Situation nationale : le Lieutenant-colonel Yacouba Isaac Zida chez les autorités coutumières et religieuses

mercredi 5 novembre 2014 à 00h56min

La dynamique de concertations se poursuit avec le Chef de l’Etat et son équipe avec toutes les composantes de la vie nationale pour une sortie de crise. Dans la matinée de ce mardi, 4 novembre 2014, le lieutenant-colonel Yacouba Isaac Zida a échangé avec les autorités coutumières et religieuses dans le Palais de Sa Majesté, le Mogho-Naaba Baongho.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Situation nationale : le Lieutenant-colonel Yacouba Isaac Zida chez les autorités coutumières et religieuses

C’est à 10 h précise que le cortège du Chef de l’Etat, Yacouba Isaac Zida est entré dans le Palais de Sa Majesté où étaient déjà en place, les représentants des autorités coutumières et religieuses (musulmans, catholiques et protestants). Il est, « chaleureusement », accueilli par le maître des lieux à l’entrée du bâtiment principal où se sont déroulés les échanges. Après les salutations d’usage entre membres de délégations, le Chef de l’Etat a demandé un instant de pensée pieuse et de recueillements « en la mémoire des personnes qui sont tombées lors des évènements qui ont secoué notre pays ». S’en est suivi un tête-à-tête entre les deux parties qui va durer environ trois quarts d’heures au bout desquels l’hôte a pris congé pour laisser la rencontre se poursuivre entre les membres de l’autre partie. A leur sortie, les autorités coutumières et religieuses, par la voix de leur responsable, le Mogho-Naaba Baongho, ont salué la démarche du lieutenant-colonel Yacouba Isaac Zida. « Nous leur avons fait des bénédictions et encouragé à aller dans leur intention qui est celle de passer la main aux civils », a confié Sa Majesté, souhaitant que l’autorité soit toujours à l’écoute de l’attente du peuple. Les autorités coutumières et religieuses ont aussi lancé un appel aux populations à se départir de tout acte de vandalisme, incendies, pillages car, disent-elles, ce sont des actes qui, en dehors de toutes considérations, ne sont pas du tout bien dans la société. Aux hommes politiques, elles demandent de s’entendre pour désigner une personne consensuelle pour, ensemble, gérer le pays avec l’accompagnement de l’Armée sans laquelle, il sera difficile. « C’est ensemble que nous parviendrons à garantir la paix et la quiétude  », a dit le Moogho-Naaba Baongho. Les autorités coutumières et religieuses disent être optimistes sur une transition pacifique en ce sens qu’elles croient en la sincérité du Chef de l’Etat qui est d’une ouverture visible. C’est pourquoi, ont-elles souhaité que le peuple aussi, dans toutes ses composantes, l’assiste pour un retour rapide à une vie constitutionnelle et pour éviter que le pays soit frappé par les sanctions des institutions internationales.


La tradition et la cohabitation religieuse, une richesse nationale au service de la paix

« Nous sommes unis et nous menons un dialogue interreligieux extraordinaire qui est un signe fort pour notre société dans les sens de la tolérance, du respect des différences (complémentarité) et aussi un signal fort pour qu’au niveau des familles, des communautés musulmane, catholique, protestante, nous soyons unis et tolérants. Dans les mêmes familles, vous avez des protestants, des catholiques, des musulmans ; c’est une richesse du Burkina Faso  », s’est réjoui le Cardinal Philippe Ouédraogo, indiquant que c’est dans ce contexte que les nouvelles autorités du pays ont sollicité cette rencontre. « Et nous avons souhaité être ensemble pour les accueillir. Pour cela, nous sommes venus autour du Mogho-Naaba, qui est le symbole de notre culture, pour accueillir le nouveau Chef de l’Etat qui a bien voulu se déplacer avec sa suite pour venir  », a expliqué le Cardinal. Selon ses explications, le message fort de cet échange, c’est l’esprit de dialogue et de recherche de sortie de crise. Il s‘agit de chercher, ensemble, les solutions à la situation actuelle que vit le pays. «  Et comme on le dit chez nous, à la palabre de famille, est convoqué tout membre de la famille. Au travail de famille, doit s’impliquer tout membre de la famille. C’est ensemble que nous allons résoudre les problèmes du Burkina Faso ; les solutions ne viendront pas d’ailleurs.
Nous sommes donc heureux de la disponibilité des nouvelles autorités, dans le sens du dialogue, dans le sens de l’écoute de la société internationale, des attentes de notre peuple, pour trouver une solution viable afin que le Burkina Faso continue sa route radieuse ; un pays où il fait bon vivre. Nous devons travailler ensemble pour la réconciliation, pour la justice et pour la paix, pour un Burkina ; terre des hommes intègres
 », a invité le Cardinal Philippe Ouédraogo. Il est soutenu dans sa lancée par les autres représentants religieux, Pasteur Samuel Yameogo de la communauté protestante et El Hadj Sakandé Adama de la communauté musulmane qui ont demandé aux fidèles de mettre l’accent également sur les prières afin que la paix continue de régner sur le Burkina Faso. « Nous rendons grâce à Dieu qui nous a épargnés une situation difficile à gérer. Nous nous inclinons et nous prions Allah qu’il accorde sa grâce à ceux qui ont été victimes des évènements qui se sont produits », ont-ils noté avant d’appeler les « les filles et fils  » du Burkina à promouvoir l’entente, la tolérance, la cohésion sociale et la fraternité.

Oumar L. OUEDRAOGO
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 4 novembre 2014 à 18:47, par vérité no1
    En réponse à : Situation nationale : le Lieutenant-colonel Yacouba Isaac Zida chez les autorités coutumières et religieuses

    Je crois que mon Colonel fait le travail de l’opposition ( le CDP est devenu un fait divers ). C’est à l’opposition de faire ce boulot et à lui de veiller sur l’ordre public. Plus il y dure, plus il prendra goût et nous aurons encore un Robert Geui bis.

    Répondre à ce message

  • Le 4 novembre 2014 à 19:07, par Ka
    En réponse à : Situation nationale : le Lieutenant-colonel Yacouba Isaac Zida chez les autorités coutumières et religieuses

    Sa majesté le Moro Naaba, faites attention au parole donné de ces instruments du caméléon de Ziniaré qui ne respectent pas les sages. Blaise a promis au conseil des sages notre référence de démocratie en 1999 de respecter la lettre et l’esprit de l’article 37 qui interdisent tout président du Faso de briguer 3 mandats présidentiels consécutifs et de quitter le pouvoir après ses deux mandats, mais vous connaissez la suite, il s’est foutu de nos sages. Il fallait faire écrire Zida et signer comme quoi il remettait le pouvoir aux civiles dans les deux semaines à venir comme l’exige l’UA. Les tras, la, la, qu’il est en train de faire n’est qu’un jeu politique pour gagner du temps. Ça va se terminer à la façon des petits voyous militaires maliens.

    Répondre à ce message

  • Le 4 novembre 2014 à 20:44, par JamesLove
    En réponse à : Situation nationale : le Lieutenant-colonel Yacouba Isaac Zida chez les autorités coutumières et religieuses

    Bravo son excellence. c’est sur cette voie la effectivement que le transfert du pouvoir au moment venu sera tres pacifique. c’est une tres belle et salutaire demarche. c’est comme cela un chef de l’Etat qui se souci de son peuple doit faire. au lieu de passer son temps dans les avions pourtant son peuple a besoin de lui pour des affaires internes sinon meme pour dialoguer... Courage et vive la paix et la cohesion sociale au Burkina. Je salue au passage cet esprit des chefs religieux et coutumiers de vouloir recevoir le chef de l’Etat en un seul lieu tous ensemble. signe de vouloir parler d’une seule et meme voix. c’est ce qui a manqué dans certains autres pays et est aujourd’hui source de distension sociale. Vous etes vraiment ds Hommes de Dieu.

    Répondre à ce message

  • Le 5 novembre 2014 à 02:00, par Hess
    En réponse à : Situation nationale : le Lieutenant-colonel Yacouba Isaac Zida chez les autorités coutumières et religieuses

    Ces autorités ont rarement été du côté du peuple et Blaise a réussi à leur enlever le minimum de dignité qu’ils pouvaient se prévaloir encore.

    Pour aller de l’avant vers le progrès, l’on devrait laisser les coutumiers et les religieux en dehors de la politique ! C’est souvent des forces réactionnaires et si Blaise a tenu si longtemps c’est en partie grâce à leur soutien acheter par la corruption (voir la liste de villas AZIMMO payées par la présidence pour le grand imam, le Moro, etc.). Dans cette contestation populaire, en dehors de l’Eglise Catholique qui pris clairement position pour le peuple, tous les autres ont été pour le statu quo : i.e. laisser Blaise faire ce qu’il veut même si ce n’est pas bien, car c’est lui qui a l’autorité.

    Le propos n’est pas qu’ils ne sont pas utiles mais plutôt que leur rôle devrait être ailleurs et loin de la politique. A nous de trouver des idées mais tout ce beau monde n’aide pas à grand-chose sinon à être utilisé pour endormir les masses et les maintenir dans la domination !

    Répondre à ce message

  • Le 5 novembre 2014 à 03:27, par Yabila
    En réponse à : Situation nationale : le Lieutenant-colonel Yacouba Isaac Zida chez les autorités coutumières et religieuses

    KA, je comprends ce que tu dis. En effet, il faut être très vigilent y compris nos chefs coutumiers qui doivent se montrer dignes et impartiaux et ne pas faire en sourdine le jeu du régime déchu et de tous ceux qui lui sont toujours assujettis (civils et militaires). J’ose espérer que les autorités coutumières et religieuses ne sont pas dupes. Attendons de voir.
    Les tra la la de Zida lui font peut-être gagner je dirais un peu de temps (mais pas une éternité). J’ose espérer qu’il a compris que ce ne sera pas pour ré introniser la cour de Blaise, encore moins pour s’éterniser lui-même au pouvoir mais pour assurer une transition rapide et paisible . Cela ne va pas se terminer comme les petits voyous militaires d’ailleurs. Je crois que malgré leur fougue, nos jeunes militaires savent très bien qu’ils sont au Burkina et non pas ailleurs !

    Répondre à ce message

  • Le 5 novembre 2014 à 07:02
    En réponse à : Situation nationale : le Lieutenant-colonel Yacouba Isaac Zida chez les autorités coutumières et religieuses

    Pour quelle raison et au nom de qui Zida fait des consultations ?
    Est-ce pour former un gouvernement d’union nationale alors que c’est le role d’un civil ?
    Franchement nous le voyons venir avec un essage du type : " Apres avoir consulté les forces vives ils m’ont demandé de rester au pouvoir". Nous ne voyons pas d’un bon oeil.

    Répondre à ce message

  • Le 5 novembre 2014 à 07:44
    En réponse à : Situation nationale : le Lieutenant-colonel Yacouba Isaac Zida chez les autorités coutumières et religieuses

    au plus tard 2 semaine pour le transfert. C’est tout

    Répondre à ce message

  • Le 5 novembre 2014 à 08:03, par wedaga
    En réponse à : Situation nationale : le Lieutenant-colonel Yacouba Isaac Zida chez les autorités coutumières et religieuses

    L’avenir d’une Nation ne peut se construire que dans des concertations efficaces. Et la démarche du Chef de l’Etat est à féliciter et à encourager. Le plus dur, c’est de respecter les engagements issus de ces différentes rencontres, respecter la volonté du peuple ; et c’est là la faiblesse de l’être humain. Mais nous osons croire que si tous ces sages sont impliqués, ce ne sera pas pour dire par la suite comme Blaise qu’ils ne sont pas des républicains. Le rejet de la parole des sages ne peut apporter que malédiction !

    Répondre à ce message

  • Le 5 novembre 2014 à 08:14, par dcoul
    En réponse à : Situation nationale : le Lieutenant-colonel Yacouba Isaac Zida chez les autorités coutumières et religieuses

    Mr james vs passez à coté mon cher nous n’avions pas de chef de l’état pour l’instant donc évitez de nommer Mr Zida chef d’état c’est bien dit une fois pour toute plus de militaire pour les transition dans l’espace CEDEAO

    Répondre à ce message

  • Le 5 novembre 2014 à 08:16, par PAPA
    En réponse à : Situation nationale : le Lieutenant-colonel Yacouba Isaac Zida chez les autorités coutumières et religieuses

    Je pense que toutes ces gymnastiques du colonel Zida consistent a faire disparaitre des indices compromettantes contre l´ancien regime si non pourquoi attendre 2 semaines pr transferer le pouvoir aux civiles alors qu´il pouvait le faire maintenant ?? De toutes les facons demain n´est pas loin et on verra.

    Répondre à ce message

  • Le 5 novembre 2014 à 08:28
    En réponse à : Situation nationale : le Lieutenant-colonel Yacouba Isaac Zida chez les autorités coutumières et religieuses

    Je pense que ce n’est pas son rôle. Il faut une délégation de l’opposition et de la société civile assisté d’une délégation de l’armée pour faire cette ronde. Le colonelle commence à déborder, ainsi il prendra goût et ne respectera plus sa parole. Faite le signer tous ses engagements et d’ici le 10 novembre qu’il laisse le pouvoir au peuple. Il a beaucoup été utile car il fallait vraiment l’intervention de l’armée pour mettre de l’ordre. Je leurs dis grand merci, mais n’oublier pas que même si on a pas faim, en mangeant l’appétit vient .

    Répondre à ce message

  • Le 5 novembre 2014 à 09:23, par La doctrine
    En réponse à : Situation nationale : le Lieutenant-colonel Yacouba Isaac Zida chez les autorités coutumières et religieuses

    Si j’ai un mot à dire, c’est de féliciter le chef de l’Etat pour ses concertations et de saluer l’esprit d’unité, de tolérance et d’apaisement des chefs coutumiers et religieux. Je crois plutôt que le peuple burkinabè, tout en demandant le transfert du pouvoir aux civils dans le delai imparti par l’UA et la CEDEAO doit exprimer au Lieutenant-Colonel ZIDA que nous n’avons aucune haine à son endroit. Au fond, qu’est-ce que ce monsieur a fait de mauvais au peuple jusqu’ici ? Je ne vois pas vraiment. Je souhaite donc que l’on ne fasse pas porter à nos militaires des haines contre Blaise COMPAORE qui au fond est celui-là qui avait divisé notre armée. Ayons un langage d’apaisement et non de haine et de méfiance. Je crois que ce n’est pas cela qui peut résoudre le problème. Que Dieu bénisse toujours le Burkina Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 5 novembre 2014 à 11:13
    En réponse à : Situation nationale : le Lieutenant-colonel Yacouba Isaac Zida chez les autorités coutumières et religieuses

    Depuis le soulèvement populaire, on a l’impression qu’on identifie le Burkina Faso à un empire mossi : c’est au mogho naaba qu’on demande de conduire Lougué à la présidence, c’est chez lui que se dirigent le cfop et sa suite, et aujourd’hui c’est chez lui qu’on rassemble nos religieux et coutumier comme si tous les burkinabés font allégeance au roi des mossi. Inconsciemment ou sciemment nous glissons vers un Burkina Faso, Empire des mossi. De grâce, faites pardon et permettez au mogho naaba de régner sur les mossi seulement.

    Répondre à ce message

  • Le 5 novembre 2014 à 12:07, par Kassek Yele
    En réponse à : Situation nationale : le Lieutenant-colonel Yacouba Isaac Zida chez les autorités coutumières et religieuses

    Mon lieutenant la chefferie coutumière c’est pas seulement ouagadougou ? unissons les fils du pays , les chefs coutumier car si vous devez allez voir chef par chef ça sera pas une tache facile , ceux que vous allez pas voir vont se sentir frustré, ouahigouya, bobo, fada etc

    Répondre à ce message

  • Le 5 novembre 2014 à 12:23, par hitler
    En réponse à : Situation nationale : le Lieutenant-colonel Yacouba Isaac Zida chez les autorités coutumières et religieuses

    Bravo son éminence !!!!Paix et joie du Seigneur pour tous les burkinabés !!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 5 novembre 2014 à 13:07, par Tampin
    En réponse à : Situation nationale : le Lieutenant-colonel Yacouba Isaac Zida chez les autorités coutumières et religieuses

    A CE RYTHME LA, IL SERA DIFFICILE DE GOUVERNER LE BURKINA.
    ET JE DIT ENCORE QUE CEUX QUI PARLE DE VIGILANCE, DE PAS CONFIANCE EN ZIDA, N’ONT PAS PARTICIPER A LA LUTTE. SINON, PERSONNE N’OSERA PROVOQUER LE COURROUX DU PEUPLE. AYONS CONFIANCE EN NOTRE FORCE ET A LA FORCE DE LA PEUR QUE NOUS FAISONS AUX AUTRES. JE NE VOIS PAS EN QUOI LES CONSULTATIONS NE SONT PAS DE BONNE CHOSES. CE QUE JE DEMANDE AU COLONEL, C’EST DE FAIRE UN TOUR A BOBO EGALEMENT POUR RENCONTRER LES LEADERS D’OPINION ET LES OSC.

    Répondre à ce message

  • Le 5 novembre 2014 à 17:53
    En réponse à : Situation nationale : le Lieutenant-colonel Yacouba Isaac Zida chez les autorités coutumières et religieuses

    coutumièrement le mogo naba n’est pas le seul chef coutumier au burkina !!!!! toutes les ethnies du burkina ont chacune un chef coutumier ; donc soyons equitables. je pense qu’on doit laisser les coutumiers de coté, Sankara a dirigé ce pays sans les coutumiers et ca tres bien fonctionné.

    Répondre à ce message

  • Le 5 novembre 2014 à 18:06, par Ka
    En réponse à : Situation nationale : le Lieutenant-colonel Yacouba Isaac Zida chez les autorités coutumières et religieuses

    Yabila merci pour votre intervention qui côtoie la mienne d’une autre manière : les exemples ne manquent pas comme en Guinée avec Camara , au Mali avec Sanogo, et surtout la continuité de chez nous à commencer par Lamizana, jusqu’à Blaise Compaoré : Pour les militaires, c’est une sorte de mutation dont le peuple Burkinabé doit s’accrocher a sa victoire avant qu’il ne soit trop tard. Même si je ne suis pas a Kossyam, plusieurs de mes connaissants circulent ses couloirs, et le président Blaise Compaoré avant de décider sa démission les deux grand acteurs de la garde présidentiel qui sont Diendiéré Gilbert et yacouba Zida ont donné la garanti de leur fidélité a celui qui les élevés dans les grades. Si Yacouba se dérobe de cette fidélité pour écouter le peuple, alors c’est l’œuvre de Dieu tout puissant qui est capable de faire ce qui est impossible, ou la croyance de l’intéressé autrefois musulman, devenu chrétien, et ce n’est pas le regretté présidente Zerbo qui me dirait le contraire de la manifestation de Dieu sur Chaque individu volontaire a ses commandements. Depuis plus de deux ans je lutte sur les sites des réseaux sociétaux en ligne devenu un parti politique puissant de la jeunesse pour le respect de l’article 37 dont sa lettre et son esprit interdisent tout présidents du Faso de briguer 3 mandats présidentiels consécutifs. Le Moro Naaba dont je côtoie presque tous les jours est un homme très sage et honnête qui parle avec le dicton des sages qui dit qu’en opposant la haine a la haine, la violence a la violence, on applique une vielle philosophie qui ne donne pas de bons résultats. Je souhaite que cette transition se fasse rapidement avec les civils, acteurs politiques et économiques, dans la paix et pour l’émergence de notre pays, surtout pour la jeunesse.

    Répondre à ce message

  • Le 6 novembre 2014 à 06:03, par Ka
    En réponse à : Situation nationale : le Lieutenant-colonel Yacouba Isaac Zida chez les autorités coutumières et religieuses

    Yabila merci pour votre intervention qui côtoie la mienne d’une autre manière : les exemples de manquent pas comme en Guinée avec Camara , au Mali avec Sanogo, et surtout la continuité de chez nous à commencer par Lamizana, jusqu’à Blaise Compaoré : Pour les militaires, c’est une sorte de mutation dont le peuple Burkinabé doit s’accrocher a sa victoire avant qu’il ne soit trop tard. Même si je ne suis pas a Kossyam, plusieurs de mes connaissant circulent ses couloirs, et le président avant de décider sa démission les deux grand acteurs de la garde présidentiel qui sont Diendiéré Gilbert et yacouba Zida ont donné la garanti de leur fidélité a celui qui les élevés dans les grades. Si Yacouba se dérobe de cette fidélité pour écouter le peuple, alors c’est l’œuvre de Dieu puissant qui est capable de faire ce qui est impossible, ou la croyance de l’intéressé autrefois musulman, devenu chrétien, et ce n’est pas le regretté présidente Zerbo qui me dirait le contraire de la manifestation de Dieu sur Chaque individu volontaire a ses commandements. Depuis plus de deux ans je lutte sur les sites des réseaux sociétaux en ligne devenu un parti politique puissant de la jeunesse pour le respect de l’article 37 dont sa lettre et son esprit interdisent tout présidents du Faso de briguer 3 mandats présidentiels consécutifs. Le Moro Naaba dont je côtoie presque tous les jours est un homme tares sage et honnête qui parle avec le dicton des sages qui dit qu’en opposant la haine a la haine, la violence a la violence, on applique une vielle philosophie qui ne donne pas de bons résultats. Je souhaite que cette transition se fasse rapidement avec les civils acteurs politiques et économiques, dans la paix et pour l’émergence de notre pays, surtout pour la jeunesse.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés