Energie au Burkina : La JED pour une plus grande implication des journalistes

lundi 27 octobre 2014 à 01h32min

L’Association « Journalistes et Communicateurs pour les Energies et le Développement durable » (JED) a animé, ce samedi 25 octobre 2014 à Ouagadougou, une conférence de presse au cours de laquelle le bureau exécutif a annoncé ses ambitions et la tenue en fin novembre de la première édition des Journées des Acteurs de la Communication sur les Energies (JACE).

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Energie au Burkina : La JED pour une plus  grande implication des journalistes

C’est sous le thème « Energie et Développement durable au Burkina Faso : quelle contribution des hommes de médias ? », que Ouagadougou abritera du 27 au 29 novembre 2014 les Journées des Acteurs de la Communication sur les Energies (JACE). A un mois de cet évènement initié par les « Journalistes et Communicateurs pour les Energies et le Développement durable », les premiers responsables ont présenté aux hommes de médias le programme d’activités de la manifestation et ont invité tous les journalistes à faire de la question de l’énergie une priorité.

72 heures de réflexions sur le rapport hommes de médias /énergies

Du fait des conséquences engendrées par le déficit électrique constaté en Afrique en général et au Burkina Faso en particulier, et ce malgré les potentialités en ressources énergétiques du continent, les hommes de médias burkinabé ne veulent pas rester en marge de la problématique. En effet, la JED créée il y a de cela 11 mois, a décidé de faire du secteur de l’énergie une priorité en étant un maillon indispensable dans la synergie des actions entreprises par tous les acteurs pour une meilleure politique énergétique. Pendant les 72 heures des JACE, une conférence, un atelier, un panel et une sortie de terrain à la centrale de Komsilga seront organisées avec l’appui de partenaires.

L’énergie, un combat de tous

« L’Association est la vôtre. Nous avons besoin de tout le monde ». Cette déclaration de Grégoire B. Bazié sonne comme un appel au devoir à l’endroit de tous les journalistes pour un engagement conséquent pour plus d’accès des populations aux services énergétiques. Quant on sait que le taux d’électrification national était de 17% en 2013 avec seulement 3,5% en milieu rural, l’on convient avec le Secrétaire général de la JED, Boukary, que « ce n’est pas un travail d’un jour, d’une personne, mais le travail de tout le monde ».

Herman Frédéric BASSOLE (Stagiaire)
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 27 octobre 2014 à 20:26, par Dabire harouna
    En réponse à : Energie au Burkina : La JED pour une plus grande implication des journalistes

    L’Afrique a t elle actuellement besoin de démocratie, a cette célèbre phrase le guide libyens a répondu l’Afrique n’a pas besoin de démocratie, elle a plutôt besoin de médicament et de nourriture. En effet sur le analyse le contexte en générale et plus particulière le cas du Burkina Faso, on se rend compte que sur la question de la modification de la clause limitative des mandats présidentielles qui fait litige actuellement au pays, le principale argument utiliser par l’opposition se porte sur le coût et la question du pouvoir à vie. D’une part si on considère le coût d’abord du recensement biométrique on se recompte le problème ne se pose pas au niveau du coût du référendum. Le recensement biométrique qui s’est étaler sur plusieurs mois ayant coûter a lui tout seul prêt de 40 milliards vous serez d’avis avec ma personne que le vote d’un seul jour ne peut coûter autant. De plus quand on considère que des institution comme le CFOP perçoivent un cotation au prêt de l’Etat chaque année la question de budgétivore ne s’y est pas. Rappelons à tous le monde que la démocratie elle même à une coût, ce qui nous amène ainsi à se demander si la cela n’est pas lier à la question du pouvoir à vie. D’autre part dire qu’il y aura un pouvoir à vie cela reviendrai à confirmer les nos doutes que le peuple désir plus que tout que Blaise soit reconduit en 2015. Dans ce cas sauter le verrou de la clause limitative des mandats présidentiel ne nuirait en aucun cas à la démocratie burkinabé vue que l’essence de la démocratie est de donner l’exercice totale du pouvoir au peuple par peuple j’entends peuple burkinabé et non le peuple sans nationalité de l’opposition

    Répondre à ce message

  • Le 6 novembre 2014 à 18:27, par Ouedraogo
    En réponse à : Energie au Burkina : La JED pour une plus grande implication des journalistes

    Bonjour,
    Article sans contact. Comment faire pour prendre attache avec cette association ?

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés