ERE POST-COMPAORE : « Si l’histoire se répète, nous descendrons encore dans les rues »

samedi 1er novembre 2014 à 03h16min

Blaise Compaoré n’est plus le président du Burkina Faso. L’annonce de sa démission intervient au lendemain d’une insurrection populaire débutée le jeudi 30 octobre 2014. Le Général de division Honoré Nabéré Traoré qui assure l’intérim à compter de ce vendredi 31 octobre, devra organiser des élections libres et transparentes dans un délai maximal de 90 jours. Quelles appréciations les manifestants ont-ils de ce dénouement historique ? Quelques citoyens que nous avons rencontrés ont bien voulu se livrer à cœur ouvert mais à l’abri de l’objectif. Lisez plutôt !

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
ERE POST-COMPAORE : « Si l’histoire se répète, nous descendrons encore dans les rues »

OMAR : « Blaise Compaoré a fait preuve d’intégrité en acceptant de quitter le pouvoir sans qu’il y ait eu encore plus de violence, et nous lui en sommes reconnaissants. Il faut maintenant que les principaux acteurs fassent revenir l’ordre et le calme afin que nous puissions recommencer à travailler. Nous ne nous sommes pas battus pour l’opposition mais pour nous même. Il faut qu’ils comprennent qu’ils doivent s’entendre pour le bien de la Nation.

NIKIEMA Emmanuel : « nous rendons grâce à Dieu du fait que le pays n’ait pas sombré complètement dans le chaos. Nous avons voulu le départ de Blaise Compaoré parce que sa démarche ne nous convenait pas. Mais nous ne sommes pour qui que ce soit. Nous voulons seulement que celui qui va assurer le pouvoir après l’élection soit un homme honorable qui fera en sorte que le peuple sorte de la famine, de la pauvreté. Nous ne voulons plus la soif de pouvoir de nos dirigeants, encore moins de la vie chère.

KAGAMBEGA Manassé : « nous demandons la paix et la tranquillité. Les jeunes ont besoin de travail et de meilleures conditions de vie, d’égalité dans la gestion du bien public. Nous avons versé notre sang pour faire partir Compaoré. Il faut que celui qui viendra comprenne que si le peuple n’est pas content de lui il le fera partir de la même manière ».

Eric : « Nous exprimons notre ras-le-bol sur la situation de pauvreté et de chômage dans laquelle nous étions. Les jeunes ne sont pas fous. En agissant ainsi, ils expriment leur frustration. Nous avons besoin de travail. Je lance un appel à ceux qui pillent et cassent, que cela ne sert pas. Nous avons eu ce que nous voulions, les actes de vandalisme ne sont pas nécessaires.


ZONGO Michel :
« ce qui est arrivé est le fruit d’une longue lutte. Nous souhaitons que la transition puisse répondre aux aspirations légitimes du peuple burkinabè. Nous espérons que l’armée qui vient de prendre le pouvoir va conduire le pays vers de prochaines élections démocratiques. C’est un changement que nous attendions parce que nous avons constaté que depuis 27 ans beaucoup de choses ne vont pas bien. En tant qu’étudiant j’ai très mal quand je pense à la situation de nos universités de Ouagadougou. Des gens sont morts pour la bonne cause, il faudrait maintenant assurer la tranquillité des burkinabè. 

VALIAN Firmin : « nous sommes fier du départ du président, nous sommes de vrais démocrates et ce qui s’est passé hier et aujourd’hui nous convient. On va regarder la position du général Traoré qui assurera l’intérim. Si cela nous conviens on va gérer, sinon on reprendra le chemin de la lutte.

Propos recueillis par Martiale ZONGO et Herman Frédéric BASSOLE (Stagiaires)
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 1er novembre 2014 à 04:47, par youlbissan
    En réponse à : ERE POST-COMPAORE : « Si l’histoire se répète, nous descendrons encore dans les rues »

    Que tous les nouveaux dirigeants sachent maintenant qu’au Faso rien ne sera plus comme avant . Que les élections se fâchent vite et que les dossiers de justice en attente dans les tiroirs soient vidées pour le bonheur du peuple . Ni militaire ni civile ne confisquera le pouvoir du peuple. Que les opportunistes se barrent.

    Répondre à ce message

  • Le 1er novembre 2014 à 05:53, par AIGRI
    En réponse à : ERE POST-COMPAORE : « Si l’histoire se répète, nous descendrons encore dans les rues »

    La force es divine et est du ressort de Dieu et d’un peuple,L’Homme peut être grand et sa grandeur est imprimée sur son état d’esprit .toute grandeur simulée ou entachée de ruses,de cupidité déguisée et de mépris de la volonté du peuple est voué au précipices.
    BC est surement entrain de repasser cette leçon de vie.
    La vérité (non au referendum) passant par les escaliers est arrivée à point avant le mensonge(oui au referendum) empruntant ascenseurs:VIVE LE BURKINA FASO,DIEU L’A BÉNI

    Répondre à ce message

  • Le 1er novembre 2014 à 07:40, par Kôrô Yamyélé
    En réponse à : ERE POST-COMPAORE : « Si l’histoire se répète, nous descendrons encore dans les rues »

    - Pourquoi encore des militaires à la tête du pays ? N’est-ce pas vous les militaires qui avez toujours assassiné les gens dans ce pays (Sankara, Lingani, Henri Zongo, Norbert Zongo, etc...) ? Si vous voulez vous assumez, clarifiez tous ces assassinats et faites payer leurs auteurs et commanditaires.Mettez aux arrêtes tous ces gens du CDP qui ont appellé à la violence, les ASSIMI, le député qui dit qu’ils ont des armes, Zongo de la FEDAP/BC, Francois COMPAORÉ, Alizet GANDO. Faites arrêter et juger tous ces parasites et c’est seulement en celà que nous allons reconnaitres votre sérieux. Autrement nous on s’en fout de la sécurité de Blaise et de Diendéré !

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 1er novembre 2014 à 07:43, par Kôrô Yamyélé
    En réponse à : ERE POST-COMPAORE : « Si l’histoire se répète, nous descendrons encore dans les rues »

    - Pourquoi encore des militaires à la tête du pays ? N’est-ce pas vous les militaires qui avez toujours assassiné les gens dans ce pays (Sankara, Lingani, Henri Zongo, Norbert Zongo, etc...) ? Et surtout le RSP, une bande d’assassins !!

    Si vous voulez vous assumez, clarifiez tous ces assassinats et faites payer leurs auteurs et commanditaires. Mettez aux arrêts tous ces gens du CDP qui ont appelé à la violence, les ASSIMI, le député qui dit qu’ils ont des armes, Zongo de la FEDAP/BC, François COMPAORÉ, Alizet GANDO. Mettez aux arrêts Gilbert DIENDÉRÉ et tous ceux qui ont tiré sur les gens à KOSSYAM le 30 octobre. Faites arrêter et juger tous ces parasites et c’est seulement en cela que nous allons reconnaitre votre sérieux. Autrement nous on s’en fout de la sécurité de Blaise et de Diendéré !

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 1er novembre 2014 à 07:56, par ORAN
    En réponse à : ERE POST-COMPAORE : « Si l’histoire se répète, nous descendrons encore dans les rues »

    Désolé et dommage ! La révolution est mort-née. Les militaires vont noyauter les civils et les utiliser les uns contre les autres. Vous verrez dans quelques semaines que la division va régner dans la société civile (balai citoyen M21, collectif divers, etc.). Certains civils seront apatés et utilisés contre les autres. Ensuite, ils seront les piliers du régime pour soutenir le pouvoir et après ce pouvoir ne voudra plus partir. Il revient aux partis politiques et aux leaders politiques aguéris de prendre les choses en main. la société civile n’est pas faite pour la gestion du pouvoir. Préparons nous pour une autre manche de lutte contre le pouvoir militaire. J’espère me tromper.

    Répondre à ce message

  • Le 1er novembre 2014 à 08:04, par ORAN
    En réponse à : ERE POST-COMPAORE : « Si l’histoire se répète, nous descendrons encore dans les rues »

    Dommage ! La révolution est mort-née. Les militaires vont noyauter les civils et les utiliser les uns contre les autres. Vous verrez dans quelques semaines que la division va régner dans la société civile (balai citoyen M21, collectif divers, etc.). Certains civils seront apatés et utilisés contre les autres. Ensuite, ils seront les piliers du régime pour soutenir le pouvoir et après ce pouvoir ne voudra plus partir. Il revient aux partis politiques et aux leaders politiques aguéris de prendre les choses en main. la société civile n’est pas faite pour la gestion du pouvoir. Préparons nous pour une autre manche de lutte contre le pouvoir militaire. J’espère me tromper.

    Répondre à ce message

  • Le 1er novembre 2014 à 08:13, par ORAN
    En réponse à : ERE POST-COMPAORE : « Si l’histoire se répète, nous descendrons encore dans les rues »

    Dites moi ce que peut bien faire Tankoano (M21) à Kossyam à 2h du matin avec le Lt colonel Zida ? Il vient de le dire sur RFI. Il y a une confusion terrible de genre. la socité civile doit rester en dehors d ela gestion du pouvoir. Les militaires vont noyauter les civils et les utiliser les uns contre les autres. Vous verrez dans quelques semaines que la division va régner dans la société civile (balai citoyen M21, collectif divers, etc.). Certains civils seront apatés (avantages du pouvoir) et utilisés contre les autres. Ensuite, ils seront les piliers du régime pour soutenir le pouvoir (comité de soutien à Zida) et après ce pouvoir ne voudra plus partir (retour à la case départ : Blaise reviendra !). Il revient aux partis politiques et aux leaders politiques aguéris de prendre les choses en main. La société civile n’est pas faite pour la gestion du pouvoir. Préparons nous pour une autre manche de lutte contre le pouvoir militaire. J’espère me tromper mais j’invite les bonnes volontés et la population à ne pas se laisser surpasser par les véilléités de récupération. Attention au cheval de Troie nommé Zida. il pourrait bien cacher BC ou Golf. On doit rester vigilant et prêt à ressortir das les rues.

    Répondre à ce message

  • Le 1er novembre 2014 à 08:21, par Bala Wenceslas SANOU
    En réponse à : ERE POST-COMPAORE : « Si l’histoire se répète, nous descendrons encore dans les rues »

    Rendons hommage à ceux qui sont tombés dans cette lutte de libération du pays contre un système de gestion familiale qui nous a longtemps privé de nos droits citoyens. Rendre hommage à tous les combattants tombés implique que nous réalisions d’abord une chose : l’ampleur de la tâche qui nous attend. Personne ne nous a libéré du système féodale compaoré, personne ne rebâtira non plus notre pays pour nous. La marche courageuse engagée sous Thomas Sankara a été perturbée par la longue diversion des Duvalier du Faso. Ressaisissons-nous et reprenons avec courage le travail de construction de notre pays ; mettons en place des institutions fortes devant lesquels nous serons tous égaux en droits et devoirs : plus jamais de dictateur fort au Burkina ; plus jamais de manipulateur des lois pour des intérêts partisans, force reste à jamais au Peuple libre du Burkina Faso qui a décidé d’assumer son destin.

    Répondre à ce message

  • Le 1er novembre 2014 à 08:37, par Amayal
    En réponse à : ERE POST-COMPAORE : « Si l’histoire se répète, nous descendrons encore dans les rues »

    Bravo au peuple burkinabé d’avoir faire partir en deux jours le sanguinaire françafricain blaise compaoré. L’homme de 27 ans au pouvoir. Mais que le peuple burkinabè sache que leur révolution sera sans effet s’il n’est pas vigilent. Car, Blaise a laissé le pouvoir de la main droite et l’a repris de la main Gauche. Si c’est son homme de main Zida qui prend le pouvoir, alors, l’échec du mouvement populaire.
    Il faut continuer la lutte et mettre un civil pour diriger la transition. Un militaire reste un militaire.

    Répondre à ce message

  • Le 1er novembre 2014 à 09:50
    En réponse à : ERE POST-COMPAORE : « Si l’histoire se répète, nous descendrons encore dans les rues »

    Bravo , je suis très satisfait de la façon dont le peuple honnête de Burkina fasso a répondu Blaise , l’histoire est là , il est venu par des armes et il est parti par les armes.
    je salue le mémoire Thomas Sankar . merci - merci

    Flaubert Comores

    Répondre à ce message

  • Le 1er novembre 2014 à 09:57, par doudou
    En réponse à : ERE POST-COMPAORE : « »

    Nous sommes à l’écoute de l’armé avec un regard particulier. si c’est le monstre de COMPAORE qui continu nous allons à nouveau descendre dans la rue*****Si l’histoire se répète, nous descendrons encore dans les rues*****

    Répondre à ce message

  • Le 1er novembre 2014 à 10:05, par BARRY Abdoulaye
    En réponse à : ERE POST-COMPAORE : « Si l’histoire se répète, nous descendrons encore dans les rues »

    Nous invitons toute les organisations que ca soit de la société civile, des partis politiques, des mouvement de libérations à rester vigilant sur cette situation confuse car l’armé reste toujours les hommes fidèle à l’autocrate COMPAORE, soyons toujours prête à aller jusqu’au bout pour ne pas nous faire voler la lutte.Si c’est le cas nous descendrons dans la rues

    Répondre à ce message

  • Le 1er novembre 2014 à 10:08, par sanou
    En réponse à : ERE POST-COMPAORE : « Si l’histoire se répète, nous descendrons encore dans les rues »

    vive le burkina libre !que les vies sacrifiées pour cette cause ne soient pas oubliées !il ya urgences à ce que les dirigeants de la transition convoquent les SG des différents ministères afin de prendre les décisions qui sied pour que la vie reprène vu qu’il n’ya plus d’autoritévive le burkina libre !que les vies sacrifiées pour cette cause ne soient pas oubliées !il ya urgences à ce que les dirigeants de la transition convoquent les SG des différents ministères afin de prendre les décisions qui sied pour que la vie reprène vu qu’il n’ya plus d’autoritévive le burkina libre !que les vies sacrifiées pour cette cause ne soient pas oubliées !il ya urgences à ce que les dirigeants de la transition convoquent les SG des différents ministères afin de prendre les décisions qui sied pour que la vie reprène vu qu’il n’ya plus d’autoritévive le burkina libre !que les vies sacrifiées pour cette cause ne soient pas oubliées !il ya urgences à ce que les dirigeants de la transition convoquent les SG des différents ministères afin de prendre les décisions qui sied pour que la vie reprène vu qu’il n’ya plus d’autorités.

    Répondre à ce message

  • Le 1er novembre 2014 à 11:49
    En réponse à : ERE POST-COMPAORE : « Si l’histoire se répète, nous descendrons encore dans les rues »

    bon vent a toi.

    Répondre à ce message

  • Le 1er novembre 2014 à 11:59, par simpore Rodrigue
    En réponse à : ERE POST-COMPAORE : « Si l’histoire se répète, nous descendrons encore dans les rues »

    j’apprecie cette demarche pacifique de Blaise Compaoré de quitter le pouvoir.reconnaissons quand meme il a abatu un grand boulot

    Répondre à ce message

  • Le 1er novembre 2014 à 12:06, par Victoire
    En réponse à : ERE POST-COMPAORE : « Si l’histoire se répète, nous descendrons encore dans les rues »

    Slt. Je voudrais savoir où sont passés les partisans fidèles à Blaise et au référendum. Ceux qui pensait que sans blaise le Burkina s’arrête. Ils sont où, cette bande d’escroc et de voyou. Si la honte pouvait tuée !!!!!!!! Vive la transition sans blaise ! Vive le Burkina Faso. En avant pour la lutte !!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 1er novembre 2014 à 12:24, par defenseur
    En réponse à : ERE POST-COMPAORE : « Si l’histoire se répète, nous descendrons encore dans les rues »

    sil n repond pa o aspiration du peuple burkinabé il sera chassé d la mème manière.il a interet et j’apelle l peuple burkinabé a ouvrir les yeux sur les nouveaux dirigeants

    Répondre à ce message

  • Le 1er novembre 2014 à 12:28, par defenseur
    En réponse à : ERE POST-COMPAORE : « Si l’histoire se répète, nous descendrons encore dans les rues »

    sil n repond pa o aspiration du peuple burkinabé il sera chassé d la mème manière.il a interet et j’apelle l peuple burkinabé a ouvrir les yeux sur les nouveaux dirigeants

    Répondre à ce message

  • Le 1er novembre 2014 à 15:04, par isaac
    En réponse à : ERE POST-COMPAORE : « Si l’histoire se répète, nous descendrons encore dans les rues »

    Je remercie les citoyens burkinabè pour leur sagesse. Les responsables du cdp ont beaucoup travaillé pour sa chute. Félicitation à ASSIMI koanda . chapeau à toi. mr koanda.

    Répondre à ce message

  • Le 1er novembre 2014 à 16:32, par PauvreBurkinabe
    En réponse à : ERE POST-COMPAORE : « Si l’histoire se répète, nous descendrons encore dans les rues »

    L’histoire s’est déjà répétée...alors qu’allez-vous faire ?

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés