Rentrée scolaire : Le PAREN vient en aide à l’école Bang-pooré à Tanghin

mardi 14 octobre 2014 à 00h22min

Pour une rentrée politique, l’idée est toute trouvée. En ce début d’année scolaire, l’école primaire Bang-pooré située au secteur 17 de l’arrondissement n°4 a reçu du Parti de la Renaissance Nationale (PAREN), une aide financière pour la prise en charge du loyer d’une salle de classe durant toute l’année scolaire. L’enveloppe a été remise par le Président du parti, Tahirou Barry.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Rentrée scolaire : Le PAREN vient en aide à l’école Bang-pooré à Tanghin

C’est en présence des enseignants, des parents des élèves et des élèves que Pascal Ouédraogo, Directeur de l’école Bang-pooré a reçu cette enveloppe des mains de Tahirou Barry, président du PAREN. Le soutien dont le montant n’a pas été révélé, a été salué à sa juste valeur par les parents et le Directeur de l’école, un soutien qui leur permettra de résoudre le problème de salle qu’ils ont vécu les années passées.

Un soulagement pour tous les acteurs de l’établissement

L’école Bang-pooré existe depuis sept ans mais ne comporte que quatre salles de classe construites. Les deux autres classes complémentaires étant en paillote. Pour pallier à cela et mettre les enfants dans de meilleures conditions, l’établissement a loué deux salles pour abriter les élèves. Le président du PAREN assure que le montant remis permettra de prendre en charge le loyer d’une salle de classe durant toute la période de l’année scolaire.

L’établissement compte près de 430 élèves et doit aussi faire face à un manque de table-bancs. En plus, il ne dispose ni de clôtures ni d’électricité. Pour le Directeur, ce sont d’autres difficultés auxquelles ils sont confrontés, et cet acte du PAREN constitue un point de soulagement pour les encadreurs, les parents des élèves et les élèves eux-mêmes.

Un acte opportun

Pour le Président du parti, au-delà du geste, la visite à l’école Bang-Pooré est une opportunité de saluer et de rendre hommage aux acteurs du système éducatif. Une opportunité aussi de s’interroger sur le sens de l’école au Burkina Faso. Et les questions dont parle M. Barry sont celles relatives au continuum, notamment au contexte dans lequel la mise en œuvre de ces réformes est envisagée. Il trouve que « l’on ne peut envisager des réformes si toutes les conditions de sa mise en œuvre ne sont pas réunies ». Pourtant, c’est « pendant que le MENA se débat dans ses milliers d’écoles sous paillotes que l’on parle de transfert, de continuum. Et cela ne s’accompagne pas dans le délai imparti de livraison des infrastructures en terme d’écoles ou d’enseignants de qualité ».
Ce don s’inscrit dans le cadre de la rentrée politique du Parti de la Renaissance Nationale.

Martiale Zongo (stagiaire)
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés