Projet de modification de l’article 37 : l’UPC peaufine ses stratégies pour faire échec

dimanche 26 octobre 2014 à 14h32min

Le Secrétariat exécutif national de l’Union pour le progrès et le changement (UPC) a tenu, ce samedi 25 octobre 2014 à Ouagadougou, une session ordinaire dont le sujet majeur a porté sur la situation politique nationale. Un moment « important » pour l’exécutif du parti, fort d’une cinquantaine de membres, de scruter la situation politique et définir de la conduite à tenir.

Projet de modification de l’article 37 : l’UPC peaufine ses stratégies pour faire échec

Venus de toutes les provinces du pays, les membres du Secrétariat exécutif national du parti, sous la houlette de son premier responsable, Zéphirin Diabré, président du parti, ont passé au peigne fin, la situation politique nationale qui a amorcé un autre virage depuis le mardi, 21 octobre dernier avec l’adoption par le gouvernement du projet de loi portant convoquant du referendum. Subsidiairement, cette session ordinaire s’est penchée également sur la mise en place des structures du parti et a abordé d’autres questions diverses.

« C’est une rencontre statutaire du Secrétariat exécutif national du parti qui a été convoquée pour examiner la situation politique nationale et bien d’autres sujets », a campé le vice-président du parti, Denis Nikiéma avant de rappeler la position de son parti sur les questions « querellées ». La position de l’UPC est connue et n’a pas changé, a-t-il dit. L’UPC a toujours été, depuis le début, contre la modification de l’article 37, la mise en place du Sénat et le referendum. Au sujet des manifestations « spontanées » enregistrées depuis l’annonce de la décision, le mardi 21 octobre, le 2ème responsable de l’UPC a relevé que la question de la modification de l’article 37 va au-delà des partis politiques. Elle concerne tout le monde, justifie-t-il avant d’affirmer : « Le seul mot d’ordre que nous donnons, c’est la manifestation de mardi prochain pour protester contre le vote de cette loi. Sinon, les manifestations spontanées, nous ne pouvons pas les contrôler ». Sur le vote du projet de loi le 30 octobre prochain, M. Nikiéma n’en commente pas trop, se contentant d’indiquer que le scrutin étant à bulletin secret, il n’est pas exclu que les lignes bougent. « On n’a pas peur. Nous serons vraiment démocrates ; si on perd, on a perdu. Si on gagne, on a gagné », a-t-il confié, interpellant « la conscience de chaque député ». Réagissant à une question sur ce que certains appellent « revirement » de l’ADF/RDA, Dénis Nikiéma laisse entendre que chaque parti est libre de sa ligne politique « et l’ADF/RDA, en tant que parti autonome visant à conquérir le pouvoir, a ses raisons. Le parti disait être contre la modification de l’article 37 aujourd’hui, il dit être pour ; nous ne pouvons que constater cela et prendre acte ».

Les femmes et les jeunes à l’assaut …

La présidente de l’Union nationale des femmes, Henriette Zoumbaré, explique que depuis la date de la décision, la mobilisation au niveau de son secrétariat s’est intensifiée en vue des actions à venir au niveau du CFOP (organe faîtière de l’opposition politique). En claire, il s’agit pour elle, d’activer toutes les structures au niveau des arrondissements et structures déconcentrées. « Nous sommes solidaires de tous les mots d’ordre lancés par nos responsables de parti dans le cadre du CFOP et nous serons bien présentes, notamment le 28 octobre. La mobilisation, c’est le moment où à jamais. Pour l’intérêt de la nation, les « lionnes » (l’UPC est symbolisée par un Lion, ndlr) sont prêtes », a rassuré la responsable des femmes du parti, Henriette Zoumbaré.

Même abnégation affichée du côté de la jeunesse du parti où le mot d’ordre est la synergie d’action. « Au niveau des jeunes, depuis le mot d’ordre lancé par le CFOP, nous avons entrepris une campagne de proximité en vue de sensibiliser non seulement les jeunes militants et sympathisants mais aussi, tous les jeunes qui sont contre la modification de l’article 37, soucieux de leur avenir et prêts pour l’alternance et le changement, à sortir massivement pour la journée du 28 octobre », a dévoilé Léonce Zagré, secrétaire à la jeunesse de l’UPC. A cet effet, poursuit-il, un travail est entrepris à travers les bureaux des jeunes de l’union des arrondissements « pour inviter les uns et les autres à sortir le 28 octobre 2014 à partir de 7 h à la Place de la Nation ». « Au niveau également des jeunes leaders du CFOP, nous avons un regroupement de l’ensemble des jeunes des partis politiques de l’opposition et nous y tenons des concertations pour voir comment fédérer nos énergies dans les secteurs, arrondissements, les communes rurales et dans les provinces parce que, c’est l’avenir de la jeunesse qui se joue », a détaillé M. Zagré.

Oumar L. OUEDRAOGO
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés