Grogne à Yagma : « L’administration doit avoir une écoute avec les populations », dixit Simon Compaoré

samedi 6 septembre 2014 à 01h49min

Il était 14h ce mardi 2 septembre 2014 lorsque l’ex-maire de la commune de Ouagadougou, Simon Compaoré, arrivait sur le site de Yagma qui abrite les sinistrés du 1er septembre 2009. Là, attendait une trentaine de personnes.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Grogne à Yagma : « L’administration doit avoir une écoute avec les populations », dixit Simon Compaoré

Sans trop de protocole, Simon Compaoré a aussitôt pris la parole en langue mooré. Quelques instants après, c’est une véritable foule qui est venue écouter celui qui semble être bien connu des populations de ce site des sinistrés. Il dit avoir délibérément décidé de venir échanger avec ces populations relativement à leurs préoccupations sur fond de promesses non tenues. En réalité, Simon Compaoré est venu pour dissiper une information qui lui serait parvenue et selon laquelle, au-delà de promesses vaines, il se serait approprié d’importantes sommes d’argent destinées aux sinistrés. L’on parle de douze milliards de francs CFA. « Faux ! », martèle Simon Compaoré qui précise que les tous fonds à eux destinés étaient versés au trésor public d’où le gouvernement – et non la mairie – peut puiser pour réaliser des investissements au profit de ces populations relogées après l’inondation du 1er septembre 2009. Ce qui, à en croire Moumouni Ouédraogo, responsable des sinistrés résidant sur le site de Yagma, a convaincu « ceux qui le critiquaient ».

L’Etat central, responsable des multiples problèmes

A l’occasion, Simon Compaoré a dit reconnaître que des promesses restent non encore tenues, des préoccupations demeurent et se multiplient. Ces préoccupations, l’ex-maire dit en avoir bonne connaissance, citant au passage des problèmes d’eau, des problèmes de route, d’assainissement, le problème d’infrastructures scolaires et sanitaires. Et qui en est responsable ? Simon Compaoré indexe l’Etat central qui à l’en croire, a piloté « le projet Yagma » ; la mairie n’ayant eu qu’à l’accompagner à travers la réalisation d’infrastructures marchandes et d’infrastructures de formation professionnelle. Dans ce sens, l’exécutif communal a pu, foi de Simon Compaoré, réaliser avec l’appui de l’ONG Help, une structure d’accueil et de formation qui est fonctionnelle.

Bientôt, une délégation pour rencontrer le maire central de Ouaga

La satisfaction de ces préoccupations est sans doute programmée grâce aux fonds qui ont collectés. C’est du moins, ce qu’a confié l’ancien bourgmestre de la capitale qui dit être – à ce jour – « incapable » de préciser « par rapport à toutes les ressources que l’Etat a pu collecter, ce qui a été dépensé, ce qui reste, et la programmation au niveau des secteurs en charge de l’électricité, de l’eau et des infrastructures routières ».

Et pour la résolution de ces problèmes, Simon Compaoré a invité les sinistrés à constituer une délégation qui viendra les soumettre à son successeur, l’actuel maire central de Ouaga. A cet effet, annonce Moumouni Ouédraogo, « D’ici à dimanche (7 septembre 2014, ndlr), nous allons convoquer une réunion pour revenir sur ce qu’il (Simon Compaoré, ndlr) a dit, faire l’état de nos préoccupations, désigner les membres de la délégation qui doit aller voir le maire central de Ouagadougou ».

Discours politique peu accrocheur

Le discours politique a aussi été servi aux populations de Yagma ; ce d’autant plus que Simon Compaoré dit être « venu en tant que militant du MPP (Mouvement du peuple pour le progrès, ndlr) ». D’ailleurs, c’est à l’entame de son intervention que le 2è vice-président du MPP a expliqué et tenté de justifier sa rupture d’avec le parti au pouvoir, dénonçant au passage la tenue d’un éventuel référendum pour modifier l’article 37 de la Constitution. Mais apparemment, certains semblaient n’être pas intéressés par le discours politique ; les préoccupations majeures étant multiples et pressantes.

Et ce sont des populations visiblement désemparées quant à l’amélioration de leurs conditions de vie, et qui se retrouvent dans la hantise de la cohabitation avec les éventuels malades du virus Ebola, que Simon Compaoré a quittées après plus d’une heure et demie d’échanges.

Signalons que leur seul CSPS flambant neuf a été réquisitionné par le gouvernement pour servir de quartier aux personnes qui viendraient à contracter la maladie – très contagieuse – à virus Ebola. Sur le site de sinistrés à Yagma, vivent donc des populations aux multiples soucis et auxquelles l’administration doit, de l’avis de Simon Compaoré, avoir une écoute attentive. En tout cas, elles auront été invitées à faire le bilan de l’ensemble de leurs préoccupations et à demander un rendez-vous avec le maire Casimir Ilboudo, ainsi qu’avec les autorités étatiques.

Fulbert Paré
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés