La FESCI-BF sur la situation nationale : « Nous voulons un nouveau type d’élève, un nouveau type d’étudiant »

mercredi 12 novembre 2014 à 23h39min

La Fédération estudiantine et scolaire pour l’intégrité au Burkina Faso (FESCI-BF) a animé une conférence de presse ce mercredi 12 octobre 2014 à l’Université de Ouagadougou. Comme l’on pouvait s’y attendre, la situation nationale et le rôle joué par les élèves et étudiants dans la chute de l’ancien régime ont été abordés par Bruno Yaméogo et ses camarades.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
La FESCI-BF sur la situation nationale : « Nous voulons un nouveau type d’élève, un nouveau type d’étudiant »

Près de deux semaines après l’insurrection populaire qui a contraint Blaise Compaoré à la démission, le Bureau exécutif national de la FESCI-BF conduit par son Secrétaire général, Bruno Yaméogo alias Général BRICO continue sa lutte pour la résolution des failles du système éducatif. Et c’est la salle F du bâtiment « belge » de l’UFR/SJP qui a abrité la conférence de presse au cours de laquelle l’espoir a été le maitre-mot.

Redorer le blason de l’élève et de l’étudiant

Les différentes formes de manifestations observées ces dernières années au Burkina Faso ont quelque peu terni l’image de l’élève et de l’étudiant, tous deux assimilés à la « génération inconsciente ». Cette idée stéréotypée, la FESCI-BF veut la soustraire des esprits et avoir une nouvelle ligne directrice qui sera celle de « réécrire une nouvelle page d’une jeunesse responsable qui participe à la construction de son pays ». Ainsi, pour une mobilisation plus grande pour les luttes futures, la FESCI-BF veut créer bientôt avec le concours des pays tels que la Côte d’ivoire et le Mali, la Confédération africaine estudiantine et scolaire pour l’intégrité. En prélude donc à cet évènement, une assemblée générale avait été prévue pour se tenir le 17 novembre prochain mais a été reportée au regard de la situation nationale.

« Nous pouvons construire le Burkina Faso sans le CDP »

Si au sein de la population, le retour des ténors de l’ex-majorité sur la scène politique reste facultative voire indésirable, leur participation à la transition l’est d’avantage. Et pour Bruno Yaméogo, la justice doit précéder la réconciliation car l’insurrection populaire « a donné une chance à des dossiers comme ceux de Dabo Boukary, Zigani Emile, Zigani Blaise, Flavien Nebié, Thomas Sankara et de Norbert Zongo ».
Même si elle n’a pas participé à son élaboration, la FESCI-BF affirme avoir approché le Professeur Luc Marius Ibriga pour que les aspirations des élèves et des étudiants soient prises en compte dans l’avant-projet de la charte de la transition remis le 10 novembre dernier au Lieutenant-colonel Yacouba Isaac Zida. En attendant, la fédération a dépêché des émissaires à Bobo et à Ouahigouya dont le retour permettra de dresser un bilan des élèves et étudiants qui ont péri lors des manifestations.

BASSOLE Herman Frédéric (Stagiaire)
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 12 novembre 2014 à 21:37, par L’homme du golfe
    En réponse à : La FESCI-BF sur la situation nationale : « Nous voulons un nouveau type d’élève, un nouveau type d’étudiant »

    Franchement, je suis désolé de votre organisation.
    De part seulement son nom, on sent une nouvelle milice au Burkina. Mais le Burkina est différent de la cote d’Ivoire, renseignez vous bien, ça ne passera pas ici.
    Vous serez sévèrement puni en cas de dérapage.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 23:10, par etudiant
    En réponse à : La FESCI-BF sur la situation nationale : « Nous voulons un nouveau type d’élève, un nouveau type d’étudiant »

    quittez la bas bande de mouvements fantoches creé par la bande à zephirin diabre qui discrediter l’ANEB. L’ANEB est et resteras le seul mouvement credible a nos yeux. On vous a decouvert quand l’UPC a loué des cars flambant neufs pour vous lors des recentes luttes estudiantes pour aller chercher les étudiants à la maco. Cherchez vous vous faites pitié

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 23:14, par l’homme integre
    En réponse à : La FESCI-BF sur la situation nationale : « Nous voulons un nouveau type d’élève, un nouveau type d’étudiant »

    ce type Bruno Yameogo est un profiteur de situation, il a fleurter avec le Cdp et aujourd’hui tu dis ca. nus n’avions pas besoins de toi dans notre lutte va rejoindre blaise en Côte d’Ivoire. j’ai même des preuve de tout ce que tu as pris comme argent au CDP. pardon laisse nous lutter contre ex-majorité ne nous embrouille. c’est parce que tes mentors sont tombé. que dit tu de Salif Lamoussa Kabore. si tu ne tais pas j’enverais les preuves de l’argent que toi même tu as signé au nom de la FESCI-BF POUR PRENDRE DE L’argent avec le CDP. vive la democratie, vive un BURKINA prosper sans blaise, vive l’opposition politique et hommage au martyr.

    Répondre à ce message

  • Le 13 novembre 2014 à 09:34, par lecoco
    En réponse à : La FESCI-BF sur la situation nationale : « Nous voulons un nouveau type d’élève, un nouveau type d’étudiant »

    La lutte estudiantine doit rester telle et ne pas se voiler en lutte politique. On sait très bien que les problèmes des étudiants sont résolus par les politiques mais quand on est un mouvement estudiantin on doit éviter de faire des paragraphe politiques dans son approche des problèmes. On voit déjà que si on n’ a pas affaire des gens corrompus, tout au moins on est en face de gens qui ne sont pas dignes de confiance. quand on sait ce qui s’est passé en côte d’ivoire avec la fesci, on doit rester prudent. En tout cas le non fesci est même très suspect.

    Répondre à ce message

  • Le 13 novembre 2014 à 09:52, par Kôrô Yamyélé
    En réponse à : La FESCI-BF sur la situation nationale : « Nous voulons un nouveau type d’élève, un nouveau type d’étudiant »

    - Mes chers fils, s’il y a une et une seule chose que vous devez réclamer avec brouhaha et tapage, c’est que les professeurs retournent dans les amphis devant vous. Sinon plusieurs d’entre vous iront à la retraite en tant qu’étudiants. Savez-vous que c’est comme un complot ourdi silencieusement contre vous ? La COMPAOROSE n’a jamais aimé les étudiants qui sont des dérangeurs de sommeil tranquille, surtout pour lui Blaise COMPAORÉ qui aime tant dormir !

    Vous avez vu comment en un tour de main les COMPAORÉ ont trouvé des fonds pour clôturer l’Université d’un mur de béton pour que Francois COMPAORÉ ne soit pas dérangé en vous voyant déambuler ? Et au même moment il n’y avait pas de fonds pour construire des amphis, des résidences universitaires, des salles de profs, équiper l’U.O. pour les recherches internet, etc.

    Pour celà, le tonton Kôrô Yamyélé a des suggestions à vous faire :

    - Exigez que ASSIMI KOUANDA, votre Ex-Ministre OUATTARA, l’ex-Ministre de la poste et des NTIC le Prof KOULDIATI (Fondateur de l’IGEDD qu’il a déserté depuis longtemps), Michel KOUTABA (Ex-Ambassadeur en C.I.), Achille TAPSOBA (Ex-Député CDPisse) , Arsène B, YÉ (Ex-Député CDPisse et Médecin de surcroît) soient tolérés et qu’ils retournent vous enseigner au lieu de se cacher indéfiniment et divaguer dans la nature,

    - Exigez que la Chine de TAIWAN finance la construction des amphis et des résidences universitaires et qu’elle agrandisse et équipe mieux le RU, et qu’elle dote l’U.O. de matériels informatique de dernier cri et connecte l’U.O. en haut débit pour vos recherches. C’est elle qui donnait l’argent à Blaise COMPAORÉ pour ses frasques non ? C’est de TAIWAN qu’il est revenu les poches pleines et a commencé à exécuter sa décision de modifier la Constitution à coups de corruption avec l’argent engrangé à TAIWAN.

    Si ces chinois de TAIWAN peuvent financer la construction d’un champ de tir pour l’armée (le financement est même déjà bouclé), c’est qu’ils peuvent aussi financer la construction d’amphis, de résidences universitaires, de restaurants universitaires.

    C’est parce que les COMPAORÉ et leurs COMPAOROSES n’ont jamsi aimé les troubles-fêtes et les empêcheurs de tourner en rond que sont les étudiants et c’est pourquoi aucune infrastructure valable n’a été financée par cette coopération KOSSYAM-TAIWAN et non BURKINA-TAIWAN ! Oui, parce que pour moi il s’agissait bien d’une Coopération KOSSYAM-TAIWAN sinon Blaise COMPAORÉ-TAIWAN et non pas BURKINA-TAIWAN ! Parce que c’est Blaise COMPAORÉ qui décidait depuis KOSSYAM où il devait injecter les fonds de TAIWAN !

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 13 novembre 2014 à 10:00, par ZONGO
    En réponse à : La FESCI-BF sur la situation nationale : « Nous voulons un nouveau type d’élève, un nouveau type d’étudiant »

    Eh Bruno !!!!!!!!!! Tu es dans ça maintenant ? quitte dans ça ! Le vieux en Côte d’Ivoire sait-il que tu es un meneur de lutte ici ? je ne crois pas. je sais que tu étais membre de la FESCI en Côte d’Ivoire et plus précisément à San-Pedro ou tu as fais le secondaire. Je te suggère de reprendre tes bics et tes cahiers pour préparer ton avenir on peut réussir sans être complice de tout ce qui se passe.
    vive le Burkina Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 13 novembre 2014 à 11:17, par biriki
    En réponse à : La FESCI-BF sur la situation nationale : « Nous voulons un nouveau type d’élève, un nouveau type d’étudiant »

    D’abord, il y a comme un manque d’intelligence de nommer cette structure FESCI, ça résonne mal dans l’oreille des gens ici. Plus encore, le leadeur s’appelle général brico et porte un chapeau qui rappelle trop l’autre. Voici donc que le mimétisme inintelligent est parfait. Ensuite, il ne faut pas poser le problème de l’université parce que des étudiants ont pris part à la révolution mais parce qu’il y a tout simplement des problèmes que nous connaissons tous. Sinon, par hypothèse, si les étudiants n’avaient pas participé à la lutte, leurs revendications ne seraient plus entendues ? Enfin, ce changement pour un burkina nouveau doit profiter à tous et quand on est étudiant, c’est l’occasion de savoir approfondir ses points de vue sinon on aura simplement traverser le campus sans plus, surtout quand on s’appelle général quelque chose.

    Répondre à ce message

  • Le 13 novembre 2014 à 16:07, par k
    En réponse à : La FESCI-BF sur la situation nationale : « Nous voulons un nouveau type d’élève, un nouveau type d’étudiant »

    Kôro Yamyélé toi aussi ; est ce que Yé peut il enseigner encore. Il ne peut plus donner un cours à l’UFR/ SDS idem pour ASSAMI et KOUTABA. As tu déjà donné un cours même au secondaire. Les étudiants les hueront et ils ressortiront la tête baissée. Ils ont fini leur carrière professionnelle et académique comme l’a si bien dit un ami. Voilà un autre PHD en "foulosophie" plutôt philosophie qui aura du mal a donné cours au Canada à ses étudiants s’il donne bien sûr des cours dans ce pays là : PHD DJIBO. Il a été illogique et irrationnel dans ses analyses. Kôro Yamyélé sais tu qu’ici au Faso la quasi totalité des profs ont des surnoms et quand tu n’as pas de surnom les élèves/ étudiants te donnent le nom de ta matière : "français" pour l’enseignant de Français et anglais pour le prof "d’anglais" alors saches qu’ils donneront des noms liés à cette insurrection à ces enseignants ci-dessus cités.

    Répondre à ce message

  • Le 13 novembre 2014 à 18:28, par kiswensida
    En réponse à : La FESCI-BF sur la situation nationale : « Nous voulons un nouveau type d’élève, un nouveau type d’étudiant »

    ce mouvement ne m’inspire pas confiance. Rien que son nom me donne des frissons. Cerise sur le gâteau : la casquette du leader qui fait penser à un certain Blé Goudé Charles....... Mes frères svp quittez dans ça. on ne veut pas de la violence estudiantine de la côte d’Ivoire ici au Burkina. laissez la politique et pensez au bien être des étudiants et élèves

    Répondre à ce message

  • Le 13 novembre 2014 à 18:38
    En réponse à : La FESCI-BF sur la situation nationale : « Nous voulons un nouveau type d’élève, un nouveau type d’étudiant »

    Vous savez quand on est ignorant il faut s’informer au lieu de dit des bêtises.ça ne sera rien de se caché derrière les ordinateurs pour parlé au hasard.ces jeunes de la FESCIBF sont animé de conviction et d’ambitions pour le bien être des élèves et étudiants du Burkina Faso donc de gras arrêté vos comédies.toi qui pense le connaitre et avoir des informations le concernant tu pert ton tempt derrière tont ordinateur peut-être même que tu es payé pour parlé au hasard.vous pensée que créé un mouvement c’est des millions ? Si vous n’avez pas de conviction pour defandre vos camrades eleves et etudiants tesez vous et regardé la fescibf travaillé.Vous me faite honte..vous n’avez pas de convictions donc asseyez-vous derrière vos ordinateur et parlé n’importe quoi !! Le Burkina Faso avansera sans vous.la FESCIBF vivra.vive les étudiants et les élèves conscient du Burkina faso et merci la FESCIBF pour le combat.

    Répondre à ce message

  • Le 13 novembre 2014 à 21:33, par Pas de ça chez nous
    En réponse à : La FESCI-BF sur la situation nationale : « Nous voulons un nouveau type d’élève, un nouveau type d’étudiant »

    N’importe quoi cette FESCI-BF là. Vous vous croyez en Cote d’ivoire ?

    Répondre à ce message

  • Le 19 novembre 2014 à 22:05, par tasman
    En réponse à : La FESCI-BF sur la situation nationale : « Nous voulons un nouveau type d’élève, un nouveau type d’étudiant »

    le combat continu avec la FESCIBF, nous sommes fier de notre général qui chaque jour et nuit se bat pour l’amélioration des conditions de vie et d’études, c’est un homme avec beaucoup de conviction et qui a la karire d’un vrai leader pas comme les autres. la Fédération estudiantine et scolaire pour l’intégrité au Burkina Faso est un mouvement qui force admiration, respect et consideration

    Répondre à ce message

  • Le 19 novembre 2014 à 22:18, par tasman
    En réponse à : La FESCI-BF sur la situation nationale : « Nous voulons un nouveau type d’élève, un nouveau type d’étudiant »

    le combat continu avec la FESCIBF, nous sommes fier de notre général qui chaque jour et nuit se bat pour l’amélioration des conditions de vie et d’études, c’est un homme avec beaucoup de conviction et qui a la karire d’un vrai leader pas comme les autres. la Fédération estudiantine et scolaire pour l’intégrité au Burkina Faso est un mouvement qui force admiration, respect et consideration

    Répondre à ce message

  • Le 21 novembre 2014 à 12:11, par Laure
    En réponse à : La FESCI-BF sur la situation nationale : « Nous voulons un nouveau type d’élève, un nouveau type d’étudiant »

    Vraiimeeennt c’est pitiant quoi comme disent les enfant sinon comment comprendre que des jeunes soient inconscients de leur avenir à ce point là...votre modèle séjourne actu à la haye donc c’est les traces de ce dernier vous voulez suivre quoi ?en plus vous n’êtes pas sans ignorer tout le chaos que cela a entrainé avec les répercussions que nous savons tous et qui ne sont pas encore fini bref c’est mieux que ce pseudo général de mes deux aille se faire voir à la cpi ou à abidjan tchrrr des éternels manipulés et manipulateurs au lieu de lutter dignement c’est profiter des situations malheureuses pour vous hisser au soleil bandes de plaisantins là et l’autre clown qui se prend pour blé goudé ko gle brico va rejoindre ton mentor à la haye idiot là c’est parce que le pays est sur cale que vous autres avez la gueule pour casser nos tympans kèh sinon en temps normal vous allez quittez où pour venir pomper l’air aux gens..foutez le camp wèh bandékon là

    Répondre à ce message

  • Le 21 novembre 2014 à 22:10, par tasmen
    En réponse à : La FESCI-BF sur la situation nationale : « Nous voulons un nouveau type d’élève, un nouveau type d’étudiant »

    la question de la responsabilité est une question d’étique et de sagesse. mon général nous sommes fier de toi, n’écoute pas ceux qui non rien a dire et ne savent pas ce qu’il veulent. la FESCIBF avancera. nous sommes sur terrain et nous attendons ceux qui sont aussi sur terrain comme nous

    Répondre à ce message

  • Le 21 novembre 2014 à 22:12, par tasmen
    En réponse à : La FESCI-BF sur la situation nationale : « Nous voulons un nouveau type d’élève, un nouveau type d’étudiant »

    nous croyons au combat de la FESCIBF

    Répondre à ce message

  • Le 4 décembre 2014 à 22:12
    En réponse à : La FESCI-BF sur la situation nationale : « Nous voulons un nouveau type d’élève, un nouveau type d’étudiant »

    FESCIBF ; !!!!! toujours !!! le combat continue.Le général brico est un homme de conviction. Chères amis la jalousie va vous tué hoo !si non que la FESCIBF avance et s’en fout de vos critiques irresponsables et médiocres,je vous rappelle que vous être très petits pour donner des leçons a la FESCIBF.Si vous pensez que réclamer de meilleures conditions de vie et d’étude c’est mauvais c’est que vous n’êtes pas loin d’être mouton.Merci a ceux qui on un grandeur d’esprit qui apportent conseils et soutient a la FESCIBF.le combat continue..

    Répondre à ce message

  • Le 15 août 2015 à 11:44, par Noel tago
    En réponse à : La FESCI-BF sur la situation nationale : « Nous voulons un nouveau type d’élève, un nouveau type d’étudiant »

    Tous ceux qui critiquent la Fescibf sachez que grâce a vos critiques nous ne faisons que booster de jour en jour ,je sais qui vous êtes et de quel bord ,vous ferai mieux de vaquer a vos occupations malsaine que de perdre son temps a critiquer la Fescibf. Nous sommes convaincus de la lutte que nous menons

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés