Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

mercredi 12 novembre 2014 à 01h22min

Les Présidents de la République du Sénégal, Macky Sall et du Togo, Faure Gnassingbé ont rencontré les parties prenantes à la recherche de solutions pour une sortie de crise au Burkina. Les observations de l’Armée sur l’avant-projet de la charte de la transition ont été remises aux parties (société civile, partis politiques, autorités coutumières et religieuses).

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

La rencontre entre les deux Chefs d’Etat, Macky Sall et Faure Gnassingbé, émissaires de la CEDEAO, et les parties prenantes au processus de la transition a été qualifiée de « extrêmement importante » par Macky Sall pour qui, il est apparu qu’ils aboutiront à un consensus sur la charte. Selon le président sénégalais, Macky Sall, président du groupe de contact sur la crise au Burkina, les positions entre les propositions des partis politiques et celles des autorités militaires ne sont pas très éloignées, les unes des autres. « Sur le choix du Président de la transition, tous sont d’accord sur le profil et sur le fait que ce soit une autorité civile, tout comme pour le choix du Premier ministre  », a-t-il indiqué avant de préciser que les divergences de vue concernent le choix des différents organes de la transition. Certaines positions étant favorables pour un allègement des organes de la transition pour assurer la continuité de l’Etat. Un allégement au maximum possible, tout en étant inclusif par la prise en compte des différentes forces vives du pays. Pour Macky Sall, il appartient au peuple burkinabè de faire des propositions, leur rôle étant d’assurer la facilitation.

« Nous sommes des patriotes, nous avons la volonté de stabiliser la paix … »

Selon les explications de Luc Marius Ibriga, les contre-propositions des autorités militaires ne prévoient pas une « Assemblée nationale de transition » mais plutôt un « Conseil national de transition » qui aurait simplement un caractère consultatif et dirigé par un militaire. Des organes comme le Conseil national de la défense et de sécurité et la Commission de réconciliation nationale et des reformes ayant été « supprimés » dans les contre-propositions. « Ils trouvent que ces structures sont lourdes pour une transition d’un (1) an et qu’il faut simplifier et alléger pour pouvoir aller à la transition  », a indiqué Pr. Ibriga avant de se montrer optimiste sur la suite du processus. Pour le chef de file de l’opposition politique, Zéphirin Diabré, toutes les parties sont d’accord pour travailler dans le sens d’une amélioration des choses. C’est pourquoi, confie-t-il avoir bon espoir quant à un aboutissement heureux des concertations. « Je pense qu’on peut trouver un terrain d’entente pour sortir très rapidement le Burkina de cette impasse. Nous sommes des patriotes, nous avons la volonté de stabiliser la paix dans ce pays-là ; c’est-à-dire travailler à avoir une charte, des organes de la transition et remettre le Burkina sur les rails », a soutenu pour sa part, Ablassé Ouédraogo, membre de l’opposition politique.
L’opposition politique et la société civile se retrouveront donc demain, mercredi, pour « examiner » les contre-propositions des autorités militaires pour suite à donner.

Oumar L. OUEDRAOGO
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 12 novembre 2014 à 02:25, par Sidpasata Veritas
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    je n’aime pas cette manière de faire des militaires : pourquoi ne viennent-ils pas discuter avec les autres en assemblée générale ? Ils attendent qu’on fasse le boulot pour venir jouer les arbitres avec leurs contre-propositions. Sont-ils plus force vive que les autres forces vives de la nation ? Sont-ils des constitutionnalistes ou des administrateurs ? Leurs armes leur donnent-elles la science infusent ? Il faut que nos colonels et nos généraux laissent les affaires civiles aux civils et qu’ils retournent au plus vite à leur métier militaire. Quand il sera question de sécurité et de défense nationale, on leur fera appel et on pourra entendre "la grande muette".
    - Pourquoi ce fameux conseil serait-il présidé par un militaire ? A un conseil, même présidé par un civil, je préfère de loin une assemblée de transition, qui peut procéder et délibérer par vote, au lieu de ce conseil qui peut nous mener loin en cas de désaccord en son sein. Trop simplifier peut être dangereux dans cette période ou il y aura la course au pouvoir, même si elle passe par les urnes. Une assemblée qui délibère par vote résistera mieux aux pressions et tentatives de manipulation qu’un conseil qui ne donne que des avis et qui est, de surcroit, présidé pas un militaire aux ordres de sa hiérarchie. Et si le président de la transition venait à se montrer non impartial vis-à-vis des partis politiques ou s’il fléchissait sous d’éventuelles pression quelconques, quel serait alors le contre-pouvoir à un tel président défaillant de la transition si tout es simplifié à ce point ? Pourquoi les militaires tiennent-ils d’ailleurs à jouer les premiers rôles dans ce processus civil de retour à la vie constitutionnelle normale ?! C’est louche, il me semble !! Non ! Les militaires à la caserne.
    - Je me méfie de cette insistance suspecte sur le caractère inclusif de la transition. Veut-on nous faire accepter encore la règle atroce de l’impunité qui nous était imposée par l’ancien régime ? Va-t-on encore une fois de plus essayer de dresser des monuments aux victimes, célébrer le pardon en jetant un voile d’impunité impudique sur la vérité et la justice ?!!!!!!! Contre quoi, bous sommes-nous révolté ? N’est-ce pas contre une longue série de crime économiques et de sang restés impunis jusqu’à ce jour. Veut-on nous proposer une inclusivité-impunité qui rassemble aussi bien bourreaux que victimes sous le même toit ? Quelle paix espère-t-on dans une telle intension ? Que les victimes cessent de se plaindre de la trop grande proximité (promiscuité) des bourreaux ! En voilà des manières !!!

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 02:26, par Sidpasata Veritas
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    je n’aime pas cette manière de faire des militaires : pourquoi ne viennent-ils pas discuter avec les autres en assemblée générale ? Ils attendent qu’on fasse le boulot pour venir jouer les arbitres avec leurs contre-propositions. Sont-ils plus force vive que les autres forces vives de la nation ? Sont-ils des constitutionnalistes ou des administrateurs ? Leurs armes leur donnent-elles la science infusent ? Il faut que nos colonels et nos généraux laissent les affaires civiles aux civils et qu’ils retournent au plus vite à leur métier militaire. Quand il sera question de sécurité et de défense nationale, on leur fera appel et on pourra entendre "la grande muette".
    - Pourquoi ce fameux conseil serait-il présidé par un militaire ? A un conseil, même présidé par un civil, je préfère de loin une assemblée de transition, qui peut procéder et délibérer par vote, au lieu de ce conseil qui peut nous mener loin en cas de désaccord en son sein. Trop simplifier peut être dangereux dans cette période ou il y aura la course au pouvoir, même si elle passe par les urnes. Une assemblée qui délibère par vote résistera mieux aux pressions et tentatives de manipulation qu’un conseil qui ne donne que des avis et qui est, de surcroit, présidé pas un militaire aux ordres de sa hiérarchie. Et si le président de la transition venait à se montrer non impartial vis-à-vis des partis politiques ou s’il fléchissait sous d’éventuelles pression quelconques, quel serait alors le contre-pouvoir à un tel président défaillant de la transition si tout es simplifié à ce point ? Pourquoi les militaires tiennent-ils d’ailleurs à jouer les premiers rôles dans ce processus civil de retour à la vie constitutionnelle normale ?! C’est louche, il me semble !! Non ! Les militaires à la caserne.
    - Je me méfie de cette insistance suspecte sur le caractère inclusif de la transition. Veut-on nous faire accepter encore la règle atroce de l’impunité qui nous était imposée par l’ancien régime ? Va-t-on encore une fois de plus essayer de dresser des monuments aux victimes, célébrer le pardon en jetant un voile d’impunité impudique sur la vérité et la justice ?!!!!!!! Contre quoi, bous sommes-nous révolté ? N’est-ce pas contre une longue série de crime économiques et de sang restés impunis jusqu’à ce jour. Veut-on nous proposer une inclusivité-impunité qui rassemble aussi bien bourreaux que victimes sous le même toit ? Quelle paix espère-t-on dans une telle intension ? Que les victimes cessent de se plaindre de la trop grande proximité (promiscuité) des bourreaux ! En voilà des manières !!!

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 03:00, par Mr Coulibaly
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    Les militaires ont raison de demander des organes simplifie’s CAR L’ESSENTIEL EST D’ASSURER LA CONTINUITE’ POUR DONNER AUX UNS ET AUX AUTRES LE TEMPS NECESSAIRE POUR SE PREPARER ET SE PRESENTER AUX ELECTIONS LEGISLATIVES ET A’ L’ELECTION PRESIDENTIELLE ! Il faut aller rapidement a’ une transition simple qui aboutira a’ un regime dument elu ! Ceux qui parleent aujourd’hui, n’ont pas de mandat du peuple ! IL FAUT NORMALISER LA SITUATION EN DEBUTANT PAR LE RETABLISSEMENT IMMEDIAT DE LA CONSTITUTION. LE PRESIDENT PAR INTERIM DOIT ETRE CHOISI EN FONCTION DE LA CONSTITUTION. TOUT LE RESTE EST NEGOCIABLE !

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 03:35, par Amen
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    Le piège sinon les intentions de l’armée se font plus visibles : elle veut garder le contrôle des affaires à travers le conseil national de transition qu’elle va présider ! Même consultatif, cet organe constituera un organe de pression ! Pour sauvegarder les acquis de la révolte du 30 octobre dernier et donner à cette transition son caractère démocratique et apaisé, je préfère que ce conseil soit rejeté en faveur d’un organe qui contrôle et arbitre l’action du gouvernement de transition. Cet organe, c’est bien l’Assemblée nationale de transition. Les civils ont la compétence de gérer cette transition si l’armée accepte de rejoindre les casernes en se contenter d’accompagner effectivement le processus et d’occuper les places que lui prévoient la charte de la transition. Le RSP qui mène l’armée a intérêt à cultiver un comportement qui le dédouane de son allégeance (difficilement oubliable) au président déchu !

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 04:19, par samuel
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    je suis parfaitement d’accord avec les propositions des militaires (supprimer les deux organes inutiles). pour une transition de moins de 1 an, on a vraiment pas besoin d’alourdir ces structures. en tout cas je commence a avoir confiance à zida quant à sa volonté de remettre rapidement le pouvoir aux civils. bon vent à lui et que jesus l’accompagne.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 04:25, par Tapsoba®(de H)
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    Ça sent du déjà vu dans un autre pays voisin dans la même situation transitoire avec un bicéphalisme de fait au sommet de l Etat et cela n augure rien de bon .D un côté un président civil sans réel pouvoir et le comble de tout,se fit molester(Dr Diakounda Traoré) avec la complicité de l autre ,un militaire ,capitaine(Yaya Sanogo) ,lui aussi ancien étudiant en Anglais comme par hasard,avec sa force de frappe, à la tête d un...conseil de...Non Lieutenant colonel Zida ,préservez nous SVP d une solution à la malienne.Un conseil consultatif qui aurait compétence d une assemblée constituante pour réécrire notre constitution ou non ? Quel rôle par rapport à l exécutif ?

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 04:45, par Karissa
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    La gestion de la transition ne doit pas être confondue avec un partage de postes ou de trophées. Il s’agit d’assurer la continuité de l’Etat et de préparer les futures élections. A cet égard, s’il m’était permis de faire une proposition, le dispositif pourrait se présenter ainsi :
    - Le chef de l’Etat (une personnalité civile, idéalement apolitique)
    - L’exécutif (équipe congrue de techniciens, sans chamboulement du dispositif actuel)
    - Un contrepoids à l’exécutif (conseil national de la transition, d’environ une quinzaine de personnalités).
    Le processus de réconciliation nationale (vérité, justice, réconciliation) pourrait être engagé par les institutions issues des futures élections.
    Le Peuple Burkinabè a montré à la face du monde sa grande maturité dans les événements récents. Il lui reste à être le gardien de cette transition et des futures gouvernances. La communauté dite internationale, étonnamment muette jusqu’à la fuite du dictateur, aurait beau jeu de ne pas jouer au donneur de recettes et d’accompagner les aspirations de ce Peuple.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 05:38, par Vercingetorix
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    Ce Zida ne m’inspire pas du tout confiance. Je vois en l’homme une marionnette dont les ficelles sont tirées depuis Yamoussokro et Kosyam. S’il refuse de reculer on fait quoi ? On peut faire quoi ? Les révolutions ont un cycle. Le nôtre nous a échappé.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 05:42, par Nabayaogo
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    Salut a tous les burkinabe. Sans commentaire, les militaires ont bien vu. Il faut des organes simplifiés. Je me réjouis de la maturité du peuple burkinabe. Dieu soit loué et qu’Il benisse le Burkina Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 06:07, par youblobissan
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    Que les militaires s’occupent de La Défense et de la sécurité du territoire et laissent le politique aux civils même si nous sommes dans une situation de transition. Que la jeunesse ouvre l’œil et surtout le bon . La vigilance doit être de mise. Que les constitutionnalites nous préparent des textes de lois ou les coups d’état seront bannis, le pouvoir au peuple civil et ou les corps habillés seront sous les ordres du président et peuvent être démis de leur fonction comme tout fonctionnaire comme c’est le cas en France ou aux USA ou dans grands pays civilisés

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 06:27, par ADAMOUA
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    IL FAUT DIRE AVEC INTELLIGENCE QUE LA VISION DES MILITAIRES EST TRES JUSTE PAR RAPPORT A L’ESPRIT RAPACE DES IBRIGA ET ABLASSE QUI ONT VU UNE OCCASION EN OR DE S’INCUSTRER DANS UNE FILIERE PORTEUSE....VIVE ZIDA ET SES COMPAGNONS....

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 06:44, par B. Emmanuel
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    Votre Zida commence à prendre goût au pouvoir et cherche à gagner du temps en trainant les pieds sur des propositions et des contrepropositions. Qu’est ce qu’il cherche à faire au juste en perdant tout ce temps ? Il faut vraiment que la révolution de la jeunesse ne soit pas récupérée par l’armée. Elle devais prendre ses responsabilités avant les morts de la manifestation au lieu de profiter de la situation pour vouloir se tailler la part du lion dans la transition présente et la suite à venir. Il faut qu’enfin nos forces armées évoluent vers plus d’humilité pour occuper la place qui est la leur dans le paysage politique et démocratique pour épargner à notre pays les scénarios macabres des coups d’État qui ne font que retarder l’avènement d’un monde meilleur pour notre nation. Courage à tous et restons vigilants.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 06:52
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    QQ millions de burkinabé seront des laissés pour comptes, voir pire !

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 06:58, par Sat
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    Il faute certes alléger. Mais le légalisme s’impose si on tient à prevenir toute dérive de quelque nature que ce soit dans le processus de transition. En cela, l’idée d’une Assemblee nat. de transition me semble meilleure. Il faut donc rallier la societé civ. mais veiller ensble á ce que le jeu des postes de responsabilité canalise par son équilibre toutes frustrations de part et d’autre.
    Vive le Burkina nouveau !
    Vive le peuple !

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 07:17, par Gandi
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    Alléger serait effectivement une bonne chose. Mais pourquoi faut il que le conseil national de transition soit forcément présidé par un militaire. Je commence à être degouté par ces comportements qui cachent des intérêts personnels. En réalité beaucoup sont en train de défendre des salaires (députés de l’opposition) ou des postes (militaires et OSC). De grâce fixons nous sur que nous voulons que le Burkina soit demain.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 07:24, par Gomsoï
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    "un Conseil national de transition qui aurait simplement un caractère consultatif et dirigé par un militaire" ? Non et non : après 48 ans de gestion du pouvoir dans notre pays (depuis le 3 janvier 1966), l’armée peut bien prendre un petit congé de 12 mois et laisser les civils mettre de l’ordre dans la maison. La seule chose qu’on attend de l’armée c’est de demander aux civils : "vous vous êtes bien entendus, si oui prenez le fauteuil que vous vous arraché à Blaise". L’armée traîne les pieds et fait des contre-propositions fallacieuses parce qu’elle veut gagner du temps pour bien enterrer tous les dossiers sales du long règne de Blaise : crimes économiques et de sang à l’intérieur, vente de canons et poudre pour alimenter les guerres civiles et rebellions sur le continent, bien sûr avec l’onction de cette même armée. Ouvrons l’oeil et le bon.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 07:24, par j’aime pas la tête de macky
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    pffffffffffffffff

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 07:30, par Transition
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    C’est juste car on est pas obligé d’avoir une assemblée nationale pr la transition ; simplifions les choses pr k’on avance, c’est tout

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 07:33, par NABIIGA
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    Parfaitement d’avis avec l’armée. Une assemblée pour faire quoi ? Votez quelle loi et en tant que représentant de qui ? Pas la pêne d’alourdir les composants de la transition. Allons léger et faisons l’économie de nos ressources pour reconstruire le pays. Voila que tout seul le "militaire" fa réussi à coordonner la reprise des activités de l’État.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 07:34, par SIDNOOMA
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    Merci aux militaires pour cette proposition clairvoyante. Qu’est ce qui explique en effet la diversité des organes quand on sait qu’en un an, on ne peut pas les faire fonctionner comme il se doit mais aussi qu’ils seront coûteux et lourd dans la machine de la transition ? Seule la panse des uns et des autres qui explique l’adoption de ces multiples organes. Vous voyez bien ici que les militaires ont toujours été honnêtes avec le peuple, que c’est plutôt les OSC et les Partis politiques qui veulent nous éloigner de notre but.
    Revenons à nous mêmes et reconnaissons que l’allègement des organes tel que souhaité par les militaires est une nécessité.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 07:38, par La Concorde
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    L’essentiel est que toutes les parties prenantes s’entendent sur toutes ces questions. Sinon, personnellement, j’avais trouvé également lourds, les organes que proposaient les OSC et l’ex opposition. Un an, c’est trop court et certains organes risquent de ne pas pouvoir fonctionner comme celui de vérité, justice et réconciliation ainsi que l’Assemblée nationale de transition qui est composée de jusqu’à 90 membres. Je conviens aussi que si cette Assemblée nationale n’existe plus, il est normal que les autorités militaires occupent la tête du nouvel organe qu’elles ont proposé, je veux parler du Conseil national de transition. Maintenant, avec les déclarations de Blaise COMPAORE, on sait un peu plus sur la contribution des militaires à la réussite de l’insurrection populaire. Si nous en tant que civils, nous ne voulons pas que les militaires nous déçoivent, nous ne devrons pas non plus les décevoir. Je crois qu’il faut que les différentes parties accordent leurs violons pour que la transition soit un succès. Que Dieu bénisse le Burkina Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 07:38
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    Selon les explications de Luc Marius Ibriga, les contre-propositions des autorités militaires ne prévoient pas une « Assemblée nationale de transition » mais plutôt un « Conseil national de transition » qui aurait simplement un caractère consultatif et dirigé par un militaire. Des organes comme le Conseil national de la défense et de sécurité et la Commission de réconciliation nationale et des reformes ayant été « supprimés » dans les contre-propositions. « Ils trouvent que ces structures sont lourdes pour une transition d’un (1) an et qu’il faut simplifier et alléger pour pouvoir aller à la transition ».
    C’est un peu inquiétant cette rigidité des militaires !

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 07:45, par MOREBALLA
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    Aujourd’hui, il faille que l’opinion publique se fasse une nouvelle dimension de l’élite militaire dans le sens de leur capacité d’analyse à tout égard. La phase de transition doit être le lieu de traduire toutes les aspirations du peuple, car, quoi qu’il en soit, les symptômes à la crise actuelle, tout Burkinabé en est comptable. Pire, ceux aujourd’hui qui revendiquent la mort du lion, ont contribuer à nourrir le même lion et sa famille de par leurs troupeaux d’animaux ; et même, en fier de le faire pour honorer le roi lion. Oublions que nous avions d’une manière ou d’une autre comptable de quoi que ça soit, accepter que dans le cours normal des choses tout le monde ne puisse pas être du même côté de la rive, travaillons à asseoir l’acceptable et que plus jamais, rien ne soit plus comme avant, pour le meilleur du Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 07:49
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    Je pense que la proposition faite par les militaires sont tres pertinantes , pour une transition de un an on a pas besoin de toutes ces organes cités par les civils. Seulement je ne suis pas pour le fait que ces organes soient sous la direction des militaires,Tout sauf cela. Faisons vite et bien on a pas assez de temps. La principale mission pour la CNT est l’organisation des élections, un point c’est tout. Trop d’organes pourraient créer des perturbations dans le travail. Trop de mouvements et partillons qui font leur apparition présentement ; soyons sérieux les gars, c’est ridicule. Que canal3 évite d’inviter n’importe quel opportuniste à la télé, cela terni votre notoriété. Ils viennent raconter du n’importe quoi, C’est pas sérieux. Filtré vos invitations mes chers amis de canal 3. Vous les opportunistes actuels, je vous prie de laisser vos intérêts personnels au profit de l’intérêt supérieur de la nation. Félicitations à tous.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 07:49, par jonassan
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    L’armée burkinabé au lieu de passer son temps au show doit se mettre au sérieux pour nous permettre d’honorer la transition.
    RIEN A AJOUTER A LA CHARTE mais :
    - pourquoi proposer de supprimer le CNT ? Qui contrôlera l’action gouvernementale ? Donc la société civile doit vaquer à d’autres occupations, l’opposition politique à sa campagne électorale ? N’EST-CE PAS UNE RUSE POUR METTRE LA TRANSITION SOUS LA FERULE DE L’ARMEE ? N’est-ce pas juste que les composantes qui représentent naturellement les révolutionnaires contrôlent cette action ?
    - pourquoi proposer de supprimer la Commission Vérité Justice et Réconciliation ? Les crimes économiques, de sang, les détournements, les vols.... tout ça doit passer en PERTE ET PROFIT ?
    - POURQUOI L’ARMEE NE S’EST PAS JOINTE AUX AUTRES COMPOSANTES ET MAINTENANT ELLE N’A RIEN A AJOUTER SINON QU’A SOUSTRAIRE ? DE QUEL DROIT SE COMPORTE-T-ELLE EN PROFESSEUR ? PARCE QU’ELLE A UNE ARME ? LE PEUPLE DOIT EN TIRER DES LECONS.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 07:50, par DOSSABI2
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    Les individus comme MAQUIS SAL ne devraient plus fouler le sol Burkinabè en ces temps. Ce M. a participer à mettre le feu dans notre pays à travers son soutien à BC pour sa candidature en 2015 ! Nous n’avons pas besoin de lui ici. MAQUIS SAL, tu devrais avoir honte. Je t’ai personnellement soutenu en son temps quand tu t’opposait à Wade. Maintenant pourquoi veux tu que Blaise face ce que tu a refusé à Wade ? That is the question .......

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 07:53
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    Si simplifier l’organe de transition est une bonne chose.Il faut éviter de vider le caractère réconciliation qui exige la vérité, la justice et la réconciliation de tous les burkinabè proposé par la société civile et l’opposition

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 07:55, par doucement peace and for the burkinbi
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    bonjour.Bien fait.Nous attendions cela de nos africains:les problèmes des africains doivent trouver des solutions par les africains eux mêmes.Félicitations aux parties prenantes burkinabé et aux chefs d’états de la cedeao.nous avons la force de surmonter toutes les calamités supposée de l’afrique.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 07:56, par Franck
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    je suis d’avis avec les propositions de l’armée pour ce qui concerne un conseil national de transition à la place d’assemblée nationale de transition.Cela éviterait que les ex-députés de l’opposition ou de la majorité pensent qu’ils doivent obligatoirement faire parti de cette assemblée nationale de transition.Dirrigé par un militaire ? OUI

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 07:57, par tampaalga chrysostome
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    Des organes simplifiés, cela veut dire tout simplement ceci : Zida veut rester le Chef de la Transition. C’est pas simple ? Bon courage aux rêveurs...

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 07:59, par gengnien
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    Éclairez ma lanterne. Je n’y comprends plus rien là. en qualité de qui les militaires s’arrogent il le droit de faire de contre propositions. Ont il un agenda caché qui ne se voit pas ? A mon avis ils devraient seulement accompagner les civils dans leurs activités. Du grand n’importe quoi tout ça

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 07:59, par pougpala
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    sans vous mentir la proposition des militaires est irréprochable juste pour une transition d’une année on na pas besoin d’une assemblée nationale allégeons les choses pour avancer sinon nous sommes déjà a moins d’une année dont beaucoup de défi nous attend merci

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 08:01, par bationo
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    suis d’accord avec Zida pour le conseil national de transition en lieu et place d’une assemblée nationale de transition car ce ne sera pas des élus mais des personnes qui seront nommées alors en quoi ils sont sensés représenter le peuple ? on est en transit on s’entend sur quelque chose et c’est tout. je propose en ce qui concerne la composition qu’on cherche pas loin et pour gagner en temps que les membres du CES jouent pleinement ce rôle . Mais je suis pas d’accord quand il dit que ce conseil sera dirigé par un militaire POURQUOI

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 08:05, par PAPA
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    Il ya trop de tergiversations .Que veulent au juste ces militaires ? Venant de nule part ,Vous bondissez sur le pouvoir d´etat que le peuple a acquis au prix de leur vie et vous vous accrochez comme si vous etiez les principaux acteurs de cette victoire. SVP remettez le pouvoir aux civiles et retournez dans les casernes pour vous occuper de votre role regalien qui celui de la protection du peuple et du territoir.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 08:12, par OR
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    Bonjour, je pense que la proposition des militaires est à saluée. Elle est juste et impartiale (15 membres pour chaque composante). Si non comment comprendre que des gens qui accusent les autres de gestion partisane et partiale de la chose publique, se donnent unilatéralement 70/90 membres au sein du CNT !

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 08:12, par Le souverain
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    Nous n’avons pas besoin de ces hypocrites de l’UA et de la CEDEAO. Ils n’ont jamais levé la voix pour dissuader Blaise dans sa forfaiture, aujourd’hui ils viennent jouer aux connaisseurs. Qu’ils aillent se faire voir ailleurs !
    Faure ton peuple t’attend au tournant.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 08:19, par Le souverain
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    Nous n’avons pas besoin de ces hypocrites de l’UA et de la CEDEAO. Ils n’ont jamais levé la voix pour dissuader Blaise dans sa forfaiture, aujourd’hui ils viennent jouer aux connaisseurs. Qu’ils aillent se faire voir ailleurs !
    Faure ton peuple t’attend au tournant.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 08:32, par Martial HLPGD
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    Le Conseil National de Transition est une proposition dangereuse pour la démocratie. Il ne faut surtout pas entrer dans ce jeu des militaires. Ils n’ont jamais avancé à visage découvert. IL faut absolument que dès maintenant on leur fasse comprendre que l’époque des militaires au pouvoir est définitivement révolue. Chers concitoyens il y a comme un goût d’inachevé dans notre insurrection. Il va s’agir maintenant pour nous d’enfermer définitivement les militaires dans les casernes.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 08:37, par tapseureula
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    Tous nos encouragements. En effet, la charte était très lourde pour une transition d’un an ; Aussi, la commission justice et réconciliation ne fait pas partie des priorités. Le président qui sera démocratiquement élu en 2015 s’en chargera. Mais de grâce, allez vite car le temps presse.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 08:38, par SOMA
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    Malheur à celui qui trahit la revolution burkinabé pour une fois de plus, car je m’inquiète de la médiation SALL et FAURE le Burkinabé est mature, nous l’avons prouvé par notre capacité de gérer la crise de façon civilisée .Le premier a soutenue le projet de révision de Blaise, trahissant la jeunesse revolutionnaire sénégalaise, et le second est mal élu par la bénédiction de Blaise. n’attendons rien donc de ces Monsieurs qui attendaient que le sang de peuple coule pour blaise. oû étaient-ils au moment ou le peuple avait besoin d’eux ? LA PATRIE OU LA MORT NOUS VAINCRONS !

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 08:39, par ogrerty
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    il faut impérativement que les militaires se comportent comme partie intégrante des membres de la nation, qu’ils travaillent avec l’opposition et la société civile et non de façon parallèle. Le pouvoir a été conquis par le peuple et est au peuple et non aux militaires ! wait and see !

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 08:54, par L’indigné
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    L’armée veut diriger le conseil national de transition. Je pense que le peuple a assez supporté les souffrances causées par cette même armée plus de 40 ans. Bien que cette armée soit une partie du peuple, elle a une mission bien précise. Son rôle n’est pas de s’immiscer dans la gestion des organes politiques, ni dans la gestion du pouvoir. Il est plus que impératif de rappeler à ces potentats leur missions qu’ils feignent d’ignorer parce qu’ayant impliqués depuis de longues et pénibles années dans la politique du pays. Je propose que les forces vives( coutumiers, politiques et société civile) qui vont se pencher sur les propositions des organes de transition évacuent de façon irréversible les militaires de tout organe de la transition sauf le conseil de sécurité.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 08:54, par BILL
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    Alléger au maximum les organes de transition, c’est une très bonne chose. Une militaire à la tête du CNT, pourquoi pas, surtout que cet organe n’a qu’un caractère consultatif. Alors, allons- y, et vite s’il vous plait.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 08:55, par Delwendé
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    Même si je n’ai pas toute la teneur des propositions d l’armée, je crois qu’elle a raison sur certains aspects : l’assemblée nationale telle que proposée par la société civile et l’oposition me parait peu pertinente, sinon autant remettre l’ancienne assemblée sur pied. Toutes les commissions ne sont pas non plus nécessaires pour une transistion d’une année. Je crois que les efforts du CFOC et de la société civile doit être d’aller vers les élections et non pa focalisés sur une transition dont le timing est entrain de s’écouler. Les propositions du CFOC et de la société civile ressemblent à des propositions pour contenter des gens qui au nom d’une certaine société civile sont devant les négociations. Chacun veut avoir sa part à travers le futur gouvernement ou la future assemblée. Il faut surmonter les intérêts égoistes pour voir l’intérêt général du peuple et dans ce sens on doit renoncer à cette assemblée de 90 membres. Nous avons déjà obtenu l’accord pour un président civil, il faut rendre grâce à Dieu. Aussi, pour les raisons de sécurité de notre pays (question non évoquée généralement), l’armée doit se sentir responsable dans cette transition. Et pourtant, les propositions de la partie civile relèguent l’armée à un accompagnateur sans poids. Chose que l’armée ne pouvait accepter. Ilfaut être réaliste. On est dans la realpolitik et non pas dans les théories de droit universitaire.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 09:01
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    K.. qu’elle est l’idée ? trouver un autre chef d’état et un premier ministre ? ou laisser le chef d’etat actuel, trouver un PM consensuel et former un gvt

    R... Les OSC on proposé un avis de recrutement d’un président avec une commission de sélection. Drôle non ?
    K...mettre l’accent sur la recherche d’un PM concensuel. mettre l’accent sur le maintien de l’ordre public et de la securité. Laisser Zida chef de l’Etat
    R... Moi aussi. On laisse le militaire assurer le rôle de chef de l’Etat mais le Haut conseil de la transition designe en son sein un président du haut conseil avec mandat de PF.
    K... l’idée de haut conseil est très bonne— il jouera le rôle d’organe consultatif et de decision qui orientera les actions du PM ; le pb, c’est qu’il peut avoir de voix trop discordantes qui pourraient paralyser le fonctionnement efficace du haut conseil.
    R.. Les decisions du haut conseil seront prise à la majorité simple ou qualifiée
    K.. et la composition ?
    R.. Parties politiques, OSC, Militaires, religieux au 1/4 chacun. A l’image du collège des sages suite à la mort de Norbert Zongo
    K.. ok—ça pourrait marcher ; ms la différence serait d’éviter que le PM soit le président du haut conseil— le haut conseil devrait plutot etre purement consultatif, avec le pouvoir de decision par vote.

    R.. Le Premier du faso, président du Haut Conseil de la transition mettra en place un gouvernement de transition.
    Un gouvernement de technocrates.

    K.. En ce moment, le PM doit etre nommé par le Haut conseil sur proposition de son Président ou du Chef de l’Etat. Mieux le Chef de l’Etat assure la fonction de PM.

    R.. Les ministres du Gouvernement de transition seront nommés par le Chef de l’Etat, après aprobation du Haut conseil et sur proposition du PM.
    oui l’approbation du HC, aussi bien sur le choix du PM et sur la composition de son Govt, donnera un peu plus de garantie à la population

    K.. Aucun membre des organes de la transition ne pourra prétendre à un mandat électif pour les consultations à venir.

    R.. les religieux ont déjà exigé cette condition. la question c’est de savoir si le président déchu continue par avoir une influence majeure ds le pays, à travers surtout l’armée.

    K..Au regard des délais, les SG assurant l’expédition des affaires courantes pourrons constitués une base de consultations sauf si ceux ci refusent.

    R.. certains SG pourront être amenés à refuser ? pourquoi ?

    K...oui, S’ils ne veulent pas jouer un rôle politique, Ou souhaite briguer un mandat électif.

    R.. l’autre question, quelle place sera accordée au CDP et au syndicat pour la suite ?

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 09:03, par BILL
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    Alléger au maximum les organes de transition, c’est une très bonne idée. Un militaire à la tête du CNT, pour pas, surtout que ce organe n’a qu’un caractère consultatif. Alors, allons-y, et vite s’il vous plait.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 09:06, par Passeck
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    Dites moi pourquoi les militaires ne se mettraient pas ensemble avec les autres composantes de la société pour pondre ce document ? Leur attitude me paraît pour le moins ambigûe. S’il est vrai que leur position répond à l’appel du peuple pour éviter le chaos et mettre de l’ordre, l’armée aurait pu désigner ses représentants au sein de ce comité de rédaction de l’avant projet de charte. Je suis entrain de voir une sorte de dualité. Pour moi, il n’ya pas d’un côté l’armée, et de l’autre côté les autres. Il y a différentes composantes de la société qui doivent se mettre ensemble autour d’une table et proposer un document consensuel. On nous parle de propostions (partis politiques) et de contre-propositions (Armée) au point que cette démarche ma laissent beaucoup de questions à l’esprit :
    1. Quels sont les pouvoirs dévolus au CNT proposé par les militaires ? Le rôle consulatif dont il est question semble bien flou.
    2. Quelle est sa composition ? y aura -il des civils à l’intérieur ? le nomnbre de membres de ce CNT ?
    3. Quel titre donné à celui qui va le dirigé le CNT ?
    4. Quel est son niveau de rapport avec le président de la transition ?

    Franchement, rien qu’à travers l’approche du Lieutenant Colonel, je ne cesse d’être sceptique quand à sa sincérité. Je peux avoir tord, mais j’ai des légitimes raisons. Wait and See !

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 09:06
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    D’accord pour la simplification des organes mais pourquoi un militaire pour diriger le Conseil National de Transition qui ne sera pas un organe dont la fonction principale sera de s’occuper de questions militaires ? Les postes de la défense, de la sécurité vont tout naturellement à l’armée et là ce n’est pas discutable, mais ce conseil National de Transition pour autant qu’il n’a qu’un rôle consultatif doit être diriger par un civil pour rester dans un certain parallélisme des formes par rapport à l’assemblée Nationale dissoute.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 09:09, par Joël
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    C’est assez juste. Seulement, il faut que les militaires arrêtent de chercher à diriger coûte que coûte. Les militaires dans les casernes. De plus, il faut trouver le moyen de traduire tout ce beau monde devant la justice avant qu’ils ne dilapident nos sous et fassent disparaitre les preuves.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 09:10, par Burkinabè
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    Nous peuple du Burkina Faso, nous demandons aux militaires de se soumettre aux recommandations de la société civile car leur entêtement sera à l’origine d’une nouvelle révolte. Le peuple burkinabè est prêt à mourir si les militaires continuent à imposer leurs lois. Le peuple burkinabè ne se laissera plus gouverner par des oppresseurs. Les militaires doivent comprendre pour une bonne fois qu’ils sont là pour assurer la sécurité des biens et des personnes et non pour prendre des décisions à l’encontre de la volonté du peuple.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 09:12, par SING
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    Il faut que les militaires comprennent une chose. C’est nous qui avions pris nos responsabilités pour chasser notre dictateur(votre maitre). Alors que ZIDA prenne le peuple au sérieux. C’est pas votre travail d’arbitrer les choses.Si l’armée veut elle peut s’intégrer comme tyoutes les composantes dans les concertations.Mais à vouloir arbitrer les choses, quelle notoriété ! le RSP se donne trop d’importance.Quant aux 2 chefs d’État.On a vu Macky SALL soutenir la révision de l’article 37. Faure lui on en parle pas. Des policiers et militaires Togolais étaient à l’assemblée et chez François. Ils ont osé nous tirer dessus sous le couvert du RSP. Leur présence même est une insulte à notre lutte et je ne veux en aucun cas que les acteurs burkinabè tombent dans le piège de Blaise. Ce sont ses 2 amis leur mission : faire échec au processus en cours surtout le volet justice. Si c’était un coup d’État militaire jamais ces derniers ne vont accepter composer avec les civiles.Maintenant que le peuple a fait le travail vous vous pointez le nez pour des postes.Vous n’avez même pas honte.Des militaires qui veulent travailler dans la politique. Tout ce merde a été favorisé par Blaise.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 09:14, par SING
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    Il faut que les militaires comprennent une chose. C’est nous qui avions pris nos responsabilités pour chasser notre dictateur(votre maitre). Alors que ZIDA prenne le peuple au sérieux. C’est pas votre travail d’arbitrer les choses.Si l’armée veut elle peut s’intégrer comme tyoutes les composantes dans les concertations.Mais à vouloir arbitrer les choses, quelle notoriété ! le RSP se donne trop d’importance.Quant aux 2 chefs d’État.On a vu Macky SALL soutenir la révision de l’article 37. Faure lui on en parle pas. Des policiers et militaires Togolais étaient à l’assemblée et chez François. Ils ont osé nous tirer dessus sous le couvert du RSP. Leur présence même est une insulte à notre lutte et je ne veux en aucun cas que les acteurs burkinabè tombent dans le piège de Blaise. Ce sont ses 2 amis leur mission : faire échec au processus en cours surtout le volet justice. Si c’était un coup d’État militaire jamais ces derniers ne vont accepter composer avec les civiles.Maintenant que le peuple a fait le travail vous vous pointez le nez pour des postes.Vous n’avez même pas honte.Des militaires qui veulent travailler dans la politique. Tout ce merde a été favorisé par Blaise.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 09:16, par Tampin
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    JE CROIS QUE NOUS DEVONS AVOIR CONFIANCE EN L’HOMME ET NE PAS OUBLIER QUE LES MILITAIRES SONT NOS FRERES, FILS ET PERES. NOUS N’AVONS PAS PEUR DE LEURS DIRE LA VERITE. ILS NE SONT PAS LE DIABLE A CHASSER COUTE QUE COUTE DE LA MAISON. NOUS LES AVONS COTOYE AU PMK ET AUTRES. ILS SAVENT TRES BIEN QUE SI NOUS AVONS PU CHASSER BLAISE, RIEN NE NOUS EMPECHERA DE SORTIR POUR RECLAMER NOS DROITS. CONCENTRONS NOUS DONC SUR LE CONSENSUS. LE NOMBRE DE MINISTRES ET DEPUTES DE LA TRANSITION EST ELEVE. NOUS NE SAVONS PAS DANS QUEL ETAT SE TROUVENT LES FINANCES ET LE TRESOR. LE MOT « CARACTERE CONSULTATIF » EST IMPORTANT POUR CE « CONSEIL NATIONAL DE TRANSITION ». DANS TOUS LES CAS, RIEN NE SERA FAIT SANS AVAL DE LA SOCIETE CIVILE, DES PARTIES POLITIQUES ET DES AUTORITES COUTUMIERES ET RELIGIEUSES. ALORS PATIENCE POUR NE PAS OUBLIER CERTAINES CHOSES ESSENTIELLES. ON A SOUFFERT PENDANT 27 ANS, ON PEUT PATIENTER MEM UN MOIS POUR AVOIR DES TEXTES A NOS ATTENTES.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 09:18, par Un simple citoyen
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    Hier matin j’écrivais ceci : "De grâce, pas d’Assemblée Nationale ; le Président de la transition peut signer des ordonnances après concertations avec les autres membres si l’urgence l’exige ; mais épargnez-nous de députés nommés, s’il vous plait. Egalement je soutiens la proposition qui veut que le CNT nomme 4 ministres (Défense, justice, économie, affaire étrangère) et des SG compétents pour gérer les ministères pendant la transition. En ce moment, les membres du CNT font office de membres de gouvernement et veillent sur tous les ministères. Si cette option n’est pas possible, que le nombre des membres du gouvernement transitoire soit revu à la baisse (inférieur à 20). Mais surtout pas d’Assemblée Nationale (j’insiste là-dessus). Que DIEU bénisse le BURKINA FASO !".

    A mon entendement, le CNT est dirigé par le Président consensuel. Mais ce que je comprends du CNT de l’armée, c’est que mon colonel ne veut pas lâcher prise. Il veut rester l’HOMME FORT téléguidé ; sans son mot rien ne se fera ; le gouvernement de transition avec son président consensuel en tête doit toujours avoir à consulter un organe avant de prendre des décisions. Dommage que des ambitions inavouées apparaissent. Mais je demande à la société civile et à l’opposition de ne pas trop tirer ; Mon colonel n’en a que pour une année ; le président élu pourra nommé qui il veut à la tête de quoi il veut, voir réformer toute l’armée. Que DIEU bénisse le BURKINA FASO !

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 09:27, par Le Capitaine
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    Je voudrais tout d’abord saluer l’esprit de dialogue de toutes les parties prenantes et les encourager à aller de l’avant pour une issue heureuse.
    Cependant je voudrais comprendre pourquoi les autorités militaires n’ont pas été associées aux politiques, à la société civile, ... une bonne fois pour l’élaboration du projet de charte qui leur a été présenté pour amendement. Je pense que toutes les parties auraient pu travailler ensemble pour sortir un document définitif !
    Merci de nous éclairer sur le sujet.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 09:31, par leSage
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    Franchement je suis d’accord avec les militaires.. Comment pour seulement une année de transition on doit avoir besoin d ’une assemblée nationale de 90 deputés ?.. Ne jettons pas nos ressources dans le vide...

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 09:31
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    Que veut l’armée au juste. En ce qui me concerne, il n’est pas question de revoir "l’ex majorité sur la scène politique les prochaines années. Pour la présidentielle surtout, elle doit attendre l’expiration des 15 ans de bail qu’elle voulait accordé à son dieu.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 09:32, par Le Fatotchiè
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    A priori, je voudrais que la CEDEAO cesse de se foutre de mon pays le Burkina Faso, patrie qui m’est très chère et aussi très chère à tous les Burkinabè. En quoi la présence de FAURE Gnassingbé au Faso est- elle nécessaire ? Qu’est ce qu’il peut nous apporter de meilleur ? Peut-il nous donner une leçon de démocratie ? Je ne crois pas. La CEDEAO pour ces genres de mission devraient penser à envoyer les présidents vraiment démocrates,mais pas des Putschistes comme FAURE Gnassingbé. On se rappelle comme si c’était hier, à la suite du décès de son père le président GNASSINGBE Eyadema ; au lieu de s’occuper des obsèques du défunt, Monsieur FAURE s’est engagé à orchestrer un Coup d’État constitutionnel contre Monsieur Natchaba OUATTARA, le président de l’Assemblée Togolaise de l’époque. Alors que constitutionnellement ce dernier devrait être investi président de la transition. Ensuite lors des élections au Togo, nous avons tous été témoin de cette image des militaires acquis à FAURE ;entrain de courir avec les urnes dans les rues de Lomé. Et c’est ce président putschiste mal élu que la CEDEAO nous envoie pour faciliter notre transition politique,je suis désolé ce messier n’a pas de leçon à nous donner. Le respect des institutions régionale, sous-régionale et internationale d’accord, mais de grâce qu’on ne nous envoie pas n’importe qui. Notre situation n’est pas aussi alarmante jusqu’à ce point. J’ai confiance à la maturité de nos responsables(civile, militaire, religieux et coutumiers) ; je crois fermement à l’intégrité des Burkinabè et à leur patriotisme ; alors je suis sûr que nous allons nous entendre et nous tirer d’affaire. Une fois de plus que la CEDEAO cesse de diligenter des médiateurs impropres, d’ailleurs nous n’en avons pas besoin de nos jours. Ces médiations auraient un sens au moment où COMPAORE voulait à tout prix modifier notre constitution pour se maintenir au pouvoir. Du moment où la CEDEAO était restée passive en son temps ;qu’elle continue d’y rester. Le Burkina Faso est un « Arbre qui a des Fruits très mures »

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 09:32
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    Mais c’est quoi ce ballet de president chez nous, qui a dit qu’il y a une crise au Burkina et qu’on a besoin de mediation ? Il faut laisser les gens travailler, si vous aimez bien le Burkina il fallait venir avant la chute de Blaise pour lui dire d’arreter ces conneries. Ou bien vous etes les SMS de Blaise ??????

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 09:34, par gnons
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    vous savez vous opposition, je vous avez toujours les yeux fermés. juste une question à vous : est ce que vous êtes au courant de ce qui se passe à la Présidence ? Avez vous scellé la porte du Président comme vous l’avez fait pour les ministères ? Etes vous au courant qu’on peut transférer tous les dossiers d’ordre criminel (économique, humaine etc.) par l’entremise des Généraux que l’ancien président avez nommé ? qui garde la Présidence actuellement ? L’essentiel du Burkina se trouve là-bas. mais l’armée a passé tout le temps à vous faire tourner pour tout évacuer et s’enrichir avant de vous céder vos problèmes .Ainsi dit, une réaction rapide est nécessaire et arrêté tous ceux qui sont actuellement à la présidence,ce sont les véritables criminels du Burkina.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 09:35, par sergy
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    heiiiiii !!!! ils n’ont rien à proposer ici.Dans les casernes réglementaires (le RSP n’en est pas une.)Vous refusez de participer à la rédaction de la charte parce que n’étant pas induits des choses de droit et du coup vous vous trouvé des compétences pour amender ce que les imminents professeurs ont proposé ?Bande de manipulés.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 09:35, par ispolo
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    LUC n’est pas de la société civile c’est un pion de l’opposition , les masques vont tomber d’ici la.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 09:42, par Touba
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    Moi j’ai un problème avec ce rôle que notre armé veut jouer. Elle à une partition importante a jouer sans équivoque. Mais il me parait que l’on doit faire des compromission avec elle pour qu’elle remette le pouvoir aux civils. C’est nous, a un moment donné, qui les avons confié la chose que nous avons arraché par notre sang afin de nous accompagner pour un temps et pour nue mission donné.
    La suppression de l’AN de transition dans notre contexte ressemblera fort bien à un régime d’exception. Aussi, il est important pour nous de nous dire certaines choses, de comprendre certaines choses et que ceux qui doivent demander pardons le fasse pour que nous nous acceptons entre frères dans la paix du cœur. C’est pour cela, a mon avis, il faut la commission réconciliation pour nous aider a penser nos plaies et surtout éviter certaines chose à l’avenir.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 09:44, par Wendmarbel
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    Rien ne sert de se précipiter pour une transition d’un an. Nous avons une situation qui permettre d’assoir des bases solides de notre démocratie. le conseil National de défense et de Sécurité et Assemblé Nationale de transition est un impératif évitant les dérives. A la place de l’Assemblée Nationale de transition, le Chef de l’État propose un conseil a titre consultatif dirrigé par un militaire que je trouve une manière de plus de berner ce peuple (CDP 15 ; Opposition 15 ; OSC 15 et Militaires 15) : cette proposition n’est qu’une poudre aux yeux de ceux qui se sont sacrifié : CDP est minoritaire d’ou la chute du régime donc elle ne peut prétendre le nombre15 ; les Militaires15 au même titre que Opposition et OSC (Armé= Défense du territoire Nationale et Sécurisation des Personnes et des biens). L’ on pourra créé une Commission nationale de réconciliation, de réformes politiques à l’image du Collège des Sages après l’investiture du Nouveaux Président Démocratiquement élu
    Prenons garde, si non les mêmes scénarios vont revenir et cette lutte et les sacrifices auront été vains.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 09:46, par BADR
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    L’armée ou le RSP à longtemps gouté aux délices du pouvoir et n’est pas prête à retourner à sa mission première sinon on ne peu comprendre les positions actuelles qu’elle défend. Le lieutenant colonel Zida doit se rappeler des promesses faites à la place de la Nation et rassurer la population qu’il n’est pas à la solde de qui l’on sait. Ensuite le quota réservé à l’armé dans les organes de transition devrait inclure l’ensemble des corps habillés. Il faudra veiller à ce que l’esprit d’équipe et d’équité soit préservé dans l’armé.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 09:53, par somwaya
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    Je pense que la suppression des deux commissions me semble pertinente du fait que l’armée a besoin d’être reformée et cela ne peut se faire en un an. Pour la justice et la réconciliation, c’est un long processus ; il faut donc envisager aller au-delà de la période de transition si l’on veut faire un travail en toute équité. Or les dispositions finales de la charte prévoit la fin du mandat des organes de la transition dès l’entrée en vigueur de la Vème République.
    Par contre, supprimer l’Assemblée nationale me parait inacceptable parce que le pays s’inscrira dans une logique d’Etat d’exception puisque toute ou presque tout se décidera par Ordonnance. Je suis pour le maintien de l’Assemblée nationale qui à revoir le nombre. Je propose 45 membres avec une mention pour que les membres de cette Assemblée nationale ne puissent pas prendre part aux échéances électorales prévues pour passer à la Vème République.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 09:53, par aroun
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    Je suis pour la proposition du chef de l’état. Rien de sert d’alourdir les organes. ils nous faut aller vite et bien car un an est vite arrivé. A ce rythme on risque de tomber dans les sanctions des organismes internationales et de part notre position de pays enclavé, je me pose la question de savoir si le peuple ne sera pas encore dehors pour réclamer à manger.
    puisse DIEU nous aider à sortir de ce jeux de super intellectuel. Le burkinabè ne veut rien que la santé et à manger. Le reste viendra avec le temps
    Merci

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 09:58, par Alain Germain
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    Zida s’est auto-proclamer. Sur ce je ne pense pas qu’il doit parler au nom du peuple. Quand le peuple était dans la rue, lui il etait au palais avec Blaise. Alors pourquoi il représente le peule aujourd’hui ?

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 10:00, par Wendmarbel
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    Webmaster.laisse passer

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 10:01, par canadien
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    Cher CFOP faites gaffe aux militaires. Ce conseil a toujour eté le fer de lance de tous les regimes d’exception dont nous avons connu.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 10:02, par Démocrate
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    De propositions à contre propositions ce sera un jeu de ping pong. A mon sens on doit synthétiser toutes les propositions et passer aux plénières.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 10:06, par Nouraogo Salam
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    J’approuve les amendements faits par l’armée. La Charte proposée était en effet trop lourde pour une petite transition d’un an : trop d’organes, c’est de la bureaucratie ça, juste pour faire "manger" des gens ; ainsi, nous retombons dans les mêmes travers que le CDP. L’Assemblée, franchement, on n’en a pas besoin (le président qu’on désignera peut légiférer par décrets sur les questions importantes). Commission réconciliation aussi était trop lourde, trop de sous-commissions inutiles, c’est de la bureaucratie budgétivore. Il suffit que justice soit faite. C’est tout. Pour ma part, je propose qu’à la fin de la transition, on "nettoie" simplement l’ancienne constitution de certains aspects monarchiques, et qu’on la laisse en vigueur, sans changer de République. Ce n’est pas nécessaire.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 10:20, par tuen mavé
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    C’est riducule cette impression que les forces vives font leurs propositions et que l’armée (qui n’en ferait pas partie et se mettant au-dessus) corrige et renvoie la copie.
    Il faut d’urgence mettre fin à cette façon de travailler. C’est le peule qui a pris ses responsabilités, même s’il a eu à demander à sona rmée de l’accompagner. Si les militaires sont avec le peuple, alors ils doivent être dans le gorupe de travail sur la transition. Et personne ne corrigera quoi que soit après le concensus trouvé.
    On est où là ?
    ZIDA fait attention ! C’est comme cela que Blaise procédait en se croyant au-dessus du Peuple.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 10:28, par BAPION Seydou
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    Oui je suis parfaitement d’accord avec les autorités militaires.Des organes d’une transition courte lourdes engendrerons des piétinements qui ne feront pas avancer notre pays.Par exemple la commission nationale de réconciliation et des reformes ne peut pas travailler et statuer sur tous ce qui injustice et impunité depuis l’avènement de Norbert Zongo à nos jours .Ce qui est primordial est la gestion de la transition ,l’organisation des élections,et la reprise normale des différentes institutions de la bonne gouvernance.Ce n’est qu’à l’issue de ces étapes que la réconciliation nationale peut être abordée pour situer les responsabilités et engager des poursuites à l’endroit de ceux qui le mérites sans règlement de compte ou vengeance.Que cela se passe dans la règle de l’art. A l’étape actuelle des avancées significatives,je suis très certains que tout ce processus aboutira dans la sérénité.Et notre pays intègre sevira d’exemple dans l’AOF.Nous dirigeant se laissent dupés par la France

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 11:07, par lebeni
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    Les autorités militaires ont vu juste. Leurs contre propositions est réaliste et réalisable dans un court temps pour permettre un retour à l’ordre constitutionnel tant souhaité par les burkinabè. Les proposition l’assemblée Nationale de transition ne tient pas la route. Car le choix des membres n’est pas celui de la population mais d’un groupuscule qui ne peut légiférer au nom de la population. Par contre pour un conseil de transition, on peut admettre qu’il puisse suppléer le vide constitutionnel constaté par la suppression des députés de l’Assemblée Nationale légalement établis. Pour la commission Nationale de réconciliation et de reformes, il faut donner suffisamment du temps à cette commission pour consulter les différentes couches sociales afin de faire ressortir les profondes malaises que connaissent les burkinabè( les inégalités entre les fonctionnaires, les impunités...). Cette commission n’aura pu atteindre son objectif que lorsqueà l’issu de leurs travaux tous les burkinabè s’y trouvent et voient l’injustice réparée.
    Puisse la sagesse de Dieu animée les différents acteurs qui pilotent cette sortie de crise. VIVE LE BURKINA FASO !!!

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 11:11, par Jeff
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    Bravo aux autorites militaires, ils sont en train de me decevoir ces opposants et societe civile. L’objectif de la transition ne doit pas etre de se partager les richesses pour mieux profiter. Un parlement vient chercher quoi dans transition jusqu’a 90 copines et copains ? Cela laisse voir qu’une fois au pouvoir, ces gars la ne feront pas mieux que le pouvoir que nous venons de chasser. Mais nous resterons vigilants. s’ils ne sont pas capables, qu’ils laissent l’armee assurer cette transition. Mr ZIDA, ne cedez pas tant que cet organe n’est pas allege. La patrie ou la mort, nous vaincrons.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 11:13, par brama
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    que le bon dieu veille sur le burkina faso.les militaires doivent vraiment etre sensible sur la situation actuelle et rendre la transition au societe civile le plus tot possible pour eviter tout desagrement au faso.evitons tout accrochage unitil pour ne pas mettre le burkina ds le chaos.tout burkinabe aime burkina donc evitons de le detruire a cause d’une simple transition qui est tres facile a gere.remet a PAUL ce qui l’appartient et la vie continue.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 11:19, par Ka
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    Peuple Burkinabé la victoire du soulèvement du printemps Burkinabé d’Octobre 2014 revienne au Burkinabè : l’armée est censé d’assurer la sécurité dans la transition et non occupé des postes clé ni exigé quoi que ça soit. Pendant 27 ans cette même armée a fermer les yeux sur le régime Compaoré, nous n’allons pas faire des yeux doux à cette armée complice. Toutes les postes de responsabilité dans la transition reviennent aux civils qualifiés politiquement et économiquement. D’autres postes revient a nos juristes pour élaborer des institutions solides pour protéger le peuple et son alternance politique. L’armée reste un arbitre mais pas une actrice dans la transition ni l’alternance politique de notre pays. Yacouba Zida doit revoir son statut dans la transition, ou nous demanderont la communauté internationale de prendre la situation de notre pays en main, et non l’UA et la CEDEAO qui sont que des jouets pour notre continent qui ne peuvent pas appliquer aucune de leurs chartes

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 11:20, par osinkep@yahoo.fr
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    Je pense que les propositions des militaires sont pertinentes car rien ne sert d’alourdir le processus de transition de structures. Une structure comme l’assemblée nationale de transition prête à confusion car le choix des membres ne sera pas démocratique et peut mettre à péril le processus car il s’agit d’une « assemblée bis ». N’oublions pas que nous avons rejeté la restauration de l’ex-assemblée nationale. Je pense qu’il appartient au prochain gouvernement qui sera mis en place après les élections de novembre 2015 de mettre en place un programme de réconciliation. Donc les structures de la transition doivent être simples pour nous permettre de préparer dans la transparence les prochaines élections. Ne soignons pas trop gourmands : évitons de demander à l’équipe de la transition de faire le travail du prochain gouvernement. Que le Dieu tout puissant bénisse le Burkina Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 11:23, par anta
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    C’est bien fait pour nous !Est-il prudent de confier sa jeune femme à un jeune homme et partir en voyage pour un an ? Le grand Pacha Ottoman ne prenait-il pas la sage précaution de rendre eunuques par l’expertise des chirurgiens de Koubri ceux qu’ils destinait à la garde de son harem ? Faut-il laisser la garde de la bergerie aux bonnes intentions de Bouki l’Hyène ? C’est bien fait pour nous d’avoir crié sous l’euphorie de la victoire :"le militaire au pouvoir !" Il est là.Il ne veut pas bouger !Il se nourrit des conseils de Faure Eyadéma et Abdel Aziz. Il va falloir qu’on sorte encore les spatules !

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 11:23, par Samuel
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    Colonel, le peuple te tiens à l’œil. Tout semble être fait pour protéger le régime déchu. Mais DIEU ne le permettra pas.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 11:48
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    Selon les explications de Luc Marius Ibriga, les contre-propositions des autorités militaires ne prévoient pas une « Assemblée nationale de transition » mais plutôt un « Conseil national de transition » qui aurait simplement un caractère consultatif et dirigé par un militaire. Des organes comme le Conseil national de la défense et de sécurité et la Commission de réconciliation nationale et des reformes ayant été « supprimés » dans les contre-propositions. « Ils trouvent que ces structures sont lourdes pour une transition d’un (1) an et qu’il faut simplifier et alléger pour pouvoir aller à la transition ».
    C’est un peu inquiétant cette rigidité des militaires !

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 11:54, par zping
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    Il faut que chaque partie soit réaliste sur ses propositions.Remplaçons l’"Assemblée nationale de transition" par "Assemblée consultative de transition" avec un allègement au minimum.
    Il ne faut pas qu’on dure dans le processus de mise en place de la transition, ce n’est pas bénéfique. Et d’ailleurs pourquoi l’armée ne s’est pas jointe au comité de rédaction de la charte, là on aurait débattu sur ces différences et on gagnerait en temps et en énergie.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 12:00, par Wendinmi
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    Membre de l’opposition mais n’ayant pas droit à la vraie parole comme on le prétend, je pense humblement que les militaires qui sont les vrais sauveurs de la situations ont entièrement raison. Des institutions trop lourdes pour 12 mois seraient inefficaces. A moins que l’esprit qui sou tend leur création ne soit la distribution de postes pour rattraper un retard qu’on aurait perdu en militant dans l’opposition. Et alors que faisons-nous, nous les militants de base qui n’attendons rien, sinon que la mort qui nous a frappés et nous frappera encore si jamais, dans la rue..Ne tombons pas dans les mêmes errements reprochés à l’ex majorité. Surtout, ne tentons pas par des procédés subtiles d’écarter les militaires de cette phase critique de la vie de notre cher pays. Soyons réalistes et restons patriotes.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 12:17, par la patience
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    militaires doivent remettre le pouvoir aux civils sans condition.pourquoi vouloir êtres au devant des choses, ce n’est pas un coup d’état.Burkina est un état de droit et les militaires doivent retourner dans les casernes et laisser la gestion du pays aux civils qui le peuvent.pas de militaires au pouvoir encor, que chacun fasse son boulot. depuis les années 66, ils sont au pouvoir et rien n’a bougé jusqu’à présent pour notre pays.tous les militaires doivent rejoindre les casernes où démissionner.merci de me comprendre, j’ai aussi des frères militaires.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 12:22, par Le Véridique
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    Zida commence à manifester des signaux qui n’augurent pas des lendemains radieux pour le pays.
    Ceci étant, nous restons vigilants ! nous n’avons pas chassé Blaise pour installer son numéro 2 ;mêmes si celui bénéficie de soutiens occultes au sein de la classe politique. La suite nous en dira davantage.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 12:49, par AMADOU GUEYE
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    Je ne suis pas Burkinabe mais je vous conseille de bien surveiller et réflechir sur les propositions des militaires : ce que dit le commentaire No 8 est vrai : tout semble etre fait - par les militaires comme la CEDEAO ( Kadre surtout ) et les deux présidents ( Sall et Faure ) pour mettre une équipe qui assure les arrières de Blaise et son équipe : comment comprendre que les militaires réclament le poste de président l’équivalent de l’assemblée nationale qu’ils proposent ? Le reste pour l’allégement du dispositif peut être acceptable en partie seulement ! Il faut que les civils prennent les choses en mains et les militaires s’occupent de la sécurité des processus !!! Bon c’est peut ère l’avis d’un sénégalais moins habitué aux régimes militaires comme les burkinabé !! Mais je pense que votre pays doit prendre un virage définitif sinon vous aurez toujours des militaires intrigants , complotistes et organisateurs de coups fourrés , et chercheurs de postes réservés aux civils !! Bonne chance au peuple burkinabé !!

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 12:57, par Ragommian
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    Bravo aux militaires pour leur esprit de solidarité avec le peuple Burkinabé ! Toutefois, je m’inquiète du fait que non seulement lesdits militaires viennent s’approprier de la victoire du peuple mais aussi, qu’ils deviennent les professeurs attitrés pour apprécier et corriger la copie de ce peuple qui a payé de son sang pour cette victoire. Y a-t-il une explication à ces rôles pas claires ?

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 13:05, par Jeff
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    Ils ne se sont pas installés qu’ils donnent l’impression d’être venus pour manger. un parlement de 90 copains et copines vient chercher quoi dans transition ? politiciens et societé civile, le peuple vous tient a l’oeil. si c’est pour ne pas mieux faire que ceux que nous venons de chasser, laissez les militaires assurer cette transition. La Patrie ou la mor, nous Vaincrons.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 13:25, par Miséricorde
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    Nous ne voulons pas de militaire dans les affaires publiques. Il faut que ZIDA et compagnies comprennent cela. L’armée doit tout abandonner, nous ne voulons rien de militaire si ce n’est leurs attributions régaliennes. Ces gars la croît qu’il peuvent continuer à manipuler comme c’était sous Blaise C. L’on ne va pas procéder au verrou de l’article 37 avec un organe consultatif ou un protecteur de Blaise va réguler les choses comme bon lui semble.

    Je pensait que l’armée attendait que les autres couches sociales s’organisent pour récupérer le pouvoir, pourquoi s’ériger maintenant en arbitre. A quel titre, parce le Balai Citoyen a appelé l’armée à prendre ces responsabilité ? C’est très facile ça. Respecter le peuple SVP.
    Seigneur prend pitié de nos refus de processus de paix. L’armée sera tenu pour responsable de toute derive qui surviendra dans ce pays. En bon entendeur salut.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 13:25, par Wendmi
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    Au lieu de "Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes "simplifiés et allégés" comme titre, il faudrait plutôt écrire : "Transition politique au Burkina : les autorités militaires ne veulent pas rendre le pouvoir à une autorité civile. Pourquoi faudrait-il un Conseil National de transition dirigé par un militaire ?
    Le pouvoir au peuple et vite !

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 13:30, par yamsoba
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    c"est claire, le parti du sang ne veut pas de commission verité justice et reconciliation qui le penaliserait lors des elections futures. on commence à avoir de serieux doutes sur zida. si on ne prend garde le parti du sang risque d"avoir une main mise sur le processus électoral et de retrouver le pouvoir en 2015.
    l"assemblée, le conseil national de defense et de sécurité on peut s"en passer mais pas d"impunité.
    par ailleurs il faudra que le ministère de l"administration territoriale soit nettoyé, tous les gouverneurs et hauts commissaires changés

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 13:47, par yamsoba
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    qu"est ce que faure vient chercher ici après avoir envoyé ses militaires nous massacrer ? je lance un mandat d"arrêt international contre lui. que celui qui le voit et est capable de l"arrêter, qu"il l"arrête pour le remettre à la justice burkinabé

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 14:01, par moussbill
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    Nous allons finir par perdre patience chers frères militaire, vous n’avez rien à imposer.si l’ensemble des composantes de la société décidé , vous êtes loin de critiquer quoi que ce soit, faites votre travail de neutralité et rentrez dans les casernes ; si le peuple s’ énervé, vous allez le regretter

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 14:32
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    Les choses se précisent par rapport aux objectifs de certains militaires. Je refuse de parler de l’armée burkinabè dans la mesure ou tout le monde sait qu’il s’agit d’un groupe de militaires charchant à protéger leurs intérêts et surtout se couvrir mutuellement. Ils sont responsables au même titre que leur patron Blaise Compaoré. Les jeunes ont accepté le sacrifice suprême pour libérer le Burkina des tueurs à gaz, il n’est pas question que leur victoire soit confisquée par ces militaires incapables. Blaise même malade les faisaient trembler et ils étaient incapables de réagir. Je leur recommande sagement de quitter les lieux et de céder le pouvoir aux civils. Pourquoi un CNT dirigé par un militaire ? Quel rôle doit-il jouer dans la cadre de la transistion par rapport au président ? Nous ne voulons pas d’un pouvoir bicéphale et le peuple a beaucoup souffert de la présence des militaires sur la scène politique. Retournez donc dans vos casernes ou si vous le désirez, démissionnez de l’armée et rejoignez les civils sur le terrain politique.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 14:36
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    Je pense que nous sommes sur la bonne voie. Les points de discordances restent mineurs. Je pense que pour un arbitrage équitable avec tous les fils et filles du pays, il faut composer avec les militaires. Cela ne durera qu’un an. Ensuite, ils rentreront dans les casernes. Il faut juste veiller à ce qu’ils n’écrasent les politiciens et que ces derniers deviennent leurs alliés au détriment du peuple

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 14:37
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    tout ce cinéma conforte l’idée que ZIDA est l’homme de blaise

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 14:59
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    Je n’ai pas compris pourquoi l’armée au même titre que les autres composantes n’a pas pris part aux travaux. Cela allait nous éviter cette situation. l’armée a elle seule ne peut pas opposer sa proposition à celle des autres composantes. Pour la taille de l’organe de transition effectivement on peut revoir les nombres à la baisse. Mai pas question que l’armée ess&ai de vouloir jouer les premiers rôles. sa mission dans une république est bien circonscrite et elle devra se contenter comme promu d’assumer se rôle. Zida respecte ta parole et rentre au quartier. Comme quelqu’un l’a évoqué je crains que les choses ne soient téléguidées par KADRE pour ce que vous savez tous.
    Nous restons toujours mobilisés.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 15:08, par ouagadougou
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    je suis parfaitement d’accord avec les militaires l’assemblée na pas son importance dans cette transition budgétivore et division dans les parties pour la désignations des membres

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 15:18, par Le Capitaine
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    Blaise n’est pas encore parti, son ombre est toujours là ! Faites très attention à l’analyse des contre-propositions de l’armée, une armée qui est toujours dirigée par Blaise. Vous pouvez comprendre cela par le fait que Gilbert Diendéré, n°1 du régime de Blaise a accompagné Blaise chez Alassane et est revenu tranquillement au pays, s’assoir aux côtés de ZIDA pour dicter la volonté de l’ex-président !!! Soyez vigilants SVP !
    Pendant ce temps de concertations, propositions, contre propositions et autres, les pistes des dossiers brulants (assassinats, détournements, les secrets, ...) sous le régime de Blaise sont en train d’être brouillées !
    Je pense que la société civile et nos opposants politiques sont en train de se laisser tourmenter les têtes par l’armée et la communauté internationale. Est-ce que nous avons dit qu’il y a problème pour qu’ils viennent jouer au médiateur ? Ils sont plutôt venus nous créer des problèmes.
    De toutes les façons nous, nous essayons à distance d’éclairer les uns et les autres. A bon entendeur, salut !

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 15:18, par vision
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    Les gars, zida est un pion de blaise. je suis sur que actuellement il font toutes les manoeuvres possibles pour faire disparaitre tous les documents et preuves qui pouront les porter prejudice a l’avenir. ils veulent diriger l’assemblée de transition pourquoi ? pourquoi cdp15 opposition 15 militaires 15 ? TROUVER VITE LE CIVIL qui va le remplacer sinon on va tous le regreter. d’ailleur il commence a prendre goût. pour le moment blaise continu de diriger notre pays a distance. on est pasencore sorti de l’auberge dès !!!!!!!!!!!! que ALLAH (swt) nous aide jusqu’au bout. Amen !

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 15:39, par vision
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    Qu’est ce que je disait ; Les americains ont intercepté UNE CONVERSATION DE BLAISE AVEC ZIDA qui a duré 47 MINUTES. c’est aussi un traite. tout porte a croire que cesont des ordres qu’il continu de recevoir desont ex-patron ou protegé dont il etait le garde de corp. je suis ecoeuré rien qu’à entendre cela. linfo est dune source tres fiable.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 15:51, par Gradé
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    pas de militaire un point un trait je ne comprend pas les gens ont ne discute pas Merci pour ce que vous avez fait mais c’est bon le film est terminé

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 15:52
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    pas de militaires au commandement, allez vite dans vos casernes s’il vous plait.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 15:54, par Hailé sélasié
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    Courage à tous les acteurs qui sont à pieds d’œuvre pour cette transition ; le peuple compte sur votre bonne volonté.
    Mais je ne suis pas pour la désignation de Faure Gnassingbé pour dire quoi que ce soit , car il veut aussi tripatouiller sa constitution au TOGO et il est en étroite collaboration avec BLAISE. C’est lui qui a fait venir ces mercenaires pour tuer nos manifestants. ON ne le veut pas au FASO

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 16:02
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    Il faut comprendre qu’actuellement, aucune personne n’a reçu aucun mandat de la part du peuple de faire quoique ce soit (moi pour ce qui me concerne je n’ai donné ma voix à personne).
    C’est pour dire que les personnes que nous cherchons actuellement ont simplement pour rôle d’assurer la continuité de l’Etat et organiser des élections visant à renouveler tous les organes de l’Etat.

    Les corps constitués y compris les Militaires, qui sont chargés de valider la charte ne sont que des groupes ou des associations. Or tous les burkinabé ne sont pas membres dans des associations. Je dirai même que ceux qui sont membre d’association (partis politique, OSC etc. ne représentent même pas la minorité).

    Sur cette base, au nom de quel légitimité, le Président de Transition peut organiser une réconciliation nationale ainsi que les grandes reformes.

    Il appartiendra au Président qui sera élu démocratiquement en 2015 de conduire les reformes majeures car en ce moment là il serait mandaté par la majorité de burkinabé

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 16:03
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    Les gars, si nous durons dans la transition, ce n’est pas bon pour le pays. Aucun investisseur ne va accepter mettre son argent dans un tel pays. Une transition de 6 mois suffit à organiser des élections présidentielles couplées aux législatives. Peu avant, on organise un référendum sur la nouvelle constitution. Ibriga, Loada et Soma doivent s’atteler à cela. Telle est ma contribution.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 16:22
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    je suis parfaitement d"avis avec les militaires il faut vraiment des organes simplifiées pour faire avancer une transition avec une assemblée pour quoi faire. les militaires font parties des masses populaires ne confondez pas tout le monde,pour le moment j’ai foi avec le lieutenant colonel ZIDA s’est un militaire patriote

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 17:04, par WALAY
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    Bonjour à tous. Je pense que la proposition des militaires n’est pas mauvais. Surtout pour le Conseil National de Transition qui est un organe non élu, le terme Assemblée ne sied pas. Du reste la période d’un an est vraiment court pour permettre à la commission de réconciliation de trouver une vérité qu’on a cherché pendant plus de 27 ans. Et comme les militaires cèdent volontairement la présidence de la transition aux civiles, on peut leur concéder la présidence du CNT. WALAY

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 17:10, par ANBGA
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    AEROPORT DE OUAGADOUGOU INTERDIT A TOUS LES CHEFS D’ETAT AFRICAIN JUSQU’A NOUVEL ORDRE !

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 17:35, par SING
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    Je ne peux en aucun cas faire confiance à ZIDA. Vous pensez que si ZIDA n’avait pas le soutient de Blaise il pouvait mettre le chef d’État général des armées à ordre ? Méditez sur ce qui s’est passé le 31 et vous comprendrez pourquoi ce gars m’inspire pas confiance.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 17:53, par Un simple citoyen
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    Ma dernière compréhension de la chose, c’est que la Charte des militaires a été rédigée par Blaise et son camp et envoyé par ses missionnaires que sont Maky Sall et Faure. Ces derniers ne sont d’ailleurs pas prêts pour voir le Burkina Faso sortir facilement de sa crise ; ils veulent voir le Burkina trouble pour aller aussi à l’école de la médiation ; il faut que mon colonel comprenne une fois pour toute, que le pouvoir de Blaise se conjugue désormais au passé et qu’il n’a plus d’ordre à recevoir de ce dernier mais doit s’assumer pour sortir grand comme un Sékouba de la Guinée et non comme un Sanogo du Mali. A bon entendeur salut ! QUE DIEU BÉNISSE LE BURKINA FASO !

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 19:47
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    Ceux qui ont dit a l’ armee de remettre le pouvoir aux civils les premiers jours ou XZida s’est pointe en public ont eu raison trop tot.Les gens ne connaisent pas encore les militaires et ils parlent de leur acorder la bonne foi. Tu vas confier ta bonne foi a quelqu’ un qui a un bougraogo ? Voila ce que cela nous coute de vouloir donner le Bon Dieu sans confession. Quand on disait que Zida etait l’ homme de main de Blaise les gens presses disent que non, qu’ il faut etre optimistes. Moi j’ai fini avec les militaires. ils ne respectent pas les civils. Sinon au nom de pourquoi nous les civils, on va ecrire quelque chose venir vous montrer vous vous allez enlver ce que vous voulez laisser ? Si moi j’ etais la- bas, je refusais cette idee. C’est encore un peu come Blsaise qui reste dans son palais vous inviter de discuter sur le referendum alors que lui - meme il fauit p[artie du probleme. Dans tous les cas, nous sommes on est la. Si on ne meure pas de la militarose, on sera gueri. Les gens ont refuse de reflechir au debut et maintenant les milos nous ont. fallait pas se laisser serrr les colles d’ abord.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 20:46, par Miséricorde
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    Bonsoir mes sœurs et frères Burkinabè,
    Je suis déçu de la tournure que ZIDA est en train de donnée à cette insurrection populaire en incarnant les idéaux et le bon vouloir des forces néfastes qui souhaitent déstabiliser le Burkina Faso.
    Le Burkinabé pensent qu’il y a beaucoup de situations qui nécessitent éclaircissements et réparation, donc un organe de vérité-justice et réconciliation est nécessaire.
    Le Burkinabè pensent que les règles du jeu démocratique sont biaisées et veulent les élaborer sainement donc une assemblé générale de transition est nécessaire pour jeter des bases solides de règles de vie en filles et fils du pays où est la lourdeur dans ça ?
    Le Burkinabè veulent tourner la pages des régimes dirigés par des militaires dépourvu d’honneur et d’idéale du corps militaire où est le problème ?
    A quand la fin des règne par le terreur au Burkina Faso ?

    ZIDA tu es entrain d’emboîter les pas de BC dans son mode de gestion des affaires publiques, parce que tu as les armes que tu gardes à coté pour écouter les gens et brandir les armes s’ils ne disent pas ce que tu veux entendre. Je t’invite à te rappeler des méthodes de ton maitre BC. Tôt ou tard, tu vas payer ?
    Je suis l’un des intervenants à t’avoir inviter à mettre tout en œuvre pour remettre le pouvoir au soir du vendredi 14 novembre 2014 dès lors que tu as minimiser les éventuelles sanctions de l’UA. A 48 h du vendredi, je te relance parce que ton pays aura besoin de toi en 2020.

    Crois moi et laisse le pouvoir. Bonne chance.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 22:47, par Gninlé
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    1) Les personnes qui incarnent l’opposition et la société civile ont des noms et des visages, mais bizarrement on ne connaît ni nom ni visage des personnes qui incarnent la fameuse autorité militaire qui censure des pans entiers de la charte de transition. Pourquoi se cachent-ils ? Les civils ont-ils plus de couilles que les militaires ? Là où il y a un flou, il y a un loup !
    2) La honte serait que le volet vérité et justice passe à la trappe. A-ton oublié que cette révolution populaire est surtout motivée par l’impunité ? Il est évident que les civils auraient dû poser comme préalable l’exclusion des membres du RSP des organes de transition. Car cette milice existait uniquement pour mater le peuple Burkinabè et non pour le défendre contre ses ennemis intérieurs et extérieurs.
    Exclure l’ex-majorité de ces organes de la transition et y admettre les membres du RSP est d’une aberration sans nom.
    Les militaires assassins du RSP, Zida, Diendéré et leurs acolytes, volent en plein jour la victoire du peuple, et les chefs de l’opposition et de la société civile, comme tétanisés, ne pipent mot ! Une nouvelle race de collabos est née sous nos yeux !

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 23:15, par Ablasse
    En réponse à : Je souhaite que le Lieutenant colonel fasse preuve de bon sens

    Salut !
    Pour ma part, je pense qu’il ne devait aucunement avoir de débat sur la transition. Le peuple a fait son travail, alors qu’il en jouisse du fruit. Pourquoi Le lieutenant colonel tient-il à trainer ? Je crois personnellement qu’il a bien organisé la fuite de Blaise COMPAORE et qu’il a eu le temps de faire un nettoyage à la présidence, question d’effacer toute trace d’activité illicite. Donc sa mission est terminée. Le peuple ne lui en voudra pas pour cela parce que nous avons toujours voulu éviter un bain de sang. Je pense qu’il est temps pour lui de s’en aller car le peuple assoiffé de liberté pourra au contraire lui en vouloir de prendre goût du pouvoir qui est comme de la drogue chez nous en Afrique. Si M. L’homme Fort ne se reproche de rien, qu’il facilite et accélère la transition. Mais si jamais il y a quoique qui cloche, qu’il négocie une sortie car nous aimons et voulons la paix !
    Vive le Burkina, Vive ma très chère Patrie !
    Je vous remercie !

    Répondre à ce message

  • Le 13 novembre 2014 à 07:58, par ali
    En réponse à : attention aux propositions des militairesTransition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    Souvenez vous que BC avait qu’il n’etait pas interessé par le pouvoir d’Etat ? Il a fait 27 ans au pouvoir par le mesonge et la tromperie. Donc faites attention à tout ce militaire dit et fait car l’appetit politique vient en rusant avec le peuple. Alors une de plus attention.

    Répondre à ce message

  • Le 13 novembre 2014 à 16:28, par Moïse
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    salut à tous ;
    je comprends les raisons qui poussent les militaires à vouloir tenir au moins un bout dans qui se veut être civile.
    pour mémoire, c’est depuis 1966 que les militaires sont arrivés au pouvoir et ils ont bien pris goût que les bureaux climatisés sont plus agréables que les montagnes de combat et d’exercices militaires.
    je soutiens qu’ils repartent dans les casernes et laissent la transition au civiles. nous ne voulons pas vivre le balayeur balayé du Général Robert Guy en Cote d’Ivoire. Nous sont toujours prêts à descendre dans la rue s’il le faux.

    Répondre à ce message

  • Le 13 novembre 2014 à 17:50
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    tout est claire maintenant, zida roule pour françois et blaise. comment le parti du sang peut-il avoir 15 representants dans leur CNT au meme titre que tous les partis anti modification de l"article 37 réunis ?.
    selon des sources concordantes un vrai coup d"état qui va mettre de coté et juger les dignitaires militaires et civils de l"ancien régime et dissoudre le parti du sang semble être inévitable.
    zida risque de périr à la place de blaise dans cette affaire

    Répondre à ce message

  • Le 13 novembre 2014 à 18:27
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    tout est claire maintenant, zida roule pour françois et blaise. comment le parti du sang peut-il avoir 15 representants dans leur CNT au meme titre que tous les partis anti modification de l"article 37 réunis ?.
    selon des sources concordantes un vrai coup d"état qui va mettre de coté et juger les dignitaires militaires et civils de l"ancien régime et dissoudre le parti du sang semble être inévitable.
    zida risque d"être le mouton de sacrifice à la place de blaise dans cette affaire

    Répondre à ce message

  • Le 13 novembre 2014 à 18:28, par Ambsa Congo
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    Arrêtons de nous torturer l’esprit. Cessons d’être aussi naïfs et regardons la réalité en face.Un militaire est un citoyen qui accepte de sacrifier sa vie active et sa vie tout court pour son peuple,( pas une partie ou un individu ou groupe d’individus). En somme quelqu’un qui est payé pour mourir s’il le faut pour son peuple.A quel moment ces militaires nous l’on démontré pendant les 27 longues années du règne de Blaise Compaoré. Au contraire ils ont tout fait pour l’accompagner contre nous et continuent de le faire. Les seuls militaires qui ont désavoué le defunt régime sont les Commandant Pharmacien Abdoul Salam Kaboré et le Capitaine Boukary Kaboré dit le Lion et ce, au péril de leur vie et de la sécurité de leurs familles. ce N’EST PAS MAINTENANT QUE CES DERNIERS DOIVENT S’IMPLIQUER DANS UN PROCESSUS politique tendant à ramener le pays vers la paix et le progrès. C’est parce qu’il nous manquent le vrai bon sens et le courage que les uns et les autres spéculent sur l’opportunité que ces militaires doivent agir sur le processus en cours.
    Qui a aidé Blaise et ses comparses à échapper aux mailles de la justice burkinabé qu’ il a tant manipulé et sur laquelle il a exercé sévèrement sa propre justice sur des burkinabé qu’il n’a pas créés ?
    Où étaient ces ’’vaillants soldats’’ quand Blaise a transformé ce pays en four crématoire pour les opposants qui ne demandaient qu’un peu de justice pour eux et quand il a organisé le pillage systématique des maigres ressources de ce pays et qu’il faillait aider ce pauvre peuple à sortir de sa faim chronique et sa pauvreté légendaire ?
    POURQUOI COUVRENT ILS TOUS CES criminels qui continuent de narguer le peuple après avoir exfiltrés les plus dangereux ?,
    - Pourquoi n’ont ils pas accompagné le mouvement en montrant clairement qu’ils sont du coté du peuple au lieu de laisser des hommes armés tirer sur lui et enfin pourquoi ne pas assurer simplement la sécurité du vaillant peuple et ses dirigeants qui ont si vaillamment combattus le tyran afin qu’ils puissent conduire notre pays à la vraie dignité et au vrai développement tant souhaité par tous y compris leurs familles qui souffrent le martyr face à ces monstres qui a tant terrorisé ce pauvre peuple qui ne méritait pourtant pas cela ?
    Mes frères arrêtons de jouer à l’avocat du diable face ç des militaires qui ont tronqué leurs tenues de patriotes contre celui de mercenaires à la solde de gens qui ont mis notre pays en ruine sur tous les plans et qui poussent outrecuidance à se faire passer pour des victimes de leurs victimes.

    Répondre à ce message

  • Le 13 novembre 2014 à 19:06, par Tino
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    Salut pour le travail abattu et le sens de patriotisme pour notre chère nation. Pourquoi les militaires veulent toujours nous gouverner ? c’est pas leur rôle. Monsieur ZIDA vous nous aviez promis que tout, j’écris bien ’TOUT’ se décidera a la place de la révolution avec le peuple. Est ce que vous l’avez concerte avant de décider ? ATTENTION a votre popularité qui prend un coup. Pour la justice et la réconciliation je pense qu’il y a lieu de commencer avec le CNT même avec 1 an. IL doit avoir continuité a ce que les dossiers soient transféré a l’équipe démocratiquement élue. Ceux qui ne sont pas d’avis sont peut être ceux qui seront concernés. N’oubliez pas que c’est cette injustice qui nous a amené dans la rue, ATTENTION a ne pas ratte l’aspiration première du peuple. commencont a faire la vérité sur tout, ce n’est pas tôt et trop demander. Dieu bénisse le BURKINA FASO

    Répondre à ce message

  • Le 14 novembre 2014 à 00:45, par Futuriste
    En réponse à : Transition politique au Burkina : les autorités militaires proposent des organes « simplifiés et allégés »

    Soyons réalistes et visionnaires. Les bases d’un avenir radieux n’a pas de prix. Si en un an on doit dépenser autant pour éviter des désastres comme ceux qu’on vient de subir, ça vaut le cout. Imaginons combien perd le Burkina quotidiennement en ces temps de crises. L’indicateur d’un peuple évolué est aussi la qualité de ces dirigeants. Si il est dirigé par les muscles et non par la tète, cela traduit son état primitif. En claire, pourquoi les militaires (exit) la commission "vérité, justice et réconciliation" ? Est-ce parce qu’ils connaissent déjà la vérité ? Ne veulent pas de justice ? Ou n’aiment pas la réconciliation ? Est-ce parce qu’ils veulent à tout prix camoufler, protéger et sauvegarder ?

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés