Manifestations anti-referendum : « Certains enfants sont traumatisés », confie un responsable d’établissement

vendredi 24 octobre 2014 à 23h26min

Les manifestations contre le referendum ont touché les établissements secondaires, et même le primaire à certains endroits. C’est le constat qui s’est dégagé en cette journée de vendredi 24 octobre où de nombreux établissements ont donné l’allure de « lieux morts » et des témoignages de responsables d’établissements qui ne laissent personne insensible.

 Manifestations anti-referendum : « Certains enfants sont traumatisés », confie un responsable d’établissement

De la dizaine d’établissements secondaires et primaires parcourus à Tampouy dans l’arrondissement N°3, Tanghin dans l’arrondissement N°4, Paspanga dans l’arrondissement N°1 et Gounghin dans l’arrondissement N°2, « seulement » deux (un établissement secondaire privé et une école primaire publique) tenaient normalement des cours. Interrogés, les responsables de ces derniers établissements évoqués indiquent n’avoir reçu aucune note demandant la suspension des cours. « Comme ce n’est pas une grève, je ne vois pas pourquoi suspendre les cours », a confié le surveillant général de l’établissement secondaire privé avant d’ajouter qu’il appartient aux élèves eux-mêmes de décider de leur avenir.
Dans les grands établissements secondaires publics de la capitale, les administrations sont « restées » fermées dans bien d’endroits. Que ce soit au Lycée Marien N’Gouabi, Bambata, Philippe Zinda Kaboré ou au Lycée Nelson Mandela, c’est le même constat que ces établissements sont vides de leurs occupants habituels. « Nous sommes venus ce matin pour les cours mais on a constaté que les classes étaient fermées. On ne nous a rien donné comme explications », a confié un groupe d’élèves au lycée Philipe Zinda Kaboré, se disposant à faire des exercices sur les tableaux implantés dans la cour de l’établissement. Au lycée Marien N’Gouabi par contre des élèves indiquent avoir été informés par l’administration de la « suspension » des cours ce vendredi, 24 octobre. « Nous sommes toujours-là parce qu’on doit bosser ; nous sommes en classe d’examen », nous précisent-ils.

La crainte des saccages

Si au niveau des établissements publics, les premiers responsables sont « absents », dans le privé, on ne souhaite pas non plus commenter la situation, « par mesure de sécurité ». Au-delà de tous les risques liés aux troubles par le fait des élèves eux-mêmes, bien d’autres paramètres semblent motiver des établissements à libérer les « enfants » au « moindre mouvement ». « Avec la concurrence, des individus sont instrumentalisés pour saccager dans certains établissements jugés comme de potentiels concurrents. Tout comme il arrive que certains élèves, parce que renvoyés d’un établissement, s’organisent à travers ce genre de mouvements pour venir se venger… », déplore un responsable d’établissement privé à Tanghin. « On a même vu, poursuit-il, des gens porter la tenue de certains établissements qu’ils ne fréquentent pourtant pas, pour aller semer la pagaille ; rien que pour ternir l’image de l’établissement en question. C’est vraiment compliquer. C’est pourquoi lors qu’il y a des mouvements, nous libérons les élèves en attendant de voir comment s’organiser pour rattraper ce qui peut l’être », a soutenu ce dernier. Outre cela, ces perturbations, confient certains interlocuteurs, font l’affaire de certains responsables d’établissement. « Ils économisent quand il n’y a pas cours. C’est malheureux mais c’est ainsi. Beaucoup se frottent les mains actuellement », relève un autre responsable.

On se prépare au chômage

« La situation nationale fait que nous sommes dans l’obligation de libérer les enfants. C’est d’abord leur sécurité qui nous préoccupe ; le reste, c’est après. Les enfants ne sont en rien responsables dans ce que nous avons créé, notre bagarre ; ils ne sont pas venus eux-mêmes au monde. Que chacun comprenne que l’avenir, c’est la jeunesse. On sait comment ça commence, mais on ne sait pas comment ça se termine. Nous ne voulons pas connaître ce que le Burundi ou le Rwanda ont vécu. Si nous cultivons la violence à l’enfant, il sera un homme violent. Si nous cultivons l’amour à l’enfant, il sera un altruiste. Je demande aux uns et aux autres de mettre en avant l’avenir de notre pays. J’ai eu la malchance de vivre les crises en Côte d’Ivoire et au Mali où j’ai vécu 3 ans. Je sais ce que vaut une guerre. Donc, je demande à tout le monde de penser à l’autre », a déballé le directeur d’un complexe regroupant une section maternelle et le primaire.
Au-delà de cet aspect, il dit craindre pour l’avenir même des travailleurs du privé, celui de l’enseignement en particulier. « Cette situation pèse beaucoup sur nous parce que sommes privés, et qui privé dit entreprise. J’ai dit aux collègues que c’est nous qui en pâtissons plus ; on doit se préparer à aller au chômage. Nous sommes les principaux concernés parce que si les parents ne viennent pas payer, nous ne pouvons pas avoir un salaire. A Ouaga, les ¾ des établissements sont privés et si ça ne marche pas, c’est nous et nos familles qui allons souffrir », a-t-il analysé avant de demander à « chaque Burkinabè » de beaucoup penser à l’avenir du Burkina.
« Certains enfants sont traumatisés »
C’est avec « peine » que le directeur du complexe sus-énuméré décrit l’état de peur que certains enfants expriment « en ce moment ». En effet, indique-t-il, certains enfants sont « traumatisés » au moindre coup de sifflets ou au moindre mouvement. « Ils courent, pleurent en disant : c’est la guerre. Ce matin, quand les coups de sifflets et les cris ont retenti chez nos voisins (un établissement secondaire se trouve dans les encablures), les enfants ont commencé à pleurer en disant qu’il y a la guerre. Voyez-vous … ? ça choque », s’est attristé le directeur du complexe qui abrite, note-t-il, plus de 800 enfants. A notre passage aux environs de 11h, nombreux étaient encore dans la cour avec les enseignants, dans l’attente de leurs parents. D’où la suggestion du directeur aux parents de veiller à la sécurité de leurs enfants, surtout en ce temps de troubles, et d’éviter de tenir certains propos devant eux à la maison. « A la maison, les parents, sans se rendre pas compte, inculquent des idées aux enfants ; ça leur reste gravé dans la tête et ça les traumatise. Ces enfants qui sont paniqués ont certainement entendu à la maison les parents dire par exemple : cette situation-là…, c’est la guerre seulement ; il y aura la guerre. Vous voyez ? Ils ne tiennent pas compte de leurs enfants et ne se rendent pas compte de ce que ça fait aux enfants », a-t-il développé avant de réitérer son invite aux parents à redoubler de vigilance car, souligne-t-il, la première école pour l’enfant, c’est la famille.

Oumar L. OUEDRAOGO
Lefaso.net
.

Vos commentaires

  • Le 24 octobre 2014 à 23:11, par jonassan En réponse à : Manifestations anti-referendum : « Certains enfants sont traumatisés », confie un responsable d’établissement

    Mes chers petits, n’ayez pas peur. Vous ne méritez pas çà. C’est un sale burkinabé qui vous fait çà ; çà va finir bientôt. Y’aura pas la guerre au Burkina ; ces moins que rien nous le paierons.
    Pourquoi, au prétexte de l’équilibre de l’information on nous présente 2 camps, face à face, alors qu’il n’y a qu’un camp et quelques criminels qu’il faut arrêter ce n’est pour cela que c’est la guerre.

    Répondre à ce message

  • Le 24 octobre 2014 à 23:28, par Wendsongdo En réponse à : Manifestations anti-referendum : « Certains enfants sont traumatisés », confie un responsable d’établissement

    Voulez-vous qu’on cache quoi aux enfants, s’il y a des parents irresponsables, lâcheS comme Hermann ? Gilbert ET AUTRES qui ne pensent qu’à leur panse !
    LA PATRIE OU LA MORT NOUS VAINCRONS

    Répondre à ce message

  • Le 25 octobre 2014 à 00:18, par silmiga En réponse à : Manifestations anti-referendum : « Certains enfants sont traumatisés », confie un responsable d’établissement

    Il faut que les gens se départissent de ces analyses, car c’est parce que vous ne voulez pas rater un mois de salaire que Blaise pense que notre pays lui appartient. C’est à Blaise qu’il faut demander de respecter notre constitution et il y aura la paix et vous allez avoir votre salaire. Même si vous mangez aujourd’hui, vous ne reportez seulement le jour de la faim, car les pouvoirs de la longévité de celui de Blaise ont toujours fini dans le chaos et c’est le le peuple (vous et moi et nos chers enfants) qui supporterons ce chaos. Mon cher ami il faut lutter pour des lendemains meilleurs au lieu d’être là à pleurnicher.

    Répondre à ce message

  • Le 25 octobre 2014 à 02:36, par Sidpasata Veritas En réponse à : Manifestations anti-referendum : « Certains enfants sont traumatisés », confie un responsable d’établissement

    A QUI LA FAUTE ? AUX AUTEURS DU PROJET DE LOI SCÉLÉRAT OU A CEUX QUI Y OPPOSE COMME ILS PEUVENT ? TOUS SAVENT BIEN CE QU’ILS FONT, Y COMPRIS CEUX QUI ONT FAIT CE REPORTAGE TRÈS ORIENTÉ : CA VA CHAUFFER POUR TOUS, ON VOUS L’AVAIT DIT !

    Répondre à ce message

  • Le 25 octobre 2014 à 04:35, par Bala Wenceslas SANOU En réponse à : Manifestations anti-referendum : « Certains enfants sont traumatisés », confie un responsable d’établissement

    Je fais partie de tant de personnes qui ont des enfants à l’école (j’en ai précisément trois tous scolarisés et si je prends en compte ceux de mes frères, sœurs et amis, ils/elles sont nombreux). Personne de sain d’esprit ne va chercher à traumatiser des enfants innocents. Chacun a le droit d’exprimer ses opinions vis-à-vis de la situation politique. Personnellement je dis que nous devons rester sereins, mais fermes pour que notre Fille Aînée (la Constitution) ne soit plus jamais traumatisée par tant de mutilations génitales. Nous devons œuvrer à vider la poubelle du Burkina de ses 27 ans d’errements, de duperie, de tricherie (sans la casser) ! 27 ans d’amputation génitale de notre Fille Aînée la Constitution, avec des promesses mensongères d’émergence de nouveaux membres ; mais rien à l’horizon sinon la misère de la masse (au profit d’un club d’aventuriers politiques sans éthique). Dans notre juste combat, sachons préserver ceux/celles pour lesquels nous nous battons : nos enfants, leur dignité. Soyons clairvoyants pour que ceux et celles qui sont aux abois ne soient derrières certains troubles dans le but de salir notre noble et juste lutte qui aboutira. Plus de MGC (Mutilation Génitale de la Constitution) ; si nous ne faisons rien, ’président fondateur exciseur constitutionnel’ atteindra son objectif final = rendre stérile notre Fille Aînée Constitution afin qu’aucun enfant ne naisse dans ce pays pour perturber son règne ad aeternam. Le projet de président fondateur atteint du virus d’Hérode ne passera pas ; sauvons ce qui reste de fertilité à notre Constitution pour un avenir digne à nos enfants aujourd’hui traumatisés (nous avec eux) !!!

    Répondre à ce message

  • Le 25 octobre 2014 à 05:46, par le Sage En réponse à : Manifestations anti-referendum : « Certains enfants sont traumatisés », confie un responsable d’établissement

    Hélas, l’intolérance gagne du terrain et à nouveau, c’est le fils du pauvre qui souffre. Demandons aux boss qui mettent le feu au pays où sont leurs enfants.

    Répondre à ce message

  • Le 25 octobre 2014 à 06:14, par zongo de Koudougou En réponse à : Manifestations anti-referendum : « Certains enfants sont traumatisés », confie un responsable d’établissement

    Tout ça à cause de la mauvaise politique . Ayons un souci pour nos enfants quand même . Dieu, aide mon Pays . AMEN ! !!!!

    Répondre à ce message

  • Le 25 octobre 2014 à 07:22, par Laguna En réponse à : Manifestations anti-referendum : « Certains enfants sont traumatisés », confie un responsable d’établissement

    Les élèves ne peuvent qu être traumatisés. Si le maître ou le professeur leur tient des propos de terreur .Comment un enseignant peut il dire à un élève de rester à la maison que " ça va chauffer ". Quand aux lycées privés et autres... la situation de classes fermées les arrange . comme le dit l écrit, ils font des économies. Mais il appartient aux parents d ouvrir l oeil et aux élèves de bien réfléchir avant d accepter ces décisions prises souvent unilatéralement. Même si les classes sont fermées les responsables des établissements devraient être sur place. Où étaient ils à votre arrivée ? Sont - ils aussi en grève avec les élèves ? Ce dont je suis sûr, cette situation arrange les paresseux et les responsables véreux.

    Répondre à ce message

  • Le 25 octobre 2014 à 08:54, par fidel En réponse à : Manifestations anti-referendum : « Certains enfants sont traumatisés », confie un responsable d’établissement

    Devant la loi rien ne peut justifier les débordements c’est pour cette raison que même quand un ivrogne commet un délie il sera jugé. Et c’est dans cette même lance que tout débordement sera maté par les autorités ! L’ADF est un parti voué a un avenir prometteur tout simplement parce qu’elle sait s’adapter aux différentes situation. Les radicaux sont voué à des échec cuisant et la mort de leur parti. Le MPP est mort maintenant le choix est donné aux parties ! Vive la consultation populaire

    Répondre à ce message

  • Le 25 octobre 2014 à 09:12, par C’est clair En réponse à : Manifestations anti-referendum : « Certains enfants sont traumatisés », confie un responsable d’établissement

    Un bon système politique devrait corriger cette erreur. Mais comme il y a des gens qui soutiennent que ce régime cafard dure au pouvoir, je crois que les responsables des écoles sont honnêtes en fermant les écoles.

    Répondre à ce message

  • Le 25 octobre 2014 à 09:12, par Laurentine En réponse à : Manifestations anti-referendum : « Certains enfants sont traumatisés », confie un responsable d’établissement

    Il est claire que nous devons prendre des mesures afin que nos enfants puissent continuer à acquérir le savoir. Il est de notre ressort de montrer aux plus jeunes que leur travail actuellement est l’acquisition du savoir et pour cela nous ne devons pas entraîner nos enfants dans nos délires. Nos enfants ne doivent pas être des victimes de notre ignorance. Si le référendum était accepté depuis il n’ignorait pas des perturbations dans le système éducatif. Allons au référendum

    Répondre à ce message

  • Le 25 octobre 2014 à 09:21, par kaboré ludovic de tanghin En réponse à : Manifestations anti-referendum : « Certains enfants sont traumatisés », confie un responsable d’établissement

    cela ne peut que troubler les enfants ! cette classe politique en occurrence l’opposition et la société dite civile qui ne pensent qu’à assouvir leur besoin personnel .laisser les enfants construire leur avenir en toute quiétude .Des hommes politiques qui poussent la jeunesse dans les rues , ils se font tué et quand ils accèdent à la magistrature suprême , ils ne font rien de bon .ceux qui appels au débordement ne méritent pas le crédit de la jeunesse et du peuple en général .

    Répondre à ce message

  • Le 25 octobre 2014 à 09:22, par Laure En réponse à : Manifestations anti-referendum : « Certains enfants sont traumatisés », confie un responsable d’établissement

    On voit bien qu’il y a certain qui profite de cela pour se faire du sport ! Rien qu’une journée de vote et s’en était fini. Mais non il y a certain qui préfère usé leur sandale et d’autres se bronzés quoi de plus normale vue que maintenant avec les mesures sociaux chacun a de quoi se payer de bonne vacance à l’ombre. Jusqu’à l’adoption de nouveaux dictionnaires qui ne seraient pas en conformité avec celle que nous utilisons actuellement la rue ne remplacera jamais les urnes. Vive le référendum

    Répondre à ce message

  • Le 25 octobre 2014 à 09:24, par nongasida En réponse à : Manifestations anti-referendum : « Certains enfants sont traumatisés », confie un responsable d’établissement

    Cela atteste une fois de plus du mèpris de BC pour son peuple. Dieu écoute le supplice de tes enfants vient les liberer

    Répondre à ce message

  • Le 25 octobre 2014 à 09:27, par kaboré ludovic de tanghin En réponse à : Manifestations anti-referendum : « Certains enfants sont traumatisés », confie un responsable d’établissement

    cela ne peut que troubler les enfants ! cette classe politique en occurrence l’opposition et la société dite civile qui ne pensent qu’à assouvir leur besoin personnel .laisser les enfants construire leur avenir en toute quiétude .Des hommes politiques qui poussent la jeunesse dans les rues , ils se font tué et quand ils accèdent à la magistrature suprême , ils ne font rien de bon .ceux qui appels au débordement ne méritent pas le crédit de la jeunesse et du peuple en général .

    Répondre à ce message

  • Le 25 octobre 2014 à 09:31, par Citoyen libre En réponse à : Manifestations anti-referendum : « Certains enfants sont traumatisés », confie un responsable d’établissement

    Eh dans affaire de référendum là tout le monde veut manger debant hien, c’est un vrai gombo. Du balai citoyen en passant le collectif antireferendum tout le monde s’y met pour remplir ses poches, et même nos mamans s’y mettent aussi, à savoir qu’il y’a plus de morale dans la politique.

    Répondre à ce message

  • Le 25 octobre 2014 à 09:52, par Yilimdi En réponse à : Manifestations anti-referendum : « Certains enfants sont traumatisés », confie un responsable d’établissement

    un surveillant général d’un établissement secondaire privé dit :
    « Comme ce n’est pas une grève, je ne vois pas pourquoi suspendre les cours », il appartient aux élèves eux-mêmes de décider de leur avenir"
    Mr le surveillant, de grace au lycee on n’a pas tous 18 ans. J’ai un petit secret pour toi, ne dis a personne hein ! La moyenne d’age dans la plupart des Lycees tournent autour de 14.58 ans. On pourra meme les enroler dans l’armee pour defendre l’integrite territoriale du pays en cas d’attaque.
    N’importe quoi et puis c’est un surveillant de lycee aupres de nos ENFANTS. Que les etablissements prives huile bien leur mechanisme de recrutement sinon ....

    Répondre à ce message

  • Le 25 octobre 2014 à 10:03, par Un frère En réponse à : Manifestations anti-referendum : « Certains enfants sont traumatisés », confie un responsable d’établissement

    "A Ouaga, les ¾ des établissements sont privés et si ça ne marche pas, c’est nous et nos familles qui allons souffrir », a-t-il analysé avant de demander à « chaque Burkinabé » de beaucoup penser à l’avenir du Burkina".

    Nous savons tous qu’en cas de crises grave, même les banques seront fermées. Même le plus riche s’il n’a pas d’argent sur lui va souffrir à plus forte raison l’enseignant du public dont le salaire est viré.

    Pire, il peut arriver que celui qui a de l’argent ne puisse rien faire parce que marchés et alimentations sont fermés.

    Répondre à ce message

  • Le 25 octobre 2014 à 10:08, par Le Burkina d’ABord En réponse à : Manifestations anti-referendum : « Certains enfants sont traumatisés », confie un responsable d’établissement

    Le problème des pro-Blaise, c’est qu’ils sont totalement blazés ! Ils ont oublié les engagements que Blaise a pris devant la population : rectification (assassinat de Sankara), serment de respecter la Constitution, pardon (journée du pardon après assassinat de Norbert Zongo), constitution de 1991, compréhension (mutineries des militaires), CCRP (laisser les éléments non consensuels tel quel), dialogue pipé (marché de dupes), etc. Ce monsieur n’a pas de parole, aucune intégrité, or en tant que représentant du peuple il devait incarner ces valeurs cardinales pour nous guider, nous le peuple.
    En outre, s’il était un homme de paix, à partir du moment où il sait que son projet pose un problème à la paix dont il est le premier garant avant toute autre personne, il y aurait renoncé. Et c’est ça qui aurait fait de lui un homme de paix, un patriote, un humain, un Burkinabé. Faute de cela, il sait que le pays court à sa perte mais fonce quand même au nom d’une prétendue légalité qui, en réalité, cache mal une volonté de régner à vie. Et le mal dans tout ça est qu’il a réussi à hypnotiser tous ceux qui sont autour de lui, en bon Franc maçon et adepte des pouvoirs occultes de marabout et autres charlatans qu’il est. Les Yoda, Achile, Assimi et autres Dermé dorment. Si vous êtes allés à l’école pour vous faire entuber, rouler et servir moutonneusement quelqu’un depuis 27 ans, vous ne méritez pas vos titres ! Nous avons dirigé par des moutons de panurge !
    En fait, ce que Blaise et sa suite ne comprennent pas c’est qu’en général ce sont les jeunes qui ne veulent plus d’eux !! Et ces jeunes là sont 70% de la population ! Ce sont eux l’avenir du pays et ils voient ce qui se passe ailleurs !! Ils savent que 28 ans de pouvoir c’est trop et ça ternit l’image de notre pays. Ils veulent le changement. Ils désapprouvent la platitude, l’immobilisme, l’obscurantisme, l’ennui, le tâtonnement.
    Malheureusement, ces jeunes là n’ont pas tous l’âge de voter !! Alors ce sont donc des adultes qui sont en fin de cycle de vie qui iront décider pour eux si nous laissons passer cette forfaiture de Blaise ! Disons nous que cette fois, ç’en est de trop et nous tenons le bon bout pour enfin nous débarrasser du putschiste reconverti.
    Tant que le CDP et sa bande ne comprendront pas que ceux qui refusent le référendum et donc le pouvoir à vie de Blaise ne sont pas forcément des partisans de l’opposition politique mais de vrais patriotes épris d’amour et du développement de leur pays, ils rameront à contre-courant de l’histoire et cela leur sera fatal.
    Pour conclure, soit Blaise renonce tout simplement et achève son mandat, soit ses Députés rejettent le projet, soit Blaise et ses députés foncent la tête baissée et plongent le pays dans le chaos et eux-mêmes se retrouveront hors du pouvoir avec à la clé des poursuites en justice.
    Moi, j’aime le Burkina, le Burkina d’Abord et par conséquent je suis prêt à tous les sacrifices !
    Avez-vous pris connaissance de la position du Burkina dans le classement 2014 du PNUD ? Blaise est très fort et le pays avance !! Au moins, on est devant le Niger !! Nous sommes sur le chemin de l’émergence avec Blaise !

    Que ceux qui désapprouvent les actes de la jeunesse aillent demander à Blaise de se ressaisir ! Blaise est avant tout le premier garant de la paix et de la sécurité, et il a été suffisamment averti son projet de règne à vie est ridicule et expose le pays à des troubles graves ! Mais il a foncé quand même en toute irresponsabilité ! Si le président est irresponsable, vous voulez que qui soit responsable ? Je ne suis pas avec ces jeunes, mais je salue leur acte de patriotisme !
    27 ans de pouvoir, si vous étiez conscients et de vrais patriotes vous vous seriez joints au mouvement pour restaurer au peuple sa dignité ! Mais quel genre de peuple mouton êtes-vous ? Vous croyez que le simple fait d’être sur une moto et aller à son boulot sous payé là ça suffit ? Etre Burkinabé c’est être digne ! Pas se faire berner par un putschiste ! Vous savez combien de familles ont été endeuillé par Blaise ?
    Trop c’est trop !

    Répondre à ce message

  • Le 25 octobre 2014 à 10:17, par kaboré ludovic de tanghin En réponse à : Manifestations anti-referendum : « Certains enfants sont traumatisés », confie un responsable d’établissement

    laissez les enfants suivre leur cours ne les mêlé pas à votre soif de la violence .les enfants n’ont rien à tiré de votre barbarie .La désobéissance civile ne rime pas avec les casses , les actes de vandalisme que vous orchestrer .La population a besoin de vaquer à ses occupations pour survenir au besoin quotient de leur famille .Arrêter de les empêcher d’accéder à leur lieu de travail .

    Répondre à ce message

  • Le 25 octobre 2014 à 10:19, par YAHMAN En réponse à : Manifestations anti-referendum : « Certains enfants sont traumatisés », confie un responsable d’établissement

    Après il ne faudra pas venir nous dire que les élèves n’ont pas eu assez de temps pour se former ou bien accusé la SONABEL. Nos avons maintenant que se sont les professeurs en se donnant en spectacle contribuent à la baisse du niveau des élèves. Dans la perspective d’amorcer le développement avec un équipe compétente veuillons a faire passé le pays avant nos émotions et sentiments ! Non à l’irresponsabilité des professeurs ! Non a la mise en danger de l’avenir de nos enfants ! Vive le référendum !

    Répondre à ce message

  • Le 25 octobre 2014 à 10:31, par Zampata En réponse à : Manifestations anti-referendum : « Certains enfants sont traumatisés », confie un responsable d’établissement

    Les OSC ne sont pas instrumentalisés comme le balai citoyen alors qu’elles fassent violence sur elle-mêmes et accepter accompagner le processus référendaire afin de faire triompher démocratiquement leur position à travers les urnes.

    Répondre à ce message

  • Le 25 octobre 2014 à 10:33, par Tchogo Tchogo CPI t’ Attend En réponse à : Manifestations anti-referendum : « Certains enfants sont traumatisés », confie un responsable d’établissement

    Je ne vois pas comment je peux etre enseignant dans un etat qui pratique la terreur avec des manipulateurs de constition sans chercher a mobiliser les eleves de mon cote, surtout que mon cote est le cote juste ! Si Blaise juste au terroriste, pourquoi voulez- vous denier le role de terroriste au prof et maitre ? C’ est pas juste. Blaise croit seulement a la force de modifier toujours la loi fondamentale pour ses propres interets. Il verait que ca va lui rester en travers de la gorge. S’ ila credit avec CPI qu’ il les contacte pour arrangement de paiement. C’est pas notre Constitution qui doit payer. Ca au moins ca doit etre clair.

    Répondre à ce message

  • Le 25 octobre 2014 à 10:35, par kaboré ludovic de tanghin En réponse à : Manifestations anti-referendum : « Certains enfants sont traumatisés », confie un responsable d’établissement

    En effet ces gens ne veulent que le désordre dans ce pays .ils se promènent de cités universitaires en cités universitaire afin d’inciter au débordement .chers étudiants ces derniers n’ont jamais été pour notre cause ! aujourd’hui ils veulent nous mêlé à leur farine .Disons non à la violence , à l’insécurité .n’accusons pas Blaise ! posons nous la question de savoir ;quand ces derniers étaient les bras droits du prési qu’est ce qu’ils ont pu faire ? quand ils étaient des membres très importants du gouvernement Blaise qu’ont -ils fait ?

    Répondre à ce message

  • Le 25 octobre 2014 à 10:43, par kaboré ludovic de tanghin En réponse à : Manifestations anti-referendum : « Certains enfants sont traumatisés », confie un responsable d’établissement

    En effet ces gens ne veulent que le désordre dans ce pays .ils se promènent de cités universitaires en cités universitaire afin d’inciter au débordement .chers étudiants ces derniers n’ont jamais été pour notre cause ! aujourd’hui ils veulent nous mêlé à leur farine .Disons non à la violence , à l’insécurité .n’accusons pas Blaise ! posons nous la question de savoir ;quand ces derniers étaient les bras droits du prési qu’est ce qu’ils ont pu faire ? quand ils étaient des membres très importants du gouvernement Blaise qu’ont -ils fait ?

    Répondre à ce message

  • Le 25 octobre 2014 à 10:52, par Lum En réponse à : Manifestations anti-referendum : « Certains enfants sont traumatisés », confie un responsable d’établissement

    Un démocrate et un républicain ne refuse pas les urnes pour décréter une désobéissance civile. C’est de n’importe quoi de cette histoire de désobéissance civile. Vous voulez montrer votre force, c’est dans les urnes.

    Répondre à ce message

  • Le 25 octobre 2014 à 10:59, par MOSSI_AIME En réponse à : Manifestations anti-referendum : « Certains enfants sont traumatisés », confie un responsable d’établissement

    ENSEIGNANTS DU PRIVES !!!NE PLEUREZ PAS VOS SALAIRES !!!ARMEZ VOUS DE COURAGE ET SORTEZ MASSIVEMENT POUR DIRE NON AU REFERENDUM !!!COMME CELA NOUS ALLONS BOUTER LE PRESIDENT MEGALOMANE HORS DE NOTRE CHAMP POLITIQUE !!!AINSI NOS ENFANTS NE SERONT PLUS TRAUMATISES ET VOS SALAIRES HYPOTHETIQUES CAR LES COMPORTEMENTS IRRESPONSABLES QUI CONDUISENT A L INDIGNATION ET A LA PROTESTATION LAISSERONT LA PLACE A LA BONNE GOUVERNANCE. COMME CELA LES SERVICES SOCIAUX DE BASE SERONT ACCESSIBLES AU PLUS GRAND NOMBRE ET L AMOUR S INVITERA ENTRE NOUS !!!LE RWANDA EST AUJOURD’HUI UN TRES BEAU PAYS !!!LE GHANA AUSSI A CONNU UN CAPITAINE, IL N A PAS BRULE LE PAYS AVANT DE PARTIR !!!!
    ALORS A BAS LA GLOUTONNERIE DU POUVOIR !!!EN AVANT POUR LE CAME BACK A L INTEGRITE !!!!
    CEUX QUI VIVENT SONT ECUX QUI LUTTENT.CERTAINS FLANCHIRONT MAIS D AUTRES RESISTERONT !!!A LA FIN LE BURKINA GANERA POUR LE BONHEUR DE CES MEMES ENFANTS !!!!!
    BLAISE COMAPORE, HEYI !!HEYI !!HEY !!!
    NAN LARA AN SARA !!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 25 octobre 2014 à 11:01 En réponse à : Manifestations anti-referendum : « Certains enfants sont traumatisés », confie un responsable d’établissement

    Jeunesse sacrifiée pour les intérêts égoïstes d’un seul et unique individu qui veut mourir au pouvoir. Et, à ce rythme, on aura peut-être une année blanche tandis que les enfants de nos dirigeants ont tous leurs enfants à l’étranger pour étudier en utilisant allègrement l’argent détourné d’une manière ou d’une autre (c’est devenu le sport national pour eux). Sinon, on ne peut comprendre qu’un ministre avec son salaire et autre indemnité, et avec le statut de fonctionnaire puisse payer des études aux USA dont le coût annuel peut dépasser largement 50.000 dollars sans parler le coût du logement...

    Répondre à ce message

  • Le 25 octobre 2014 à 11:24, par kaboré ludovic de tanghin En réponse à : Manifestations anti-referendum : « Certains enfants sont traumatisés », confie un responsable d’établissement

    effectivement la démarche du président de la république en vu de la modification de l’article 37 est d’une légalité sans faille .nul ne peut contester cela .ceux qui sont dans la rue ne cherchent qu’à créer des troublent sans fondement dans ce pays .halte à la violence !!!

    Répondre à ce message

  • Le 25 octobre 2014 à 11:34, par kaboré ludovic de tanghin En réponse à : Manifestations anti-referendum : « Certains enfants sont traumatisés », confie un responsable d’établissement

    Contre la modification de l’article 37 , ils n’y peuvent rien ! qu’ils arrêtent de brûler et se concentrer sur les campagnes électorales avenir .Ce sera mieux pour tout le monde .La bataille des idées garantira le succès au plus méritant .halte à la violence !!!

    Répondre à ce message

  • Le 25 octobre 2014 à 11:57, par kone issouf En réponse à : Manifestations anti-referendum : « Certains enfants sont traumatisés », confie un responsable d’établissement

    Même monsieur Kaboré l’a reconnu le référendum est parfaitement légale ! Donc n’est pas question que des kangourous perturbent notre quiétude. Vive le référendum ! tout débordement doit être maté par les autorités !

    Répondre à ce message

  • Le 25 octobre 2014 à 12:17, par jackmani En réponse à : Manifestations anti-referendum : « Certains enfants sont traumatisés », confie un responsable d’établissement

    Maintenant que la question d’ordre argumentaire l’opposition nous témoigne clairement qu’elle n’est même pas capable de convaincre la population et incite à la violence ! Mais nous ne pouvons pas laisser l’opposition dans ces dérives il convient au peuple et je parle là de tous les burkinabés de trancher sur cette question a travers une consultation populaire. Vive le référendum !

    Répondre à ce message

  • Le 25 octobre 2014 à 13:09, par sondo En réponse à : Manifestations anti-referendum : « Certains enfants sont traumatisés », confie un responsable d’établissement

    vs les responsables d.établissements si on vs dit de fermer.ne discuter pas parce que ce n.est pas vous qui vs souciez d leur avenir.c.est ds but d.arranger.si des premiers responsables ne se soucis pas,ce n.est pas à vous de vous pleindre.reflechissez !

    Répondre à ce message

  • Le 25 octobre 2014 à 16:49, par Ka En réponse à : Manifestations anti-referendum : « Certains enfants sont traumatisés », confie un responsable d’établissement

    Un message très important pour la jeunesse Burkinabé qui lise mes messages : Je suis un farouche partisan de l’alternance politique et économique dans mon pays, et je souhaite qu’un jour cette alternance se passe dans la paix et dans le dialogue. Je demande les jeunes d’un quartier de Ouaga qui préparent l’irréparable, et qui ont dit qu’ils tueront un a un tous les députés connus pour les modifications de l’article 37, je leur dit dans ce message de s’abstenir de salir leurs mains comme le représentant du peuple Burkinabé, qui est dans la liste d’attente de la CPI. Oubliez cette liste. ‘’’’’’Oui l’avenir du Burkina vous appartienne mais pas dans le sang, mais dans la bataille avec des cerveaux : car en opposant la haine à la haine, la violence a la violence, on applique une vieille philosophie qui ne donne pas des bons résultats. Le président Blaise Compaoré n’est pas immortel, il est de la poussière et il retournera dans la poussière.’’’’’’ Vous pouviez vous exprimer par un soulèvement populaire, car la rue a toujours accouché de la vérité dans notre pays, mais pas les crimes.

    Répondre à ce message

  • Le 25 octobre 2014 à 20:18, par Julien En réponse à : Manifestations anti-referendum : « Certains enfants sont traumatisés », confie un responsable d’établissement

    J’espère que ce n’est pas le début de l’instabilité qui vient de sonner au Burkina Faso

    Répondre à ce message

  • Le 25 octobre 2014 à 20:47 En réponse à : Manifestations anti-referendum : « Certains enfants sont traumatisés », confie un responsable d’établissement

    Vraiment émouvant, cet écrit. C’est très triste et je souhaite que nos hommes politiques, de tous les bords ; nos hommes de la société ; nos jeunes dans les quartiers prennent la mesure de la situation. Que faisons-nous aux enfants comme cela ? POURQUOI, POURQUOI et POURQUOI nos enfants doivent payer pour ce qu’ils n’ont pas fait ? Que Dieu règle les comptes à ceux-là qui sont animés de mauvaise foi dans ce pays et ne pensent qu’à eux-mêmes ! Dieu est le seul maître et SAURA ré-com-pen-sé CHACUN pour ses actes ici bas. INCH ALLAH !

    Répondre à ce message

  • Le 25 octobre 2014 à 20:47 En réponse à : Manifestations anti-referendum : « Certains enfants sont traumatisés », confie un responsable d’établissement

    Vraiment émouvant, cet écrit. C’est très triste et je souhaite que nos hommes politiques, de tous les bords ; nos hommes de la société ; nos jeunes dans les quartiers prennent la mesure de la situation. Que faisons-nous aux enfants comme cela ? POURQUOI, POURQUOI et POURQUOI nos enfants doivent payer pour ce qu’ils n’ont pas fait ? Que Dieu règle les comptes à ceux-là qui sont animés de mauvaise foi dans ce pays et ne pensent qu’à eux-mêmes ! Dieu est le seul maître et SAURA ré-com-pen-sé CHACUN pour ses actes ici bas. INCH ALLAH !

    Répondre à ce message

  • Le 25 octobre 2014 à 20:48 En réponse à : Manifestations anti-referendum : « Certains enfants sont traumatisés », confie un responsable d’établissement

    Vraiment émouvant, cet écrit. C’est très triste et je souhaite que nos hommes politiques, de tous les bords ; nos hommes de la société ; nos jeunes dans les quartiers prennent la mesure de la situation. Que faisons-nous aux enfants comme cela ? POURQUOI, POURQUOI et POURQUOI nos enfants doivent payer pour ce qu’ils n’ont pas fait ? Que Dieu règle les comptes à ceux-là qui sont animés de mauvaise foi dans ce pays et ne pensent qu’à eux-mêmes ! Dieu est le seul maître et SAURA ré-com-pen-sé CHACUN pour ses actes ici bas. INCH ALLAH !

    Répondre à ce message

  • Le 26 octobre 2014 à 05:11, par Saga En réponse à : Manifestations anti-referendum : « Certains enfants sont traumatisés », confie un responsable d’établissement

    Je crois que c’est la passivité d’une partie de la population ( quand les uns marchent, les autres vaquent à leurs occupations) ; le suivisme, la traîtrise, la malhonnêteté de la plupart de nos hommes politiques qui nous ont conduit dans cette situation lamentable où quelques individus peuvent aller jusqu’à prendre en otage la souveraineté de TOUT UN PEUPLE.
    Je voudrais inviter les fidèles de toutes les confessions religieuses à jeûner et prier pour que le Seigneur nous épargne une situation désastreuse en extirpant de la vie politique de notre chère patrie ce référendum de la dérive.
    Puisse Dieu procurer la force à ceux qui mènent des combats justes et bénéfiques pour leurs peuples. AMEN

    Répondre à ce message

  • Le 26 octobre 2014 à 10:03, par SOME En réponse à : Manifestations anti-referendum : « Certains enfants sont traumatisés », confie un responsable d’établissement

    il est preferable et judicieux a un chef d’etablissement de fermer temporairement son etablissement selon les circonstances car il y va de la securité des lieux et des personnes qui sont sous sa responsabilite. Ceci n’est pas prendre position pour ou contre.
    mr le journaliste a donne un titre tres tendancuieux et juste pour copier la mentalite des europeens de psychologie de cuisine . Il passe totalement a cote du probleme ici posé. Une simple analyse basique montre bien que les enfants comprennent tres bien la situation sociale qui prevaut aujourd’hui au burkina et que tous les ingredients sont reunis pour demarrer la guerre civile au burkina. Pourquoi n’importe parle de preserver la paix meme quand la circonstance n’a rien a voir avec ? c’est parce que tout le monde sait qu’on court droit vers la confrontation sociale. Les gens en ont marre et n’ont plus le choix. Et plus on s’approche de 2015, plus les conditions sont reunies : dejà en juillet et aout passés, lorsqu’il y a avaient les deux explosions a ouaga, tout le monde avait declaré a chaque fois que ca a commencé. Des qu’il y a un coup de feu chacun croit que l’heure a sonné, tout le monde s’attend a ca comme tout le monde attend a une action de l’armee y compris meme un coup d’état, etc Ne nous cachons pas les yeux. Maintenant que blaise a decidé d’ouvrir la bagarre car attendre ne l’arrange pas, alors un simple coup de sifflet peut demarrer la bagarre. ca meme les enfants le savent car tout le monde voit l’etat de la situation nationale, que ca na va pas du tout. N’interpretez pas de facon tendancieuse et sur dos des enfants en faisant croire que c’est pour leur bien ! c’est du pur egoisme !
    SOME

    Répondre à ce message

  • Le 26 octobre 2014 à 12:39, par ZABRE En réponse à : Manifestations anti-referendum : « Certains enfants sont traumatisés », confie un responsable d’établissement

    M. SOME, vous êtes vraiment de très mauvaise foi. Je pense que c’est intellectuellement correct, et socialement juste, de lire les articles et de comprendre les écrits ; un intellectuel, c’est celui qui sait se mettre au-dessus de ses émotions. Le titre n’est issu, je pense, que des propos d’acteurs. Merci de ne pas lire avec tes émotions et ton humeur ; ce qui est ici dit est très sérieux.

    M. ZABRE

    Répondre à ce message

  • Le 26 octobre 2014 à 12:40, par ZABRE En réponse à : Manifestations anti-referendum : « Certains enfants sont traumatisés », confie un responsable d’établissement

    M. SOME, vous êtes vraiment de très mauvaise foi. Je pense que c’est intellectuellement correct, et socialement juste, de lire les articles et de comprendre les écrits ; un intellectuel, c’est celui qui sait se mettre au-dessus de ses émotions. Le titre n’est issu, je pense, que des propos d’acteurs. Merci de ne pas lire avec tes émotions et ton humeur ; ce qui est ici dit est très sérieux.

    M. ZABRE

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés