Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

Point de vue • vendredi 10 octobre 2014 à 05h00min

A l’image de la médiation interne qu’on avait présentée comme une initiative de l’ancien président Jean-Baptiste OUEDRAOGO et un groupe de sages, le dialogue entre l’opposition et la majorité débutée le 25 septembre dernier, à l’initiative et sous l’égide du président COMPAORE, a atteint son épilogue le lundi 6 octobre 2014, par un constat d’échec.

Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

De l’espoir suscité par l’implication personnelle et directe du Chef de l’Etat dans cette initiative de dialogue majorité/opposition

En dépit du degré élèvé de scepticisme qui caractérise aujourd’hui une bonne partie des burkinabè et tout observateur attentif quant a l’issue des tractations politiques en cours depuis un certain temps, nous avons applaudi la mise en place de ce cadre de dialogue dit inclusif sous l’égide du président COMPAORE. Nous nous somme convaincue, peut-être prématurément, qu’enfin le Président tenait le bon bout pour poser les bases du SCENARIO D’HONNEUR proposé par le groupe de médiation qui avait été conduit par l’ancien président Jean-Baptiste OUEDRAOGO.

L’issue de cette initiative éphémère nous laisse dans la désillusion, nous ramène à une situation plus grosse de danger, pire que ce que d’aucuns qualifieraient de ‘retour à la case départ’, car l’acteur clef sur qui tous fondaient l’espoir, vient d’essuyer un échec. En prenant acte de l’échec et en promettant de poursuivre le dialogue par d’autres voix, quelles surprises nous prépare-t-il ?

Mise en œuvre de la stratégie « On gagne ou on gagne »

Dans la situation politique actuelle au Burkina Faso, nous pensons que des cinq points présentés comme objets du dialogue, un seul était véritablement l’enjeu : l’article 37 de notre constitution en son aspect limitatif du nombre de mandats présidentiels a deux. Les autres points étaient soit des accessoires (Sénat) ou des ’gagne-temps’ (élection présidentielle de 2015, Conseil constitutionnel, participation de la société civile).

A l’analyse de l’approche du président COMPAORE et de sa majorité, on se rend à l’évidence que sans le dire, l’objectif recherché ressemble fort bien a un slogan de campagne de l’ex-président ivoirien Laurent GBAGBO : « on gagne ou on gagne » ; ou encore à ce fameux conte dans lequel le lièvre devait effectuer le partage du butin de chasse entre lui et son compagnon : « Si tu veux le margouillat, voici le margouillat. Si tu veux le caïman, voici le margouillat ». Or, se croire toujours plus astucieux que son ami finit par gâter l’amitié, dit l’adage.

Nous disons que c’est un échec prévisible et prévu, car en vérité, pour la question de l’article 37, il n’y a pas de dialogue dont l’objet serait autre que la facilitation du départ du président COMPAORE en novembre 2015, à la fin de son mandat constitutionnel.

Si la constitution va être revue, ce sera après le bilan du contrat du président COMPAORE avec le peuple burkinabè, qui sera naturellement fait par les acteurs et actrices qui auront pris la relève suite a la présidentielle de novembre 2015. Ce bilan devra permettre de faire le point des acquis mais aussi des insuffisances en matière de démocratie, entre autres. Si la nécessité de revoir la constitution en certains de ces aspects se faisait sentir, d’accord partie, toutes les parties prenantes mettront en place des dispositifs qu’il faut et engageront les actions qui siéent. L’expérience et l’expertise du président COMPAORE (ex-président alors) pourront être mises à profit par son successeur, comme il en a lui-même fait de ses prédécesseurs.

Or en lieu et place de la préparation d’une porte de sortie, que constatons-nous ? Le président COMPAORE et sa majorité ont voulu utiliser l’opposition pour obtenir et légaliser ce qu’ils n’ont pu obtenir lors du CCRP (Cadre de Concertation sur les Reformes Politiques), malgré le fait que ce même cadre avait été boycotté par la même opposition (renforcée actuellement par d’autres forces) en son temps. Manifestement, c’était un pari impossible à gagner, sauf si le résultat recherché est l’échec qui pourrait par la suite être utilisé à d’autres fins, d’où cette image du slogan de campagne de Laurent Koudou GBAGBO. Attendons de voir.

En effet, l’objectif du président COMPAORE et da sa majorité de sauter le verrou limitatif du nombre de mandats pour permettre au président COMPAORE de se présenter à nouveau n’a pas varié d’un iota. Le Sénat qui devait être utilisé pour obtenir la modification de l’article 37 par un parlement bicaméral n’a pas pu être mis en place, suite aux vastes mouvements de rejet. Avec les démissions en masse du CDP, la création du MPP, la position affichée de l’ADF/RDA contre la modification de l’article 37 en vue de sauter la clause limitative, il est quasi impossible de réussir la modification de l’article 37 par l’Assemblée nationale actuelle. Il ne reste que la voie référendaire, tout aussi périlleuse et rejetée par l’opposition et des mouvements de la société civile, des lors que l’objet consiste à user de tous les subterfuges pour assurer un nouveau bail a Kosyam au président COMPAORE.

Or ça coince aussi pour la tenue d’un referendum contesté, dont l’objet ne fait pas l’unanimité et qui de surcroit ne porte que sur l’intérêt d’une seule personne sinon d’un clan. Des notabilités coutumières, des communautés religieuses, des partenaires au développement ont fortement recommandé d’éviter le passage en force et de privilégier le dialogue. C’est donc pour se faire bonne conscience vis-à-vis de ces différents intervenants et justifier une éventuelle répression, que le président COMPAORE a mis en place ce cadre de dialogue. Mais ni lui, ni la majorité ne se faisait d’illusion sur la longévité de ce cadre, encore moins du consensus qui pouvait en résulter, vu l’objet central du dialogue et les résultats que lui et sa majorité recherchent. On ne peut pas demander à l’opposition de venir accepter, entériner ce qui a été cause de son refus de participer au CCRP et est cause de sa forte audience auprès des populations aujourd’hui.

Quant a l’opposition, elle savait pertinemment que si le point principal reste le même (l’article 37) et si l’objectif de la majorité ne varie pas (sauter la clause limitative pour que Blaise COMPAORE soit encore candidat en 2015), ce dialogue pouvait même prendre fin des le premier jour. Cette invite est (était) donc un piège à trois prises au moins :
- Si vous refusez l’invite, on vous présente comme les va-t-en guerre aux yeux de la communauté internationale, et surtout aux yeux des groupes sociaux de référence qui ont recommandé le dialogue.
- Si vous acceptez cette offre empoisonnée, vous courrez le risque d’aider Blaise COMPAORE et sa majorité à vous utiliser pour atteindre leur but.
- Si le dialogue échoue, Blaise COMPAORE (qui a le beau rôle de juge et partie) pourrait arborer sons costume d’arbitre (donc de juge) et décider de la suite.

En clair, le résultat d’échec auquel nous sommes parvenus dans ce dialogue qui est pour la majorité la mise en œuvre de la stratégie « on gagne ou on gagne », était prévisible, prévu par l’opposition et programmé par le parti au pouvoir.

Quant on parle de l’article 37 de notre constitution, nous devons nous faire le devoir de rappeler certains repères, et nous allons encore citer un extrait du rapport du Collège de Sages (1999) pour conclure : « 2.3.1. Revenir sur la modification de l’article 37 de la constitution et y réintroduire le principe de la limitation à deux mandats présidentiels consécutifs. En effet, sa révision en 1997, quoique conforme à l’article 168 alinéa 3 de la Constitution, touche à un point capital pour notre jeune démocratie : le principe de l’alternance politique rendu obligatoire par le texte constitutionnel de 1991 »

Cynthia Benao
benao_cynthia@yahoo.com

Vos commentaires

  • Le 9 octobre 2014 à 17:00, par faisons un effort de réflexion En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    on veut plus analyse , allons y au referendum c’est tout ! là chacun pourra connaitre son poids politique

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre 2014 à 17:10, par doudou En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    OUI on a compris ,mais pardonnez gardez ça pour l’après referendum

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre 2014 à 17:11, par changeons En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    Le Burkina va tout droit vers l’abime.

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre 2014 à 17:12, par réciproque fausse En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    Au lieu de continuer a analyser ces processus ayant abouti a un échec,organisons plutôt le référendum c’est la seule issue favorable qui puisse permettre l’aboutissement de ces points de vue divergent l’opposition ne veut rien comprendre on attend quoi alors pour aller a ce fameux référendum !!!!

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre 2014 à 17:15, par wendlassida En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    M. le président, vous avez encore le temps de sauver la situation ; une fois le referendum lancé le Burkina va sombré, et l’année scolaire et estudiantine risque d’être chaotique
    votre entourage fait des illusions optiques t une myopie intellectuelle
    vous avez été suffisamment prévenu par la société civile, les religieux et les coutumiers si vous insistez vous finirez mal ; n’écoutez pas les saprophytes comme Herman ; vous le connaissez mieux que moi ; peut être qu’il veut se venger en vous déroutant

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre 2014 à 17:16, par commando invisible En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    ça c’est votre point de vue monsieur Cynthia Benao,si le peuple va être consulté c’est maintenant et non en 2015 car dans ce cas il n’y aura pas de sens,le référendum c’est pour permettre au peuple Burkinabé de s’exprimer et si on ni tient garde c’est le peuple lui même qui a décider de soutenir la décision du chef de l’Etat,alors qu’il en soit ainsi !!! oui au référendum pour la candidature de Blaise en 2015.

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre 2014 à 17:19, par kaboré ludovic de tanghin En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    c’est plutôt l’opposition qui ne veut pas avoir de compromis .le président a tendu la main et l’opposition a refusée de la tenir tout juste par ce qu’elle n’a pas de position claire et fondée à défendre ! cette opposition veut utiliser le peuple comme son bouclier mais cela est une peine perdu pour eux .on ira au référendum !!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre 2014 à 17:24, par pour de bon !! En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    Mort de rire !!! A ça on donne le label analyse ? mais c’est ton CM2 qui n’a pas été à la hauteur ou soit tu es de mauvaise foi ?Ma chère benao désolé de te le dire mais sache que les Gourunsi font mieux que ça ils ont la tête. Tu viens nous étaler ton soutien à la mauvaise foi de l’opposition sans pour autant avoir le courage d’être claire, Nous on veut avancer si vous avez rien à écrire , prenez les livre de CP2 et copiez les poèmes pour envoyer a Fasonet il va publier pour vous faire plaisir

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre 2014 à 17:26, par 4- 8 En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    Je suis désolé mais cet article n’a pas de portée.Comment Madame se permet de dire de choses pareilles ?Dire que le référendum est contesté par une bonne partie du peuple c’est se foutre des gens.Nous savons tous que l’opposition n’a jamais pu mobiliser autant de monde que la majorité.Alors Cynthia tu te fonde sur quoi.Il faudra a l’avenir nous épargner des articles mensongères

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre 2014 à 17:26, par gros bras mince En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    Quelqu’un dit que la vitesse a laquelle tu court dépend en fait de la taille du chien qui te pourchasse,c’est parce que le pouvoir veut jouer balle a terre avec vous que vous pensez qu’ils ont peur ?il en est rien de ça,maintenant que les choses sont claire,pas de dialogue,pas d’analyse de processus, tout ça doit faire place au référendum,on verra bien de quoi vous êtes capables ?

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre 2014 à 17:27, par Antoine En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    Quand on parle d’implication personnelle du président Compaoré dans ce dialogue, je ne suis nullement d’accord. Quand on s’implique, on pèse de son poids et de ses prérogatives pour arriver à quelque chose. Mais on ne jette pas les cartes à la première difficulté comme il l’a fait comme si lui même souhaitait que ce dialogue n’aboutisse pas.
    Malheureusement, on donne énormement d’argent à des analphabètes et à des gens en quête de marché comme ce monsieur du soleil levant pour organiser des prétendus meetings et on distribue des ordinateurs à des necessiteux pour nous pondre du n’importe quoi dans les forums sur les réseaux socios.
    En tout état de cause, je l’avais prédis à l’annonce du dialogue que l’effet recherché était l’echec pour justifier le referendum qu’ils veulent convoquer à tout prix. Mais je prédis encore trois choses que vous aurez l’occasion de vérifier :
    Primo que personne ne sortira gagnant de ce referendum, pas même Blaise ou son clan encore moins le "peuple" qui s’est battu pour l’appeler de toutes ses forces. Je ne voudrais pas être pessimiste, sinon c’est peut être le chao que nous vivrons tous.
    Secondo, que l’issue du referendum ne risque pas d’être ce que la "majorité" attend (à moins de fraude massive) car j’en connait dans le camp de cette prétendue majorité qui sont prêts à voter pour le non
    Tertio, si par un tour de magie, le oui l’emportait, je vous donne tout au plus trois ans pour retrouver la majeure partie des acteurs actuels du referendum soit sur la touche, soit dans l’opposition
    J’en appelle alors au bon sens de chacun et de tous pour nous sortir de cette situation.
    A bon entendeur....................

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre 2014 à 17:27, par Vital En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    De source très proche de la famille COMPAORE, la date du référendum est pour le 09 novembre

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre 2014 à 17:29, par electron 1er En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    Il n’y a pas lieu d’aller a la Sorbonne ni d’être féticheur pour savoir la suite de ce échec,on attend que le président use des prérogatives que la constitution lui accorde pour convoquer le référendum !!! le peuple sera consulté,c’est sûr c’est certains !

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre 2014 à 17:31, par kaboré ludovic de tanghin En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    la population burkinabé n’attend que le référendum pour en finir avec cette histoire de " Blaise doit se représenter ou Blaise ne doit pas se représenter " l’opposition doit se calmée car en réalité , ce n’est pas pour le peuple qu’elle grogne mais seulement pour son propre désir .Seul le peuple détient la vérité .Allons aux référendum !!!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre 2014 à 17:34, par la fille du capo En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    Le peuple va quand même pas passer sont temps a discuter de cette question alors qu’il y’a mieux a faire,tout ça bien sûr a cause de l’opposition,je crois que cette fois-ci on y est il faut aller consulter le peuple et pouvoir passer a autre chose !!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre 2014 à 17:37, par who are you ? En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    wendlassida, peux tu me donner une seule raison valable qui fera que le Burkina sombra quand le président donnera la date du referendum ? La seule et unique raison valable serait la mauvaise foi des opposants doublé de leur peur de perdre ,sinon pour quelqu’un qui connait le sens du vote , il se réjouira au cas de referendum .Président n’attend plus il est temps pour que les Burkinabè ,citoyens disent leur mot sur cette question OUI au referendum

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre 2014 à 17:40, par evnjgnveogk,nb En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    dites au président blaise de partir avant qu’il ne soit trop tard. vous n’êtes pas le seul fils digne de gouverner le burkina. si vous insistez vous finirez mal comme laurent koudou Gbagbo.

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre 2014 à 17:42, par entre juge et parti En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    C’est le peuple qui décide de tout,le juge et l’arbitre,je ne puisse comprendre que nous soyons dans un système de démocratie et qu’une question divise le peuple alors que l’opposition refuse a ce que le peuple soit consulté,c’est la croix et la bannière,même si on veut bien vous aider c’est compliqué .Préparer vous pour vous affronter dans les urnes,c’est ça l’idéal !!!

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre 2014 à 17:44, par SING En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    On ne peut pas réveiller quelqu’un qui dort pas. Tous ceux qui crient au referendum sont dans leur devoir c’est leur boulot(ils ont reçu des ordinateurs pour crier haut et fort au referendum ou ternir l’image de leur cauchemar, le MPP) et ils sont grassement payés par mois pour ça. Mais nous, nous menons un débats sérieux, celui d’éviter le pire au Faso. Tout vrai burkinabè doit éviter et surtout s’éloigner de ces mercenaires de la république.

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre 2014 à 17:44, par Ka En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    Merci Cynthia de rappeler l’importance de l’article 37 dont le peuple s’accroche pour cette fameuse alternance politique dont tout un pays est assoiffé. Ce dialogue est encore une fois de la ruse du président Blaise Compaoré pour brouiller le peuple et demander un referendum bidon déjà préparer en avance. Oui ce referendum se fera par la répression, et truquer a 100%, mais au fond qui ne sera aucune victoire pour personne que d’emmener le pays dans une crise sans fin. Comme vous le dites en parlant de l’article 37 de notre constitution je suis de de votre avis, car le serment et la parole donné doivent être respecté surtout le rapport du Collège de Sages (1999) pour conclure : « 2.3.1. Revenir sur la modification de l’article 37 de la constitution et y réintroduire le principe de la limitation à deux mandats présidentiels consécutifs. En effet, sa révision en 1997, quoique conforme à l’article 168 alinéa 3 de la Constitution, touche à un point capital pour notre jeune démocratie : le principe de l’alternance politique rendu obligatoire par le texte constitutionnel de 1991 ». Le peuple a appréhendé les mensonges du président, exemple sa déclaration en 1997 dans tous les medias Burkinabé dont je cite celui du 07 juillet 1997 dans Sidwaya, le n°3296 : le président Blaise Compaoré nous dit ceux-ci « Je vais vous dire franchement, là où je suis, ce qui me ferait le plus plaisir, ce n’est pas de rester éternellement à la tête du Burkina Faso. Mais c’est plutôt de voir un jour après moi que les structures fonctionnent, que la constitution est respectée et appliquée. Je crois que cela serait pour moi le plus grand plaisir. Ce qui me préoccupe, c’est de voir comment le système auquel je crois peut fonctionner avec des Burkinabè sans moi. » C’est une affirmation du Président Compaoré en 1997. Dans le vivant du Président blaise Compaoré il ne pourra jamais acheter la confiance de son peuple, et ce n,est pas un referendum bidon qui changera l’avis du peuple sauf par truquage.

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre 2014 à 17:45, par SING En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    On ne peut pas réveiller quelqu’un qui dort pas. Tous ceux qui crient au referendum sont dans leur devoir c’est leur boulot(ils ont reçu des ordinateurs pour crier haut et fort au referendum ou ternir l’image de leur cauchemar, le MPP) et ils sont grassement payés par mois pour ça. Mais nous, nous menons un débats sérieux, celui d’éviter le pire au Faso. Tout vrai burkinabè doit éviter et surtout s’éloigner de ces mercenaires de la république.

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre 2014 à 17:45, par KA TOUB WIITA En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    C’est un mensonge que dire que le référendum n’est pas légitime.Ceux qui ne veulent pas du référendum sont les opposants farfelus.Et là c’est parce qu’ils savent qu’aux urnes ils ne peuvent jamais gagner.Il y’a quelque marionnettes aussi qui les soutiennent.Mais la majorité du peuple c’est ceux là qui veulent le référendum.

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre 2014 à 17:45, par SING En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    On ne peut pas réveiller quelqu’un qui dort pas. Tous ceux qui crient au referendum sont dans leur devoir c’est leur boulot(ils ont reçu des ordinateurs pour crier haut et fort au referendum ou ternir l’image de leur cauchemar, le MPP) et ils sont grassement payés par mois pour ça. Mais nous, nous menons un débats sérieux, celui d’éviter le pire au Faso. Tout vrai burkinabè doit éviter et surtout s’éloigner de ces mercenaires de la république.

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre 2014 à 17:46, par Ernesto DJEDJE En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    Hé les gars moi je suis vraiment fatigué de tout ça,je n’attend que le référendum soit convoqué pour me rendre dans l’urne,je suis impatient !!qu’on en finisses avec tout ces baratins de processus.

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre 2014 à 17:47, par le panafricain En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    le référendum est le chemin qui est sûr de prendre en compte toutes les couches de notre société .tout le monde aura son mot à dire et nous quitte sur la question qui ne cesse de mettre en confrontation les fils de la même patrie .

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre 2014 à 17:48, par Au faso En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    Fixez la date de votre fameux référendum. Rira bien qui rira le dernier !!!!

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre 2014 à 17:49, par le capo En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    Ma fille tu as bien parler,je crois que maintenant la grossesse est a terme,il ne reste plus que l’accouchement,ainsi on attend donc que le peuple soit convoqué it et nuc pour,que l’opposition nous foutent la paix !!

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre 2014 à 17:50, par kaboré ludovic de tanghin En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    IL est très difficile de construire que de détruire . Nous jeunes burkinabés devons savoir que les querelles politiques doivent être gérées avec beaucoup plus de calme et de maturité pour ne pas que ça dégénère .Nous devons opter pour des voies de sorties qui ne nuisent pas à la paix sociale .Pourquoi la rue quand bien même nous savons que cette situation peut être résolue par les urnes ! Pour ceux qui sont contre , il suffit de se mobiliser afin d’aller s’exprimer ! ceux qui sont pour ferons autant et la majorité l’emportera .Épargnez de dire qu’il aura des fraudes sinon la présidentielle n’aurait pas de sens ! Je finirai par dire que ; " si le bateau chavire tout le monde paye " comme le disait l’artiste Ivoirien HAMED FARAS .

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre 2014 à 17:53, par poil de mouton En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    Nous sommes persuader maintenant qu’après l’échec de ce dialogue le président va enfin se prononcer,et sûrement un avis favorable a la majorité,au peuple qui veut et tient tant a le garder,donc qu’il convoque le référendum car ces gens de l’opposition n’ont toujours pas compris.

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre 2014 à 17:58, par kaboré ludovic de tanghin En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    IL est très difficile de construire que de détruire . Nous jeunes burkinabés devons savoir que les querelles politiques doivent être gérées avec beaucoup plus de calme et de maturité pour ne pas que ça dégénère .Nous devons opter pour des voies de sorties qui ne nuisent pas à la paix sociale .Pourquoi la rue quand bien même nous savons que cette situation peut être résolue par les urnes ! Pour ceux qui sont contre , il suffit de se mobiliser afin d’aller s’exprimer ! ceux qui sont pour ferons autant et la majorité l’emportera .Épargnez de dire qu’il aura des fraudes sinon la présidentielle n’aurait pas de sens ! Je finirai par dire que ; " si le bateau chavire tout le monde paye " comme le disait l’artiste Ivoirien HAMED FARAS .

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre 2014 à 18:01, par cogito ergo sum En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    Le référendum est bien l’arme pour faire taire les divergences au nom de la démocratie contrairement a ce que d’aucuns pensent,"on ne peut pas être au balcon et se voir passer dans la rue"ainsi pour dire aux uns aux autres qui se battent au nom de la démocratie,pour la démocratie qu’on ne peut pas être démocratique et être contre le référendum,It is impossible you now ?

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre 2014 à 18:02, par Achille De TAPSOBA En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    Merci Mr Cynthia Benao vous avez tout dit dans votre analyse. Que le Seigneur vous bénisse ce langage de vérité. C’est une comédie montée de toute pièce dans les officines de "Laissez-moi mourir à cause de mes crimes que j’ai commis" pour miroiter l’opinion nationale et internationale qu’il est de bonne foi il discute avec l’opposition. C’est un piège raté.

    La constitution ne sera pas modifiée au plaisir d’un seul individu ou d’un clan. Nous allons défendre la constitution au prix d’un sacrifice. Nous restons très mobilisés et prêts à défendre les intérêts du peuple ( la constitution et le développement du Burkina à travers l’alternance).

    LA PAIX AU BURKINA PASSE OBLIGATOIREMENT PAR LE RESPECT DE L’A37 FACTEUR DE COHESION SOCIALE ET D’ENTENTE ENTRE FILS ET FILLES DU CHER FASO. AMEN
    Avec le peuple , on gagne et on gagne toujours.

    QUE LE BURKINA BÉNISSE LE BURKINA. AMEN
    PAIX ET JOIE A TOUS LES BURKINABÉS. AMEN

    NON AU REFERENDUM
    NON AU SÉNAT.
    NON A LA RÉVISION DE l’A37
    NON AU POUVOIR A VIE D’UN PRÉSIDENT
    VIVE LE PEUPLE BURKINABÉ
    VIVE LA DÉMOCRATIE A 2 MANDATS
    VIVE L’ALTERNANCE 2015

    ACHILLE TAPSOBA LE BOBOLAIS
    Partisan inconditionnel de l’Alternance

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre 2014 à 18:03, par 9mm En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    Il faudra que les gens sachent une chose ;tous ceux qui sont pour le référendum ne constituent pas un soutien pour Blaise.Beaucoup veulent le référendum parce tout simplement c’est la seule voie a notre disposition qui puisse départager les parties afin de nous éviter le pire.Moi je suis d’accord pour le référendum.

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre 2014 à 18:06, par fofana drissa En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    Avez vous été forcée pour écrire ? Quand on ignore on dit rien .Cela est un signe de sagesse .Je n’irai pas loin , sans tenir compte de la forme non pédagogie de ton écrit je me dois de vous rappeler qu’une alternance s’obtient toujours dans les urnes . Parlant de l’article 37 ,normalement il ne devrait pas avoir de discutions autour de cette question car le bon sens voudrait qu’on réponde par oui ou non si l’article est révisable ou pas. le referendum également ,le président a t il le pouvoir OUI ou non c’est tout , or il a le pouvoir , vive le referendum

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre 2014 à 18:07, par réciproque fausse En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    Soyons ambitieux et mobiliser pour la bonne cause et n’oublions pas que le pays nous appartient a tous,je dit ça parce que je sait que beaucoup sont ceux qui se laisse berner tout suite par des mensonges et se laisser emporter par la colère.Ces gens sont capables de faire des dégâts rien que pour le plaisir personnel et ça ne fait pas notre affaire,on ne veut plus ça,il faut aller au référendum paisiblement !!!

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre 2014 à 18:13, par Ivresse du pouvoir En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    Chapeau bas ma soeur pour votre analyse et votre engagement. Les femmes qui s’engagent, c’est des signes qui ne trompent pas. mais quand l’àne va te terrasser tu ne vois point ses oreilles dit un adage. A ces forumistes "oesaophagiques" qui injurient à travers leurs posts l’auteure de cet ecrit, qu’ils meditent sur ces paroles d’une celèbre chanson : "Si tu ne peux defendre le faible. si tu ne peux dire la verité en tout temps et tout lieu, alors donne ton épée aux femmes qui te montreront le chemin de l’honneur". Nan lara ansara

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre 2014 à 18:20, par gros bras mince En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    En tout cas que vous parlez ou pas sachez qu’on ira au référendum,c’est évidence voire une obligeance, la population est mentalement prête pour se rendre dans les urnes,le pouvoir n’est pas dans l’obligeance de passer par l’opposition.

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre 2014 à 18:27, par Un rêve En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    Je fais un rêve : Blaise reste en Chine -Taiwan, en exil politique. François Compaoré s’exile à Dubaï. Et le Burkina Faso est libéré. Soungalo Ouattara assure l’intérim et organise des élections prématurées. Le Burkina Faso est ainsi sauvé sans aucun coût. Il redevient intègre, et reprend son processus de développement où il l’avait laissé : 15 octobre 1987.

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre 2014 à 18:28, par Achille De TAPSOBA En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    LA PAIX AU BURKINA DEPEND BES BURKINABES ;NE PAS MARCHER SUR LES PATS DES SEMEURS DE TROUBLES ET ALLER AU REFERENDUM. Avec le peuple , on gagne et on gagne toujours.

    QUE DIEU BÉNISSE LE BURKINA.
    PAIX ET JOIE A TOUS LES BURKINABÉS. AMEN

    oui AU REFERENDUM
    oui AU SÉNAT.
    oui A LA RÉVISION DE l’A37
    VIVE LE PEUPLE BURKINABÉ
    VIVE LA DÉMOCRATIE A 2 MANDATS
    VIVE L’ALTERNANCE 2015

    ACHILLE TAPSOBA LE BOBOLAIS
    Partisan inconditionnel de l’Alternance

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre 2014 à 18:29, par Lieutenant Z En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    La récréation a assez duré. Respect de la constitution un point un trait.
    * Maintien de l’article 37 en l’état (2 mandats de 5 ans maximum).
    * Installation d’un Sénat qui tienne compte des réalités de pauvreté du pays.
    Le président Compaoré est toujours aux commandes jusqu’en novembre 2015. Après cette date c’est une autre personnalité qui sera aux commandes. Nous avons opté pour la démocratie, alors respectons les règles de la démocratie comme la plupat des pays qui nous entourent. A bon entendeur, salut !

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre 2014 à 18:29, par vérité no1 En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    Webmaster laisse passer les messages ! Ça fait parti de la démocratie ! Je t’apprécie beaucoup là !

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre 2014 à 18:30, par Macky Sall En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    Le président sénégalais Macky Sall a expliqué à des visiteurs français qu’il valait mieux laisser le président burkinabè se représenter en 2015, même après vingt-huit ans de pouvoir. La raison ? La stabilité sous-régionale dont Blaise Compaoré serait l’un des garants.

    S’il décide de briguer un nouveau mandat en 2015, Blaise Compaoré, le président burkinabè, pourra compter sur un allié de choix : Macky Sall. Le 12 septembre à Dakar, le président sénégalais a en effet reçu Annick Girardin, la secrétaire d’État française au Développement et à la Francophonie.

    Il a expliqué à ses hôtes français que Compaoré contribue grandement à la stabilité de la sous-région et qu’il est par conséquent préférable de le laisser se représenter en 2015.

    Lire l’article sur Jeuneafrique.com : Burkina-Sénégal | Sénégal - Burkina : Macky Sall favorable à une candidature de Compaoré en 2015 | Jeuneafrique.com - le premier site d’information et d’actualité sur l’Afrique
    Follow us : @jeune_afrique on Twitter | jeuneafrique1 on Facebook

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre 2014 à 18:30, par le woudy En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    Cynthia Benao,encore vous ?qu’est ce que vous voulez a la fin ?vous ne manquer pas d’audace un temps soit peu,c’est un écrit qui n’a pas de sens dans le contexte actuelle fans lequel les choses se passe,le peuple a besoin d’être consulté et il sera consulté.

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre 2014 à 18:40, par Madou Diendéré En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    SING tu le fais sans le savoir ,tu viens crier haut et fort que tu as réussi ordi pour écrire sur le forum merci pour cette info , Mais je veux de demander quelque chose , j’ai mon petit qui fait rien actu si tu peux me brancher même si c’est pour faire comme toi ou ceux qui defendentle referendum si y a quelque chose dedans ça marche ,madoud11@yahoo.fr Mais sache que referendum y a son bien fondé aussi ,merci de me brancher

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre 2014 à 18:45, par Citoyen libre En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    au lieu d’inciter le peuple a la révolte et a la violence, vous devrez encourager le peuple a aller au référendum pour que vos idéaux passe légalement.

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre 2014 à 18:52, par Sofia voix de la verité En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    le Camp qui se dit être pour le salut du peuple doit avoir en vue la paix et la stabilité dans notre chers Burkina Faso. Pour ce faire elle doit exhorter la population à utiliser les outils ou les moyens que nous donne la démocratie c’est à dire le référendum. c’est aller a l’encontre de la démocratie que de refuser que le peuple s’exprime sur des questions aussi cruciale que celles qui aminent les débats actuellement au Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre 2014 à 18:55, par r En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    nulle n’est sûre que le peuple ne veut pas de Blaise. s’il est vrai que la démocratie c’est le gouvernement du peuple par le peuple et pour le peuple, cela signifie qui si le peuple veut qu’il se représente il n’y a aucun incontinent a cela. le blaiso a dit qui si le peuple veut qu’il se représente il le fera. alors allons au référendum si le peuple refuse qu’il se représente, alors votre écrit aura toute sa justification.

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre 2014 à 18:59, par PRESIDENT FONDATEUR En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    Ma sœur Cynthia, merci pour cet article très enrichissant en analyse critique mais juste pour vous rassurez que tout le monde savait l’issu de ce dialogue car il était quasi impossible de résoudre un problème ou le « problème » lui-même est l’arbitre. De toute façon le slogan on gagne ou on gagne à envoyer Gbagbo a la CPI. J’ose croire que mon « collègue » Compaoré écoutera pour une fois mon cri de cœur pour accepter enfin se reposer à Ziniaré après 2015.

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre 2014 à 19:00, par Tifis En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    la constitution n’interdit pas la modification de l’article 37. la même constitution prévoie l’existence d’un sénat. le président n’est donc pas l’illégalité. nous qui nous disons démocrate utilisons donc les moyen démocratique et allons au référendum.

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre 2014 à 19:29, par TITUS En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    le référendum est le seul moyen pour que le peuple s’exprime librement et démocratiquement sur cette question. chers leader de l’opposition arrêter de lavez l’esprit du peuple et les inciter a la désobéissance car le président est dans ces droits.

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre 2014 à 19:54, par Achille De TAPSOBA En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    Bien vrai que je suis de l’opposition mais avant tout , je suis fils de se pays et je l’aime bien ma nation .Après analyse , je trouve que l’opposition doit travailler à connaitre la position réelle du peuple en le laissant s’exprimer par les urnes .

    ACHILLE TAPSOBA LE BOBOLAIS
    Partisan inconditionnel de paix sociale

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre 2014 à 20:01, par ZAPATA En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    Toutes les organisations internationales sont maintenant averties : le fiasco du dialogue politique marque la date effective du (très) futur conflit politico-militaire du Burkina voulu et planifié par Blaise Compaore du fait de son entêtement et de sa soif inamovible du pouvoir. Que les pays voisins se préparent a accueillir les prochains réfugies du pays des Hommes Intègres !!!!!!!. Ah oui, je suis désolé de vous le prédire mais cela n’arrive pas qu’aux autres.

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre 2014 à 20:21, par tampès En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    il y en a qui s’égosille pour rien. Si vous pensez que c’est simple d’organiser le référendum le PF allait essayer toutes ces gymnastiques ? Retenez que les sénateurs ont été votés mais où sont-ils aujourd’hui. N’induisez pas le Président dans l’erreur. Les choses ne sont pas aussi simples comme avant. Quelle structure organisera ce référendum ? La CENI ? Non les communautés religieuses et l’opposition ainsi que la société civile retireront leur représentants et dans ce cas c’est plus un consensus mais un passage en force. Que le PF demande une porte de sorite honorable pour 2015 en laissant le sablier couler doucement. Les pro référendums ne sont pas ses amis. Chacun a peur de rendre compte après Blaise. ils sont ceux qui prennent en otage le PF, ce n’est pas bon pour le Faso que nous aimons tant

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre 2014 à 20:25, par no au referendum En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    Attendez, soyons ca même regardant de la situation du pays. On n’a pas l’argent pour augmenter le salaire des fonctionnaires ; pas l’argent pour ramener l’année universitaire à une année normale, pas l’argent pour améliorer l’état de nos hôpitaux, pas l’argent pour construire de bonnes routes dans le pays, pas l’argent pour faire de l’irrigation dans tout le pays pour booster la production agricole, pas l’argent pour l’avenir de nos enfants.

    Mais nous avons l’argent pour faire un referendum juste un referendum. Je vous en prie ne faite pas ça. Sinon nous allons sortir massivement enfants femmes, jeunes vieux et de tout corps pour vous dire non.

    Que Blaise Compaoré aussi parte et que d’autres viennent nous gouverner pour qu’on puisse au moins comparer un jour ces actes à ceux des autres.

    Merci monsieur le président pour tout ce que tu a fait pour ce beau et pauvre pays, mais au revoir.

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre 2014 à 20:33, par Tapsoba®(de H) En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    Bonsoir à tous,
    Avant de revenir sur cet échec du dialogue dont on nous dit qu il était programmé par le pouvoir afin de s en servir comme prétexte pour aller au référendum,je voudrais faire quelques rappel historiques ,de l arrivée accidentelle de Blaise COMPAORE au pouvoir à nos jours ,et laisser aux psychologues de juger à quel point ce dernier est-il déterminé ,au soir de sa vie(63 ans ce n est quand meme pas rien) ,à assumer pour la première fois une responsabilité aussi historique ,alors qu il ne l avait jamais fait à son jeune âge.
    - Le 15 oct 1987 ,BC était chez lui lorsqu il apprenait l assassinat de son frère d arme THOM SANK et "a été choqué lorsqu (il est arrivé sur le lieu".Inutile de dire qu il n a jamais assumé la responsabilité de cette mort.
    - En septembre 1989 la mort de LINGANI ET ZONGO est surnenue lorsque Blaise COMPAORE était en Asie si j ai bonne mémoire.Qui était responsable ?
    - OUMAROU Clément ,Dabo Boukary,Séssouma,parmi tant d autres,BC n a jamais assumé une quelconque responsabilité en tant que président de la république .
    - En déc 1998 N ZONGO et compagnons se font carboniser ,le peuple se révolte ,Blaise voit son pouvoir vasciller mais jamais assumé la responsabilité et la justice finit le boulot en 2006 par un non lieu même s il a laché du lest en revenant sur la limitation des mandats présidentiels.Revision levant la limitation rendue possible en 1997 grace à ses hommes parlementaires majoritaires à l assemblée(pas lui responsable ) mais en tirait profit de cette nouvelle disposition constitutionnelle en 2005 en rebélotant grace encore à ses hommes du conseil constitutionnel(BC n aime vraiment pas s appuyer sur le vide ).
    - De la mort de L OBU par corruption par personnes interposées car peur de contradiction forte mais ne pouvait plus faire appel à la calache
    - En 2009,il appelle à des réformes mais tout le monde savait que c etait la révision constitutionnelle qui était le principal objectif .Alors comment y arriver légitimement ? CCRP pouvait faire l affaire mais là aussi erreur,pas de consensus .Néanmoins une voie de contournement (ne dit-on pas que tous les chemins menent à Rome ?) y était trouvé ,le consensus sur la création du sénat,suivi du vote d une loi organique,élection de senaturs.Mais...J arrive maintenant sur le sujet du dialogue avorté.Quand je lis et relis la formulation des sujets sur lesquels le dialogue devait porter,il est difficile d imaginer que le pouvoir avait programmé cet échec avant d entrer dans le vif des débats .Sinon cette formulation aurait pu être autrement .Même si la majorité s attendait à un non consensus,elle a à mon avis pensé que l opposition allait entrer dans le débat(aborder les sujets tels que posés ,questions juridiques où elle se défendrait difficilement) tout en espérant qu elle allait mordre à l améçon en acceptant que Blaise en donne une suite à leurs desacords,besoin de légitimité oblige et comme je l ai dit plus haut ,Blaise n aime pas s appuyer sur le vide.Pourquoi ? S il n a pas mis le sénat en place bien qu inscrit dans la constitution donc légale ,bien que les senateurs soient élus ,bien qu il ait affirmé qu aucune protestation n ait jamais fait annuler une loi,c est cet échec prématuré qu il pourra braver ? Avec une opposition plus forte qu une OBU ? Qu un Hermann Yaméogo en 1998 lorsque le peuple faisait encore confiance en lui sans savoir que c était sa plus grosse erreur ? Quelqu un qui n a jamais bandé les muscles face à son peuple à son jeune age ? En saint Thomas,il faut que je voie avant de croire.Ce scénario n était pas ecrit à l avance.Sinon avec les résultats des travaux du ccrp,il pouvait en tirer les conclusions sur les points non consensuels mais comme là-bas,il est prescrit que ces points devraient rester en l état,il fallait recommencer le scénario en espérant que cette fois-ci ,on lui dira de donner une suite.Pensant aussi que l opposition pouvait estimer que vu le context défavorable,Blaise n irait pas jusqu à appeler au référendum.

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre 2014 à 20:51, par Le Faso En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    Qu’on arrête d’insulter l’intelligence des Burkinabés. Comment peut-on être médiateur de sa propre cause ? L’échec était prévisible. En réalité s’il y a un camp à saluer ici c’est l’opposition qui a accepté par politesse et par respect pour le peuple d’aller à cette mascarade. Je dirai tout simplement qu’il y avait deux camps : Le président plus sa majorité contre l’opposition. Il n’y a jamais eu de médiateur ici. point barre.

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre 2014 à 21:02, par Taryam En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    Félicitation Madame ; C’est propre. C’est bien dit et le peuple attend le communiqué de ce référendum. Tout sera clair. La honte va surprendre des vieux dinosaures qui pensent qu’ils sont nés pour piller la nation. OK...... Vigilance

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre 2014 à 21:11, par Ka En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    Oui Messieurs les responsables du CDP vos vœux seront exaucés par la répression en faisant ce referendum de honte aux vu de la communauté internationale, mais à quel prix ? Que des mensonges sans aucune victoire, qu’emmener le pays que nous aimons tous dans une crise sans fin. Vous comme le président Compaoré qui veulent outre passer les prescriptions de l’article 37, sont les grands menteurs de la nation Burkinabé, la preuve je vous laisse une réponse du président Blaise Compaoré aux medias Burkinabé en 1997, comme dans le SIDWAYA du 07 juillet 1997 dans le n°3296 : « Je vais vous dire franchement, là où je suis, ce qui me ferait le plus plaisir, ce n’est pas de rester éternellement à la tête du Burkina Faso. Mais c’est plutôt de voir un jour après moi que les structures fonctionnent, que la constitution est respectée et appliquée. Je crois que cela serait pour moi le plus grand plaisir. Ce qui me préoccupe, c’est de voir comment le système auquel je crois peut fonctionner avec des Burkinabè sans moi. » C’est une affirmation du Président Compaoré en 1997. Mentir au peuple et faire une autre chose est un crime. Ce referendum qui sera fait en passant outre les prescriptions de l’article 37 est une violation de notre constitution pour sauter la limitation du mandat présidentiel. Le peuple a appréhendé vos mensonges et ne se laissera pas faire en 2015, car un soulèvement populaire sera légitime pour protéger nos institutions.

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre 2014 à 21:33, par Ousmane En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    Analyse digne d interet.

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre 2014 à 21:37, par WOUMGOMDE En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    LE referendum est la seule voie pour nous sortir d’affaire surtout que notre opposition a rejeter tous option de dialogue,de ce fait je dirai que la consultation du peuple devient inévitable et répond a un intérêt générale !
    OUI au referendum !

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre 2014 à 21:50 En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    La décadence est la fin logique de toute chose.Au plan politique,elle se manifeste par les constats suivants :
    1-L’impossibilité pour les dirigeants actuels de gouverner comme ils le faisaient auparavant,ainsi que le refus du peuple à se laisser gouverner comme de par le passé.
    2-L’accroissement très élevé de la misère et la souffrance de la majorité du peuple.
    3- L’augmentation de l’impunité et de l’injustice sociale.Toutes ces conditions étant réunies au Burkina Faso,la conclusion la plus plausible est celle du départ, de gré ou de force, de M. Blaise COMPAORE et sa suite du pouvoir, car le régime actuel est devenu obsolet. L’alternance politique est une nécessité absolue dans l’actuel Burkina et ceux qui s’y opposent seront tous emportés dans les cendres d’un passé revolu dont on s’efforce d’oublier. Ce régime laissera la place à un meilleur, porteur de justice sociale.Que le ciel bénisse le Burkina Faso et ceux qui aiment le Burkina Faso !

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre 2014 à 21:52, par TCHE En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    Blaise est un monument vivant,si bien qu’il a la force et la capacité de convoquer le referendum ;il a préférer dialogué,car c’est la pierre angulaire de tous processus de paix !alors nous demandons a tous les Burkinabés de bien se préparer car pour bientôt on laissera le choix au peuple d’exprimer sa liberté A travers le referendum !!!

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre 2014 à 21:56, par la mouche du cochet En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    Les forumistes de service qui veulent le référendum gagnent combien dans cette histoire ? Je veux dire par là, au-delà de leur petite personne pour un poste ou un quelconque avantage, que gagent-ils ? RIEN. Et, le drame se situe à ce niveau, car l’intérêt supérieur de la nation et du peuple passe au second plan. Oser dire qu’il faut aller au référendum, et dépenser plusieurs dizaine de milliards pour le faire, pour l’intérêt d’un seul individu, c’est très cher payé. Je veux dire qu’avec cet argent, on aurait pu construire combien d’hôpitaux ou dispensaires et sauver des milliers de vies humaines dans les 5 prochaines années ? A LA LIMITE, JE VAIS FAIRE DRESSER LES CHEVEUX DE BEAUCOUP (peut-être le webmaister va me censurer d’office) MAIS NE SERAIT-CE PAS UN CRIME CONTRE L’HUMANITE PASSIBLE DES GRANDS TRIBUNAUX DE L’HISTOIRE COMME CELUI DE LA CPI A LA HAYE ?
    je pose cette question car le débat actuel est un crise artificielle qui ne répond pas aux intérêts du plus grand nombre à savoir le Peuple ; mais, l’intérêt particulier d’une personne en direct et de son clan indirectement. Le débat mérite d’être posé sous cet angle d’humaniste et non des intérêts partisans de nos politiciens et autres griots de service.

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre 2014 à 21:59, par SESSOUMA En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    ON est était tous prêt et conscient que notre opposition toujours dans un esprit de rejet de tous projet de pacification déclinerait cet esprit du dialogue !maintenant nous n’avions plus le choix que de partir au referendum !qui cherche trouve !

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre 2014 à 21:59, par TICO En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    Arrêtez de nous distraire avec vos appels au referendum. Vous du CDP vous savez bien que vous ne pouvez plus gagner des élections transparentes dans ce pays. Même si on modifie l’article 37 votre candidat Blaise est disqualifié d’office car la loi n’est pas rétroactive. Si vous êtes amnésique je vous rappelle que votre Champion a déjà profité de la non rétroactivité de cette loi en 2005. A quoi servirait alors un referendum sinon dilapider nos maigres ressources. Ceux qui appellent à la modification de l’article pour lui permettre de se présenter en 2015 le font soit par ignorance ou par malhonnêteté intellectuelle. Vous voulez créer une crise artificielle pour rester au pouvoir. On vous a à l’œil ; demain n’est pas loin !

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre 2014 à 22:02 En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    Aux faux amis de Blaise et autres griots de service : seriez-vous prêt à rembourser l’argent du référendum, si jamais le résultat était NON, pour construire des hôpitaux, dispensaires ou écoles dans notre pays très très sous développés et qui n’émergent pas ? Si le résultat est NON, Blaise doit démissionner dans les 24 ou 48 heures. Etes-vous d’accord avec cette proposition ? Si vous répondez oui à ces 2 questions, on peut commencer à dialoguer ou bien ?

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre 2014 à 22:10 En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    En terme de timing, Blaise et ses sbires sont déjà hors sujet. On n’organise pas un référendum en 24 heures, etc. que dire de la non rétroactivité de la loi si par (mal)chance le oui l’emportait ? La non rétroactivité d’une loi a été consacrée par le conseil constitutionnel en 2005. Osez dire le contraire aujourd’hui, c’est mettre le pays à feux et à sang ! Là, on comprendra qui est qui dans ce pays ? Les Herman et autres lampistes de service seront également invités devant les tribunaux nationaux ou internationaux avec leurs mentors actuels. L’histoire avec un grand H est en train de rattraper tous les acteurs burkinabè aujourd’hui ! si dans les jours ou semaines à venir, chacun ne se positionne pas clairement, LA VERITE va vite les rattraper. On ne peut indéfinitivement tromper le Peuple car , ce dernier saura vous rattraper.

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre 2014 à 22:12, par verdad En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    dans ce pays nous devons arrêter de faire des analyse comme des laborantin car la seule manière de bien voir les choses est de bien organiser les choses sérieuses pour que la population aille se faire valoir que de les mettre des idées noir dans la tête.
    la seule analyse qu’il faut est celui de la tenue du référendum et non autre choses qui pourra libérer ce peuple burkinabé

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre 2014 à 22:14 En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    Mais, ceux qui veulent le référendum comme solution à la pseudo crise, se rendent-ils compte que le NON peut l’emporter largement. Pour eux, d’office, le OUI doit l’emporter. Je suis convaincu, malgré l’argent des consciences...., le NON va l’emporter car les gens en ont marre ! Et, on verra tous ces zigotos, retourner leurs vestes dans les 48 heures....

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre 2014 à 22:15, par Ka En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    TITUS épargnez le peuple Burkinabé avec vos rêves avec Blaise Compaoré. Vos yeux sont fermés de bon. Quand le soleil se lève au Burkina, le peuple se cherche un repas par jour, et Blaise se cherche une victime. De son vivant il n’arrivera jamais à racheter sa confiance au peuple que par la répression, car trop c’est trop. Le referendum se fera, mais pour moi vous pouviez le mettre là ou vous savez. L’alternance politique aura jour au pays des hommes intègres avec ou sans Blaise Compaoré.

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre 2014 à 22:17 En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    quand à l’idiot de service, qui ose dire que le référendum aura lieu le 9 novembre, c’est à croire que ce Monsieur/madame, est un analphabète politique par rapport aux textes qui régissent notre pays.

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre 2014 à 22:31 En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    quand on lit les internautes qui veulent le référendum, on est quasiment certains que c’est la même personne qui n’a aucun argumentaire sérieux à développer. Sur la 50, pratiquement la moitié est du même acabit...

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre 2014 à 22:39 En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    plus de la moitié des réactions disent d’aller au référendum. Je suis convaincu qu’une ou deux personnes sont là et payés pour le dire. Et, personne ne se pose de la rétroactivité ou pas si le référendum disait à Blaise de se représenter. Et, si le conseil constitutionnel dit NON, on fait comment ? s’il dit que la loi est non rétroactive, on aurait gaspiller quelques dizaines de milliards pour rien en sachant qu’il existe des dizaines de milliers (voire beaucoup plus) de personnes capable de bien gérer le Burkina Faso aussi bien voire mieux que Blaise.

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre 2014 à 22:54, par laure En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    nos opposants politiques ne cesseront pas de nous surprendre avec leur irresponsabilité !!j me demande finalema s’ils ont les couilles necessaires pour affronter leur destin et faire preuve de plus de virilité !!!

    Répondre à ce message

  • Le 10 octobre 2014 à 00:24, par charles dit yiraba En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    MR LE PRESIDENT A quoi sert ce referendum vs avez croisser les sages de ce pays,les coutumiers les religeux meme la societé civil vous connaissez tres bien les resultats.Oubien c’etait de se moquer de toutes ces personnes.n’ecoute pas ces dinauzors.

    Répondre à ce message

  • Le 10 octobre 2014 à 00:45, par La lumière En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    Dialogue echoué,et maintnan on fait quoi ?REFERNDUM.........

    Répondre à ce message

  • Le 10 octobre 2014 à 00:49, par Diane En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    l’opposition est intransigeante et passe son temp à fuir le dialogue !!!!à cette allure on se demande où ira le Burkina Faso !!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 10 octobre 2014 à 01:06, par Bila En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    Le peuple est souverain et il tranchera. Allons au référendum !

    Répondre à ce message

  • Le 10 octobre 2014 à 01:23, par YIRMOAGA En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    Et si on organisait un referendum pour savoir le type de gouvernance que le peuple souhaiterait avoir ? 1°)=La DÉMOCRATIE ou 2°)=La MONARCHIE. Là, ce que le peuple aurait choisit, on ne fera qu’appliquer en 2015 ? Si le choix est pour la démocratie, L’A37 reste en état. BC ne va pas se présenter en 2015. Si le choix est pour la monarchie, BC se présente et il sera ainsi pour tout prési jusqu’à la mort de ce dernier. Très simple et on va pas se fatiguer à vouloir conserver quelqu’un pendant qu’on aurait opté pour une démocratie ? Soyons logique dans la prise de position ?

    Répondre à ce message

  • Le 10 octobre 2014 à 01:49, par article 37 En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    Au temps de Sankara, on appelais les gens comme Me Hermann, cube magie, ça passe dans toutes les sauces. RDA, ADF/RDA, UNDD, FR, il serait passer partout, sans conviction, voici un homme politique qui n’aura jamais réellement chercher le pouvoir, il aura été un suiveur de régime, ridiculisé par le pouvoir, rejeté par les opposants, un troisième pouvoir sans poids.

    Sexagénaire, il devrait être à la retraite dans un champ, s’occupant de ses petits fils.

    Il sera chassé avec Blaise.

    Je lance encore un appel à l’opposition pour qu’il retourne aux négociation avec le référendum sur la table. Mais à condition :
    - si on dit oui au référendum, alors dissolution de l’assemblée nationale
    - si c’est non au référendum, démission de Blaise le lendemain
    - présence de l’UE et l’UA pour la signature de cet accord.
    - S’il y a non au référendum et démission de Blaise, alors, personne ne quitte le pays, jusqu’à ce que le nouveau président prenne fonction pour garantir que personne ne touchera à un denier public.

    En tout cas, cela fera bouger les lignes. Le non signifiera ’’Blaise, dégage".

    Répondre à ce message

  • Le 10 octobre 2014 à 05:04, par @lpha2014 En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    J’espère que Blaise est plus sage que tous ces va-t-en-guerre qui appellent au referendum. Blaise même sait que le référendum, il va le gagner. Mais l’après referendum sera très compliqué à gérer. Le peuple n’aura pas besoin de. l’opposition pour sortir et protester. Vous n’avez pas d’argent et vous organisez des referendum pour un clan voire un individu ! Dieu sauve le BURKINA de certains burkinabè.

    Répondre à ce message

  • Le 10 octobre 2014 à 06:44, par NETESAN En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    Mon AVIS Pas de referendum.pas de sénat.avant les élections de 2015 .le budget prévu pour le sénat doit servir aux secteurs prioritaires et sociales.Éducation, Sante Ebola, banditisme, jeunes, femmes,augmentation de salaire des fonctionnaires, partenariat prive public....Referendum et Sénat après les élections ,par consensus organise par le nouveau président a son mandat a mi-parcours en 2917.Le pouvoir CDP qui est fort gagne ses élections et organise son referendum et son SENAT
    merci

    Répondre à ce message

  • Le 10 octobre 2014 à 08:24, par Ka En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    A Mr. Compaoré Blaise et ses acolytes du CDP, en discutant avec un internaute Indien, nous sommes plus de 800.000 depuis un certain temps à poser nos doigts sur des claviers à travers le monde, surtout aux Etats Unis et appréhender vos magouilles a duper un peuple meurtri, et violer la limitation du mandat présidentiel rendu obligatoire par la constitution de 1991. Comme me disait cette personne du bout du monde, qui a même pris tous ces économies, et prendre un avion et aller en Egypte s’associé aux jeunes du printemps arabe et mettre un dictateur à l’ombre, il juge que vous vous croyez encore au moyen âge, mais la jeunesse vous regarde à travers leurs claviers et n’acceptera pas votre héritage de la honte. Le monde entier appréhende la ruse du président Compaoré Blaise et ses collaborateurs Djihadiste, qui vont droit à l’enfer en 2015, car la jeunesse, les intellectuels Burkinabé les feront une guerre sans armes, mais avec des claviers d’ordi, qui est un parti politique d’opposition redoutable aux anciens dictateurs, ignorants, sanguinaires et gourmands, qui ne voient même pas à 1 centimètre de l’avenir de leur peuple. Nous ne sommes plus en 1987, ou vous pouviez torturer gratuitement à l’infirmerie de la présidence avec des infirmiers complices et tuer qui vous voulez, nous ne sommes plus en 1987 ou vous emmeniez qui vous voulez dans un pavillon du conseil de l’entente et torturer, tuer, et jeter là ou vous voulez. Le peuple a mûri, avec une jeunesse intelligente. Le Burkina est devenu un vrais village, et chacun sait qui est qui. Vous êtes suivis par les dits ordis, les drones, la CPI. Mr. Compaoré respectez votre serment de protéger nos institutions et votre peuple. Mr. Compaoré respectez votre parole donné et les prescriptions de l’article 37 qui interdisent tout président de briguer 3 mandats présidentiels consécutifs. Respectez votre fille parmi la jeunesse Burkinabé qui veut un régime pure, et continuez sur un chemin sans embuche pour faire avancer le pays qui est leur avenir. Au nom de la communauté internationale, au nom des investisseurs futurs dans notre pays, acceptez l’alternance politique qui est un signe d’une vraie démocratie et qui donnera un bon image a notre pays. Votre Complexité, vos mensonges, vos ruses, ne sont pas des plats préférés de l’émergence d’un pays pauvre comme le nôtre. Quitter le pouvoir par une grande porte, car l’article 37 vous l’offre gratuitement malgré votre étiquette d’un président assassin qui assume ses actes. Je ne suis pas contre vous, loin de là, je suis pour le pays que nous aimons tous.

    Répondre à ce message

  • Le 10 octobre 2014 à 08:29, par yobson En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    vous pensez que Blaise est assez idiot pour vous suivre dans vos âneries ? il sait tres bien où est ce que vous voulez l’amener.ceux qui ont pousse Bagbo en cote d’d’ivoire sont ceux qui l’ont donné dos de nos jours .vous croyez que Blaise se sacrifiera pour des inconscients qui ne pensent qu’a eux même. si vous avez oublie le 23 aoûta BLAISE lui non. vous etes mauvais pousser quelqu’un a la derive

    Répondre à ce message

  • Le 10 octobre 2014 à 08:30, par vérité no1 En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    Belle analyse ! Je me demande comment le CDP va organiser ce référendum sans l’aval de l’opposition, de la société civile et des religieux. Selon un sondage sur le site de l’Evénement, seulement 4% de la population serait prêt à aller au référendum. C’est un peu comme un match de football où on se retrouve avec un seul joueur sur le terrain !

    Répondre à ce message

  • Le 10 octobre 2014 à 09:25, par vérité no1 En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    @Laure, je te suis depuis longtemps et je sais que tu n’es pas une femme ! Une femme ne parlera pas de couilles ! Tu es le même individu avec pseudo django tom, avion dans sac, la mer dans verre, ludovic de Tanghin et j’en passe ! Quitte dans ça !!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 10 octobre 2014 à 09:39, par Passakziri En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    Ce qui est frappant dans ce Forum c’ est le mauvais francais et le très bas niveau des defenseurs du nerveux réferendum ( gros bras mince, fille du Capo etc. ) et le Timing des réactions de ce groupe qui laisse facilement déviner que ce sont des gens peu instruits (probablement la même personne aux multiples identités) qui ont(a) de la peine à debatre sur un thème aussi complexe qu’abstrait .Les montages du clan sont simplement grossiers. Vous ne voyez pas que même votre fameux Nyamsi soit disant professeur a jetté l’eponge depuis ? Aller chercher du travail au lieu de nous fatiguer avec vos pseudo-arguments. Le Burkina ne sombrera pas à cause des égoistes comme maxime, Hermann, Assimi , Blaise, Francois etc. Le peuple prendra ses responsabilités avant même que vous ayez le temps de demander son avis. On est où là ?
    Passakziri

    Répondre à ce message

  • Le 10 octobre 2014 à 09:46, par Yakoub En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    SVP arretez de mettre les choses dans la tete des gens ok, pour ceux qui disent que le jour de l’annonce du referendum le pays va sombrer , par quel moyen vous le ferez ? C’est vous seul les Burkinabè ? Si vous pensez que vous allez sortir pour faire le desordre , sachez qu’on vous laisserai pas faire ok. Le pays nous appartient tous et le choix de tout Burkinabè doit etre pri en compte. Si vous regardez tous les conflits dans ce monde sont creer par les opposants, alors qu’ils ne ferront pas mieux ! SVP chers opposants, les conflits dans les autres pays ont été comme ainsi alors accepter le dialogue ou appeler vos partisans a voté non au cas s’il y a consultation, je pense bien que c’est le seul moyen pour sortir de cette situation. Sinon Blaise a l’heure actuelle ne peut plus prendre de descension positive à votre question, sa sera une trahison et cela pourrai nous envoyer en l’enfer . Pour ceux qui pensent que le referendum est inutile ils se trompent et dans un état tout est prioritaire et surtout l’activité qui amènerait la paix. Soyez raisonnable et chacun travaille dans sa zone pour éviter effectivement le chaos. Aujourd’hui la constitution autorise la modification de l’art.37, et même s’il l’autorisait pas, si le peuple le demande, il doit être revu, car c’est la volonté des Burkinabè qui est en compte.
    Merci !

    Répondre à ce message

  • Le 10 octobre 2014 à 10:22, par N’dabi En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    Une chose serait de savoir, pour les pro-référendum, le poids d’un parti ne se mesure pas sur des velléités de contournement des textes constitutionnels à imposer un référendum pour en déterminer sa popularité.
    En outre, si le président Compaoré à ce stade de blocage des négociations avec l’opposition est le seul arbitre qui puisse se prononcer, afin de débloquer la situation, a mon sens, il serait temps qu’il se prononce en vertus des textes que lui même avait approuvé quand cela avait été rédigé par les sages à l’époque.
    En fin, s’il outrepassait les textes qui l’obligent à partir en 2015, et bien, il serait tenu responsable par l’histoire des conséquences que pourraient engendrer son refus. Donc, la sagesse devrait l’emportes sur tous les points.

    Répondre à ce message

  • Le 10 octobre 2014 à 10:37, par vérité no1 En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    @Yacoub, l’Afrique sera toujours dernier à cause des individus comme vous. Pour tes intérêts personnels ( marchés illégalement octroyés, usage des véhicules de l’état pour ramasser des prostitués, exonération fiscales illégales etc... ) tu préfères le référendum au détriment de l’intérêt général. Sache que le référendum n’aura pas lieu.

    Répondre à ce message

  • Le 10 octobre 2014 à 10:40, par vérité no1 En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    @Yacoub, l’Afrique sera toujours dernier à cause des individus comme vous. Pour tes intérêts personnels ( marchés illégalement octroyés, usage des véhicules de l’état pour ramasser des prostitués, exonération fiscales illégales etc... ) tu préfères le référendum au détriment de l’intérêt général. Sache que le référendum n’aura pas lieu.

    Répondre à ce message

  • Le 10 octobre 2014 à 10:43, par dao123 En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    Le Burkina aussi avoir les meme problemes chez les voisins.
    Donc attention attention

    Répondre à ce message

  • Le 10 octobre 2014 à 10:43, par niff En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    tu es contre le referendum ? ah pourquoi ? tu veux pas voter ? pourquoi ? est ce légal ? et il répond ,oui ; oui ;oui ; mais parce que Blaise est le choix de la majorité , s’il se présente il sera président encore or moi je veux aussi !! alors fais toi aimer par le peuple ! vive le referendum oui a la candidature de Blaise

    Répondre à ce message

  • Le 10 octobre 2014 à 10:58, par gontan En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    arrêtez vos comédies le burkina faso n’a pas besoin de modification de l’article 37 seule préoccupation actuelle c’est le développement donc laissez nous en paix avec votre foutu de referendum choisissez la fameuse date et je vous montrerez le plus court chemin pour atteindre la frontière. vous m’agachez bande de griot du clan compaoré votre fin de règne est proche.

    Répondre à ce message

  • Le 10 octobre 2014 à 11:00, par KANKOUN En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    Pitié pour les pro referendum. Ils n’ont aucun argument si ce n’est chanter le referendum. Je n’aimerais pas être à votre place. Pitié pour un frère. On vous comprend, vous n’avez pas le choix d’aller dans le sens de vos convictions. Si non, pas besoin d’aller à la Sorbonne pour comprendre la lettre et l’esprit de l’article 37.

    KANKOUN

    Répondre à ce message

  • Le 10 octobre 2014 à 11:03, par adama En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    Bonjour,
    Que les burkinabè donnent l’exemple au reste du monde et à ceux qui croient que notre pays va prendre feu qu’ils sachent que nous les burkinabè, seront capable de gérer cette crise dans la paix.

    Répondre à ce message

  • Le 10 octobre 2014 à 11:15, par azaphe En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    pourquoi demande à Blaise de convoquer le référendum. il est conscient que si il donne un date .ça sera la mem date......... que l’opposions va prendre la bastille par le peuple.Hermann le sait bien et son frère osi.

    Répondre à ce message

  • Le 10 octobre 2014 à 11:17, par Sogly. En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    Mr YACOUP si les crise dans le monde sont causés uniquement par les opposants comme tu le dis alors je dirai que c’est des idiots comme vous qui nous poussent à l’extrême. Si tu pense que c’est l’opposition seule qui est contre la monarchisation de notre pays alors tu a perdu la tête. Je sais que vous n’avez pas intérêt que cette fausse crise s’arrête juste à cause des 1000 F que vous percevez pour faire monter la température, mais Dieu vous voit. Est ce que tu aime même le Burkina Faso ?

    Répondre à ce message

  • Le 10 octobre 2014 à 11:18, par Sogly. En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    Mr YACOUP si les crise dans le monde sont causés uniquement par les opposants comme tu le dis alors je dirai que c’est des idiots comme vous qui nous poussent à l’extrême. Si tu pense que c’est l’opposition seule qui est contre la monarchisation de notre pays alors tu a perdu la tête. Je sais que vous n’avez pas intérêt que cette fausse crise s’arrête juste à cause des 1000 F que vous percevez pour faire monter la température, mais Dieu vous voit.

    Répondre à ce message

  • Le 10 octobre 2014 à 11:26, par Yaamb rata boin ? En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    Je vous assure que tout cela n’est qu’un jeux.

    Blaise

    ooooh ; vous oooooh ; vous n’êtes que des bon fils du pays qui joué beaucoup.

    Répondre à ce message

  • Le 10 octobre 2014 à 11:35, par jeune conscient En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    si cela a ete un échec je pense bien que ça ete une volonté de ces gars de l’opposition,qui sont toujours dans le noir.et qui ne pense que a la magouille politique et non a la démocratie.
    ce dialogue aurait pu sauver le peuple burkinabé de bien vouloir quitter dans tous les idées que ces gars ont eux a mettre dans le tete de nos citoyens,mais une chose est sur est que ce référendum est l’arme du peuple et non pour diviser le peuple donc allons y................

    Répondre à ce message

  • Le 10 octobre 2014 à 11:40, par Anniel En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    la constitution n’interdit pas la modification de l’article 37. la même constitution prévoie l’existence d’un sénat. le président n’est donc pas l’illégalité. nous qui nous disons démocrate utilisons donc les moyen démocratique et allons au référendum.

    Répondre à ce message

  • Le 10 octobre 2014 à 11:54, par Raina la paix En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    le référendum n’est pas seulement légal, il est légitime. Il peut difficilement être interprété comme un coup d’Etat. L’illégitimité, le coup d’Etat, consisterait à ne pas consulter le peuple sur une question aussi cruciale, passant en perte et profit ses aspirations pour se contenter des récriminations d’un camp, celui des opposants ici, en l’occurrence. De ce fait, le refus du référendum est anti-démocratique et contraire aux lois et à la logique républicaine

    Répondre à ce message

  • Le 10 octobre 2014 à 12:23, par le sage En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    Je voudrais simplement adresser mes sincères félicitations à Madame Cynthia Bénao pour la qualité incontestable de son article. Il est vraiment dommage que les dirigeants du CDP veuillent s’engager sur une voie sans issue. Comment, raisonnablement les filles et les fils du Burkina peuvent accepter qu’un même clan dirige notre pays et pille égoïstement ses richesses alors qu’une grande majorité de nos compatriotes n’a pas un bon repas par jour, ni ne se soigne normalement en cas de maladie ou n’arrive pas à régler la scolarité de ses enfants. Ceux qui profitent du système et qui sont minoritaires doivent avoir pitié de la majorité souffrante. Pas de référendum et cet argent va servir pour soulager les souffrances d’une grande majorité de nos compatriotes. Le Sage.

    Répondre à ce message

  • Le 10 octobre 2014 à 13:07 En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    tout ça c’est long ! économisons à présent nos analyses, critiques et autres pour battre campagne ! le référendum c’est pour bientôt, je crois que dès le retour du président on aura la date !!!! en tout nous nous sommes prêts ! référendum oyééééééééééééé !! le oui va triompher !!!

    Répondre à ce message

  • Le 10 octobre 2014 à 13:13, par Dèguè braisé En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    le president compaore est irremplaçable et unique,il contribue grandement à la stabilité de la sous-région et à l’epanouissement de son peuple !!!en plus d’ètre un trè fin visionnaire,il est un gran rassembleur,un i,contestable guide,un excellent leader.Le peupl burkinabè a tou intérèt à le conserver et lui donner leur confiance pour plus d’action dan les chantiers du develloppement et de l’emergence du Burkina Faso !!!!

    Répondre à ce message

  • Le 10 octobre 2014 à 13:14, par mangouste basketteur En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    le problème cè quoi mème,le peuple est divisé sur une question,il faut alors recourir à l’arbitrage pour y mettr fin.à quoi notre president est entrain de jouer là ?ça lui coute quoi de nous annoncer la date du referendum !!!s’il l’avait fait depui la tou ça la n’allait pa arriver.MAIS IL N’EST PAS ENCORE TARD DE LE FAIRE,ON ATTEND DONC !!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 10 octobre 2014 à 13:50, par KODOG En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé
    Depuis près de trois ans Mr Blaise COMPAORE teste la réactivité des burkinabè a propos de la révision de l’a 37 ; il se rend compte que cela ne passe pas car les burkinabè(pas les garibous cravatés) pour une fois on compris que la politique est un rapport de force du moment.
    C’est pour cela que les mots d’ordres du cfop recueillement de plus en plus l’assentiment des populations.
    Le mercure ne fait que monter à sa défaveur.

    Répondre à ce message

  • Le 10 octobre 2014 à 14:03, par le prudent En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    Je me demande si ceux qui brandissent l’argument d’aller au referendum sont de bonne foi ! En ce jour tous le peuple burkinabè en passant par le paysant, l’elève ou etudiant jusqu’au professeur d’université s’est qu’aucune election sous le regime de Blaise n’a été transparente ! Et l’on parle de referendum.il faut etre atteint d’une myopie intellectuelle ou d’un delire intellectuel pour brandir cet argument.

    Répondre à ce message

  • Le 10 octobre 2014 à 14:05, par REVOLUTION En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    Mais mais Presi est fort dès... comment il fait pour endormir ses adeptes, c’est certainement pas l’argent. Voilà des gens qui pendant les élections se cachent pour bourrer les urnes et vous nous rabâcher les oreilles avec ’’LE PEUPLE VA NOUS DÉPARTAGER AU REFERENDUM’... haaaa, donc pour vous la supercherie va continuer... Je suis sur que du fond de sa chambre Presi doit mourir de rires des gens comme les Assimi, Hermane, Maxim et... Il est très intelligent, vous pensez l’utiliser pour continuer à profiter allègrement de nos ressources mais bien au contraire c’est lui qui vous utilise... Continuer, au soir du bilan on verra.

    Répondre à ce message

  • Le 10 octobre 2014 à 14:10, par L’homme du golfe En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    On s’achemine inexorablement vers une crise sans précédent dans mon pays si toute fois le président décide de se suicider dans une tentative d’organiser le referendum.
    Regarder en cote d’ivoire, BAGBO est à la haye tandis que les AFI N’GUESSAN lutte pour le succéder . Comprenez donc que vos conseillers sont contre vous Monsieur le président.

    Répondre à ce message

  • Le 10 octobre 2014 à 14:17, par Os de ver de terre !!!! En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    l’unité nationale, la paix sociale, la bonne gouvernance… relèvent de notre responsabilité première, pour les gagner, les garantir et les pérenniser il nou faut aller au referendum san detour !!!!!oui referendum,oui à jamais.

    Répondre à ce message

  • Le 10 octobre 2014 à 14:26, par KANTIGUI En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    CA ME TOUCHE VRAIMENT QUAND CERTAINS INTERNAUTES DISENT D’ALLER AU REFERENDUM . SOYONS HONNÊTE AU MOINS UNE FOIS DANS VOTRE VIE. POURQUO LES GENS NE VEULENT LE REFERENDUM OU DU MOINS JUGE INOPPORTUN CE REFERENDUM ?
    REPONSE :
    1 -MAGOUILLE DANS LES URNES
    2 -PAS DANS L’INTÉRÊT NATIONAL MAIS INTÉRÊT D’UN SEUL INDIVIDU OU D’UN CLAN

    Répondre à ce message

  • Le 10 octobre 2014 à 15:00, par Geoffroy En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    la situation actuel de notre pays aurai besoin des hommes de bonne foi.pour un pays qui est déjà confronté a des problèmes , nos dirigeants doivent laissés de coté leur egoisme et pensé a la couche vulnérable de la société que nous sommes.je dirai que ce processus a échoué tout simplement parce que notre opposition n’a pas les pieds sur terre !!!!!!!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 10 octobre 2014 à 15:01, par ouedraogo En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    il est clair que le peuple laborieux du Burkina va subir encore un effroi sans fin.il ne suffit pas de convoyer un bétail électoral moyennant 500 ou 1000f et dire qu’on est majoritaire.il est normal que ceux à qui la modification de A37 profite se débattent pour pérenniser leurs butins.Mais ce qu’il faut savoir c’est qu’il n’ y a point un pouvoir sans fin. nul n’est au dessus de la constitution même pas le PF.Nous ne sommes point ses moutons de Panurge et c’est parce qu’il y a une population qu’il est chef. que ses disciples et adeptes aillent l’introniser à vie dans le désert du Kalahari. si ceux qui se sont masturbés le cerveau pour voir qu’il est légal de modifier l’A37 s’avisent qu’ils auront en face d’eux le peuple réel. il vaut mieux une fin effroyable qu’un effroi sans fin.

    Répondre à ce message

  • Le 10 octobre 2014 à 16:47, par Luc En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    Le pays veut la paix ou non ????alors pourquoi vouloir des modifications..on ne devrait même pas parler de referendum dans ce beau pays.Vraiment de grace ne gâtter pas le Burkina de paix.

    Répondre à ce message

  • Le 10 octobre 2014 à 19:09, par VERITE En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    Très belle analyse, félicitation.

    Répondre à ce message

  • Le 10 octobre 2014 à 22:28, par Ka En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    TITUS ne bernez pas le peuple avec ce que vous savez que ça ne sert à rien. Modifier l’article 37 pour l’intérêt d’un individu est anticonstitutionnel, dont le referendum n’a pas raison d’être fait. Simplement nous avons comme représentant qui a prêté serment, choisi par le peuple, sans cœur et un homme peureux. Il n’osera jamais quitter le pouvoir par peur : Malgré sa peur bleue, le peuple Burkinabé lui a pardonné à travers le conseil des sages en 1999 car j’y étais au dialogue, et la continuité de notre vraie coutume exige de respecter une parole donnée. ‘’’’Le peuple à donner sa parole par le conseil des sage notre référence de démocratie de lui pardonner s’il respecte les prescriptions de l’article 37 qui interdisent un président de briguer 3 mandats présidentiels consécutifs, le président a confirmé par sa parole qu’il quittera le pouvoir après ses deux mandats.’’’’ La parole donner de pardonner le président Blaise Compaoré par le peuple à travers le conseil des sages est sacré et reste valable pour toute une vie selon les coutumes de notre pays. Si le président Blaise Compaoré n’a rien comme homme fort du Burkina et tremble, pensant qu’on l’en veux après le pouvoir c’est son problème. Il doit respecter son serment et les prescriptions de l’article 37 qui limite le mandat présidentiel à 2 mandats rendu obligatoire par notre constitution de 1991. Une loi est une loi et doit être respecté par tout le peuple Burkinabé comme une parole donné aux sages doit être respecté. J’ai toujours été pour l’alternance politique dans notre continent qui sera le moteur économique du monde dans 50 ans avec ses 3 milliards d’habitants à venir. Les dictateurs n’ont plus leur place dans l’Afrique du 21e siècle. Le président Blaise Compaoré doit le comprendre et arrêter ce referendum bidon.

    Répondre à ce message

  • Le 11 octobre 2014 à 00:34, par kere En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    Bonne analyse de la situation. Cynthia vous avez fait un écrit utile. Tout lecteur sensé, intelligent et honnête ne peut que reconnaître votre vérité la Vérité... Finalement le débat sur l’article 37 me fait comprendre qu’il y a des burkinabé qui n’ont pas honte, guides par leur œsophage, monstrueusement lâches et capables de vendre mères et pères pour manger. Jindexe évidemment la majorité avec SEM BC en tête. Voici des gens sans honneur qui profite de l’inconscience de personnes idiotes et sans idéal pour tromper un peuple par le truchement d’un référendum illégal. Jeunesse consciente du Burkina ne laisse pas ces vampires voler ta jeunesse et confisquer tes rêves. Les plans de Blaise vont échouer lamentablement. Assimi, tu fais pitié dans ton boubou... Mais on sait que c’est pas toi... Herman artisan de la chute de Blaise enfin tu as pu te venger... Bizarre mais tu es quand même le plus intelligent du groupe....

    Répondre à ce message

  • Le 11 octobre 2014 à 02:12 En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    CE QUE LES BANTARRETS pour le referendum oublie Blaise peut organiser son referendum et passer mais les mois qui vont lui rester avant les élections 2015 même 3 mois seulement seront une calvaire. sa sera pas facile pour lui. CEUX qui dire que Blaise joue balle a terre avec les opposants c’est parce qu’ils ignorent la politique. Les pro-referendum voulez -vous voir Blaise voisin de Laurent koudou B a la Haye ? je suis contre lui mais je prierai pour lui. Il sera respecté s’il renonce a sa au referendum

    Répondre à ce message

  • Le 12 octobre 2014 à 00:53, par Ka En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    Mr. Kouanda regardez-vous ? Même Maky veut expédier votre Blaise Compaoré a l’enfer et prendre la place du lieder de la sous régions. Plus malien qu’un Sénégalais tu meurs. Pendant ce temps le pigeon Compaoré et ses acolytes se croient aux anges. Vous glissez rapidement Mr. Compaoré, et cela au bonheur d’un peuple meurtri par la corruption à ciel ouvert dont vous ne contrôlez plus. Vraiment le Burkina devient la honte du continent Africain.

    Répondre à ce message

  • Le 12 octobre 2014 à 02:07 En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    Dieu vous observe.Chacun payera les conséquences de ses actes.

    Répondre à ce message

  • Le 12 octobre 2014 à 02:10 En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    Commando Invisible est tellement aveugle et sourd qu’ il ne sait meme pas que Cynthia est le nom d’une dame. Voila la qualite de ceux qui crient hinhan comme des anes affames devant Blaise et lui aussi comme ca l’ arrange il veut qu’ on croit comme lui que c’est ca le peuple. Blaise,ne tentez pas le diable. Cette fois- ci, cette affaire - la ne va pas vous reussir. Quand ca devait vous reussir, vous etiez au courant m,ais cette fois-ci, ca va faire un gros pshiiiittt.

    Madame Benao, c’est un de vos amis et admirateurs qui vous a envoye un email tard dans la nuit de vendredi apres avoir lu votre article bien polisse.Blaise veut amener la pagaille avant des’ ecliper. C’ ;est egoiste et mechant, quand meme.

    Répondre à ce message

  • Le 12 octobre 2014 à 02:13, par Ravaillac Leviolent En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    Meme si Blaise renonce au referendum aujourd’ hui, il sera plus respecte mais au moins il ira pas a la Haye. S’ il avait decide de ne pas topucher a la constitution, il allait meme faire oublier le masacre de son plus que frere, Tom Sank. Mais maintenant, meme s’ il laisse, c’est pas de s a volonte. Le mogo n’ a jamais ete democrate.

    Répondre à ce message

  • Le 12 octobre 2014 à 02:19, par Ravaillac Leviolent En réponse à : Dialogue politique : Analyse d’un processus ayant abouti à un échec prévu et programmé

    Je vuex dire au Wiudy des compromissions et de la pourriture que Cynthia n’
    a pas besoin d’ audace pour exprimer son point de vue sur la situation natioonal. Est=ce qu’ elle est vietnamiennen et pas burkinabe ou bien c’ est parce qu’ elle est femme qu’ il lui faut du culot pour exprimer ses idees ? Continuez, Cynthia. Nos idees sont en phase et je vous admire sans vous connaitre. Mais les quelques echanges email avec vous m’ ont edifie sur votre personnalite. Vous menez le juste combat. C’est ca la vie, vivre pour un ideal.

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre 2014 à 14:26, par BADOLO En réponse à : Dialogue politique : Nissi Dominique,la honte du front republicain section Côte d’Ivoire

    (je voudrais rester dans l anonymat)

    Nissi Dominique a contribuer à faire massacré les Burkinabè de Côte d’Ivoire et aujourd’hui il revient avec le CDP.
    Quelle honte.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés