Construction du tronçon Ouahigouya-Mali : ODJ dénonce des difficultés sur le chantier

mardi 21 octobre 2014 à 02h03min

Dans le cadre du désenclavement de notre pays, le gouvernement de la IVe République a octroyé un marché public à l’entreprise Africaine des Travaux Publics (ATP) du richissime Mahamadi Savadogo dit Kadhafi concernant le bitumage du tronçon Ouahigouya-Thiou-frontière du Mali. On se rappelle la promesse non réalisée de ce même sieur Kadhafi de bitumer un tronçon portant le nom de son père, au secteur N° 3 de la ville de Ouahigouya.

Construction du tronçon Ouahigouya-Mali : ODJ dénonce des difficultés sur le chantier

En lieu et place, un semblant de voie aménagée sur le site par lui-même avait causé des inondations dans ledit secteur en 2013. Fort de ce mépris, les autorités n’ont pas daigné de lui accorder ce gros marché qu’il peine à réaliser. Dès le départ ATP et les autorités locales ont montré leur manque de sérieux dans la réalisation du chantier. Cela s’est manifesté par :
• le déguerpissement sans état d’âme des commerçants installés aux abords de la route sans prévoir un site d’accueil à ces derniers ;
• l’ouverture des caniveaux ;
• les pistes de déviation impraticables parce que très étroites et très mal faites ;
• l’inexistence d’une voie secondaire dans la ville.

Le bitumage de cette voie qui est très importante pour les populations, loin d’être une source de joie pour ces dernières, leur sème l’inquiétude dans leurs esprits. En effet, la façon dont le chantier est exécuté est source de conséquences qui se pourraient être très désastreuses pour les populations. Ainsi, la mauvaise gestion du chantier est à l’origine de :
• l’augmentation de la précarité des jeunes commerçants qui, pour beaucoup, ont perdu leur clientèle et pire, certains n’ont pas pu se réinstaller ;
• du risque élevé d’inondations, d’accidents (surtout en ces périodes de rentrées scolaires), d’insalubrité ainsi que les risques de maladies puisque devenues de véritables nids de moustiques ;
• l’inaccessibilité des marchés des communes voisines telles Thiou, Méné, Dennéa, Koro (le manque de cassis sur la voie secondaire en dehors de la ville ne permet pas le bon ruissellement des eaux entrainant l’embourbement des engins) ;
• des conditions de travail très pénibles avec plusieurs mois d’arriérés et des licenciements abusifs.

Malgré tous ces problèmes, les autorités de la région semblent n’être point préoccupées parce qu’elles n’ont jusque-là pris des mesures idoines pour sommer l’entreprise d’accélérer les travaux dans les villes afin d’éviter des désagréments aux populations. La province du Yatenga connait des pénuries d’eau sévères en saison sèche, la probabilité d’un conflit entre populations, maraichers et ATP est à craindre.
Le comportement de la société ATP et le silence coupable des autorités régionales constituent un véritable mépris pour les braves populations.

Face à cette situation déplorable nous, ODJ Yatenga exigeons :
-  Des autorités régionales et nationales :
• l’accélération des travaux par l’entreprise ATP du tronçon Ouahigouya-Thiou-frontière du Mali et particulièrement à l’intérieur des communes au regard des dommages déjà causés.
• La facilitation des déplacements et des transactions commerciales en rendant praticables les déviations.
-  Des communes :
• La prise au sérieux de la question de la voirie, d’être soucieuses du sort des populations pour ne pas les laisser entre les mains des sociétés des nouveaux riches.
-  De ATP :
• des explications aux populations sur le retard accusé dans les travaux ;
• l’accélération des travaux dans les villes pour permettre aux populations de circuler sereinement ;
• l’exécution des travaux conformément au planning validé par les services compétents.
Suites à ces exigences, c’est ici le lieu pour nous de condamner sans réserve :
• Le bâclage des travaux publics au Burkina Faso en général par certaines sociétés et particulièrement le cas actuel de la société ATP dans la commune de Ouahigouya ;
• Le silence complice et coupable des autorités locales, régionales et nationales à ce sujet.

D’ores et déjà, l’ODJ Yatenga appelle la jeunesse populaire ainsi que l’ensemble de la population du Yatenga à s’organiser, à se mobiliser et à se tenir prêtes pour tout mot d’ordre de lutte qu’elle viendrait à dégager autour du tronçon Ouahigouya-Thiou-frontière du Mali.

A bas le sabotage des travaux publics par les sociétés des nouveaux riches !
A bas le silence complice des autorités régionales !
En avant pour la promotion, la protection et la défense de nos droits socio-économiques et démocratiques !
En avant pour une voirie conséquente dans la commune de Ouahigouya !
Vive la jeunesse consciente, combative et intrépide du Burkina Faso !

Vive l’ODJ !
Le Bureau de la Section

Messages

  • Ces dénonciations sont réelles et je suis d’accord pour cette forme et procédure de revendication. C’est très responsable. Si après cette alerte il n’y a pas de réaction, alors à l’action !!!

  • Courage camarades. La victoire nous attend.
    Vive l’ODJ

  • bjr a tout les combattant du changement au Faso
    cette route est déjà un échec, un fiasco total.ATP nous a montré ces limites sont incompétence, sur l’AVENUE 56(voie Sankariaré) de Ouagadougou

  • Vraiment la situation de cette voie est révoltante. Par cette voie, ils nous arrivent habitants de Ouahigouya de passer des jours et des jours sans eau courante et en pleine saison pluvieuse parce que les machines de ATP ont détruit des tuyaux de l’ONEA. La route Ouahigouya-Thiou est presque impraticable. Des caniveaux sont ouverts en pleine ville de Ouahigouya et ceux durant des mois, empêchant l’accès des riverains à leur domicile, aux stations de carburants, salle de ciné et autres....C’est sûr que cet état de fait ruine la bonne marche de certains commerces. La voie rouge Ouahigouya-Seguenega qui mène jusqu’à son village est érigée en gendarme couché où il est impossible aux petits véhicules d’y passer.
    En plus des autorités que l’écrit interpelle, je voulais interpeller aussi la Direction Générale des Routes (DGR), quel type de contrôle ses agents effectuent sur le site ? Tous les dégâts causés par l’ATP sont ils autorisés ? Ou prennent -ils des vloppes pour se taire ?

  • "pour ne pas les laisser entre les mains des sociétés des nouveaux riches." voilà l’esprit dans la laquelle cette soit disant lettre a été rédigé L’AIGREUR

  • Qu’est ce que c’est ODJ yatenga ? ??

  • Le Yatenga est orphélin ; savez-vous que les travaux de cette route ont été lancée la veille des élections couplées de 2012 par le Premier Ministre avant de connaître un début de démarrage en 2014, soit 2 ans après ? Blaise Compaooré et sont clan ont boycoté le Yatenga pour se vanger de.... suivez mon regard... Mais le DIEU TOUT PUISANT EST GRAND et avec la combativité de ses fils, le Yatenga s’en sortira. MERCI A L’ODJ pour avoir levé le lièvre.

  • l’odj yatenga est l’organisation démocratique de la jeunesse section du yatenga si ça peut te mobiliser pour une lutte juste.
    Dans la situation actuelle de la vie nationale au Burkina, si un homme normal n’a pas de motifs d’aigreur ça pose un problème. Ce qui est dit dans la déclaration est constatable sur la voie donc au lieu de tergiverser sur des injures malsaines allons à l’action

  • L’exécution de cette voie se trouve être la marque déposée de complaisance de l’autorité publique longtemps dévoyée par les populations conscientes et soucieuses. Ce que l’ODJ yatenga dénonce est réelle , on dirait que l’entreprise travaille à reculons , depuis plus de deux ans la fin du chantier du bitumage est comme un mirage.Encore que ce soit l’entreprise d’un fils de la localité, c’est à ne rien comprendre.J’étais abasourdi d’entendre au cours du journal de 20 h avec le journaliste ADT son commentaire sur les investissements de l’UEMOA dire comme si le bitumage du tronçon Ouahigouya Thyou frontière du Mali était achevé .Je veux comprendre que cet esclave se réjouisse malgré lui que ses maitres sortent de l’ornière par là , mais devancer l’iguane dans l’eau.

  • Belle alerte,c’est cela etre une organisation avant-gardiste. Nous attendons de pied ferme tout mot d’ordre visant a faire entendre la voix des citoyens. En plus de la peine et la colere que j’eprouve face a ce mepris de ATP, jai honte pour mon pays, ma ville que je defendais pourtant naguere. A ce jour Ouahigouya vient après la dixieme place en terme de villes en essor au Burkina.Quel recul !

  • 17% est le taux de remplissage estimé de la retenue d’eau cette année.
    Encore si cette entreprise doit puiser dans ce maigre filet pour ses besoins, il y aura fort de conflits comme souligné plus haut.

  • Bonjr ODJ.
    vos revendications sont justes mais vous employez des termes qui ne vous honorent pas : "nouveaux riches"
    "La prise au sérieux de la question de la voirie, d’être soucieuses du sort des populations pour ne pas les laisser entre les mains des sociétés des nouveaux riches."
    "l’exécution des travaux conformément au planning validé par les services compétents."
    "jeunesse populaire"
    C’est termes n’ont aucun sens et rendent votre écrit enfantin. A l’avénir soyez plus adultes dans votre style.
    merci

  • A Goldenboy, veuillez a votre tour respecter le style,le ton et la vision des autres qui n’ont nullement besoin de vos geremiades pueriles.le problème que l’ODJ pose est il oui ou non juste ? that’s the true question.pour le reste il faut aller enseigner la grammaire aux apprenants. felicitation a l’ODJ pour cet engagement

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés