Lutte contre le référendum : Le Balai Citoyen donne le ton de la semaine de « désobéissance civile »

vendredi 24 octobre 2014 à 23h25min

Le Balai Citoyen, Organisation de la Société Civil (OSC) burkinabè est entré dans la danse de protestation nationale contre le projet de loi sur le référendum. Les manifestants, ont bloqué ce matin 24 octobre toutes les voies au niveau du rond-point sur l’Avenue Tânsoba Kiema (non loin de l’agence SONABEL de la ZAD), obligeant ainsi les usagers à la déviation.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Lutte contre le référendum : Le Balai Citoyen  donne le ton de la semaine de « désobéissance civile »

Des pneus et des tôles par ci, du bois de construction et de la ferraille par-là, c’est le spectacle qui se donnait à voir tôt ce matin du 24 octobre 2014. Cela fait suite au mot d’ordre de désobéissance civile lancé par le CFOP le 21 octobre dernier. Les usagers de l’Avenue Tânsoba Kiema ont été contraints à dévier de leur trajectoire normale ce matin par une foule de manifestants. A leur tête, l’artiste musicien Smokey, accompagné d’autres jeunes tous âges confondus. Le mot d’ordre ce matin, désobéir de façon pacifique. Depuis l’annonce par le gouvernement du projet de loi sur le référendum, les marches de protestation dans la ville de Ouagadougou sont de plus en plus récurrentes. Et le message est le même, Smockey porte-parole du Balai Citoyen : « Tous les citoyens doivent redevenir des citoyens et non pas des con-citoyens comme le Président du Faso aime les appeler. Ils doivent participer au processus de changement. Il est temps une fois pour toute après 27 ans de régime sans partage que M. Blaise Compaoré comprenne que c’est le terminus de son bus. Aujourd’hui on assiste à des tentatives de passage en force. Cela n’est pas normal. L’Article 167 de la Constitution nous octroie le droit à la désobéissance civile. Au delà même du droit de manifester propre à tout citoyen. Nous avons discuté avec la population pour qu’elle comprenne que c’est pour l’avenir de tous nos enfants. La population doit s’impliquer massivement contre cette tentative de passage en force qui ne doit pas passer parce que si elle passe comme le disait Norbert Zongo, les portes de l’enfer vont s’ouvrir pour le Burkina Faso. » Cette sortie n’est que le commencement d’une campagne de protestation pacifique d’une semaine initiée par l’Opposition et de toutes les OSC.

L’UNIR/PS était de la partie

Comme d’habitude, l’UNIR/PS était de la partie. Elle a été représentée par le Responsable des élèves et étudiants, Bologo Marc. Il s’exprime : « Nous sommes sortis pour accompagner le Balai Citoyen dans un mouvement d’ensemble qui regroupe toutes les structures de la société civile. Aujourd’hui, nous disons non au pouvoir à vie de M. Blaise Compaoré. Nous sommes sortis ce matin pour travailler à consolider la démocratie au Burkina Faso et dans la sous région voir continental. L’histoire d’un pays doit être écrite par sa jeunesse. Et comme le disait le Capitaine Thomas Sankara, l’esclave qui n’est pas capable d’assumer sa révolte ne mérite point que l’on s’apitoie sur son sort. Cet esclave répondra seul de son malheur s’il se fait des illusions sur la condescendance suspect d’un maître qui prétend l’affranchir. Seule la lutte libère. Nous voulons marquer de notre sceau l’avenir que nous voulons donner à ce pays là. »
La manifestation a pris fin aux environs de 08h 30 et rendez-vous a été pris pour le lendemain à la même heure et ce, durant toute la semaine. Il faut cependant signaler la présence des CRS sur les lieux. La CRS qui semblait observer une position de retenu. Avant leur départ, les manifestants de leur propre gré, ont ramassé leurs barricades.

Balguissa Sawadogo
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés