Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Aucune cause juste ne peut être servie par la terreur. Kofi Annan» 

Projet de loi de révision du CODE électoral : une coalition d’OSC s’insurge contre la formulation de l’article 266 BIS

Accueil > Actualités > Politique • • mardi 28 octobre 2014 à 01h52min
Projet de loi de révision du CODE électoral : une coalition d’OSC s’insurge contre la formulation de l’article 266 BIS

Le gouvernement Burkinabè a adopté en Conseil de ministre et transmis à l’Assemblée Nationale un projet de loi portant révision du code électoral. La lecture de ce projet de loi en son article 266 bis libellé ainsi : « Lorsque des difficultés graves, de nature à hypothéquer l’intégrité du scrutin apparaissent, le Gouvernement à travers le ministère en charge des Libertés publiques informe le Conseil constitutionnel et/ou le Conseil d’Etat et prend les dispositions appropriées pour la poursuite et l’aboutissement du scrutin », attire notre attention, car il remet en cause les acquis démocratiques notamment en matière d’organisation des élections.

En effet, à travers cet article, le gouvernement veut s’ingérer dans l’organisation des élections en lieu et place de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) qui a la charge de cette mission.
En réalité, cet article a une portée politique majeure au regard du contexte national actuel où le pouvoir cherche par tous les moyens à organiser un referendum à sa solde afin de permettre au président Blaise Compaoré de briguer un nième mandat après 28 ans au pouvoir. Anticipant un éventuel refus de certains membres de la CENI de prendre part à l’organisation du referendum, le pouvoir commence à chercher un antidote à un éventuel blocage. Il est tant que cette manœuvre s’arrête et pour cela chaque acteur doit jouer sa partition.
C’est pourquoi nous, organisations de la société civile, regroupées au sein du « Mécanisme d’alerte proactive des partenaires du Programme Démocratie, Droits humains et Genre (PDDHG) de Diakonia »,
Attachées à la démocratie, à la citoyenneté et aux valeurs de gouvernance républicaine ;
Réaffirmons notre volonté collective de défendre les acquis démocratiques du peuple burkinabè ;
Rappelons que la CENI est l’aboutissement heureux d’un consensus politique et social historique qui a soustrait l’organisation des consultations électorales de l’emprise du Ministère de l’administration jugé trop partial, pour la confier à un organisme indépendant, laquelle a, depuis plus de 20ans, organisé les élections dans des conditions acceptables selon plusieurs observateurs.

S’inquiétant du risque que l’article 266 bis ci-dessus cité, ne devienne l’arme qui va servir à attenter à l’intégrité de la CENI avec comme corollaire, la dangereuse compromission de la paix sociale que les filles et fils du Burkina ont mis tant de temps à bâtir ;
Refusant d’être spectateur devant la dégradation progressive de cette paix sociale et dans le but de la préserver,

Interpellons :
Tous les fils et filles du Faso sur leur devoir patriotique et leurs responsabilités dans la préservation de cette paix sociale acquise au prix du sang de certains de nos compatriotes,

Dénonçons :
le non-respect de l’état de droit et de l’intégrité des Organes et institutions étatiques dont la CENI ;

Engageons la responsabilité :
du gouvernement quant aux crises qui surviendraient suite à l’application de telles dispositions du code électoral.

Recommandons avec insistance :
Aux députés :
d’avoir constamment à l’esprit la nécessaire sauvegarde de la préservation de la paix sociale, dans l’adoption des lois ;
de rejeter purement et simplement le projet de loi portant modification du Code électoral parce qu’inopportun.

Au MATS :
de contribuer à la consolidation de la paix, en respectant l’intégrité de la CENI ;
Ont signé,

Les organisations ci-après :
ADEP ; AMR ; CEJ/UJAB ; CNP/NZ ; GERDDES-BURKINA ; MBDC ; MBDHP ; RAPPED ; REN-LAC ; TON.

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Nouveau règlement de l’Assemblée nationale : Le format du discours du Premier ministre devant le parlement sera réduit
58è anniversaire de l’indépendance : Le Burkina a revisité son histoire à Manga
Message à la nation du président du Faso : Les Burkinabè sont-ils réellement disposés à l’unité et à la cohésion nationale ?
Sondage d’opinion « Présimètre » : Roch Kaboré obtient 4,91 sur 10 pour sa 3e année de gouvernance
Demande d’extradition de François Compaoré : Les commentaires du gouvernement burkinabè sur la décision de la Cour d’appel de Paris
Crise au conseil municipal de Gourcy : « Nous serons désormais obligés de nous défendre contre nos agresseurs » (Responsable provincial des jeunes du MPP)
Loi sur le vote des Burkinabè de l’étranger : Les Burkinabè d’Espagne s’insurgent contre les missions d’explication
Politique : Le PDS/Metba se prépare pour les élections de 2020
Réseau des femmes Leaders : Projecteurs sur la participation politique de la jeunesse féminine burkinabè
Gestion 2017 du gouvernement : Une « dégradation des indicateurs » dans la gestion financière et comptable
Bonne gouvernance : La présidence du Faso et le Premier ministère donnent l’exemple !
Loi sur le vote des Burkinabè de l’étranger : Des missions d’explication dans 38 pays
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés