faire savoir que l’amnistie votée à l’Assemblée pour protéger Blaise est actuellement un non-événement parce que la loi à été votée par des Députés corrompus en son temps et tout cela doit être mis en cause. Je pari que vous êtes politiquement mort et le peuple ne pourra jamais vous pardonner ! Demande à ton ami Sagnon, il te fera le compte rendu puisque tu étais à Cotonou !!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2014 à 19:45, par vérité no1 En réponse à : Présidence du Faso : Fin de fonction de Sanné Mohamed Topan comme directeur de cabinet

    On a su que des enfants étaient payés pour inonder le net mais on ne savait pas que c’était tout une industrie mafieuse à la solde d’un régime mafieux ! La preuve en est qu’après la chute du régime, aucun lascar n’a apparu sur le forum sauf les patrons de cette fourberie comme les Cami et autres !!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2014 à 21:16, par Ka En réponse à : Présidence du Faso : Fin de fonction de Sanné Mohamed Topan comme directeur de cabinet

    Ka a Tapsoba, Tu étais le meilleur internaute pendant notre lutte pour le maintien de l’article 37 et le non au sénat bidon. Tous les internautes du monde entier étaient adhérés à notre lutte, car l’alternance politique et économique dans un pays est le volant du développement et la liberté de s’exprimer pour tout le monde afin que les idées se développent pour des objectifs viables. Dans notre pays que nous aimons tous, deux personnes au sommet de l’état pendant 27 ans à bloquer cette alternance, c’étaient Blaise Compaoré et Gibert Diendiéré. Pourquoi refusaient-ils cette alternance dont tout un peuple est affamé, et une jeunesse très impatiente ? La raison c’est que les deux ont tués pour régner. Se séparer de Blaise Compaoré sans Gilbert Diendiéré, c’est de couper les branches d’un arbre sans le tronc qui régénéra d’autres branches plus redoutables. Condamné Blaise Compaoré sans Diendiéré Gilbert, sera une vraie injustice, car celui qui a utilisé les armes pour tuer est Diendiéré Gilbert. Si tu veux savoir la vérité, demande a l’ancien haut-commissaire Vokouma aujourd’hui ambassadeur témoins du départ de Diendiéré de pö pour Ouaga ce 15 octobre 1987 avec ses éléments pour mettre les 10 balles dans le corps de Thomas sankara et ses compagnons : Vokouma pouvait arreter ce massacre, mais il a fermé les yeux ce 15 Octobre 1987 pour que Diendiéré et se éléments tuent Sankara et ses compagnons. Aprés ce sont zongo Henri, Lingani Jean-Baptiste, clément Oumarou Ouédraogo watamou Lamien, Kafando Y. et tant d’autres. Je regrette mais Diendiéré est mouillé jusqu’au cou pour les crimes politiques, et il doit répondre ses actes.

    Répondre à ce message

  • Le 30 novembre 2014 à 06:29, par Tapsoba® (de H) En réponse à : Présidence du Faso : Fin de fonction de Sanné Mohamed Topan comme directeur de cabinet

    @ Mr "Ka",bonjour.heureux de vous lire.Je n en disconviens pas que Diendéré pourrait être appelé à répondre de certains crimes du régime déchu dont il a été un des piliers pour ne pas dire le protecteur.Cependant,comme je l ai dit plus haut hier et le répète aujourd hui,chaque acte judiciaire obéit à une procédure.Si vous vous inspiriez du dossier mal ficelé dans l affaire des cantines de Guiro en fin 2011,vous me donneriez raison que rien ne sert de courir ,il faut partir à point.Pourtant,dans cette affaire Guiro,on pouvait dire qu il était pris en flagrant délit mais ayant agit ,plus émotionnellement que raisonnablement,combien de fois a-t-on qualifié et requalifié les actes d accusation dans la précipitation ? Imaginez que Diendéré soit arrêté ici et maintenant sans même que les faits à lui reprocher ne soient formellement établi(au regard de l ancienneté des dossiers),devrait-on le garder à vue durant tout l enquête et ce en violation de la durée de celle-ci et ce,en violation de ses droits ? Encore faut-il que le ministre de la défense ,signe l ordre de poursuite relatif au dossier Sankara.Que les preuves matérielles,en dehors des témoignages,contre lui dans les différentes affaires de crimes de sang que vous avez citées soient toujours exploitables si elles ne sont pas détruites.Non mr Ka,évitons les coups d éclat et laissons les autorités de la transition faire leur travail.Si les différents dossiers venaient à être rouverts comme promis,pour certains et ouverts pour les autres(je fais ici allusion aux récents évènements ayant précédé la chute du régime Compaoré),si les résultats des investigations menaient à Diendéré,nous n aurions plus besoin d appeler à l arrêter ,cela coulerait de source et il serait cueilli comme un fruit mûr.

    Répondre à ce message

  • Le 30 novembre 2014 à 07:43 En réponse à : Présidence du Faso : Fin de fonction de Sanné Mohamed Topan comme directeur de cabinet

    @Kaboré merci pour la diffusion de ce document édifiant.Il se disait sur les forums que des loubards étaient payés pour déverser des âneries sur les forums mais je ne pouvais pas m’imaginer que l’idée était organisée en haut lieu à savoir la présidence du Faso à travers son fantoche directeur de la communication Sakandé ibrahiman.Une fois de plus,ces sinistres vivaient sur une autre planète car pour eux,l’argent pouvait tout faire.Eh bien,ils l’ont appris à leur dépens car tous ces loubards recrutés n’avaient aucune culture politique et quand on recrute quelqu’un qui n’est pas convaincu de ce pourquoi il est recruté,il ne pourra convaincre personne.Heureusement avec les TICs,ces loubards comme Cami,faisons un effort de réflexion,4- 8,GANDIRINGA,country’s son,frère de retour au pays,Déborah,salif dialo,kaboré ludovic de tanghin,avion dans sac,BF2015,jeune conscient,oued.ar etc etc ont toujours leurs diarrhées puantes et curieusement avec la chute lourde de leur voyou qui a d’ailleurs pris la fuite on ne les voit plus tout comme les 2 filou-sophes qui ont effectivement pris de gros chèques.Honte à vous

    Répondre à ce message

  • Le 30 novembre 2014 à 09:22, par Nossyandé En réponse à : Présidence du Faso : Fin de fonction de Sanné Mohamed Topan comme directeur de cabinet

    Merci Mr le PF, C’est pa arrivé demantelez tjr les structure budjetivore des compaore fait dans leur seul intéret : COTECNA

    Répondre à ce message

  • Le 30 novembre 2014 à 12:53, par yaa sida En réponse à : Présidence du Faso : Fin de fonction de Sanné Mohamed Topan comme directeur de cabinet

    J’adhère aux propos de internaute l’ observateur (numéro 9), parce que" trop de bruit ne fait pas du bien".

    Répondre à ce message

  • Le 30 novembre 2014 à 14:53, par RAWA En réponse à : Présidence du Faso : Fin de fonction de Sanné Mohamed Topan comme directeur de cabinet

    CECI EST PASSE SUR LE FASO.NET LE 13 OCTOBRE 2014 DANS LA RUBRIQUE COOPERATION

    La résidence de la Mission permanente du Burkina Faso à New-York vient d’être vendue. Comme toujours en pareil cas, la transaction suscite commentaires et controverses, tant du point de vue de son opportunité que de son montant.
    Dans les lignes qui suivent, notre ancien représentant permanent auprès de l’ONU Michel Kafando nous livre son appréciation.

    La vente de la résidence du Burkina Faso à New York m’a valu de nombreux appels et messages de certains compatriotes. Il m’est donc apparu indispensable, à travers la présente mise au point, d’apporter quelques éclaircissements pour la juste compréhension des choses.
    Ces compatriotes s’attendent à ce qu’en ma qualité d’ancien Représentant permanent de notre pays auprès des Nations unies, ayant occupé cette résidence une décennie durant, je confirme si celle-ci était à ce point « vétuste » (dixit l’ambassadeur) pour que l’on ait décidé de la vendre.
    Je comprends parfaitement leurs réactions et leurs interrogations, voire leur nostalgie ; cette résidence ayant abrité pendant longtemps beaucoup de leurs activités, leurs rencontres et réunions, notamment lors de l’accueil de personnalités burkinabè de passage à New York. Sans parler de son emplacement idéal : au centre ville, dans un quartier huppé classé historique et à deux pas de Central Park et de la 5e Avenue, souvent appelée les Champs Elysées de cette métropole américaine. Et j’ajoute, qui a émerveillé plus d’un collègue ambassadeur ayant fréquenté les lieux.
    Je suis aussi interpellé, car on aurait prétexté que cette opération de vente serait en réalité une recommandation que j’aurais faite à mon successeur. Et effectivement, la déclaration de ce dernier, lors de la visite des « nouvelles acquisitions immobilières de la Mission permanente » par le ministre des Affaires étrangères va dans ce sens : « Nous avons essayé, dit l’ambassadeur, de travailler sur un dossier qui était là depuis des années et que, dès ma prise de fonction, j’ai essayé de conduire pour aboutir à sa réalisation ».
    A vrai dire, au vu des atouts majeurs dont disposait cette résidence, il ne m’est jamais venu à l’idée d’en proposer la vente, malgré moult offres intéressantes, à commencer par celle de notre voisin immédiat, désireux d’agrandir son établissement scolaire. Si la solution vente figurait néanmoins dans les différentes options que j’ai suggérées à mon successeur, c’était à mon corps défendant ; le gouvernement ayant, nonobstant mes nombreuses correspondances, toujours rechigné à allouer un crédit conséquent pour la restauration pleine et entière de ce qui, on l’oublie souvent, est sa propriété.
    Au demeurant, le principe même de la vente n’est pas en cause. En effet, il est loisible à tout Etat d’aliéner ou de vendre, comme il l’entend, un patrimoine national. En revanche, s’agissant d’un domaine public, le prix de la cession doit, au nom de la transparence, être publié officiellement. C’est cette bonne manière, conforme aux normes de gestion, qu’a empruntée le Quai d’Orsay pour annoncer la mise en vente à 48 millions de dollars1 de l’ancienne résidence de son ambassadeur à New York. Il s’agit de deux (2) appartements en co-propriété dans un immeuble situé d’ailleurs à proximité de notre ancienne résidence et comportant 18 pièces.
    Chez nous, il n’est pas question d’appartements mais d’un immeuble à six (6) niveaux comportant en tout 14 pièces et une arrière-cour. A combien la mise ? Aucune précision n’a été donnée à ce sujet.
    A ce qu’on dit, il aurait été vendu à 17,5 millions de dollars (environ 8 milliards FCFA). Si cette information est avérée, l’on comprend que des experts en immobilier et un certain journal américain aient pu parler de véritable jackpot réalisé par l’acquéreur.
    Mais comme en ce bas monde tout finit par se savoir, je convie les compatriotes qui m’ont interpellé et tous ceux que cette affaire intéresse, à demeurer seulement patients.
    Affaire donc à suivre.

    Michel Kafando
    Ancien Représentant permanent auprès de l’ONU

    Répondre à ce message

  • Le 30 novembre 2014 à 15:42, par PAPA En réponse à : Présidence du Faso : Fin de fonction de Sanné Mohamed Topan comme directeur de cabinet

    Mr Tabsoba je suis tres dechu de ton refu de voir la verite´en face. Depuis le 15 octobre 87 jusqu´a la fuite de Blaise tout Burkinabe connait le role qu´a joue´ Diendere sur les assassinats politiques sauf celui qui est coupe´ de la realite´ du pays .Se permettre de dire aux gens de foutre la paix a Diendere c´est comme si tu te moquais de ces orphelins et veuves qui souffrent aujourd´ui par la cruaute´ de Diendere. Meme si tu es coupe´du pays tu dois au moins avoir suivi par les reseaux sociaux tous les assassinats a partir de l´avenement de la rectification a nos jours .J´ai tjrs apprecie´ tes interventions sur le forum mais cette fois-ci tu as rate´ l´occasion de te taire. Sans rancune

    Répondre à ce message

  • Le 30 novembre 2014 à 17:32, par anaza andek En réponse à : Présidence du Faso : Fin de fonction de Sanné Mohamed Topan comme directeur de cabinet

    que dieu sauve notre patrie bien aimée

    Répondre à ce message

  • Le 30 novembre 2014 à 19:10, par Ka En réponse à : Présidence du Faso : Fin de fonction de Sanné Mohamed Topan comme directeur de cabinet

    Pour tous les internautes, conscients ou inconscients des gravités de nos messages, je remercie tous les sites des réseaux sociaux d’informations en lignes du Burkina Faso et lebanco.net de la Cote d’Ivoire pour leurs persévérances de diffuser malgré les avertissement du CSC et même les visites des responsables de cet organisme dans les locaux de nos sites préférés pour les renouveler oralement leurs avertissements. Pour dire à tous les internautes que nous sommes dans un état de droit malgré la sévérité du régime Compaoré qui est toujours dans l’ombre, et nous avons nos droits. Mais je reconfirme que nos langues pendant le régime ouvert de Compaoré étaient enchainées par la peur des actions cruelles de ce même régime dont les acteurs étaient tous des criminels et complices. Je voudrai faire comprendre à l’internaute mon petit frère Compaoré H et d’autres internautes, que pendant le régime Compaoré, l’injustice et l’impunité étaient la loi du Burkina. Il n’y avait aucune loi respecté durant les 27 ans du règne de Blaise Compaoré, tout se faisait selon le désir du CDP et de son représentant. D’ailleurs Alain Yoda se permettait de dire au peuple Burkinabé que tout se décide par ceux qui gouvernent dans toute discussion ou dialogue, et François Compaoré le frère de Blaise Compaoré d’ajouter que ce sont ceux qui ont les armes qui décident. Non Mon petit frère Compaoré H, le peuple ne pouvait rien dire de Diendiéré pendant que celui-ci et son complice assassin Blaise Compaoré étaient au sommet de l’état, personne ne pouvait dire quoi que ça soit sur Guiro ancien responsable de la douane qui, chaque soir distribuait la recette de cette même douane aux proches de Diendiéré et de Blaise compaoré, l’intéressé même criait dans son quartier ‘’’’si on m’arrête c’est le président Compaoré et ses proches qui iront en prison avec moi’’’’ les Burkinabé ne pouvaient pas agir même si Diendiéré est allé récupérer les otages suisse avec une commission lourde distribué entre eux, les Burkinabé ne pouvaient rien dire même si Guiro est relâché et qui la coule en douce dans ses villas a prix d’or. Normalement Blaise Compaoré ne devait pas quitter le pays, mais il l’a fait par la pression de Diendiéré car j’étais a la présidence ce jour-là avec les jeunes Hervé, et après. J’ai toujours écris ce que je vois et de ce que je sais, car le pouvoir de Blaise Compaoré m’a rendu domestique mais qui voit tout, comme tout le peuple Burkinabé sous le régime des sanguinaires Diendiéré et Compaoré, qui tuaient qui ils veulent, ou ils veulent. Ils ont abolies la justice et instaurer l’injustice pour mieux régner, et aucun burkinabé n’avait rien à dire. Zida est arrivé un peu plus tard dans leur clan, docile mais intelligent, il a voulu dupé le peuple et prendre le volant de la dictature par le biais du victoire du peuple, mais la jeunesse plus futé que lui ne l’a pas laissé le choix , il est obligé de suivre ce qui est mieux pour le peuple et non ce qui est mieux pour un apprenti dictateur, alors tout le clan doit payer leur passé avec la vraie justice rétablie, à commencer par le criminel sous-marin Diendiéré dont Zida est sûre de sa culpabilité y compris le peuple. Alors mon cher Compaoré H, aucun argument ne peut arrêter la lutte du peuple d’aller à une alternance propre et une justice propre dont chacun doit payer son passé, à commencer par Diendiéré Gibert.

    Répondre à ce message

  • Le 1er décembre 2014 à 08:49 En réponse à : Présidence du Faso : Fin de fonction de Sanné Mohamed Topan comme directeur de cabinet

    Tapoba de Hollande, quitte dans ca. Diendiere a fait trop de mal a ce pays. ui- meme il sait. Il a protege une dictature pendant 27 ans. Et cette dictature n’ etait ps une democratie. Elle enlevait des vies. Tu es pathetique. Desormais, je ferai tres attention a tes commentaires. Tu fais partie des faux types. Merci de te faire demasquer.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés