Sayouba Traoré : Les priorités de la Transition

lundi 10 novembre 2014 à 13h24min

Quand on prépare un accouchement, tous savent que l’épisode qu’on s’apprête à vivre va imposer des contraintes au corps de la future maman. Mais on se rassure en se disant que, de toutes façons, il le faut. Et puis les médecins assurent que les choses rentreront dans l’ordre après l’épreuve. Dans la vie politique nationale, nous sommes dans une semblable situation. Un inédit qui impose des choix et des réajustements. Avec des priorités incontournables.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Sayouba Traoré : Les priorités de la Transition

Première et importante priorité : nous ne devons pas louper la Transition. Il faut y mettre toutes nos forces et toute notre détermination. Car toute ménagère sait qu’on ne peut pas balayer sur une natte. Il faut d’abord saisir cette natte à pleines mains et la secouer fortement. Ensuite, on entreprend le travail de nettoyage. Secouer la natte, l’actualité récente vient de le réaliser, avec ses héros et ses mauvais perdants. Nous incombe le travail de nettoyage nécessaire. Et il importe de mettre un terme à la longue succession de rendez-vous manqués. Les autres qui réussissent à le faire dans leur pays ne sont pas plus intelligents que nous. Nous avons fait les mêmes bancs des mêmes écoles.
Renouveau, Redressement, Salut national, Révolution, Rectification, puis processus démocratique ne sont que des masques successifs. Si bien que le processus démocratique qui vient de s’achever brutalement ne pouvait abuser que ceux qui avaient intérêt à l’être. On voyait très nettement qu’il n’y avait pas de démocratie au Burkina Faso. Tout simplement parce que les conditions ne sont pas réunies pour que la démocratie puisse se matérialiser dans ce pays. Les différentes élections qui ont eu lieu depuis Juin 1991 n’ont été que de pauvres cache-sexe. Et ce ne sont certainement pas les différentes révisions constitutionnelles qui vont convaincre de la bonne volonté des tenants du pouvoir défunt à instaurer une réelle démocratie.
Aujourd’hui, nous sommes devant une tâche cruciale. Et il devient nettement évident que les choses doivent évoluer différemment. Nous devons aborder et discuter les questions qui fâchent : le rôle de l’armée, la construction d’institutions réellement démocratiques, une fonction publique neutre, une presse véritablement libre, une opinion publique citoyenne. Mais tout cela passe par l’instauration et le libre fonctionnement d’un Gouvernement de Transition conduit par des civils. Il ne s’agit pas d’ostraciser qui que ce soit. Mais à chacun son rôle et à chacun sa partition. C’est une question de bon sens : on ne peut pas discuter avec un frère muni d’une kalachnikov.

Le Gouvernement de Transition

Présidentielles, législatives ou territoriales, les différentes consultations électorales de l’ère Compaoré laissent un souvenir amer dans la bouche de chacun d’entre nous. Soit parce qu’on se sent volé, soit parce qu’un voleur ne peut manquer de se sentir un jour tiraillé par sa propre conscience. Pourquoi ? Tout simplement parce que « Blaise ne pouvait pas perdre ». Si un président sortant ne peut pas perdre une élection, c’est que celle-ci n’est en rien démocratique. Il arrive un moment où le maquillage ne suffit plus à filouter le prétendant. Et c’est justement l’expérience de ces élections tronquées qui a provoqué la méfiance vis-à-vis du référendum, puis cristallisé le rejet de cette consultation. Et dans le camp présidentiel, la résistance populaire a entraîné un syndrome de citadelle assiégée, puis dans les têtes un réflexe de sclérose.
Tout le monde est d’accord là-dessus. Ce qu’il faut aujourd’hui, pour amorcer enfin un début de renaissance, c’est un Gouvernement de Transition. Il ne s’agit nullement de permettre aux autres de « profiter à leur tour ». La question, vitale et incontournable, est : « un Gouvernement de Transition comment et pourquoi faire ? ». Gouvernement de Transition parce que c’est une étape nécessaire pour conjuguer les efforts en vue du relèvement national. L’erreur serait de vouloir solder aussi précipitamment les comptes du passé. Cela viendra nécessairement en temps opportun. Gouvernement de Transition enfin parce qu’il s’agit de travailler pour sorti r une fois pour toute des pouvoirs d’exception, déguisés ou mal maquillés. Il s’agit de poser ensemble les bases de notre devenir commun. Un devenir que nous souhaitons équitable et apaisé.

Une constitution véritablement démocratique

En juin 1991, de guerre lasse, l’opposition coalisée dans la CFD a dû se contenter des demi¬-mesures et des faux-semblants contenus dans le projet de constitution. On savait ce texte imparfait, et même dangereux sous certains aspects, mais on a été obligé d’accepter l’os que le parti présidentiel de l’époque octroyait généreusement. Ce texte a donc été adopté. Aujourd’hui, on a pu juger cette constitution à l’usage. Le président sorti avait beau jeu de « jurer solennellement de défendre la constitution », puisqu’il s’agit d’une loi fondamentale qu’il s’est taillée à ses mesures.
L’une des tâches les plus urgentes de ce Gouvernement de Transition, c’est de travailler au toilettage de la constitution. Il s’agit de fixer une fois pour toute, les responsabilités et les prérogatives de chaque corps de l’Etat. Mais avant tout, il s’agit de remettre le citoyen au centre de la vie politique du pays. Parce que le seul pouvoir véritablement démocratique, c’est celui qu’on gagne sur décision des citoyens et celui qu’on perd sur décision des citoyens. Le reste, c’est du carnaval qui nous a déjà été imposé.

Refonder les institutions

Les citoyens voient la république à travers les agents de l’Etat. Cela est très certainement réducteur, mais c’est aujourd’hui une grande partie de la réalité. Nul, parmi les Burkinabè, ne peut vraiment se dire concerné par ce qui se passe à Ouagadougou. Même dans la capitale, il n’est pas rare d’entendre ces propos chargés de sens : « c’est entre eux là-bas ». Du reste, on considère qu’il est irresponsable d’aller se mêler d’affaires « qui ne vous regardent pas ». Le rédacteur de ces lignes a très souvent reçu le conseil « d’avoir à faire attention ». Il est vrai que le mois d’octobre 2014 a changé sensiblement la donne.
Il reste, cependant, que le Gouvernement de Transition doit travailler à refonder les institutions. On ne peut sérieusement demander à une équipe de faire l’éducation civique de la population en une année. Mais il faut poser les garde-fous nécessaires pour les femmes et les hommes chargés de faire fonctionner les organes de l’Etat. A commencer par l’armée, la fonction publique, la magistrature.

Le rôle de l’armée

C’est là une question importante. Une question si cruciale qu’elle hypothèque toute réflexion concernant l’avenir de notre pays. Et même quand le peuple se soulève, c’est toujours l’armée qui garde la haute main sur les affaires. Il se trouve que nos professeurs nous ont dit que dans une République normale, avec une constitution normale qui fixe la place de chacun et le rôle de chaque institution, le rôle de l’armée c’est la défense du territoire et de ses habitants. C’est pourquoi, lorsqu’il y a une crise politique majeure risquant de dégénérer, on fait appel à l’armée pour « rétablir l’ordre républicain ». Comment faire quand cette armée devient elle-même un parti politique, ou quand une fraction de cette armée nationale devient le service d’ordre du parti présidentiel ? La question n’est pas anodine. Elle n’est pas dénuée de sens non plus. Il n’est pas certain que nos militaires eux-mêmes soient fiers du rôle de loups-garous que les politiques leur réservent.
Ce ne sont pas des accusations en l’air. Il suffit de regarder autour de soi. Qui peut expliquer pourquoi on a besoin d’un Régiment de Sécurité Présidentielle, alors que nous avons une gendarmerie, la police, les compagnies républicaines de sécurité et la garde républicaine ? Et pourquoi la sécurité pour le président tout seul ? Ce n’est pas sans raison que le rapport du collège des sages a préconisé en son temps le recasernement du Conseil de l’Entente.
Notre armée doit retrouver sa fonction première et retrouver sa dignité à travers la noblesse de sa mission de défense nationale, et surtout de neutralité dans les joutes politiques. Tant que cela ne sera pas fait, nous ne pourrons jamais établir une pleine démocratie.


La fonction publique

Le corps des fonctionnaires forme la main-d’œuvre dont l’Etat a besoin pour faire marcher ses institutions. Si on veut que les institutions soient au service du citoyen, il est nécessaire que le fonctionnaire soit apolitique dans l’exercice de ses fonctions. Qui peut imaginer un seul instant un médecin refusant de soigner les citoyens qui ne seraient pas membres du même parti politique que lui ? Comment imaginer un policier refusant de porter secours à un citoyen victime d’agression, au prétexte qu’il ne partage pas ses idées politiques ou ses convictions religieuses ? Cela ne se peut. Et cela ne doit pas être. Et pourtant !

Partout, dans les pays africains où des élections ont eu lieu, il y a eu la revendication d’une Commission Nationale Électorale Indépendante (CENI). L’organisateur naturel d’un scrutin, c’est la fonction publique. Et l’arbitre naturel d’une consultation électorale, c’est la magistrature. Si on demande un autre arbitre, qui plus est qualifié « d’indépendante », c’est bien parce qu’on ne fait pas confiance à cet organisateur naturel et encore moins à cet arbitre naturel.
Et c’est en vertu de cette situation que le Gouvernement de Transition doit travailler à redonner à la fonction publique son rôle premier. Pour ce qui est de notre magistrature, il y a tellement de choses à dire qu’on pourrait y consacrer un livre. Son rôle est central et sa pourriture est avancée.

Une presse véritablement libre

On peut entraver la liberté de la presse par plusieurs procédés. La mise à mort : cas de Norbert Zongo. Le chantage à l’emploi : les syndicats peuvent en témoigner. On peut vous octroyer toutes les autorisations nécessaires et vous doter du matériel adéquat. Mais en prenant soin de vous priver d’argent pour le fonctionnement quotidien. Les journalistes qui doivent faire des reportages à pied ou par d’autres moyens similaires sont légions dans notre charmant pays.

Cela n’est pas sans conséquence. Car si la presse ne peut pas faire son travail, cela prive le citoyen d’informations. Il se trouve que chacun de nous a besoin de la bonne information pour se faire une idée de ce qui se passe dans le pays. Si la presse n’avait pas fait son travail, aucun groupe de manifestants n’aurait pu agir efficacement, car tenu volontairement dans l’ignorance des intentions et actions du président sorti. En tout cas, il ne fallait pas compter sur la presse d’Etat.
On va tenter de résumer. Le carburant qui fait tourner la République, c’est la démocratie. Or la démocratie suppose la liberté. Et ce qui sous-tend cette liberté, c’est l’égalité pour tous. « Un homme, un vote ! », disait feu Nelson Mandela. Et tout cela est possible à cause de la liberté de la presse.
Dans ce volet, deux tâches essentielles attendent le Gouvernement de Transition. Permettre aux citoyens un libre et égal accès à l’information, et assurer aux journalistes les conditions pour un exercice libre de leur métier. Bien sûr, l’Etat ne va pas distribuer de l’argent et du matériel aux organes de presse. Mais le journaliste a besoin de savoir qu’il ne sera pas bastonné ou tué en faisant tout simplement son métier.


Le Chef de l’état

C’est à cause de ce poste que tous les malheurs nous sont tombés dessus. C’est à cause du fauteuil présidentiel qu’un homme martyrise ses semblables et se tient prêt à tuer son peuple. On ne doit plus permettre à la femme ou à l’homme qu’on y installe de devenir une sorte de Tarzan doté de tous les pouvoirs. Il n’est plus possible d’avoir un président chef de tout et de tous. Un homme de qui tout procède. Un homme magnifiquement solitaire dans sa toute puissance.
Des mécanismes existent pour limiter cette toute puissance. On doit désormais les activer et les surveiller avec la plus grande vigilance. Un président « propriétaire de tous les dossiers », ce n’est plus possible !

Les États Généraux de la Nation

Redonner son rôle à l’armée, reconstruire des institutions réellement démocratiques, rebâtir une fonction publique neutre, une presse véritablement libre, la liste des objectifs est certainement plus longue. Le cadre qui permettrait de donner des orientations au Gouvernement de Transition, ce sont les États Généraux de la Nation. Cadre de réflexion réunissant tout ce que la nation compte d’intelligence humaine et d’expériences, cette instance à une double mission : tirer les leçons du passé et définir les modalités de sortie de la période d’exception.

Tirer les leçons du passé, c’est travailler avec lucidité et sans passion. Lucidité parce que rien ne doit être tabou. Sans passion parce que le but recherché c’est la justice et non la vengeance. La justice ouvre la voie à la réconciliation ; la vengeance ouvre la voie à d’autres vengeances.

TRAORE Sayouba
Écrivain, Journaliste

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 10 novembre 2014 à 14:34, par youblobissan
    En réponse à : Sayouba Traoré : Les priorités de la Transition

    Que les intellectuels lisent et relisent ce ce écrit car tous les coups fourrés viennen d’eux. Tout y est. C’est une bible pour les chrétiens, le coran pour les musulmans et fétiches pour les religions traditionnelles.
    Que chacun sache que rien ne sera plus comme avant . Celui qui voudrait poser un acte contraire aux intérêts du peuple qu’il pense à la date du 30/10/2014

    Répondre à ce message

  • Le 10 novembre 2014 à 14:51, par Ouedraogo oumar
    En réponse à : Sayouba Traoré : Les priorités de la Transition

    Mon frère tu as bien parlé. C’est comme si tu as vécu ça à Ouahigouya avec nous même.

    Répondre à ce message

  • Le 10 novembre 2014 à 15:26, par Passeck
    En réponse à : Sayouba Traoré : Les priorités de la Transition

    RAS. Je suis tenu en respect par ce Monsieur
    Je penses sincèrement que cette révolution nous accorde la chance de montrer aux yeux du monde que le Burkina Faso peut faire l’exception.
    Par la volonté, la sagesse et la grandeur des membres des différents organes de la transition, à commencer par :
    1. le président, qui devra être objectif et oeuvrer pour le peuple,
    2. le premier ministre qui se dictera une vision pour combattre les maux les urgents sur la période d’une année (injustice, la corruption, la laxisme, l’incivisme ect...) en choissant des hommes de poigne, doter d’une grande intégrité (et je lance un appel aux partis poltiques de penser d’abord à l’intéêrt général du peuple durant cette période en facilitant l’utilisation de leurs ressources humaines hautement compétentes, sans égo)
    3. l’Assemblée Nationale de Transistion qui devra proposer une nouvelle constitution qui primera une vraie séparation de pouvoirs (exécutif, legislatif, judiciaire), offrira une plus grande liberté à la presse.

    Ainsi il auront en une annnée poser les jalons d’un pays africain dont tout le monde doutait de la capacité de ses hommes. Ils auraient fait du bien à notre génération et aux générations futures.

    Répondre à ce message

  • Le 10 novembre 2014 à 15:33
    En réponse à : Sayouba Traoré : Les priorités de la Transition

    "Le corps des fonctionnaires forme la main-d’œuvre dont l’Etat a besoin pour faire marcher ses institutions. Si on veut que les institutions soient au service du citoyen, il est nécessaire que le fonctionnaire soit apolitique dans l’exercice de ses fonctions. Qui peut imaginer un seul instant un médecin refusant de soigner les citoyens qui ne seraient pas membres du même parti politique que lui ? Comment imaginer un policier refusant de porter secours à un citoyen victime d’agression, au prétexte qu’il ne partage pas ses idées politiques ou ses convictions religieuses ? Cela ne se peut. Et cela ne doit pas être. Et pourtant !" sans commentaire !
    Les politiciens qui viendront après Blaise Compaoré, doivent faire mieux que ce dernier

    Répondre à ce message

  • Le 10 novembre 2014 à 16:17, par Salifou
    En réponse à : Sayouba Traoré : Les priorités de la Transition

    Bien dit, c’est le moment ou jamais. Cette transition est une opportunité de penser "les choses biens" et contraindre les futurs élus, dirigeants à bien faire leur Job. Cela évitera les abus mais aussi le mordel que nous connaissons actuellement dans l’administration publique.

    Répondre à ce message

  • Le 10 novembre 2014 à 16:24, par Sid Payii
    En réponse à : Sayouba Traoré : Les priorités de la Transition

    Monsieur Traoré, je m’incline et je pense qu’il est temps pour vous de prendre votre disponibilité à RFI pour apporter votre contribution à la construction de la chose commune ! Vous nous éclairez nous, vos lecteurs, mais il faut un rappel quotidien aux gérants de la future transition afin d’éviter que la gestion des instances ou de l’après transition ne les permettent pas de voir certains éléments évoqués vos écrits. Grand frère, aidez nous à sortir définitivement de la médiocrité et être vraiment un exemple pour d’autres nations africaines !

    Répondre à ce message

  • Le 10 novembre 2014 à 16:37
    En réponse à : Sayouba Traoré : Les priorités de la Transition

    Merci Monsieur TRAORE pour la contribution.

    Je voudrais ajouter ceci :
    * Que tous ceux qui sont à la retraite y aillent réellement pour laisser la place aux jeunes pour qui’ils s’affirment eux aussi.

    * Mettre tout en oeuvre pour arrêter cette corruption galopante.

    *Résoudre rapidement certains problèmes de l’éducation en construisant des écoles et des lycées et en renouvelant les tables-bancs...

    Si l’équipe de transition est déterminée, elle n’aura que du travail. Du courage. Nous allons la soutenir par le peu que nous pourrions apporter comme contribution.

    NB : que les campagnes politiques se fassent désormais sur fonds propres et que les biens du peuple soient destinés aux intérêts communs.

    *

    Répondre à ce message

  • Le 10 novembre 2014 à 17:01, par wendenda3
    En réponse à : Sayouba Traoré : Les priorités de la Transition

    Que Dieu vous bénisse et vous éclaire d’avantage la lanterne afin que vous puissiez toujours contribuer a l’éveil de conscience dont nous ,peuple africain, avons tant besoin. Merci encore pour votre contribution inestimable.

    Répondre à ce message

  • Le 10 novembre 2014 à 20:38, par diaspora
    En réponse à : Sayouba Traoré : Les priorités de la Transition

    Vous de la société civile du Burkina, société politisée civilement, vous devez être aveuglé par la soif du pouvoir, dans aucun pays normal, un appel à candidature pour assurer une transition n’est faisable. Votre rôle a-t-il été inversé ?le rôle de contre pouvoir veut le pouvoir ?
    Vos volontaires doivent attendre en 2015 ou la candidature indépendante est admise.
    Nous voulons un civil capable pour nous sortir de la crise et selon notre culture, si c’est un vieux sage expérimenté, il ne vous suivra pas dans votre appel fou de candidature comme c’était un concours
    Si nous l’identifions c’est à nous d’aller vers cette personne la supplier pour qu’il aide notre nation.
    Soyez sérieux 21 candidats pour diriger une transition.
    Vos contractions internes 4 jours 4 présidents ,Appel à candidature ridicule ,6 ou 21 candidats pour un président de transition ,votre volonté d’exclusion des acteurs nationaux et surtout de la diaspora ,un droit constitutionnel ,vos tergiversations ,me permettent de dire au lieutenant Isaac ZIDA de s’entourer des sages et nous choisir un bon président civil et laisser ces calculateurs .Je suis avec un coopérant actuellement qui rit de nous ,et à moi de poser une question ,les organisations civiles divisées d’ailleurs de OUAGA seules , peuvent elles imposer leur vue à tout le BURKINA ?ZIDA COURAGE .

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre 2014 à 10:48
    En réponse à : Sayouba Traoré : Les priorités de la Transition

    Moi je te propose comme président de la transition. Je te lis depuis et je puis dire que tes écrits m’ont beaucoup aidé à comprendre la situation actuelle de mon pays. Tu es mon président. Courage

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre 2014 à 16:06, par Afô
    En réponse à : Sayouba Traoré : Les priorités de la Transition

    Sayouba écrivait un article en pleine insurrection populaire pour demander au Gal Traoré d’aller "jusqu’au bout ". Personne ne souhaite que l’armée reste au pouvoir, cela ne veut pas dire que personne n’en a besoin

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés