Evariste Kiemtoré : « Toutes les promesses faites aux sinistrés de l’explosion de Larlé ont été tenues »

samedi 27 septembre 2014 à 03h20min

La déflagration qui a secoué la ville de Ouagadougou le 15 juillet dernier a fait de nombreuses victimes qui étaient logés sur un site de l’action sociale et dans une école privée du quartier Ouidi. A l’orée de la rentrée, les sinistrés ont été réinstallés le dimanche 21 septembre 2014 sur un autre site : l’INJEPS.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Evariste Kiemtoré : « Toutes les promesses faites aux sinistrés de l’explosion de Larlé ont été tenues »

Les associations ainsi que les partis politiques ont été prompts à réagir à l’appel des personnes victimes de l’explosion. Après la survenue de la catastrophe, un comité de gestion a été mis en place pour accueillir les sinistrés pour leur logement. En effet, la solidarité humaine et l’engagement des autorités politiques ont permis effectivement aux sinistrés de supporter ces moments difficiles. « Des dispositions ont été prises pour la gestion des sinistrés. Ces personnes ont perdu des maisons, de ce fait le centre de formation de l’action sociale a été ouvert pour les loger. La garderie du quartier a également été un site. Les sinistrés ne sont pas satisfaits d’être dans des conditions de relogement mais ce qui est de leur gestion quotidienne nous croyons qu’ils sont satisfaits. Ils bénéficient des 3 repas journaliers et vivent dans des conditions presque meilleures », a confié Amidou Simporé, Maire de l’arrondissement 2. Pour lui, les besoins des sinistrés ne peuvent qu’être matériels ou financiers à ce jour.

L’état des promesses faites

Toutes les promesses ont été tenues. L’action sociale a déboursé 600 000FCFA, la mairie 500 000FCFA pour les besoins des sinistrés. Des associations ont également apporté des contributions. « Par la grâce de Dieu tout est rentré dans l’ordre et tous les blessés ont retrouvé la santé. Côté restauration et santé, ils sont pleinement satisfaits ; c’est le logement qui pose problème », a ajouté l’ex responsable du premier site, Evariste Kiemtoré.

Pourquoi un relogement sur un nouveau site
A l’orée de la rentrée, les deux sites ont été délocalisés pour former un seul site. Et 51 personnes ont rejoint le site de l’INJEPS. Etant donné que le site de l’action sociale est un centre de formation, en sus d’une école privée qui était le second centre, une dizaine de tentes ont été dressées par le Haut-Commissariat au sein de l’INJEPS pour reloger les sinistrés. Cette idée de relogement était désapprouvée par certains sinistrés qui avaient souhaité que les enveloppes ainsi que les céréales soient partagés afin qu’ils puissent ‘’se libérer ‘’. « L’être humain n’est jamais satisfait à 100% et la gestion humaine est très difficile », a souligné la responsable du nouveau site, Pascaline Ouédraogo.

Par ailleurs, la préoccupation majeure du comité de gestion du site est le relogement de ces sinistrés parce que cette catastrophe n’est pas comparable à celle du 1er septembre 2009 qui fut un phénomène naturel. Cependant, un appel est lancé à toute la population ouagalaise et même burkinabè à une contribution massive afin d’aider ces personnes qui ont besoin d’aide pour la reconstruction de leurs maisons.

Aïda Zida (stagiaire)
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés