Désignation du président de la transition : Les choses n’ont pas été faites dans la complaisance

mardi 18 novembre 2014 à 01h37min

Comme prévu dans la charte, c’est un collège de 23 membres qui a désigné par consensus, le président de la transition. Un collège qui, après une réunion préparatoire dans la matinée du dimanche 16 novembre 2014, s’est retrouvé dans la soirée pour s’enfermer, à l’effet de désigner ce ‘’président aux qualités exceptionnelles’’. Et à la fin d’un conclave qui aura duré environ 10 heures, le dossier de Michel Kafando a emporté le prestigieux consensus.

Désignation du président de la transition : Les choses n’ont pas été faites dans la complaisance

Mais que faut-il comprendre par consensus ? Le consensus suppose en effet, que ‘’même si tu as une opinion contraire, dès lors que tes arguments n’ont pas pu convaincre les arguments majoritaires, tu dois te ranger’’. Le collège a dû préciser cela à l’entame de sa séance. Et c’est cela qu’il fallait obtenir sur la personne la mieux placée pour conduire la transition.

Cette clarification faite, le collège aurait tenu, avant de rentrer dans le vif dans travaux, à régler la question de savoir s’il était, lui-même, habilité à statuer. A cet effet, une vérification minutieuse en rapport avec les conditions fixées par la charte, a été faite sur la qualité des membres présents. Et cela a amené un des membres à se faire remplacer.

Tout a sérieusement commencé avec la présélection sur huit dossiers de candidature soumis. En effet, sur les trois candidats retenus à l’issue de cette première phase, deux étaient à égalité de voix : Mme Joséphine Ouédraogo a eu 21 points et M. Michel Kafando, 21 points également. S’en est suivie la phase d’entretien. L’atmosphère était celle de sérénité totale, a-t-on appris. Chacun des trois candidats est appelé à défendre sa candidature non seulement en déclinant ses compétences et qualités, mais surtout en précisant tout ce dont il est capable pour sortir honorablement le Burkina Faso de cette période transitoire de 12 mois.
Et c’est là que le candidat finalement désigné a su ‘’frapper fort’’. « Si je suis retenu, je prône tout de suite et maintenant la rupture » aurait-il clamé. Et, semble-t-il, tapant du poing sur la table, M. Kafando aurait martelé, « je ne peux pas tolérer que des affaires comme celle de Guiro soient là ». « Je lutterai contre la corruption et l’impunité », aurait-il fini par conclure.

Du point de vue de l’intégrité, il aurait été des plus éloquents, en soulignant entre autres qu’il n’a pu finir sa villa que trente ans après la fin de ses études. C’est du moins, ce qu’il aurait déclaré sur son honneur. Et puis, on le sait habitué des couloirs internationaux, onusiens notamment. Son carnet d’adresses pourrait donc, espère-t-on, être mis à profit pour mieux conduire la transition.

Mais tout cela n’a pas emporté ipso facto le consensus. Des débats au cours desquels, les arguments de chaque candidat ont été pesés et sous-pesés, ont longuement eu cours. L’on rapporte que l’allure des débats donnait l’impression de croire que des gens allaient se rentrer dedans ; chacun tenant à défendre vaille que vaille ses points de vue. Un des membres du Collège rapporte : « Nous n’avons pas fait les choses dans la complaisance, ni dans l’esprit de copain. Pour nous, même si nous n’avons pas prêté serment, nous avons travaillé sur la base d’un sacerdoce ».
Au résultat, le consensus a été obtenu pour M. Michel Kafando, un retraité de 72 ans, qui fut journaliste, puis diplomate. Il devra incessamment se mettre à l’œuvre pour prouver ce dont il a dit être capable : conduire au mieux, la période de transition politique qui doit connaître son apothéose par des élections couplées, présidentielle et législatives en novembre 2015.

Fulbert Paré
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 18 novembre 2014 à 02:45, par Americain En réponse à : Désignation du président de la transition : Les choses n’ont pas été faites dans la complaisance

    Donnez nous les noms des 8 candidats

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2014 à 03:50, par Kreezo En réponse à : Désignation du président de la transition : Les choses n’ont pas été faites dans la complaisance

    Je fais confiance a Papa Kafando et j’attends vivement de voir Guiro ecroue derriere les barreaux ! S’il vous plait Kafando, faites cela pour reparer l’injure faite a la face du Burkinabe en plein jour !

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2014 à 04:36, par Mesmino En réponse à : Désignation du président de la transition : Les choses n’ont pas été faites dans la complaisance

    Ok. Mais pourquoi l obs avait cette information que c’est Michel KAFANDO qui serait président ? C’est pas simple surtout quand c’est compliqué

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2014 à 05:15, par segoumousso En réponse à : Désignation du président de la transition : Les choses n’ont pas été faites dans la complaisance

    So far so good.
    Tous au travail maintenant et pas de batons dans les roues du president interimaire.
    Que l’armee soit republicaine et totalement neutre.
    A vous jeunes burkinabe faites en sorte d’elire l’homme ou la femme qu’il faut et surtout evitez un IBK du Mali version Burkinabe.
    Dieu aide le Burkina et l’Afrique.

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2014 à 05:58 En réponse à : Désignation du président de la transition : Les choses n’ont pas été faites dans la complaisance

    La presse en ligne nous avaient donné les noms des candidats de partis politiques et des OSC . Nous n’’avons pas eu connaissance des candidats des militaires. Michel a été présenté par quel groupe ? Question sans vraie importance.
    Après avoir lu les discours du président intérimaire et du Lt Colonel ZIDA. on est tenté de se rassurer mais des doutes subsistent : que deviendra le Lt colonel et son corps d’origine le RSP ? Le président intérimaire aura t’il le courage de démissionner des qu’il sentira qu’il n’a pas les mains libres pour la réfondation de la société burkinabé ? Nous sommes habitués des discours flatteurs et mensongers de certains hommes politiques et militaires une fois qu’ils sont sur le fauteuil.

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2014 à 06:51, par Bidjaga En réponse à : Désignation du président de la transition : Les choses n’ont pas été faites dans la complaisance

    J’ai très bonne foi en ce SAGE. Je crois fermement dans ce qu’il affirme " « je ne peux pas tolérer que des affaires comme celle de Guiro soient là » et souhaite que les effets soient immédiats. Le Lt Colonel ZIDA a donné le ton en limogeant le DG SONABEL, certainement pour laxisme dans la fourniture du service public. Je souhaite que Son Excellence Michel KAFANDO lui emboite le pas et "frappe vraiment fort". Avec le régime Compaoré, les hommes du pays intègre ont pris de très mauvaises habitudes qu’il faille urgemment corriger (assainir !!!) pendant cette transition pour donner chance au futur Président qui sera élu aux prochaines élections à mieux asseoir les bases d’une véritable démocratie fondée sur la travail, la justice et la solidarité.

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2014 à 07:31, par Gandi En réponse à : Désignation du président de la transition : Les choses n’ont pas été faites dans la complaisance

    Et si le président Kafando nommait Joséphine comme Chef du Gouvernement ?

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2014 à 07:35, par sy En réponse à : Désignation du président de la transition : Les choses n’ont pas été faites dans la complaisance

    JE VOUS AVOUE QUE CE QUI SE PASSE ACTUELLEMENT AU FASO C’EST UN ÉLÉMENT TRÈS CAPITAL EN DÉMOCRATIE ET JE PEUX OSER DIRE SEUL LE BURKINA FASO JOUE PLEINEMENT CETTE DÉMOCRATIE. BEAUCOUP DES PAYS SOUHAITERAIENT VOIR LE FASO CHAOS AVEC UN CONFLIT QUI DEVRA RAVAGER LE PAYS, MAIS IL FAUT RECONNAITRE QUE NOS MANNES ONT ÉTÉ FORTS. LE FASO AVANT SON INDÉPENDANCE ÉTAIT BIEN ORGANISE AVEC LES ROYAUMES TELS QUE FADA, OUAGADOUGOU, YATENGA, TENKODOGO, BOBO, AU NIVEAU DE DORI ET MÊME DANS LA RÉGION DU SUD-OUEST OU IL Y A UN ROYAUME GAN. DONC JE PEUX DIRE QUE TOUS CES ASPECTS FAIT QUE LE FASO S’ADAPTE VITE A LA DÉMOCRATIE ET ALORS EN DIX SEPT JOURS APRÈS LE DÉPART DU CAPITAINE COMPAORE TOUT EST RENTRE EN ORDRE. MAIS CE QUE JE SOUHAITERAIS POUR NOTRE PAYS, JE VOUDRAIS QUE LE LIEUTENANT - COLONEL ZIDA ATTENDAIT UN PEU AVANT DE LIMOGER LE DG DE LA SONABEL. IL DEVRA LAISSER LORS DE LA FORMATION DU NOUVEAU GOUVERNEMENT POUR REJETER CE MEC. TOUT LE MONDE SAIT QUE BEAUCOUP DES DG VONT PERDRE LEURS POSTES PARCE QUE NON SEULEMENT NOUS NE SOMMES PAS LA POUR S’AMUSER MAIS AUSSI ILS AVAIENT LEURS POSITIONS DE PARTISAN. C’EST ICI AU FASO SEULEMENT MAIS PRESQUE PARTOUT DANS LE MONDE C’EST AINSI JE VIENS AU POUVOIR AVEC DES HOMMES QU’IL ME FAUT POUR UN TRAVAIL CLAIR. IL Y A UN POINT TRÈS CAPITAL QUE J’INVITE TOUT LE MONDE A RÉFLÉCHIR, C’EST CET FAMEUX ARTICLE 37. POURQUOI NE PAS VERROUILLER CET ARTICLE AVEC DES DISPOSITIONS VONT INTERDIRE UNE BONNE FOIS LA MODIFICATION DE NOTRE CONSTITUTION ? ET COMME LE DISAIT QUELQU’UN, IL FAUT ASSOCIER TOUTES LES COUCHES SOCIALES DANS LES DÉBATS CAR POUR DONNER LES POINTS DE VUE SUR LE CHOIX DE TOUT NOUVEAU PRÉSIDENT KAFANDO, AUCUN MILITANT DE CDP, ADF/RDA OU UPR N’A ÉTÉ INTERROGE. EN PLUS DE CELA, JE SOUHAITERAIS QUE LES MILITAIRES QUITTENT KOSYAM ET LAISSER LA PLACE A LA GENDARMERIE ET A LA POLICE. POUR LE NOUVEAU GOUVERNEMENT, SI IL Y AURA DES PARTIS POLITIQUES QU’ON EXCLU PAS LE CDP ET SES ENFANTS. C’EST CELA QU’ON PEUT DIRE QUE C’EST UN GOUVERNEMENT DE TRANSITION ET NON UN GOUVERNEMENT A LA CHASSE DES SORCIÈRES. JE REMERCIE MON LIEUTENANT-COLONEL POUR SON ENGAGEMENT ET MÊME SI CELA N’ÉTAIT PAS AUSSI FACILE DE PRENDRE CES GENRES DE DÉCISIONS POUR RAMENER LA PAIX AU FASO. VIVE LE FASO, VIVE LES PEUPLES BURKINABE, VIVE LE NOUVEAU PRÉSIDENT. QUE NOS ANCÊTRES SOIENT AVEC VOUS SON EXCELLENCE MONSIEUR LE PRÉSIDENT KAFANDO

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2014 à 07:36, par pep En réponse à : Désignation du président de la transition : Les choses n’ont pas été faites dans la complaisance

    Je pense que avoir confiance en Kafando pour la suite n’est pas une mauvaise chose mais ceux qui se méfie ça c’est une bonne chose. C’est le meilleur moyen de garder les yeux ouverts sur son action et toujours prêt à intervenir si besoin est. C’est en cela que l’on dit l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre sont un début d’un processus et non la fin. PAS DORMIR

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2014 à 07:43, par Kita En réponse à : Désignation du président de la transition : Les choses n’ont pas été faites dans la complaisance

    Je pense qu’au vu des différents candidats au poste de Président de la Transition, l’Obs a seulement fait une analyse de leurs profils et sur cette base il était clair que Mr Kafando l’emportait. Arrêtons donc les supputations de magouille et prions que Dieu fasse grâce au Burkina Faso, que tout se passe bien durant cette période de transition et tout le reste.

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2014 à 08:27, par le vieux bayend En réponse à : Désignation du président de la transition : Les choses n’ont pas été faites dans la complaisance

    Je souffle enfin que le bf ait pu se debarrasser de m. Blaise compaore car comme a dit l’autre, on ne peut pas continuer de gouverner dans la Peur. On commence a souffler l’oxygène au faso. Bon vent à m. Kafando et que Dieu aide le bf.

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2014 à 08:29, par LE FERVENT MILITANT DU MPP, LE GRAND ZAPATA !!!! En réponse à : Désignation du président de la transition : Les choses n’ont pas été faites dans la complaisance

    NOS TRÈS VIVES, CHALEUREUSES ET SINCÈRES FÉLICITATIONS À SON EXCELLENCE MONSIEUR MICHEL KAFANDO LE FUTUR PRÉSIDENT DU FASO, CHEF DE L’ÉTAT : Semble t-il que de 8 CANDIDATS au début, seuls 3 CANDIDATS étaient présélectionnés et convoqués à l’arrivée devant le collège de désignation pour le grand oral à savoir MICHEL KAFANDO EX-DIPLOMATE, SHERIFF MOUMINA SY JOURNALISTE ET DIRECTEUR DE PUBLICATION DE L’HEBDOMADAIRE BENDRÉ et enfin JOSÉPHINE OUEDRAOGO SOCIOLOGUE ET ANCIENNE MINISTRE. Par consensus, C’est finalement MICHEL KAFANDO qui été retenu pour présider aux destinées de notre pays jusqu’en NOVEMBRE 2015 soit dans exactement 12 MOIS. Au vu de sa fonction d’ancien ambassadeur burkinabè permanent au près des NATIONS-UNIES pendant plus de 15 ANS, la personne de KAFANDO semble être bien indiquée pour occuper LA FONCTION DE PRÉSIDENT grâce peut être à son carnet d’adresses très bien fourni qui pourrait attirer pourquoi pas des partenariats futurs avantageux pour notre pays. LE DUO PERDANT mais pas DÉMÉRITANT SHERIFF M. SY-JOSÉPHINE OUEDRAOGO ne doit pas pour autant être délaissé et mis à l’écart, et peut servir valablement notre pays à divers niveaux dans les autres organes de la transition (le gouvernement et le conseil national de la transition notamment !). La liste de leur point de chute n’est pas exhaustive et toute contribution serait la bienvenue car ils ont certainement leur place dans le processus devant conduire aux élections de NOVEMBRE-DÉCEMBRE 2015 .LE BURKINA FASO ne saurait se passer de telles compétentes à portée de main et qui sauront donner le meilleur d’eux-mêmes. Nous souhaitons bon vent AU PRÉSIDENT KAFANDO dans ses nouvelles fonctions présidentielles et que DIEU LE PÈRE TOUT PUISSANT LE PROTÈGE, LE BÉNISSE ET LE GUIDE…..LE FERVENT MILITANT DU MPP, LE GRAND ZAPATA !!!!

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2014 à 08:39, par douèssaa En réponse à : Désignation du président de la transition : Les choses n’ont pas été faites dans la complaisance

    A défaut d’être au perchoir, Joséphine OUEDRAOGO peut très bien jouer le rôle de premier ministre.

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2014 à 08:45, par biriki En réponse à : Désignation du président de la transition : Les choses n’ont pas été faites dans la complaisance

    Gandi, votre proposition est plus que pertinente, surtout que les deux candidats étaient à égalité, comme ça Michel et Joséphine feront un duo idéal !

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2014 à 08:46, par Kamélé En réponse à : Désignation du président de la transition : Les choses n’ont pas été faites dans la complaisance

    Le consensus suppose en effet, que ‘’même si tu as une opinion contraire, dès lors que tes arguments n’ont pas pu convaincre les arguments majoritaires, tu dois te ranger’’. c’est dans cette même logique que l’ex majorité (CDP et alliés) imposait ses décisions à l’assemblée. Eh bien ce n’est pas cela le consensus. le consensus aurait voulu que la majorité parvienne à convaincre la minorité ou que la minorité parvienne à renverser la tendance. Si le consensus c’est l’argument de la majorité, alors, il fallait laisser Blaise au pouvoir avec sa "majorité" (une minorité qui se prenait pour la majorité). le consensus c’est simplement l’unanimité. EN nous disant que la charte a été écrite et adopté par consensus (consensus = majorité), je pense que la charte doit avoir des faiblesses. on a chassé Blaise avec sa majorité mécanique pour avoir une autre majorité

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2014 à 08:54, par Tominga En réponse à : Désignation du président de la transition : Les choses n’ont pas été faites dans la complaisance

    Gandi , totalement d’accord avec toi. ce sera un tanden super compétent : Kafando Michel et Joséphine Ouedraogo. Prions pour ça.

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2014 à 09:10, par Jose Gracias Panglos En réponse à : Désignation du président de la transition : Les choses n’ont pas été faites dans la complaisance

    Je formule le sincère vœux de succès a Mr KAFANDO. Il a tout le potentiel pour réussir sa mission MAIS il devrait se limiter a mettre en marche une Justice impartiale, équitable ; éliminer l’impunité, réduire la corruption et écarter tous ceux et toutes celles qui de manière active ou avec complaisance ont travailler a MODIFIER l’article 37 (DG et Directeurs tous CDP, Maires). Enfin il devrait œuvrer chaque jour pour faire des élections en novembre 2015. Ça sera largement suffisant. Si jamais il veut s’attaquer au développement global du Burkina, il fera face a trop de risques par rapport a sa mission. Dieu bénisse le Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2014 à 09:11, par doudouno le cobra En réponse à : Désignation du président de la transition : Les choses n’ont pas été faites dans la complaisance

    Pardon arrêtez votre comédie.Michel Kafando n’est pas un surhomme, ni un Dieu.
    Il ne pourra rien changé tant que les burkinabés eux même ne changeront pas.
    Que chaque fonctionnaire fasse son travail correctement sans attendre même un merci des usagers et nous verront si le pays ne vas pas décoller.
    La plaie de ce pays ces nous les fonctionnaires

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2014 à 09:19, par Filsdupays En réponse à : Désignation du président de la transition : Les choses n’ont pas été faites dans la complaisance

    Je loue l’action de ce collège de désignation qui a fait un travail remarquable. Personnellement il n y a pas de doute que l’élu soit à la hauteur de cette transition. Il inspire la confiance, la sobriété. Il est de ceux -là qui n’ont pas usurpé leur poste et mérite respect. Je ne le connais pas mais à écouter déjà son discours, à voir sa façon sobre et sereine, je ne doute pas de sa réussite, pourvu qu’on lui laisse les coudés franches pour mettre en œuvre sa politique de redressement.
    Encore félicitation à M. ZIDA qui m’a donné un autre goût de vivre dans ce beau pays et m’a permis de comprendre qu’il y a dans notre sein des hommes valeureux. Que Dieu bénisse le Burkina Faso

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2014 à 09:20, par sogossira sanou En réponse à : Désignation du président de la transition : Les choses n’ont pas été faites dans la complaisance

    Sur le chapitre de la lutte contre les véritables maux qui ont miné la société burkinabé depuis plus de 27 ans aujourd’hui, ce sera le cheval de bataille du président élu en 2015 ; Kafando puisse-t-il en faire un chantier ? je ne pense pas pour ma part que c’en soit un pour sa mission, sa feuille de route qui est la transition. Il pourrait tout au plus dans l’urgence prendre des mesures de faire geler les avoirs des vampires du peuple pendant qu’il est encore temps de le faire, car d’ici l’arrivée du prochain président il pourrait se révéler tard de le faire (parce qu’ils auront eu tout le temps de les mettre à l’abri).
    Je pense surtout que les vrais dossiers sales du pouvoir de blaise devraient être mis sous scellé dans son kossyam ; confisqués pour permettre de comprendre toute la traitrise qu’il a été pour l’Afrique.
    Ceci je le pense sincèrement est une urgence. Et que Kafando le fasse est un impératif qui donnerait aussi la preuve qu’il n’a pas été seulement au service de blaise et qu’il le protègerait d’une certaine manière. Il devra poser les actes donnant la preuve que le peuple burkinabé n’a pas eu tord de placer sa confiance en lui en le choisissant pour la transition.
    Il faut qu’il démente par ses actes comme certainement le militaire Zida eest entrain de le faire qu’il est du peuple malgré son passé pas très glorieux qui peut lui être reproché. Car devant l’histoire, ils sont nombreux ceux qui ont servi blaise, mais qui se sont répentis auprès du peuple en le rejoignant et en ayant contribué ainsi à sa chute inéluctable. SI j’ai une belle mémoire, de Zéphirin jusqu’aux récents RSS en passant par Saran Sereme, sauf Benewendé qui n’a jamais été du parti de blaise, ils sont nombreux disais-je à avoir été aux côtés du démon mais qui ont réalisé ce qu’il était en réalité et ont le mérité d’avoir claqué la porte.
    Le plus grand mérite revient certes à Saran qui en tant que femme, à tenu des paroles de dignité et d’intégrité d’homme BURKINABE lorsqu’elle a claqué la porte sans que d’autres également en est un moindre (le Larlé Naaba Tigré).
    L’on peut se tromper, mais persister dans l’erreur c’est ce qui est diabolique. Et le système blaise n’était que cela.

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2014 à 09:27, par Solo En réponse à : Désignation du président de la transition : Les choses n’ont pas été faites dans la complaisance

    Oui Gandi, j’ai longtemps pensé à ta proposition et je trouve aussi pertinent que Mme Joséphine OUEDRAOGO/GUISSOU soit Premier Ministre. Aussi, Monsieur Sherif SY doit occuper le poste prévu pour la réconciliation. Toutes ces 3 personnes réunies, le Burkina fera un grand pas in challa !!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2014 à 09:36, par OUEDRAOGO P Alfred En réponse à : Désignation du président de la transition : Les choses n’ont pas été faites dans la complaisance

    Avant tout propos,je réitère mes félicitations à tous les burkinabè qui ont permis le changement. Que les âmes de nos frères qui sont décédés à l’occasion de cette dure épreuve reposent en paix. Je salue ensuite le travail du Lt Colonnel ZIDA qui, jusque là a fait de son mieux pour faciliter l’avancée des travaux. Je salue tous ceux qui ont contribué à la rédaction de la Charte. Je salue le travail titanesque abattu pour désigner le président de la transition. Je pense que votre temps perdu et votre sueur coulée ne seront pas vains.
    Je salue et félicite notre cher papa KAFANDO. Très cher papa, un proverbe moaga dit le qualité du sommeil qu’on fera se reconnait au moment de la somnolence. Juste pour dire que la qualité de la démocratie et partant le développement entier du Burkina dépendra de cette transition. Nous savons que ne pouvons être totalement satisfaits, mais nous attendons quand même beaucoup de vous papa. Bonne chance, et surtout bonne santé.

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2014 à 09:38, par TRAORE En réponse à : Désignation du président de la transition : Les choses n’ont pas été faites dans la complaisance

    OUI JOSEPHINE FERAIT VRAIMENT UN BON PREMIER MINISTRE.
    faisons honneur aux femmes.

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2014 à 09:43, par Yamindie En réponse à : Désignation du président de la transition : Les choses n’ont pas été faites dans la complaisance

    C’est bien vu mon frère. Il peut effectivement nommé Joséphine PM. BONNE IDEE

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2014 à 09:54, par Proust En réponse à : Désignation du président de la transition : Les choses n’ont pas été faites dans la complaisance

    Si les choses se sont passées ainsi, nous sommes fiers d’être burkinabè. Il n’y a pas de perdant ni de gagnant parmi les 3 candidats retenus. Je propose que le président les intègre dans son nouveau gouvernement et qu’ensemble il conduise le Burkina vers de nouvelles bases d’une démocratie véritable. D’accord pour qu’il mette de l’ordre dans l’administration le plus urgemment possible et qu’il s’attaque à la corruption qui gangrène notre pays. Il faudra également qu’il redonne à notre justice c’est lettres de nos noblesse et veiller à la sécurité (à ce niveau les militaires ou forces de sécurité aux postes clés de l’intérieur peuvent être salutaire). Enfin, il doit engager des réformes politiques pour nous donner des institutions fortes et moraliser la vie politique (interdiction de certaines pratiques pendant les campagnes électorales, plafonnement des budgets et financement pendant les campagnes). Je sais que Dieu aime le Burkina et Il finira ce qu’Il a commencer. Je demande au peuple d’être patient et tolérant maix exigeant en ce qui concerne le respect des principes et valeurs républicaines.

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2014 à 09:57, par SOS En réponse à : Désignation du président de la transition : Les choses n’ont pas été faites dans la complaisance

    Très bonne idée Mr Gandi. je soutiens ta proposition une femme à la primature une première au Faso et je pense que c’est réaliste. Même le troisième doit être dans le gouvernement. Président KAFANDO si vous fêtes cela c’est bien.

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2014 à 10:10, par Tampin En réponse à : Désignation du président de la transition : Les choses n’ont pas été faites dans la complaisance

    MERCI GANDI. JE SUIS D’AVIS AVEC VOUS ? ETANT DONNE QUE LES ORDRES OU CONSIGNES ONT ETE DONNES AUX OSC DE NE PAS OUBLIER LE GENRE.

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2014 à 10:20 En réponse à : Désignation du président de la transition : Les choses n’ont pas été faites dans la complaisance

    Mme Josephine OUEDRAOGO comme Chef de Gouvernement et Sherif comme Ministre porte parole du gouvernement et le tour est joué.

    Vraiment, je ne voudrais pas de militaire ni Premier ministre ni à des postes ministériels qui n’ont rien à voir avec leur fonction.

    Je suis l’un des rares qui ne crois pas à la sincérité du Col ZIDA. Il allait confisquer le pouvoir s’il en avait les moyens. Là, les pressions nationale et internationale étaient tellement fortes qu’il ne pouvait que céder. Comment allait-il gouverner un pays sans aucun soutien international ?
    L’avez-vous remarqué quand il s’autoproclamait ? Et après quand il faisait le discours le jour de la signature de la Charte ? Ce n’était pas les mêmes tempéraments.

    Avait-il besoin de se précipiter pour limoger le DG de la SONABEL du moment où on vient d’avoir un président de la transition ? Pourquoi y a t-il eu des tirs le lendemain du départ de Blaise quand les gens étaient sortis pour dire non à la confiscation du pouvoir par l’armée ?
    Pourquoi n’avait-il pas signalé dès son autoproclamation qu’il prenait les commandes juste en attendant qu’on trouve rapidement quelqu’un ? Bref, rien ne me rassure dans sa démarche et je crains fort qu’il influence bcp Mr Michel KAFANDO. Cela serait triste pour nous...

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2014 à 10:20, par Espérance En réponse à : Désignation du président de la transition : Les choses n’ont pas été faites dans la complaisance

    Je pensais que la charte avait précisé : " n’avoir pas soutenu le gouvernement déchu", ou " n’avoir pas été membre du gouvernement ..." Je rappelle que dans l’orthodoxie de la diplomatie, un ambassadeur est le représentant du chef de l’Etat, même s’il rèlève du Ministre des affaires Etrangères au Burkina Faso.
    Peut-on donc dire qu’il a satisfait à cette condition ? las-dessus, je suis un peu déçu.
    Personnellement j’aurai préferé quelqu’un qui a vecu cette rupture plutôt que quelqu’un qui dit qu’il fera cette rupture. Mais puisqu’il aurait martelé la rupture, alors nous attendons effectivement cette rupture.
    Néanmoins je soutiendrai ce président ne serait ce que pour 02 raisons :
    1) A cause de la jalousie de certains occidentaux qui voit mal que l’Afrique soit capable de maturité et d’unité. Ils dissimulent mal leur jalousie et leur colère de voir une afrique qui avance. cela se voit à travers certains médias occidentaux qui ne veulent pas accepter et reconnaitre que le peuple burkinabé est plus intelligent et plus civilisé que eux qui prétendent donner des leçons de democratie, en soutenant des dictateurs.
    2) l’homme est capable de changement et de perfection et pour paraphraser feu Norbert ZONGO je dirai que le vrai président de la rupture viendra de quelqu’un qui a été l’ombre du président, du moins je l’espère.
    vive le président Michel KAFANDO , vive le Burkina Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2014 à 10:32, par Ruedi En réponse à : Désignation du président de la transition : Les choses n’ont pas été faites dans la complaisance

    Félicitations à tous les Burkinabés d’avoir fait ce processus dans un esprit super-démocratique. Je suis très fiers que le Burkina s’approche à une politique aussi démocratique que chez moi en Suisse.
    Ruedi

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2014 à 10:42, par le sage En réponse à : Désignation du président de la transition : Les choses n’ont pas été faites dans la complaisance

    il n’oserait pas nomme jose oued car le peuple trouvera son compte alors que la confiscation du pouvoir saute beaucoup à l’oeil. la cérémonie d’installation par le conseil constitutionnel à ouga 2000. Du palais du peuple pour faire croire à la révolution du peuple, la France a sabordé les acquis du peuple et la continuité est dejà en oeuvre. Ce ne sont que les caïmans du meme marigot. la première mesure forte à faire par zida derait etre la dissolution du rsp, l’arrestation de dendienré, le gel des avoirs de blaise, la saissine de la cpi pour les tués du 30 octobre et autres, la reouverture du dossier thomas sank , norbert zongo et autres. le premier minisre viendra du sérail des bronze du regime précédent. D’ici la fin de la transition, l’on se rendra enfin compte que le peuple est sorti bredouille. Plaise à dieu que les rancuniers ne commencent leur sordide besogne d’élimination physique. Le retour de l’armée dans les casernes pour une armée productive, le retour de la phase militaire et production pour les SND seront des mesures fortes qui contribueront nul doute à sortir le burkina de l’autosuffisance alimentaire

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2014 à 10:48, par wasiba En réponse à : Désignation du président de la transition : Les choses n’ont pas été faites dans la complaisance

    Mais il faut bannir des considérations du genre "Et puis, on le sait habitué des couloirs internationaux, onusiens notamment. Son carnet d’adresses pourrait donc, espère-t-on, être mis à profit pour mieux conduire la transition."

    L’ONU ne peut pas développer le Burkina. Bien au contraire. Le salaires d’un Noir à l’ONU est minime par rapport à celui d’un Blanc. On sait qui se cachent derrière l’ONU.

    Peu importe c’est fait, c’est bien. On attend de le voir "carburer". Qu’il sache que l’important n’est pas de mettre à profit son carnet d’adresse à l’extérieur, c’est celle de l’intérieur qui compte. Que dans les partenariats il sache mettre l’intérêt du peuple en avant, si les partenaires refusent, on leur dit d’aller voir ailleurs. Nous pouvons nous même travailler, et on a eu la preuve avec Thomas Sankara. D’ailleurs tous les jeunes scandaient son nom lors de la récente révolution. Ce qui veut dire qu’ils ont marre de cette politique de coopération criminelle dans laquelle Blaise nous avait à nouveau enfoncé.

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2014 à 10:57, par weder En réponse à : Désignation du président de la transition : Les choses n’ont pas été faites dans la complaisance

    Bon vent au nouveau President,et que Bon Dieu lui donne le courage et les coudées franches pour travailler et ammener notre vaillant pays dans un procesus démocratique et un exmple dans le monde.
    Que le nouveau président "frappe" tres fort sur les éléménts de l’ancien régime excusez-moi,mais de l’ancienne monarchie.
    Commence par ce diaspo de salif Kaboré ce voleur de et pilleur de notre pays.Lui et le clan monarque ont scindé et partagé tout les sites miniers entre eux,pendant qu’ils refusait des permis à des investisseurs locaux.... Normal de voir ce minitre ’touriste" dans les quatres coins de globe pour vendre notre pays !!!!! Mais comme on dit toujours,ils y a une justice divine qui existe et tout l’or volé,pillé,doit etre rendu au peuple burkinabé.
    Ce Salif Kaboré,ce ministre touriste doit être poursuivi,et une partie de sa fortune cachée en Thaïlande rapatriée. Il doit répondre de tout les chefs d’accusation qui pèsent sur lui.
    Que Dieu aide et veille sur le Burkina Faso
    Je finirai mon écrit en disant : Mr Zida,que Dieu te bénisse toi et ta famille car tu as montré aux yeux du monde entier,que le Burkina Faso avait un Homme avec un grand H

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2014 à 11:20, par wasiba En réponse à : Désignation du président de la transition : Les choses n’ont pas été faites dans la complaisance

    Mais il faut bannir des considérations du genre "Et puis, on le sait habitué des couloirs internationaux, onusiens notamment. Son carnet d’adresses pourrait donc, espère-t-on, être mis à profit pour mieux conduire la transition."

    L’ONU ne peut pas développer le Burkina. Bien au contraire. Le salaires d’un Noir à l’ONU est minime par rapport à celui d’un Blanc. On sait qui se cachent derrière l’ONU.

    Peu importe c’est fait, c’est bien. On attend de le voir "carburer". Qu’il sache que l’important n’est pas de mettre à profit son carnet d’adresse à l’extérieur, c’est celle de l’intérieur qui compte. Que dans les partenariats il sache mettre l’intérêt du peuple en avant, si les partenaires refusent, on leur dit d’aller voir ailleurs. Nous pouvons nous même travailler, et on a eu la preuve avec Thomas Sankara. D’ailleurs tous les jeunes scandaient son nom lors de la récente révolution. Ce qui veut dire qu’ils ont marre de cette politique de coopération criminelle dans laquelle Blaise nous avait à nouveau enfoncé.

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2014 à 11:58, par UN GOUT AMER En réponse à : Désignation du président de la transition : Les choses n’ont pas été faites dans la complaisance

    Cette révolution est celle des enfants (des héritiers) de Sankara. Or il se trouve que Michel Kafando est complice de l’arrestation de Sankara. Il aurait fallu moins de précipitation. Un centre recherche d’informations aurait plus de données pour le choix du leader de la transition. Je suis étonné que les jeunes qui étaient dans cette commission de désignation n’aient pas fait usage des TIC pour s’informer avant toute décision. Il faut toujours réfléchir à cette loi du management : "l’homme qu’il faut à la place qu’il faut" ; c’est pour dire qu’après avoir obtenu le départ de BC, il fallait faire appel à des personnes ressources pour aider dans les actions qui devaient suivre, au lieu de toujours garder la chose comme un trophée personnel. Comme dirait l’autre "papier ne ment pas" ou le contrait "quand on ne connait pas, on connait" ; alors, il fallait faire appel à des personnes ressources pour aider dans les réflexions intellectualistes.

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2014 à 12:00, par yabirou En réponse à : Désignation du président de la transition : Les choses n’ont pas été faites dans la complaisance

    D’accord avec WASIBA. L’expérience ne s’apprend pas a l’école. C’est la vie qui la donne. Blaise ne connaissait rien avant de s’asseoir sur le fauteuil. Pourtant il a roulé tout le monde pendant 27 ans. Comment allons-nous faire demain si on ne permet pas aux jeunes d’acquérir a leur tour de l’expérience ? Ou bien les anciens qui ont de l’expérience sont éternels ?

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2014 à 12:02, par Le Rêveur Patient En réponse à : Désignation du président de la transition : Les choses n’ont pas été faites dans la complaisance

    CHERS COMPATRIOTES, SOEURS ET FRERES, PATIENCE CAR, CHAQUE CHOSE EN SON TEMPS.
    COMMENCONS PAR FAIRE CONFIANCE AU PRESIDENT KAFANDO. IL SAIT TRES BIEN QUELLES SONT NOS ATTENTES URGENTES ET FUTURES. IL SAIT QUE LE PEUPLE BURKINABE NON SEULEMENT NE DORT PAS, MIEUX, EST DESORMAIS EN VEILLE PERMANENTE.
    DIEU BENISSE LE BURKINA FASO ET SON VAILLANT PEUPLE.

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2014 à 14:03, par ANBGA En réponse à : Désignation du président de la transition : Les choses n’ont pas été faites dans la complaisance

    Moi Anbga le fils du Larlé, je dis et je repète, la jeunesse Burkinabé a besoin d’un militaire patriote comme Thomas SANKARA. La place de civil comme président ne devait etre que symbolique.

    Maintenant que c’est fait on installe un monark et on lui demande d’etre un patriote.

    Meme moi, je ne ferrai rien. Je deviendrai un vrai monark et je ferrai pire que Louis XIV.

    Le système de gouvernance au Faso est très copié de celui de la France alors que nous devions apprendre à profiter du reste du Monde : Inde, Bresil, UK, USA, Japon, Sud Corée, Suisse, Norvège, Scandinave en generale, ect. ect. Voilà ce que le fils du Larlé demande !

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2014 à 15:58, par Achille En réponse à : Désignation du président de la transition : Les choses n’ont pas été faites dans la complaisance

    Nous voulons Shérif Sy comme premier ministre !

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2014 à 16:24, par Achille En réponse à : Désignation du président de la transition : Les choses n’ont pas été faites dans la complaisance

    Ne nous faisons pas d’illusion, Michel Kafando nous a été imposé par le Lt Col Zida !
    Il nomera très probablement un Militaire (peut être Zida) comme premier ministre, il conservera le RSP (peut être en le rebaptisant).
    Le RSP continuera à diriger le politique
    Nous aspirations profondes seront versées dans le dilatoire
    Au finis, un ancien du remportera les élections à venir, et l’échec sera mis à nu au bout de deux ou trois ans.

    Ce qui peut nous éviter cela, c’est d’avoir un premier ministre civil n’ayant jamais collaborer avec le régime Compaoré !

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2014 à 17:07, par biot yves En réponse à : Désignation du président de la transition : Les choses n’ont pas été faites dans la complaisance

    Français résidant à Ouagadougou depuis quelques années avec mes deux adorables enfants et leur maman j’adresse un grand BRAVO au peuple du Burkina pour son courage sa détern
    ination sa responsabilité mes félicitations au lieutenant colonel ZIDA pour sa gestion de la crise pour son honneteté et enfin bon courage et bonne chance à Mr KAFANDO .
    Sans etre devin j’avais depuis longtemps dit à mon entourage que la révolution n’était pas loin je vis au milieu de vous j’écoute.

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2014 à 18:46 En réponse à : Désignation du président de la transition : Les choses n’ont pas été faites dans la complaisance

    Mais a la fin le consensus a ete trouvé

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2014 à 19:07, par Bernard Luther King En réponse à : Désignation du président de la transition : Les choses n’ont pas été faites dans la complaisance

    Ce collège de Designation : Y-a-t-il quelqu’un pour me renseigner sur sa composition par entité ? Il me semble que coté parti politique, il y avait Zeph, Ablassé, Roch Marc.
    Si KAF_MICH a ravi la presidence grâce à son affirmativité quasi-dramatique, il faut lui tenir RIGUEUR durant son mandat transitoire. Alors on attends de voir l’affaire GUIRO comme promis !
    De plus, nous on prefère l’integrité morale militante à l’integrité morale non-militante.. C’est-il suffisant, 30 ans après ses etudes ?
    Definition : Un vrai homme intègre n’est pas celui qui s’est contenté d’ETRE, mais aussi celui qui s’est decidé à FAIRE, à REFUSER, à se DEMARQUER.
    Quelq’un qui confond une condition SUFFISANTE avec une condition NECESSAIRE peut-il faire le bon choix d’un homme intègre ? Je crains que qu’on se soit laissé MYSTIFIER par des resolutions de circonstance. C’est pas maintenant que Blaise est parti qu’il faut exprimer ses BRAVADES face à un collège de Designation.
    Demens-moi s’il te plaît President durant ton mandat, cette rupture ne rêves-tu pas ? Il faut pas confondre Blaise et la Compaorose ?
    Qu’importe !

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2014 à 19:39, par Elo En réponse à : Désignation du président de la transition : Les choses n’ont pas été faites dans la complaisance

    Ce n’est pas l’obs seul qui avait l’info de désignation de Michel KAFANDO. Au moment où l’obs publiait l’info sur son site web, les journalistes radio (Savane FM et Omega) disaient que selon des indiscrétions et les mouvements qu’ils voyaient, c’était très probablement Michel.
    L’Obs a donc juste été plus affirmatif en disant que c’est Michel.

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2014 à 19:42, par Elo En réponse à : Désignation du président de la transition : Les choses n’ont pas été faites dans la complaisance

    Ce n’est pas l’obs seul qui avait l’info de désignation de Michel KAFANDO. Au moment où l’obs publiait l’info sur son site web, les journalistes radio (Savane FM et Omega) disaient que selon des indiscrétions et les mouvements qu’ils voyaient, c’était très probablement Michel.
    L’Obs a donc juste été plus affirmatif en disant que c’est Michel.

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2014 à 22:04, par Tapsoba En réponse à : Désignation du président de la transition : Les choses n’ont pas été faites dans la complaisance

    Je soutiens l’idée de la nomination de Joséphine comme premier ministre

    Répondre à ce message

  • Le 19 novembre 2014 à 16:23, par wasiba En réponse à : Désignation du président de la transition : Les choses n’ont pas été faites dans la complaisance

    Non non non, ça, c’est pas bon ! Il fallait quelqu’un de neutre (par rapport au régime Compaoré) maintenant à ce poste. Kafando comme Zida ont travaillé pour Blaise. Il est vrai que Zida a posé un acte d’honneur en laissant le pouvoir, mais qui dit qu’il n’ y a pas la main de Blaise et de la France derrière ?

    Vous découragez le peuple ! Non non non !!!!!

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés