Pr Mahamadou Sawadogo, Directeur de l’Orientation à l’Université de Ouagadougou : « Depuis 2011, nous n’avons plus orienté un étudiant dans une filière qu’il n’a pas demandée »

vendredi 12 septembre 2014 à 00h47min

Les nouveaux bacheliers attendent impatiemment la date de réception des dossiers pour la rentrée 2014-2015 à l’université de Ouagadougou. Pour en parler, nous avons rencontré le Pr Mahamadou Sawadogo, Directeur des Affaires Académiques et de l’Orientation de l’université de Ouagadougou (DAOI). Il est également enseignant à l’Unité de formation et de recherches en Science de la vie et de la terre (UFR/SVT), spécialité génétique. Dans cette interview, le premier responsable de la D.A.O.I nous fait l’état des préparatifs pour l’orientation des nouveaux bacheliers. Il est également revenu sur une question d’une grande importance, le retrait des diplômes et attestations des diplômés de l’université de Ouagadougou.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Pr Mahamadou Sawadogo, Directeur de l’Orientation à l’Université de Ouagadougou : « Depuis 2011, nous n’avons plus orienté un étudiant dans une filière qu’il n’a pas demandée »

Lefaso.net : Mr le Directeur, dites-nous comment vous préparez la rentrée académique 2014-2015 ?

Le Directeur : La rentrée académique 2014-2015 se prépare de la manière suivante : d’abord, nous avons fait passer des communiqués signés par les présidents des Université de Ouagadougou et de Ouaga2 depuis deux mois pour convier les bacheliers à la rencontre d’informations que la D.A.O.I organise le 17 septembre 2014 dans les amphis libyen. L’objectif est d’apporter des informations par rapport à l’orientation, les filières de formation qu’offrent les Université de Ouagadougou et de Ouaga2. Par ailleurs, nous allons leurs donner des conseils en ce qui concerne le choix des trois(3) filières de formation par ordre de préférence et également comment ne pas se faire arnaquer par des personnes qui ne sont pas appropriées pour recevoir les dossiers.

Lefaso.net : à quelles dates est prévue la réception des dossiers et quels sont les documents à fournir ?

Le Directeur : Nous avons prévu la réception des dossiers du 22 septembre au 03 octobre.
Du 22 au 23 septembre : les noms de famille commençant par les lettres A, B, C, D, E
Du 24 au 25 septembre : les noms de famille commençant par les lettres F, G, H, I, J
Du 26 au 29 septembre : les noms de famille commençant par les lettres K, L, M, N, O
Du 30 au 1er octobre : les noms de famille commençant par les lettres P, Q, R, S, T
Du 2 au 3 octobre : les noms de famille commençant par les lettres U, V, W, X, Y, Z
Les guichets seront ouverts le matin de 8h00 à 11h00 et le soir de 15h30 à 17h00
Le dossier se compose comme suit : des copies légalisées de l’attestation de succès et du relevé de notes au baccalauréat, un extrait d’acte de naissance ou un jugement supplétif tenant lieu, trois photos d’identité, un certificat de nationalité pour les non Burkinabè, une autorisation d’inscription signée par le supérieur hiérarchique pour les travailleurs et une demande manuscrite non timbrée adressée au président des deux universités précisant les trois filières d’études par ordre de préférence. En plus de ça, à la D.A.O.I, le candidat payera une pochette de 1000 f CFA où il va coller sa photo et apporter toutes les informations nécessaires. Ensuite, il ira payer 15000 f CFA pour son inscription académique et il se rendra par la suite dans son UFR pour l’inscription pédagogique. A partir de ce moment, l’étudiant est autorisé à suivre les cours et nous lui délivrons la carte d’étudiant pour qu’il bénéficie donc des avantages liés à son inscription.

Lefaso.net : Comment faire son choix ?

Le directeur : Il faut faire son choix en fonction du BAC obtenu. Si vous avez un BAC série A vous ne pouvez pas vous inscrire en médecine ou en SVT. Au niveau de la brochure que nous distribuons aux candidats, nous leur présentons la filière, le BAC qu’il faut et les conditions à remplir pour y être orienté. Par exemple au niveau de l’UFR/SJP/DROIT, pour être orienté il faut avoir un BAC série A, G2 ou D toute mention. Le baccalauréat série G1 ou C avec la mention AB au moins ou à défaut 12/20 en français au baccalauréat. Ensuite nous prenons les 15000 meilleurs candidats ayant demandé à être orientés en droit. Il en est de même pour les autres filières de Ouagadougou et de Ouaga 2 que vous trouverez sur la brochure. Bien évidemment, il y a des BAC qui n’ont pas leur continuité à l’université de Ouagadougou mais ils peuvent s’inscrire par exemple à Bobo.

Lefaso.net : Certains étudiants se plaignent d’avoir été orientés dans une filière qu’ils n’ont pas initialement choisie, quelle explication avez-vous à donner ?

Le directeur : cela est arrivé à notre niveau, il y a peut-être trois ans. Depuis 2011 en tout cas nous n’avons plus rencontré un tel problème à moins que le candidat lui-même en remplissant la demande ait fait un mauvais choix. Il y a toujours des gens, lorsqu’on les oriente au niveau de leur deuxième ou troisième choix, ne sont pas tout à fait d’accord alors que ce sont eux qui ont choisi les trois filières. Je ne dis pas que le système n’est pas défaillant à quelque part mais à ma connaissance il ne doit plus y avoir ces cas actuellement.

Lefaso.net : Combien d’étudiants les universités de Ouagadougou s’apprêtent-elles à accueillir cette année ?

Le directeur : Nous utilisons un critère mais pas pour tous les UFR parce qu’il y a des UFR qui sont très spécifiques et le nombre de places pose problème. Nous avons autour de 21500 bacheliers cette année. Nous limitons l’accès à l’UFR/SDS (médecine, pharmacie, etc.) tout simplement à cause de la complexité de la formation et au manque de structures de formation lorsque les effectifs sont assez élevés. Généralement nous prenons autour de 400 et se sont les meilleurs. Pour les autres filières il n’y pas de nombre limite.

Lefaso.net : Les universités de Ouagadougou et ouaga2 sont-elles prêtes à offrir la place à tous les nouveaux bacheliers si toutefois ils venaient à faire la demande ?

Le directeur : oui, les universités de Ouagadougou et Ouaga2 sont prêtes à accueillir tous les nouveaux bacheliers. Maintenant, ils seront orientés en fonction des critères que nous avons établis. Mais nous demandons aux candidats de bien se renseigner avant de faire leur choix parce qu’il n’y a pas que les universités de Ouagadougou seulement. Il y a les universités publiques de Koudougou, Bobo, etc. qui ont les mêmes filières ou alors ont des filières que nous n’avons pas ici.

Lefaso.net : Comment peut-on être orienté à l’université de Ouagadougou à partir d’un ancien BAC ?

Le Directeur : Il y a deux catégories d’anciens bacheliers mais nous les appelons tous les anciens bacs pour simplifier les choses. Ça veut dire quelqu’un qui n’a pas le BAC 2014. Ils déposeront au même moment que les autres mais il y aura un guichet spécial qui sera ouvert pour eux. De façon logique, ils sont dans le deuxième régime que nous appelons le régime haut c’est-à-dire salarié. Le premier c’est le régime étudiant c’est-à-dire ceux qui s’inscrivent avec le nouveau BAC et eux ils payent 15000f CFA. Ceux qui sont dans le régime salarié c’est-à-dire qu’ils ne sont pas forcément des salariés mais c’est comme ça que le régime s’appelle. Ils ont perdu leur nouveau BAC et nous ne savons pas pourquoi ils ne sont pas inscrits ou d’autres travaillent déjà et perçoivent quelque chose, en ce moment nous leur demandons de payer 50.000f CFA. Comme je disais tantôt, ils auront un guichet pour eux et ils peuvent déposer dans toutes les filières sauf en médecine où nous ne prenons pas d’anciens bacs.

Lefaso.net : La double inscription est-ELLE possible à l’université de Ouagadougou ?

Le Directeur : Nous aurons bien souhaité que la double inscription soit possible un jour mais pour le moment nous ne sommes pas prêts à gérer cela. Ça nous complique la tâche en termes de gestion parce que notre système n’est pas encore bien informatisé donc le suivi du parcours pose problème. Et c’est pour cela que nous n’autorisons pas la double inscription.

Lefaso.net : Comment ça va se passer la réception des dossiers des étudiants de la diaspora, est-ce qu’il est prévu une date pour eux et est-ce qu’il y aura des conditions spécifiques pour eux ?

Le Directeur : la majorité de notre diaspora se trouve en Côte d’Ivoire et je viens de rentrer d’une mission où j’ai ramené autour de 1200 dossiers que l’ambassade nous a remis. Il y a d’autres étudiants qui viendront déposer eux-mêmes mais ce sont toujours les mêmes dates pour tout le monde. Tout comme les nationaux, il n’y a aucune faveur qui leur sera faite. Ils sont tenus de respecter les dates fixées. Tous les bacheliers sont pris sur le même pied d’égalité et seront orientés en fonction de leur choix et des critères.

Lefaso.net : Des diplômés de l’Université de Ouagadougou disent avoir des difficultés pour rentrer en possession de leurs diplômes ou attestations, ça prend beaucoup de temps, etc. comment vous expliquez ce fait ?

Le directeur : Il faut situer les responsabilités. Il y a la responsabilité des diplômés à ce niveau et c’est la négligence. Lorsque vous validez un parcours il y a l’attestation provisoire que vous délivre votre UFR et sur laquelle il est marqué que la validité est de un an. La majorité des diplômés près de 90% vont chercher du travail à partir de l’attestation ou s’inscrivent pour la suite de leurs études avec. D’autres même travaillent avec l’attestation provisoire jusqu’à la veille de la retraite et c’est au moment où on leur demande la définitive qu’ils se mettent à courir vers la D.A.O.I pour chercher le diplôme. Imaginez-vous un diplôme que vous avez obtenu il y a 5,10 ou 15 ans. Les diplômes s’établissent à partir des documents administratifs dont le plus important est le PV de délibération ou le PV de soutenance lorsqu’il y en a eu lieu. Actuellement tout est manuel et si vous avez eu le diplôme, il y a dix ans ça veut dire que nous devons fouiller toutes les archives pour retrouver votre PV. Vous comprenez donc que ce n’est pas facile avec le personnel que nous avons, et c’est pour cela que ça prend du temps.
Nous conseillons tous les diplômés de bien vouloir retirer leur diplôme pendant que l’attestation provisoire cours encore sa période de validité. Au niveau de la D.A.O.I, il faut se dire les choses il y a ce que nous appelons les diplôme et les attestations. Pour ce qui concerne les diplômes il n’y a pas de problèmes, lorsque vous déposez ils vous sont livrés à un temps très record maintenant. Au niveau des attestations nous avons eu des problèmes il y a de cela plus de deux ans et depuis un an et demi nous sommes rentrés dans un cadre logique. Le cadre logique c’est quoi, c’est à dire que lorsque vous déposez vous n’avez plus un an, ce que vous avez c’est peut-être deux ou trois mois c’est le délai que nous donnons mais nous arrivons à délivrer souvent avant ça.
Nous faisons des efforts mais compte tenu de la forte demande, ensuite au vu de la négligence qui fait qu’il faut repartir pour chercher des PV qui datent de très longtemps et enfin de notre système qui n’est pas encore très bien informatisé ça prend du temps. Nous avons des sessions de dépôts et de remise collectifs et aussi des sessions journalières. Il n’y a pas de problèmes à notre niveau mais un conseil il ne faut jamais attendre lorsque vous avez besoin d’un document pour aller le chercher, il faut l’avoir par devers vous lorsque le besoin ne s’est pas encore exprimé. Cependant, ça me surprend qu’il y ait des gens qui ont toujours des problèmes à ce niveau parce que depuis un certain temps nous mettons tout en œuvre pour permettre aux diplômés de rentrer en possession de leurs documents à temps.

Lefaso.net : On constate un retard académique au niveau de l’Université de Ouagadougou, qu’est-ce que la D.A.O.I fait ou compte faire pour rattraper l’année ?

Le Directeur : A ce niveau je pense qu’il faut se dire les choses. Il y a un retard au niveau académique mais pas un retard du côté inscription des nouveaux bacheliers. Dès que vous avez le BAC la première étape c’est l’inscription et nous faisons les inscriptions à temps. Nous recevons les dossiers toujours dans la deuxième semaine du mois de septembre et nous n’allons pas déroger à cette règle cette année. Nous ferons les orientations d’ici là et en octobre ils viendront s’inscrire. Donc si les cours doivent commencer en octobre, nous sommes déjà prêts mais compte tenu de certains problèmes administratifs toutes les filières ne pourront pas débuter en octobre.

Lefaso.net : Quelle message avez-vous à l’endroit des nouveaux bacheliers ?

Le Directeur : D’abord, nous invitons tous les nouveaux bacheliers à la rencontre du 17 septembre au sein de l’université de Ouagadougou dans les amphis libyens. L’administration centrale c’est-à-dire la présidence des universités de Ouagadougou et Ouaga2 sera là ainsi que les représentants des centres polytechniques de Bobo, Dédougou, Ouahigouya pour présenter les possibilités que ces centres offrent aux étudiants. C’est bien de ne pas manquer à ce rendez-vous parce que c’est l’occasion d’avoir des informations. C’est le lieu aussi pour nous de distribuer nos brochures et si vous le voulez c’est la première étape avant l’inscription.
La deuxième des choses nous demandons aux bacheliers de ne faire confiance à personne concernant les dépôts des dossiers. Nous constatons que dans la plus part du temps les gens remettent les dossiers et l’argent à des parents, amis ou connaissances pour qu’ils déposent. Malheureusement, ces derniers ne le font pas et après les candidats courent derrière nous et se plaignent de ne pas être orientés. Pour éviter cela nous leur disons de venir eux-mêmes déposer pour être rassurés.
Le troisième élément, il faut chercher beaucoup d’information avant de faire les trois choix. Aussi, ne pas oublier qu’il y a une session de réorientation c’est-à-dire qu’après les orientations, si le candidat n’est pas content de là où il a été orienté, nous lui donnons une semaine pour demander à être réorienté. Nous mettrons en place une commission constituée de conseillers d’éducation qui vont les recevoir et échanger avec eux pour comprendre pourquoi ils veulent être réorientés et dans la mesure du possible le faire. Dernière chose, nous rappelons que la D.A.O.I est la maison des étudiants et ils peuvent venir à tout moment pour avoir des informations. Il y a une équipe de renseignement pour ça et ils peuvent également consulter notre site le www.univ-ouaga.bf pour avoir toutes les informations.

Kabore S. Rosine (stagiaire)
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés