Dialogue entre majorité et opposition : A l’heure des préalables

vendredi 26 septembre 2014 à 02h58min

Le président du Faso, Blaise Compaoré, a réuni au palais de Kossyam, la majorité présidentielle et l’opposition politique dans le cadre du dialogue accepté par l’ensemble de la classe politique burkinabè. C’était le jeudi 25 septembre 2014, où les deux délégations ont convenu de confier la co-présidence dudit dialogue à Assimi Kouanda et à Zéphirin Diabré.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Dialogue entre majorité et opposition : A l’heure des préalables

Reçues séparément le mardi 23 septembre 2014 à Kossyam, la délégation de la majorité présidentielle et celle de l’opposition politique ont toutes accepté le principe du dialogue proposé par le chef de l’Etat. A l’occasion, elles ont aussi adhéré à l’offre de face-à-face projetée pour ce jour 25 septembre 2014, sous l’égide du locataire du palais de Kossyam.

C’est ainsi que la délégation de la majorité, composée de Pascaline Tamini, Alain Yoda, Achille Tapsoba, Naboho Kanidoua (tous du CDP), Gilbert N. Ouédraogo, Zacharia Tiemtoré et Bouba Yaguibou de l’ADF/RDA, Saïdou Compaoré du RDB, Amadou Touré de l’UPR, avec à leur tête le Secrétaire exécutif national du CDP, Assimi Kouanda, a pris place autour d’une table avec une délégation de l’opposition politique. Cette dernière, conduite le président de l’UPC par ailleurs Chef de file de l’opposition politique, Zéphirin Diabré, était constituée de Saran Sérémé du PDC, Bénéwendé Sankara de l’UNIR/PS, Arba Diallo du PDS/Metba, Mamadou Kabré du Prit-Lannaya, Ablassé Ouédraogo de Le Faso autrement, Roch Marc Christian Kaboré du MPP, François Ouédraogo du RDS, Adama Kanazoé de l’AJIR, et Claude Ouédraogo du MPC. Hermann Yaméogo et sa suite – reçus aussi le 23 septembre dernier - ont donc été mis de côté.

Après environ deux heures de conclave, il ressort avec Zéphirin Diabré, que le président du Faso leur a clarifié les objectifs poursuivis à travers ce dialogue et s’est retiré en leur demandant de s’organiser pour la suite. Dans ce sens, les points autour desquels les discussions peuvent être menées, ainsi que la manière dont le dialogue doit s’organiser, ont fait l’objet d’échanges. C’est du moins, ce qu’a confié le chef de file de l’opposition désigné pour co-présider avec Assimi Kouanda, ce dialogue en gestation. Et rendez-vous a été convenu de la part des deux délégations de se retrouver le lundi 29 septembre 2014 à Kossyam pour arrêter, et les points à soumettre aux discussions et le calendrier détaillé suivant lequel le dialogue devra être mené.

Mais d’ici à ce prochain round, certains membres des deux délégations devront, à en croire Zéphirin Diabré, se retrouver pour discuter sur des pistes de questions à même de constituer l’objet du dialogue. Il s’agit-là, selon Zéphirin Diabré, de « préalables qui sont vraiment indispensables et nécessaires d’éclaircir ».

Signalons qu’au moment où la délégation de l’opposition politique rebroussait chemin, celle de la majorité retournait à l’intérieur du palais, peut-être pour mettre les points sur des ‘’i’’, quand on sait qu’en leur sein, les positions sont diamétralement opposées entre l’ADF/RDA et les autres partis du camp majoritaire relativement à la modification de l’article 37 de la Constitution. Une modification qui emporterait la levée – qu’entend contrer l’opposition - de la limitation des mandats présidentiels.

Fulbert Paré
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 26 septembre 2014 à 02:47, par Yampukri
    En réponse à : Dialogue entre majorité et opposition : A l’heure des préalables

    Du moment où Hermann et sa bande ont été mis dehors, les autres vont sûrement s’entendre à laisser l’article 37 tel qu’il est et préparer à Blaise une sortie honorable.Le grand bandit chef Hermann et sa troupe de dodo pourront continuer à faire leur Djanjoba comme bon leur semble.

    Répondre à ce message

  • Le 26 septembre 2014 à 03:02, par Toucher du Doigts
    En réponse à : Dialogue entre majorité et opposition : A l’heure des préalables

    Vive l’homme de la paix l’initiateur de ce dialogue , l’homme qui sait agir quand il le faut , y’a pas son deux même s’il y’a deux c’est moi. Non papa blaiso big respect apres le dialogue dit au plaisantin, le référendum c’est pour tel jour nous on va sortir et dire Oui car c’est ton qu’on veut et personne
    Oui Vive le référendum

    Répondre à ce message

  • Le 26 septembre 2014 à 08:15
    En réponse à : Dialogue entre majorité et opposition : A l’heure des préalables

    Blaise ne plus tellement ete vu comme l’ Homme de la paix, l’ Initiateur du Dialogue. Il a quelque peu ,anque le coche. Il a beaucoup perdu en montrant qu’ il avait des intentions de ne pas quitter le pouvoir comme le veut la constitution. Quoiqu’ il fasse maintenant, il sera seulement vu comme ce gars quia finalement quitte le pouvoir grace a la mobilisation du peuple dans dans grande majorite. Je ne vois plus son merite.Que ce serait- il passe si on avait eu les couilles molles ? Seule la lutte paie.

    Jean Marie Vianey Fayama, Toronto, Canada

    Répondre à ce message

  • Le 26 septembre 2014 à 09:17, par CHRIS
    En réponse à : Dialogue entre majorité et opposition : A l’heure des préalables

    Bjr,
    Vraiment Toucher du doigts a raison ; que Blaise convoque le référendum pour que ces partisans aillent lui signer un chèque en blanc. Seulement il oublie que le Burkina n’est pas votre champ dans lequel vous appelez qui vous voulez pour cultiver et boire le dolo. Sincèrement, si votre champion était aussi fort et sûr de lui et de vous, pensez vous que votre sénat serait un’ ’mort-né’’ à ce jour ? Il faut être d’une malhonnêteté énorme pour croire que ce pouvoir a encore un avenir.
    LA PROPHETIE EST EN MARCHE

    Répondre à ce message

  • Le 26 septembre 2014 à 09:18, par youblobissan
    En réponse à : Dialogue entre majorité et opposition : A l’heure des préalables

    Quand un peuple à 80% alphabète et pauvre ne sait pas faire la différence entre son intérêt immédiat et à Long terme, une minorité l’exploite à souhait. Sinon dans le cas actuel avait on besoin de dialogue pour qu’un groupe de personnes se rassemble pour décider du sort de 16 millions de personnes ? Mais hélas c’est comme ça dans nos contrées où on prétend défendre les intérêts du peuple.

    Répondre à ce message

  • Le 26 septembre 2014 à 09:29
    En réponse à : Dialogue entre majorité et opposition : A l’heure des préalables

    Moi je pense que c’est encore une subtile distraction.
    Depuis des mois l’opposition a toujours demandé au Président d’intervenir directement pour trancher cette question qui n’est pas une question d’intérêt national, mais bien un problème qui ne concerne que Blaise Compaoré et lui seul. Lui seul ayant aussi la clef de la paix.
    Mais s’inscrivant dans le débat, au lieu de d’aller directement vers une posture brave et salvatrice, il se retire..... comme s’il avait encore affaire au Gouvernement Malien et aux touaregs.
    L’opposition et la majorité face à face pour discuter encore de l’article 37 dans le palais d’un Blaise Compaoré "auto-retiré" est une triste image pour le Burkina.
    Alors messieurs et dames de l’opposition, l’article 37 et le refus du Senat doivent être crânement défendus.
    Évitez si possible leur inscription même sur l’agenda. Sinon attendez à des joutes oratoires ridicules,des migraines gratuites, inutiles et, malheureusement sans lendemain.... !!

    Cest seulement ce qui peut se faire sans ces deux questions ? qui doit vous intéresser.

    Le sage de Nagrin

    Répondre à ce message

  • Le 26 septembre 2014 à 09:55, par tampo
    En réponse à : Dialogue entre majorité et opposition : A l’heure des préalables

    un dialogue pour quoi, ha les soi disant opposant burkinabè !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 26 septembre 2014 à 09:57, par tinguiste
    En réponse à : Dialogue entre majorité et opposition : A l’heure des préalables

    au vu de tout ce qui a été réalisé et pour la consolidation de la démocratie et surtout la préservation de la paix, il faudrait que les partie prenantes puissent trouver cette solution pour la transition en douceur car elle est importante pour la nation.car qui sait elle servira de modèles sous d’autres cieux.que Dieu bénisse le Burkina Faso !

    Répondre à ce message

  • Le 26 septembre 2014 à 10:02, par TAPSOBA Ier
    En réponse à : Dialogue entre majorité et opposition : A l’heure des préalables

    je crois que ce dialogue initié par le PF a son mérite et mérite d’être saluer si et seulement si il n’y a pas d’ambition inavouée .je pense qu’il est dans l’intérêt de la classe politique et du peuple burkinabè d’aménager une porte de sortie honorable au président Blaise Compaoré. c’est la seule solution pour éviter un chaos dans notre pays. Pour préserver la paix il est important que chaque camp, chaque burkinabè mette de l’eau dans son vin.

    Répondre à ce message

  • Le 26 septembre 2014 à 10:13, par ASPIRINE
    En réponse à : Dialogue entre majorité et opposition : A l’heure des préalables

    C’ est déjà un pas en avant le principe de l’acceptation du dialogue mais aussi et surtout la mise hors d’état de nuire du Grand Bandit Politique Hermann et sa bande. Le peuple reste vigilant.

    Répondre à ce message

  • Le 26 septembre 2014 à 10:23, par bark biigua
    En réponse à : Dialogue entre majorité et opposition : A l’heure des préalables

    La seule personne qui troublait tout ca c’est Herman et sa bande de mange mil qui ne cherchaient que remplir leur estomac,qui a dit que la lutte n’a jamais payé dans ce pays ? Zeph et sa suite on vous fait confiance,montré que le changement est possible et a Blaise que avec l’age l’homme n’est plus au top

    Répondre à ce message

  • Le 26 septembre 2014 à 10:43, par jackmani
    En réponse à : Dialogue entre majorité et opposition : A l’heure des préalables

    Opiniâtré que Blaise les événements récent ont terni l’image du président reviendrai à conclure que le non l’emporterait sans même savoir fait le référendum. Les conclusions hâtives résultent d’un désarroi mentale profond dont le patience n’arrivent plus a faire la différence entre le rêve et la vie réelle. Je pris certains de ne pas nous confirmer qu’ils sont les vétérans de l’asile psychiatrique de Yalgado

    Répondre à ce message

  • Le 26 septembre 2014 à 10:45, par ledoux
    En réponse à : Dialogue entre majorité et opposition : A l’heure des préalables

    Je vois que nos politiciens ont amorcé le pas vers le dialogue ; c’est à leur honneur. Personne ne viendra résoudre le problème des burkinabés même pas les soit disant experts qui font le balai pour se remplir les poches. Un mauvais arrangement vaut mieux qu’un bon procès les gars. Trouvez le juste moyen de sauver le burkina et sa démocratie.

    Répondre à ce message

  • Le 26 septembre 2014 à 10:48, par JOE
    En réponse à : Dialogue entre majorité et opposition : A l’heure des préalables

    Maintenant tout le monde se rend chez le président pour trouver une fois de plus un consensus et l’imposer ainsi au peuple. Des à présent l’on quitte la consultation populaire qui allait permettre à tout un chacun de faire valoir sa voie à comme d’habitude un accord entre deux camp en générale ou du moins entre deux individus. A bat les consensus sous groupe-niques et vive la consultation populaire . Viva le référendum

    Répondre à ce message

  • Le 26 septembre 2014 à 10:54, par Lagui Adama
    En réponse à : Dialogue entre majorité et opposition : A l’heure des préalables

    certains font ainsi appel dans ce sens à la nom saugrenu de Jean Marie de Toronto résident au CANADA pour répondre à une question d’ordre burkinabé. M de la Fayama veuillez vous penchez sur la question du chômage canadien et laisser les burkinabés réglé ce qu’ils ont a réglé. On ne peut vivre dans un pays qui a une reine et se dire démocrate cogité la déçu

    Répondre à ce message

  • Le 26 septembre 2014 à 10:55, par PRESIDENT FONDATEUR
    En réponse à : Dialogue entre majorité et opposition : A l’heure des préalables

    C’est bien que l’opposition continue de garder la main et surtout d’être très vigilante. Je comprends que les TDRs soumis par le PF seront examinés par l’opposition puis un feed back sera lui sera fait forme d’amendements. Donc pour la suite soit il est d’accord avec les amendements et le débat se poursuit, soit il ne l’est pas et le dialogue prendre fin. Puisse la sagesse habite notre président afin qu’il évite des lendemains douloureux a notre chère Faso tant aimé et adoré.

    Répondre à ce message

  • Le 26 septembre 2014 à 10:55, par Zadane
    En réponse à : Dialogue entre majorité et opposition : A l’heure des préalables

    Le dialogue est l’arme la plus forte. Que chaque partie utilise tous les ingrédients dans leur décision. Aussi, les deux parties doivent veiller à animer les autres dimensions de la société : économie, santé, culture, éducation, sociale, etc. La politique l’emporte aujourd’hui dans un pays dont on cherche difficilement l’émergence.

    Répondre à ce message

  • Le 26 septembre 2014 à 10:57, par vinnim
    En réponse à : Dialogue entre majorité et opposition : A l’heure des préalables

    On attend de voire. Mais je sens que l’opposition risque de se faire rouler dans la farine. Je vois deux scénarios à l’issue de se cadre de rencontre :
    1- Gouvernement d’union nationale avec pour l’opposition le portefeuille de 1er ministre et d’autre
    2- Aucun accord à la fin des négociations et le président convoque le peuple pour le referendum

    Répondre à ce message

  • Le 26 septembre 2014 à 10:58, par l’investisseur
    En réponse à : Dialogue entre majorité et opposition : A l’heure des préalables

    je peux vraiment vous dire que le dialogue va amener les burkinabés a vouloir qu’on leurs donnent le dernier jour ou ils irons se prononcer face a leurs destins pour mieux discuter aux urnes que de ce permettre de ce mettre dans les rues de Ouagadougou,
    tous simplement vous dire que c’est le peuple qui va avoir le dernier mot pour le pays des hommes intègres

    Répondre à ce message

  • Le 26 septembre 2014 à 10:59, par Bélèmwendé Sankara
    En réponse à : Dialogue entre majorité et opposition : A l’heure des préalables

    Putain je n’arrive pas à croire qu’au 21 ème siècle il y a toujours des gens qui vivent dans le jadis. La peur d’abandonné nos prestige quand elle nous tient ! M Fayama ou Fuoudro de je ne sais quoi, savez vous ce que veux dire souveraineté nationale. Nous ne sommes plus à l’heure des dictas occidentaux mais à la liberté de choisir notre voie. AU canadien le CANADA et au Burkinabé le Burkina Faso. N’en tâchez pas le nom de votre reine en vous prononçant sur des questions d’ordre démocratique. Monarchie et démocratie ne sont pas des synonymes je vous le fais savoir

    Répondre à ce message

  • Le 26 septembre 2014 à 11:00, par Vigilance
    En réponse à : Dialogue entre majorité et opposition : A l’heure des préalables

    Toute proposition non consensuelle devra être simplement et purement abandonnée. Il ne s’agira pas dans ce dialogue de passer à des votes car ceux ci sont réservés aux honorables députés. Nous soutenons la médiation du Président car il est le seul qui peut nous trouver une solution pacifique nous évitant des larmes. Il est le problème et la solution. Il est le problème parce que la révision de l’article 37 ne concerne que lui car tous les autres Burkinabé remplissant les autres conditions peuvent se présenter à la présidentielle de 2015. Il est la solution parce qu’il peut se surpasser et annoncer son départ en 2015 quitte à négocier une sortie honorable. Dans ce cas, les Burkinabé seront fiers de lui et reconnaîtront en lui un Grand Homme aimant son peuple. Il donnera ainsi un bon exemple pour les dirigeants générations futures. Que Dieu lui accorde une longue vie pour faire profiter de son expérience à l’humanité.

    Répondre à ce message

  • Le 26 septembre 2014 à 11:05, par avion dans sac
    En réponse à : Dialogue entre majorité et opposition : A l’heure des préalables

    oui,comme toujours je le dit et le redit que ce homme est l’homme de la situation au Faso,voila que grâce a son amour éprouver une fois encore pour les burkinabés va appeler les opposants pour mieux savoir ce qui se passent autour de la constitution des burkinabés.
    et je sais bien que ce homme va trouver une solution très rapide pour les burkinabés et faire de sorte que chaque citoyen se sente très bien dans sa peau de burkinabé.
    respectons ce que nous avons écrire que de se mettre a crier contre cela mes chers amis

    Répondre à ce message

  • Le 26 septembre 2014 à 11:07, par virus très virulent
    En réponse à : Dialogue entre majorité et opposition : A l’heure des préalables

    Quelle usurpation de titre ! Des burkinabé désespéré ou du moins de peu de foi laisse leur nom Koudougou pour aller emprunter des nom du genre du Bois de la Fayama du Goudron pour faire de leurs spéculations des conclusions . Vraiment pathétique quand certains n’arrive pas encore à faire la dichotomie entre le siècle des lumières et celui de l’esclavage. Nous ne vivons plus dans un dicta occidentale qui ne dit pas son nom mais dans la démocratie véritable

    Répondre à ce message

  • Le 26 septembre 2014 à 11:13, par Arnaud parqueu
    En réponse à : Dialogue entre majorité et opposition : A l’heure des préalables

    moi j’ai penser que en criant dans les rues de Ouagadougou,ils n’accepterions pas l’appel de notre très cher président du Faso. djaah ils connaissent ce qu’on appel la main tendue.
    tous en disant a ces gars que le pays des hommes intègres est un pays qui toujours ete dans la paix et aborde un chemin de bon développement..
    c’est ce Mr qui fait et qui défait,donc laissons faire ce qu’il veut et nous verrons les réalités de terrain,

    Répondre à ce message

  • Le 26 septembre 2014 à 11:23, par D8D8
    En réponse à : Dialogue entre la majorité et l’opposition

    ce dialogue est le seul moyen de bien savoir gérer le pays des hommes intègres,car on ne peu vouloir continuer les actions qui ont ete menés par ce Mr sans toute fois accepter le dialogue.sans toute fois vous faire une leçons antérieur de l’histoire du Burkina,je voudrais tous simplement que ceux qui ont connu le Burkina dans les années 80 me disent si des actions n’ont pas ete mis en place pour que le Burkina ressemble au autres pays de l’Afrique ?
    cependant pour une bonne résolution du problème il faut que chaque burkinabé essaie de mieux dialoguer pour le maintient de ces action qui continuent nuit et jour dans le pays...

    Répondre à ce message

  • Le 26 septembre 2014 à 11:27, par ZOUOZOU 1er
    En réponse à : Dialogue entre majorité et opposition : A l’heure des préalables

    Le pouvoir de Blaise revient à de meilleurs sentiment en écartant la troupe de dodo (Herman, Maxime.......) du dialogue. A ce moment précis de notre histoire, le peuple réel n’a pas le temps pour plaisanter. A l’opposition, je vous demande d’ouvrir l’œil et le bon œil.
    On gagne et on gagne.

    Répondre à ce message

  • Le 26 septembre 2014 à 11:28, par sihda la sihda
    En réponse à : Dialogue entre majorité et opposition : A l’heure des préalables

    il faut que les burkinabé aussi essaient de bien vouloir apporter leurs pierre a cette initiative de notre très cher patrie pour une meilleure sortie car avec cette idée de notre président chacun dit savoir que après ces gars c ;est a nous de nous annoncer sur cette affaire qui ferra que maintenir la paix durable comme ne l’avions toujours vu dans ce pays...

    Répondre à ce message

  • Le 26 septembre 2014 à 11:47, par jeune conscient
    En réponse à : Dialogue entre majorité et opposition : A l’heure des préalables

    au dialogue on dira a ces gars d’envoyer chacun un pagne qui a la couleur de notre drapeau pour que chacun d’eu puisse mieux constituer le drapeau de notre cher partie.
    mais qu’ils sachent que nous on reste sur notre position de dialogue et disons non a toute autre chose qui pourra vraiment mettre ce pays dans ce qu’ils pensent alors soutenons le dialogue en envoyant aussi notre soutient.....vive le dialogue et le peuple souverain

    Répondre à ce message

  • Le 26 septembre 2014 à 12:01, par ouaga inter
    En réponse à : Dialogue entre majorité et opposition : A l’heure des préalables

    c’est cela que commence la négociation entre les hommes politique du Faso. car si certaines personnes qui ce sont faire des ennemies dans les rues de Ouagadougou et reviennent voir cela je pense bien que chacun doit savoir que la politique n’est une chose qu’il faut se laisser aller pour ne plus contrôler les esprits.cependant il faut que certaines personnes comme vous et moi mettions des choses en place pour éviter le pire a la nation...et aussi sachez que 1+1=2
    il faut que ces gars quitte pour laisser place a une nouvelle génération consciente.

    Répondre à ce message

  • Le 26 septembre 2014 à 12:02, par BF2015
    En réponse à : Dialogue entre majorité et opposition : A l’heure des préalables

    Je savais que tout ces cris que l’opposition faisait dans la rue n’était que
    du « blaguer tuer »,c’est comme s’ils ne voulaient pas croiser le président
    djaaa !!ils cherchaient des occasions pour avoir accès seulement au palais
    et se taire !!
    Le président Compaoré est un homme de paix et il sait a quel moment saisir
    l’ennemie !!Merci pour sont engagement a conduire le dialogue entre les partis
    politique.

    Répondre à ce message

  • Le 26 septembre 2014 à 12:09, par Bibèga
    En réponse à : Dialogue entre majorité et opposition : A l’heure des préalables

    Nous saluons vivement les hommes politique pour ce cadre de
    dialogue et notre souhait est qu’au sortir qu’ils aient un compromis
    favorable pour une sortie de crise apaisée qui permettra au pays
    d’avancer.

    Répondre à ce message

  • Le 26 septembre 2014 à 12:10, par Ted
    En réponse à : Dialogue entre majorité et opposition : A l’heure des préalables

    Blaise est-il en manque de médiation ? En tous cas, après cette sortie qui ne l’honore aucunement, c’est la question que beaucoup se posent. Qu’il finisse son chantier de médiation au Mali où il semble s’embourber (les maliens préfèrent la médiation algérienne) au lieu de nous divertir avec cette mise en scène pitoyable. Monsieur le Président, le problème actuel du Burkina c’est vous. Tout simplement par ce que, à l’issu de vos deux mandats que vous a donné la Constitution vous refusez de partir et vous trouvez que cette même constitution à laquelle vous avez adhéré en son temps pour être président est mal écrite. Tout ce que nous vous demandons c’est de nous dire "......chers compatriotes à l’issu de mes deux mandats autorisés par notre constitution, je me retire pour que d’autres valeureux fils de ce pays prennent mon relais......" Vous verrez alors qu’il ne se pose aucun problème politique dans notre chère patrie. Et vous libèrerez enfin votre otage, le CDP, qui pourra présenter un candidat aussi valeureux que vous aux prochaines élections.
    Mais, dommage.......!
    Dans tous les cas vous quitterez ce "trône" et l’histoire retiendra de vous un GRAND PRESIDENT qui a dû être obligé par la pression d’une partie de son peuple à quitter le pouvoir" dans le costume des petits présidents.

    Répondre à ce message

  • Le 26 septembre 2014 à 12:16, par Le Terrible
    En réponse à : Dialogue entre majorité et opposition : A l’heure des préalables

    Ils est temps que l’opposition abandonne ses vielles méthodes et
    accepte de dialoguer franchement pour l’intérêt du pays et non de
    leurs objectifs de boulimie du pouvoir.
    Si le président a accepter ce dialogue c’est juste pour l’amour qu’il
    a pour son peuple donc il faut que l’opposition accepte aussi de diluer son vin !!!

    Répondre à ce message

  • Le 26 septembre 2014 à 12:19, par la voie du peuple
    En réponse à : Dialogue entre majorité et opposition : A l’heure des préalables

    je pense bien le président a bien fait de laisser zep et assami discuter en trouver une solution sur cette affaire qui les rassemblent tous ensemble.
    et comme le président ne veut pas que ce soit entre les mains de certaines qui penserons le méchant voila pourquoi il souhaite que ce soit entre les mains de ces deux pour décider de l’avenir de la nation burkinabé,

    Répondre à ce message

  • Le 26 septembre 2014 à 12:21
    En réponse à : Dialogue entre majorité et opposition : A l’heure des préalables

    Je suis intimement convaincu que ce brumeux dialogue d’enfumage n’ira nulle part,il fera pschittttt d’ici quelques jours pour la simple raison que le camp d’en face est trop malhonnête.En effet après avoir gaspillé 1 milliard de FCFA dans un CCRP en 2011 dans l’espoir de voir ses vœux exaucés à savoir la modification de l’article 37,les participants malgré l’absence de la vraie opposition qui avait flairé l’arnaque,ces CCRPistes disais-je,avaient jugé utile par CONSENSUS de le laisser tel qu’il fut rédigé aussi par CONSENSUS le 11 avril 2000 lorsque les fesses de ces malhonnêtes chauffaient suite à l’assassinat crapuleux de Norbert Zongo.Mais comme ces gens ne se respectent pas à plus forte raison n’ont jamais respecté le peuple,ils reviennent à la charge avec un miniCCRPbis sous l’égide de leur marionnette JBO.N’étant pas à un déshonneur près,ces garibous des temps modernes avaient même osé quémander un lenga de 2 ans au cas où.Une fois de plus leur entourloupe n’a pas eu le temps de prospérer:ce fut un échec et un mât à leur plan machiavélique d’éternisation au pouvoir.Maintenant que 2015 n’est plus loin,ils rabattent leur dernière cartouche en faisant rentrer leur joker dans leur bal de faux culs,celui-là même à qui pourrait profiter le plus le crime(la violation de notre constitution).Nullement impressionnée et surtout dans son bon droit,la vraie opposition ne marchandera rien,c’est trop sûr même et donc ce dialogue de dupes tournera court.Il revient donc au camp des malhonnêtes de revenir enfin à la raison.En effet la loi est dure mais c’est la loi,qu’ils respectent enfin notre constitution.Ils sont là depuis 28 ans,ça suffit surtout qu’ils ont passé tout ce temps à clochardiser tout un peuple pour mieux le dompter avec des chinoiseries et des bols de riz gras lors de leurs différentes mascarades électorales.
    Non à un référendum au Faso sou Blaise Compaoré,non à la modification de l’article 37 et respect total à notre constitution.

    Répondre à ce message

  • Le 26 septembre 2014 à 12:29, par virus très virulent
    En réponse à : Dialogue entre majorité et opposition : A l’heure des préalables

    yeux ne fait pas travail mais yeux connait travail qui est difficile. les Blablas chacun connait son patron. Aujourd’hui que vous avez une entrevue avec le président vous oubliez vos camarades de route moi qui pensait qu’avec l’opposition personne ne serra ni oublié ni abandonné ni opprimé ! Cela était sens la connaitre petit entrevue avec le président on oubliez d’informer le mobilisateur de l’opposition, le CAR sans oublier le Balai et l’on prétend que l’on pourra mieux diriger. Mon œil oui

    Répondre à ce message

  • Le 26 septembre 2014 à 12:36
    En réponse à : Dialogue entre majorité et opposition : A l’heure des préalables

    Les ancêtres du pays des hommes intègre veille sur sont peuple ! Voila que soit disent nous élites commence à prendre conscience. Evitez de mètre le feu sur notre cher pays pauvre !

    Répondre à ce message

  • Le 26 septembre 2014 à 12:42
    En réponse à : Dialogue entre majorité et opposition : A l’heure des préalables

    Très sincèrement je ne sais pas ce que veut mon président en organisant cette histoire sans tête ni queue. J’ai hâte de voir ce qui va sortir de ce dialogue. Alors qu’il sait que lui et son CDP ne sont pas dans la légalité, il veut faire trainer les choses sciemment. Sinon sur quoi les deux camps vont-ils s’entendre ? Wait and see

    Répondre à ce message

  • Le 26 septembre 2014 à 13:06, par Ka
    En réponse à : Dialogue entre majorité et opposition : A l’heure des préalables

    Pas de doute c’est la réplique de la même situation nationale que celle du 13 décembre 1998, même si ce n’est pas un crime qui a été commis comme celui de Norbert zongo, la modification de l’article 37 et le referendum bidon sont au-dessus des crimes pour un Burkina qui tienne à son alternance politique : et dans les prochains jours, les rues auront leurs sauces comme ce fut le 15 décembre 1998, les élèves et les étudiants manifestaient par milliers dans les rues appuyer par le collectifs des organisations démocratique de masse et des partis politiques composé du mouvement des droits de l’homme et des peuples du(MBDHP), de la puissante confédération général du travail-Burkinabé (CGT-B) plus d’un groupe d’avocats, d’association des journalistes, de partis politique d’opposition et diverses autre organisations. Pendant un mois comme maintenant, une partie de bras de fer, ponctuée de journées de manifestation ou de grèves oppose le collectif au pouvoir, comme le front républicain d’Herman Yameogo à nos jours. Mais Mr. Blaise Compaoré sachant coupable et de trahison a son peuple, il décide avec son gouvernement d’accepter certains préalables des oppositionnels dont j’étais témoins : libération des personnes comme moi emprisonnées après les manifestations, et le levée des sanctions prises contres certaines personnes : réouverture des discutions et de dialogue comme ce 25 09. 14. Ce n’est qu’après le haussé de ton du conseil des sages notre référence de démocratie qui avaient les mêmes âges que Bila Compaoré le père de Blaise Compaoré, et qui avaient tranché le début en ces termes dans leur rapport du 30 juillet 1999 a la page 14, au titre des recommandations paragraphe2.2.2.2. : respectez les règles du jeu démocratique et accepter le principe de l’alternance politique tant au niveau des institution que des partis politiques, et dans leurs propositions de solution finale, à la page 16, au paragraphe 2.3.1, les sages ont demandé ceci : Revenir sur la modification de l’article 37 de la constitution et de réintroduire le principe de la limitation à deux mandats présidentiels consécutifs conforme à l’alinéa 164 alinéa 3 de la constitution qui touche a un point capitale pour notre jeune démocratie : le principe de l’alternance politique est rendu obligatoire par le texte constitutionnel de 1991. Tous ceux-ci ont été signé et accepter par le président Blaise Compaoré avec sa parole donné aux sages de quitter le pouvoir après ses deux mandats. A mon avis si le président a le courage d’ATT, ou le capitaine Ghanéen R.., ou fier d’un vrai Burkinabé fils de Bila Compaoré le courageux ancien combattant comme le mien, doit respecter sa parole et quitter le pouvoir pour une alternance apaisé au bonheur de la jeunesse intellectuel qui veut s’exprimer.

    Répondre à ce message

  • Le 26 septembre 2014 à 13:14, par Talato sidsayan
    En réponse à : Dialogue entre majorité et opposition : A l’heure des préalables

    Les mange-mil du front alimentaire de Hermann, de Ram, et de maxime ayant été écarté, la discussion peut être poursuivie dans la sérénité, car c’est véritablement eux les problèmes du Burkina. Pas le CDP. A chaque fois que le Burkina se retrouve face à son destin ; les Hermann trouvent le moyen d’embrouiller les cartes. Dans tous les cas cette façon de faire la politique du ventre ne pourra plus prospérer au Burkina. Je voudrais que Hermann ; Ram et Maxime chacun organise tour à tour un meeting de son parti à la maison du peuple pour mesurer l’importance qu’ils ont vis à vis des Burkinabè.

    Répondre à ce message

  • Le 26 septembre 2014 à 13:22
    En réponse à : Dialogue entre majorité et opposition : A l’heure des préalables

    de m’importe quoi ;1er rencontre rien de concret,2e rencontre toujour pareil si blaise n’a rien a dire qui’il laisse les gens tranquil et on s’aura comment faire.le 29 c’est pour sorti dit de n’importe quoi encore.ou allons-ns avec ces mascarade politique ?si c’est pas vraiment les approcher de lui pour essayer de les etudier a nouveau pour changer son plan d’attaque et vouloir les affaiblir de nouveau ?mais nous les assoiffe du changement resterons vigilant.du courage ZEPH tu es un model pour ns les jeune concients de ce pays donc allons jusqu’au bout et laisser les canards boiteux inconcients.

    Répondre à ce message

  • Le 26 septembre 2014 à 13:42, par ELKABOR
    En réponse à : Dialogue entre majorité et opposition : A l’heure des préalables

    Une chose est à saluer la mise à l’écart de Me Herman Yaméogo du Front républicain et de ces saprohytes comme l’amiral. L’histoire retiendra que l’ADF-RDA est de la mouvance présidentielle. Il n’y a pas à transiger sur la modification de l’Article 37.

    Répondre à ce message

  • Le 26 septembre 2014 à 14:15, par L’etalon
    En réponse à : Dialogue entre majorité et opposition : A l’heure des préalables

    De toute façons le dialogue est bon mais si l’opposition reste
    campé sur sa position,il faut que le président laisse les acteurs
    politique en appelant le peuple finalement au referendum pour
    départager ces politiciens.

    Répondre à ce message

  • Le 26 septembre 2014 à 14:24, par honneur 1er
    En réponse à : Dialogue entre majorité et opposition : A l’heure des préalables

    dialoguer pour trouver un meilleur consensus pour une sortie de crise très apaiser pour les burkinabés.
    le dialogue que initie le président du Faso est de savoir comment vont se tenir face aux différents problèmes qui pourrons se présenter au cas ou il ne sera au pouvoir.et ils doivent vraiment arriver a trouver une solution très rapidement.

    Répondre à ce message

  • Le 26 septembre 2014 à 15:03
    En réponse à : Dialogue entre majorité et opposition : A l’heure des préalables

    Je me demande si Blaise Compaoré est conscient du danger qu’il fait a notre chère patrie courir avec son projet scélérat de révision de la Constitution ! S’il en est conscient et persiste malgré tout dans l’erreur, que chacun apprécie et tire sa conclusion sur la nature et le caractère de l’homme. Pour son propre intérêt et celui de son clan, et en toute connaissance de cause, il décide persister dans l’erreur. "Vous me laissez modifier l’article 37 par voie parlementaire ou par referendum ou je mets le feu au pays". Cela fait penser a la logique de ces monstres hideux qui, sous le prétexte fallacieux d’agir selon les prescriptions des écritures saintes, commettent les crimes les plus abominables dans de nombreux pays avec des risques sérieux d’une troisième guerre mondiale.
    Tout citoyen burkinabè honnête, jouissant de toutes ses facultés et soucieux de l’avenir de notre cher pays a le droit, et surtout le devoir, de s’opposer fermement au projet insensé de modification de l’article 37 de notre loi fondamentale. Tous les burkinabè conscients doivent refuser que Blaise Compaoré et ses courtisans se saisissent de la main du peuple burkinabè épris de paix et de justice, pour "chercher leur serpent dans le buisson"

    Répondre à ce message

  • Le 26 septembre 2014 à 15:26, par BOSS
    En réponse à : Dialogue entre majorité et opposition : A l’heure des préalables

    Honte au Front Republicain

    Répondre à ce message

  • Le 26 septembre 2014 à 15:59, par Kamélé
    En réponse à : Dialogue entre majorité et opposition : A l’heure des préalables

    Non ! Messieurs les chefs des partis politiques de l’opposition. Ce cadre devait être présidé par Blaise lui-même. Sinon, il sait très bien que vous n’allez pas obtenir ce consensus. Ensuite il utilisera cela comme un argument pour dire à l’international : "voyez-vous, les 2 grands camps n’ont pas pu s’entendre, il faut poser la question au peuple". La majorité dira oui, il le faut et vous, qu’allez-vous dire ? Non pas de référendum. Je pense que vous devez discuter avec Blaise lui même en live avec ses amis de la majorité comme témoin oculaire et auditif. Vous savez mieux que moi, que cette « majorité » ne peut pas engager Blaise. C’est d’ailleurs pour cela que la médiation de Jean Baptiste a échoué. Il faut demander à ce que ce dernier cadre de concertation directe inter-burkinabè soit présidé par Blaise lui-même comme il l’a fait en RCI, au Mali, en Guinée, etc.

    Répondre à ce message

  • Le 26 septembre 2014 à 16:50, par l’ânge
    En réponse à : Dialogue entre majorité et opposition : A l’heure des préalables

    Dialogue entre majorité et l’opposition pour résoudre quel problème ? LE SEUL PROBLEME DES BURKINABE EST BLAISE COMPAORE. même si aujourd’hui Blaise décide de convoquer un référendum auquel il ne participera pas, la classe politique et l’ensemble des Burkinabè sont d’accord. qu’Il décide de ne plus se présenter et la crise finie. CRISE AU BURKINA = CANDIDATURE OU PROLONGEMENT DU MANDAT DE BLAISE EN 2015. Les autres CDPistes ne feront qu’une bouchée pour les ténors de l’OPOSITION.

    Répondre à ce message

  • Le 26 septembre 2014 à 18:35, par réciproque fausse
    En réponse à : Dialogue entre majorité et opposition : A l’heure des préalables

    La solution aux problèmes qui se passe actuellement au pays des hommes intègres c’est bien le président Compaore,si le président Compaore décide de partir on ne sait pas a quoi ressemblerai notre pays et il risque de tomber dans le chaos.

    Répondre à ce message

  • Le 26 septembre 2014 à 19:22, par Ernesto DJEDJE
    En réponse à : Dialogue entre majorité et opposition : A l’heure des préalables

    Dialoguer même jusqu’à la st glin glin ça vous regarde mais point de référendum ni de sénat avant 2015 et le 1er décembre 2015 blaise passe le flambeau de gré ou de force à une nouvelle équipe avec si besoin un sénat si le contexte le permet c’est tout point à la ligne...que les intestins fragiles commencent à s’habituer au goût du benga et du souma !!

    Répondre à ce message

  • Le 26 septembre 2014 à 19:46, par Neekre
    En réponse à : Dialogue entre majorité et opposition : A l’heure des préalables

    Tout ça : c’est bien ; Mais qu’attend la societe civile pour nous convier a une marche, La non revision de l’article 37 n’est pas negociable, Nous sommes prets,

    Répondre à ce message

  • Le 26 septembre 2014 à 20:04, par le panafricaniste
    En réponse à : Dialogue entre majorité et opposition : A l’heure des préalables

    l’avenir de notre très cher Burkina retiendra,que ceux qui ont commentés qui commentent et qui commenteront la situation politique nationale auront contribué au recul ou a l’avancée du pays.

    Répondre à ce message

  • Le 26 septembre 2014 à 20:10, par yamsoba
    En réponse à : ki viens o pouvoir par la kalache partira par la kalache

    le prealable doit être ceci : que blaise prête serment devant les chefs coutumiers et annonce au peuple qu’il respectera les accords issus de ce dialogue.

    Répondre à ce message

  • Le 26 septembre 2014 à 20:12, par gringo
    En réponse à : Dialogue entre majorité et opposition : A l’heure des préalables

    Un autre cadre de discussion qui n’apportera rien car le problème s’appelle Blaise Compaoré.
    Avant toute chose, il doit dire qu’il respecte la constitution et il n’y a plus de problème ; autrement que va-t-on discuter puisque l’opposition a déjà exprimé clairement sa position sur cette question.
    En 2015 au terme de son mandat Blaise s’en va et on n’a nul besoin de concertation puisque tout est déjà prévu dans la constitution.
    Ce nouveau cadre de discussion va encore compliquer la situation vu que Blaise lui aussi a donné des instructions à ses hommes. il n’en sortira rien sauf pour Blaise de dire à la fin que l’opposition refuse le dialogue.

    Répondre à ce message

  • Le 26 septembre 2014 à 21:59, par Le maitre
    En réponse à : Dialogue entre majorité et opposition : A l’heure des préalables

    L occasion est donnée à mon petit frere Me Gilbert de grandir sans Papa.Et tuer pour toujours l undd et son poltron de Me Herman.Vive Nam douda.

    Répondre à ce message

  • Le 27 septembre 2014 à 09:01, par Kamélé
    En réponse à : Dialogue entre majorité et opposition : A l’heure des préalables

    Réciproque fausse, avec un ou de "si" tout devient possible. s’il part on risque de tomber dans le chaos. S’il ne part pas aussi on risque de tomber dans le chaos. chacune de ces 2 propositions est vrai car le "si" réunit la condition pour que le reste soit vrai. Maintenant posons nous la question "S’il meurt brusquement aujourd’hui" qu’allons nous faire ? on risque de tomber dans le chaos ? c’est étonnant que dans un pays habité par plus de 14 millions d’hommes et de femmes intègres qu’il n’y a que 1/14.000.000 qui puisse gérer ce pays. Honte à nous tous.

    Répondre à ce message

  • Le 27 septembre 2014 à 09:06, par yirmoaga
    En réponse à : Dialogue entre majorité et opposition : A l’heure des préalables

    Si hermann et cie. Sont exclus., bravo et plein succes au dialogue’ mais sem bc doit se resoudre a accepter dire clairement sa non participation et souhaiter une trqnsition sans rancoeur. Inviter les acteurs a eviter le ko au bf. Etre le faiseur xe paix pojr sa patrie enfin. Souhaitons tous des conclusions transparentes et acceptqtion par sem bc.

    Répondre à ce message

  • Le 27 septembre 2014 à 12:16, par Le maitre
    En réponse à : Dialogue entre majorité et opposition : A l’heure des préalables

    Le president Compaoré et son camps sont acculés par le temps donc je crois que ce qui peut sauver ces messieurs c est un coup d état.et nous voilâ plongé dans un regimr d exception de 2 ans puis 5eme republique.Parcequ il n ya rien à negocier ici.Blaise sait que le cdp ne pese pas devant l opposition actuelle.donc il se cherche.

    Répondre à ce message

  • Le 28 septembre 2014 à 19:15, par Ka
    En réponse à : Dialogue entre majorité et opposition : A l’heure des préalables

    Mr. Blaise Compaoré j’y étais ce jour cruciale dont vos acolytes devant un parterre de sages et des journalistes, ont jurés en votre nom que vous respecterez votre serment constitutionnel, et quitter le pouvoir après vos deux mandats. Ce jour de 1999, vos acolytes dit membre du gouvernement, parti au pouvoir, avec comme porte-parole un président de l’assemblé nationale, ont confirmé votre parole avec foi et âme, que vous avez fait ce qu’il fallait faire, et avec serment, vous quitterez le pouvoir selon la lettre et l’esprit de l’article 37. Ce jour après la déclaration de la solution finale trancher par les sages à voir dans leur rapport à la page 16 au paragraphe2.3.1, les sages ont demandé ceci : ‘’’’’Revenir sur la modification de l’article 37 de la constitution et y réintroduire le principe de la limitation à deux mandats présidentiels consécutifs conforme à l’alinéa 164 alinéa 3 de la constitution qui touche un point à notre jeune démocratie, qui est le principe même de l’alternance politique rendu obligatoire par le texte constitutionnel de1991.’’’’’’’ Rappelez-vous Mr. Compaoré qu’au lendemain du rapport du conseil des sages tout le peuple de notre nation a salué l’homme fort du pays qui sait limités les dégâts par le biais des sages. Les sages qui avaient l’âge de votre père Bila Compaoré a salué au nom de votre père, ancien combattant valeureux et courageux, la tradition de notre continuité de coutume de respecter une parole donné aux anciens. Comme aujourd’hui 80% de votre gouvernement était divisé sur la situation, et la raison l’a emporté. Pour ma modeste personne de votre âge, je vous dit que le climat reste encore serein, et il vous faut profiter pour réfléchir deux fois, et faire la part des choses et respecter votre serment constitutionnel, de respecter nos institutions et de nos lois, surtout la parole donner aux sages notre référence de vieille démocratie qui a toujours été viable et efficace dans l’histoire de notre histoire d’Afrique, continent de tolérance et l’amour de son prochain. Mr. Compaoré ou est votre dignité d’être un fils du pays des hommes intègre ? Il fut le temps ou vous levez le point avec le capitaine Thomas Sankara en disant ‘’’la patrie ou la mort nous vaincrons’’’’ Vous êtes seule aujourd’hui avec une famille restreinte, vous ne pouvez pas vaincre. Ayons une même direction, et avançons ensemble pour un Burkina émergent, pour l’avenir de tous nos enfants et non seulement pour Djemila que vous pensez égoïstement. Pensez pour tout le peuple, ce qui est mieux pour le peuple, et non ce qui est mieux pour vous. Respectez votre serment constitutionnel, ce serment est la garanti du peuple pour sa démocratie. Mr. Compaoré Blaise, ce message n’est pas contre vous, au contraire, Je loue pour tout ce que vous et votre ancienne et bonne équipe ont fait en réalisant les 6 engagements de développement pour le Burkina selon le programme de l’élection présidentiel de 1998 et qui est visible : mais depuis 2006 la corruption à ciel ouvert détruise cet effort fourni par une bonne équipe avec des bonnes idées concrètes. Ne laissez pas votre conscience guidé dans les mois à venir par l’opinion nationale et internationale, qui sera fatale pour le Burkina que nous aimons tous car votre destin sera jugé autrement.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés