Pont de Zawara : un « rêve séculaire » devenu réalité !

vendredi 17 octobre 2014 à 00h58min

Jadis enclavée par le fleuve Bolo qui rendait impossible toute communication avec l’extérieur pendant la saison pluvieuse, la commune de Zawara, dans le sud de la province du Sanguié, est désormais accessible en toute saison. L’inauguration du pont qui désenclave la zone est intervenue ce jeudi 16 octobre 2014, en présence du Premier ministre Beyon Luc Adolphe Tiao.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Pont de Zawara : un « rêve séculaire » devenu réalité !

Vingt-cinq (25) mois auront suffi à Luc Adolphe Tiao pour tenir sa promesse d’aider les populations de Zawara, commune de la province du Sanguié, à sortir de leur désenclavement. En visite le 16 octobre 2012, le chef du gouvernement burkinabè et sa suite avaient pu toucher du doigt le calvaire que vivaient les habitants de Zawara pour se déplacer en saison des pluies, compte tenu de l’obstacle que constituaient les eaux du fleuve Bolo, infranchissables en cette période de l’année. Le PM Tiao avait alors pris un engagement allant dans le sens de la réalisation d’un pont de franchissement du fleuve. C’est à présent chose faite. L’inauguration est intervenue ce jeudi 16 octobre 2014 devant une forte mobilisation populaire. Pour Luc Adolphe Tiao, la réalisation de ce pont n’est que la traduction des engagements du Président du Faso pour un Burkina Faso émergent. « Il y a beaucoup de localités dans notre pays qui sont dans la situation de Zawara. Certaines de ces localités ont pu bénéficier d’ouvrages pareils, d’autres attendent. Je voudrais donc à l’instar de ce que nous avons fait ici à Zawara rassurer que le gouvernement sous la conduite du Président du Faso mettra tout en œuvre pour soulager la souffrance des populations », indique-t-il. Et d’ajouter : « Le gouvernement continuera toujours de faire le maximum pour permettre aux populations de vivre dans de zones où elles peuvent se déplacer aisément car la mobilité est un facteur essentiel de développement ».

« Zawara Nouveau » remplace « Sanguié profond »

Pour le ministre des Infrastructures et du Désenclavement, Jean Bertin Ouédraogo, l’engagement du Premier ministre a été pour beaucoup dans la tenue du délai et la qualité de l’ouvrage. Et de rendre un vibrant hommage à tous ceux qui ont contribué à la réalisation de l’ouvrage. Se félicitant de l’aboutissement du projet, Gustave Neya, représentant des populations, parlera d’un rêve séculaire devenu réalités, rappelant des espoirs déçus respectivement en 1960, 1980, 1997 du fait d’engagements non tenus. Avec la réalisation du pont, la commune de Zawara, dit-il, n’est plus coupée du reste de la province du Sanguié, de la région du Centre-Ouest et du Burkina Faso. Les surnoms du genre ‘’le Sanguié profond’’, « l’Autre Sanguié » ou « la Gnagna du Sanguié » ne sont à présent que de vieux souvenirs pour Zawara, pardon « Zawara nouveau ». Exprimant la gratitude, aux plus hautes autorités du pays, des populations de sa commune pour cette réalisation qui les réjouit à plus d’un titre-en témoignent la forte mobilisation et les réjouissances de toutes sortes, le maire Hubert Narcisse Yaro a demandé au Premier ministre Tiao de traduire au Président du Faso leur indéfectible soutien. Le pont de Zawara s’étend sur une longueur de 1,5 km et a coûté une enveloppe de plus de 555 millions de francs, financés par le budget de l’Etat. Le lancement des travaux avait eu lieu le 30 novembre 2013.

Grégoire B. Bazié
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 17 octobre 2014 à 10:13, par Sawm
    En réponse à : Pont de Zawara : un « rêve séculaire » devenu réalité !

    Il a fallut un fils de la localité pour que l’espoir, ce vieux rêve, devienne réalité : oh que c’est triste !!!
    Si chaque localité doit attendre qu’un des ses fils devienne un haut cadre (PM) pour que ces infrastructures indispensables au développement puisse être réalisées....
    Oui j’en suis encore très triste qu’on me dise que c’est dans la programme Burkina émergent ; y a t-il des planificateurs et de vrais gestionnaires de projets et programmes ?

    Répondre à ce message

  • Le 17 octobre 2014 à 11:06, par Mouni bii
    En réponse à : Pont de Zawara : un « rêve séculaire » devenu réalité !

    bonjour frère Sawm ! tu m’excuse mais ne raisonne pas de la sorte. tu es burkinabé tu peux apporter ton expertise au Pays. on dit que mieux vaux tard que jamais. si tu suis l’actualité, tu comprendras que c’est tout le Burkina qui émerge avec des routes bitumées par ci des bas-fonds aménagés par là. Ce que vous devez reconnaitre à Luc le PM, aucun chantier ne dors avec lui. il est sur tous les chantiers. Puisse sa modestie en souffrir, avec Beyon les vœux sont exhaussés, les rêves sont une réalités, les souhaits se concrétisent. encourageons les gens qui travail. Il travail pour que le Burkina Faso continue d’émerger.

    Répondre à ce message

  • Le 17 octobre 2014 à 12:02, par F. Yameogo
    En réponse à : Pont de Zawara : un « rêve séculaire » devenu réalité !

    Le pont de Zawara, une réalité qui honore les populations de la dite localité et du Burkina tout entier. Ce pont relie désormais TIta ainsi que la partie nord du centre ouest et Zawara avec Léo et toute la partie sud du centre ouest. Le développement et l’épanouissement de cette partie du Burkina est maintenant possible.
    Tres bonne initiative, vous avez le soutien a votre suite, d’acteurs clés du développement.

    F. YarIdo

    Répondre à ce message

  • Le 17 octobre 2014 à 13:07, par GO
    En réponse à : Pont de Zawara : un « rêve séculaire » devenu réalité !

    La réalisation de ce projet ne doit pas cacher les autres projets promis par le premier ministre lors de la campagne des élections couplées. Il faut qu’on face sortir la liste pour suivre car on a eu pas mal de promesses et c’est pour cela qu’on vous a voté. Mais tel que je vois les choses, ça va tirer vers une trahison. Le peuple doit bien suivre sinon, on sera toujours pris comme des idiots.

    Répondre à ce message

  • Le 17 octobre 2014 à 16:15, par Adama
    En réponse à : Pont de Zawara : un « rêve séculaire » devenu réalité !

    Je ne suis pas spécialiste mais je voudrais savoir si réellement le pont a une longueur de 1500 m comme le journaliste le clame haut et fort. Au Burkina ici, un pont de 1.5 km, mon oeil !!!. Il ne faut pas justifier le coût de l’ouvrage par des subterfuges.

    Répondre à ce message

  • Le 17 octobre 2014 à 17:17, par razou
    En réponse à : Pont de Zawara : un « rêve séculaire » devenu réalité !

    ces politiciens là ne font rien pour rien. mais tant mieux pour ces populations qui ont tant souffert

    Répondre à ce message

  • Le 18 octobre 2014 à 00:44, par Freebiiga
    En réponse à : Pont de Zawara : un « rêve séculaire » devenu réalité !

    et dire que Diapaga est inaccessible en hivernage .une bonne lecon pour les Paramanga Yonly.

    Répondre à ce message

  • Le 18 octobre 2014 à 02:15, par Le républicain
    En réponse à : Pont de Zawara : un « rêve séculaire » devenu réalité !

    Dans mon village à partir du mois de juin,le village est coupé du reste du pays au point que les populations préférent faire leurs affaires au Togo voisin. Luc, au sécours ! C’est dans le Koulpélogo. Ou je deviens le tout 1er Président du sénat pour soulager les populations de ma localité

    Répondre à ce message

  • Le 18 octobre 2014 à 16:00, par B. GUE
    En réponse à : Pont de Zawara : un « rêve séculaire » devenu réalité !

    je crois que Zawara ne fait pas frontière au Burkina, c’est le Burkina. ce pont appartient à tous les burkinabè,commune de Zawara : grands producteurs de coton et autres produits agricoles, donc économiquement ces millions se rattrapent. Comme le PM tourne,il a vu lui même ce qui ne va pas, Mr Sawm veut que qui d’autre parte faire le rapport à l’Etat ?
    Quand aux promesses,si on gagne ce qu’ils peuvent faire c’est bon. L’homme même se promet des choses mais il n’arrive pas à se satisfaire lui même.
    Mr Adama, comme le journaliste le clame haut et fort, aux Eaux et Forêts 1500m de long c’est juste. Le cours d’eau a deux lits,un mineur et l’autre majeur. Le lit mineur est là où l’eau reste et coule pendant longtemps,il peut atteindre 60 à 100m,c’est là-bas qu’il y a les ouvertures. Au moment des crues du cours d’eau, l’eau déborde et prend un lit majeur dont la largeur dépend de la topographie du terrain. il est plus large mais temporaire et aussi même les zones inondables. Le pont prend donc tout ça en compte. Les 1500m donnent la largeur du lit majeur de ce cours d’eau.

    Répondre à ce message

  • Le 19 octobre 2014 à 19:12, par Ali le sabre
    En réponse à : Pont de Zawara : un « rêve séculaire » devenu réalité !

    Félicitations aux populations qui ont continué à espérer malgré les nombreux rdv manqués. Félicitations au PM Luc qui a su donner suite à cet espoir. Maintenant il faut entretenir l’ouvrage. C’est là où les populations doivent elles-mêmes être sévères contre tous les usages qui détruisent les ouvrages : surcharges, ramassage de sable et autres gravillons, ect.
    Pour ceux qui ont la critique facile je dis que tout est presque priorité dans ce pays et que chaque réalisation est à saluer.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés