Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : « Il faut accepter les déceptions passagères, mais conserver l’espoir pour l’éternité. Martin Luther King » 

« La transition a une valeur éducative », dixit Luc Marius Ibriga

Accueil > Actualités > Politique • • mercredi 12 novembre 2014 à 01h22min
« La transition a une valeur éducative », dixit Luc Marius Ibriga

Face à la presse dans la soirée du lundi 10 novembre 2014 à Ouagadougou, Ablassé Ouédraogo et Luc Marius Ibriga ont présenté et défendu l’avant-projet de charte adopté la veille unanimement par l’ex-opposition politique, la société civile, les autorités coutumières et religieuses. A l’occasion, le professeur Ibriga a précisé que la transition politique a une valeur éducative.

En rappel, l’avant-projet de charte a été l’élaboré par un comité de six membres dont Ablassé Ouédraogo de l’ex-opposition politique, Luc Marius Ibriga de la société civile. Cet avant-projet prévoit les organes de la transition dont le président, le conseil national de la transition, le gouvernement, l’Assemblée nationale, le conseil national de défense et de sécurité, la commission de la réconciliation nationale et des réformes.

Ledit avant-projet, a été conçu pour régir une période transitoire de 12 mois au cours de laquelle « il ne faut pas, précise M. Ibriga, faire semblant comme si rien ne s’était passé ; il ne faut pas escamoter les choses  ». Au contraire, il convient, selon lui, de « prendre le temps pour asseoir une véritable réconciliation nationale » sur fond de large inclusion. D’où la place faite à l’ex-majorité pour qu’elle puisse participer à la prise des décisions politiques, notamment au sein de l’Assemblée nationale de la transition. C’est du moins, ce qu’a laissé entendre le Pr Ibirga avec la précision que, « C’est un effort qui a été fait pour les associer parce que nous sommes tous des Burkinabè et l’Assemblée nationale doit refléter la configuration de la société ».
Toutefois, ce pan de la classe politique burkinabè, majoritaire depuis le début du régime déchu, devra se retrouver en minorité au sein de la représentation nationale transitoire. Ce sera l’occasion, de l’avis de M. Ibriga, « pour ceux-là qui pensaient durant 27 ans qu’ils ne pouvaient pas être dans l’opposition, de faire l’expérience de l’opposition ». Et d’ajouter, «  Cela permettra aux uns et aux autres de comprendre que quand on est au pouvoir, on doit gérer en pensant que demain, on peut être dans l’opposition ».

Et l’explication en est, selon lui, que dans une transition, ce ne sont pas ceux qui ont gouverné hier et qui ont commis des erreurs sources de la transition, qui vont venir diriger la transition. Ils doivent se mettre à la remorque de ceux qui ont fait basculer les choses. En sus, ils doivent, de l’avis du Pr Ibriga, répondre de leurs actes. D’où la sous-commission vérité, justice et réconciliation prévue dans le projet de charte (article 20), et qui devra commencer «  à travailler maintenant, même si son travail va continuer après la fin de la transition  ». Avec cette sous-commission, précise M. Ibriga, il est voulu « que dans l’esprit des Burkinabè, chacun sache qu’un jour ou l’autre, il répondra de ses actes  ». Toute chose qui lui fait dire que « la transition a une valeur éducative ».

Fulbert Paré
Lefaso.net

Lien utile : Avant-projet de charte : Un document adopté à l’unanimité par les représentants de l’Opposition politique, de la société civile et des autorités coutumières

Vos commentaires

  • Le 11 novembre 2014 à 11:26 En réponse à : « La transition a une valeur éducative », dixit Luc Marius Ibriga

    Vous vous adjuger la victoire du peuple vous décider de qui va être majoritaire de ce qui est bien pour le Burkina vous excluez les burkinabè de l’extérieure qui sont pres de 10 millions vous vous êtes mais les mêmes causes produiront les même effets wait and see.

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre 2014 à 11:33 En réponse à : « La transition a une valeur éducative », dixit Luc Marius Ibriga

    Les crime économique ou de sang doivent être jugé mais le peuple n’est pas dupe dans ex opposition, comme dans l’ex majorité doivent être aussi entendu et justice doit être faite.

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre 2014 à 11:33, par Bark Biiga En réponse à : « La transition a une valeur éducative », dixit Luc Marius Ibriga

    Merci. Que tous les burkinabés repondent de leurs actes. Si tu merite decoration, tu repondras de ta decoration ; si tu merite la prison, tu repondra de tes actes.... Verité Justice et reconciliation...

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre 2014 à 11:39, par Mathis En réponse à : « La transition a une valeur éducative », dixit Luc Marius Ibriga

    Mon cher Professeur
    Avec tout le respect et la considération que j’ai pour vous, je vous invite à retourner dans vos facultés pour enseigner et laisser les politiques ressoudre leur cuisine interne. Si la charte a une valeur educative, je vous demande de relire bien le document et vous trouverez que la passion et l’esprit de vengeance ont guidé les redacteurs.
    Ablassé ne profite pas de la situation, nous commençons à lire vos intentions, donc nous ne sont pas des dupes dans ce pays.
    Pensez vous que vous representer combien de burkinabé pour valider un tel document ? au nom de qui ? Avez vous quel droit pour faire cela ?
    N’etant pas juriste, mais je pense bien que ce document dans son fond doit être revu avec humulité, pardon et sagesse pour sortir ce pays de cette situation.
    Saviez vous combien de jeunes sont repartis dans le chomage avec cette situation ? Que feriez vous pour eux ? Combien d’emplois ont été crées par vous pour cette jeunesse ?

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre 2014 à 11:44, par sayouba En réponse à : « La transition a une valeur éducative », dixit Luc Marius Ibriga

    vraiment je dirai comme un chanteur "trop parler, c’est maladie" faut laisser parole là et nous trouver le président pour l’amour du ciel, que chacun laisse son égo de côté et trouvez le Président ou la Présidente ! Moi je propose Amina Mousso Traoré qui a été Médiateur du Faso et qui a bien joué son rôle et même très bien et aussi est appréciée de bcp ! vous n’êtes pas obligés d’aller chercher au fin fond d’un quelconque trou pour que tous soit d’accord ! faites un vote comme en bonne démocratie sur un candidat et que la majorité du vote l’emporte ! pffff...assez duré vos blablabla ! les burkinabé attendent et ne veulent pas l’armée en profite pour dire que comme vous n’avez pas trouvé quelqu’un eux ils restent...

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre 2014 à 11:52, par La Concorde En réponse à : « La transition a une valeur éducative », dixit Luc Marius Ibriga

    Les voies de sortie de "crise" sont en train de s’éclaircir pour le Burkina Faso. Continuer de prier de de soutenir les efforts vers la paix nationale. Moi, je ne doute pas que ça va aller. Dieu veille au grain pour que la paix revienne définitivement au Burkina Faso. J’avoue que nous avons dû surprendre même la Communauté internationale à travers notre capacité à nous surpasser et à revenir à la paix. En tout cela, disons merci à Dieu et continuons de travailler dans le bon sens. Je crois que la haine n’est saurait être une qualité quelle que soit la personne contre qui elle est entretenue. Je veux qu’il y ait justice, mais de grâce ne montrons pas de la haine ni envers l’armée y compris le RSP, ni envers les RSS ni envers l’ex-majorité !

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre 2014 à 11:57, par BIBEGA En réponse à : LE TRAITE DE VERSSAILLES A LA BURKINABE

    POUR CEUX QUI SE RAPPELLENT UN PEU DE L’HISTOIRE DE LA PREMIERE GUERRE MONDIALE ,ILS SE RENDRONT COMPTE QUE CETTE CHARTE DE PAR LES CONDITIONS DE SA REDACTION ET DE PAR SES CLAUSES,ELLE S’APPARENTE FORT AU TRAITE DE VERSAILLES OU LA DICTATURE DES VAINQUEURS DU MOMENT.....SOIT QU’EST DEVENUE LA FRANCE EN 1940 ? ........WAIT AND SEE.....ABLASSE ET IBRIGA DES AGENTS EN QUETE DE VISIBILITE SOCIO POLITIQUE.....DOMMAGE POUR VOUS ET SEMBLABLES......

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre 2014 à 12:09, par Yeral Dicko En réponse à : « La transition a une valeur éducative », dixit Luc Marius Ibriga

    Mr Mathis, vous ne voulez pas de bien pour ce pays ! où étiez vous pendant tout ce temps de patrimonialisation du pays tout entier ? De grâce ne donnez pas l’occasion aux bidasses de se poser comme arbitre une fois de plus dans ce pays que nous avons de justement libérer de leur domination depuis 1960 !

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre 2014 à 12:09, par avenir En réponse à : « La transition a une valeur éducative », dixit Luc Marius Ibriga

    Je pense que face à la situation nationale actuelle il est très important que Ablassé OUEDRAOGO assure la présidence de la transition au Burkina Faso. Cela pour diverses raisons : Si on considère que la vocation de la société civile n’est pas le pouvoir d’état mais d’éveiller les consciences, tout ceux qui sont dans cette catégorie sont attendu en tant que techniciens spécialisé pouvant apporter leur expertise dans des domaines spécifiques.
    Considérant que le peuple rejette toute transition militaire,
    Et si on considère encore la classe politique ; en retenant que tout ceux qui ont soutenu le projet de révision de l’article 37 ne peuvent prétendre à la tête de cette transition car étant eux même le noyau du problème ; la seule composante digne de briguer à la tête de cette transition revient soit à un opposant politique ou un indépendant. Or dans le deuxième cas, il est très difficile qu’une personne au Burkina faso qui n’a pas pris parti a quelque part soit connu par le peuple d’où un risque de rejet. Si nous considérons les opposants, on se rend compte que les favoris à une nouvelle élection présidentielle sont entre autre Zepherin Diabré et Rock Marc Christian Kaboré donc ces deux ne voudront jamais compromettre leur chance de devenir président démocratiquement élus. les personnes de carrure qui demeurent au sein de l’opposition sont Me Benewendé Sankara, Laurant Bado et Ablassé OUEDRAOGO et parmi ces trois celle qui maitrise l’environnement internationale et pourrait retenir l’attention de peuple burkinabé est bien Ablassé OUEDRAOGO. Il est celui qui peut réusure cette transition et préparer des élections libres et transparentes dans un délai d’un an. En tant que citoyen lamda, j’apporte juste ma contribution à ce processus salutaire qui enracine la démocratie au Burkina Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre 2014 à 12:10, par Un simple citoyen En réponse à : « La transition a une valeur éducative », dixit Luc Marius Ibriga

    De grâce, pas d’Assemblée Nationale ; le Président de la transition peut signer des ordonnances après concertations avec les autres membres si l’urgence l’exige ; mais épargnez-nous de députés nommés, s’il vous plait. Egalement je soutiens la proposition qui veut que le CNT nomme 4 ministres (Défense, justice, économie, affaire étrangère) et des SG compétents pour gérer les ministères pendant la transition. En ce moment, les membres du CNT (ou le collège de SAGES) font office de membres de gouvernement avec les 4 autres ministres et veillent sur tous les ministères. Si cette option n’est pas possible, que le nombre des membres du gouvernement transitoire soit revu à la baisse (inférieur à 20). Mais surtout pas d’Assemblée Nationale (j’insiste là-dessus). A la limite s’il y a lieu d’aller à la 5ème RÉPUBLIQUE qu’on aille tout de suite et maintenant à travers la correction des faiblesses déjà connues de notre constitution par une Assemblée Constituante et son adoption par un référendum. Que DIEU bénisse le BURKINA FASO !

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre 2014 à 12:23, par john,bf En réponse à : « La transition a une valeur éducative », dixit Luc Marius Ibriga

    Très bien dit. l’ex-majorité devra rembourser les milliards qu’ils ont pillés dans leur fuite. Blaise et François doivent répondre des crimes de sang avant que le vaillant peuple ne songe au pardon.

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre 2014 à 12:23, par ddramous En réponse à : « La transition a une valeur éducative », dixit Luc Marius Ibriga

    bjr
    Mr le professeur par quel droit vous traitez les autres ?sachiez que le Burkina appartient à tous les burkinabé et que ne croyez pas que vous aviez remporté la victoire,pourquoi exclure les burkinabé de l’extérieur ?quand a Mr ablassé restez calme car on vous tien à l’oeil.

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre 2014 à 12:33, par Gaël En réponse à : « La transition a une valeur éducative », dixit Luc Marius Ibriga

    La transition doit réellement avoir une valeur éducative. Les uns et les autres doivent aussi avoir raison gardé être patients. On entend à la radio et on voit dans les télés des groupes de personnes qui pensent déjà à ce qui doit leur revenir ou la prise en compte de leur particularité dans la transition. Le gouvernement de transition comme son nom l’indique,fait une transition mais ne fait pas de promesses de résolution de problèmes des différents groupes sociaux professionnels. Si durant 27 longues années certaines particularités ne sont pas prises,acceptons qu’en une année, 12 petits mois ne suffissent pas pour répondent à des attentes, aussi pressentes soient-elles, surtout si en face il n’y a que des intérimaires et non des titulaires.

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre 2014 à 12:33, par modérateur En réponse à : « La transition a une valeur éducative », dixit Luc Marius Ibriga

    chers amis Mathis
    vous semblé aigris si non la charte est valablement représentatif de toute les classes socio-politiques et même militaire du burkina.
    epargnez nous de votre aigrissme. je vous rappellent que c’est jeunes dont vous parlez aurons un djob quand les railles seront pour le changement apres les elections libres et transparentes qui arrivent.
    tous burkinabés ayant détournés, tués , le contribuable et le peuple se présenteront à la barre et seront traité selon leurs forfaits commis.
    les biens mal acquis seront requisitionnés par l’Etat apres la transition.
    si vous en faites parti je suis désolé

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre 2014 à 12:34, par SY En réponse à : « La transition a une valeur éducative », dixit Luc Marius Ibriga

    MOI JE N’ARRIVE PAS NOS HOMMES POLITIQUES. VOUS DÉFENDEZ VOS PROPRES INTÉRÊTS OU CEUX DE LA NATION ? POURQUOI JE DIS CELA ? JUSTE POUR DIRE QUE VOUS PAREIL QUE BLAISE COMPAORE CAR IL VOULAIT MODIFIER LA CONSTITUTION POUR SE PRÉSENTER AUX PROCHAINES ÉLECTIONS ET LE PEUPLE A DIT NON CAR IL N’EST PAS QUESTION DE MODIFIER LA CONSTITUTION ET EN PRINCIPE IL FAUT LA CONSTITUTION. MAIS A MA GRANDE SURPRISE JE VOIS QUE NOS POLITOLOGUES VEULENT BAFOUER CETTE MÊME CONSTITUTION EN L’ÉCARTANT DANS TOUTES PRISES DES DÉCISIONS. SINON POURQUOI PAS L’APPLIQUER EN DONNANT LE POUVOIR A CELUI QUE LA CONSTITUTION A PRÉVU EN PAREILLE SITUATION ? VOUS VOYEZ QUE LE PEUPLE AVEC LE TEMPS NE VA PLUS AVOIR CONFIANCE AVEC VOUS ? NE VOUS FAITES PAS COMME EX-PRÉSIDENT DU FASO SINON L’OPINION PUBLIQUE ET INTERNATIONALE VONT SE MOQUER DE NOUS. FAITES SAVOIR QUE LE SEUL SOUCI C’EST DE NE PAS LAISSER QUICONQUE TOUCHER A LA CONSTITUTION. SINON NE CROYEZ PAS QUE LE COLONEL VEUT VOTRE POUVOIR MAIS SEULEMENT IL N’A PLUS CONFIANCE A VOUS PAR VOS COMPORTEMENTS. ALORS RESPECTONS NOTRE CONSTITUTION.

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre 2014 à 12:35, par Moaga En réponse à : « La transition a une valeur éducative », dixit Luc Marius Ibriga

    @Mathis, tu n’es pas de ceux la qui ont recu des tablets pour dire des anneries sur les reseau sociaux par harzard ? Si tu as perdu ton emploi que tu tenait par ce que tu es imcapable de justifier tes merites, juste par ce que tu connaissais quelqu’un, eh bien sache que cette epoque est revolu a jamais. C’est vous qui traitiez les honnettes citoyens comme le Pr Ibriga d’aigris quand on denoncait les voleurs et autres irresponsable que tu veux defendre. Estime toi heureux si cette charte est inclusive par ce qu’il n’y a plus de place pour des rancuniers et revanchards comme ton champion qui a fuit avec les biens du pays.esperant echapper a la justice que le peuple digne du Faso faira pour qu’il reponde de ses crimes de sangs et economiques. Pense plutot a t’eduquer pour te donner les moyens de competir dans le monde du travail. C’est fini votre epoque, seuls ceux qui meritent seront placer a des postes

    Sans rancune

    Goama

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre 2014 à 12:40, par Kiema En réponse à : « La transition a une valeur éducative », dixit Luc Marius Ibriga

    Je propose Mr Ablassé Ouédraogo comme président de la transition. Dans tous les cas son parti (Le Faso Autrement) n’a aucune chance de remporter les présidentiels à venir. Cette transition lui permettrait d’être au moins président quelques instants en attendant que son parti grandissement et fasse une compétition sérieuse dans 5 ou 10 ans.
    De plus il est compétent, a déjà géré un grand ministère et connaît bien le dossier.

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre 2014 à 12:48, par soumpougdou En réponse à : « La transition a une valeur éducative », dixit Luc Marius Ibriga

    C’est une victoire du peuple. A bas les usurpateurs de pouvoir. Tout le monde va répondre de ces actes. Même les opposants car vous n’êtes pas propres aussi. De mon avis la charte est exclusive. .Pourquoi une assemblée. ..Pourquoi le titre V... vous voulez aussi rassembler vos amis pour manger. Ça va pas ce passer comme ça. .le peuple burkinabe c’est 15.000 000 au burkina et 10.000.000 à l’extérieur. Pourquoi ces derniers sont ils exclus. .

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre 2014 à 12:51, par modérateur En réponse à : « La transition a une valeur éducative », dixit Luc Marius Ibriga

    burkinabé de l’extérieure vont faire quoi dans une transition de 12 mois ?
    repondez moi ?
    vous voulez un minitère ou vous voulez jouez le bilatéral ?
    c’est juste pour 12 mois.
    Je pense qu’au lieu de se focaliser sur les postes de la transition c’est le contenu qui doit variment etre la préoccupation majeur du peuple
    car ceux qui veulent le pouvoir n’ont qu’a commencer à reflechir sur leurs campagne ! car cette campagne n’a pas la même couleur que toutes les autres passées.
    c’est une campagne ou la raison primera sur la passion, ou le programme primera sur l’expression ou la passé des uns sera leur handicaps
    politiciens vous avez beaucoups à faire donc ne sauter pas sur la transition.
    laissez les professeurs et autres ecrirent les conditions qui vont mettre le burkina sur les principes de bonnes gouvernances et de pouvoir bien partager pour que l’equilibre donne de la force à notre system.

    mêm pour le président de la transitionmoi je pense qu’il faut faire un programme stricte avant de trouver un president.
    de ce point de vue cet president viendra manager un prograamme donc d’où qu’il vienne ne posera plus de problême

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre 2014 à 13:01, par Mr Coulibaly En réponse à : « La transition a une valeur éducative », dixit Luc Marius Ibriga

    LA "CIVILIFICATION" du coup d’etat doit etre evite’e !
    Le document propose’ ici, n’est pas meilleur que la constitution !

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre 2014 à 13:10, par Raogo En réponse à : « La transition a une valeur éducative », dixit Luc Marius Ibriga

    Vous savez la perfection est seule l’œuvre de Dieu, dont le consensus doit être la règle pour sortir le peuple Burkinabè de cette situation difficile.

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre 2014 à 13:12, par YIRMOAGA En réponse à : « La transition a une valeur éducative », dixit Luc Marius Ibriga

    L’ex- majorité n’a pas quelqu’un d’autre que BC ? hors BC ayant démissionné ou fuit, selon, ils doivent observer le debat à l’écart ? le débat actuel ne les intéresse pas pour le moment ? Ils doivent reconstituer leur parti et solliciter des militants à nouveau. Quant à l’armée, ceux qui voudraient faire la politique abandonnent la tenue. Parce que dans l’institution militaire y a pas de contradiction. C’est oui chef.Or ce sont pas les chefs qui s’agitent autour du CLN ZIDA ? Que le CLN remette l’affaire et retrouve ses camarades ou part pour un stage puisque c’est la règle pour règler des cas de ce genre ? Le debat politique aux politiciens, les armes aux militaires pour la défense du territoire et non la contradiction qui va se terminer en tuerie ?

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre 2014 à 13:13, par TS En réponse à : « La transition a une valeur éducative », dixit Luc Marius Ibriga

    Je remercie l’équipe d’élaboration de cet avant-projet de charte pour le travail abattu. Cependant je pense qu’avoir une assemblée de 90 membres seraient de trop dans la mesure c’est une période transitoire. Il faut éviter au maximum le favoritisme partisan qui peut être source d’une autre situation que personne ne souhaite au Faso. cette victoire est au peuple mais cela ne veut pas dire que ce gouvernement de transition doit être composé de tous les burkinabè parce que tout le monde a participé à la lutte : Cette phrase parait banale mais très importante !

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre 2014 à 13:22, par le vigilant En réponse à : « La transition a une valeur éducative », dixit Luc Marius Ibriga

    comme quoi, les gens sont toujours animés par leur esprit manicheen. J’aimerais que monsieur IBRIGA me dise de qui il detient la legitimité pour parler de la sorte ? Je demande à lex majorité de se retirer des instances de la transition au vu des propos de ce monsieur et de ceux de maitre SANKARA. Ainsi ils dirigeront la transition et on verra. Que lex majorité mobilise ses troupes dans les campagnes et autres localités et on verra quelle sera la nature de cette transition. Je demande à larmée de se demarquer de ces maximalistes qui sont entrain de gripper la machine administrative.

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre 2014 à 13:24, par Hermann En réponse à : « La transition a une valeur éducative », dixit Luc Marius Ibriga

    C’est une très belle initiative. Il faudra que ce sous comité fasse son travail. Plus jamais de crime de sang et économique dans notre pays. Ce qui a engendré la situation que notre cher pays vit aujourd’hui c’est précisément ces actes ignobles et intolérables que des burkinabé ont posé et aujourd’hui ces personnes veulent qu’on oublie et faire table rase du passé. Non !!! Si tu as posé un acte coupable il faudra répondre de ces actes et ne crie pas que c’est de la vengeance. Comment un criminel ou un voleur veut qu’on lui pardonne s’il ne reconnait pas ses torts ? Nous voulons tout simplement la vérité et rien que la vérité !!!

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre 2014 à 13:28, par Adams Ben Kramer En réponse à : « La transition a une valeur éducative », dixit Luc Marius Ibriga

    qu’est ce qu’il a pu bien faire de mal ce Prof. Il a dit sa pensée et immediatement vous l’attaquez. Au BF on sait seulement critiquer sans jamais faire des propositions. Il faut faire un débats d’idées et non s’en prendre aux personnes.
    Je regrette infinement les destructions d’ usines et autres à Bobo et Ouaga : c’est le peuple qui pert toujours. Les militaires qui n’ont pas tiré sur le peuple voudront leur part du gateau : vous pensez qu’ils l’ont fait gratuitement ? Il faut savoit faire la politique mes gars !
    Kramer

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre 2014 à 13:29, par Chef Bankolé En réponse à : « La transition a une valeur éducative », dixit Luc Marius Ibriga

    N’oublier pas la diaspora svp !

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre 2014 à 13:33, par lOBSERVATEUR En réponse à : « La transition a une valeur éducative », dixit Luc Marius Ibriga

    Vu l’esprit qui anime ces opposants et les membres de la societe dite civile , je propose que l’armee prenne les 50 postes ,les autorités coutumières et religieuses 10, lex majorité 10, lex opposition 10 et la societe dite civile 10 ainsi personne ne l’aura emporté sur l’autre. Sans élections , nulle ne peut dire quil est plus representatif que lautre camp. Ainsi à egalité on verra qui est qui. Cest la base des fondements de la reconciliation sinon à defaut ,ca sera la porte ouverte à linstabilité. Une question au professeur IBRIGA et si lex majorité refusait votre offre que ferriez vous ? Que ferra l’armée ? Ayez le triomphe modeste personne ne vous a mandaté pour diviser les burkinabe en deux camps celui des mechants (ex majorité) et celui des bons dont vous etes le chef de file

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre 2014 à 14:16, par Pas AN En réponse à : « La transition a une valeur éducative », dixit Luc Marius Ibriga

    Pas d’Assemblée Nationale !
    Assemblée Nationale = Sénat = Budgetivore

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre 2014 à 14:17, par sid-yaa soama En réponse à : « La transition a une valeur éducative », dixit Luc Marius Ibriga

    faisons d sorte que nous ne perdons pas trop de temps.avant qu’on ne parle de transition,je vs rapel qu’il yavait tant de dossiers ossi important.la non satisfaction de certains,on va encor ns amener.....bn atendeur slt !

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre 2014 à 14:21, par Charte au dessus constitution ? En réponse à : « La transition a une valeur éducative », dixit Luc Marius Ibriga

    La charte de la transitation a la meme valeur que les conclusions du CCRP elle n’engage que ses six redacteurs et ses commenditaires.
    Il faudra tot ou tard revenir a un systeme constitutionel et permettre a qui de droit de mener la transition comme au Mali.

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre 2014 à 14:23, par KaderSom En réponse à : « La transition a une valeur éducative », dixit Luc Marius Ibriga

    Moi je voudrais seulement savoir où sont passés les véhicules de l’Etat que Blaise a emporté lors de sa fuite, c’est quand même le patrimoine de l’Etat. On peut lui concéder deux ou trois véhicules mais une soixantaine c’est quand même trop.

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre 2014 à 14:34, par RAWA En réponse à : « La transition a une valeur éducative », dixit Luc Marius Ibriga

    Maintenant, c’est un travail de techniciens qui se fait. Le professeur est un technicien du droit. Je vous en prie, que les analphabètes se taisent et qu’ils laissent les techniciens finir le boulot.

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre 2014 à 14:44, par tienore En réponse à : « La transition a une valeur éducative », dixit Luc Marius Ibriga

    Certes, la transition a une valeur éducative mais je pense à mon humble avis que ceux qui ont conduit le pays dans cette situation n’avaient l’amour du prochain.
    Je souhaite que ceux qui vont conduire cette transtion aient la crainte de Dieu. Sinon ils vont rendre compte ici-bas et dans l’au-déla.
    Que Dieu benisse le Faso

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre 2014 à 15:04, par La vérité koudougou En réponse à : « La transition a une valeur éducative », dixit Luc Marius Ibriga

    Pour faciliter les travaux de la sous-commission nationale vérité, justice et réconciliation, construisez un Tribunal de Grande Instance à Sapouy ayant pour rôle de juger les crimes de sang et crimes économiques.
    Quand un fonctionnaire commence à voler, on le dira : "tu connais ou se trouve Sapouy ?" Automatiquement il saura ce qu’on veut qu’il comprenne.
    Courage à tous, mais soyez surtout très vigilent.

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre 2014 à 15:06, par Gaoussou En réponse à : « La transition a une valeur éducative », dixit Luc Marius Ibriga

    - MATHIS toi qui connais, va alors tout faire et nous imposer un président de transition on va voir ! En un tour de main et sans que tu ne te rendes compte, on t’aurait broyé les choses. Tu crois que nous plaisantons ? Finie la plaisanterie et les trirailleries inutiles !!!

    Gaoussou

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre 2014 à 15:25, par Etienne Traore En réponse à : « La transition a une valeur éducative », dixit Luc Marius Ibriga

    Mr Ibriga,arretez de jouer aux liberateurs.Liberer de qui et de quoi,c,est cette elite la aigrie pleine de haine vivant dans l,amertume qui est a l,origine de ce pays dont certains arrives au quai.tel les RSS,Ablasse et Zeph,des purs produits du cdp jusqu,en janvier 2014.Qu,est ce que cette classe dirigente peut proposer au Faso de nouveau si ce n,est tirer les ficelles de haine.Laissez la jeunesse prendre le relai pour un Burkina d,esperance et de fraternite et non un Burkina de fratricide et de paricide.Heureusement nous avons notre armee qui sait prendre les bonnes decisions.Que Dieu venisse le Faso

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre 2014 à 15:28, par garikoi En réponse à : « La transition a une valeur éducative », dixit Luc Marius Ibriga

    Mr DDRAMOUS
    Vous croyez sincerement qu.on peut integrer les Burkinabe de l’exterieur a ce processus maintenant. Vous etes plus nombreux que ceux qui votent sur place ! votre temps viendra et expediter beaucoup d’argent au Faso pour la reconstruction. Merci

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre 2014 à 15:36, par Eveline Kiswensida En réponse à : « La transition a une valeur éducative », dixit Luc Marius Ibriga

    Bonjour à tous,

    Cher professeur, notre lutte contre l’ancien régime n’était pas une lutte contre une personne mais contre un système. Et notre lutte n’est pas finie. Je voudrais ici DENONCER CETTE CHARTE :
    1- DOUZE MOIS C’EST TROP : Il ’agit bien d’une transition, il n’est pas question que celle-ci dure 12 mois pour x ou y raisons.
    2- CETTE CHARTE TRAHIT L’OBJET DE LA TRANSITION : D’où viens t-il cette idée d’UNE ASSEMBLEE NATIONALE non élus par les burkinabé ? On n’a l’impression que cette charte est rédigée pour permettre à une élite des mouvements populaires du 30 octobre de se payer sur notre lutte. ATTENTION !!!!!!!!!!!! PERSONNE, ENTENDEZ BIEN PERSONNE, N’A LE DROIT DE SIEGER COMME PARLEMENTAIRE SANS ETRE ELUE AU SUFFRAGE UNIVERSEL DIRECTE. Il y a eu insurrection populaire. Un mouvement insurrectionnel ne se traduit pas mathématiquement par "la majorité des burkinabé". ATTENTION ! Un mouvement à Ouagadougou à renversé Blaise avec l’accord de l’armé. De là à se croire légitime pour s’octroyer un parlement non élu par la nation, il y a un pas à ne pas franchir. Comment du reste un organe transitoire, sans statut constitutionnel et à la limite de la légalité, peut-t-il prendre des décisions modifiant nos lois, et notre constitution. NON IBRIGA ! revoyez la copie.
    3- UNE CHARTE POUR DES HOMMES FORTS ? Le projet de charte semble vouloir éterniser la transition. Pourquoi un GOUVERNEMENT DE TRANSITION (qui plus est de 25 membres) ? POURQUOI UNE COMMISSION VERITE RECONCILIATION PENDANT UNE TRANSITION ? Cette commission que je pense nécessaire, doit cependant être mise en place par les autorités prochainement élus. Soyons sérieux Mesdames et Monsieurs les représentants des partis politiques de l’opposition et de la société civile. Vous profiter d’une transition pour préparer vos futures campagnes électorales avec la bénédiction de nos représentants de la société civile. Représentant de la société civile ne signifie pas élu du peuple, et la société civile n’est pas le peuple. Notre soulèvement contre la dictature des Compaoré est en train d’être dévoyé !!!!!!! J’espère que le conseil constitutionnel rejettera une telle charte !

    Eveline Kiswensida

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre 2014 à 15:57, par wendyam En réponse à : « La transition a une valeur éducative », dixit Luc Marius Ibriga

    Les deux bouffons de la REPUBLIQUE pensent être les éclaireurs de la Nation. Cette charte est une oeuvre parce que écrite par des aigris et des revanchards. Il n’y a pas de complexe à avoir face à ces intellos de paille. Tant que la transition ne se fera pas avec de la justice et de la justesse c’est une illusion de parler de paix ou de quoi. Le CFOP et ses OSC ont brûlé ce pays avec leurs vandales. Blaise et certains de son entourage se sont trompé mais ceux qui se veulent des hommes du moment sont encore plus dangereux pour notre avenir. Et que dire de me SANKARA qui pour tout explication au criant déséquilibre dans la répartition de leur assemblée dit "il faut qu’ils gouttent eux -aussi aux délices de l’opposition" Quel genre d’homme peut être un aussi simple d’esprit. Si les militaires laissent faire la catastrophe n’est pas loin.

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre 2014 à 15:59 En réponse à : « La transition a une valeur éducative », dixit Luc Marius Ibriga

    ils ont fait un travail très salutaire. c’est un travail de qualité. pour tous ceux qui pensent que ce texte a été rédigé avec un esprit de vengeance se trompent. tous les acteurs de la vie nationale y compris ceux qui ont trahi la nation burkinabé en voulant attenté à sa constitution. ont donné leur contribution. la preuve est que la charte a été adoptée en plénière.
    Pour les Burkinabés qui se plaignent de n’avoir pas été pris en compte dans le processus en cours, et je pense que c’est bien légitime, je veux dire que la situation à l’interne est d’autant plus compliqué en ce moment. mais la transition prendra en compte les burkinabés de l’étranger. aucun fils de ce pays ne sera plus en marge dans ce processus que je veux que nous allions vite et bien.

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre 2014 à 15:59, par wendyam En réponse à : « La transition a une valeur éducative », dixit Luc Marius Ibriga

    Les deux bouffons de la REPUBLIQUE pensent être les éclaireurs de la Nation. Cette charte est une oeuvre parce que écrite par des aigris et des revanchards. Il n’y a pas de complexe à avoir face à ces intellos de paille. Tant que la transition ne se fera pas avec de la justice et de la justesse c’est une illusion de parler de paix ou de quoi. Le CFOP et ses OSC ont brûlé ce pays avec leurs vandales. Blaise et certains de son entourage se sont trompé mais ceux qui se veulent des hommes du moment sont encore plus dangereux pour notre avenir. Et que dire de me SANKARA qui pour tout explication au criant déséquilibre dans la répartition de leur assemblée dit "il faut qu’ils gouttent eux -aussi aux délices de l’opposition" Quel genre d’homme peut être un aussi simple d’esprit. Si les militaires laissent faire la catastrophe n’est pas loin.

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre 2014 à 16:02, par Loé En réponse à : « La transition a une valeur éducative », dixit Luc Marius Ibriga

    Bien dit mon Prof.

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre 2014 à 16:04, par lOBSERVATEUR En réponse à : « La transition a une valeur éducative », dixit Luc Marius Ibriga

    luinion africaine par la voix de son representant a rejeté votre charte on fait quoi maintenant. Que lex majorité se retire et IBRIGA va assurer la transition avec sa bande de copains

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre 2014 à 16:12, par lOBSERVATEUR En réponse à : « La transition a une valeur éducative », dixit Luc Marius Ibriga

    luinion africaine par la voix de son representant a rejeté votre charte on fait quoi maintenant. Que lex majorité se retire et IBRIGA va assurer la transition avec sa bande de copains. Il faut absolument reintegrer lex majorite avec la place qui lui revient. Assurer la securite des premiers responsables stabiliser le pays afin de pouvoir relancer la machione administrative. Cest ce qui permettra douvrir les enquetes afin de juger les auteurs des crimes de sang et autres crimes economiques en commancant par les ZEPH , ABLASSE et les RSS.

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre 2014 à 16:34, par doudouno le cobra En réponse à : « La transition a une valeur éducative », dixit Luc Marius Ibriga

    Ibriga tu nous pompes l’air.Tu fait parti de ces intellectuels qui n’ont jamais rien apporté a ce pays sauf du verbiage creux.
    Quand à toi Ablassé tu doit tout à Blaise Compaoré.Dit nous d’où vient ta fortune.
    Toi,Roch,Salif, Simon chacun doit nous dire d’où vient ces milliards avant de nous faire les leçons de morales.
    Aussi pourquoi une assemblée dans une transition et au nom de quel règle le partage des sièges.
    Vous commencer à nous décevoir

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre 2014 à 17:01, par kaboré En réponse à : « La transition a une valeur éducative », dixit Luc Marius Ibriga

    Ibriga, brigand, pour la paix dans notre pays tu ne peux parler comme un justicier. Non seulement tu es nul comme enseignant, mais tu es un médiocre politicien sinon tu serai un élu même dans une opposition. Laisse le peuple et retourne te réformer à la fac.

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre 2014 à 17:42, par Matador En réponse à : « La transition a une valeur éducative », dixit Luc Marius Ibriga

    La transition a une valeur éducative... Et toi c’est quelle valeur éducative tu véhicules QUAND TU DONNE DES CENTAINES DE ZÉRO A TES ÉTUDIANTS EN FAC DE DROIT ??? Comme tu as échoué dans l’enseignement tu veux faire amende honorable en politique. Mais tu sembles oublié le dicton qui dit chasser le naturel il revient au gallo. Ta médiocrité te suit car ça se lit dans tes propos. Tache de ne pas oublier que tu n’est pas dans un amphi quand tu t’adresse aux journalistes ; remue trois fois ta langue et réfléchi 100 fois avent d’ouvrir ta bouche. La politique n’est pas un lutte contre des personnes ; c’est un combat d’idées, de vision, de programme, etc... Associer le CDP et ses alliés et une obligation ; et ce n’est pas vous ni un groupuscule qui décide du degré d’association.

    A mon avis l’ex majorité doit refuser cette offre de prendre part à la transition et préparer sereinement les élections à venir

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre 2014 à 17:53, par sandokan En réponse à : « La transition a une valeur éducative », dixit Luc Marius Ibriga

    Chers internautes, à lire certains il me semble que les germes d’une certaine haine est entrain de faire surface. Faisons attention à ne pas "tirer" les uns sur les autres au moment où nous sommes sur le point de bâtir un Burkina nouveau. Que certains expriment leur colère face aux sorties hasardeuses de ceux qui nous ont entraîner dans la situation actuelle peut se comprendre. Mais que chacun tire à boulets rouges sur ceux qui ont la volonté de mettre leur compétence au service de la nation ne me semble pas correcte. Sachant raison garder et prions pour que la transition soit conduite à son bon terme et que nous en sortions plus unis que jamais.

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre 2014 à 18:05 En réponse à : « La transition a une valeur éducative », dixit Luc Marius Ibriga

    Nos frères sont morts les mains nues, cela démontre à quel point ils étaient pacifiques c’étaient des hommes de paix, de pardon...c’est quel esprit de revanchard qu’on retrouve dans cette charte ? De grâce notre lutte ce n’est pas pour que vous réglez vos comptes personnels sinon on sait que vous êtes tous issus du système déchu, vous avez juste été malins...Mon cher prof si cette transition a une valeur éducative et pourquoi avez vous exclu les perdants ? Je crois que le pardon fait partie de toutes les éducations et c’est de là qu’on connait la grandeur d’un Homme...

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 02:33, par Ziwentaore En réponse à : « La transition a une valeur éducative », dixit Luc Marius Ibriga

    Je suis tout à fait de l’avis de Monsieur IBRIGA. J’irai plus loin encore pour souligner le caractère impératif et urgent d’une rééducation de la société burkinabè qui a subit 27 ans durant, une inversion radicale des valeurs morales qui constituent le socle de toute communauté humaine. Vous conviendrai aisément avec moi que depuis l’arrivée des COMPAORE au pouvoir, ils sont parvenus à convaincre une bonne partie des HOMMES INTÈGRES que : le crime paye ; le bien mal acquis profite bel et bien ; le voleur ou autre truand est l’exemple de réussite sociale et l’honnête celui de l’échec etc.... Il nous faut d’urgence travailler à rétablir ces valeurs de base si nous voulons vraiment aider ce peuple. Et le premier pas de cette éducation ne peut se faire que par la JUSTICE et LA SANCTION de tous ce, qui jusque là ne perçoivent pas leurs fautes monstrueuses envers ce peuple. Si nous évaluons ou gérons mal le contentieux du régime COMPAORE, ce peuple est perdu à tout jamais.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 06:21 En réponse à : « La transition a une valeur éducative », dixit Luc Marius Ibriga

    Haaaa la politique ! voilà que facilement certains se découvrent des âmes de chef d’Etat Mr Ablasse ne rate aucune occasion sur les ondes pour se faire de la publicité il mélange tout, RFI, OMEGA, la presse écrite ect..... Le 30 il était assis à l’Assemblée pour le vote et aujourd’hui il se fait vedette des médias. Même si tout est une question d’opportunité, la modestie voudrait que chacun reconnaisse ses limites. Ablassé et Ibriga sont des chercheurs de noms surtout le premier il veut étoffer son CV pour ensuite se balader de par le monde pour un poste à l’international, l’ OMC n’a rien donné.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 08:21, par Kertchi En réponse à : « La transition a une valeur éducative », dixit Luc Marius Ibriga

    quelle assemblée encore. vous parlez de la participation de l’ex majorité ?Juste pour une transition ? vraiment ? ça commence à me faire peur cette histoire. Ils ne doivent pas participer à aucun organe de la transition. Qu’il attendent d’abord. vous commencer à nous fatiguer.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 10:05, par sawadogo besida En réponse à : « La transition a une valeur éducative », dixit Luc Marius Ibriga

    mr kabore, mathis et etienne ; vous êtes tous qui pour juger de ibriga. ce professeur a toujours denoncer le regime clanique dont vous êtes issu. quand les gens marchaient pour liberer le pays où etiez vous ? si vous aviez perdu la tête du taureau accepter de prendre la queue.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 11:57, par RAWA En réponse à : « La transition a une valeur éducative », dixit Luc Marius Ibriga

    HEE L’observateur, on sait déjà qui est qui dans cette affaire. L’ex majorité comme tu dis a perdu contre le peuple mené aujourd’hui par les partis d’opposition et la société civile. Vous êtes toujours dans vos rêves quand tu préconise 10 postes pour ton ex majorité. Vous n’aurez pas un seul poste, bande de voleurs et de tueurs. Réveillez vous, c’est fini fini fini............

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 13:15, par zak En réponse à : « La transition a une valeur éducative », dixit Luc Marius Ibriga

    ayant un discours de paix, on ne peu avoir mieux que ceux qui sont devant les choses actuellement ;si c’est le contraire que ceux qui peuvent mieux faire ce manifestent.Arretons les insultent afain que l’ex majorité n’est pas raison en pensant qu’on va pas faire mieux.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 15:24, par Ziwentaore En réponse à : « La transition a une valeur éducative », dixit Luc Marius Ibriga

    Rééduquer le Peuple
    Je suis tout à fait de l’avis de Monsieur IBRIGA. J’irai plus loin encore pour souligner le caractère impératif et urgent d’une rééducation de la société burkinabè qui a subit 27 ans durant, une inversion radicale des valeurs morales qui constituent le socle de toute communauté humaine. Vous conviendrai aisément avec moi que depuis l’arrivée des COMPAORE au pouvoir, ils sont parvenus à convaincre une bonne partie des HOMMES INTÈGRES que : le crime paye ; le bien mal acquis profite bel et bien ; le voleur ou autre truand est l’exemple de réussite sociale et l’honnête celui de l’échec etc.... Il nous faut d’urgence travailler à rétablir ces valeurs de base si nous voulons vraiment aider ce peuple. Et le premier pas de cette éducation ne peut se faire que par la JUSTICE et LA SANCTION de tous ceux, qui jusque là ne perçoivent pas leurs fautes monstrueuses envers ce peuple. Si nous évaluons ou gérons mal le contentieux du régime COMPAORE, ce peuple est perdu à tout jamais.
    ZIWENTAORE

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 17:07, par yamkaye En réponse à : « La transition a une valeur éducative », dixit Luc Marius Ibriga

    Le roi a fui vive le roi, au Burkina le roi et avec lui certains des dignitaires de son régime comme s’ils manquaient du solide entre les jambes, ont pris à grandes enjambée la clé des champs à la manière de vulgaires rats surpris entrain de chaparder du soumbala.C’est le prix de l’entêtement et de l’orgueil qu’ils ont payé sans jamais attendre la monnaie ;une fuite différente de cette du lion de 1987.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2014 à 18:24, par BONGO En réponse à : « La transition a une valeur éducative », dixit Luc Marius Ibriga

    Mes respects professeur
    Je vous connais lucide mais ici là, je doute si vous n’êtes pas toujours dans la passion des jours de notre victoire (faire partir Blaise). Faites donc attention car vous ne saviez pas ce qui peut advenir dans 20 ans. C’est la bouche des autres qui les a eu. Parlez avec modération et sans passion. L’équité veut que ce semblant d’assemblée qui ne représente rien, (qui les a voté ?) soit plutôt une instance ou il n’ y a aucune majorité à priori. L’armée a donc raison de vouloir être celui qui défend tous les citoyens burkinabé. Parler de délégitimer les anciens gourous, ce ne sont pas les théories de l’université, vous ne pouviez pas décider à la place des autres, mon cher professeur. Ça n’arrive pas qu’aux autres. Un autre jour peut arriver.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Sondage d’opinion « Présimètre » : Roch Kaboré obtient 4,91 sur 10 pour sa 3e année de gouvernance
Demande d’extradition de François Compaoré : Les commentaires du gouvernement burkinabè sur la décision de la Cour d’appel de Paris
Crise au conseil municipal de Gourcy : « Nous serons désormais obligés de nous défendre contre nos agresseurs » (Responsable provincial des jeunes du MPP)
Loi sur le vote des Burkinabè de l’étranger : Les Burkinabè d’Espagne s’insurgent contre les missions d’explication
Politique : Le PDS/Metba se prépare pour les élections de 2020
Réseau des femmes Leaders : Projecteurs sur la participation politique de la jeunesse féminine burkinabè
Gestion 2017 du gouvernement : Une « dégradation des indicateurs » dans la gestion financière et comptable
Bonne gouvernance : La présidence du Faso et le Premier ministère donnent l’exemple !
Loi sur le vote des Burkinabè de l’étranger : Des missions d’explication dans 38 pays
Marche du 29 novembre 2018 : Paul Kaba Thiéba charge les organisateurs
CHRONIQUE DU GOUVERNEMENT : Pour un secteur plus compétitif et plus professionnel
Vie politique nationale : L’Alternance patriotique panafricaine (APP/Burkindi) a effectué sa première rentrée politique
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés