Surcharge en circulation : Nos vies ne tiennent qu’à un fil

samedi 27 septembre 2014 à 03h20min

Des scènes qui provoquent la mort, nous les côtoyons chaque jour en circulation. Des usagers motorisés cascadeurs, aux tricycles, en passant par les camions transportant toute sorte de marchandises, tout passe. Les mauvaises habitudes, sinon l’incivisme a la peau très dure. La police semble avoir baissé les armes, ou est-elle souvent complice de certaines scènes ? Comment ce chauffeur transportant cet amas de marchandises a-t-il pu traverser toute la ville en plein jour sans être inquiété mettant la vie de nombreux usagers en danger ? C’est une scène parmi tant d’autres qui rappelle qu’en attendant que l’irréparable ne survienne au centre-ville, il faut sévir.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Surcharge en circulation : Nos vies ne tiennent qu’à un fil

Loin d’être des oiseaux de mauvais augures, il faut prévenir. La scène se passe sur l’avenue Houari Boumediene. En plein jour. Le véhicule est en déséquilibre visiblement à cause du trop de marchandises transportées. Chaises, bidons, plats et que sais-je encore ? Ahuris, fâchés, inquiets, les usagers observent impuissants à la scène et le mastodonte les contraint à une longue file derrière. Où est la police dans tout ça ? Ce n’est qu’une scène parmi tant d’autres. Municipale comme nationale, la police doit sévir avant que le pire ne survienne, tant il est vrai que pour leur propre gain, certaines personnes sont prêtes à mettre la vie de plusieurs personnes en danger, surtout quand elles savent qu’il n’« y a rien en face ». Trop facile de toujours incomber nos malheurs au Bon Dieu. C’est souvent une fuite de responsabilité.
.
C’est souvent aux heures de descente, alors que les policiers en poste à certaines artères de la ville ont rompu, que les indélicats chauffeurs profitent pour faire rouler leurs « corbillards ouverts ». C’est connu. Au nom de la sécurité publique n’est-il pas temps de réfléchir à maintenir quelques équipes pour veiller au grain même aux heures de descente ? En tout cas, tout le monde voit, même les policiers, mais si ces genres de pratiques continuent, c’est que les méthodes utilisées jusque-là ont montré leurs limites. Il faut ausculter d’autres.

Tiga Cheick Sawadogo
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 27 septembre 2014 à 10:15, par Lebanforalais
    En réponse à : Surcharge en circulation : Nos vies ne tiennent qu’à un fil

    Merci à Tiga Cheick Sawadogo pour cet article.
    J’ose espérer que ce tombeau ambulant ne transporte pas en plus des passagers !!!
    Nos autorités se doivent de prendre des mesures fortes pour éviter que que de tels spectablesse produisent sur nos voies. Les chauffeurs qui se livrent à de telles pratiques doivent se voir leurs camions saisis et écoper d’une amende qui leur enlève toute envie récidiviste.

    Répondre à ce message

  • Le 27 septembre 2014 à 10:42, par changeons
    En réponse à : Surcharge en circulation : Nos vies ne tiennent qu’à un fil

    Merci lefaso.net pour avoir publié cet article pour attirer l’attention des autorités municipales, qui apparemment ne gouvernent plus. J’ai été témoin de de la scène et on se demandait si on était à Ouaga. Que fait la police dans tout ça ? est-elle complice ou impuissante ?

    Répondre à ce message

  • Le 27 septembre 2014 à 10:48, par Bangrenooma
    En réponse à : Surcharge en circulation : Nos vies ne tiennent qu’à un fil

    Le RENLAC a informé le public sur les secteurs les plus corrompus. C’est la preuve de leur rapport. Police municipale ou nationale, kif-bourique même chose ! Ces services de police sont très zélés pour vérifier "les papiers du véhicule" en pleine ville dans des endroits où la circulation est un véritable cauchemar ou caché derrière dans des endroits inattendus. Vérification de papier "c’est ça le travail des policiers Burkinabé chargé de la circulation". Qu’importe l’état du véhicule du moment que son CCVA est correct même s’il circule comme un "con". Les cyclomotoristes, grands faiseurs d’accident ne sont aucunement inquiétés que ce soit pour la vitesse, le non respect des lignes ou des pistes cyclables ou le faufilage entre les véhicules entrainant des accrochages quotidiens. Pourquoi attendre un accident pour demander aux motoristes d’avoir des assurances ? L’assurance moto devrait être obligatoire depuis la délivrance de la carte grise et contrôlée comme pour les autos. les maisons d’assurance devrait y veiller, eux qui soutiennent la police pour effectuer la vérification aux automobilistes. Les longs véhicules ne devraient pas circuler en pleine ville à certaines heures mais hélas les braves policiers ne font soucis d’aucune règle de la circulation, ils préfèrent "empocher" leur 1000 balles pour défaut de visite technique ou vitesse captée par "radar".

    Répondre à ce message

  • Le 27 septembre 2014 à 10:56, par Oulaf
    En réponse à : Surcharge en circulation : Nos vies ne tiennent qu’à un fil

    Bien Mr Sawadogo, j’observe ces scènes toujours sur la très très étroite route de Tampouy où aux heures de pointe certains conducteurs de charrette à traction animale ou humaine chargées de bois, de portes métalliques et que sais je encore, occupent la route aux pas de caméléon pendant que tout le monde trime pour passer. Tout ceci aux yeux de la police.
    quel ordre ?
    Il est grand temps que le conseil municipal se penche sur ce dossier afin de protéger les vies toujours en danger dans cette cité.

    Merci mon cher Sawadogo

    Répondre à ce message

  • Le 27 septembre 2014 à 12:30, par M.J Saawadogo
    En réponse à : Surcharge en circulation : Nos vies ne tiennent qu’à un fil

    Les autorites et tout le peuple burkinabe ne sont pas conscient de ce probleme qui tu un bon
    nombre de personne par jour. tout le monde est corrompu, et surtout ce qui doivent prendre des mesure pour gerer cette situation sont encore pire. un accident peut arriver a tout moment
    mais moi j’ai peur de rouler au B.F Nous devons vraiment penser a regler cette situation car
    elle passe aussi dans le cadre du developpement. Quelques semaines passées ma copines
    plus son mari et sa soeur on eu un accident tres grave contre un grand camions qui trans-
    portait des marchandises et roulait dans la nuit sans phare ni feu rouge. la voiture de ma
    copine a quitter la route se renverser trois fois et aller finir dans un fossé. heurement ils ne sont pas mort. Dieu merci

    Répondre à ce message

  • Le 27 septembre 2014 à 12:49, par PAPA
    En réponse à : Surcharge en circulation : Nos vies ne tiennent qu’à un fil

    J´´ai honte quand a ce 21e siecle on voit des photos pareilles de vehicule circuler dans une capitale dite moderne .

    Répondre à ce message

  • Le 27 septembre 2014 à 15:21
    En réponse à : Surcharge en circulation : Nos vies ne tiennent qu’à un fil

    Même si la police n’est pas là. Sur les routes, il y a des contrôles mais tous ces camions en surcharge ou transport mixte continuent leurs routes comme si de rien n’était en mettant un petit billet au milieu de leurs papiers du véhicule. On est un pays gangréné par la CORRUPTION, c’est cela la triste réalité ! Vivement, l’alternance avec un nouveau président pour que cela puisse changer fin 2015.

    Répondre à ce message

  • Le 27 septembre 2014 à 22:40, par MAX
    En réponse à : Surcharge en circulation : Nos vies ne tiennent qu’à un fil

    Le transport au Faso est une catastrophe. En effet, on voit et on assiste, impuissant, a des scenes rocambolesques dans la circulation en pleine ville. Des camions hors gabarit, brinquebalants, surcharges circulent a toute heure de la journee et sur toutes les voies. Meme des buldozers, tracteurs, tracto-pelles, machines de toüte sorte, sans escorte se melent dans la danse. Quant aux voies barrees pour effectuer des dechargements, ... On se demande si la police sert reellement a quelque chose dansv la reglementation de la circulation.

    Répondre à ce message

  • Le 27 septembre 2014 à 23:08, par Tikan
    En réponse à : Surcharge en circulation : Nos vies ne tiennent qu’à un fil

    c’est vraiment domage

    Répondre à ce message

  • Le 28 septembre 2014 à 00:51
    En réponse à : Surcharge en circulation : Nos vies ne tiennent qu’à un fil

    En toute chose, il y a un responsable. Nous avons des entités chargées de prendre des lois et d’autres chargées de les faire respecter. Nous avons les lois mais personne pour veiller à leur exécution. Police et gendarmerie, défendez vous !!! Que dites vous ? N’oubliez pas que vous êtes chargés de veiller sur notre sécurité.

    Répondre à ce message

  • Le 28 septembre 2014 à 11:42, par Alexio
    En réponse à : Surcharge en circulation : Nos vies ne tiennent qu’à un fil

    En 2014 cela se passe au Faso de Blaise. Ou est l emergencequ on nous promis,preter serment en 2010 a nos jours ? Emerger sans esprit responsable du citoyen lamda du a cette politique d irresponsabolite, desoeuvrant a l incivisme. Le code route enseigne et en meme temps averti les pretendants et futurs chauffeurs concernant les consequences d effractions des lois. Apres avoir gagne som permis de conduire beaucoup de ces chauffards ne prennent plus en compte leurs devoirs et responsabilites dans les voies publics pour tous usagers. On en voit des motos avec des carcasses de moutons ou de boeufs exposees a cette pollution de la circulation. Si les services d hygiene ne couvrent pas telle skandale,qui pourra le faire a leur place ? Nous creons nous memes nos malheurs par nos actes anti-sosial sans tenir compte les consequences negatives qui peuvent aboutirent.

    Répondre à ce message

  • Le 28 septembre 2014 à 17:55, par MAX
    En réponse à : Surcharge en circulation : Nos vies ne tiennent qu’à un fil

    Il est normal de se demander a quoi sert l’ONASER quand on voit tout ce qui se passe sur nos routes surtout hors des villes. Aucune politique pour la securisation des transports, des passagers et des usagers de la route. Des cars qui circulent comment des crabes, occupant toute la voie, des camions hors gabarit qui rentrent en pleine ville, etc.
    Qui a ouaga n’a jamais vu des apprentis juches sur des camions et qui, a l’aide de batons, soulevent les fils electriques ou les cables de l’aide onatel pour pouvoir passer ? Qui n’a pas vu des taxis moto charges de fer qui traine au sol traverser la ville ou encore charger de planches ou tout autre materiaux ? Qui n’a pas vu...? Tout cela se passe a la barbe des policiers charges de la circulation routiere.
    CARTON ROUGE a tõus ceux charges des transports ou de leur reglementation !!!

    Répondre à ce message

  • Le 29 septembre 2014 à 09:25, par voir
    En réponse à : Surcharge en circulation : Nos vies ne tiennent qu’à un fil

    voyez mème pas une semaine ont parlait de limitation d’age au burkina ,dans ses conditions mème une nouvelle voiture ne regle pas le probleme.le probleme c’est la concience des conducteurs et la police qui defend les populations et non leurs poches.

    Répondre à ce message

  • Le 30 septembre 2014 à 03:03, par simon
    En réponse à : Surcharge en circulation : Nos vies ne tiennent qu’à un fil

    Pensez vous que ya un maire dans cette ville ?moi je prefère ne plus faire ce rêve tant ouaga est un vrai royaume de desordre.regardez l’occupation des abords des routes.l’anarchie au pluriel.police des routes ?des chercheurs d’or.elle ne sort que pour arrondir son mois.voilà une ville en décadence Ouaga.canivaux poubelle,route sans loi.que ça roule.personne du conseil municipal pour dire au maire de se reveiller pour agir.quel déception de voircette ville belle devenir une poubelle.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés