Synode sur la famille à Rome : Attention aux faux prophètes

lundi 20 octobre 2014 à 12h50min

Depuis le début de la tenue du synode des évêques sur la famille, une certaine presse occidentale s’est enflammée en annonçant, un peu vite, un « tournant historique » qui préfigurerait la reconnaissance du « mariage » des homosexuels, la possibilité de valider la contraception ou encore d’admettre la communion des divorcés-remariés.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Synode sur la famille à Rome : Attention aux faux prophètes

Citons ici quelques titres à titre d’exemple. L’Agence Reuters a pu abasourdir plus d’un catholique et aussi des hommes de bonne volonté par son article « Synode sur la famille : Changement de ton au Vatican vis-à-vis des homosexuels ». Le quotidien de l’état national breton, Breiz Atao par son billet intitulé « Synode sur la Famille : quand les évêques se révoltent contre les progressistes », en voulant défendre l’orthodoxie est tombée dans l’autre travers qui est de laisser croire qu’une guerre fratricide existe entre les Pères synodaux. Quant au quotidien France Culture, son choix de faire dire au synode ce qu’il veut, se titre de cette manière : « Le synode loue les dons et qualités des homosexuels ». Le New York Times, aux Etats-Unis, El Pais en Espagne n’en ont pas moins fantasmé, et j’en oublie sûrement…

Mais, pas de panique est-on tenté de dire à ceux des catholiques, qui face à ces publications fantasmantes, ont montré des têtes de personnes désemparées. Certes dans notre Eglise rien ne se fait comme avant, comme aiment à le dire certains nostalgiques, et c’est de bonne guère ; mais tout est comme avant. Devant l’enjeu indiscutable que représentent la famille et le mariage de nos jours, la préoccupation du synode qui n’est qu’à une phase d’abord, n’ambitionne pas comme certains le prétendent et veulent l’imposer au monde, d’opérer une révolution dans l’église catholique. Ce n’est pas le rôle du synode ni celui du Pape que l’on a volontiers voulu présenter dès les premiers jours de son pontificat comme « celui qui va changer les choses ».

Avant de vous inviter à lire l’intégralité du message de la IIIe Assemblée générale extraordinaire du synode des évêques, j’aimerais attirer notre attention sur la manière dont le Pape François a conduit les travaux, et dont parle Monseigneur Tony Anatrella, un expert auprès du synode, dans une interview accordée à Zénit le 14 octobre passé : « Il n’y a pas d’opposition au Pape, dit-il, dans la mesure où le Saint-Père ne fait qu’écouter, ne parle pas et ne donne aucun signe d’approbation ou de réprobation dans un sens ou un autre. Si à un moment précis, Le Saint-Père a évoqué la question des divorcés remariés qui n’ont pas accès aux sacrements, il n’a pas non plus donné de lignes directrices auxquelles le Synode doive aboutir. Il a simplement, au début des travaux, appelé les Pères du Synode à parler librement. Il reste donc très discret et très accueillant envers les uns et les autres ».

Voici donc in extenso le message de la IIIe Assemblée générale extraordinaire du synode des évêques.

« Nous, Pères synodaux réunis à Rome autour du Pape François pour l’Assemblée générale extraordinaire du Synode des évêques, nous nous adressons à toutes les familles des divers continents, et en particulier à celles qui suivent le Christ, Chemin, Vérité et Vie. Nous manifestons notre admiration et notre gratitude pour le témoignage quotidien que vous nous offrez, ainsi qu’au monde, par votre fidélité, votre foi, votre espérance et votre amour.

Nous aussi, pasteurs de l’Église, nous sommes nés et avons grandi dans des familles aux histoires et vicissitudes les plus diverses. En tant que prêtres et évêques, nous avons rencontré et avons vécu aux côtés de familles qui nous ont raconté en parole et révélé en actes toute une série de merveilles mais aussi de difficultés.

La préparation même de cette assemblée synodale, à partir des réponses au questionnaire envoyé aux Églises du monde entier, nous a permis de nous mettre à l’écoute de nombreuses expériences familiales. Notre dialogue durant les jours du Synode nous a ainsi enrichis mutuellement, nous aidant à regarder la réalité vivante et complexe dans laquelle évoluent les familles.

À vous, nous proposons cette parole du Christ : « Voici que je me tiens à la porte, et je frappe. Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui ; je prendrai mon repas avec lui, et lui avec moi. » (Ap 3, 20). Comme il le faisait durant ses pérégrinations sur les routes de la Terre Sainte, entrant dans les maisons des villages, Jésus continue à passer aussi aujourd’hui par les rues de nos villes. Dans vos foyers, vous faites l’expérience d’ombres et de lumières, de défis exaltants, mais parfois aussi d’épreuves dramatiques. L’obscurité se fait encore plus épaisse, jusqu’à devenir ténèbres, lorsque le mal et le péché s’insinuent au cœur même de la famille.

Il y a, avant tout, le grand défi de la fidélité dans l’amour conjugal. L’affaiblissement de la foi et des valeurs, l’individualisme, l’appauvrissement des relations, le stress d’une frénésie qui empêche la réflexion marquent aussi la vie familiale. On assiste alors à de nombreuses crises matrimoniales, affrontées souvent de façon expéditive, sans avoir le courage de la patience, de la remise en question, du pardon mutuel, de la réconciliation et même du sacrifice. Ces échecs sont ainsi à l’origine de nouvelles relations, de nouveaux couples, de nouvelles unions et de nouveaux mariages, qui créent des situations familiales complexes et problématiques quant au choix de la vie chrétienne.

Parmi ces défis, nous souhaitons ensuite évoquer les épreuves de l’existence même. Pensons à la souffrance qui peut apparaître lorsque qu’un enfant est handicapé, lors d’une grave maladie, lors de la dégénérescence neurologique due à la vieillesse, lors de la mort d’une personne chère. La fidélité généreuse de tant de familles qui vivent ces épreuves avec courage, foi et amour est admirable, lorsqu’elles les considèrent non comme quelque chose qui leur a été arrachée ou imposée, mais comme quelque chose qui leur a été donné et qu’ils offrent à leur tour, voyant en toutes ces personnes éprouvées le Christ souffrant lui-même.

Nous pensons aux difficultés économiques causées par des systèmes pervers, par le « fétichisme de l’argent » et par « la dictature de l’économie sans visage et sans un but véritablement humain » (Evangelii gaudium, 55) qui humilie la dignité de la personne. Nous pensons aux pères et aux mères sans emploi, impuissants face aux besoins les plus élémentaires de leur famille ; et à ces jeunes qui se trouvent devant des journées désœuvrées et sans espérance, proies potentielles des dérives de la drogue et de la criminalité.

Nous pensons enfin à la foule des familles pauvres, à celles qui s’agrippent à une barque pour atteindre des moyens de survie, aux familles de réfugiés qui émigrent sans espoir à travers des déserts, à celles qui sont persécutées simplement à cause de leur foi et de leurs valeurs spirituelles et humaines, à celles qui sont frappées par la brutalité des guerres et des oppressions. Nous pensons aussi aux femmes qui subissent la violence et sont soumises à l’exploitation, à la traite des personnes, aux enfants et aux jeunes victimes d’abus même de la part de ceux qui devraient en prendre soin et les faire grandir en confiance, aux membres de tant de familles humiliées et en difficulté. « La culture du bien-être nous anesthésie et […] toutes ces vies brisées par manque de possibilités nous semblent un simple spectacle qui ne nous trouble en aucune façon. (Evangelii gaudium, 54). Nous faisons appel aux gouvernements et aux organisations internationales pour promouvoir les droits de la famille en vue du bien commun.
Le Christ a voulu que son Église soit une maison avec la porte toujours ouverte et accueillante, sans exclure personne. Nous sommes ainsi reconnaissants envers les pasteurs, les fidèles et les communautés prêts à accompagner et à porter les déchirures internes et sociales des couples et des familles.

***
Cependant, il y a également la lumière qui brille le soir derrière les fenêtres dans les maisons des villes, dans les modestes résidences des périphéries ou dans les villages et même dans les baraquements : celle-ci brille et réchauffe les corps et les âmes. Cette lumière, dans les vicissitudes de la vie nuptiale des conjoints, s’allume grâce à une rencontre : il s’agit d’un don, d’une grâce qui s’exprime -comme le dit la Genèse (2,18)- quand deux visages se retrouvent chacun l’un « en face » de l’autre, comme une « aide qui lui corresponde », c’est-à-dire à la fois semblable et complémentaire. L’amour de l’homme et de la femme nous enseigne que chacun des deux a besoin de l’autre pour être soi-même, chacun demeurant pourtant différent de l’autre dans son identité qui s’ouvre et se révèle dans le don réciproque. C’est ce qu’exprime de façon suggestive la femme du Cantique des Cantiques : « Mon bien-aimé est à moi, et moi, je suis à lui […] Je suis à mon bien-aimé, mon bien-aimé est à moi » (Ct 2, 16 ; 6,3).
Pour que cette rencontre soit authentique, le cheminement commence avec le temps des fiançailles, temps de l’attente et de la préparation. Il s’actualise pleinement dans le sacrement du mariage où Dieu appose son sceau, sa présence et sa grâce. Ce chemin passe aussi par la sexualité, la tendresse, la beauté, qui perdurent même au-delà de la vigueur et de la fraîcheur de la jeunesse. De par sa nature, l’amour tend à rimer avec toujours, jusqu’à donner sa vie pour la personne qu’on aime (cf. Jn 15,13). À cette lumière, l’amour conjugal, unique et indissoluble, persiste malgré les nombreuses difficultés des limites humaines ; c’est l’un des plus beaux miracles, bien qu’il soit aussi le plus commun.

Cet amour se déploie au travers de la fécondité et de la générativité qui ne sont pas seulement procréation mais aussi don de la vie divine dans le baptême, éducation et catéchèse des enfants. Il s’agit aussi d’une capacité à offrir la vie, de l’affection et des valeurs. Cette expérience est possible même pour ceux qui n’ont pu avoir d’enfant. Les familles qui vivent cette aventure lumineuse deviennent pour tous un témoignage, en particulier pour les jeunes.

Durant ce cheminement, qui s’avère parfois un sentier ardu avec ses difficultés et ses chutes, on retrouve toujours la présence et l’accompagnement de Dieu. La famille en fait l’expérience dans l’affection mutuelle et le dialogue entre époux et épouse, entre parents et enfants, entres frères et sœurs. Elle le vit aussi en se mettant ensemble à l’écoute de la Parole de Dieu et en partageant la prière commune : petite oasis spirituelle à mettre en place à un moment chaque jour. Il y a aussi l’engagement quotidien de l’éducation à la foi, à la beauté de la vie évangélique et à la sainteté. Ce devoir est souvent partagé et exercé avec beaucoup d’affection et de dévouement aussi par les grands-parents. Ainsi la famille se présente comme une authentique Église domestique, qui s’ouvre sur cette famille de familles qu’est la communauté ecclésiale. Les époux chrétiens sont alors appelés à devenir des maîtres dans la foi et dans l’amour également auprès des jeunes couples.

Il y a ensuite une autre expression de la communion fraternelle, celle de la charité, du don, de la proximité auprès des laissés pour compte, des marginalisés, des pauvres, des personnes seules, des malades, des étrangers, des familles en crise, gardant en mémoire la parole du Seigneur : « Il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir » (Ac 20,35). Il s’agit d’un don de biens partagés, de présence, d’amour et de miséricorde et aussi d’un témoignage de vérité, de lumière, de sens donné à la vie.

Le sommet qui recueille et récapitule tous ces liens de la communion avec Dieu et le prochain est l’Eucharistie dominicale, lorsque, avec toute l’Église, la famille prend place à la table du Seigneur. Lui-même se donne à nous tous, pèlerins de l’histoire en route vers la rencontre ultime lorsque le « Christ sera tout en tous » (Col 3,11). Pour cela, dans la première étape de notre chemin synodal, nous avons réfléchi à l’accompagnement pastoral et à la question de l’accès aux sacrements des personnes divorcées-remariées.

Nous, pères synodaux, vous demandons de cheminer avec nous vers le prochain synode.
Que demeure sur vous la présence de la famille de Jésus, Marie et Joseph réunis dans leur modeste maison. Ensemble, tournés vers la Famille de Nazareth, faisons monter vers notre Père à tous notre invocation pour les familles de la terre.
Père, donne à toutes les familles la présence d’époux courageux et remplis de sagesse, qui soient source d’une famille libre et unie.
Père, donne aux parents d’avoir une maison où vivre dans la paix avec leur famille.

Père, donne aux enfants d’être signes de confiance et d’espérance, et aux jeunes le courage de l’engagement stable et fidèle.
Père, donne à tous de pouvoir gagner leur pain de leurs propres mains, de jouir de la sérénité d’esprit et de garder allumé le flambeau de la foi même dans les moments d’obscurité.

Père, donne-nous de voir fleurir une Église toujours plus fidèle et crédible, une cité juste et humaine, un monde qui aime la vérité, la justice et la miséricorde ».

Abbé Joseph Kinda
www.egliseduburkina.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 20 octobre 2014 à 14:26, par l’éveillé
    En réponse à : Synode sur la famille à Rome : Attention aux faux prophètes

    Tant mieux pour nous les croyants catholiques,on ne peu pas changer les écritures sacrés pour plaire au monde,celui qui a des relations avec un homme comme avec une femme doit être mis à mort,c’est pas moi c’est la bible qui le dit

    Répondre à ce message

  • Le 20 octobre 2014 à 15:31
    En réponse à : Synode sur la famille à Rome : Attention aux faux prophètes

    Voilà qui rassure ! Merci !
    Je ne suis pas catholique mais je suis chrétienne et j’ai paniqué en entendant tout ce que la presse disait.
    La parole de Dieu ne change pas !

    Répondre à ce message

  • Le 20 octobre 2014 à 19:57, par Face
    En réponse à : Synode sur la famille à Rome : Attention aux faux prophètes

    L’église ne devait même pas oser avoir cela comme objet de leur rencontre. on a des tonnes de problèmes qui ont besoins de solutions bibliques et qui attendent un solutionnement de la part de l’église. pourquoi perdre le temps et gaspiller l’argent des pauvres chrétiens pour discuter sur des inepties ? Est-ce que le pape François et les évêques ont la même Bible que nous autres !!! j’ai besoins de connaitre les versets de leur Bible qui tolèrent l’homosexualité, le divorce et la polygamie. si certains évêques sont homosexuels, nous les disciples de Christ, nous ne le sommes pas. Chrétiens, ouvrez grandement les yeux. l’apostasie dans le lieu saint dont Jésus a parlé est en train d’être préparée par ceux qui sont les bergers de nos âmes. moi je risque de rejoindre les évangéliques !!!

    Répondre à ce message

  • Le 20 octobre 2014 à 19:57, par fraternel
    En réponse à : Synode sur la famille à Rome : Attention aux faux prophètes

    Merci à vous AB JOKINDA. Je savais que vous alliez intervenir pour éclairer nos lanternes. Que ceux qui aiment les fuites en avant ou qui n’aiment pas l’Église voient l’échec de leur fantasme, celui de dénigrer l’Église. Jésus est la Tête de son Eglise. les puissances du mal ne peuvent rien contre elle. Que le Saint Esprit éclaire nos pères pasteurs

    Répondre à ce message

  • Le 20 octobre 2014 à 20:18, par Gaston
    En réponse à : Synode sur la famille à Rome : Attention aux faux prophètes

    Tant mieux vraiment. Moi personnellement j’ai modéré ma contribution dans mon église pour les missionnaires de ce synode parce que je ne m’attendais pas du tout à ce qu’un jour, même dans un rêve que mon église puisse parler d’évolution du monde en faisant reference à des égarés de notre temps (les gays). Dans quelle partie de la bible parle-t-on d’homosexualité pour que notre église actuelle tente d’évoquer un débat concernant le mariage des gays.
    Rapelez vous que " Dieu avait conseillé à Noé : "entre dans l’arche avec tes fils, ta femme et les femmes de tes fils pour échapper aux eaux du déluge. Et même des animaux il conseille : chaque paire, mâle et femelle,," Ainsi, comme Dieu l’avait ordonné à Noé ne dénaturons pas le sens du mariage chrétien pour prétendre suivre l’évolution du monde qui tire vers sa fin avec trop de comportements diaboliques. Comment peut-on parler de couple dans une union entre deux hommes ou entre deux femmes ? ELOIGNEZ LES LOIS VOTEES PAR LES HOMMES DES PRINCIPES DE DIEU !!! QUE DIEU PARDONE NOS PECHES. AMEN !!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 20 octobre 2014 à 23:01
    En réponse à : Synode sur la famille à Rome : Attention aux faux prophètes

    Pour l’histoire, il faudrait rappeler aux intégristes de tout poil, que les prêtres n’ont pas toujours été célibataires ! Que la trinité a été décrété quelques centaines d’années après la mort du Christ. Et, que dire, de la chasteté de Marie qui a enfanté Jésus sans avoir de rapport et qui a fait débat quelques centaines d’années après sa mort. alors, les intégristes de tout poil, vous devriez modérer votre langage et être plus tolérant. Jésus était très tolérant si on se rappelle de la prostituée qu’il avait croisé, etc. Mais, aujourd’hui, toute personne qui n’est pas dans la norme ou la moyenne est tout de suite catalogué comme déviante, comme ... alors que Jésus a pardonné à tous et surtout aux déviants de la société. Que dire de nos prêtres qui draguent et enceintent les femmes dans ce pays que l’on étouffe en permanence. Que dire de nos prêtres qui mènent un rythme de vie à l’opposé des principes de Jésus... que dire de nos pasteurs (pour nos protestants qui ont oublié que le fondement de leur église était de s’opposer à la luxure des prêtres de l’époque de Calvin et autres) qui abusent de leurs positions sociales pour abuser des femmes et s’enrichir à vitesse grand V... Alors les faux prophètes, regardez d’abord autour de vous (dans votre propre famille ou votre congrégation...) avant de vouloir accuser votre voisin qui a comportement apparent contraire à vos conceptions...

    Répondre à ce message

  • Le 20 octobre 2014 à 23:32, par Le Mouvement
    En réponse à : Synode sur la famille à Rome : Attention aux faux prophètes

    Dieu vient à notre aide ! Seigneur à notre secours ! Que Dieu nous soit d’un grand secours pour que les familles retrouvent leur vocation première : donner , garder, faire croitre, laisser épanouir(...) la vie, don et attribut de Dieu car Dieu est vie et il donne la Vie.

    Répondre à ce message

  • Le 21 octobre 2014 à 11:15, par Fraternite matin
    En réponse à : Synode sur la famille à Rome : Attention aux faux prophètes

    Merci beaucoup pour ces eclairages tres precieux. Je pense que l’eglise famille Burkinabe doit developer une bonne stratégie de communication sur les conclusions de cette conference. L’eglise aime le mutisme fait il faut communiquer sinon cela pourrait effriter l’eglise famille et amener beaucoup de personnes a changer de religion. Hier soir, quelqu’un me disait que les conclusions de la conference etaient pour avaliser le comportement actuel (Pedophilie, homosexualite, avortement, relations sexuelles,...) des pretes tant en Europe qu’en Afrique ; a travers le monde de facon generale. N’eut ete votre eclairage, on pourrait y croire.

    Répondre à ce message

  • Le 21 octobre 2014 à 11:16, par Fraternite matin
    En réponse à : Synode sur la famille à Rome : Attention aux faux prophètes

    Merci beaucoup pour ces eclairages tres precieux. Je pense que l’eglise famille Burkinabe doit developer une bonne stratégie de communication sur les conclusions de cette conference. L’eglise aime le mutisme mais il faut communiquer sinon cela pourrait effriter l’eglise famille et amener beaucoup de personnes a change de religion. Hier soir, quelqu’un me disait que les conclusions de la conference etaient pour avaliser le comportement actuel (Pedophilie, homosexualite, avortement, relations sexuelles,...) des pretes tant en Europe qu’en Afrique ; a travers le monde de facon generale. N’eut ete votre eclairage, on pourrait y croire.

    Répondre à ce message

  • Le 21 octobre 2014 à 11:45, par DieuMerci
    En réponse à : Synode sur la famille à Rome : Attention aux faux prophètes

    C’est beaucoup mieux maintenant ! Sinon les esprits faibles seraient partis. JESUS aime tout le monde. Chrétien ou pas chrétien Jésus aime tout le monde. IL aime le pécheur mais pas son péché. IL nous enseigne à fuir le péché qui nous éloigne de l’ Amour du Père. Nous devons nous aimer entre nous, mêmes avec les pédés parce qu’ils sont nos frères et sœurs mais nous ne pouvons pas et ne devons pas cautionner leurs déviances au risque de trahir JESUS.

    Répondre à ce message

  • Le 21 octobre 2014 à 11:50, par le Sultan
    En réponse à : Synode sur la famille à Rome : Attention aux faux prophètes

    ce qui est sûr, entre la voie de Dieu et celle de Satan c’est comme comparer la lumière à l’obscurité. Quoi qu’on dise les Eglises sont entrain de se laisser manipuler par les forces du mal. C’est à croire qu’il y a des prêtre pédophiles, des sœurs et prêtres avec des amants et des maitresses.Ce qui est banni aujourd’hui par Dieu est entrain d’être légalisé par des diables de l’Eglise qui se disent croyants de Dieu. je veux parler ici de l’homosexualité et autres voies tortueuses que Dieu interdit formellement. Quand on sait que la parole de Dieu ne meurt jamais et qu’elle est toujours vérité et chemin pour ses soumis et qu’elle est exempte de contradictions,la question est de savoir si toutes les paroles venant de la Bible est vérité ? Que Dieu guide qui il veut guider.

    Répondre à ce message

  • Le 21 octobre 2014 à 12:05, par lalsaaga
    En réponse à : Synode sur la famille à Rome : Attention aux faux prophètes

    il faut que les chrétiens comprennent, surtout les moins avertis que le prophète Jésus, l’avant dernier des messagers de Dieu ne connaissait le mot chrétien de son vivant. C’est les païens, pour ne pas dire ceux qui étaient contre Jésus qui ont donné cette appellation. Mes chers, je vous demande de suivre la religion d ’Abraham qui est pur, c’est-à dire enseignez ce que Dieu enseigne, défendre ce que Dieu défend, détester ce que Dieu déteste, et faire totalement la volonté de Dieu sur terre comme ce qu’ont fait les 124000 prophètes que Dieu a envoyés sur terre et les deux derniers ne sont autres que Jesus et Mohammad ( que la paix de Dieu soit sur eux). peut-être seriez-vous guidés ?

    Répondre à ce message

  • Le 21 octobre 2014 à 12:38, par Anita Manour
    En réponse à : Synode sur la famille à Rome : Attention aux faux prophètes

    Cher lalsaaga,comme tu l’as dit, Dieu guide qui il veut guider et égare qui il veut égarer. Toute la décision l’incombe. Prions seulement à ne point être parmi les perdants le jour du jugement dernier.

    Répondre à ce message

  • Le 21 octobre 2014 à 12:44, par Horoscope du jour
    En réponse à : Synode sur la famille à Rome : Attention aux faux prophètes

    L’eglise catholique est entrain de preparer une chute vertigineuse ; a force de vouloir susciter des debats sur des sujets trop oses pour la religion catholique. A l’image de l’Europe ou le comportement des pretes a donne une mauvaise impression surtout a cette jeunesse. Tres peu croit aux pretes. Les gens preferent suivre la religion, puis que le prete lui-meme se comporte tres mal et veut enseigner les autres au sein de la meme communaute. Consequence, les vocations se font de plus en plus rares et les eglises sont vides dans beaucoup de villes. L’avenir de l’eglise catholique dependra de ses leaders. A l’image de la gestion d’une cite, la dynamique de la population (scolarisation, education, comportement, echanges inter-culturels,...) amene les administres a mieux comprendre l’administration et surtout ses contours. Si en Europe, au moins, beaucoup de conories des pretes sont devoilees et condamnees parfois, en Afrique et particulierement au Burkina Faso, ses conories sont simplement connues avec des laisser-passer (mais c’est bien connu de tous). Faites beaucoup attention pour qu’elles ne soient pas devoilees au grand jour a la faveur de vos debats sur des sujets delicats (homosexualite surtout) car il y aura peu de pretes pour celebrer les messes et donner des confessions. Pardon, confessions aux femmes !!!!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 21 octobre 2014 à 13:59, par vigilance
    En réponse à : Synode sur la famille à Rome : Attention aux faux prophètes

    En avant pour la religion du Vrai Monothéisme. il n’ y a jamais eu trois religions sur terre. Il n’ y a que deux :l’obéissance au vouloir de Satan et la soumission ou l’obéissance à la volonté de Dieu ( exalté soit-il). tous les prophètes de Dieu, sans qu’ils ne se contredisent, ( y compris jesus et Mohammad) avaient un message unique, c’est à dire le monothéisme pur dont Abraham est dépositaire et transmetteur. Que Dieu nous éclaire !

    Répondre à ce message

  • Le 21 octobre 2014 à 15:05, par Diane Florence
    En réponse à : Synode sur la famille à Rome : Attention aux faux prophètes

    Bonjour à tous
    Il est vrai que beaucoup de vilaines choses se disent sur notre Eglise ; mais nous ne devons pas être surpris et surtout nous ne devons pas nous laisser distraire.
    Quelque soit l’attitude de I’homme ; homosexuel ou pas, il reste le fils de DIEU et membre de notre communauté. Son comportement est l’oeuvre du malin mais nous catholiques devont rester en union de prière pour nous mêmes et pour eux. Dans ses messages la Vierge Marie nous dit que notre Eglise sera secouée par le malin, restons vigilants et redoublons de prières ! Avec la foi on peut déplacer des montagnes ! toutes les tendances que nous trouvons mauvaises peuvent changer par la prière ! Et nous devons être les défenseurs notre Eglise contre tout ce qui se dit, car si nous même doutons, nous deviendrons faibles et dominés ; que Maman Marie soit toujours avec nous pour nous donner sa force, elle qui a su dominer les pires douleurs et humiliations ! AMEN !

    Répondre à ce message

  • Le 21 octobre 2014 à 19:39, par le vent
    En réponse à : Synode sur la famille à Rome : Attention aux faux prophètes

    Monsieur les évêques ! si vous permettez un seul instant aux pd et autres lesbiennes de célébrer leurs "unions" devant Dieu, je pars donner mon carnet de baptême à mon curé et je retourne à la religion des poulets "zambèla"

    Répondre à ce message

  • Le 22 octobre 2014 à 11:10, par Emmanuel
    En réponse à : Synode sur la famille à Rome : Attention aux faux prophètes

    Merci, Monsieur l’Abbé Joseph Kinda,
    pour ce partage fraternel du message de nos pasteurs. Puisse l’Esprit Saint présider aux destinées de l’Église Famille.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés