Dialogue politique inclusif : Le parti AJIR entend s’investir dans sa relance

vendredi 17 octobre 2014 à 00h59min

Au cours d’une conférence de presse animée ce jeudi 16 octobre 2014, l’Alliance des jeunes pour l’indépendance et la République (AJIR) a affiché sa volonté à faire relancer le dialogue politique arrêté le 06 octobre dernier.

Dialogue politique inclusif : Le parti AJIR entend s’investir dans sa relance

A l’invitation du chef de l’Etat, majorité et opposition politique ont eu des rencontres dans le cadre d’un dialogue politique inclusif. Un dialogue qui, dans sa phase de cadrage, a été arrêté par son initiateur le 06 octobre dernier. Toute chose qui a fait dire à certains que le dialogue a échoué.

Mais à l’Alliance des jeunes pour l’indépendance et la République (AJIR), l’on « se refuse à parler d’échec, en tout cas d’échec définitif ». Pour le président du parti, Adama Kanazoé, un dialogue politique peut connaître beaucoup de points d’achoppement. De l’avis de M. Kanazoé la divergence de vue sur la suite à donner aux questions dont les réponses n’auraient pu faire l’objet de consensus, ne peut suffire à conclure à un arrêt du dialogue. Et cela, foi de M. Kanazoé, l’initiateur dudit dialogue, en tant que « médiateur international émérite » et « dont l’expertise dans le domaine de la résolution des crises fait des émules bien au-delà des frontières africaines », est mieux placé pour le savoir. Pour sa part, le ‘’jeune parti de jeunes’’ dit lancer à son endroit, « un appel fort » à « relancer les pourparlers dans l’intérêt supérieur de la nation ».

A en croire le président de l’AJIR, le dialogue politique n’est pas toujours épuisable en quelques jours seulement. Pour lui, « au bout de deux semaines, on ne peut pas dire que les fils et filles de ce pays ont épuisé la voie du dialogue ». « Un dialogue politique, précise-t-il, ça peut prendre beaucoup de temps ». Il faut, selon M. Kanazoé, que tous les acteurs aient conscience de cela, car le Burkina Faso ne saurait faire l’économie de ce dialogue. D’où le plaidoyer de l’AJIR : « rasseyons-nous et discutons sur des bases plus justes, plus équitables, plus vraies, afin de trouver ensemble des compromis capables de réunir à nouveau tous les fils et filles de notre pays autour des vrais enjeux nationaux ». Ce plaidoyer, Adama Kanazoé et ses compagnons entendent le soumettre – avec l’espoir d’obtenir leur influence sur les acteurs politiques - dans les jours à venir, « aux plus hautes autorités coutumières, religieuses et aux personnes ressources » ; notre pays ayant « plus que jamais besoin de ses leaders pour l’éclairer ».

Sa conviction à lui, Adama Kanazoé, c’est que le dialogue est « la voie royale pour trouver la solution à la crise politique actuelle ». Il est donc impératif de renouer avec le dialogue. Mais il faudra que la prochaine offre de dialogue soit, de l’avis de M. Kanazoé, « bien préparée ». Elle doit en effet, faire l’objet de termes de référence adéquats et disponibles. Mieux, elle doit permettre de trancher rapidement la question du médiateur.
Tout en rappelant au dialogue, l’AJIR a tenu à réaffirmer ses « positions qui sont Non au sénat, Non à la modification de l’article 37, Non au Référendum ». Pour le parti, profiter de l’actuel blocage du dialogue pour convoquer un référendum, c’est exposer le peuple burkinabè à la radicalisation des positions et donc à une profonde division.
Signalons que l’AJIR a été portée sur les fonts baptismaux le 25 janvier 2014. Elle est affiliée au CFOP-BF (Chef de file de l’opposition politique du Burkina Faso). Elle entend porter et défendre sur l’arène politique, la dignité et les aspirations légitimes de la jeunesse burkinabè en vue d’impulser un modèle de développement plus harmonieux au pays des Hommes intègres.

Fulbert Paré
Lefaso.net

Messages

  • Pour que le dialogue ait lieu il faut que dans les deux camps chacun arrête de réaffirmer sa position sur le dit problème car nul part au dialogue sans ne pas être prêt a faire des compromis. Le dialogue se veut être une émulsion de grands esprit et non une crèche où chacun montre ses aides ménagères

  • Aristote disait dans la république tout homme incapable de communiquer se veut ermite. Dans ce sens que tout personne incapable d’exprimer ses besoins se veut solitaire car l’homme étant un animal politique et de surcroît utilisant la communication pour exprimer son ré-senti nul ne peuvent avec des hommes sans communiquer. De la communication, le dialogue verra le jour et permettre ainsi à deux ou plusieurs personne de mieux vivre en société. Vive le dialogue

  • Il fallait penser a cela avant de montrer son radicalisme au dialogue ! Nul n’a forcé l’opposition a mettre un terme au dialogue vue que cela était son vœux le plus chère pour instaurer encore ses récoltes de fonds

  • certes vous avez raison les gars mais une chose reste importante dans la tête de nous les citoyens de ce pays est que maintenant on pense bien que le dialogue ne devrait pas exister une fois encore entre ces deux camps.mais la seule chose qu’il faut dans ce pays après le boycotte de ce dialogue par l’opposition je pense bien que cela doit être le référendum point c’est tous car il n’y a plus rien a dire encore...le référendum c’est ce que nous on attend

  • dialogue qui a ete interrompu par ces gars de l’opposition,et vous voulez que nous organisons un dialogue encore.vraiment vous êtes insensible les gars.car nous ne organiserons jamais un dialogue dans ce pays si ce n’est que le référendum pour trancher entre les burkinabé qui sont aussi diviser,,,,donc arrêter de nous dire que nous allons organiser un dialogue encore !!

  • la voie royale pour trouver la solution à la crise politique actuelle est bel et bien un référendum et non un dialogue qui a ete boycotter par des gens qui ne connaissent pas le vrai sens du dialogue...pour cela je tiens a dire a ces gars que nous somme dans un volley ou chacun attend le référendum avec patience et amour donc laisser nous aller au référendum que de nous chauffer les oreilles avec des histoires de dialogue..
    referendum ou referendum

  • dialogue ou pas dialogue,le référendum sera le bien venu chez nous les burkinabés et je suis certain en ce sens mes chers amis de l’opposition du Burkina, car si c’est a cause de cet référendum que vous avez mis fin a ce dialogue je pense bien que vous et vos amis qui courez dans les rues de Ouagadougou verrons bientôt la date de cet référendum sous vos yeux et on verra comment sa ira...

  • Héiiiiiiiiii Adama Héiiiiiiiii Adama Héiiiiiiii Adama. Gounssi Koé !!!! Selon toi, es ce que le dialogue est possible ? Les textes sont là il faut les respecter.

  • En vérité, en créant les conditions de la rupture du dialogue, en affirmant que le Président du Faso était juge et partie, l’Opposition a œuvré à se marginaliser et à s’exclure d’elle-même du processus de décision sur les questions querellées. Si fait qu’elle ne peut plus qu’assister en spectatrice et à subir les décisions qui seront prises. D’où ce retournement de veste en appelant le président de relancer un dialogue qu’elle a volontairement mis fin. L’opposition est en retard sur le train des événements, elle a manqué le wagon et elle veut se rattraper.j’espère que ce n’est pas trop tard sinon ce ne sera plus au président de décider mais au peuple.

  • Après avoir rompu unilatéralement le dialogue Majorité-Opposition au motif que le Président du Faso ne devrait pas avoir droit sur aucun des points en débats, même sur ceux sur lesquels le dialogue aura buté, voilà que l’Opposition se retrouve à attendre impatiemment que celui-ci parle ! elle est tellement impatiente qu’elle lance un appel au pieds désespérément au Président pour qu’il leur donne une autre chance pour ne pas se sentir ronger par le remord. Mais comment donner continuellement la chance à des gars qui passent leur temps à la lapider comme des enfants.

  • qui parle encore de dialogue dans ce pays.je pense bien que nous sommes claire la dessus et personne ne viendra nous dire le contraire de ce que nous en pensons car cela va a l’endroit du bien de ce pays...donc arrêter de nous parler de dialogue de façon comme ce que l’article nous le dit..le référendum et non le dialogue maintenant au Faso.

  • L’opposition fait appel à la sagesse du président maintenant qu’elle est dos au mur et qu’elle doit subir la décision qui sera prise par le Président du Faso. Pourtant le Président Blaise a déjà fait preuve de sa gestion que l’opposition à botté en touche croyant pouvoir mettre pression sur le président et la majorité présidentielle. Franchisez avant d’agir mes chers gars de l’opposition.

  • certes il faut s’invertir mais pas dans la relance a ce que un dialogue reprenne encore dans ce pays mais plutôt a ce que le référendum vienne et sa volonté soit admirer par nous le peuple burkinabé. chaque citoyen de ce attend bien le référendum et je sais que toi aussi tu attend cela donc cri avec moi"oui au référendum"

  • Adama, on dit mieux vaut tard que Jamais, vous avez intérêt à ce que le Président ne ferme pas totalement la porte du dialogue, sinon l’opposition aurait choisie elle même de tout perdre, puisque la décision ultime à l’heure actuelle ne viendra que du Président et non de l’opposition et la majorité puis que vous avez choisie de boycotter le dialogue initié par le président.

  • article 32 stipule que la souveraineté nationale appartient au peule.et je pense que ce dialogue va laisser place au référendum pour le peuple montre sa souveraineté nationale dans les urnes et non la rue.....référendum bienvenu au Faso pour départager le peuple diviser..

  • Il n’est plus question de revenir sur cette question car l’opposition ayant montrer son incapacité faire usage de sa raison. Pour toute personne douer de bon sens il est plus que nécessaire d’entretenir cela est valable aujourd’hui et aussi demain. Un homme qui est radicale et n’est pas toujours prêt à faire des compromis ne saurait être président

  • Ceci est appel de pied. On vous a tendu la main vous avez voulu prendre tout le bras, c’est a fait logique que le président retire la main tendue. Maintenant que la main tendue est retirée vous faites un appel de pied au président. Si vous n’avez pas accepté une première fois les termes des points de discussion pourquoi les acceptera vous aujourd’hui ?

  • Des prises de conscience déjà au sien de l’opposition. Mais nul ne l’a demandé d’être aussi radicale sur ce sujet. Aujourd’hui le référendum étant une priorité absolue l’on regrette nos choix du passé. Comme le disait Okanko It’s a joke

  • l’article 36 stipule que c’est le président du Faso qui doit incarner l’unité nationale.je pense bien que cela lui donnera l’idée de bien vouloir faire sortir le peuple burkinabé dans le doute dans le quel ils sont plonger...pour cela il faut qu’il nous donne la date de la tenue du référendum pour que nous puisons aller très en avant...

  • Combien avez vous été payé ???????
    C’est vraiment regrettable à vous entendre.
    Politique stomacale.

  • On a pas besoin de votre opinion,faites nou alors l’economie de vos cochonneries verbales et rejoignez la masse pour la marche vers le referendum !!!!!!!

  • nou pas bouger sur notre position,nou on veu le referendum et on l’obtiendra quelqu soit le prix à payer !!!c’est quoi ces manières de s’opposer bèttema à ce qui va dan l’interèt du peuple ?Regarder vou ferez mieux de laisser tranquille le peuple s’exprimer definitivema sur ces question en vertu de l’article 32 de la constitution qui lui octroi la souverainete nationale !!!!!viva referendum

  • ce référendum nous allons l’organiser piann pour démontrer que la constitution de notre pays est respecter et non la rejeter comme une faille dans la lithosphère qui génère un séisme.
    a ce propos je voudrais tous simplement dit a ces gars que le pays des hommes intègres est un pays de bon développement et non de quelque chose d’autre donc laisser nous aller au référendum pour un meilleur départage. c’est tous ce qu’on vous demande.

  • Dans le cas actuel du Burkina Faso , il y’a vraiment besoin de dialogue ? Dialogue sur quoi et pour quoi ? Ayons le courage de dire la vérité où elle est vraiment une nécessité absolue. En respectant la constitution, la bagarre sera dans un seul camp (CDP et ses alliés). Mais en refusant de respecter cette constitution , la bagarre sera entre partisans et non partisans de la modification de l’article 37 de la constitution . Dans ce cas c’est tout le pays qui s’enflamme. Il n’ y a jamais eu de paix sans vérité. ( justice).

  • Mon intuition me dis que ces individus ont pris l’argent de Blaise. Il ont maintenant le même langage que " le front républicain". Tous ceux qui ont bien suivi Adama KANAZOE sur Canal3 hier ne diront pas le contraire.
    Le dialogue consiste à donner un alibi à blaise pour lancer son référendum parce que juridiquement il est bloqué et il cherche un motif au plan politique.
    Moi j’ai la chance de pouvoir démasquer les traitres ; donc j’insiste et je signe que l’AJIR joue le jeu du CDP. Le temps me donnera raison
    Il faut que le CFOP expulse ce parti en son sein le plus vite possible.

  • Dialogue politique inclusif ? C’est n’importe quoi ! Vous allez discuter de quoi si c’est pour ranger vos résolutions dans un tiroir (comme cela à tjr été fait) ? On demande seulement au Présidente de respecter l’engagement pris de respecter la constitution. Il n’y a pas de crise au Burkina !

  • Je comprend la position de certaines personnes qui pense concernant le dialogue prôné par Ajir. Mais il faudrait que les uns et les autres comprennent une chose la cohésion sociale est le plus important pour tous les filles et fils du pays, nous sommes convaincu que le chef d’état lui même mesure l’importance de cette cohésion et qu’il permettra j’en suis sure au deux partie de trouver une issue heureuse pour tous. Le pays n’a pas besoin de se déchirer avant de trouver une solution durable à son problème. Que Dieu bénisse le Burkina et ceux qui y vivent.

  • Respect de la constitution et tout est accompli

  • merci ADAMA le guerrier c est celui la même qui met le dialogue avant l affrontement tu me surprend de jour en jour que dieu bénisse le BURKINA.

  • La majorité pour ne pas perdre les avantages qu’ils ont toujours eu avec le président décide de maintenir celui ci de l’ autre côté on a l’ opposition regroupée au sien du cfop n’en tend pas de cette oreille. Dans tous les cas on a une partie de population qui sera mécontent quelques qu’on aille ou pas au référendum. Dans ce cas on ne peux faire l’économie du dialogue pour sauvegarder la cohésion sociale. Mais cette fois il faut un vrai dialogue avec un médiateur qui n’est du camp des parties. Qu’il soit nationale ou international ce n’est pas le plus important. Le plus important c’est qu’on trouve un compromis qui ne saurait permettre en cause notre démocratie . Ce sont les jeunes qui en pâtiraient !!! Il ne sert à rien de tenir des discours guerriers. Si la guerre commence c’est nous les jeunes qui allons mourir, après notre mort les aînés vont continué à gérer le pays.

  • Aidez-moi à comprendre la position de ce KANAZOE Adama. Un jeune qui était bien admiré par ses courageuses prises de position qui demande aujourd’hui un dialogue avec blaise compaoré. Vraiment le CFOP a du pain sur la planche. De toute façon, le peuple mobilisé et concsientisé luttera contre le pouvoir à vie de blaise Compaoré avec ou sans les partis politiques. Celui qui participe à ce combat inscrira positivement son nom dans l’histoire du Burkina. Quant à ceux qui appliquent la politique du ventre, ils repondront devant l’histoire de leur forfait. Donc K Adama , il faut soigner ton langage et revoir ta position ambigüe. Je demande à Zéph de conseiller son enfant chéri. Si non ce sera la honte.
    QUEL DIALOGUE ENCORE ?. On n’était pas content de votre participation au dialogue passé et toi tu n’apprends pas bien ta léçon. Les autres membres du CFOP ont compris leur base et toi Adama tu divagues. Va restituer l’envolppe et libère-toi de çà !

  • Hé burkinabè ! pourquoi quand quelqu’un propose une option autre que celle de l’affrontement dans le cadre du règlement de cette crise politique, les gens trouvent que la personne est vendue !!!!Je suis sûr que parmi vous qui crier à l’affrontement c’est pas sûr que l’on peut compter sur votre présence au moment de l’affrontement. C’est facile de rester ici derrière des pseudo pour insulter ceux qui proposent une sortie pacifique de crise. Si vous êtes pour l’affrontement pour régler ce problème commencer à commenter avec vos noms de façon ouverte et non utiliser des pseudo. Ces jeunes ont le mérite de dire qu’ils sont contre la modification de l’article 37, contre le Sénat et contre le référendum. Mais plutôt que de privilégier le feu, ils appellent seulement au dialogue pour que Blaise COMPAORE s’en aille tranquillement sans brûler ce pays où se sont encore les jeunes qui vont payer le lourd tribu alors que l’on aurait pu éviter cela. Arrêter vos histoires qui consistent à accuser toute personne qui propose autre chose que le feu d’être vendue ou corrompue. Alternance et paix en 2015. Merci à AJIR.

  • "...Alliance des jeunes pour l’indépendance et la République (AJIR) ..." La dénomination de ce parti est à,revoir. Cette appelation correspond à un association de la société Civile et non à un parti politique. Si vous devenez VIEUX vous n’êtes plus militant ?

  • Vous savez mes amis,je vou le dis en verité enverité,tou president qui decide d’initier un referendum pren le trè gran risque de mettre en jeu son fauteuil presidentiel !!!cela relève,clamons le haut et fort d’un très gran risaue et nou ferons mieux de saluer cette initiative combien democratique pluto qu de passer notre temps à voir le mal partou !!!!

  • Vieux, AJIR a plusieurs fois expliqué le terme jeune dans sa dénomination. Il n’y a rien de discriminatoire. Vas chercher à les comprendre.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés