Crise à l’agence EAA : Le personnel exige toujours le départ du Secrétaire exécutif

vendredi 12 septembre 2014 à 00h48min

Le personnel de l’agence intergouvernementale Eau et Assainissement pour l’Afrique (EAA) a animé ce jeudi 11 septembre un point de presse à Ouaga pour situer l’opinion sur la crise que connaît leur institution depuis quelques mois.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Crise à l’agence EAA : Le personnel exige toujours le départ du Secrétaire exécutif

De la conférence de presse animée ce jeudi 11 septembre par les membres du personnel gréviste de l’agence Eau et Assainissement pour l’Afrique (EAA), l’on retient que rien n’a évolué dans le sens de la satisfaction de leur plate-forme revendicative. Ainsi, le personnel, dans le cadre de cette plate-forme revendicative, continue d’exiger :
- le départ du secrétaire exécutif, Idrissa Doucouré ;
- la réalisation d’un audit externe et indépendant pour faire le point de la situation ;
- l’arrêt des licenciements abusifs et la réintégration des agents abusivement licenciés ;
- l’arrêt de l’utilisation des fonds destinés aux projets à des fins de fonctionnement ;
- la mise en place de délégués du personnel ;
- le paiement de l’intégralité des arriérés de salaires (siège et représentations nationales) et allocation des frais de fonctionnement aux Bureaux-Pays
- le rétablissement de l’assurance maladie du personnel.

Les causes de la crise

Selon les conférenciers dont Jean Marc Yofé, directeur associé chargé de l’assainissement, plusieurs causes expliqueraient la crise que traverse l’agence EAA. Ces causes se résument, dit-il, « aux différents manquements tant au niveau managérial que dans les relations entre le secrétaire et le personnel d’une part et entre le secrétaire exécutif et les partenaires techniques et financiers d’autre part ». Et d’ajouter : « Nous avons essayé d’attirer l’attention de l’administration, aussi bien en public qu’en privé, sur ces signaux annonciateurs de risque suprême que court l’institution à savoir la faillite. Mais, nous nous sommes toujours heurtés aux dénigrements et à l’instauration de la terreur destinés à décourager toute tentative de pointer les dysfonctionnements. Ces actions ont valu à certains la perte de leurs emplois et à d’autres des affectations ».

Et c’est dans ce contexte, poursuit M. Yofé, que le personnel a demandé en début juin 2014 l’élection de délégués de personnel. Et que n’ayant pas obtenu gain de cause, il observera une grève de 24 heures le 24 juin 2014. Parallèlement à ces actions internes, le personnel a saisi le ministère de l’eau, des aménagements hydrauliques et de l’assainissement et d’autres ministères, notamment ceux des Affaires étrangères et du Travail. Ces démarches auprès des autorités burkinabè ont conduit à la mise en place d’un comité interministériel qui a entendu le personnel le 7 juillet et le secrétaire exécutif le 8 juillet. Depuis lors les travailleurs disent attendre les propositions de sortie de crise du comité ministériel sans rien voir venir. En outre, les conférenciers disent avoir envoyé dans le mois de juillet une correspondance officielle au ministre camerounais de l’eau et de l’énergie, actuel président du conseil des ministres, pour le tenir informé de la situation. Une correspondance qui « est restée sans réponse ».

« Un déficit de 10 milliards »

Selon les conférenciers, depuis le 4 août dernier, presque tout le personnel s’est vu suspendre le contrat de travail pour un mois et qu’à l’expiration de cette mesure dite conservatoire, 22 membres du personnel ont été purement et simplement licenciés à compter du 4 septembre. Ce qui porterait le nombre de départs à 27 personnes en cette année 2014 à EAA. Toujours selon les conférenciers, le nombre de départs au cours de ces 3 dernières est estimé à 70 personnes. Un chiffre avancé par les conférenciers : 10 milliards de francs. C’est le montant de déficit qu’aurait causé la mauvaise gestion du secrétaire exécutif, Idrissa Doucouré à EAA. Un déficit qui serait dû à des dépenses de prestige et des mauvaises options alors que la réforme entamée en 2011 n’aurait pas apporté de nouveaux financements. Parlant de mauvais choix, les conférenciers ont cité par exemple l’institution du forum de haut niveau dont chaque édition coûterait à la maison 800 millions de francs ou l’ouverture de nouvelles représentations dans des pays sans projets ou moyens pour les faire fonctionner. Tout cela aurait contribué à creuser le déficit. Mais, quelle que soit la situation, EAA à entendre les travailleurs, ne doit pas disparaître. La solution pour eux passe forcément par le départ du secrétaire exécutif. « Nous sommes convaincus, qu’avec le changement à la tête de l’institution et l’implication des autorités et de tous les membres du personnel, la confiance renouvelée des partenaires techniques et financiers nous pourrons sauver cette institution qui ne mérite pas de disparaître ». Les conférenciers ont par ailleurs fait cas des problèmes qu’ils ont rencontrés au niveau de la justice burkinabè.

« Nos multiples actions en justice pour contester ces décisions se sont heurtées à l’immunité diplomatique brandit par M. Doucouré. Pourtant toute action, fût-elle infondée, entamée par M. Doucouré à l’encontre du personnel porte immédiatement fruit auprès des autorités compétentes. (…) Et nous nous posons plusieurs questions : A quoi sert en réalité l’immunité diplomatique au Burkina ? Est-ce pour faire délibérément du mal et être protégé ? Immunité veut-elle dire impunité ? L’immunité a-t-elle été donnée pour brimer les droits sociaux des travailleurs ? La vie d’une seule personne dépasse-t-elle celle d’une trentaine d’autres personnes ? ».

Grégoire B. Bazié
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 12 septembre 2014 à 08:56, par a chacun son blanc
    En réponse à : Crise à l’agence EAA : Le personnel exige toujours le départ du Secrétaire exécutif

    C’est fini

    Répondre à ce message

  • Le 12 septembre 2014 à 11:10
    En réponse à : Crise à l’agence EAA : Le personnel exige toujours le départ du Secrétaire exécutif

    Je me demande comment et pourquoi donne t on l’immunité à un responsable d’une institution d’enseignement et/ ou de recherche. De nombreux malversations peuvent naitre dans la gestion de ce genre de structure alors le/ la responsable ne doit il/ elle pas répondre à la justice ?

    Répondre à ce message

  • Le 12 septembre 2014 à 11:14, par aligator
    En réponse à : Crise à l’agence EAA : Le personnel exige toujours le départ du Secrétaire exécutif

    Y a plus d’une chose que je comprends dans cette affaire.

    1- EAA a un statut d’ONG non ? et comment sont directeur peut bénéficier d’immunité diplomatique ? Les directeurs d’ONG sont aussi des diplômates ?

    2-déficit de 10 milliards : C’est quand même pas en 1 seul jour que tout ça a été depensé. ca veut dire que vous avez vu et vous avez laissé passer. Vous êtes donc responsables aussi (le pire c’est pas la méchanceté des gens mauvais, mais le silence des gens bien)

    3- Il ya eu une vague de licenciement de plus de 10 personnes, et comme la plus part était du petit personnel personne n’a bronché. Vous-vous êtes tu. Maintenant que vous faites 2 mois sans salaire, on vous entend

    4. Quand le gar est arrivé, il a multiplié les salaires par 2 ou 3, vous avez tous applaudi (peut être à votre place, j’aurais fais la même chose). Mais ce que je n’aurais pas fais, c’est vos forum de haut niveau à 200 millions auxquels chacun se battait pour y aller, et j’aillais aussi m’inquiéter parce que l’argent ne rentre pas.

    5. Comment se fait-il que le gar puisse dissoudre le conseil d’administration et se proclamer président secrétaire exécutif sans que personne ne bronche ? C’est là quand même qu’on doit comprendre que beaucoup de longues barbes sont mouillées dans l’affaire. Et là, ca doit dépasser vos compétences

    Etc

    Bien que vous soyez en parti responsable de la situation, je vous soutiens totalement dans votre lutte. Faites partir le gar SVP

    Répondre à ce message

  • Le 12 septembre 2014 à 12:40, par guiso
    En réponse à : Crise à l’agence EAA : Le personnel exige toujours le départ du Secrétaire exécutif

    Voila une situation qui rappelle d’une autre institution africaine spécialisée dans le domaine de l’eau...

    Répondre à ce message

  • Le 12 septembre 2014 à 13:31, par SORE
    En réponse à : Crise à l’agence EAA : Le personnel exige toujours le départ du Secrétaire exécutif

    stop ! il faut que ca change car les temps ont changé !

    Répondre à ce message

  • Le 12 septembre 2014 à 14:09, par Zoulou
    En réponse à : Crise à l’agence EAA : Le personnel exige toujours le départ du Secrétaire exécutif

    J’ai l’impression que ce monsieur est venu en mission commandé pour détruire l’institution. Pour moi c’est un plan savamment orchestré par un groupe de personnes qui rêve de créer une institution pareille.

    Répondre à ce message

  • Le 12 septembre 2014 à 14:38, par Tchrrrrrrrrrrr !!!!!!!!!!!
    En réponse à : Crise à l’agence EAA : Le personnel exige toujours le départ du Secrétaire exécutif

    Pauvre EAA ou ex-CREPA ou que sais-je encore ..............

    J’aimerais bien comprendre comment cette institution, combien utile a la sous-region et a la l’Afrique, se trouve durablement inscrite dans cette errance qui ne dit pas son nom. Avec des changements "houleux" et "chaotiques" de Managers. De Ckeick Toure a Doucoure, en passant par Tandia : c’est la meme rengaine, la meme lithanie, les memes "decouvertes" du mal gouvernance, les memes tango des Bailleurs de fonds (qui vont et qui reviennent), et finalement, les memes remake ........

    Des Hommes "forts" qui se succedent dans une Institution definitivement "Faible" .... A l’instar du Pays qui l’accueille. Au secours Obama !!!!!!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 12 septembre 2014 à 14:48, par Le bon citoyen
    En réponse à : Crise à l’agence EAA : Le personnel exige toujours le départ du Secrétaire exécutif

    Cette situation nous montre à quel point notre médiocrité burkinabè peut nous êtres nuisible. Comment comprendre que malgré ce qu’on a comme cadres supérieures dans ce pays, on part chercher un sénégalais dont on ignore bien son passé pour parachuter avec une immunité diplomatique pour lui permettre de faire ce qu’il veut.
    Les échos de ce monsieur était sortit depuis longtemps, mais nos autorités ont laissé la chose pourrir jusqu’à ce devient irréversible.
    Ce monsieur se faisait verser un pourcentage des fonds mobilisés. Pire des pourcentages lui ont été versé sur la base de projets qui était en négociation et qui n’ont jamais abouti. Conséquence, de l’argent cadeau. Il voyageait en 1ère classe et cela tous les jours et dormait dans des hôtels de luxes aux frais de la boîte. Tout cela en complicité de certains employés de la boîte.

    Répondre à ce message

  • Le 12 septembre 2014 à 14:54, par Ancien de EAA
    En réponse à : Crise à l’agence EAA : Le personnel exige toujours le départ du Secrétaire exécutif

    Doucoure est un revolutionnaire. A son arrivee, on a tous applaudi ses idees innovantes pour l’institution. Un revolutionnaire peut avoir un caractere impulsif mais lorsque le revolutionnaire ne maitrise ni son ventre, ni encore moins son bas ventre, le resultat est ce qu’on constate. Mais il n’est pas non plus le seul responsable de ce desastre. Que le personnel se remette en cause egalement. Lorsque les departs forces ont commence, qu’a fait certains : soient ils sont devenu des benis oui-oui (les hommes) soient ils ont laisse tomber leurs pagnes. Du courage malgre tout. EAA n’appartient pas au personnel, EAA c’est pour l’Afrique. Vivement qu’on trouve une solution a cette crise pour que de nombreux africains puissent beneficier des services d’eau et d’assainissement.

    Répondre à ce message

  • Le 12 septembre 2014 à 15:16, par EAA forever
    En réponse à : Crise à l’agence EAA : Le personnel exige toujours le départ du Secrétaire exécutif

    Courage Jean-Marc, tu es l’espoir de EAA.

    Répondre à ce message

  • Le 12 septembre 2014 à 17:30, par aigle
    En réponse à : Crise à l’agence EAA : Le personnel exige toujours le départ du Secrétaire exécutif

    Moi j’ai peur au regard de cette lutte. le dindon de la farce sera les autres nationalités. bientôt certains burkinabè ayant sapé la lutte reviendront occuper leur place d’aujourd’hui pour service rendu. les cadres burkinabè de cette institution n’ont pas joué jeu franc. Attendez et vous verrez que j’ai raison

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés