Transition politique au Burkina : Quand le militantisme du ventre et du bas ventre fait trainer les pas

mercredi 26 novembre 2014 à 06h07min

Lentement mais surement, les institutions de la transition se mettent en place. Preuve, si besoin en est, de la maturité des différents acteurs en charge de cette lourde responsabilité. Mais l’arbre ne doit pas cacher la forêt. Si cette gestion a permis de découvrir de grands hommes, des hommes capables de se sacrifier pour les intérêts supérieurs de la nation, elle aura par ailleurs permis de découvrir le vrai visage d’autres.

Transition politique au Burkina : Quand le militantisme du ventre et du bas ventre fait trainer les pas

Il s’agit là de ces personnes tapies dans l’ombre d’organisations de la société civile ou de partis politiques se faisant ainsi passer pour des humanitaires, des défenseurs de la nation. Pourtant, seuls des intérêts égoïstes dirigent leurs actions.

En effet, au regard des tractations houleuses-qui ont failli conduire au déchirement par moment, que la mise en place de ces institutions a donné à voir, des interrogations demeurent : à quelle fin des centaines d’organisations de la société civile s’entredéchirent-elles juste pour vingt-cinq postes ? Pour quelle raison les trente-deux partis affiliés à l’ex Chef de file de l’opposition politique voulaient-ils tous être représentés dans le conseil national de transition ? Ont-ils tous des compétences à faire valoir ? Ces questions se posent aujourd’hui et continueront toujours de préoccuper le commun des Burkinabè tant que le militantisme du ventre et du bas ventre restera la principale motivation des hommes politiques et autres acteurs de la société civile. Le problème subsistera tant que les gens ne comprendront pas que c’est ensemble et à des niveaux différents que se jettent les bases du développement d’un pays.

D’ailleurs, si rien n’est fait, cette situation pourrait engendrer des conséquences fâcheuses. Il suffit de mieux analyser les causes secondaires de la crise que le pays vient de traverser pour s’en rendre compte. En serait-on arrivé là si les intérêts collectifs avaient pris le dessus sur les intérêts individuels ? Certainement pas ! C’est alors pour cette raison qu’il serait impérieux de commencer à militer autrement ; c’est-à-dire en donnant plus de pouvoir aux structures (institutions) qu’aux individus afin que partis politiques et associations puissent subsister à leurs fondateurs. Et pour cela, sensibilisations voire sanctions doivent être prévues afin d’éviter que certains comportements malsains ne continuent de nuire à la quiétude du peuple burkinabè.

Ousmane B. PARE
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 26 novembre 2014 à 06:42, par TNB En réponse à : Transition politique au Burkina : Quand le militantisme du ventre et du bas ventre fait trainer les pas

    Cette situation ne m’étonne pas. Les gens ne voient plus l’intérêt de la nation mais leur propre intérêt. Evitons de ressembler aux autres et recherchons le salut du pauvre paysan assis dans sa cabane au village au lieu de se battre pour avoir des postes soient disant juteux. Aime ton prochain comme toi même, dit la BIBLE.

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre 2014 à 07:07 En réponse à : Transition politique au Burkina : Quand le militantisme du ventre et du bas ventre fait trainer les pas

    J propose d’ailleurs que le mandat des membres du Comité Nationale de Transition soit gratuit et....on verra vraiment qui est qui ? non ?

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre 2014 à 07:32, par ferguson En réponse à : les sous marins de MPP dans OSC

    c’est le MPP qui a noyauté les OSC ; ses jeunes Félix Tanga Ouédraogo et Yaya Karambiri s’y sont infiltrés et ont réussi à se faire élire au CNT comme OSC !
    On est où là ?

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre 2014 à 07:58, par Calmos En réponse à : Transition politique au Burkina : Quand le militantisme du ventre et du bas ventre fait trainer les pas

    Belle analyse. Comment des partis qui ne peuvent même pas avoir 1OO militants peuvent prétendre à aller au gouvernement.SOYONS SÉRIEUX LES AMIS.

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre 2014 à 08:05 En réponse à : Transition politique au Burkina : Quand le militantisme du ventre et du bas ventre fait trainer les pas

    Nous tournons en rond entre ces notions "d’hommes forts" ou "d’institutions fortes". En l’absence de mécanismes clairs de gestion des ressources humaines, on ne peut qu’aboutir à des résultats pareils. La lutte de positionnement existe, et est même très bien. Mais les critères basés sur les compétences et valeurs morales sont déterminants pour le choix des hommes aptes à diriger. A tous les niveaux, afin que la force ne prime pas le droit.

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre 2014 à 08:06 En réponse à : Transition politique au Burkina : Quand le militantisme du ventre et du bas ventre fait trainer les pas

    Nous tournons en rond entre ces notions "d’hommes forts" ou "d’institutions fortes". En l’absence de mécanismes clairs de gestion des ressources humaines, on ne peut qu’aboutir à des résultats pareils. La lutte de positionnement existe, et est même très bien. Mais les critères basés sur les compétences et valeurs morales sont déterminants pour le choix des hommes aptes à diriger. A tous les niveaux, afin que la force ne prime pas le droit.

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre 2014 à 08:14, par Ilma En réponse à : Transition politique au Burkina : Quand le militantisme du ventre et du bas ventre fait trainer les pas

    Bien écrit. il faudrait que les comportements changent. il faudrait limiter le nombre des partis politiques au Burkina et encadrer mieux les OSC pour qu’ils poursuivent plus un idéal que leur bas ventre.

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre 2014 à 09:30, par Sib SANOU En réponse à : Transition politique au Burkina : Quand le militantisme du ventre et du bas ventre fait trainer les pas

    Bien dit. Donner plus de pouvoir aux structures (institutions) qu’aux individus afin que partis politiques et associations puissent subsister à leurs fondateurs. C’est la condition première pour une véritable démocratie dans nos organisations et nos institutions. Une organisation n’appartient pas à un individu, ni à un groupe d’individu. Elle est liée à une vison, à une mission et à ses objectifs. Le fondateur passe, mais la mission demeure. Aussi éduquons le peuple à un changement de mentalité et arrêtons de stigmatiser certaines organisations en les liant à leur fondateur. Merci Mr PARE d’avoir levé le lièvre. Courage à tous.

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre 2014 à 10:36 En réponse à : Transition politique au Burkina : Quand le militantisme du ventre et du bas ventre fait trainer les pas

    Merci pour ce point de vue. Mais donnez le sans insulter les gens. Qu’est ce que le bas ventre vient faire ici.

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre 2014 à 10:45, par Alexanderl@mimer.no En réponse à : Transition politique au Burkina : Quand le militantisme du ventre et du bas ventre fait trainer les pas

    Bien dit Ousmane B. Pare. La societe civile doit s ouvrir les yeux pour l infiltration de tous ses opportunistes de mauvaises augure qui n avaient d autres ambitions que de rentrer dans l histoire du Burkina- Faso par des tactiques malsaines depourvu de toute integrite pour cette tache noble qui a attend ces elus de la transition pour un Burkina Faso nouveau pour la nouvelle generation qui a ecarter et exclu des droits elementaires qui sont paraphes sur les Pierres des Nations- Unis comme base a leur emancipation.

    Ma generation 60+ a failli a cette mission en denaturant meme la notion d un Etat de droit avec la corruption, le nepotisme, le regionalisme, le traffic d influences, le paternalisme, la gabegie. les loges, l ethnocentrisme et la degradation des moeurs etc.

    La malhonnete intellectuelle et ses tares. Le culte de la personalite qui n ont rien apporter au bas peuple que son malheur. Pourtant leur etude a ete financer par les impots du contribuables. Le peuple.

    Un pays pauvre comme le notre ne pouvait pas se laisser piller par ses mauvais fils a l eternite. Voila les causes pertinentes qui ont balayer un regime autocratique qui voulait bruler les etapes du developpement en favorisant les biens nantis par l entremise du parti.
    On ne battit pas une nation sur des bases mensongeres.

    En s appropriant et controllant la modeste richesse du pays dans tous les secteurs cle de la cite.
    En employant la rethorique du republicain Georges Bush " Vous etes avec nous, ou bien vous etes contre nous" en chantant les operateurs economique.

    Le regime decu a mouiller presque tout le monde dans son maillot de corruption. Le secteur des mines (l or) a besoin d une maintenace tres particuliere, la chambre de Commerce etc.

    Le Burkina Faso er l affaire de toutes et de tous les Burkinabe. Changeons nos attitudes complices, soyons impartiaux devant la loi.

    Le Burkina Faso a besoin que l exemple d en haut a la base et non le contraire.

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre 2014 à 10:49 En réponse à : Transition politique au Burkina : Quand le militantisme du ventre et du bas ventre fait trainer les pas

    Mon frère tu as raison tant que les gens ne feront pas la différence en contester et concevoir, le Burkina n’est pas sorti de l’auberge. Je loue la lucidité de certains acteurs clés de l’insurrection qui ont refuser de participer au CNT.

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre 2014 à 12:16, par Nabiiga En réponse à : Transition politique au Burkina : Quand le militantisme du ventre et du bas ventre fait trainer les pas

    Qui est-ce qui pose la question sur le bas ventre ? Qui ne sait pas à Ouaga comment les bas-ventre ont ouvert des portes et continue d’ailleurs de les ouvrir. Prétendre autrement ne sera pas non plus réaliste. Je ne vois pas l’insulte en mentionnant ce qui est une vérité

    Merci

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre 2014 à 14:16, par Bruno 1 En réponse à : Transition politique au Burkina : Quand le militantisme du ventre et du bas ventre fait trainer les pas

    Vu que les OSC et les partis politiques s’entredéchirent pour des postes dans les organes de la transition, je propose que les différents membres de ces organes soient choisis sur la base du bénévolat et et leur volonté au sacrifice pour l’intérêt général.

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre 2014 à 15:22, par affairée.com En réponse à : Transition politique au Burkina : Quand le militantisme du ventre et du bas ventre fait trainer les pas

    Certaines personnes ont fait toute leur carrière en militant par leur bas ventre...surtout en politique au C(hambre) D(e) P(asse) où on sait que pour figurer sur les listes le droit de cuissage était la règle..c’est pas les benjamine gisèle kando etc.. qui diront le contraire en tout cas...A ce propos que Que devient l’Amicale des conjoints et conjointes des membres du gouvernement dont la présidente était la femme du danseur de binon dj lat ?J’espère que sous zida ces connories là seront exit !!

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre 2014 à 16:15, par Sib SANOU En réponse à : Transition politique au Burkina : Quand le militantisme du ventre et du bas ventre fait trainer les pas

    Je serai hors sujet mais c’est important ce que j’ai à dire dans ce message. De grâce, bannissez les insultes et les injures dans vos messages. On peut bien être percutant dans ses idées sans insultes qui au contraire choquent et enlèvent l’envie de continuer à vous lire. Un intellectuel n’a pas besoin d’injurier pour marquer sa désapprobation. Éviter aussi de citer des noms de personnes et d’organisations (politiques ou pas) dans les messages nous ferons gagner en maturité. Surtout quand vous même votre identité est cachée.

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre 2014 à 17:20 En réponse à : Transition politique au Burkina : Quand le militantisme du ventre et du bas ventre fait trainer les pas

    @ Oumar Demblé
    Etes-vous sûr que la liste à laquelle vous nous renvoyez sur le site de l’ADF est actualisé ? Depuis quand ? M. Nicolas DAH, le député UPC qui a été exfiltré de l’AN par les manifestants le octobre, figure également sur la liste ADF du site. Ou est-ce un parfait homo ?
    Pour le reste, qui de droit vous répondra en temps voulu.

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre 2014 à 18:00, par Oumar Dembélé En réponse à : Transition politique au Burkina : Quand le militantisme du ventre et du bas ventre fait trainer les pas

    Merci OUMAR DEMBELE, je te suis de très près sur lefaso.net tu as toujours des avis et réactions très pointillés et précis ! t’es journaliste ? je me souviens de ton écris tout récent sur la dissolution du CEFOP par Zephirin qui t’a valut toutes les injures sur ce site. Mais tu as des reponses très pointues et je t’admire pour ton courage et tes recherches ! félicitations et bonne continuation.

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre 2014 à 20:48 En réponse à : Transition politique au Burkina : Quand le militantisme du ventre et du bas ventre fait trainer les pas

    Je demande que demain, le 1er ministre récuse tous les faux candidats des OSC qui se sont fait élire frauduleusement alors qu’ils militent dans les partis politiques. Il serait grand temps de couper le cordon ombilical entre les fausses associations politiques, des vrais associations de développement ou apolitiques. J’espère avoir très rapidement une décision forte du MATS pour dissoudre l’association FEDAP/BC et autres comme les amis de Blaise compaoré et les tanties et autres, avec poursuite judiciaire diligente. C’est à ce prix que l’on va couper l’herbe sous le pied de tous ces opportunistes qui poussent comme des champignons à cause des mauvaises habitudes de 27 ans de règne sans partage du régime corrompu Compaoré.

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre 2014 à 21:58, par .COM En réponse à : Transition politique au Burkina : Quand le militantisme du ventre et du bas ventre fait trainer les pas

    Absurdité ! Amicales des conjointes et conjoints du gouvernement ! Premier ministre danseur du Bino ! La DJ...DG de la Cnss danseuse-chanteuse faisant Atalakou de l’article 37 pour son parti de C(hambre) D( e) P(asse), Le CDP !
    ’Qu’on balaie toutes les merdes de CDPistes qui ont contribué à Compaorisation de notre cher Burkina et qu’on les mette en tôle car c’est là-bas leur place.
    Nous n’allons jamais pardonner à Luc Adolphe Tiao pour sa réquisition d’utiliser les armes contre le peuple burkinabé.

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre 2014 à 23:20, par militant MPP En réponse à : Transition politique au Burkina : Quand le militantisme du ventre et du bas ventre fait trainer les pas

    Bannissons la politique du ventre et du bas-ventre ! soyons vigilants au MPP. N’ouvrons pas grandement la porte aux militants souillés du CDP sans auparavant les désinfecter.ils ont mangé au CDP, CDP est mort aujourd’hui , ils renient d’avoir appartenir un jour au CDP (DG CNSS qui chantait et dansait pour la modification de l’article 37) et ils courent se faire de la place au MPP espérant avoir encore à manger. Ne développons pas la politique du ventre et du bas-ventre au MPP.
    Un maire très CDPiste d’un arrondissement de Ouagadougou qui s’est illustré très négativement pendant son mandat et réunit des conseillers pour demander de rejoindre ensemble le MPP en leur distribuant des billets de banque. Alors, Je lance un appel aux dirigeants du MPP de ne pas accueillir n’importe qui les bras grands ouverts dans notre parti.

    Répondre à ce message

  • Le 27 novembre 2014 à 07:43, par Yirmopoaka En réponse à : Transition politique au Burkina : Quand le militantisme du ventre et du bas ventre fait trainer les pas

    N’est-ce pas parce que les présidents, les ministres ne font pas sérieusement leur travail qu’ils ne se lassent pas, qu’ils s’accrochent à leur poste ? Le premier ministre fait tout pour le président et les SG font tout pour leur ministre. Ils se contentent de signer, de lire des discours rédigés par d’autres et de voyager sans arrêt.
    Si chacun mouillait vraiment le maillot, 5 ans après, on verra que c’est eux qui demanderont à quitter leur poste.
    J’étais pionnière de la révolution, mais j’ai la nostalgie de l’époque de Thomas Sankara. Je ne comprenais pas grand chose dans ces discours, mais en écoutant de nos jours ses discours je puis affirmer qu’il a travaillé, il a cogité, il a innové et ses ministres à mon sens devaient mériter leur poste.

    Répondre à ce message

  • Le 27 novembre 2014 à 09:08, par pep En réponse à : Transition politique au Burkina : Quand le militantisme du ventre et du bas ventre fait trainer les pas

    C’est quoi ces articles a deux sous. Attendez n’importe qui peut sortir trois paragraphes d’injures pour se foutre des autres. je parie qu’il s’agit d’un ancien défenseur de Blaise qui vient pour ricaner à la moindre difficulté.
    Qui a dit qu’il ne devrait plus y avoir de discussion. C’est pas parce que qu’on était unis pour chasser Blaise qu’on a les mêmes visions de tout. c’est normal que les gens discutent pour trouver des solutions consensuelles et c’est normal que les partis politiques se battent tous pour participer à la gestion de la chose politique. c’est l’ambition normale de tout parti, pour votre gouverne
    Mon frère épargnez nous votre sarcasme a deux balles si vous n’avez pas mieux à faire, nous on a de vrais articles a lire.

    Répondre à ce message

  • Le 27 novembre 2014 à 10:20, par TAPS En réponse à : Transition politique au Burkina : Quand le militantisme du ventre et du bas ventre fait trainer les pas

    Cette situation est triste et prête à la limite au ridicule. Même si vous ne vallez pas mieux que ceux que nous avons chassé, faites semblant quand même.
    je propose que rémunération des membres du CNT soit pas au dessus du salaire moyen au Burkina ; vous allez voir que ya des gens qui vont démissionner

    Répondre à ce message

  • Le 27 novembre 2014 à 12:56, par L’infiltré En réponse à : Transition politique au Burkina : Quand le militantisme du ventre et du bas ventre fait trainer les pas

    Effectivement les KARAMBIRI, Marie Madelaine SOMDA et autres ne sont pas les seuls. On peut citer aussi Hervé OUATTARA du CAR qui aussi l’une des branches armées du MPP. Il est même du BPN du MPP. Donc je suis d’avis avec Ferguson quand il affirme que c’est le MPP qui a noyauté les OSC avec ses infiltrés. Mais on vous tient à l’œil mes chers amis politiciens.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés