Lutte contre l’excision : Une campagne nationale d’information et de sensibilisation sur les possibilités de réparation des séquelles lancée à Bobo-Dioulasso

lundi 20 octobre 2014 à 19h44min

La campagne d’information et de sensibilisation sur les conséquences de la pratique et les possibilités de réparation des complications et séquelles de l’excision a été lancée le 14 octobre 2014 à Bobo Dioulasso, sous la présidence de l’épouse du Chef de l’Etat, Chantal COMPAORE, Présidente d’honneur du Conseil National de Lutte contre la Pratique de l’Excision (CNLPE).
Madame Chantal COMPAORE était représentée à cette occasion par Madame Christiane TIAO, épouse du premier Ministre.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Lutte contre l’excision : Une campagne nationale d’information et de sensibilisation sur les possibilités de réparation des séquelles lancée à Bobo-Dioulasso

Au Burkina Faso, la pratique de l’excision est largement répandue. Selon l’OMS environ 60% de femmes sont exposées à des complications et plusieurs d’entre elles portent des séquelles de la pratique de l’excision. Au regard de cette situation, il est important de promouvoir la réparation des séquelles de l’excision qui permet aux femmes victimes de retrouver leur intégrité physique et psychologique. En effet La prise en charge des séquelles est l’une des stratégies adoptées par le Secrétariat Permanent du Conseil National de Lutte contre la Pratique de l’Excision (SP/CNLPE).
C’est donc dans cette dynamique que s’inscrit le présent lancement le 14 octobre 2014 à Bobo Dioulasso, des campagnes d’information et de sensibilisation sur les conséquences de la pratique et les possibilités de réparation des séquelles de l’excision. Ainsi des actions de communication seront – elles menées les jours à venir, dans les 45 provinces du Burkina pour informer et sensibiliser les femmes porteuses de séquelles de l’excision. Parallèlement à ces actions, des agents de santé seront formés en technique de réparation de séquelles de l’excision dans les 13 régions.

La cérémonie de lancement a été ponctuée par plusieurs allocutions et discours. La première allocution fut le mot de bienvenu de Monsieur Salia SANOU Maire de la commune de Bobo Dioulasso.

Ensuite interviendra celle de Monsieur Mamadou KANTE, Représentant résident de l’UNFPA a Ouagadougou. Il a indiqué que la présente campagne s’intègre dans un ensemble d’activités initiées par sa structure et l’UNICEF, à travers un programme dénommé programme conjoint qui vise à accompagner les actions du Ministère de l’Action Sociale et de la Solidarité Nationale ainsi que les ONG et associations partenaires qui militent en faveur de l’abandon de la pratique de l’excision et de la réparation des séquelles de l’excision. Il a salué la forte implication du gouvernement du Burkina Faso pour ses actions de plaidoyer au niveau international, aux cotés des partenaires Techniques et Financiers. Cet engagement a valu l’adoption de la Résolution A/RES/67/146 de l’Assemblée des Nations Unies portant « Intensification de l’action visant à éliminer les mutilations génitales féminines/excision » en décembre 2012. Il a terminé son propos en annonçant que ce jour même, Madame Chantal COMPAORE est entrain de recevoir à Genève une médaille d’honneur décernée au Burkina Faso par le système des Nations Unies pour son leadership dans la lutte contre les Mutilations Génitales Féminines (MGF) en Afrique et du fort engagement politique, institutionnel, communautaire et des Partenaires Techniques et Financiers en faveur de l’abandon de l’excision dans ce pays.

Prenant la parole à son tour, le Docteur Alain ZOUBGA, Ministre de l’Action Sociale et de la Solidarité Nationale, tout en saluant Madame Chantal COMPAORE, Première Dame du Burkina pour ses multiples actions en faveur de la lutte contre la pratique de l’excision, a relevé l’engagement très soutenu de celle-ci en faveur de la protection de la famille, de la lutte contre les violences et les pratiques néfastes à l’égard de la femme en général et de la jeune fille en particulier. Il lui a par ailleurs exprimé toute sa gratitude.

Il a ensuite indiqué que la stratégie de réparation des séquelles de l’excision nécessite la formation de médecins et d’agents de santé. Depuis 2000, c’est environ 300 agents de santés qui ont été formés aux techniques de réparation des complications et des séquelles de l’excision. Il a enfin remercié les Partenaires Techniques et Financiers pour leur accompagnement et leur appui aux activités de promotion de l’élimination des Mutilations génitales féminines au Burkina.

Faisant l’état des lieux, Madame Christine TIAO, épouse de son excellence Monsieur le Premier Ministre, patronne de la cérémonie, a indiqué dans son discours que selon l’EDS IV 2010, le taux de prévalence de l’excision au Burkina Faso est de 76 % chez les femmes de 15 à 49 ans et 13,3% pour les filles de 0 à 14 ans. Elle s’est toutefois réjouie de cette évolution positive de la lutte, car naguère ce taux était plus élevé. Du reste, elle a interpelé toute la population, les responsables administratifs, politiques, religieux et coutumiers à renforcer les stratégies et les actions afin de mettre fin à ce type de pratique dans les villes et campagne de notre pays.

Avant de déclarer lancée la campagne d’information et de sensibilisation sur les possibilités de réparation des séquelles de l’excision, Madame TIAO a invité les organes de presse à saisir les images fortes, à rechercher des témoignages et à consacrer quelques lignes de leurs publications, quelques instants de leurs plages de télé et /ou de radio à l’accompagnement de ces campagnes.
Notons que la présente Campagne a été possible grâce à l’appui financier de l’UNICEF, de l’UNFPA et de l’Ambassade Royale du Danemark.

Le Département de la Communication
et de la Documentation du SP/CNLPE

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés