Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Aucune cause juste ne peut être servie par la terreur. Kofi Annan» 

Rendons aux civils ce qui est aux civils !

Accueil > Actualités > Opinions • • mercredi 5 novembre 2014 à 16h38min
Rendons aux civils ce qui est aux civils !

Blaise Compaoré a été contraint de quitter le pouvoir par un soulèvement populaire que l’opposition démocratique et le mouvement citoyen ont suscité et encadré pour parvenir à ce premier objectif. Les sacrifices ont été lourds et le nombre élevé de victimes témoigne de l’acharnement mis par l’ex-président et le CDP à vouloir conserver le pouvoir.

Le sang versé par ceux qui ont eu le courage suprême d’affronter les hommes de main de l’ex-président, issus notamment du RSP dirigé par Diendéré et les siens, nous impose non seulement un devoir de mémoire, mais surtout un devoir d’action républicaine, car il serait intolérable que ces morts l’aient été pour que rien ne change en profondeur dans notre pays.

Que le mouvement citoyen reprenne sa place

Blaise Compaoré est parti, mais il faut garder à l’esprit que la situation reste critique et que rien n’est encore gagné. Atteindre un objectif, même majeur, ne signifie pas que la guerre soit gagnée. Le premier constat, c’est que l’opposition démocratique, comme nous l’avons déjà dit à maintes reprises, a toujours eu un temps de retard sur les événements. Elle a été comme surprise par la rapidité avec laquelle la situation a évolué le 30 octobre et n’avait pour ainsi dire rien à proposer pour éviter que ne s’installe le vide. Car voilà le plus grand des dangers actuels, le vide, dont ni les institutions démocratiques, ni le Peuple ne peuvent se satisfaire, tant il laisse la porte ouverte à tous les opportunistes avides, y compris par ceux qui viennent d’être chassés du pouvoir, de s’accaparer le pouvoir vacant, par tous les moyens, notamment de la ruse en passant par le coup de force militaire,

Le second constat, c’est que le mouvement citoyen a réellement été en pointe sur le terrain pour affermir la détermination du Peuple et déstabiliser les bases du régime par des actions civiques d’un grand courage. Cette dynamique a propulsé le mouvement citoyen au devant de la scène, le conduisant à s’impliquer politiquement dans la situation de vide qui prévaut depuis le départ de Blaise Compaoré, au point de sembler damer le pion à l’opposition démocratique. Une position inédite qui n’est pas sans risque, au regard de la nature et de la légitimité des organisations censées représenter la société civile pour faire prévaloir un point de vue plus large et consensuel. À terme, le mélange des genres pourrait être porteur de plus d’inconvénients que d’avantages et il convient donc que chacun reprenne rapidement la place et le rôle qui lui reviennent.

Qui est la marionnette de qui ?

Le troisième constat, c’est que le vide créé par le départ de Blaise Compaoré a immédiatement placé l’armée dans le rôle d’ultime recours pour faire face au chaos, qui a parfois été appelée à le faire par les manifestants eux-mêmes. Pourtant la position de l’armée est sujette à caution, car les balles qui ont tué le 30 octobre ont été tirées par certains de ses membres. A noter que l’essentiel de des hauts gradés de l’armée doivent leurs galons et leur poste au binôme Compaoré/Diendéré et à leur régime militaire pseudo-démocratique, ,. Les intérêts corporatistes dans la gestion du pouvoir politique ne s’accommodent pas vraiment d’un régime dirigé uniquement par des civils. L’armée doit faire partie du processus de transition démocratique qui s’ouvre, mais elle doit le faire selon le rôle qui est le sien dans une nation républicaine et sans jamais que la force armée dont elle dispose soit un moyen de bloquer l’expression de la volonté populaire. Ils se trompent ceux parmi les militaires qui pensent qu’ils pourraient confisquer le bénéfice de cette insurrection populaire où ils n’ont versé aucune goutte de sang —hormis le sang des manifestants qui ont été tués par leurs balles. A priori donc, aucun membre des forces armées ayant participé à ces tueries ou appartenant à la chaîne de commandement ne devrait participer au comité civil de transition, ce qui exclut de facto le général Diendéré et tous les officiers qui sont sous ses ordres.

Le quatrième constat, c’est que le départ de Blaise Compaoré est pour l’instant un départ théorique, sur le papier, fait à coup de communiqués, puisque personne ne sait réellement où il est, avec qui et selon quelles intentions, même si les rumeurs et informations véhiculées le loclaisent en Côte d’Ivoire. Il en est de de même pour ses principaux lieutenants, en l’occurrence François, Diendéré, Bassolé…, qui, même restant dans l’ombre ne demeurent pas moins à la tête de forces disposant de puissants moyens d’action. Nous devons aussi marquer une certaine méfiance vis-à-vis des cetainsl pays voisins, notamment le Ghana, le Togo, la Côte d’Ivoire qui sont les refuges naturels de l’ex-président en fuite et de ses fidèles, qui gardent un silence complice. Nous pensons particulièrement à , la Côte d’Ivoire et sa réserve d’ex-rebelles hébergés et gâtés par le binôme Compaoré/Diendéré qui est une source d’inquiétude pour notre transition démocratique, d’où pourrait venir rapidement des actes d’ingérence, voire pire. Il en est de même pour la France, qui, à la surprise de tous, faisait décoller hier un avion d’Air France sans crier gare —alors que notre espace aérien était fermé aux autres compagnies— et sans que l’on sache qui se trouvait réellement à bord de l’avion… Toute cette confusion démontre que ce qui se passe en coulisse est au moins aussi important que ce qui est visible, et que selon toute vraisemblance, le régime de Blaise Compaoré continue de tirer certaines ficelles du jeu qui est en train de se jouer au Burkina Faso, sans qu’on puisse encore savoir, qui parmi les acteurs en présence est la marionnette de qui. Les nouvelles concernant la fuite des dignitaires du régime et de leur famille vers tous les pays limitrophes alors que nos frontières sont fermées donnent la mesure des complicités dont ceux-ci disposent au sein de l’appareil d’État, de l’armée et de la police…

Le dernier constat, c’est que les puissances internationales présentent dans notre pays ainsi que les organisations sous-régionales semblent quelque peu embarrassées par la disparition subite de l’un de leurs meilleurs alliés, d’où ce silence de plomb et ces émissaires envoyés tardivement, lorsque la messe est dite. Cette disparition bouleverse leur plan stratégique et les oblige à revoir leur propre dispositif politico-militaire dans la région, alors que sur le terrain des opérations ces puissances étrangères peinent à obtenir des résultats définitifs. Il ne faut pas s’y tromper, dans ce contexte, les enjeux démocratiques passent derrière les considérations géostratégiques, et ces puissances internationales, au premier rang desquelles figure la France, préféreront toujours mieux discuter avec des militaires qu’avec des civils, ce que doivent déjà faire leurs nombreux attachés et conseillers militaires au sein de nos différents états-majors. Avec ou sans Blaise Compaoré, le Burkina Faso reste le terrain de jeu de ces puissances, qui ont vendu des tonnes d’armes à ce régime et qui ont des intérêts à défendre, bien avant d’y avoir des amis et des idéaux à y porter.

Instaurer un comité civil de transition démocratique

Voilà donc, à nos yeux, les 5 leviers qui agissent sur la situation qui prévaut au Burkina Faso depuis la vacance du pouvoir annoncée par Blaise Compaoré. Si les intentions réelles de Blaise Compaoré et les manœuvres des puissances internationales restent obscures et ne dépendent pas de nous tout en nous appelant à la plus grande vigilance, en revanche le Peuple qui a marché pour la défense de son droit à l’alternance attend que l’opposition politique, la société civile et l’armée encadre de façon responsable et sincère la transition démocratique qui s’amorce. On peut le regretter, mais force est de constater que la légalité constitutionnelle n’est tout simplement plus opérationnelle dans son ensemble et que ceux qui s’obstinent à vouloir respecter cette légalité à tout prix ne font qu’amplifier le vide, lequel engendre le chaos dont certains ne tarderont pas à tirer avantage pour reprendre les choses en main de façon brutale. Du moment où la transition démocratique n’est inscrite dans aucun de nos textes fondamentaux, notre devoir à tous est de l’inventer au jour le jour.

Il faut garder comme objectif le retour le plus rapide possible à des formes et à un fonctionnement constitutionnels de notre société, mais il faut aussi accepter que pour y parvenir il convient de passer par un consensus entre les forces vives de notre mouvement démocratique. Lorsque vous avez oublié vos clefs à l’intérieur de votre maison, allez-vous attendre indéfiniment un serrurier qui ne viendra pas, ou au contraire allez-vous passer par la fenêtre pour ensuite repasser normalement par la porte ? Aujourd’hui, au Burkina Faso, passer par la fenêtre signifie mettre en place sans délais un comité civil de transition démocratique qui assurera un équilibre entre les composantes de l’opposition démocratique, de la société civile et des forces armées. Laissons aux civils ce qui est aux civils, puisque c’est eux et eux seuls qui ont conduit cette insurrection, pendant que les militaires tergiversaient et tentaient de garantir une solution de continuité avec leurs chefs suprêmes, le binôme Comparoé/Diendéré.

Fixer un cadre républicain de fonctionnement

Mettre entre parenthèse la constitution ou la suspendre partiellement ne signifie pas qu’on l’oublie et qu’on fasse n’importe quoi. Au contraire, rien n’empêche à ce comité civil de transition de s’inspirer, dans son action, des règles constitutionnelles essentielles et consensuelles et de fonctionner pour le reste dans le cadre républicain qui est et demeure la maison commune de tous les acteurs responsables de la crise. Force est de constater que si notre constitution, comme d’ailleurs dans n’importe quel contrat de droit privé, comportait des dispositions de crise intégrant la mise en place et le fonctionnement d’un organe civil de transition démocratique, nous ne connaîtrions pas aujourd’hui de vide constitutionnel et l’armée ne jouerait pas le rôle de messie…

Le comité civil de transition qui sera mis en place doit être transparent, autant dans sa composition que dans son fonctionnement, et doit s’appliquer à rendre la situation lisible pour l’ensemble du Peuple, qui sera sans doute sans pitié si ses espoirs sont déçus ou trahis. La premier point est de mettre fin à ces querelles autour des fonctions en décidant que ce comité civil de transition agit collectivement et que par conséquent il exerce collectivement les fonctions régaliennes de l’État, éventuellement à travers un directoire plus restreint. En second point, ce comité civil doit demander à toutes les forces vives de la Nation, au premier rang desquelles figurent l’armée et la société civile, de rétablir l’ordre public et de garantir la sécurité des personnes et des biens. En troisième point, ce comité doit s’assurer de la loyauté des différents représentants de l’État vis-à-vis de la transition démocratique en cours et prendre les mesures qui s’imposent, à l’intérieur du pays comme à l’extérieur, pour que les risques qui pèsent sur la pérennité de cette transition et les acteurs du changement soient levés. En quatrième point, il convient de bloquer la fuite à l’étranger de tous ceux qui ont des choses à se reprocher, et avec eux les milliards détournés, en instruisant la justice de prendre des mesures conservatoires et en limitant les transferts de capitaux.

Rien n’est perdu, mais rien n’est encore gagné !

Mais la véritable mission de ce comité civil est de conduire le Peuple dans les meilleures conditions à des élections démocratiques qui redonnent à notre pays une assemblée nationale et permettent de remettre intégralement en lice notre constitution. Il faut le faire dans des délais raisonnables, mais sans précipitation et sans céder au chantage de ces puissances étrangères et de ces organisations internationales qui faisaient la sourde oreille quand nous étions sous le joug de leur ami dictateur, pour que les différents scrutins soient incontestables et que l’on se concentre ensuite sur l’essentiel, le changement en profondeur de notre pays, de son économie, de sa justice, de son éducation, de son système de santé. Car pour éradiquer définitivement le régime de Blaise Compaoré et son cortège de crimes, d’injustices et de misères, pour éviter qu’il ne renaisse sous d’autres formes avec les mêmes conséquences pour les citoyens, il faut supprimer les conditions socio-économiques qui en sont à l’origine et le faire dans un cadre éminemment démocratique. C’est notre fonction à nous, acteurs de la société civile, de rappeler à tous les partis politiques que le Peuple fait des révolutions pour vivre mieux au quotidien, dans une société apaisée où chacun exprime ses opinions sans risquer sa vie, en profitant collectivement des richesses nationales qu’il tire de son travail et de son génie. Non, le Peuple ne chauffe pas le lait, pour que d’autres, en particulier des gradés sortis tout droit de la cuisse du binôme Compaoré/Diendéré, le boivent à sa place !

C’est le message du 30 octobre 2014, et c’est ce message dont doit s’inspirer le comité civil de transition démocratique et avec lui toutes les forces vives de notre pays. Rien n’est perdu, mais rien n’est encore gagné, loin de là, tant les risques de déstabilisation intérieure et extérieure sont grands. Ce qui est sûr et certain, c’est que le Peuple regarde ceux en qui il a placé sa confiance après avoir tant sacrifié au cours de cette journée du 30 octobre, en l’occurrence l’opposition démocratique, le mouvement citoyen et l’armée nationale, qui n’ont pas le droit de manquer ce rendez-vous historique. Enfin, il faut se rappeler qu’en politique, ce n’est pas ce que l’on dit qui compte, mais ce que l’on est et ce que l’on fait. C’est ce critère qu’il faut appliquer à tous les acteurs de la crise pour démasquer les usurpateurs qui continuent de rouler pour le régime du binôme Compaoré/Diendéré.

Le Président du Comité Exécutif
Evariste. Faustin. KONSIMBO

Vos commentaires

  • Le 5 novembre 2014 à 17:26 En réponse à : Rendons aux civils ce qui est aux civils !

    "dans la phase critique actuelle de notre transition, nous devons avoir de la patience avec nos frères militaires qui se sont installés au pouvoir. Ils sont là pour nous accompagner comme ils ne cessent de l’affirmer. En effet, demander aux civils de trouver un chef d’Etat, je puis vous assurer que vont éclater au grand jour les ambitions démesurées des uns et des autres et des palabres à n’en pas finir alors que le temps urge !"

    Répondre à ce message

  • Le 5 novembre 2014 à 17:32, par wendyam En réponse à : Rendons aux civils ce qui est aux civils !

    KOSSIMBO PARLE DE CE QUE TU CONNAIS IL NE FAUT PAS PROFITER

    Répondre à ce message

  • Le 5 novembre 2014 à 17:43, par Anita Manour En réponse à : Rendons aux civils ce qui est aux civils !

    Merci pour cet écrit. nous devrions nous mettre à l’esprit que même si la bataille est gagnée ,il reste la guerre qui ne l’est pas encore. je reviens sur certains de vos commentaires. en effet, nous devrions toujours faire très attention à ce qui peut provenir de l’intérieur comme de l’extérieur du pays, et qui pourrait être source de nuisance pour nous. Blaise, même ayant quitté le pouvoir peut constituer une source de nuisance future pour la stabilité du pays. Ma plus grande inquiétude se situe surtout au niveau de l’ingérence internationale. je veux parler ici de la France qui n’a jamais fait de cadeau à ses néo-colonies. quand bien même nous savons que ses intérêts égoïstes,malpropres et indignes priment sur certaines valeurs universelles. Méfions-nous de cette hypocrite et traitre de la France qui installe de gré ou de force des valets locaux à sa solde , une fois que nous aurons décidé de reprendre la clé de notre trésor.
    Possédant des greniers de trésor dont nous n’avons jamais été possesseurs des clés, par le Dieu des cieux et de la terre, soit maudit l’occident dans ce monde ici bas et dans l’au-delà. Et que la Géhenne soit son repos éternel !

    Répondre à ce message

  • Le 5 novembre 2014 à 17:47, par toto En réponse à : Rendons aux civils ce qui est aux civils !

    on ne part pas au marché avant de décider de qu’on va acheter mais on y part avec un objectif précis. par la pression, nous( opposition politique, osc, syndicats) avons fait parti Blaise mais qui était prêt pour s’asseoir sur le fauteuil que Blaise a laissé ? Nous n’étions pas préparés à présider la vacance du pouvoir. Alors laissons ceux qui étaient préparés à assurer l’intérim. Ouvrons l’œil et le surtout le bon avec les médiateurs qui peuvent nous pourront nous jouer un sale tour.

    Répondre à ce message

  • Le 5 novembre 2014 à 18:13, par Dieudonné En réponse à : Rendons aux civils ce qui est aux civils !

    Vraiment que celui qui a compris ce verbillage creux m’explique un peu. qu’estce qu’il a bien voulu dire pour se rendre "intéressant ?

    Répondre à ce message

  • Le 5 novembre 2014 à 20:26, par Gbapo En réponse à : Rendons aux civils ce qui est aux civils !

    vous devez toujours rester debout, n´ecoutez personne, ils veulent vous faire endormir Avec des propositions mieleuse.
    Feu Sankara vous alors appris a travailler de vos mains et de faire de vous un peuple fier.
    Chers freres, ne baissez Point les bras ; tenez bon.
    je vous encourage.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Tribune : Comment faire émerger la prochaine génération d’entrepreneurs en Afrique ?
Statut valorisant du monde de l’Education : Quand la guerre des corps prime sur l’intérêt général !
Tribune : De l’indépendance des pays africains, mais quelle indépendance ?
Burkinabè de tous les bords, vous êtes des anges
Burkina : Le PNDES selon l’homme d’affaires Salomon MBUTCHO
Renaissance de l’institut des peuples noirs : Aux origines du projet
Hausse du prix du carburant : Le Burkina s’enfonce inexorablement dans la crise, selon Ablassé Ouédraogo
L’humeur de Sayouba Traoré : « Pauvre Afrique ! »
Nos internautes ont du talent : Polémique sur la paternité de l’échangeur du nord
Tribune de Moussa ZERBO sur le besoin de grue dans la commune de Bobo-Dioulasso
La noblesse du combat des éléments de la GSP et la « débâcle » de notre ministre de la Justice (Paul Kéré)
« Mesdames et Messieurs, en vos titres et grades, tout protocole respecté », une aberration protocolaire selon l’Ambassadeur Mélégué Traoré
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés