Trafic humain : 65 enfants interceptés à Ouahigouya

lundi 24 novembre 2014 à 22h52min

En provenance de plusieurs villages des communes rurales de Bahn et Sollé (Loroum), 65 enfants ont été interceptés par des policiers de Ouahigouya à l’entrée Ouest de la ville. C’était au crépuscule du vendredi 21 novembre 2014.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Trafic humain : 65 enfants interceptés à Ouahigouya

Embarqués dans deux cars de transport en commun c’est au total 65 enfants dont l’âge est compris entre 7 et 17 ans qui ont terminé leur voyage dans les locaux de la direction régionale de la police nationale du Nord. Après les formalités d’usage en la matière et l’interpellation des chauffeurs pour une meilleure compréhension de la situation, la direction provinciale de l’action sociale et de la solidarité a été saisie sur autorisation du procureur du Faso pour s’en occuper. A la rencontre des interpellés tous disent être originaires des villages de Ségué, Déré, Lossa, yérégué des communes rurales de Banh et Sollé, à la frontalière avec le Mali. Les filles (64) ont affirmé être venues à Ouahigouya pour exercer des jobs de gardes-bébés, aides restauratrices et ménagères, vendeuses, etc. Si la plus part d’entre elles ont déjà séjourné à Ouahigouya, un nombre important a emboité le pas dans cet exode avec la bénédiction de leurs géniteurs. Salmata Ganamé qui attendait une dizaine de ses filles semble ignorer que la pratique est interdite. « Ce sont des enfants provenant de la famille de mon mari que j’aide à trouver du travail. Les plus petites ont un revenu de 3500 FCFA et les plus grandes ont entre 5000 et 6000 F CFA. Si elles sont maltraitées par les employeurs, je les fais changer de lieu afin qu’elles puissent s’épanouir », a laissé entendre naïvement Mme Ganamé.

Nous voulons préparer notre mariage

Un phénomène, à la limite, culturel à entendre les jeunes filles qui tiennent mordicus à rester à Ouahigouya pour disent-elles, préparer leur avenir. « Nous voulons préparer notre mariage car chez nous c’est ainsi c’est pourquoi nous venons en ville après les récoltes et retournons au village au début de la saison hivernale et si je fais 5 ou 6 mois, j’aurais au moins 25.000 F CFA pour acheter des plats et des pagnes que je remettrai à ma mère pour préparer mon mariage si je gagne un mari au village », a fait savoir Safiata Ganamé qui se dégage comme leader du groupe et qui est à sa deuxième venue à Ouahigouya. Lambert Ouédraogo, directeur provincial de l’action sociale et de la solidarité nationale du Yatenga, qui s’est chargé de l’accueil des filles a dirigé ses dernières dans le Centre de transit « SEYO » de Ouahigouya situé au secteur 1 de la ville et appartenant à l’Association pour le bien-être familial des jeunes de Bogoya (AJBFB). Tout en déplorant la situation M Ouédraogo a indiqué que ses services dans de pareilles circonstances travaillent toujours à rapatrier les enfants dans leurs localités d’origine si les parents ne viennent pas les récupérer. En attendant c’est dans des conditions pas très aisées que sont logées ces mineurs et Souleymane Ouédraogo, secrétaire général de l’AJBFB d’inviter les bonnes volontés à soutenir sa structure qui héberge très souvent des candidats à l’exode ou de trafic d’enfants par des adultes qui leurs sont remis.

Yann NIKIEMA
Lefaso.net

1-64 jeunes filles + 01 garçon
2 -DP Lambert Ouédraogo
3 -Ganamé Salamata
4 -Souleymane Ouédraogo

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 24 novembre 2014 à 23:13, par kenfo
    En réponse à : Trafic humain : 65 enfants interceptés à Ouahigouya

    N’exagérons pas. Vous arrêter les enfants, et vous faites quoi après ? Vous les retourner d’où ils ont fui ? Le retour systématiques des enfants qui fuient la misère est un déni de leurs droits.

    Kenfo

    Répondre à ce message

  • Le 25 novembre 2014 à 06:17, par sagesse
    En réponse à : Trafic humain : 65 enfants interceptés à Ouahigouya

    un proverbe dit que celui qui ne connais pas l’eau chaude ne sais pas que sa existe ,vos crée vos structure débile pour embêter les gens .vous rester dans Bureau climatiser vous ne pouvez pas comprendre que tout le monde ne peut pas avoir 25000f en un ans ,ces enfants en un temps soit peu vont manger .

    Répondre à ce message

  • Le 25 novembre 2014 à 07:24, par Boanga
    En réponse à : Trafic humain : 65 enfants interceptés à Ouahigouya

    Une histoire à vous faire verser des larmes, une histoire qui révèle la misère noire dans laquelle vivent les familles des différentes innocentes à peine pubertés, qui pensent déjà au mariage avec une somme de 25.000 francs SVP. Pitoyable existence dont se moquent royalement nos gouvernants et même ceux dits "société civile" qui ne pensent qu’à leurs ventres. J’ai pitié de nous tous. QUAND MÊME !

    Répondre à ce message

  • Le 25 novembre 2014 à 07:55, par Ma Patrie
    En réponse à : Trafic humain : 65 enfants interceptés à Ouahigouya

    Le retour de ces enfants au dans leurs villages n’est qu’un acte mais et non pas la solution à ce problème car de toutes les manière, ils seront dans cette même ville dans quelques jours. Je pense qu’il est tant pour nous de trouver des solutions durables à nos problèmes ou du moins notre problème (LA PAUVRETÉ ).

    Répondre à ce message

  • Le 25 novembre 2014 à 08:22, par le véridique
    En réponse à : Trafic humain : 65 enfants interceptés à Ouahigouya

    Je pense que ce n’est pas un trafic d’enfants ; il faut savoir dire les chose comme il se doit. Cela est une pratique courante. Rare sont des familles dans les villes qui n’utilisent pas ce genre d’enfants. C’est un mal nécessaire. Ce qu’il faut éviter, c’est de maltraiter ces enfants. Il faut les prendre en charge comme ses propres enfants et aussi bien les rémunérer. Si les parents viennent chercher les enfants, c’est pour les placer auprès de gens. Celles qui ont déjà fait Ouahigouya vont disparaître dans la nature.

    Répondre à ce message

  • Le 25 novembre 2014 à 08:42, par wedaga
    En réponse à : Trafic humain : 65 enfants interceptés à Ouahigouya

    A lire votre écrit, vous les responsables ne peuvent pas proposer mieux que ceux que vous appelez trafiquants d’enfants. Dans les villages, les enfants cultivent pour avoir de l’argent "by day". Si certaines disent qu’elles vont préparer leur mariage, pourquoi pensez-vous que cela est mauvais ? Dans la mesure où l’État ne veut rien faire pour alléger les souffrances des jeunes, laissons ces enfants se battre pour un lendemain meilleur. Si vous les renvoyer dans les villages sans créer des conditions pour les y maintenir, ne soyez pas étonnez qu’ils deviennent des brigands. oui, des brigands parce que le ministère des "droits humains" les aurait appris à ne pas travailler pour gagner leur pain mais plutôt à rester mains croisées alors qu’ils doivent se nourrir, vêtir, loger. Le vrai burkinabè, petit comme grand, est celui qui a appris à ne pas dépendre de quelqu’un et travaille chaque jour à cela. Accompagner ces enfants en créant des conditions pour leur meilleur gestion par les tanties chefs

    Répondre à ce message

  • Le 25 novembre 2014 à 08:52, par EMIE
    En réponse à : Trafic humain : 65 enfants interceptés à Ouahigouya

    Ces enfants, une fois arrivé à ouaga seront une charge très lourde pour la société car de nos jour tout le monde joue pour la facilité, d’autre seront maltraité par leurs patrons et certains rejoindrons les rues de la ville ce qui va augmenté la délinquance juvénile tels que la prostitution, le banditisme.... Pour cela trouvons une solution pour réintégrer les enfants dans leur zone.

    Répondre à ce message

  • Le 25 novembre 2014 à 08:59, par guesbaala
    En réponse à : Trafic humain : 65 enfants interceptés à Ouahigouya

    Monsieur le dp ouédraogo. Vous n’avez personne de votre famille avec vous à ouahigouya en dehors de vos propres enfants ? Si non c’est ceux qui ont réussi comme vous et qui ne soutiennent pas leurs parents du village qui sont la cause du problème. Si oui, alors vous comprendrez que les enfants ne vont pas à l’école et préfèrent fuir la misère pour juste avoir à manger en ville. C’est ça le trafic d’êtres humains ?

    Répondre à ce message

  • Le 25 novembre 2014 à 09:10, par Koudraogo Ouedraogo
    En réponse à : Trafic humain : 65 enfants interceptés à Ouahigouya

    Avec ça, l’autre parlait d’émergence !
    Dans mes suggestions pour les réformes constitutionnelles, je suggère que l’école soit obligatoire jusqu’à l’âge de 16 ans. Les parents étant responsables pour leur progéniture en cas de manquement à la constitution. Elle est aussi gratuite dans le public, le tout financé par la manne qui nous tombe des exploitations minières !
    Même si un cancre comme l’autre arrivait encore à la tête de l’Etat sans programme, il lui suffirait alors de respecter la constitution.

    Répondre à ce message

  • Le 25 novembre 2014 à 09:42, par a.savadogo
    En réponse à : Trafic humain : 65 enfants interceptés à Ouahigouya

    cette situation ne fait que montrer clairement la misere dans laquelle croupissent nos populations rurales.mais a qui la faute si non a nos gouvernants et a tous ceux qui refusent de partager avec les autres ?

    Répondre à ce message

  • Le 25 novembre 2014 à 09:44
    En réponse à : Trafic humain : 65 enfants interceptés à Ouahigouya

    J’espère sincèrement ceux qui appellent ça "trafic humain" n’ont pas de servantes dans leur maison, sinon ils sont tous impliqués dans ce soi disant "trafic humain". Combien de famille de fonctionnaire dans ce Burkina qui n’a pas besoin des services de ces filles ? Ce phénomène est certes due à la misère que nous déplorons mais en attendant de trouver une vraie solution à ce problème veillez à ce qu’elles ne soient pas maltraitées. Les refouler est loin d’être la solution à mon avis.

    Répondre à ce message

  • Le 25 novembre 2014 à 09:47, par SN
    En réponse à : Trafic humain : 65 enfants interceptés à Ouahigouya

    Ah les Hommes ceux la même qui arrêtent ces filles chacun à chez lui une venu d’où il ne sait pas. ces filles aussi cherche leur portes mai s’il faut les arreté et les rameme a quoi

    Répondre à ce message

  • Le 25 novembre 2014 à 09:53, par forcetranquille
    En réponse à : Trafic humain : 65 enfants interceptés à Ouahigouya

    vous luttez contre le travail des enfants et le trafique des enfants !!!! Mon œil oui ; vous êtes des malhonnêtes dans vos différentes structures. Pensez vous que c’est un plaisir pour un parent de voir son enfant le quitter quelque soit les raisons. Il n’ y a pas quelqu’un d’autre qui peut aimer un enfant plus que les propres géniteurs donc vous êtes mal placés pour donner des leçons à ces parents. Connaissez vous les raisons qui amènent les parents à laisser leurs enfants pour la ville pour des miettes ? Parce que ils croupirent dans l’extrême galère ils vivotent.
    Ils seraient mieux pour vous les " pauvres défenses" de chercher les solutions idoines pour donner un emploi pérennisé aux parents. Donc remettre les enfants cette dame Ganamé pour qu’elle puisse être utile à ses enfants. Et changez de qualificatif ce ne pas un trafique d’enfant. Cette dame n’a pas fui ses responsabilités et les enfants sont avec elle pour avoir un repère dans la vie et leurs parents consentent où est le problème. où bien vous allez les aider dans leurs mariages ou dans leur travaux champêtres. Chose que j"en doute fort car c’est votre ventre qui vous intéresse.

    Répondre à ce message

  • Le 25 novembre 2014 à 10:24, par RAWA
    En réponse à : Trafic humain : 65 enfants interceptés à Ouahigouya

    Tout ca, c’est le deal de certains. "lutte contre les pires formes de travail des enfants". Voila des gens qui prétendent aimer les enfants plus que leurs parents. Pour régler ce problème, battez vous pour que les gouvernants donnent les moyens aux parents pour s’occuper de leurs enfants. Chacun veut le meilleur pour son enfant. Vous empêchez les enfants d’apprendre les petits métiers alors que ceux qui vont à l’école finissent et n’ont pas de travail. Si le père n’a pas les moyens pour gérer l’école de son enfant, je pense que c’est bien que l’enfant commence à chercher à s’auto-employer très tôt. au lieu de trainer dans les rues.

    Répondre à ce message

  • Le 25 novembre 2014 à 10:39, par somp
    En réponse à : Trafic humain : 65 enfants interceptés à Ouahigouya

    Beaucoup des ces enfants cherchent simplement l’amélioration des leurs conditions de vie tout comme tout le monde. S’ils viennent et repartent malgré tout, c’est parce que c’est encore mieux que de là d’ou ils viennent. Et cela, pour eux comme pour leurs parents. Vous les arrêter et vous passer ensuite votre temps à chercher des domestiques pour vos maisons. Pourquoi ne pas les accompagner dans certaines conditions par une réglementation (et surtout l’appliquer) qui les profitent et profitent à vous. Autrement dit, a peine vous les déposerai chez eux qu’ils suivront vos traces pour se retrouver à vos portes.

    Répondre à ce message

  • Le 25 novembre 2014 à 10:45, par somp
    En réponse à : Trafic humain : 65 enfants interceptés à Ouahigouya

    Beaucoup des ces enfants cherchent simplement l’amélioration des leurs conditions de vie tout comme tout le monde. S’ils viennent et repartent malgré tout, c’est parce que c’est encore mieux que de là d’ou ils viennent. Et cela, pour eux comme pour leurs parents. Vous les arrêter et vous passer ensuite votre temps à chercher des domestiques pour vos maisons. Pourquoi ne pas les accompagner dans certaines conditions par une réglementation (et surtout l’appliquer) qui les profitent et profitent à vous. Autrement dit, a peine vous les déposerai chez eux qu’ils suivront vos traces pour se retrouver à vos portes.

    Répondre à ce message

  • Le 25 novembre 2014 à 11:33
    En réponse à : Trafic humain : 65 enfants interceptés à Ouahigouya

    bjr mr le DP. je m’excuse dans mes propos. Ces enfants ont toujours soutenu nos parents ; vous ne pouvez pas dire le contraire car ces même filles ont assisté votre maman pour que vous puissiez étudier et devenir ce que vous êtes aujourd’hui. N’oublions pas aussi que vous en avez une chez vous à la maison. Arrêtez de nous distraire et laissé les enfants chercher leur travail.

    Répondre à ce message

  • Le 25 novembre 2014 à 12:59, par tenga
    En réponse à : Trafic humain : 65 enfants interceptés à Ouahigouya

    " Trafic humain" n’est pas le terme approprié, c’est pluot des enfants en situation de migration. Ils quittent leur village a une periode donnée pour aller a l’aventure travailler et ils reviennent a la saison pluvieuse. Qui dit trafic humain dit trafiquant donc criminel, alors ou sont ils et quel sort vous leur reserver ?

    Répondre à ce message

  • Le 25 novembre 2014 à 13:08, par Mme Ouédraogo M.
    En réponse à : Trafic humain : 65 enfants interceptés à Ouahigouya

    Laissez les enfants aller preparer leur avenir, leur bien être et aider leurs parents ! Savez-vous comment ils vivent d’où ils ont quitté ? Là où ils vont ils apprendront pas mal de choses dont la cuisine, l’hygiène et bien d’autres. Avez-vous prevu du travail pour ces enfants en les faisant retourner dans leur localité respective ?
    Mesurez les inconvenients et les avantages de leur retour dans leur localité respective. Vous faites plus de mal que de bien !

    Répondre à ce message

  • Le 25 novembre 2014 à 13:41
    En réponse à : Trafic humain : 65 enfants interceptés à Ouahigouya

    Ce problème doit être bien étudier afin de permettre à chacun d’y trouver son compte. c’est un véritable problème de nos jours pour les femmes qui travaillent de ne pas avoir quelqu’un à la maison à qui confier leurs enfants. C’est vrai que certaines femmes maltraitent ces pauvres enfants et leur privent de leurs revenus qu’ils ont bien mérité. Mais très souvent aussi certains enfants font voir toutes les couleurs à leurs patronnes.J’ai souvent vu à la télé des reportages sur les domestiques parler du "calvaire" que leurs font subir leurs patronnes. Mais jamais on n’a donné la parole aux patronnes afin qu’elles expriment aussi leurs difficultés avec ces servantes. Comme l’a si bien expliquer cette jeune fille, elles sont nombreuses celles qui viennent en ville chercher du travail pour préparer leur trousseau de mariage. J’ai connu des filles qui ont pu s’acheter des marmites de différentes tailles (N°30, 25, 20, 15, 10, 5) sans oublier les plats et les pagnes. Une aide familiale que j’avais embauché m’avait demandé de garder son argent car elle voulait compléter son trousseau de mariage avec 2 marmites, des pagnes et un vélo si possible. Elle avait négocier une année avec son fiancée afin de pouvoir mobiliser les fonds pour compléter son trousseau. Alors au regard de tout cela est-ce une bonne chose de priver ces filles de ce travail qui leur permet de réaliser un de leurs vœux ? Des initiatives ont été développé ça et là pour former les filles à des métiers sur place. c’est bien, mais est-ce vraiment ce que veulent ces filles. car j’ai lu une étude ou des filles se plaignaient du problème d’écoulement de leur production car elles se retrouvaient toutes à mener les mêmes AGR (couture, savonnerie, tissage, ...). de plus en plus des sociétés se créent pour le placement de ces enfants moyennant une forte somme. est-ce que vraiment ces filles jouissent des fruits de leurs efforts ? j J’exhorte le ministère de l’action sociale à se pencher véritablement sur la question et voir comment on peut trouver une solution à ce que ces filles puissent trouver leur compte. car de nos jours la demande est là. dans chaque région il existe une maison de la femme. ce cadre pourrait servir de recrutement, de formation des filles aux tâches domestiques et à la garde des enfants, de leur placement et suivi dans les domiciles. Ou alors qu’on autorise des privés à faire du placement avec un cahier de charge et un droit de regard du ministère de l’action sociale sur leurs activés.

    Répondre à ce message

  • Le 25 novembre 2014 à 13:57, par lampoko
    En réponse à : Trafic humain : 65 enfants interceptés à Ouahigouya

    vous allez les rapatrier chez elles et après qu’allez - vous faire pour ces malheureuses ?
    ce n’est pas ça être responsable ! sans mesure d’accompagnement ? leur devenir vous préoccupe peu . personne ne choisit d’être pauvre et voir que ces enfants ont de la détermination d’essayer de se prendre en charge malgré leur bas age , je trouve que vous les autorités vous devez avoir une pensée critique à leur endroit . vous n’avez pas pour rôles uniques de brandir le carton de la légalité , de réprimander . quand ce sont les enfants d’autrui on connait lois !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 25 novembre 2014 à 15:07, par Touba
    En réponse à : Trafic humain : 65 enfants interceptés à Ouahigouya

    Lorsque nous adoptons certaines lois il faut que nous nous mettons dans la peau des premiers concernés. Surtout proposer une autre route lorsqu’on en barre une. Je connais bien ces villages en question. Beaucoup d’entre nous n’accepterons pas laver nos main avec l’eau que certain boivent dans ces localités. Nous regardons les autres avec des yeux venus de Ouagadougou et on crie "ça c’est inadmissible, un enfant ne doit pas être dans telle condition, un enfant ne doit pas faire ça" Mais nous proposons quoi aux parents pour qu’ils puisse s’occuper de leur progéniture comme nous. Le comportement actuel est pour satisfaire la communauté internationale et avoir les financements et pour proposer des solutions aux parents du village.

    Répondre à ce message

  • Le 25 novembre 2014 à 15:37
    En réponse à : Trafic humain : 65 enfants interceptés à Ouahigouya

    soyez aussi pitoyable car cette situation peut arriver a n’importe quelle zone.si vous dites que ces enfants sont trafiquees mais que pensez vous des serventes qui sont dans vos maisons ?

    Répondre à ce message

  • Le 25 novembre 2014 à 16:43, par Timbo
    En réponse à : Trafic humain : 65 enfants interceptés à Ouahigouya

    Si l’Action Sociale veut rapatrier ces jeunes filles, je crois que c’est bien. A condition que ce retour soit accompagné d’une prise en charge :
    -1) les plus jeunes encore en âge d’intégrer l’école formelle le fassent au frais du contribuable c’est-à-dire nous tous ;
    -2) les plus âgées soient orientées plutôt vers les écoles informelles pour la couture, le maraîchage, l’embouche ou tout autre domaine à même de leur apporter immédiatement une certaine indépendance (toujours à nos frais)
    sinon si on se borne à les renvoyer d’où elles viennent nous n’aurons fait que reporter la survenue de ce que nous craignons pour eux

    Répondre à ce message

  • Le 25 novembre 2014 à 21:07
    En réponse à : Trafic humain : 65 enfants interceptés à Ouahigouya

    Bandes d enfoirés. Bien sur que c est du trafic. Les pauvres petite filles viennent laver les caleçon de vos petits morveux qui eux vont a l école. Arrêtez votre égoïsme. L école n est elle pas obligatoire jusqu’à 16 ans ? Vous êtes loin du développement. Ça va finir tout ça. Avec vos femmes paresseuses qui pavanent au lieu de tenir leur maison. On va lutter pour justice pour ces enfants. Laissez passer svp

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés