Transition politique : L’ONU, l’UA et la CEDEDAO invitent les parties au respect de l’ordre constitutionnel

dimanche 2 novembre 2014 à 21h27min

Prévue pour se tenir hier, samedi 1er novembre à 18 h, c’est finalement dans la matinée de dimanche, 2 novembre 2014 à Laïco Hôtel à Ouagadougou que s’est tenue la conférence de presse de la Mission conjointe des Nations-Unies (ONU), l’Union africaine (UA) et de la CEDEAO sur la situation qui prévaut au Burkina depuis le 30 octobre 2014. Ces organisations appellent les acteurs à se référer à l’ordre Constitutionnel pour la gestion de la période transitoire.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Transition politique : L’ONU, l’UA et la CEDEDAO invitent les parties  au respect de l’ordre constitutionnel

La mission conjointe, conduite par Mohamed Ibn Chambas, représentant spécial du secrétaire général des Nations-Unies pour l’Afrique de l’Ouest, a eu, pendant son séjour à Ouagadougou du 31 octobre au 1er novembre 2014, des échanges avec toutes les parties prenantes sur la situation. Selon le chef de la mission, les organisations susmentionnées sont prêtes à travailler avec toutes les parties prenantes, pour un retour rapide au respect des normes constitutionnelles. « Avec ses interlocuteurs, la mission a souligné le rôle important que le Burkina Faso joue et continuera de jouer dans les efforts pour assurer la paix et la sécurité sur le plan mondial ainsi que la stabilité politique dans la sous-région et le continent en général, notamment avec sa participation active dans les processus de maintien de la paix et de médiation », a-t-il déclaré.

Ces organisations internationales ont invité toutes les parties à la nécessité d’œuvrer pour le respect des droits humains dans la gestion de la transition, en assurant et en garantissant la protection des droits de tous les Burkinabè, y compris les membres du gouvernement, de l’Assemblée nationale déchue et du Président sortant. « La mission a, à cet effet, plaidé pour la restauration de la sécurité de la population, l’arrêt des actes de vengeance et des velléités de chasse aux sorcières, et que la sécurité des citoyens et des étrangers, ainsi que leurs biens, autant que la protection du patrimoine public soit garanti », ont lancé les animateurs du point de presse.

Une transition conduite par un civil

La mission est favorable à une transition via un civil, dans le respect de l’ordre constitutionnel et des normes des institutions internationales notamment de l’UA et de la CEDEAO. La mission a réitéré son souhait de voir la transition se dérouler en conformité avec les normes et a, de ce fait, relevé les sanctions qu’encourt le Burkina Faso en cas de leur violation (statuts de la CEDEAO et de l’UA). « Nous espérons qu’il y aura une transition conduite par un civil, conformément à l’ordre constitutionnel », a réagi Mohamed Ibn Chambas, par ailleurs chef du Bureau des Nations-Unies pour l’Afrique de l’Ouest, félicitant le « professionnalisme » et la « discipline » des forces de sécurité du Burkina, notamment dans la gestion de cette crise avant de les encourager à maintenir la cohésion au sein des forces de sécurité. Ils ont également exhorté au renforcement du dialogue entre tous les acteurs politiques et non politiques pour remettre en marche, le plus tôt possible, la machine gouvernementale et administrative pour assurer la continuité des services publics. « Ceci est particulièrement important à un moment où le virus Ebola fait des ravages dans la sous-région et que les Etats doivent prendre les mesures nécessaires pour éviter sa propagation », a rappelé et souligné le chef de mission.

Au moment où se tenait cette conférence de presse à Ouaga 2000, l’opposition politique et certaines organisations de la société tenaient également un meeting à la Place de la Nation pour « exiger » la remise du pouvoir à un civil pour l’organisation de la transition.

Oumar L. OUEDRAOGO
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 2 novembre 2014 à 13:06, par Ka
    En réponse à : Transition politique : L’ONU, l’UA et la CEDEDAO invitent les parties au respect de l’ordre constitutionnel

    La victoire du départ du président blaise Compaoré qui voulait tripatouiller l’article 37 revienne au peuple. Une vraie transition politique pour une préparation d’une élection présidentielle prévue pour 2015 revienne au peuple selon la constitution de notre Pays. L’armée Burkinabé a décider, mais est-ce qu’avec le peuple ? Non ! Dans un discours de cafouillage le 31. 10 14 de Yacouba Zida en présence du balai citoyen, disait ceux-ci : (désormais toute décision doit être approuvé par le peuple a la place de la révolution) ça commence avec des mensonges, le peuple doit continuer la lutte pour que les habitudes de notre armée ne soit pas des répétitions. De Lamzana a Blaise compaoré, l’armée a toujours trahi le peuple pour confisquer le pouvoir. En 2014 ce n’est plus le même peuple, le peuple Burkinabé et la communauté vous surveillent.

    Répondre à ce message

  • Le 2 novembre 2014 à 13:13, par fasopanga
    En réponse à : Transition politique : L’ONU, l’UA et la CEDEDAO invitent les parties au respect de l’ordre constitutionnel

    les nouveaux dirigeants sont telement inexpérimentés qu’ils pourraient nous convoquer à un référendum pour trouver un président de transition !!!!!!!!!!! Avec l’armée, pas de financements extérieures ; avec un civil, pas de concensus... Transition la c’est pour un petit temps mettez n’importe qui et on continue ..

    Répondre à ce message

  • Le 2 novembre 2014 à 13:35
    En réponse à : Transition politique : L’ONU, l’UA et la CEDEDAO invitent les parties au respect de l’ordre constitutionnel

    Ce Zida Isaac alias Haya Sanogo est juste à Kosyam pour ramasser les effets personnels de cette bande de criminels(blaise,diendéré,françois) et aussi faire disparaître des preuves compromettantes qu’ils n’ont pas pu ramasser avec leur chute précipitée sinon il sait très bien qu’il ne passera pas une semaine à Kosyam.Ce Zida n’est pas digne de confiance,il est du même village que diendéré.Qu’il dégage aussi de Kosyam,le pouvoir sera maintenant au civil.Pian !

    Répondre à ce message

  • Le 2 novembre 2014 à 14:08, par simple
    En réponse à : Transition politique : L’ONU, l’UA et la CEDEDAO invitent les parties au respect de l’ordre constitutionnel

    La mondialisation nous oblige si on veut faire de notre Burkina avec son peuple extrêmement courageux un pays respectable, un exemple dans le monde c’est la moment. Il faudrait que la société civile surtout le balai citoyen travaille dans la transparence comme il l’ont toujours fait pour permettre aux militaires de comprendre que le pouvoir doit être donné à une personne plus ou moins neutre afin que les institutions puissent rapidement fonctionné et qu’on aboutisse à une vraie compétition démocratique qui va aboutir à l’avènement d’un président issu d’une élection libre juste et transparente. Cela sera possible si et seulement si, nous conjuguons avec la communauté internationale. Je tire mon chapeau aux militaires burkinabé et à toute la société civile car bientôt, dans la sérénité le pays connaîtra un vrai président. Bravooooo à tous mes frères burkinabé pour la lutte. Qu’on pardonne tous ces orgueilleux, vaniteux et ingrats du CDP qui croyaient détenir le monde à leurs pieds. Que le tout puissant les protège afin qu’on puisse récupérer tout ce qu’ils nous ont volé. Quand à l’ex président je prie pour-qu’il ne soit pas chassé par le peuple ivoirien car ils n’oublieront jamais le mal qu’il peut faire à autrui. Lui et son soit disant conseillé spécial de mercenaire Chaffi qui l’a rejoint. Que satan quitte leur corps et que dieu les récupère. Personne je dis bien personne ne peux prendre la place de dieu. Blaise Compaoré n’a pas eu peur du tout puissant.

    Répondre à ce message

  • Le 2 novembre 2014 à 14:33, par Raogo
    En réponse à : Transition politique : L’ONU, l’UA et la CEDEDAO invitent les parties au respect de l’ordre constitutionnel

    Le RSP a été le principal auteur sinon l’unique auteur des tirs qui ont causés la mort de la trentaine de manifestants ! Qui fera la lumière sur ces assassinats si c’est le même RSP qui est chargé de conduire la "transition" !!!

    Les dossiers Norbert ZONGO et Cie, qui fera la lumière si c’est le RSP qui conduit la transition ?

    Le Lt Colonel ZIDA est le Commandant en 2nd du RSP : Où est le premier Commandant du RSP ? A-t-il démissionné avec Blaise Compaoré ? Sinon qu’Est-ce qui nous garanti que Gilbert DIENDERE ne dirigera pas le pays à travers le Lt Colonel ZIDA ? Si c’est le cas, qu’Est-ce qui nous dit que Blaise Compaoré est réellement parti, quelle garantie qu’il ne continue pas de diriger à travers sa garde rapprochée

    NON, NON, NON , la transition doit être civile et rien de plus ! Nous ne sommes pas encore sortis de l’auberge si cette transition doit être dirigée par l’armée, et particulièrement par le REGIMENT DE SECURITE PRESIDENTIELLE (RSP) !

    Répondre à ce message

  • Le 2 novembre 2014 à 14:51, par Fido
    En réponse à : Transition politique : L’ONU, l’UA et la CEDEDAO invitent les parties au respect de l’ordre constitutionnel

    Écrire plutôt "TRAHISON politique : L’ONU, l’UA et la CEDEDAO invitent les parties au respect de l’ordre constitutionnel

    Répondre à ce message

  • Le 2 novembre 2014 à 15:54, par Alexio
    En réponse à : Transition politique : L’ONU, l’UA et la CEDEDAO invitent les parties au respect de l’ordre constitutionnel

    L ONU,l UA et a la CEDEAO ou etiez quand le pays etait confisquer par un seul homme ? Retournez avec vos salles couilles de diplomates au service des plus forts en Afrique. La pseudo-Demoratie que vous avez suporter et fermer les yeux pendant trois decennies est la resultante de cette revolte. Maintenant que l on a casse l oeuf est casse. C est le temps de faire notre omelette.

    Pourquoi toujours venez vous toujours en retard en medecin apres la mort du malade ?

    VOUS N AVEZ PAS DE LECON A RENDRE A CE PEUPLE OPPRIME DEPUIS 27ANS D UN POUVOIR AUTOCRATIQUE ET SANGUINAIRE.

    LE POUVOIR AU PEUPLE.
    A BAS LES OPPORTUNISTES DE TOUT BORD.

    VIVE LE BURKINA FASO

    Répondre à ce message

  • Le 2 novembre 2014 à 17:11, par burkindi
    En réponse à : Transition politique : L’ONU, l’UA et la CEDEDAO invitent les parties au respect de l’ordre constitutionnel

    UN "CIVILE" L’histoire des grandes puissances qui nous tiennent ce discours est contraire.
    Les USA pdt leur émancipation a ete dirigé par l’illustre LINCON ; Le Général De Gaule a sauvé la france pour sortir du gouffre militaro-politique d’après guerre.
    L’échec des civiles en pareil situation devrait nous servir de leçon : La guinée d’hier, la Cote d’Ivoir de BANI, le désastre honteux de la Centrafrique....
    Nous devons canaliser l’énergie populaire débordante du peuple pour imposer un calendrier à nos braves forces armées pour un retour rapide à l’ordre constitutionnel,
    Les exemples réussis du Niger, du mali de ATT devraient nous instruire.
    La classe politique actuelle ne trouvera jamais un concensus pour garantir la sécurité des populations et des élection libres, équitables et transparente !
    Les déclarations données par l’UA, CEDEAO, ONU sont idéalistes et porteuses de divisions, de crises profondes.
    Si c’est une transition constitutionnelle, c’est M. Sougalo OUATTARA à mon sens.

    Répondre à ce message

  • Le 2 novembre 2014 à 18:02, par vouma
    En réponse à : Transition politique : L’ONU, l’UA et la CEDEDAO invitent les parties au respect de l’ordre constitutionnel

    Le médecin après la mort . Où étaient- elles ces organisations au moment où les Etats-unis sans détour ont exprimé clairement leur position avant que la situation ne dégénère.!!! toujours à jouer les sapeurs pompiers. Quittez dans ça...

    Répondre à ce message

  • Le 2 novembre 2014 à 19:06, par bassnéré
    En réponse à : Transition politique : L’ONU, l’UA et la CEDEDAO invitent les parties au respect de l’ordre constitutionnel

    Pas de problème pour tous ceux qui voudraient nous sortir de nos problèmes actuels. Que chacun s’investisse comme il peut. A l’heure du bilan nous ferrons nos comptes. Au Mali d’à coté le capitaine Hailla SANOGO n’a t-il pas été élevé au rang de général avant de se retrouver en prison pour son passé ? le peuple saura apprécier en toute quiétude au moment opportun.

    Répondre à ce message

  • Le 2 novembre 2014 à 19:14, par Yves Sanou
    En réponse à : Transition politique : L’ONU, l’UA et la CEDEDAO invitent les parties au respect de l’ordre constitutionnel

    a vrai dire l armee doit laisser maintenant le pouvoir car elle a vraiment duree.

    Répondre à ce message

  • Le 2 novembre 2014 à 22:00, par Koudraogo Ouédraogo
    En réponse à : Transition politique : L’ONU, l’UA et la CEDEDAO invitent les parties au respect de l’ordre constitutionnel

    Ils veulent quoi avec cette histoire d’ordre constitutionnelle ?
    Que l’on ramène les gars du CDP et que Soungalo mène la transition ?

    Répondre à ce message

  • Le 2 novembre 2014 à 22:07, par Ka
    En réponse à : Transition politique : L’ONU, l’UA et la CEDEDAO invitent les parties au respect de l’ordre constitutionnel

    Zida vos magouilles nous rappelle de 1966 et de 1987, inutile de nous berner, Blaise disait la même chose, Jean-Baptiste Ouédraogo aussi : Oui le pouvoir vous intéresse, Pourquoi Gilbert Diendiéré bras droit et dauphin présumé de blaise Compaoré dirige en sous-marin vos décisions ? Si vous êtes sincères, choisissez demain un civile comme président, vous verrez que Gilbert Diendiéré prendra l’avion pour Abidjan ou Paris et libérer le peuple Burkinabé pour une alternance apaisé. Que l’opposition et la société civile, les syndicats refusent de dialoguer avec le dauphin de Blaise Compaoré qui est Diendiéré, vous verrez que l’alternance au Burkina aura une vraie racine. Ce que ces amateurs de soldats qui prennent le peuple Burkinabé comme des moutons ne savent pas, c’est que le Burkina est un village, et que son peuple mouton a mûri et présent a ces rencontres, soit un soldat, ou un chauffeur, un serveur, un portier, le peuple suit de près cette discussion de dupe entre l’opposition bleu et l’armée affamé de pouvoir. J’y étais et j’écris ceux-ci dans des sites d’informations de réseaux sociaux aux Etats unis et des pays amis du Burkina, car les sites du Burkina par la répression de Dendiéré Gilbert, ne publieront pas ce message. Que Gibert rejoigne son complice, et laisser le peuple Burkinabé avec son destin. La victoire du peuple est à moitié avec Gibert Diendiéré sur le sol Burkinabé.

    Répondre à ce message

  • Le 2 novembre 2014 à 22:50
    En réponse à : Transition politique : L’ONU, l’UA et la CEDEDAO invitent les parties au respect de l’ordre constitutionnel

    une transition conduite par un civil,ou etiez vous quand le peuple vous interpelait.La transition sera faite avec toutes les composantes de la societe.Pian !!! Y compris les militaires .Allez degager les présidents militaires en Afrique d abors ?Nous savons que vous etes les syndicats de ces présidents dictateurs.Le Burkina a donne le coup d envoi a qui le prochain tour ?

    Répondre à ce message

  • Le 2 novembre 2014 à 23:21
    En réponse à : Transition politique : L’ONU, l’UA et la CEDEDAO invitent les parties au respect de l’ordre constitutionnel

    Vous la, laissez nous tranquille.
    là où le pays est là, seul un militaire est bon pr diriger.
    les connaisseurs de papier là, ne nous embrouillez pas.
    nous on veut la paix maintenant.
    Dirigez le gouvernement de transition mais le pouvoir là, faut pas qu’on se flatte.
    les émissaires de l’UA et autres, c’est les frais de mission qui les intéressent.
    combien de mission ils pourrons faire, combien d’argent il vont encaisser grace à la crise au Burkina. S’il n’ya pas crise, ça ne les arrange pas.
    ils viennent vous flatter et vs aussi vs vs levez !
    pourquoi au début vs n’avez pas réclamé le pouvoir ?
    c’était pas votre objectif ; c’était pas ds votre programme.
    c’est les jeunes qui ont fonsé, c’est eux qui ont demandé à l’armée de prendre, c’est d’ailleurs la meilleure solution. Vous allez gérer le gouvernement de transition.
    s’il vous plait, ne nous ramenez pas en arrière pendant que tous les pays nous envient présentement. Ne déorientez les gens ! Pensez à la paix dont le pays a besoin ! Merci.

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2014 à 03:43, par pazougnam
    En réponse à : Transition politique : L’ONU, l’UA et la CEDEDAO invitent les parties au respect de l’ordre constitutionnel

    il y’a eu plus de trente morts et plus d’une centaine de blessés. Vous en faut-il plus pour savoir que cette milice appelée rsp a tiré sur la foule et intervenir pour les déloger du palais afin que l’ère Compaoré soit à jamais tourné ? Parce que tant que ce régiment est là avec ces mêmes dirigeants blaise règnera sur le Burkina Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2014 à 05:59
    En réponse à : Transition politique : L’ONU, l’UA et la CEDEDAO invitent les parties au respect de l’ordre constitutionnel

    Typiquement, le médecin après la mort. Pas sûr que votre médiation facilite les choses, c’est d’abord aux burkinabè de se retrouver autour d’une table tous ensemble et d’en discuter : militaires, société civile et l’opposition politique à travers le CFOP. Si un consensus sort autour d’une transition apaisée et une feuille de route, peu importe le chemin qui sera retenu mais avant tout le résultat avec des élections libres et transparentes (élections couplées présidentielles/députés) car on ne fera pas aussi l’économie de certaines questions liées à la constitution qui ont divisé le Burkina ces 3 dernières années et que le régime de Blaise Compoaré n’a pas su ou voulu évacué de manière consensuelle.

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2014 à 06:46, par Soleil de demain
    En réponse à : Transition politique : L’ONU, l’UA et la CEDEDAO invitent les parties au respect de l’ordre constitutionnel

    OUI. La transition doit être constitutionnelle. On ne peut permettre à l’armée d’assassiner la constitution burkinabè, et de narguer le peuple après avoir tranquillement accompagné Blaise COMPAORE pendant 27 ans. Il est grandement temps de passer la main à un vrai pouvoir civil. Oui, un vrai pouvoir civil avec l’accompagnement de la communauté internationnale. Cette communauté internationnale ne doit pas abandonner le peuple burkinabè qui n’a que trop souffert de la présence continu de l’armée sur la scène politique. Il y aura toujours des assassins de la liberté qui soutiendront un nouveau pouvoir de l’armée. Ces gens sont sans piutié pour le Burkina. Ils ne voient que leurs intérêts égoistes.

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2014 à 06:59, par Zanga
    En réponse à : Transition politique : L’ONU, l’UA et la CEDEDAO invitent les parties au respect de l’ordre constitutionnel

    Les avis des aassassins de la constitution burkinabè comme par hazard partisan du pouvoir militaire ont la voie libre. Ne soyons pas complice de ceux qui viennent agraver le sort du Burkina. Ils ont perpétré un coup d’état inutile pour le peuple mais utile seulement pour eux. Comme toujours, il y a tous ces profiteurs qui rapidement vont user de griotisme pour faire de ZIDA un homme politique, et nous voilà parti pour un Blaise bis. Communauté internationale, ne nous abandonnez pas.

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2014 à 07:07, par Ka
    En réponse à : Transition politique : L’ONU, l’UA et la CEDEDAO invitent les parties au respect de l’ordre constitutionnel

    Pas de discussion avec Gilbert Diendiéré et Yacouba Zida, les hommes clé de Blaise Compaoré qui veulent semer le trouble et étouffer le processus de l’alternance entre pris par l’opposition et la société civile. Que Gilbert et Yacouba sachent que le peuple à décider d’en finir avec Blaise Compaoré, Diendiéré Gilbert, et leur homme à tout faire Yacouba Zida. Le Burkina veut avancer sans les militaires. Gibert Diendiéré à manipuler Blaise Compaoré et mettre en morceau Thomas Sankara, et essaye d’utiliser Zida pour tromper le peuple et remettre le régime bis de Compaoré. Disons non à Gilbert Diendiéré, qu’il rejoigne Blaise Compaoré en Côte d’Ivoire en attendant l’appel de la CPI. Je demande les Etats Unis et la France d’oublier les sanctions et intervenir directement comme en Côte d’Ivoire en 2011 et empêcher Diendiéré Gilbert et Yacouba Zida de remettre le feu au Burkina.

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2014 à 09:02, par TS
    En réponse à : Transition politique : L’ONU, l’UA et la CEDEDAO invitent les parties au respect de l’ordre constitutionnel

    Je pense que les organisations inter-africaine et internationale doivent suivre de près cette transition, car il ne faut jamais faire confiance à l’armée. je suggère donc qu’elles prévoient une contre-armée pour le cas précis du Burkina si toutefois l’armée viendrait à confisquer cette victoire du peuple. Je signale que ZIDA doit être suivi de très très près ! je suggère enfin qu’elles exigent la mise en place d’un comité de réparation des séquelles de cette insurrection populaire qui évaluera l’ensemble des dégâts.

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2014 à 09:14, par justice
    En réponse à : Transition politique : L’ONU, l’UA et la CEDEDAO invitent les parties au respect de l’ordre constitutionnel

    La p........ des Infra de la PF doit dégagé, elle est mauvaise, el a enduit beaucoup en erreur son patron, en réalité c’est el qui fait la loi au infras, alors quelle s’est enrichi com pas possible. El doit dégagé on ne ve plu la voir à kossyam

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2014 à 11:29, par TINTIN
    En réponse à : Transition politique : L’ONU, l’UA et la CEDEDAO invitent les parties au respect de l’ordre constitutionnel

    L’ Union Africaine est toujours qualifiée de syndicat des chefs d’État Africain.C’est parce que le peuple vaillant du BURKINA a chasser un des leurs que l’Union Africaine intervient.
    OU étaient toutes ces organisations quand BLAISE affichait sa volonté de tripatouiller pour la nieme fois la constitution du pays.Maintenant que le peuple lui même a réglé son problème vous vous pointer en donneur de leçons ;il fallait donner ces leçons à BLAISE e t prendre vos sanctions éventuelles.

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2014 à 18:08
    En réponse à : Transition politique : L’ONU, l’UA et la CEDEDAO invitent les parties au respect de l’ordre constitutionnel

    foutaise, ou etait l’ONU ,la cedeao et l’ua quand les burkinabés se débattaient seuls,la prochaine marche des burkinabés ce sera sur les représentations de l’ONU de l’UA et de laCEDEAO.
    nous attendons les sanctions avec plaisir et boheur .la revolution commence maintenant.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés