Transition au Burkina : L’Union européenne soutient pleinement l’appel de la mission conjointe UA/CEDEAO/ONU

lundi 3 novembre 2014 à 11h46min

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Transition au Burkina : L’Union européenne soutient pleinement l’appel de la mission conjointe UA/CEDEAO/ONU

Déclaration du porte-parole sur le processus de transition au Burkina Faso

« Nous continuons de suivre les événements au Burkina Faso avec préoccupation. Dans un moment crucial pour l’avenir du pays, nous appelons en particulier au sens de la responsabilité de toutes les forces militaires et de sécurité afin qu’elles assurent la sécurité de la population ainsi que les droits fondamentaux des Burkinabés, y compris celui de manifester pacifiquement.

Nous soutenons pleinement l’appel de la mission conjointe Union Africaine/Communauté des Etats de l’Afrique de l’Ouest/Nations Unies pour un retour rapide au respect des normes constitutionnelles.

Nous rappelons notre attachement à une transition démocratique apaisée, menée par des autorités transitoires civiles et aboutissant à la tenue d’élections démocratiques, inclusives et transparentes dans les meilleurs délais possibles. Un tel processus offrirait les meilleurs gages pour répondre aux aspirations légitimes du peuple burkinabé, de même que pour le maintien des relations internationales normales du pays et la poursuite des importants efforts de développement et de coopération en cours.

Nous appuyons pleinement les efforts de la Communauté internationale, notamment le travail de la mission conjointe UA/CEDEAO/ONU, pour faciliter le processus en cours, et sommes prêts à y contribuer.  »

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 3 novembre 2014 à 12:11, par SING
    En réponse à : Transition au Burkina : L’Union européenne soutient pleinement l’appel de la mission conjointe UA/CEDEAO/ONU

    A bon entendeur salut.

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2014 à 12:14
    En réponse à : Transition au Burkina : L’Union européenne soutient pleinement l’appel de la mission conjointe UA/CEDEAO/ONU

    André Silver Konan : 4 raisons de se méfier du lieutenant-colonel Isaac Zida, nouvel homme fort du Faso
    Je le dis fermement. Je me méfie du nouvel homme fort du Burkina Faso et marque mon accord avec l’opposition politique et l’Organisation de la société civile burkinabè, qui ont appelé à manifester ce matin, place de la Nation de Ouagadougou. Pour plusieurs raisons.
    Un : le lieutenant-colonel Yacouba Isaac Zida, 49 ans, qui s’est proclamé Chef de l’Etat, fait partie de ceux sur qui Blaise Compaoré comptait pour modifier la constitution, acte entêté, par lequel son propre malheur est arrivé. En effet, Zida était le commandant en second du Régiment de la sécurité présidentielle, une unité d’élite bien équipée et entraînée, située à la périphérie de la milice privée et de la garde prétorienne. Le nouvel homme fort du Faso est donc aussi responsable du pourrissement de la situation politique née de la volonté acharnée de son patron Blaise Compaoré, d’instaurer dans le pays, un pouvoir dévot et à vie.
    Deux : jusqu’à ce qu’il rallie la cause des manifestants, Zida défendait le palais de Kosyam, siège du pouvoir au Burkina Faso, et dernier bastion de Blaise Compaoré, qui, du fait de la détermination des militaires du Régiment de la sécurité présidentielle, n’a jamais pu passer sous la coupe des révolutionnaires du 30 octobre. Cette capacité à retourner sa veste, de façon aussi spectaculaire que surprenante, est un indice de félonie. Et un militaire félon n’a jamais été un politique intègre.
    Trois : le lieutenant-colonel Zida est ambitieux. Je m’explique. Pour qu’il arrive à braver le Général chef d’Etat-major Honoré Traoré, devenu recordman du monde pour le règne le plus bref (il s’est proclamé chef d’Etat le matin, et le soir, il ne l’était plus) et le contraindre par la suite à lui faire allégeance publiquement, il lui fallait non seulement un sacré cran, mais une forte dose d’ambition personnelle. Un militaire ambitieux n’a jamais été un bon serviteur de la démocratie.
    Quatre et enfin : le lieutenant-colonel Zida, par ses premiers actes, nous montre comment il va diriger le pays. A savoir diviser pour régner (il s’est allié à une partie des leaders de la contestation anti-Compaoré) et mépriser royalement l’opposition politique qu’il n’a pas pris soin d’associer à sa prise de pouvoir.
    En définitive, je suis d’accord avec les leaders de la fronde anti-Zida que ”la victoire issue de l’insurrection populaire appartient au peuple et par conséquent la gestion de la transition lui revient légitimement”.
    A mon avis, la communauté internationale (Onu, UA, Cedeao) et les leaders politiques et de la Socité civile burkinabè, tout comme l’Etat-major de l’armée et les manifestants ; doivent amener Zida, officier compétent du reste, ex-étudiant en anglais à l’université de Ouagadougou et qui a obtenu récemment un master en management international à l’université Jean Moulin de Lyon 3 ; à céder le pouvoir, dans le cadre d’une transition légale. Comme au Mali avec le capitaine Sanogo, ex-étudiant en... anglais. Force doit revenir à la normalité constitutionnelle au Faso. Qui vivra verra !
    André Silver Konan,
    Journaliste-écrivain
    Spécialiste du Burkina Faso

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2014 à 12:40, par POUR QUE LA PAIX REGNE
    En réponse à : Transition au Burkina : L’Union européenne soutient pleinement l’appel de la mission conjointe UA/CEDEAO/ONU

    Zida doit remettre le pouvoir à la société civile au plus tard ce soir du 03 novembre 2014.
    Il ne s’est même pas assis qu’il commence déjà à tuer. était -il nécessaire tirer sur les manifestants ce dimanche à la RTB et tuer quelqu’un ? Nous voulons pouvoir manifester librement. LIBREMENT
    les représentants de la société civile et l’opposition qui participent au dialogue dites lui clairement ce que veut le peuple.

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2014 à 13:06, par André BUHLER, Genève & Ouahigouya
    En réponse à : Transition au Burkina : L’Union européenne soutient pleinement l’appel de la mission conjointe UA/CEDEAO/ONU

    Bravo à tous ceux qui veulent tourner la page de ces 27 dernières années entachées de tellement d’abus à tous les niveaux. Le peuple doit enfin pouvoir élire des dirigeants (pourquoi pas une femme) pour vivre d’une manière décente et solidaire et ne pas se retrouver perpétuellement avec le même système de bureaucratie lourde et de corruption systématique, ou presque. Pour cela, il faut mettre en place un gouvernement digne de ce nom et non pas élir des anciens politiciens qui ont trempé dans la grande marre du crocodile Blaise. Allons, peuple burkinabè, au travail, et faite le bon choix !

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2014 à 13:45
    En réponse à : Transition au Burkina : L’Union européenne soutient pleinement l’appel de la mission conjointe UA/CEDEAO/ONU

    Vous la communauté internationale où étiez vous quand le peuple burkinabé criait corps et âme pour empêcher Blaise Compaore d’arrêter le processus du référendum ?? Laissez nous tranquillement gérer nos histoires on ne veut pas de vous ici

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2014 à 15:27, par Djibril
    En réponse à : Transition au Burkina : L’Union européenne soutient pleinement l’appel de la mission conjointe UA/CEDEAO/ONU

    Soyons sérieux ! On connait leur jeu. C’est eux qui on envoyé ces mannequins pour faire la pression sur nos leaders avec des menaces financières

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2014 à 16:53
    En réponse à : Transition au Burkina : L’Union européenne soutient pleinement l’appel de la mission conjointe UA/CEDEAO/ONU

    on ne veut plus de militaire au pouvoir

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2014 à 17:01, par Didi
    En réponse à : Transition au Burkina : L’Union européenne soutient pleinement l’appel de la mission conjointe UA/CEDEAO/ONU

    Où était toutes ces organisations lorsque Blaise voulait modifier la constitution ?

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2014 à 18:12, par jean lambert limbele/RDCongo
    En réponse à : Transition au Burkina : L’Union européenne soutient pleinement l’appel de la mission conjointe UA/CEDEAO/ONU

    L’afrique est ce.qu’elle est ,et l’armee est une realite evidente. Il faut faire avec . Eviter donc de diaboliser cette realite sans laquelle l’echec de la transitionpolitique apaisee est possible. Tous pour tout et allez de l’avant. Courage.

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2014 à 18:16, par laurentine
    En réponse à : Transition au Burkina : L’Union européenne soutient pleinement l’appel de la mission conjointe UA/CEDEAO/ONU

    Il faut que l’Europe arrêt avec ces jeux tordu les manifestants ont marché pillé voir même bruler dans la ferme intention de voir le président COMPAORE démissionné, chose faite il est claire que les manifestations ne s’y sont plus ! Quand ton se rappel bien le cri de guerre, tout sauf Blaise en 2015, pendant les manifestation l’on se demande pourquoi le CFOP et non le peuple sont actuellement contre les forces vives du pays !

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2014 à 18:38, par paul
    En réponse à : Transition au Burkina : L’Union européenne soutient pleinement l’appel de la mission conjointe UA/CEDEAO/ONU

    Dans tout cette histoire je tire un chapeau au CDP qui lance un appel à la paix au Burkina malgré le coup de force que l’opposition lui a fait subir. Il n’est plus question de doute à l’heure actuelle que l’opposition depuis le debut des festivités ne cherchait pas à libérer le peuple mais a instrumentaliser le peuple pour faire un coup d’état populaire et dans le pire des cas un hold up constitutionnel. Le respect de la constitution légitime le pouvoir le Zida et le donne non pas 15 jours mais 90 ! N’amenons pas le chaos dans notre pays mais frère !

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2014 à 18:58, par pauline
    En réponse à : Transition au Burkina : L’Union européenne soutient pleinement l’appel de la mission conjointe UA/CEDEAO/ONU

    Que l’on nous rassure en aucun cas le combat était intitulé chassons les burkinabés de leur pays brûlons tout ce que nous pouvons brûler et surtout réglons nous les compte ! Blaise est parti et la lutte était pour cela mais je puis comprendre que des personnes comme Saran Séréme puissent se lever sur un coup de tête et se proclamer présidente sans consultation populaire ! Mais que l’on nous prennent au sérieux Le mot d’ordre était le respect de la constitution alors que l’on est la bienveillance de le respecter ! Laissons les militaire faire leur boulot !

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2014 à 19:02, par karim
    En réponse à : Transition au Burkina : L’Union européenne soutient pleinement l’appel de la mission conjointe UA/CEDEAO/ONU

    J’aurai appris que seul Balai citoyen a pris des disposition pour venir en aide au familles des victimes Pour le CFOP il est claire que le contrat a été bien prescris et que chacun a pris avait son rôle a jouer et que les dommage collatéraux n’était pas pris en charge par les employeurs, bien occuper a cherché le trône présidentiel. Maintenant la question l’on se pose tous est comment l’armé arrivera a garantir la sécurité de tout un chacun si elle n’est pas à la tête du pays !

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2014 à 19:15, par sss
    En réponse à : Transition au Burkina : L’Union européenne soutient pleinement l’appel de la mission conjointe UA/CEDEAO/ONU

    Après le départ de Blaise COMPAORE le peuple burkinabé a perdu plus que son intégrité mais aussi sa souveraineté ! Que se soit l’UE ou l’UA ou la CEDAO veulent imposer Zéphirin Diabré au peuple veillant qu’est le notre ! Et si la situation perdure d’ici peu notre droit de vote sera banni tout comme la liberté d’expression actuellement ! L’opposition burkinabé a donné l’opportunité à tout le monde de traité notre peuple de peuple mal-éduquer

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2014 à 21:55, par Ka
    En réponse à : Transition au Burkina : L’Union européenne soutient pleinement l’appel de la mission conjointe UA/CEDEAO/ONU

    Vous êtes tous des mascottes, tripatouilleurs des articles de loi pour s’éternisera au pouvoir au lieu de respecter les lois pour mieux démocratiser le continent Africain qui sera le volant économique du monde, et sa première puissance avec 3 milliards d’habitants dans 50 ans. Même des petits voyous de militaires au Burkina vous défi, et vous ne pouviez pas les retirer du pouvoir pour les civiles assoiffés de l’alternance politique et économique, vous attendiez que la communauté Européenne qui vous considère comme des enfants fasse le sale boulot à votre place : Honte aux dirigeants du continent Africain et a l’UA.

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2014 à 22:47, par kaos weogo
    En réponse à : Transition au Burkina : L’Union européenne soutient pleinement l’appel de la mission conjointe UA/CEDEAO/ONU

    où étaient les Institutions internationale quand nous risquions la modification de la constitution ? maintenant que nous avons stopper la chose à notre manière on veut donner l’impression qu’on s’intéresse au Burkina !!!!! mon œil !!! Qu’on nous laisse tranquilles régler nos problèmes entre nous.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés