Gouvernement Zida : la « rectification » par la culture !

mercredi 26 novembre 2014 à 00h09min

Les acteurs du monde de la culture, des arts et du tourisme, à travers le ministère de la culture et du tourisme, se sont bien approprié les propos du Président de la transition, Michel Kafando. Mieux, ils n’ont pas manqué de le rappeler au premier magistrat et à son Premier ministre : « Plus rien ne sera comme avant ».

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Gouvernement Zida : la « rectification »  par  la  culture !

C’est ce bout de phrase, extrait du discours d’investiture du Président de la transition, qui a servi de « visa » à la « doléance » des manifestants des acteurs de la culture, des arts et du tourisme. « Doléance » qui se résume essentiellement au départ de Adama Sagnon et, parallèlement, au portrait-robot du « futur » ministre de la culture et du tourisme. Après la première journée, lundi, 24 novembre, la mobilisation de ce mardi matin a connu la participation de plusieurs mouvements identifiables : M21, Balai, l’ODJ, et le « syndicat du ministère de la santé, nous apprend-on ». A ces mouvements, s’ajoutent les nombreux artistes de toutes les catégories (musique, cinéma, art, tourisme). « La culture est notre âme ; n’importe qui ne peut la diriger, c’est notre dignité », note-t-on des propos des manifestants. Et pour eux, « Adama Sagnon constitue l’article 37, si Zida veut persister, ils vont partir ensemble ». « Les jeunes sont sortis les 30 et 31 novembre, c’est parce que Blaise Compaoré a refusé d’écouter le peuple sur l’article 37 et a voulu persister ». A en croire ces acteurs, le secteur était déjà en difficulté, de sorte qu’on ne pas y envoyer une « tâche noire ». Comme griefs à Adama Sagnon, les acteurs égrènent une « gestion récente chaotique du BBDA », une « condescendance affichée vis-à-vis des acteurs culturels, artistiques et touristiques », « sa méconnaissance des enjeux liés au secteur r », « sa compromission dans la gestion du dossier Norbert Zongo en tant que Procureur du Faso et Procureur Général qui a abouti à un non-lieu qui défie et renie le droit ».

Restaurer la place de la culture dans l’édification nationale

Au niveau du monde de la culture, des arts et du tourisme, l’on estime que le Burkina Faso a amorcé un processus de changement qualificatif, en écrivant une nouvelle page de son histoire. « Cette nouvelle page vise à affirmer les valeurs de notre intégrité qui sont les fondements de la nation burkinabè. La même intégrité tire sa substance de la culture », a dit le porte-parole, Rasmané Ouédraogo, dit Raso. Pour eux, le secteur de la culture, des arts et du tourisme, qui constitue un élément de ciment social, politique et économique d’un pays, ne peut rester en marge de ce nouvel élan du pays. « Depuis plusieurs décennies, les acteurs de la culture, des arts et du tourisme ont fait de leur activité, un sacerdoce avant d’en faire un emploi. Les activités culturelles et artistiques sont nées dans la rue au Burkina Faso par des initiatives privées avant d’être prises en compte par l’Etat : de Sotigui Kouyaté dans le domaine du théâtre à Moustapha Thombiano dans la naissance du SIAO, en passant par le FESPACO, né de la volonté d’un cercle d’amis cinéphiles sans oublier la SNC créée par le ‘’groupe’’ de Sondé Augustin Coulibaly, le Symposium de Loango initié par Siriki Ky, les acteurs privés ont été et demeurent les métronomes de la culture au Burkina »,a développé M. Ouédraogo.

Au regard de cela, estiment-ils, ce changement qualitatif ne peut être une réalité sans l’implication participative et inclusive des acteurs de la culture, des arts et du tourisme.

Notice du prochain ministre de la culture et du tourisme

Les manifestants ne se sont pas contentés de demander le départ du nouveau promu à la tête du département de la culture et du tourisme ; ils ont également dressé un portrait-robot du ministre idéal à même de « restaurer » la place et les valeurs de la culture dans l’édification du Burkina.

Conditions générales :
- Tout « candidat » aux fonctions de ministre de la culture, des arts et du tourisme de la transition doit être Burkinabè et avoir la majorité civile ;
- Il doit justifier d’une bonne moralité, intégrité et n’avoir jamais été condamné pour crime, et n’avoir jamais soutenu le projet de révision de l’article 37 ;
- Le « candidat » au poste de ministre de la culture, des arts et du tourisme doit avoir une notoriété publique dans le domaine de la culture, des arts et du tourisme.

Conditions particulières :
Tout « candidat » au poste de ministre de la culture, des arts et du tourisme ne doit pas être en situation de responsabilité au sein d’un parti ou d’une formation politique ;
- il doit en outre remplir les conditions particulières suivantes : être reconnu pour son engagement pour la défense des intérêts du monde de la culture, des arts et du tourisme ;
- avoir une bonne connaissance du fonctionnement du ministère de la culture, des arts et du tourisme et des dossiers en latence pour leur traitement diligent au cours des 12 prochains mois que durera la transition ;
- jouir d’un solide réseau de professionnels, actif à l’intérieur comme à l’extérieur du Burkina Faso notamment au sein des Etats et instituions s’occupant de la culture et du tourisme comme l’UNESCO, l’OIF, l’UA, l’UEMOA, la CEDEAO, l’E.U, le Commonwealth etc. ;
- n’avoir pas entretenu une accointance coupable et des liens équivoques avec les membres du régime de Blaise Compaoré ;
- justifier d’un niveau d’instruction et d’une connaissance approfondie de la politique culturelle nationale et de sa mise en œuvre ;
- avoir le soutien clairement exprimé des acteurs du monde de la culture, des arts et du tourisme ;

Candidature :

Pour sa désignation, le « candidat » doit avoir déposé un CV (Curriculum vitae) et un casier judiciaire auprès de la Primature, qui statue en dernière instance.

Oumar L. OUEDRAOGO
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés