Le panier de la ménagère : A quel prix le garnir ?

vendredi 5 septembre 2014 à 23h51min

Faire le marché peut se révéler un véritable casse-tête à un certain moment, tant il est difficile de garnir le panier. Et pour cause, les condiments deviennent inaccessibles, très chers pour le Burkinabè modeste, donc pour près de 80% de la population. Qu’en est-il à ce jour 5 septembre, plus exactement dans les marchés de Baskuy et du 10 ?

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Le panier de la ménagère : A quel prix le garnir ?

Tomate, oignon, aubergine, choux, courgette, gombo, feuille d’oseille, sont entre autres les condiments de base de la cuisine dans un très grand nombre de familles burkinabè. Des produits nécessaires, qui à certaines périodes de l’année valent de l’or.

Pour Madame Bonkoungou, l’ognon est le condiment le plus cher actuellement. Un point de vue appuyé par madame Sawadogo, vendeuse d’oignons. Et à l’entendre, le marché est loin d’être bénéfique : « les clients trouvent que nous vendons cher, et n’achètent pas. Pourtant, le plus souvent nous essayons seulement de récupérer le prix du sac. Si par chance nous avons un bénéfice, il est minime ». Difficile en tout cas, vu le pouvoir d’achat des Burkinabè, de supposer qu’elle puisse avoir un revenu conséquent alors que, explique-t-elle, le sac de 50 kg coûte environ 25 000 F CFA et celui de 100 kg au moins 50 000 F CFA.

Chez Alimata, vendeuse de légumes (tomates, concombre, salade) et de pomme de terre, le marché est passable, indique-t-elle, mais toujours le même problème. Les prix semblent faire fuir les clients. Pourtant, en disposant ses marchandises, Alimenta ne cherche qu’à avoir au moins 12 500 F CFA sur la vente de tomate et de concombre, l’équivalent du prix du sac de 50 kg des légumes, 10 000 F CFA pour la pomme de terre, prix auquel elle paie le plat de pomme de terre. Et puisqu’elle paie la planche de salade à peu près à 20 000 F CFA, elle espère après la vente réunir cette somme. D’ailleurs, elle dit n’attendre « pas plus de 1000 F de bénéfice sur chaque marchandise ».

Sanata, elle vend des aubergines et des courgettes. Sur sa table, les marchandises les plus accessibles en termes de prix et de disponibilité sont les aubergines. Tout le contraire des courgettes. « Le sac de courgette est tellement cher que je ne peux plus en payer, je paie maintenant par tas ». Elle le souligne, le sac de 100 kg avoisine 20 000 F CFA.

A en croire madame Sanou, les femmes savent à quelle période les produits deviennent inaccessibles : « C’est ainsi tous les ans. Nous les femmes savons qu’à à l’approche de la saison pluvieuse, les condiments deviennent de plus en plus chers. Parfois il n’y en a même pas. Donc au moment où c’est moins cher nous essayons de conserver certains produits, mais c’est toujours difficile car il arrive qu’on n’ait même pas assez pour le manger du jour, n’en parlons pas conserver », renchérit-elle. Avant d’ajouter « quand ça devient très cher, on ne cherche pas à avoir un bon plat, on cherche à avoir à manger ».

Des chiffres qui laissent entrevoir les difficultés auxquelles les familles sont confrontées. Car bien que ces prix paraissent déconcertants, ils le sont moins qu’il y a quelques temps parce que les condiments ne sont plus si rares, relève Alimata. Des prix élevés qui s’expliquent aussi par le fait qu’à cette période cruciale, certains produits qui sont sur le marché ont été importés. Il y a par exemple l’ognon et la pomme de terre. Ce qui est sans doute plus déconcertant pour un pays agricole.

Martiale Zongo (stagiaire)
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 9 septembre 2014 à 11:16, par yen ya boin
    En réponse à : Le panier de la ménagère : A quel prix le garnir ?

    Recette du Riz fâché
    Ingrédients
    Du riz
    du soumbala
    du sel et de l’eau
    Assaisonnement cube maggi ou poudre de poisson sec (facultatif)
    Préparation 20 mns
    Faire bouillir l’eau écraser le soumbala et ajouter avec du sel puis le riz Surveillez la cuisson vous pouvez saupoudrez votre riz fâché avec de la poudre de poisson sec ou du maggi
    C’ est prêt Bon appétit

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre 2014 à 11:25, par yen ya boin
    En réponse à : Le panier de la ménagère : A quel prix le garnir ?

    Recette du tô fâché
    Ingrédients
    Farine de mais ou de mil
    Pour la sauce
    Poudre de gombo sec Soumbala poudre de poisson sec potasse et sel
    Pour la préparation du tô Délayer la farine dans de l’eau et portez sur le feu tout en continuant de remuer jusqu’à obtention d’une pâte consistante selon votre gout
    Pour la préparation de la sauce mettre de l’eau à bouillir ajouter la potasse la poudre de gombo sec le soumbala la poudre de poisson sec bref tous les ingrédients tout en remuant jusqu’à obtention d’un mélange onctueux salez à votre convenance
    c’est prêt bon appétit

    NB : la consommation excessive de potasse entraine certains troubles et comportements anti sociaux donc à utilisez avec modération !!!

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés