Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Aucune cause juste ne peut être servie par la terreur. Kofi Annan» 

Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

Accueil > Actualités > Politique • • mardi 16 septembre 2014 à 23h16min
Situation politique nationale : Les jeunes juristes  répondent  à Achille Tapsoba

Dans la déclaration ci-après, l’Association des Jeunes Juristes pour la Défense de l’Etat de Droit (A.J.J-Etat de Droit) répond à l’appel du député Achille Tapsoba qui a exhorté le Président du Faso à user de ses prérogatives pour consulter le peuple par référendum sur la révision de l’article 37 de la Constitution.

DECLARATION DE L’ASSOCIATION DES JEUNES JURISTES POUR LA DEFENSE DE L’ETAT DE DROIT (A.J.J-Etat de Droit) No.002

Après la conférence de presse annonçant la création de l’Association des Jeunes Juristes pour la défense de l’Etat de droit (A.J.J-Etat de Droit), tenu le 21 août 2014 au Centre National de Presse Norbert Zongo, Nous, membres, défendant l’Etat de droit, sommes interpellés à réagir sur toutes questions compromettant la règle de droit fondement de la IVème République.

Avant de répondre à l’appel de l’honorable député Achille Tapsoba et Autres, adressé au Président du Faso d’user de ses prérogatives pour consulter le peuple, il sied de savoir que tout projet ou proposition de révision de l’article 37 est anticonstitutionnel et constitue une fraude à la constitution. Au motif que l’objet de la modification est proscrit par l’article 168 al. 1 de la constitution du 2 juin 1991.

Par définition, la règle de droit à un caractère impersonnelle et générale c’est-à-dire une nature objective et non subjective. Dans le cas espèce, l’objet de la révision est subjectif et non objectif. Par conséquent elle vise un intérêt personnel et non général.
En plus, la clause limitative de l’article 37 ne concerne qu’une seule personne à qui sa modification profite. Ajouté à cela, la décision du Conseil Constitutionnel du 14 octobre 2005 dans l’affaire candidature de Blaise Compaoré. En substance la Cour avait différé l’application effective de l’article en 2015. Donc, sa modification aura pour conséquence d’écarter la décision qui constitue déjà une jurisprudence.
En conclusion, il serait anticonstitutionnel toute tentative de révision de l’article 37(voir ANTIDEMOCRATIQUE) visant à installer un pouvoir personnel.

La réponse à l’Appel adressé au Président du Faso et au gouvernement afin que ceux-ci usent de leurs prérogatives en la matière (bimensuel le courrier confidentiel), Nous, membres de l’A.J.J-Etat de Droit admettons l’hypothèse que s’il était possible de réviser l’article 37. A cet effet plusieurs questions mériteraient d’être posées à savoir :
Quelles sont les conditions de révision de la constitution ?
Quelles sont ceux qui ont un droit d’initiative de révision ?
Qui sont les modalités de révision ?

Pour la première question, il y a deux conditions obligatoires : le respect de la forme et du fond.
-  La forme c’est la procédure recommandée
-  Le fond ce sont les dispositions susceptibles de révision.
Dans le cas d’espèce, c’est le titre xv de notre constitution du 2 juin 1991 qui prévoit sa révision. Ainsi la condition de forme est inscrit à l’article 163 et du fond à l’article 165.

Quant à la seconde question il s’agit de ceux que la constitution octroi un droit d’introduire un projet de révision ou une proposition de révision et c’est ce qui est évoqué à l’article161.

Enfin, pour la troisième question elle concerne soit la voie d’adoption de la loi par les représentants du peuple (Assemblée Nationale) ou la voie de la consultation populaire (référendum) posée à l’article 164.

Honorable député et autres, vous êtes dans une inégalité totale car la constitution du 2 juin 1991 ne reconnait la procédure utilisée. En tant que député, la constitution vous donne un droit d’initiative à travers une proposition de révision mais à condition d’obtenir la majorité des ¾ des députés.

Outre ce principe, il y aura une violation de la procédure de révision posée à l’article 163 qui dispose « le projet de révision est, dans tous les cas, soumis au préalable à l’appréciation de l’Assemblée Nationale ».

En plus, en ce qui concerne l’article 7 de la loi 001/97/ADP du 23 janvier 1997 fixant les conditions de mise en œuvre de la procédure de révision de la constitution qui dispose : « Toutefois, le projet peut être soumis au référendum indépendamment de toute saisine de l’assemblée », est INCONSTITUTIONNEL. Au motif que la norme inférieure ne déroge à la norme supérieure. Elle viole l’article 163 de la constitution en vertu de la hiérarchie des normes qui dispose : « le projet de révision est dans tous les cas soumis au préalable à l’appréciation de l’Assemblée Nationale ».

D’où le contrôle de constitutionnalité à l’article 155. Ce qui signifie qu’une telle loi doit être retirée (cf. revue burkinabé de droit, Pr Amidou Garane)
A cela s’ajoute, les engagements internationaux auxquels le Burkina Faso est partie. Notamment la Charte africaine de la démocratie des élections et de la gouvernance ratifiée en 2010.En son article 10 que le référendum est conditionné par un consensus national préalable.

En définitive, cet appel n’a aucun fondement juridique et constitue des manœuvres pour violer la constitution du 2 juin 1991 assorti d’un référendum sur la base d’un consensus national préalable.
Nous, membres de l’A.J.J-Etat de Droit interpellons le peuple burkinabé à la vigilance et à la mobilisation pour défendre l’Etat de Droit au Burkina Faso.

QUE DIEU BENISSE LE BURKINA FASO.

RIGUEUR - TRANSPARENCE - EGALITE

Pour A.J.J-Etat de Droit
Le Président
Bayala Sylvain
Tel : 78186000/71146592

Vos commentaires

  • Le 16 septembre 2014 à 16:45 En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    hum, barga biiiiiiga, reveille toi ,car ton heure a sonné. Qui dit mieux ? Quand pense nos Pr constitutionnaliste agrégé de CAMES ?

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre 2014 à 16:59, par le 15 octobre 1987 vers 16h En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    La Patrie ou la Mort,il périront !!! Leur échec sera éclatant.....wait and see...

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre 2014 à 17:00 En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    Hummm donc tout le monde guette le gars là quoi tchiéééé ad siid kaa naana koué wayiiiiiii c’est ça vraiment on dit ad wend san bass fo raaré foo tchiim bala..wend naa songdoo

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre 2014 à 17:14, par JOJO En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    merci pour cette réponse. Je pense que ces gens du CDP pensent que tout leur est permit dans ce pays. Si non, ils savent mieux que quiconque que ce qu’ils veulent faire est totalement anti constitutionnel. Ces gens là prétendent être les représentants du peuple mais je pense qu’ils sont tout simplement les représentants de leurs tubes digestifs.
    Soyons vigilants les frères et barrons tout chemin qui mène au sacrifice de ce beau pays !

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre 2014 à 17:17, par L’etalon Enragé En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    Grand merci à vous, Jeunes Juristes du Faso pour cet éclairage. Quant aux militants et cadres du CDP et de la mouvance qui ont vendu leur âme au diable, ils peuvent toujours se ressaisir et le peuple vrai du Faso va leur pardonner. Mais s’ils continuent dans leur diabolisation, même leurs familles ne pourront pas les reconnaitre avec le temps. Comment on peut être prêt à tout, même vendre son âme au diable à cause de son ventre ? Si le CDP et ses mouvanciers sont dans l’impossibilité de se trouver un candidat autre que Blaise Compaoré pour les élections de 2015, alors qu’ils disparaissent à jamais et laisser le peuple tranquille. C’est quelle honte ça ; tout un mégaparti, de surcroit au pouvoir, incapable de se trouver un candidat. Même Achille Tapsoba peut être le candidat du CDP, il y a aussi Alain Yoda et les autres. Il faut qu’ils cessent de nous taper sur le système. S’ils sont incapables, est ce la faute du vaillant peuple du Faso ?

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre 2014 à 17:20, par 0 En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    J’adore le droit

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre 2014 à 17:22, par azato En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    Le député Achille Tapsoba est du Grand MPP !!! c est une attaque contre le CDP et du courage !!

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre 2014 à 17:28, par les bienfaits de l’école En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    Vous comprenez maintenant pourquoi on vous dit que l’école est bon là ?Avis aux constipés intellectuels (franklin nyamsi mamadou djibo et autres gougnafiers bougdandouilles et assimilés tels les traoré kan qui nous pompent l’air actuellement là vous payer les conséquences d’avoir fait l’école buissonnière...vous voyez maintenant qu’il n’ya rien dans chasser margouillat et voler mangues et karités dans les champs ?la preuve vous êtes toujours obligé de vous ridiculiser à l’infini pour remplir vos panses Pas besoin de vociférer piailler aboyer intimider menacer (en disant que c’est nous on a des armes etc) il suffit juste de vous conformer à la loi et puis c’est tout

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre 2014 à 17:33, par d8d8 En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    n’importe quoi , droit , le referendum c’est ça le droit le peuple est supérieur à toutes les normes quelqu’en soit leur éditeur vous devez sans doutes le savoir

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre 2014 à 17:40 En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    très bien dit les amis.
    le peuple attend le CDP au dernier virage.

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre 2014 à 17:47, par jackmani En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    Un texte dénué de sens ! que du verbiage ! soit une chose est permis par la lois soit non. Il n’est pas question de dire oui mais il faut.... D’ailleurs..... Je pense que quand on appel quelqu’un a respecté la constitution c’est que nous la respectons déjà. La stipule que le peuple à le pouvoir de décision sur tout c’est dans ce sens que la décision du peuple prévaut sur la loi. Cela n’est plus un secret de polichinelle M Kaboré la reconnu sur Africa 24 le référendum est permis par la constitution. Donc les jeunes allez y a vos biberons

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre 2014 à 17:50, par ya woto En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    @d8d8 la fille du capo jojo le lapin et tous les mendiants larmoyants qui ont reçu des ordi cadeau avec pour mission de dormir sur les claviers afin de polluer les foras ici on débat d’idées à idées si vous avez parmi vous quelqu’un qui est allez assez loin à l’école (je ne parle pas des bac-10 la hein) les perroquets n’ont pas leur place ici donc pas peine de venir nous "emmerder" avec vos refrains démodés là

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre 2014 à 17:53 En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    Merci Mr BAYALA pour votre démonstration magistrale et que Le Seigneur vous bénisse. Vous savez que certains députés ont enterré depuis longtemps le droit ou la loi place aux affaires privées au clientélisme électoral ou au griotisme politique.
    En quoi le maintien au pouvoir à vie d’une seule personne après 28 ans sans partage ou d’un clan peut-il être UNE QUESTION D’INTÉRÊT NATIONAL au point de vouloir tromper le pauvre peuple avec un faux referendum inutile et budgétivore ? Juridiquement et moralement le referendum est un faux débat qui ne tient pas constitutionnellement la route. Nous sommes mobilisés et déterminés contre ce projet inutile et budgétivore. Cette constitution ne sera jamais modifiée pour protéger les intérêts égoïstes d’un clan.

    1-Le Burkina n’a pas besoin de referendum mais a besoin des hôpitaux des équipements médicaux et des dispensaires pour se bien soigner : ça c’est un intérêt national.
    2- Le Burkina n’a pas besoin de referendum mais a besoin des amphis des bibliothèques et des restaurants universitaires pour ces étudiants pour bien étudier : ça c’est un intérêt national
    3-Le Burkina n’a pas besoin de referendum mais a besoin du travail pour ces millions de jeunes sans emploi pour sortir de misère permanente : ça c’est un intérêt national.
    4-Le Burkina n’a pas besoin de referendum mais a besoin des écoles pour ces millions d’enfants qui ne connaissent pas le chemin de l’école : ça c’est un intérêt national.
    5-Le Burkina n’a pas besoin de referendum mais a besoin des équipements agricoles pour les paysans extrêmement pauvres pour accroitre leurs rendements : ça c’est un intérêt national
    6-Le Burkina n’a pas besoin de referendum mais a besoin des routes bitumées pour se développer : ça c’est un intérêt national
    7-Le Burkina n’a pas besoin de referendum mais a besoin d’une justice indépendante pour statuer sur les crimes de sang et économiques : ça c’est un intérêt national
    C’EST CA QUI EST LA VÉRITÉ.

    QUE LE SEIGNEUR BÉNISSE LE BURKINA. AMEN
    PAIX ET JOIE A TOUS LES BURKINABÉS. AMEN
    NON AU SÉNAT.
    NON A LA RÉVISION DE l’A37
    VIVE LE PEUPLE BURKINABÉ
    VIVE LA DÉMOCRATIE A 2 MANDATS
    VIVE L’ALTERNANCE 2015

    ACHILLE TAPSOBA LE BOBOLAIS
    Partisan inconditionnel de l’alternance

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre 2014 à 17:58, par fofana drissa En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    ça sent le boilot linéaire , nul aucune analyse ,juste des recitations d’expressions utilisées dans les TD de TGO et de droit constitutionnel de première année , ouvrez un peu vos esprit de donne moi ce que je t’ai rendu

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre 2014 à 18:03, par Ka En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    Merci les jeunes de vous réveiller comme en 1966, vous êtes l’avenir du Burkina du 21e siècle. Réviser l’article 37 a la porte de l’élection présidentiel avec la promesse du président Blaise Compaoré de respecter sa lettre et son l’esprit qui interdit un président du Faso de briguer 3 mandats présidentiel consécutifs sera un tripatouillage d’un article de loi. Mr. Blaise Compaoré n’a aucun choix que de respecter notre constitution et ses lois. Passer outre les prescriptions de l’article 37 ou le referendum avec le risque d’un désaveu populaire qui sera un suicide pour notre pays.

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre 2014 à 18:06, par Ka En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    Merci les jeunes de vous réveiller comme en 1966, vous êtes l’avenir du Burkina du 21e siècle. Réviser l’article 37 a la porte de l’élection présidentiel avec la promesse du président Blaise Compaoré de respecter sa lettre et son l’esprit qui interdit un président du Faso de briguer 3 mandats présidentiel consécutifs sera un tripatouillage d’un article de loi. Mr. Blaise Compaoré n’a aucun choix que de respecter notre constitution et ses lois. Passer outre les prescriptions de l’article 37 ou le referendum avec le risque d’un désaveu populaire qui sera un suicide pour notre pays.

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre 2014 à 18:17, par fils du pays En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    Vous savez tout les deputes du CDP sont des ( yes man de blaise compaore ). Etre un vrais democrate c’est pouvoir dire a ton parti sans rien craindre. Ils ont tous peur de perdre leur poste.

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre 2014 à 18:28, par réciproque fausse En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    Voila encore des gens qui n’ont rien compris du tout,on ne se lève pas comme ça parce qu’on a étudier le droit et que j’ai raté 5 fois ma licence pour venir nous montrer le chemin a suivre,vous savez bien que vous êtes mal placés pour donner des leçons a qui que ce soit ici !!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre 2014 à 18:31, par moimeme En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    Quand on parle du peuple, a qui on fait référence ? Aux habitants de ouaga et Bobo ? Quelques poignées d’éclairés et des intellectuels aux cols blancs. Je suis sur que le Burkinabé lambda ne s’intéresse guère à ces guerres d’ego. Toute la classe politique a passé tout son temps a abusé du peuple et aujourd’hui les gens se méfient de tout politicien (majorité comme opposition). Les mea-culpa ne changeront rien. Dites moi, Blaise compaoré, Salif DIALLO, Roch, Simon, Zeph, Bado, Sara seremé, Sankara, Ablassé... a qui ce peuple peut croire encore : des gars qui ont sucé le sang du peuple, tous des hypocrites et certains s’en sorte avec des milliards impunis... Depuis 1991, si mon peuple avait été bien éduqué, on en serait plus là pour faire ces débats inutiles. Bande de parvenus.Dieu vous voit. Même cette alternance pronée (2015) est loin d’être une alternative. même pipe même tabac

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre 2014 à 18:31, par Le Guetteur En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    Vous faites honneur au Droit et à la Nation à travers votre analyse critique.
    je vous remercie et je vous encourage et tenir bon et à garder la lampe allumée.
    la lutte continue.

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre 2014 à 18:44, par Le Fatotchiè En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    Merci pour cet appel ; membres de l’AJJ Etat de Droit soyez rassurés de tout notre engagement à défendre l’État de droit au Burkina Faso, par tous les moyens légaux et cela,même aux pris de notre vie !

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre 2014 à 18:47, par Koumbem Tipousga En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    Merci mes frères et soeurs. Ils sont victimes de leur propres turpitudes de 2005. La non rétroactivité. Ils avaient oublié que la boulimie du pouvoir n’allait pas s’arreter en 2015. La jurisprudence à mon sens seule suffit à barrer la voie au président Blaise de se representer. Mais qui sait, le juriste qui est venu au Togo avec son chien pour manipuler la constition aux fins de faire passer Faure pourrait venir à la rescousse. Restons vigilants et merci encore. Le droit et rien que le droit. Personne ne dira que vous êtes partisans.

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre 2014 à 18:47, par DA En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    Depuis la diaspora je suis fier de ma patrie. Cette jeunesse intègre du Faso redonnera au pays une fois de plus la fierté d’être burkinabè car la longue lutte des nations africaines contre les tripatouillage constitutionnelles connaitra son couronnement au Faso. Et cette lutte nous allons la gagner en 2015. Un belle exemple de bravoure et d’amour pour sa patrie. Nous on a pas pétrole, pas de diamant, pas de mer mais je vous assure les gas nous seront la vitrine de toute la jeunesse africaine qui souffre de cette mal gouvernance depuis les indépendances. Bon courage à tous. Comme le dit bien nos frères ivoiriens "Demain n’est pas loin". Bark Wende.

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre 2014 à 18:48, par entre juge et parti En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    Il ne faut pas nous embrouiller avec ces débats politique,nous sommes dans un Etat de droit et ce qu’on sait est que le référendum est inscrit dans notre constitution et que le président peut tout naturellement user de ces prérogatives constitutionnelles pour convoque le dit référendum.voila un point c’est tout !!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre 2014 à 18:51, par Arnaud parqueu En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    ah c’est bien analyser par des jeunes étudiants surtout en droit,et aussi je peux même dit qu’ils connaissent mieux les biens fondes de la constitution,car a ne même jeter pas un coup d’œil sur l’article je me suis dit que ces jeunes ont un message très constitutionnel qui pourra au moins sortir les burkinabé dans l’ignorance politique.

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre 2014 à 18:59, par poil de mouton En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    On a pas besoin d’aller a la Sorbonne pour comprendre certaines choses,tout ce qu’on sait est que la loi donne l’autorisation au président du Faso de convoquer un référendum,et je suis sûr que vous aussi pensez la même chose que moi donc il ne faut pas que l’on fatigue,allons vite au référendum vite et bien fait.

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre 2014 à 19:02, par Mandela En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    Mon cher honorable Achile Tapsoba ne CONNAIT même la LOI du Burkina Faso.
    Shame on you Achile. You are fired...by the youth lowyers...

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre 2014 à 19:07, par la mer dans verre En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    en plus des Etudiants en droit qui ne connaissent vraiment rien dans la constitution et ses bien fondes.je pense que ce serais intéressant de bien vouloir dire a ces Pr qui vous dispense des cours de droit de faire preuve de connaissent sinon vous ne valez rien du tout dans ce pays.le référendum est une chose bien inscrit dans la constitution de notre pays et je ne comprend pas comment des jeunes comme vous pouvez vous accorder cette idées de dire du n’importe quoi sur internet,
    mais nous on comprend,très nuls ces étudiants a l’université de Ouagadougou surtout ceux qui sont en droit.

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre 2014 à 19:08, par l’amazone En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    oh !!!mais on est foutu dans cette république,c’est scrogneugneux tout ceci.ALLER VOUS FAIRE FOUTRE AVEC VOTRE ASSOCIATION !!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre 2014 à 19:10, par le clasheur En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    Ya woto c’est avec intérêt que j’ai lu votre commentaire aussi lapidaire,confus,touffus que nauséabonde,mais laissez moi vous dire que j’ai failli vomi en vous lisant,une médiocre analyse qui ne peut provenir sûrement d’un médiocre petit bout homme,vous ne voyez donc pas plus que votre nez ? tu est tellement vilain que ta photo na pas le droit d’être.

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre 2014 à 19:13, par Sharonne En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    Appel au referendum ne veut pas dire que la loi ne vas pas passer d’abord sur la table de l’assemblée Nationale donc l’honorable Achille est dans son droit ! que vous voulez ou pas il y’aura referendum !!!

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre 2014 à 19:17, par la fille du capo En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    monsieur ya woto ou je ne sait quoi,sache que les injures sont le tout dernier recours a une personne qui manque d’argument et vu la porté de ce que tu viens de dire je trouve qu’il n’est pas nécessaire que je débat avec toi tant tu est aussi borné qu’une parcelle.Cependant je te confie de retourner vites sur les bancs car je ne crois pas qu’a cette allure tu ne fera qu’exister sur cette terre.

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre 2014 à 19:24, par Tanzanian En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    Question fondamentale : Ya t il un peuple ou Burkina ou une population Burkinabe ? Tout le monde parle de peuple, ne confondons pas people et populations. La reponse a cette question permettra d’envisager l’avenir du Burkina. Tout le monde dit le people veut, demandons l’avis du people ? Qu’est-ce-Qu’Appelle people Burkinabe et population Burkinabe et nation Burkinabe ?

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre 2014 à 19:29, par Ernesto DJEDJE En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    Je ne vois pas ce qui manque a ce problème pour qu’il soit d’une question d’intérêt nationale,tant on le sait bien que le dit fait qui oppose les deux camps aujourd’hui intéresse plus de 3 personne sur 4 Burkina et c’est ce qui fait de ça une question d’intérêt nationale !!!!donc arrêtons les longs discours et gagnons en temps en allant au référendum,on te demande pas d’aller voter oui,on te demande d’aller faire ton choix,d’être en phase avec ta conscience et c’est très important dans la vie.

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre 2014 à 19:40, par cogito ergo sum En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    C’est ce qu’on appelle du bavardage inutile vous nous apprenez rien du tout par cet article,le citoyen lambda sait seulement que le référendum se trouve dans la constitution et a le droit de convoquer le peuple dans les urnes ce sont ces droit qu’est ce que ça peut bien faire,on ne confisque pas le droit d’une personne encore moins d’un président de ce genre,vous pouvez aller voter non mais ce que vous ne pouvez pas faire c’est de refuser le référendum,les loi sont immuables le disait un auteur anonyme,vous pouvez les constater mais vous ne pouvez pas les contester.

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre 2014 à 19:40, par pipo En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    Blaise peut user de ses prérogative pour démissionner. Il est libre même de se jeter dans un puits. Pourquoi il ne le fait pas. C’est pas tout ce qui est faisable qu’on fait.Je dis ça par ce que votre argument se résume aujourd’hui à "le referendum est permis" et l’intérêt national est où ? En tout cas l’article 37 ne me concerne pas celui qui est concerné c’est BLAISE et lui seul sur ,les 17 millions de burkinabè.Si vous vous sentez concerné Par ce que papa, tonton ou tantie mange grâce à lui c’est votre problème.

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre 2014 à 19:42, par affairée.com En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    @réciproque fausse le gourou des mendiants larmoyant alias le claschieur alias jojo le lapin alias tous les pseudos stupides comme ta petite personne déjà si tu sais lire avec ton niveau bac-10 je dis bravo aux initiateurs des écoles ban-taré pour cet exploit formidable ensuite on n’est pas là pour refaire l’éducation des ratés sociaux comme toi enfin il ya une rubrique portraits où tu peux aller voir pleins de photos et accessoirement si j’y suis..allez ouste vas te recoucher sur ton clavier

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre 2014 à 19:42, par SIDNOOMA En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    Ceux ci pense que c’est seulement Bobo et Ouaga qui desapprouvent le projet de referendum ont completement tort ! allez à Manga, à Djibo, ou encore à N’dorola vous comprendrez que c’est pratiquement toute la population qui desapprouve ce projet mafieux et égoïste. Comme quoi la routine est dégradante. il nous faut du sang neuf. Entre vous et moi qui veut porter le même habit durant cinq mois ? C’est pour dire l’usure atteind le plus souvent les long règnes.

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre 2014 à 19:42, par avion dans sac En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    cette jeunesse doit penser a eux avant de dire du n’importe quoi sur le réseaux,juste un petit rappel ces grands que vous estimer autant,ils ont tous ete dans le gouvernement depuis une dizaine d’années et ont bien voler l’argent du pays.
    la seule question que je peux vous poser a vous la jeunesse,entre ces gars qui a une fois essayer de planter un arbre a quelque part pour que un de ces jours vous vous reposiez un de ses jours sous....
    répondez et vous verrez que ce n’est que des sales vieux tous.

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre 2014 à 19:49, par Filsdupays En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    J’encourage ce genre d’initiative et merci les jeunes juristes. Car avec la volonté et un peu du courage on arrive à soulever les montagnes. Ce qui est bon de savoir, c’est que ceux qui demandent à notre PF de se prononcer ont une bonne maîtrise du droit. Ils ont aussi des moyens pour payer des experts afin de les éclairer. Seulement ce qui est écrit demeure bêtement comme tel même durant des années. Les "referendumistes" ont besoin de justifier leur loyauté envers leur chef. Car se taire dans un climat politique délétère comme le nôtre peut être sujet à des suspicions. M. Blaise attendait un acte courageux de leur part mais il se trouve que tout leurs projets se butent aux murmures de la majorité silencieuse. Quoi et comment faire ? Il faut donc renvoyer la balle à l’envoyeur en lui disant ceci ; "Voyez-vous vous-même. On a tout tenté mais ça ne semble pas nous réussir, Dit aussi quelque chose et peut-être que ça ira mieux" Mais ce qu’ils ignorent c’est que tout le monde attend ce moment. Car d’aucuns dit "Blaise est très intelligent et il ne va pas accepter précipiter son peuple dans le gouffre" d’autres par contre dit" il faut qu’il accepte rebeloter * sinon c’est foutu pour nos projets" :
    Tout ce qui est sûr c’est que l’année 2015 avance à grand pas et tout le monde s’inquiète du lendemain. La seule alternative qui me reste à moi c’est de prier qu’enfin le saut de 2015 soit moins douloureux.

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre 2014 à 19:51 En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    Merci et du courage les jeunes juristes.

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre 2014 à 19:53, par l’investisseur En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    rien que la honte ces jeunes Etudiants.si vous n’avez pas encore de bourse pour aller vous former ailleurs c’est a cause de certaines personnes qui ont eu a ete une fois a la tête de ce pays et qui sont today des opposant(mon œil)qui ont couper cela sous vos pied.
    encore a vos place je lutterais a ce que ces bourses reviennent pour permettre a l’Étudiant d’être au niveau de ces analyses.

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre 2014 à 20:08, par elkab En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    Bonjour a tous chers internautes. C’est bien tout ce que vous dites.Bien beau comme reaction.
    Mais le hic, qui d’entre vous detiens sa carte d’electeur ??Tres peu j’en suis sure.
    Et c’est la que le pouvoir de Blaise C. exploite. Il n’ ya que des paysans et nos mamans qui detiennent ce document precieux qui est plus important pour le pouvoir.
    Donc vous dire que, quelques soient vos idees et argumentaires ou autre coup de gueule, desole mais ca ne changera rien du tout pendant les elections.
    PENSONS Y.

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre 2014 à 20:10, par salut du peuple !!!!! En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    On sait bien qu’il y’a des gens qui n’aimes pas le président du Faso tout comme c’est naturelle de boire de l’eau pour survivre,on ne peut pas plaire a tout le monde.Mais seulement sachez que vous qui n’aimez pas le président c’est parce que vous ne savez pas ce qu’il représente pour notre pays,il est hommes idéal qu’il faut a la nation,pourquoi prendre le risque de changer une équipe qui gagne juste pour le plaisir de quelques individus ?ça ne marche pas de cette manière là et il faudra que nous faisions un effort de réflexion pour n’est pas avoir a regretter notre acte.

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre 2014 à 20:25, par despérado En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    tout sa cè trop gros comme parole. Soyons concret et laissons le peuple s’exprimer !
    comme on le dit seuls les juristes sont les fossoyeurs du droit comme on l’a constaté tout récemment en Afrique du Sud ! vite le référendum et kon en finisse

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre 2014 à 20:32, par Heyi ! En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    Chère association, je voudrais que vous me dites si le SENAT est dans notre constitution ou pas. Qu’en est-il de sa mise en place ? Est ce constitutionnel ou non de ne pas le mettre en place. Si Blaise meurt aujourd’hui on fait comment ? C’est comme ça que vous allez transformer le Monsieur là en Bob SANA (Avec tous mes respects pour Bob). C’est-à-dire qu’à force de le dénigrer beaucoup de gens vont l’aimer encore davantage. Faites attention !!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre 2014 à 20:33, par bogandé En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    Pas de refrendum.

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre 2014 à 20:34, par Bibèga En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    Mr Bayala,aucune analyse a votre article,c’est juste des couper-coller
    du cours que vous avez fait.Cela ne ressemble pas aux écrits d’un juriste
    ce veut dire que même un écolier peut le faire.Si on vous paye pour
    produire des bêtises comme celle ci c’est une perte.

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre 2014 à 20:46, par oued En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    CDP CDP fouter nous la paix avec ca. les gens ont des problème de survie ici. Vous avez de quoi manger C est pourquoi vous les réponder ;

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre 2014 à 20:50, par Yam En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    Propre vs avez administré une deculoté au CDP suis fier de vs mes jeunes freres

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre 2014 à 20:50, par PRESIDENT FONDATEUR En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    Vous comprenez pourquoi ce pouvoir depuis 28 ans refuse de mettre en œuvre de vrai politique en matière d’education. Ces jeunes juristes ont apporté avec preuve à l’appui et dans un langage accessible que cette aventure initiée par les députés de la majorité ne repose sur aucune base légale. Félicitation les jeunes juristes de la génération consciente.

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre 2014 à 21:03, par ABLID En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    Je pense qu’il faut tout simplement participer au débat de façon responsable sans injure, dans le respect de l’autre.
    Si quelqu’un estime qu’ils sont dans la brousse je pense humblement qu’il faut les éclairer !
    Arrêter les injures car c’est l’expression extérieure de l’immaturité, de la faiblesse d’esprit, de manque d’un équilibre intellectuel, de carence de matière grise etc.
    Quand on a rien à dire, faut dire que maman dort !!!!
    Moi même je vais créer Association !
    Association Burkinabè de Lutte contre les Injures dans les Débats (ABLID) !
    Vous êtes tous convoqués à l’assemblée générale constitutive !!!

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre 2014 à 21:04, par un retraite En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    Merci jeunes juristes conscients et clairvoyants. Sur le plan juridique le referundum pour la modifier l’A37 est anti-constitutionnel, antidemocratique, illégitime, inoportun, inutile, impopulaire et claniste

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre 2014 à 21:10, par PRESIDENT FONDATEUR En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    Vous comprenez pourquoi ce pouvoir depuis 28 ans refuse de mettre en œuvre de vrai politique en matière d’education. Ces jeunes juristes ont apporté avec preuve à l’appui et dans un langage accessible que cette aventure initiée par les députés de la majorité ne repose sur aucune base légale. Félicitation les jeunes juristes de la génération consciente.

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre 2014 à 21:16, par l’espérance En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    Voilà une analyse partisane. Au delà de toutes les institutions existe un pouvoir souverain celui du peuple qui modifie les lois en son gré. Aussi un Président qui desire se présenter devant ses électeurs n’est pas une violation des droits de l’homme et la non limitation de mandat présidentiel n’est pas antidémocratique, vous avez l’exemple de l’Angleterre, l’Allemagne, l’Espagne, Guinée Équatorial, Cameroun, ......

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre 2014 à 21:19, par BF2015 En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    Vous êtes très mal placé pour répondre a ce monsieur les gars !!
    Donc ne venez pas distraire le peuple avec ces genres d’articles qui
    n’apporterons rien au débat actuel.Ce n’est pas parce qu’on n’est juriste
    qu’on doit se mettre a réciter des passages de la constitution sans aucune
    analyse pertinente.Nous avons plus besoin d’analyse et de propositions concrètes
    que de verbiages inutiles.

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre 2014 à 21:19, par l’espérance En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    Roch lui même avait reconnu sur Africa24 que le debat su l’article 37 n’est pas juridique mais une question de morale donc juridiquement modifiable.

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre 2014 à 21:20, par l’espérance En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    Roch lui même avait reconnu sur Africa24 que le debat su l’article 37 n’est pas juridique mais une question de morale donc juridiquement modifiable.

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre 2014 à 21:24, par Le maitre En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    Quand c est le pr Ibriga..Michel . ou Loada.on pense que c est l opposition qui parle.Maintenant que c est des jeunes juristes qui s en mellent...D ailleurs les futures constitutionalistes on ne peut que croire à leur sincerité.Merci

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre 2014 à 21:25, par le terrible En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    DES jeunes chômeurs qui cherchent a se faire voir dans le soucis d’écoper des maigres postes au sein du CFOP !comprenez bien que nous savions que vous êtes manipuler depuis la haut,ce n’est pas la toute première fois que nous voyons de tel réaction de la part de jeunes sans repère !

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre 2014 à 21:41, par Neekré En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    Messieurs les jeunes juristes, merci pour votre ecrit, mais personellement, j’aurais preferé que vous économisez vos énergies : tout le monde sait que la revsion de l’article 37 n’est pas une question d’interêt nationale et qu’elle n’est pas opportune. Il y’a longtemps que cela a été demontré. Mais ils font semblant de nes pas entendre et de ne pas comprendre. Retroussons nos manches pour leur barrer la route. Soyons prêts. Nan lara nasara

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre 2014 à 21:43 En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    Mers chers jeunes juristes,ils savent tous que ce référendum pour sauter l’article 37 n’aura jamais lieu ici au Faso sous Blaise Compaoré mais chacun comme ce Tapsoba Achille s’excite pour lui faire croire qu’il est le seul Homme Fort à même de diriger ce pays.Ce sont tous des hypocrites.En tout cas nous les dignes et intègres fils de ce pays attendons sereinement que quelqu’un fixe la date de ce fichu référendum pour qu’on sache enfin qui est qui au Faso.La patrie ou la mort,nous vaincrons !

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre 2014 à 21:49, par Lui En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    Merci les gars pour ce petit cours de droit constitutionnel qu’il faudra traduire en francais facile ou en langues nationales pour ces gourons du CDP qui se disent intelectuels alors qu’ils n’ont meme pas le niveau d’un bon etudiant de premiere année !

    Grace à cette histoire d’article 37, on a maintenant su que beaucoup de pretendus intellectuels du CDP ont en realité triché pendant leurs etudes ou ont acheté leurs diplomes. Ca fait vraiment pitié quand un adulte qui a une femme et des enfants doit se ridiculiser de la sorte !

    Dans tous les cas ne vous fatiguez pas les freres, je pense que ces je-n’ai-pas-d’avenir-sans-Blaise sont eux memes convaincus qu’il nyaura pas de referendum sur l’article 37 au Burkina Faso ; sinon pourqoi ils passent leur temps dans les conferences de presse et meetings à dire qu’ils veulent organiser le referendum mais il n’ose meme pas donner une date pour l’organiser alors que le temps est entrain de courir contre eux car ya une date limite pour modifier la consttitution avant les elections presidentielle alors qu’il faut organiser le referendum avant la modification ! Faut les laisser eux meme ne croient plus au referendum.

    Meme leur homme fort n’ose meme pas donner la date du referendum alors que ses supporteurs et camarades le supplient chaque jour ! Ngaw, qui est fou ? Il n’a qu’a donner la date on va voir qui est homme fort au Burkina ici !

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre 2014 à 22:00, par ZOULOU En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    Dites nous que c’est une association de vaut rien oui !!!je sais ce
    sont des mentions passable qui peuvent produire un tel article aussi
    médiocre.Sinon les vraies juriste sont actuellement dans des cabinets
    entrain de travailler !!
    Ne contribuez pas a mettre notre pays dans le chaos comme les
    opposants le souhaite svp !!!

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre 2014 à 22:26, par Van Gogh En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    Je ne crois pas vraiment que ce soit un juriste qui ait écrit ce texte bourré de fautes. A moins que ce ne soit lefaso.net qui les ait délibérément insérées afin de semer le doute dans l’esprit des lecteurs concernant les capacités intellectuelles de ces jeunes juristes, auquel cas ces derniers auraient déjà une affaire à se mettre sous la dent... Soyons sérieux, quand on est fier de porter le titre pompeux de juriste, on devrait pouvoir faire l’effort de proposer un texte à la forme irréprochable et non produire ce qui s’apparente à l’écrit d’un jeune lycéen accro à l’école buissonnière. Ce texte n’est juste pas digne d’un bon juriste.

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre 2014 à 22:36, par explosifs criminel En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    Très bien vu les jeunes juristes. Je pense que le rubicon ne sera pas franchi par ces irresponsables du cdp

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre 2014 à 22:38, par LHomme_fort En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    Il est tres facile de dire que l’article 37 est modifiable ou ne l’est pas, de dire que le referendum est anticonstitutionnel ou ne l’est pas... Mais ces jeunes juristes sortent du lot en argumentant leur ecrit par des passages precis de la constitution. Moi je vous admire pour cela... Courage à vous, et ignorez ceux qui vous contredisent ou insultent sans argumentation dans leurs commentaires... C’est la preuve que la verité fait mal...

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre 2014 à 22:41, par Bibèga En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    nous pensons que le peuple Burkina est mure au point qu’il sait ce qu’il veut !nous laisserons pas des opportunistes nous diviser et créer la diversion !je dirai que le peuple est actuellement diviser par des questions d’ordre nationale et il est nécessaire que l’on consulte le peuple afin que l’on évite le chaos !OUI au referendum !!!

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre 2014 à 22:43, par Imperial En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    Nous avons besoin de juriste honnêtes et non des gens comme
    vous qui font croire qu’ils sont de juristes qui publient des article
    pour se faire de l’argent !!On se connait tellement dans ce pays
    maintenant les gars.Des manipulés qui ne pensent qu’a satisfaire
    leurs panse !

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre 2014 à 22:46, par zena zena En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    Ce que vous ne comprenez pas c’est que le quorum nécessaire pour la modification de l’article 37 au parlement ne peut être acquise au stade actuel.
    Le processus de modification de l’article 37 ne peut s’organiser rapidement que par l’application de l’article 49 que le PF est le seul a pouvoir utiliser.
    Il n’y a pas d’errements dans le comportement du CDP. Tout s’achemine pour que le PF lance le référendum. Cela ne saurait tarder d’ailleurs.OUI au referendum !!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre 2014 à 23:08, par le rasta En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    Le CDP est et demeurera le plus fort,car c’est l’éléphant de notre scène politique !nous avions confiance a notre éléphant car même le lion tremble a ses cotés !nous avions besoin de partir au referendum,ainsi on mettra fin a cette cacophonie qui nous empeste tant:tous ensemble disons OUI au referendum !!

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre 2014 à 23:31, par georgette tabsoba En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    le peule et comme toujours a fait appel au président Compaore et personne d’autre,si vous voulez la confirmation de ces propos allons vite au référendum !!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre 2014 à 23:38, par Le Saambiiga En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    J’ai parcouru tous les messages envoyés par les burkinabè encore intègres et je les encourage à rester le plus longtemps possible intègres car je sais que vivre en Burkinabè intègre dans le Burkina d’aujourd’hui n’est pas facile. Nous sommes fatigués. On ose espérer un lendemain meilleur après 2015. Ces noirs-vêtus chantent partout le développement du Burkina alors qu’en réalité, ils devaient chanter leur développement. Beaucoup d’administrations sont pourries et je crois que seul le changement en 2015 peut permettre de repartir sur de nouvelles bases. Le Burkinabè n’a plus confiance en rien et c’est ce qui explique en grande partie l’incivisme . Le régime doit assumer toute ses responsabilités et se retirer en douceur. j’insiste : "L’AFRIQUE A BESOIN AUJOURD’HUI PLUS QUE JAMAIS D’INSTITUTIONS FORTES".
    Quand aux propos de l’honorable Député, je crois qu’il faut s’attendre et se préparer à de telles propositions car eux-mêmes ne savent plus à quel saint se vouer. Tout le monde connaît ce que le parti au pouvoir appelle le peuple Burkinabè, la grande masse sur laquelle ils comptent, ces gens qui ne connaîtront pas l’objet du referendum mais qui ne voteront parce qu’ils ont reçu des bidons de dolo, des T-shirts, des casquettes , mangé ponctuellement du riz ou certainement reçu quelques pièces de monnaie et qui par ignorance vendront leur avenir au diable. Qu’ils arrêtent ça ! Après trois décennies au pouvoir sans partage, Président Fondateur n’a plus rien à nous prouver ? Pourquoi un referendum à cause d’un seul individu ? Car c’est ça la réalité de l’agitation politique au Faso. Je présente mes excuses à tous ceux qui ne m’ont pas compris.

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre 2014 à 23:39, par michel En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    POUR des jeunes conscients et soucieux de l’avenir du Burkina ne devrait pas livrer un tel message !en effet ils incitent a la violence et cela est très dangereux pour la paix sociale !pour des juristes ils devraient plutôt appeler a la compréhension afin qu’on sauve notre pays des mains du diable de la division !

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre 2014 à 23:39, par le Tranquile En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    Hee MR. les juristes bravo. Voue dites sue c’est créé quand encore ? Blaiso c’est toi qui a cherché. Regarde des conneries comme ça ! Maintenant des "gnonnonmpompoins parle droit. Non ne t’inquiète pas. Ça va aller ! Tu as rendu bon le pays jusqu’à ce que certains prennent leurs propres testicules pour des graines d’arachides. Mais c’est aussi la nature de l’homme .Aussi la sagesse africaine ne dit-elle pas qu’un chef est comme une poubelle. Laisse ces jeunes juristes ils grandiront et ils comprendront. Nous nous voulons aller de l’avant du courage mes frères juristes ’

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre 2014 à 23:47, par IDRISSA En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    Arrêtez de mentir a la population les gars !!!
    Les grands constitutionnalistes ont mêmes dit que la révision
    de notre constitution est légale donc ce ne pas des vendus comme
    vous qui aller embrouiller les gens.Rien qu’un groupe de tocards qui
    se font croire pour des juristes !!!cela me fait rire !!!!
    Des bac+1 et bac+2 a la limite entrain de déranger les gens
    en récitant la constitution !!

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre 2014 à 23:49, par le terrible En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    UNE jeunesse consciente et non manipulé ne diraient point de telle propos susceptible de compromettre a la paix sociale !nous sommes dans une phase très critique d’ou la moindre frustration puisse SUSCITER le désordre !moi jeunes étudiants qui a d’ailleurs fréquentés avec bon nombre d’entre eux,demande au peuple a se retenir,surtout ne pas laisser les politiciens nous voler les ailes de la paix !jeunes assume ton destin et tous ensemble consolidons la paix !

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre 2014 à 23:57, par REFECTION En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    RIEN qu’en lisant le titre de l’article c’est flagrant,on sait que ses pauvres jeunes ont été manipulé par un parti de l’opposition !l’opposition toujours dans la magouille....

    Répondre à ce message

  • Le 17 septembre 2014 à 00:06, par Le citoyen En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    Mon cher DJEDJE, mes frères et collègues juristes se sont exprimés en termes juridiques a travers leur écrit. Sachez que l’intérêt dont il est question ici ne veut pas dire que parce que le débat sur la situation nationale intéresse tout le monde qu’il y a un intérêt national a organiser un referendum pour modifier l’article 37. Comprenez que quand on parle ’d’intérêt’ en ce qui concerne le referendum pour modifier l’article 37, cela reviendrait a se demander " a qui profite le referendum ou la modification de l’article 37" ? J’espère que vous pourrez aisément répondre a cette question. En tout cas, si vous êtes intellectuellement honnête, vous reconnaitrez que le referendum ne vous profite pas directement, encore moins moi qui vous répond. Par contre, vous avez un intérêt certain si on utilisait le budget du referendum pour bitumer la route Yako-Tougan ou Ouahigouya-Tougan ou encore construire un CSPS dans votre village ou dans le mien, ou même a Ziniare, puisque vous pourriez emprunter ces routes un jour ou vous faire soigner dans ledit CSPS. De même, j’ai également un intérêt certain dans le bitumage de ces routes, qui profiteront aussi a Achille Tapsoba et a son mentor, qui n’a plus que quelques mois pour libérer Kossyam, selon l’article 37 de notre constitution. Par contre, modifier l’article 37 par voie référendaire ne profite directement qu’a BC, ce que la constitution du 2 juin 1991 proscrit, vu que BC n’est pas égal au peuple Burkinabe. J’espère que vous avez maintenant compris la notion ’d’intérêt’ en droit dans ce cas précis.

    Répondre à ce message

  • Le 17 septembre 2014 à 00:18 En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    tu ne vois pas ce qui manque a ce problème pour qu’il soit d’ une question d’ intérêt nationale ,oui je suis d’accord mais ci le C D P choisissais un autre candidat autre que B C est-ce que le problème sera encore là .un peu d effort même ci on est pâtissant

    Répondre à ce message

  • Le 17 septembre 2014 à 01:35 En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    Mn frèr tous ces individus du c.d.p (Alain yoda, Achile tapsoba) dont vous parlez,et qui pourons remplacer BLAISE ne sont pas assez fou, mem dans leur rêve, pour pretendre au pouvoir. il préferent jouer au gros bras sous l’ail protectrice de "togoum" que de viser son trone. ils n’ont assez de cran pour ca.

    Répondre à ce message

  • Le 17 septembre 2014 à 03:44, par Sylva En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    C’est aussi simple que 1+1=2, c’est le peuple qui demande à Blaise de se représenter donc l’intérêt est général !!

    Répondre à ce message

  • Le 17 septembre 2014 à 08:27, par belemkoabga seni En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    salut les jeunes juristes.
    bravo pour votre message qui rappel a l’ordre ceux qui veulent violer nos lois et rester au pouvoir. les précisions que vous avez apportés éclairent d’avantage nos compatriotes quand a l’illégalité de la révision de l’article 37 quelque soit la procédure utilisée.
    avec la rentrée scolaire et universitaire je vous demande d’organiser des conférences publiques dans les établissements afin de faire passer ce message a nos jeunes frères .

    Répondre à ce message

  • Le 17 septembre 2014 à 09:12 En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    Message pertinent. Relisez vos textes avant de les publier. C’est plein de fautes d’inattention et cela n’est pas digne de juristes

    Répondre à ce message

  • Le 17 septembre 2014 à 09:14, par horizon En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    Que la lumière soit et la lumière fut. Merci de tout coeur Seigneur pour ce que Tu mets en nous pour Te servir chaque jour pour Ta plus grande gloire. Donne nous de faire fructifier les talents que Ta grâce nous a confié et multiplie en nous tes oeuvres de charité.

    Répondre à ce message

  • Le 17 septembre 2014 à 09:45, par sawadogo En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    merci les petits frères. on peut dire que vous êtes des jeunes responsables. votre analyse doit obtenir la mention très honorable.
    le future président du FASO doit mentionner le nom de cette association dans son agenda afin de
    responsabiliser les membres pour la bonne marche de la justice dans notre pays.

    Répondre à ce message

  • Le 17 septembre 2014 à 10:41, par amed En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    Maintenant c’est tres clair. le president peut le president peut quand il veut, djaaa tout cela est faut.Merci.

    Répondre à ce message

  • Le 17 septembre 2014 à 11:00, par COSMOS En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    Salut ! je suis d’avis avec vous dans le fond parce que nous menons le même combat mais revoyez la forme. Vos professeurs ne seront pas contents de vous lire.
    Je vous félicite et vous encourage car votre travail est noble. Continuez ainsi, c’est la conjugaison de tous les efforts qui nous conduira à la victoire finale. Et soyez sûrs, il partira !!!

    Répondre à ce message

  • Le 17 septembre 2014 à 11:22 En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    Merci bien mes frères pour ces éclaircissements. Que Dieu bénisse le Burkina Faso

    Répondre à ce message

  • Le 17 septembre 2014 à 11:34, par Leheman En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    De toute les façons dites ce que vous voulez mais le peuple
    ne se laissera pas manipulé comme vous qui passer le temps sous
    l’ombre de l’opposition en publiant ces bêtises.Le peuple est conscient
    que l’opposition veut tout faire pour déstabiliser ce pays et pour cela
    on ira au referendum pour la répondre massivement OUI afin que
    la révision de la constitution puisse être une réalité.

    Répondre à ce message

  • Le 17 septembre 2014 à 11:57, par jojo En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    bande de malhonnêtes et de nullards ! tout ce que vous aviez appris en matière de droit !
    Évitez de distraire les honnêtes citoyens ! le droit ce n’est pas à l’école seulement qu’on apprend ! le vendeur de mangues, le menuisier, le croc-mort,...... aussi peut dire ce qu’il sait de l’article 37 ! Donc vive le référendum pour que vive la paix dans notre pays !
    Si vous ne vous réveillez pas vous finirez opposant radical dans vos tombes ! et suis sur que vous allez créer association des jeunes cadavres juristes du cimetière de taab-tenga (AJCTT) !!!! courage dans vos bétises !!! le peuple vous regarde !

    Répondre à ce message

  • Le 17 septembre 2014 à 12:12, par le Publiciste En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    Ni la grandeur de l’ambition ni la noblesse de la cause ne sauraient justifier cette forêt de fautes dans laquelle le lecteur s’égare ! Un juriste, ça soigne d’abord la forme ! Apprenons bien le droit avant de prétendre défendre l’Etat de droit.

    Répondre à ce message

  • Le 17 septembre 2014 à 12:29, par Le sage En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    La droite est barrée partout : à gauche à droite, devant, derrière, en haut et en bas. il n’ya pas moyen bouger pour le referendum ni la modification de l’article 37.

    Répondre à ce message

  • Le 17 septembre 2014 à 12:32, par Bibèga En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    Vous pensez que vous connaissez la constitution mieux que
    ceux qui prônent pour le referendum afin de pouvoir départager
    le peuple ?Arrêtez votre singerie car la population et l’ensemble
    ds acteurs politique reconnaissent bien la légalité de la révision
    de la constitution.
    OUI au referendum !!
    OUI au sénat !!!
    Vive la paix au Faso !!

    Répondre à ce message

  • Le 17 septembre 2014 à 12:33, par kabre benjamin En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    oui une analyse pertinente mrs les juges mais je vous assure qu’ils vont forcer la chose.La réponse a la question a savoir : quelles seront les attitudes des burkinabés au cas ou le référendum serait une réalité ? constitue une analyse a fournir aux citoyens faux éclairés et non éclairés afin que nous ayons des comportements responsables pour un burkina-faso paisible.car les Alain Yoda feront toujours la meme chose qu’ils ont fait aux militants de leur ancien parti UDS au temps du défunt MAXIME KABRE et Juliette bonkoungou afin que le boss soit tranquille. Pour ma part je voudrais inviter tous les citoyens d’éviter d’etre guidé par n’importe qui sur la question politique mais de réfléchir autour de ma question afin que la démocration soit une réalité au faso.
    QUE DIEU PROTEGE L’AFRIQUE ET SURTOUT LE FASO.

    Répondre à ce message

  • Le 17 septembre 2014 à 12:35, par nassbill En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    Quelle reponse vraie, claire et limpide ! Helas il difficile de reveiller quelqu’un qui ne dort plus depuis belle lurette ! Que Dieu sauve notre pays !

    Répondre à ce message

  • Le 17 septembre 2014 à 12:39, par Dinguiswayo En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    Je demande humblement l’avis de Maître Gilbert OUEDRAOGO Avocat et Président de l’ADF/RDA sur cet écris.

    Répondre à ce message

  • Le 17 septembre 2014 à 12:42, par omar En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    c’est ça être jeune ! ne pas se laisser acheter et manipuler. Pas de commentaire

    Répondre à ce message

  • Le 17 septembre 2014 à 12:47, par Aubin En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    Vous ferez mieux de vous renseignez auprès de vos ainés avant
    de vous prononcez sur un tel article qui laisse voir le médiocrité
    de votre quotient intellectuel.On sait que vous avez publier cela
    en contre partie de quelques billets de opposition mais restez
    calme et verra les résultats dans les urnes.

    Répondre à ce message

  • Le 17 septembre 2014 à 13:32, par yiraba En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    Aller au referendum ces très facile de dire d’après un président on organise pas une élection et la perde.et j’ais vu de propre jeu les élections couple passe un actuelle Maire du partie au pouvoir dans l’une des arrondissement de BOBO a été arrêté il avait une urne chez lui a la maison.il a été envoyer a Ouagadougou et revenir devenir MAIRE encore.donc sa veux dire ce que sa veux dire.comme jais l’habitude de dire ses pas un seul coq qui chante jusqu’au lever du jour.s v p il na qu’aller se reposer, oui ses un bons travailleur, comme tout un travailleur a droit a un repos. l’argent de référendum qu’ils prennent ca payer des scanneurs radio pour le CHCHU de bobo que je connais,et construire a dedougou un marcher centrale qu’ils revendiquent ayez putier de votre peuple qui soufres furieusement.,,,,

    Répondre à ce message

  • Le 17 septembre 2014 à 13:34, par Goussman En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    Blaise COMPAORE est un homme respecté au Burkina et ailleurs. A ce titre, il doit pouvoir affronter la vérité et dire advienne ce que pourra. J’affronte avec courage mon passé. Pour le bonheur de toute l’Afrique, je m’ en vais au risque d’ouvrir cette voie dangereuse à certains présidents africains. Car, il le sait bien, les autres présidents n’attendent qu’il réussisse son coup pour se lancer dans le sale boulot. Et ils diront : "Blaise l’a fait, pourquoi pas moi" ? De lui viendra le recul de l’Afrique. Je vous prie, ne l’encouragez pas dans ce sens si vous aimez vraiment le Burkina et l’Afrique. Soyez certains que lorsqu’on est au pouvoir pendant trop longtemps, on est obligé de fermer les yeux sur ses propres principes et vivre selon des compromis qui n’avancent en rien son pays. L’histoire retient cela et la descendance en souffrira. Que Le tout Puissant nous protège.

    Répondre à ce message

  • Le 17 septembre 2014 à 13:40, par Ampasso En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    C’est le signe que le peuple se réveille.Personne ne pourra plus berner ce peuple. Hommes politiques, prenez cela en compte. Quiconque arrive au pouvoir en 2015 saura que nous sommes debout.

    Répondre à ce message

  • Le 17 septembre 2014 à 13:44, par yiraba En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    je suis désolé Mr ELKAB si tu penses de la sorte le président il va vivre éternellement il ne va pas mourir ?

    Répondre à ce message

  • Le 17 septembre 2014 à 14:03, par Domage En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    Les Burkinabé ont deux choix :
    1- Forcer coûte que coûte organiser un référendum pour maintenir un individu au pouvoir quitte à mettre en jeux la vie de milliers ou millions de Burkinabé
    2- Laisser tomber ce référendum qui n’est pas obligatoire pour la paix sociale et la stabilité.
    Si le Président choisit le premier cas, il sera tenu pour responsable de ce qui arrivera aux Burkinabé qui ne veulent que la paix.
    S’il choisit le second cas, nous savons et nous sommes certains que le Burkina connaîtra la paix et la stabilité et ceux qui prônent le référendum accepterons ce choix et négocieront une bonne sortie pour notre Président qui a vraiment travaillé pour le pays.

    Répondre à ce message

  • Le 17 septembre 2014 à 15:46, par Pa Begh Wende En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    Tout à fait d’accord avec Van Gogh. Ce texte fait honte à tout juriste (agencement des idées, fautes de français inacceptable même pour un collégien et j’en passe).
    S’il est vraiment écrit par des juristes, comment s’étonner de la qualité de notre justice.

    Répondre à ce message

  • Le 17 septembre 2014 à 17:18, par Omega En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    Si ces soit disant juristes n’ont rien a dire alors qu’ils
    évitent de nous réciter la constitution sans aucune analyse.
    Que chacun de vous ferme sa gueule maintenant !

    Répondre à ce message

  • Le 17 septembre 2014 à 21:47, par KONE Brahima En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    Je propose à mes frères burkinabés que la question sur la révision de l’article 37 de la constitution soit analysée à un double niveau : politique et juridique

    A- au plan politique
    les arguments de part et d’autres qu’on soit de l’opposition ou du CDP, sont pertinents et dénotent de la maturité du peuple Burkinabé. Réviser l’article 37 pour faire sauter le verrou est-ce démocratique ou anti-démocratique ? Est-ce légitime ou non légitime ? Est-ce l’aspiration du peuple ou une dérive dictatoriale ? la réponse quelle qu’elle soit ne sera pas loin d’un jugement de valeur. Car aussi bien l’opposition que le CDP a de bonnes raisons pour soutenir sa position.
    En tout état de cause je conseille aux acteurs burkinabés (CDP et opposition) de tout mettre en œuvre pour tendre vers un consensus politique afin de sauver le lourd héritage de stabilité politique que le Burkina à incarné ses 25 dernières années.

    B- au plan juridique
    le droit est une science. Rien n’empêche juridiquement le président de la République de recourir à la consultation directe du peuple à travers le referendum pour réviser l’article 37 de la constitution.
    les seules limites au pouvoir de révision sont ceux prévues à l’article 165 de la constitution notamment : la forme républicaine, le système multipartiste et quand il est porté atteinte à l’intégrité territoriale.
    Contrairement à la Constitution ivoirienne ( art 35), la constitution Burkinabé ne prévoit aucune procédure de révision spécifique à un élément précis de la loi fondamentale.
    En droit constitutionnel Burkinabé, la procédure de révision est simple ( voir les articles 161 et suivant)
    le projet de révision est soumis à l’assemblée nationale ( article 163) puis au referendum (article 164) il peut même être adopté sans referendum par le parlement lorsque la majorité qualifiée des 3/4 est atteinte (article 164 alinéa 3 Loi N° 002/97/ADP du 27 janvier 1997).
    la démarche juridique se veut scientifique et souvent mécanique. en droit , je dis bien en droit , dans la démarche juridique, rien n’empêche le président de soumettre la révision de article 37 à un référendum. le président peut à tout moment consulter le peuple pour quelques questions que ce soit chaque fois que le situation politique l’exige.
    Mais le peuple ce n’est ni le CDP ni l’opposition, c’est plutôt tout le Burkina dans sa riche diversité idéologique ; politique, religieuse...

    je reconnais en revanche que la solution au problème Burkinabé n’est pas que juridique au sens mécanique du terme.
    il faut aller dans le sens de l’apaisement politique . Opposition et CDP doivent accepter de "s’asseoir et discuter" comme le disent les ivoiriens, afin de trouver une compromis qui sauve le Burkina.

    KONE BRAHIMA Juriste à Abidjan.

    Répondre à ce message

  • Le 18 septembre 2014 à 16:37, par tolérance et civisme (gt) En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    alors je suis eceuré que dans ce pays les gens ne peuvent pas s’exprimer sans insulter. je crois quer noius devons etre assez respectueux dans nos dire acar j(’ai l’impression que nous ne sommes plus intègre car je me demande ou est donc passer le concept etre burkinabais c’est etre integre c’est triste car je me dis qu’aulieu de critiquer et de profaner des insultes ce serait interessant de critiquer avec courtoisie en apportant des eclaircissements si vous pensez que ces jeunes vont en brousse avec des preuves. Car en parcourant leur declaration je n’ai pas vu ou ils ont insulter qui que ce soit et même ils ont apporté des articles de notre constitution pour soutenir leur argumentaire. Pour finir combien de jeunes sont capables d’avoir ce courage de dire tout haut ce que les gens pensent bas ? ces jeunes ont refusé d’être passif mais d’être acteur pour un Burkina faso fort cela passe par le respect des institutions de la république. Ayons la bonne fois d’accepter quelques notre bort politique les bonnes oeuvres des autres qui osent pour le changement des choses en creant ce genre d’assdociation. alors a cette association je vous souhaite que de bonnes choses et je prie l’eternel le Dieu tout puiussant qui vous a inspier cette idée de vouis aidert dans cette lourde tache car vous savez les gens viendront pour vous destabiliser mais prennez le cas de Job dans la bible que le diable a tenté mais a cause de sa foi Dieu l’a épargné donc n’ayez point crainte car l’eternel combattra pour vous. et puis ne vous laissez point intimidé par les gens car on ne peut pas toujours faire plaisir aux gens c’est triste mais c’est la triste vérité . courage a vous mes frères. c’est l’afrique qui gagne.

    Répondre à ce message

  • Le 18 septembre 2014 à 16:38, par tolérance et civisme (gt) En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    alors je suis eceuré que dans ce pays les gens ne peuvent pas s’exprimer sans insulter. je crois quer noius devons etre assez respectueux dans nos dire acar j(’ai l’impression que nous ne sommes plus intègre car je me demande ou est donc passer le concept etre burkinabais c’est etre integre c’est triste car je me dis qu’aulieu de critiquer et de profaner des insultes ce serait interessant de critiquer avec courtoisie en apportant des eclaircissements si vous pensez que ces jeunes vont en brousse avec des preuves. Car en parcourant leur declaration je n’ai pas vu ou ils ont insulter qui que ce soit et même ils ont apporté des articles de notre constitution pour soutenir leur argumentaire. Pour finir combien de jeunes sont capables d’avoir ce courage de dire tout haut ce que les gens pensent bas ? ces jeunes ont refusé d’être passif mais d’être acteur pour un Burkina faso fort cela passe par le respect des institutions de la république. Ayons la bonne fois d’accepter quelques notre bort politique les bonnes oeuvres des autres qui osent pour le changement des choses en creant ce genre d’assdociation. alors a cette association je vous souhaite que de bonnes choses et je prie l’eternel le Dieu tout puiussant qui vous a inspier cette idée de vouis aidert dans cette lourde tache car vous savez les gens viendront pour vous destabiliser mais prennez le cas de Job dans la bible que le diable a tenté mais a cause de sa foi Dieu l’a épargné donc n’ayez point crainte car l’eternel combattra pour vous. et puis ne vous laissez point intimidé par les gens car on ne peut pas toujours faire plaisir aux gens c’est triste mais c’est la triste vérité . courage a vous mes frères. c’est l’afrique qui gagne.

    Répondre à ce message

  • Le 19 septembre 2014 à 11:41, par KANTIGUI En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    Merci à vous . Sauvons notre ^pays et en même temps notre démocratie.

    Répondre à ce message

  • Le 19 septembre 2014 à 16:17, par sibiri yougbare En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    chers frères et sœur burkinabe,j’espère que chacun de vous a déjà vu une guerre civil ?
    je répond a votre place et je dis non.
    car a lire tout vos commentaires je vois que tout se planifie a cela.
    mais je vous préviens que notre cher BURKINA FASO ne peut se permettre cela, et se relever
    de si tôt.
    conclusion donner un peut de sérieux a votre façon de faire que nous pourrions tous regretter .

    Répondre à ce message

  • Le 20 septembre 2014 à 12:41, par WendGuudi En réponse à : Situation politique nationale : Les jeunes juristes répondent à Achille Tapsoba

    C’est clair. c’est propre. Je suis parfaitement d’accord avec votre intervention. Je vous souhaite beaucoup de courage pour la suite.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Les députés frondeurs ont cessé l’utilisation du sigle "UPC"
Députée Elise Foniyama Ilboudo/Thiombiano : « Les gens pensent que la politique, ce sont des intrigues »
Appel de citoyens à la candidature de Kadré Désiré Ouédraogo : « Une vieille stratégie politique démodée », selon Adama Yasser Ouédraogo du CDP
Nouveau règlement de l’Assemblée nationale : Le format du discours du Premier ministre devant le parlement sera réduit
58è anniversaire de l’indépendance : Le Burkina a revisité son histoire à Manga
Message à la nation du président du Faso : Les Burkinabè sont-ils réellement disposés à l’unité et à la cohésion nationale ?
Sondage d’opinion « Présimètre » : Roch Kaboré obtient 4,91 sur 10 pour sa 3e année de gouvernance
Demande d’extradition de François Compaoré : Les commentaires du gouvernement burkinabè sur la décision de la Cour d’appel de Paris
Crise au conseil municipal de Gourcy : « Nous serons désormais obligés de nous défendre contre nos agresseurs » (Responsable provincial des jeunes du MPP)
Loi sur le vote des Burkinabè de l’étranger : Les Burkinabè d’Espagne s’insurgent contre les missions d’explication
Politique : Le PDS/Metba se prépare pour les élections de 2020
Réseau des femmes Leaders : Projecteurs sur la participation politique de la jeunesse féminine burkinabè
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés