Commémoration de la journée internationale de la fille : Sous le signe de l’interpellation de tous les acteurs

mercredi 8 octobre 2014 à 01h46min

Le 11 octobre 2014, le Burkina Faso, à l’instar des autres pays membres de l’Organisation des Nations Unies (ONU), commémorera la journée internationale de la jeune fille. Placée sous le signe de l’interpellation de tous les acteurs du développement, la commémoration nationale de cette journée consacrée à la jeune fille traduit la volonté politique affichée des plus hautes autorités de notre pays d’œuvrer à l’épanouissement socioéconomique des jeunes filles et à leur prise en compte dans les politiques et programmes de développement.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Commémoration de la journée  internationale de la fille : Sous le signe de l’interpellation de tous les acteurs

L’institution de la journée internationale de la jeune fille vise à promouvoir la lutte contre les discriminations et les violences subies par des millions de filles et à reconnaitre leurs droits et leur contribution en tant qu’agents de changement dans la société. Cette année, le thème retenu est : « mettre fin au mariage des enfants ».
Au Burkina Faso, cette journée offre l’occasion au ministère en charge de la Promotion de la femme et du genre de présenter la situation de la jeune fille au plan juridique, éducatif, sanitaire et social. Elle permet également d’interpeler tous les acteurs et partenaires au développement à plus d’engagement pour une amélioration substantielle des conditions de vie des jeunes filles.

L’état des lieux en effet laisse voir qu’un certain nombre de facteurs minent l’épanouissement socioéconomique de la jeune fille. Il s’agit entre autres de la pauvreté, du faible accès à la formation professionnelle et technique, du non respect de ses droits fondamentaux se traduisant par les violences et discriminations de tout genre.

Au plan juridique, le gouvernement burkinabè a ratifié de nombreux traités et conventions internationaux et régionaux pour la protection des droits de la femme et de la jeune fille en particulier. On peut citer à ce titre la Déclaration universelle des droits de l’Homme, la Charte Africaine des droits et du bien-être de l’enfant et la Convention relative aux Droits de l’Enfant. A ce corpus juridique international, s’ajoute le dispositif législatif interne réglementant les droits de la jeune fille. Il s’agit de la Constitution, du Code des Personnes et de la Famille, du code du travail, du Code pénal, du Code de santé publique, de la loi portant santé de la reproduction etc. Malgré, cet important encadrement juridique, les droits de la jeune fille se trouvent dans nombre de cas bafoués. Ce déplorable constat est dû entre autres à :
• la méconnaissance des droits spécifiques des filles (par les filles elles mêmes et la population) ;
• l’ignorance par les praticiens du droit de certains textes favorables aux filles, notamment les textes internationaux ;
• la complexité du droit moderne ;
• la préférence du garçon à la fille dans la société ;
• la prédominance du droit coutumier sur le droit positif notamment en milieu rural ;
• la difficulté d’accès à la justice.

Dans le domaine de l’éducation, la situation des jeunes filles est variable selon les ordres d’enseignement. Au primaire, les nombreux efforts consentis par le gouvernement et ses partenaires ont permis d’atteindre des résultats satisfaisants. A titre illustratif, le taux brut de scolarisation au primaire est 81, 3% avec 81,0% pour les filles contre 81,6% pour les garçons pour l’année scolaire 2012/2013. Quant au taux d’achèvement, il est de 59,7% pour les filles et 59,3% pour les garçons.
Au niveau du post-primaire, l’une des difficultés du système éducatif est la faible transition entre l’enseignement primaire et le post-primaire surtout chez les filles. Les statistiques du Ministère des enseignements secondaires et supérieurs montrent que, de 2005 à 2012, près de la moitié des élèves inscrits en classe de CM2 n’accèdent pas au post-primaire. Ce taux est généralement de 5 points plus élevé chez les filles.

Au secondaire, les indicateurs ne sont pas encore au vert. Jusqu’en 2012, seulement 11% des enfants de 16 à 18 ans fréquentaient une classe de la « seconde » à la « terminale ». Cette proportion est encore faible chez les filles (8,3%).
Du fait de la conjugaison de divers facteurs, la transition entre le post-primaire et le secondaire demeure précaire surtout chez les filles. Au cours de la période 2012-2013, 3 filles sur 4 inscrites en classe de troisième n’ont pu accéder à une classe de seconde l’année scolaire suivante. Cette proportion est de 10 points moins élevé chez les garçons.
L’accès des filles à l’enseignement supérieur demeure faible. En 2006, le taux d’accès des filles est de 3,4% contre 6,5% pour les garçons avec à une moyenne nationale de 4,8%.

Dans le domaine de la santé, la situation des jeunes filles se caractérise par un faible accès aux soins sanitaires, une fécondité et une sexualité précoces, dues à la pauvreté, au poids de la tradition et au faible accès à l’éducation sexuelle. Selon les données de l’EDSBF-MICS IV (2010), les adolescentes (15-19 ans) qui constituent 19 % de l’ensemble des femmes en âge de procréer, contribuent pour 11 % à la fécondité totale des femmes.
S’agissant de la sexualité précoce, l’EDSBF-IV de 2010, indique que parmi les femmes de 25-49 ans, 10 % avaient déjà eu leurs premiers rapports sexuels avant d’atteindre 15 ans exacts.

Parallèlement, le taux d’utilisation des méthodes contraceptives est faible au sein de la population féminine. Dans l’ensemble, 15 % des femmes utilisent une méthode contraceptive (EDSBF-MICS IV, 2010).
Les conséquences d’une telle situation sont les grossesses précoces et non désirées, les contestations de paternité, les abandons d’enfants, les avortements clandestins, les décès maternels, les infections sexuellement transmissibles et le VIH, etc.

Ce tableau peut reluisant montre l’urgence à agir en matière d’amélioration de l’accès des filles aux services de santé sexuelle et reproductive adaptés à leurs besoins.

Au plan social, la situation de la jeune fille se caractérise par la persistance de la discrimination et de pratiques sociales qui constituent une négation de ses droits et un frein à son épanouissement. Cible et victime principale de l’excision, c’est encore elle qui est l’objet de mariages précoces et/ou forcés, de harcèlement sexuel et exposée à la prostitution. A titre d’illustration, et selon l’EDS IV 2010, le taux de prévalence de l’excision au Burkina Faso est de76 % pour les femmes de 15 à 49 ans, 13% pour les filles de 0 à 14 ans soit 4,7% pour les filles de moins de 5 ans, 14,2% pour celles de 5 à 9 ans et 25% pour celles de 10 à 14 ans. L’annuaire statistique du ministère de l’Action sociale, en 2011, montre que 1164 filles ont été victimes de mariages forcés et 266 filles victimes de mariages précoces.
La lecture de la situation de la jeune fille dans notre pays interpelle plus d’un et appelle à plus d’actions concrètes en vue d’une amélioration conséquente de la situation de cette frange de la population féminine. Au niveau du gouvernement, des initiatives sont déjà prises et d’autres en perspectives pour la protection et la promotion de la jeune fille.

Actions et perspectives

Le ministère de la Promotion de la femme et genre, ayant à cœur de promouvoir et de protéger les droits de la jeune fille, a déjà pris un certain nombre de mesures et actions. Il s’agit entre autres de :
-  l’implication des jeunes dans toutes les activités organisées par ce ministère (forums, ateliers de réflexion, formations…) ;
-  la fixation d’un quota pour les filles au niveau de l’accès aux crédits et aux technologies de production et de transformation ;
-  l’organisation des conférences publiques sur la santé sexuelle et reproductive dans les 45 provinces en 2013 ;
-  l’accompagnement à l’accès des filles à l’enseignement supérieur et à la formation technique et professionnelle à travers l’octroi des bourses d’études ;
-  la mise en œuvre d’actions de plaidoyer pour le recrutement des filles dans les Forces armées ;
-  l’élaboration et la mise en œuvre d’une politique et d’un plan d’actions de promotion et de protection de la jeune fille.

A ces actions s’ajoutent celles des autres départements ministériels, en l’occurrence ceux en charge de l’Education nationale, de l’Action sociale, de la Jeunesse, l’emploi et la formation professionnelle.

Au regard de la complexité et de la multiplicité des problèmes liées à l’épanouissement de la jeune fille, le gouvernement du Burkina Faso, à travers le ministère de la Promotion de la femme et genre, saisit l’opportunité de la commémoration de la journée internationale de la jeune fille, pour lancer un appel appuyé à tous les acteurs à davantage d’engagements et de synergie d’actions pour la défense de la cause de la jeune fille. Car, c’est à l’unisson que nous viendrons à bout des maux qui minent la jeunesse féminine et qui l’empêche d’être actrice et bénéficiaire à part entière des initiatives de développement.
En rappel, c’est par la résolution 66/170, adoptée le 19 décembre 2011, que l’Assemblée générale des Nations Unies a consacré le 11 octobre de chaque année comme « journée internationale de la fille ».
.
Ministère de la Promotion de la femme et du genre

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés