Situation nationale : Le meeting du ‘’non à l’Armée’’

dimanche 2 novembre 2014 à 21h27min

A l’appel du Chef de file de l’opposition politique (CFOP) et des organisations de la société civile (OSC), la place de la Nation a été prise d’assaut ce dimanche 2 novembre 2014, par une importante foule. A l’occasion, la question de la gestion de la transition par des civils était sur toutes les lèvres.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
 Situation nationale : Le meeting du ‘’non à l’Armée’’

Aujourd’hui encore la foule a exprimé sa volonté d’aller plus loin que l’écoute de discours d’un meeting. Sur place, on pouvait lire sur des pancartes : ‘’ZIDA, c’est Judas iscariot’’ ; ‘’On ne remplace pas un diable par un diablotin’’ ; ‘’ZIDA, dégage’’. Leur objectif affiché : voir la transition assurée par des civils. D’où l’appel pressant à l’endroit des militaires : « Ne volez pas notre victoire ».

Le représentant attitré du Chef de file de l’opposition en la personne de Jean Hubert Bazié, a tenu à les remercier pour la forte mobilisation. Après leur avoir indiqué que l’opposition burkinabè a pris « bonne note » de leur volonté, M. Bazié les a invités à retourner chez eux, le temps pour les partis affiliés au CFOP de se concerter. Mais le rejet catégorique de cette proposition ne se fera pas attendre. Les manifestants tiennent à continuer le combat en maintenant la pression afin que, pensent-ils, l’Armée rétrocède le pouvoir aux civils.

Dans cette option, Saran Sérémé Séré, Me Bénéwendé Sankara, Tahirou Barry, tous présidents de partis membres du CFOP, leur ont exprimé compréhension et soutien. Pour la présidente du PDC, il faut « que les militaires comprennent que nous leur avons demandé d’accompagner le peuple ». Et de promettre, « les militaires retourneront dans les casernes ».

Après avoir rappelé que des « camarades sont tombés sous les balles de l’Armée », Me Sankara demande à l’assistance : « Est-ce que cette Armée peut encore nous gouverner ? ». Et la réponse, c’est un « Non ! » en chœur. « L’Armée, quand elle est républicaine, elle est dans les casernes ; elle assure notre sécurité, elle assure nos frontières », a ajouté Me Sankara, avant de préciser que « Blaise Compaoré a fui alors que les frontières étaient fermées », et de conclure, « Il faut que le coup d’Etat militaire s’arrête ! »

« Camarades, dira Tahirou Barry, sachez que votre volonté est sacrée ». Et de marteler, « Personne n’a le droit de violer votre volonté ». Autant de propos qui ont davantage galvanisé les manifestants, impatients d’entendre que l’Armée a abandonné la gestion de la transition. Après leur avoir lancé «  Vous ne bougez pas, tant que Zida n’a pas dit qu’il démissionne ; restez mobilisés, nous allons nous concerter et revenir », Saran Sérémé est revenue sous des acclamations nourries dire : « Nous allons assurer ensemble, nous œuvrerons ensemble à ce que la paix règne au Burkina Faso ». Ce qui a fini par faire disperser la foule avec le sentiment d’avoir réussi à confier la direction de la transition à la présidente du PDC. Peu de temps après, l’on apprendra que le Gal Lougué vainement appelé – deux jours durant - par la foule, a fait une déclaration à la télévision nationale comme étant le président de la transition. Et aussitôt parti des locaux de la télévision, des coups de feu ont retenti, faisant détaler ceux qui trainaient les pieds à la place de la Nation. Ces tirs constituent la preuve que la confusion et les contradictions quant à la gestion de la transition n’ont malheureusement pas encore été surmontées.

D’ailleurs, à la suite des discussions entre l’armée et les responsables de l’opposition dans l’après-midi, aucune déclaration n’a été faite. Le CFOP a annoncé une conférence de presse ce 3 novembre à 15h. Certainement, pour faire le point des différentes concertations tenues ce dimanche.

Fulbert Paré
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 2 novembre 2014 à 21:01, par Realite
    En réponse à : Situation nationale : Le meeting du ‘’non à l’Armée’’

    Une armée de flous et de faux !

    Répondre à ce message

  • Le 2 novembre 2014 à 21:17, par Ka
    En réponse à : Situation nationale : Le meeting du ‘’non à l’Armée’’

    Le régime Compaoré Bis est instauré : De l’intérieur du Burkina comme l’extérieur, nous savons tous que depuis que les militaires ont choisis Yacouba Zida comme chef d’état, c’est le pouvoir bis du capitaine Blaise compaoré qui est instauré. Sauf la France et l’ONU sont capables de redonner la victoire au peuple Burkinabé.

    Répondre à ce message

  • Le 2 novembre 2014 à 21:58, par toto
    En réponse à : Situation nationale : Le meeting du ‘’non à l’Armée’’

    Quand on va à la battue et qu’un lièvre sort d’un buisson , on le tue d’abord avant se discuter de qui l’a débusqué .

    Répondre à ce message

  • Le 2 novembre 2014 à 22:51, par Farid
    En réponse à : Situation nationale : Le meeting du ‘’non à l’Armée’’

    Chers Guy Hervé KAM, Smockey, Sam’s ka le Jah du Balai « citoyen » et prof Loada, l’armée a toujours une avance sur les civils. C’est leur job. Votre naïveté va vous perdre et faire perdre le bénéfice de l’insurrection. La dernière pruve du jour est la présence de Golf (diendéré) à la rencontre entre les militaires et l’opposition. Je vous l’avais pourtant dit. Vous serez responsables devant l’histoire de l’usurpation de l’insurrection par les militaires. Ce n’est pas fini. Pendant que vous dormez ou fetez, les milito travaillent et dorment pas la nuit.

    Répondre à ce message

  • Le 2 novembre 2014 à 23:35, par Cami
    En réponse à : Situation nationale : Le meeting du ‘’non à l’Armée’’

    Communiqué de la famille COMPAORE François

    La famille COMPAORE François s’indigne profondément de la campagne de diffamation, de dénigrement et d’agressions morales lancée contre elle par la Chaîne France 24 qui allègue de soi-disant pratiques inhumaines dans sa résidence de Ouagadougou, aujourd’hui livrée au pillage des militants de l’opposition civile burkinabè.
    La famille COMPAORE François tient à opposer un démenti formel aux accusations imaginaires et délirantes ainsi diffusées sans la moindre ombre d’enquête, ni de preuve. Les précisions suivantes s’imposent dès lors :

    1. La résidence de la famille COMPAORE François n’a jamais été un lieu de pratiques inhumaines

    2. Les images et photos mésinterprétées et instrumentalisées par la presse ne sont rien d’autre que des œuvres de mise en scène d’art plastique, créées par notre fille, élève en classe de Première au Lycée Français Saint-Exupéry de Ouagadougou. On pourra s’en convaincre en consultant les autorités dudit établissement scolaire.. Le sous-sol de notre résidence familiale a toujours servi de salle d’études et de révision pour les enfants Compaoré. Plusieurs professeurs-répétiteurs qui y sont passés peuvent en témoigner.

    Dès lors, la Famille COMPAORE François, devant la virulence de la diffamation et de l’agression morale facilitées contre elle par les diffusions de France 24, exige que son honneur et sa dignité soient pleinement rétablis dans les médias qui ont contribué à les salir. Par conséquent, la Famille COMPAORE François demande que le présent démenti soit rendu public.

    Face à la gravité des faits, la Famille COMPAORE François rappelle à tous qu’elle se réserve le droit d’ester en justice afin de faire valoir ce que de droit.

    Fait à Cotonou, le 2 novembre 2014
    Pour la Famille, M. COMPAORE François

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2014 à 06:01
    En réponse à : Situation nationale : Le meeting du ‘’non à l’Armée’’

    quel gâchis ! Je pensais que les animateurs du CEFOP étaient intelligents pour ne pas tomber dans cette trappe

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2014 à 06:17, par segoumousso
    En réponse à : Situation nationale : Le meeting du ‘’non à l’Armée’’

    Chers compatriotes,
    Il faudra impérativement gérer cette transition très fragile avec tact, intelligence et ouverture pour enfin aboutir a des élections propres, libres et transparentes dans un bref délai.
    Il faudrait reconnaitre et apprécier que tout le peuple Burkinabè a jouer sa partition pour faire partir l’ex président l’armée inclue. De ce fait tout le monde doit siéger dans le gouvernement de transition, le parti au pouvoir inclus.
    Je propose ce qui suit :
    1-Mettre un membre de la Société Civile comme chef de la transition, cela permettrait d’avoir un homme ou femme neutre comme chef de la transition.
    2-L’armee doit assurer le ministère de la décence et de la sécurité.
    3-Le ministère des finances doit revenir à la société civile pour garantir la bonne gestion des finances publiques. Son rôle sera UNIQUEMENT de financer les élections et rien d’autre.
    4- Chaque parti politique doit avoir un ministre représentant dans le gouvernement. Le parti du pouvoir déchu doit aussi avoir un poste ministériel, démocratie oblige.
    Il est préférable d’avoir un gouvernement restreint de 8 à 12 membres et le reste des ministères non stratégiques dans les futures élections soient géré par les Secrétaires Généraux déjà en place.
    Ce gouvernement provisoire doit s’atteler à un seul et unique OBJECTIVE, la tenue des élections dans un délai de 3 à 6 mois.
    Et que le meilleur gagne les futures élections dans la transparence et l’équité.
    Vive le peuple burkinabè.
    Vive la démocratie.

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2014 à 06:39, par willy mengue
    En réponse à : Situation nationale : Le meeting du ‘’non à l’Armée’’

    Une fois de plus j’exprime ma pensée comme plusieurs d’ailleurs qui suivent cette actualité exceptionnelle pour l’histoire de l’afrique : je dirai facilement que la Volonté du peuple a la préhéminence sur toute autre initiative c’est le fondement de la souveraineté d’un Etat de droit....le peuple burkinabé s’est levé à l’unisson pour aspirer légitimement au changement dans la gestion et la conception de ses affaires publiques...aucune faction de la nation colorée d’un doute ou d’un soupçon ne devrait pour aucune raison ni droit s’accaparer en opportuniste de cette victoire exceptionnelle ....victoire qui édifiera l’onde d’une nouvelle afrique , une afrique qui peut enfin se lever comme un seul homme et dire non !!! Le Peuple burkinabé donne le ton d’un exemple à suivre et doit donc en alliance avec ses leaders unis dans une opposition républicaine tenir le cap malgrés les mauvais vautours issus de l’armée ....remobilisez- vous trés massivement pour assurer la vraie transition et vous serez maître de votre destin , un peuple libre et souverain. Merci

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2014 à 06:46, par le koro
    En réponse à : Situation nationale : Le meeting du ‘’non à l’Armée’’

    allons avec douceur, intelligence et clairvoyance. Les militaires vont rendre le pouvoir

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2014 à 06:48, par DEYEHE
    En réponse à : Situation nationale : Le meeting du ‘’non à l’Armée’’

    En tout cas, on vous soutient et on prie pour vous, ne vous combattez pas les uns les autres car la Bible dit :" Un peuple divisé ne peut subsister". On a un seul et même ennemi, cause de nos malheurs, à travers l’Afrique noire, c’est la colonisation blanche. Les Compaoré et autres ne sont que des conséquences. Vous savez tous que tant que la cause est là, la conséquence demeure. çà ne sert à rien de vider des seaux d’eau de ta maison si tu ne cherches pas à boucher le trou de la canalisation qui est dans ta maison. C’est pourquoi Sankara n’a pas voulu tuer Blaise, et que Gbagbo n’a pas voulu tuer Ouattara. Vous n’avez donc pas à tuer qui que ce soit, si ce n’est l’hideuse colonisation dans vos esprits, vos pensées, vos cœurs et vos pratiques d’acceptation de cette réalité comme étant normale.Les blancs ont leur façon de gouverner, nous avons la nôtre, c’est pas moi qui vais l’apprendre à vous qui avez un Mogoh NAABA. Ils n’ont pas à nous imposer pour eux, tout est différent entre eux et nous : On est noir, ils sont blancs, on vit au chaud, ils sont au froid.....Aussi voudrais-je terminer par ceci : A vous qui voulez servir de bras séculiers de l’esclavage blanc, ayez la sagesse de le refuser. " Vous avez été rachetés à un grand prix, ne devenez pas esclaves des hommes" 1 Corinthien7 : 23 c’est adressé aux chrétiens à cause de la mort de Jésus, et si il y a des chrétiens qui veulent réduire encore le Burkina à l’esclavage, qu’ils comprennent ; mais aussi, il y a eu beaucoup de morts là au Burkina et à travers l’Afrique francophone pour notre liberté, le Burkina récolte ce fruit dans la douleur et au prix de tous ces sacrifices. Ne les ramenez pas en Égypte.
    Je vous laisse ces dernières paroles bibliques : " As-tu été appelé étant esclave, ne t’en inquiète pas ; mais si tu peux devenir libre, profites-en plutôt." Cette parole est aujourd’hui accomplie pour le Burkina, les autres peuples africains suivront. Toutes les nations occidentales ont pratiqué l’esclavage, mais ils l’ont laissé depuis, seule la France, pays des droits de l’homme y est encore attaché contre l’Afrique. mais " Quelle que soit la longueur de la nuit, il fera jour !" Les mêmes élèves, les noirs, ont eu deux professeurs : un blanc anglophone et blanc francophone. Les élèves de l’anglophone ont réussit tandis que ceux du francophone, personne ne réussit et celà, de génération en génération, il est temps de se poser des questions aussi sur la qualité du professeur et le contenu de son enseignement ? n’est-ce pas ? salut !

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2014 à 07:08, par Ka
    En réponse à : Situation nationale : Le meeting du ‘’non à l’Armée’’

    Pas de discussion avec Gilbert Diendiéré et Yacouba Zida, les hommes clé de Blaise Compaoré qui veulent semer le trouble et étouffer le processus de l’alternance entre pris par l’opposition et la société civile. Que Gilbert et Yacouba sachent que le peuple à décider d’en finir avec Blaise Compaoré, Diendiéré Gilbert, et leur homme à tout faire Yacouba Zida. Le Burkina veut avancer sans les militaires. Gibert Diendiéré à manipuler Blaise Compaoré et mettre en morceau Thomas Sankara, et essaye d’utiliser Zida pour tromper le peuple et remettre le régime bis de Compaoré. Disons non à Gilbert Diendiéré, qu’il rejoigne Blaise Compaoré en Côte d’Ivoire en attendant l’appel de la CPI. Je demande les Etats Unis et la France d’oublier les sanctions et intervenir directement comme en Côte d’Ivoire en 2011 et empêcher Diendiéré Gilbert et Yacouba Zida de remettre le feu au Burkina.

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2014 à 08:03
    En réponse à : Situation nationale : Le meeting du ‘’non à l’Armée’’

    Il parait que Zida est un cousin de Diendéré. ce que sa bibliographie ne dit pas. En chassant Blaise compaoré, le peuple ne voulait pas que le pouvoir se transmettre de frère à frère. le peuple ignorait qu’au RSP le pouvoir se transmet de cousin à cousin (qui est une autre forme de frère à frère). Zida étant le cousin de Diendéré et Diendéré étant presque égale à Blaise, le peuple n’a pas avancé dans sa lutte. d’où ce cris de l’opposition et de la société civile. Zida remet le pouvoir au civil

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2014 à 08:06, par Kamélé
    En réponse à : Situation nationale : Le meeting du ‘’non à l’Armée’’

    Il parait que Zida est un cousin de Diendéré. ce que sa bibliographie ne dit pas. En chassant Blaise compaoré, le peuple ne voulait pas que le pouvoir se transmettre de frère à frère. le peuple ignorait qu’au RSP le pouvoir se transmet de cousin à cousin (qui est une autre forme de frère à frère). Zida étant le cousin de Diendéré et Diendéré étant presque égale à Blaise, le peuple n’a pas avancé dans sa lutte. d’où ce cris de l’opposition et de la société civile. Zida remet le pouvoir au civil

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2014 à 09:45, par vérité no1
    En réponse à : Situation nationale : Le meeting du ‘’non à l’Armée’’

    Cami, si tu m’avais écouté, tu n’aillais pas te retrouver à Cotonou. Ton dementi n’est qu’un verbiage creux doublé d’une masturbation intellectuelle. Bonne chance à toi.

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2014 à 09:48, par alerte226
    En réponse à : Situation nationale : Le meeting du ‘’non à l’Armée’’

    @Cami, vous me semblez amnésique, vous oubliez trop vite ! Dans un précédent post avant la chute de votre idole, vous avez annoncez qu’on découvrira votre vrai visage, vous avez précisé que vous buvez du sang tous les jours et c’est exactement ce qu’on a découvert. Alors avale ton démenti et laisse le peuple tranquille. Tout ça ne restera pas impuni. Attends, tu verras.

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2014 à 09:53, par LE FERVENT MILITANT DU MPP, LE GRAND ZAPATA !!!!
    En réponse à : Situation nationale : Le meeting du ‘’non à l’Armée’’

    FLASH INFOS LE GRAND ZAPATA !!!!

    LE LIEUTENANT COLONEL ISAAC YACOUBA ZIDA N’EST PAS DU TOUT UN ASSOIFFÉ DE POUVOIR. Et il rendra très patriotiquement le pouvoir aux civiles dans les jours à venir après des concertations avec TOUTE LA CLASSE POLITIQUE BURKINABÈ, LA SOCIÉTÉ CIVILE, LA CHEFFERIE COUTUMIÈRE ET LES RELIGIEUX.

    VIVE LE COLONEL ZIDA ET QUE DIEU LE PÈRE TOUT PUISSANT TE FORTIFIE DANS TA FAROUCHE VOLONTÉ DE CONDUIRE TON PAYS À LA PAIX ET À LA NORMALISATION..............LE FERVENT MILITANT DU MPP, LE GRAND ZAPATA !!!!

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2014 à 10:51, par Laurentine
    En réponse à : Situation nationale : Le meeting du ‘’non à l’Armée’’

    Il est claire qu’après la chasse au sorcière Les chasseurs par manque de proies finissent par ce chasser entre eux. Avant le départ du président COMPAORE l’on exigeait le respect de la constitution aujourd’hui ceux la même qui menaient la lutte ne veulent plus suivre le processus démocratique prévu par la constitution. Visiblement le combat de l’opposition n’était pas pour le peuple mais juste pour le pouvoir.

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2014 à 10:59, par Carl
    En réponse à : Situation nationale : Le meeting du ‘’non à l’Armée’’

    Subitement on voit Saran qui dit que le peuple l’a choisit pour être présidente du pays Mais que l’on nous prennent au Sérieux mais où son passer les illustre professeurs Dabiré Ibriga qui disait défendre la constitution car visiblement l’opposition est entrain de faire une faire un usurpation de titre tout en participant au pillage et à l’insécurité dans le pays. Tout comme l’opposition ces personnes étaient tous de mauvaise fois. Que le seigneur sauve mon Faso. Entre Allah et la vérité je choisis la vérité

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2014 à 11:20, par Godson the meekman
    En réponse à : Situation nationale : Le meeting du ‘’non à l’Armée’’

    " Quelque chose n’est pas claire dans tout ça. Pourquoi l’armée tient au pouvoir et s’auto-proclame les uns après les autres ? Je suis desolé de le dire mais si l’opposition n’y prend garde ils vont se reveiller mais tardivement en ce moment ’ kiim kin roogo’ le fantôme est déjà dans la maison.

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2014 à 11:22
    En réponse à : Situation nationale : Le meeting du ‘’non à l’Armée’’

    Il faut que tous les burkinabé société civile et partis politiques se réconcilient et s’entendent pour reprendre le pouvoir de l’armée. Blaise continue de diriger le pouvoir et c’est inadmissible.

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2014 à 14:06, par Le Yadega
    En réponse à : Situation nationale : Le meeting du ‘’non à l’Armée’’

    De toute façon nous nous avons ZIDA à l’oeil, s’il s’entete il subira le meme sort que Blaise.

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2014 à 14:15, par BURKIPOKA
    En réponse à : Situation nationale : Le meeting du ‘’non à l’Armée’’

    Je suis d’accord, il faut un civil au pouvoir. C’est la victoire du peuple et c’est tout à fait normal que le pouvoir revienne au civil. Soyez compréhensif et tolérant Lieutenant-colonnel ZIDA. Que Dieu nous en garde.

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2014 à 17:35, par Moussa
    En réponse à : Situation nationale : Le meeting du ‘’non à l’Armée’’

    Kouame Lougue doit arreter de perturber la scene politique. Il est militaire. On ne peut pas dire a Zida de laisser la place a un civil pour que lui Lougue vienne occuper la place.
    Si Lougue tient tant au pouvoir pourquoi n’a t-il pas renverse Blaise Compaore avant d’aller a la retraite ? Pourquoi Lougue a-t-il refuse de prendre le pouvoir il y a quelques annees lorsque les soldats du camp Guillaume se sont revoltes contre Blaise Compaore a cause du detournement de leurs cotisations pour assurance sante et les primes des soldats qui ont participe a des combats sous regionaux au compte de l’onu ?
    On a pas oublie car tout s’est passe devant tout le monde a cette meme Place de la Revolution !
    Le pouvoir lui a ete offert gratuitement sans qu il ait besoin de faire un coup d’etat. Comme on dit dans l’Armee, il a mouille. Pour avoir mouille, il a permis a Blaise de rester au pouvoir. Recompense recu de Blaise : il est nomme Ministre de la Defense !

    Alors point de Lougue pour la transition. Qu’il arrete de se pointer a la radio ou TV pour faire des declarations. Y en a mare des manoeuvres de Kouame Lougue.

    Merci.

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2014 à 18:17, par zak
    En réponse à : Situation nationale : Le meeting du ‘’non à l’Armée’’

    on s’est fait avoir Blaise tire les ficelles et les autres militaires sont obligés d’obéir au rsp, Lougué en danger de mort selon des infos

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2014 à 18:46, par Matador
    En réponse à : Situation nationale : Le meeting du ‘’non à l’Armée’’

    Meeting de trop... Vous vous tromper de cible et de combat.
    Vous avez obtenu le départ de Blaise, donc vous êtes satisfait à 100% dans vos revendications. Ce qui reste c’est que chacun se mettent au travail pour arracher le fauteuil de KOSYAM qu’il soit entre les mains d’un militaire ou d’un civile

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés