SIDATHON 2014 : une soirée de collecte le vendredi 28 novembre 2014

lundi 6 octobre 2014 à 20h10min

Dans le cadre de son programme de mobilisation de ressources dénommé SIDATHON, le REGIPIV (réseau national des personnes vivant avec le VIH) a organisé une conférence de presse ce jeudi 2 octobre, pour faire le bilan officiel des fonds collectés en 2013. C’était également l’occasion pour les organisateurs de donner des informations sur la campagne SIDATHON 2014 qui connaitra une soirée de collecte le vendredi 28 novembre 2014.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
SIDATHON 2014 : une soirée de collecte le vendredi 28 novembre 2014

Ce programme de mobilisation de ressources dénommé SIDATHON mis en place depuis 2006, avait pour parrain pour l’édition 2013, Soungalo Ouattara, président de l’Assemblée nationale. Cette troisième édition de la campagne qui s’est déroulée de mai à septembre 2013, a bénéficié du soutien des organisations du monde associatif et communautaire de lutte contre le sida et aurait permis de recueillir à ce jour, 30 028 370 FCFA.

La campagne s’est clôturée le 27 septembre 2013 par le Téléthon retransmis en direct sur les antennes de la RTB. Pour les organisateurs, les objectifs spécifiques étaient de mobiliser au moins deux cent millions (200 000 000) de francs CFA, de renforcer la Plateforme des organisations de la société civile autour du financement de la lutte contre le VIH/Sida au Burkina Faso ; et enfin de sensibiliser les populations et les communautés sur les questions de prise en charge des personnes vivant avec le VIH.

Les fonds collectés devaient contribuer à l’« Accès universel des populations rurales aux services de prévention, traitement et soins » qui était également le thème de l’édition. Le comité d’organisation a décidé d’utiliser les sommes collectées pour financer l’accès à l’examen de la charge virale au profit de 5 000 personnes vivant avec le VIH. Sachant que le cout d’une charge virale est souvent de 0 F ; 9.000 F ; 10.000 F ; 17.500 F dans le public et 62.000 F en clinique privée. « Dans cette perspective nous avons fait la situation des sites fonctionnels qui sont Ouaga, Bobo-Dioulasso et Ouahigouya et nous avons subventionné l’aménagement du laboratoire de Tenkodogo ».
Ce qui est en train d’être fait en ce moment serait la finalisation de l’organisation d’une campagne nationale de prélèvement pour la charge virale en collaboration avec les districts sanitaires sur le modèle existant dans la région des Hauts Bassins.

La campagne SIDATHON 2014 aura bel et bien lieu

Le délai important entre la fin de la campagne écoulée et la présente cérémonie de bilan s’expliquerait par un retard dans le démarrage officiel de la campagne, des difficultés dans la mobilisation du budget pour l’organisation et de la faiblesse dans le mécanisme de recouvrement qui, entamé depuis novembre 2013 s’est poursuivi jusqu’au mois de septembre 2014. Le REGIPIV rassure cependant : « La campagne SIDATHON 2014 aura bel et bien lieu ». Elle annonce à cet effet qu’une soirée de collecte est prévue le vendredi 28 novembre 2014.

Au Burkina Faso, la prévalence moyenne de l’infection à VIH dans la population de 15 à 49 ans était estimée à 1,1% en fin 2011 selon l’ONUSIDA. Depuis le début de l’épidémie, 9 200 cas de décès liés au VIH ont été enregistrés dans les formations sanitaires et 100 000 enfants sont orphelins du fait du Sida.

Les coûts du suivi biologique des malades sont extrêmement élevés et insupportables pour la plupart des malades. Aussi, ces examens ne sont possibles que dans les grands centres de santé et dans les cliniques privées. Ce qui exclut la grande majorité des patients surtout en milieu rural et les femmes généralement classées parmi les groupes vulnérables au Burkina Faso. La mobilisation des acteurs à tous les niveaux a permis d’améliorer la prévention sur le VIH et de faciliter la prise en charge holistique des personnes vivant avec le VIH. Dans la même perspective de couvrir les besoins des PVVIH en soins et traitement, le budget de l’Etat, exercice 2013 a été revu à la hausse, en passant de 4.800.000 à un montant de 8.000.000.000 francs CFA. Il est de 7.832.000.000 en 2014 avec une promesse d’un accroissement futur.

Sur le plan purement médical, les efforts conjugués des acteurs ont permis d’enregistrer aujourd’hui 74 943 patients à l’échelle du pays dans les 98 centres de prise en charge et de mettre 36 915 adultes et 1 878 enfants sous traitement anti rétroviraux (ARV). En outre, le coût de la prise en charge médicale a été rendue encore plus supportable pour les patients grâce à l’application de la gratuité des ARV et cela a ouvert l’accès aux soins à un plus grand nombre de PVVIH.
S’il est vrai que des efforts sont fournis, beaucoup reste cependant à faire. Cela, les membres du REGIPIV en sont conscients, « Nous savons qu’il y aura encore des défis à relever c’est pour cela qu’on parle de "lutte" contre le VIH ».
Amélie GUE
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés